Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 27 aout 2022

 

 

Une petite erreur de jour, hier, je pensais être jeudi alors que l'on était déjà vendredi. Cette semaine a passé très vite et je me suis un peu perdu. Je fais toujours beaucoup de recherches et des dossiers qui me prennent un temps fou, et j'en oublie la notion des jours

 

 

 

 

Le président du Conseil de sécurité russe : les États-Unis et l'OTAN sont de facto impliqués dans le conflit en Ukraine

 

Moscou a mis en garde à plusieurs reprises les pays de l'OTAN contre toute ingérence dans le déroulement de l'opération militaire spéciale en Ukraine, notamment en envoyant des armes à Kiev. Alors que les troupes de l'alliance se sont abstenues d'envoyer leurs soldats, elles ont décidé d'envoyer des dizaines de milliards de dollars d'assistance militaire.

Le chef du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a rejeté les affirmations occidentales selon lesquelles l'OTAN n'est pas impliquée dans le conflit en cours en Ukraine, les accusant de mener une guerre par procuration contre la Russie aux mains des Ukrainiens.

Vers une guerre de religion, infos du 27 aout 2022

"Les États-Unis et l'OTAN sont maintenant pratiquement impliqués dans ce conflit. Ils mènent une guerre par procuration contre la Russie en s'assurant que le conflit [en Ukraine] ne s'arrête jamais, en fournissant des armes offensives, allant des armes légères aux systèmes de lancement de roquettes multiples, tels que HIMARS, », a déclaré Medvedev.

Medvedev a également rejeté les craintes d'une troisième guerre mondiale, mais a noté que certains des premiers signes d'un conflit mondial potentiel auraient déjà pu être observés. Il a ajouté que l'opération militaire spéciale russe en Ukraine sert exactement à prévenir un tel conflit.

Le président du Conseil de sécurité a également assuré que la Russie ne recourra pas à une utilisation injustifiée des armes nucléaires dans le conflit et a rappelé que le pays a clairement établi des règles transparentes pour l'utilisation de ses armes stratégiques. Il a noté que la réponse de Moscou à toute menace sera conforme à l'ampleur de cette menace.

"Mais notre réponse sera cohérente avec l'ampleur des menaces qui pèsent sur notre pays. Désormais, la Fédération de Russie mène cette opération précisément comme une opération défensive", a-t-il déclaré.

Medvedev a rappelé les quatre justifications de l'utilisation de l'arme nucléaire par la Russie, qui se limitent à : l'utilisation de telles armes par d'autres pays ; un lancement d'un missile nucléaire visant la Russie ; une frappe contre les infrastructures contrôlant les armes stratégiques russes ; et une menace imminente pour l'existence du pays.

Source Spoutnik (traduction)

 

 

 

Guerre en Ukraine - Moscou ne peut arrêter la guerre, même si Kiev renonce à rejoindre l'Otan, affirme l'ancien président russe Dmitri Medvedev : "les intérêts vitaux de la Russie sont menacés"

 

  • Dmitri Medvedev est revenu sur les motifs de l’invasion de l'Ukraine.
    Dmitri Medvedev est revenu sur les motifs de l’invasion de l'Ukraine. - Capture d'écran Twitter LCI

La Russie ne mettra pas fin à sa campagne militaire en Ukraine même si Kiev renonce à rejoindre l'Otan, a déclaré l'ancien président russe Dmitri Medvedev, aujourd'hui vice-président du Conseil de sécurité russe.

Dmitri Medvedev, proche du président russe Vladimir Poutine, a indiqué que la Russie était prête à tenir des pourparlers avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, sous certaines conditions.

"Il est désormais vital (que Kiev) renonce à rejoindre l'Alliance transatlantique, mais cela ne sera pas suffisant pour établir la paix", a dit Dmitri Medvedev lors d'une interview accordée à LCI ce vendredi soir.

La Russie continuera sa campagne militaire jusqu'à ce qu'elle ait atteint ses objectifs, a précisé l'ancien président russe. "Les intérêts vitaux de la Russie sont déjà menacés et c'est pour cela que l'opération militaire spéciale est en cours. Elle vise à protéger le Donbass, à démilitariser les forces armées ukrainiennes et à dénazifier le territoire ukrainien".

La Russie et l'Ukraine avaient mené des négociations après le début de l'invasion russe, mais elles se sont interrompues et il semble peu probable qu'elles ne reprennent.

"(Les pourparlers) dépendront de l'évolution de la situation. Nous étions déjà prêts à rencontrer (Volodymyr Zelensky)", a déclaré Dmitri Medvedev.

Source

 

 

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : Il existe un risque de « pulvérisation de substances radioactives » à la centrale nucléaire de Zaporojie, selon l’opérateur...

 

L’ESSENTIEL

  • La centrale nucléaire de Zaporojie a été reconnectée au réseau électrique après sa déconnexion jeudi. « L’augmentation de sa puissance est en cours », a indiqué l’opérateur ukrainien Energoatom, précisant que les systèmes de sécurité fonctionnaient normalement.
  • TotalEnergies a annoncé avoir cédé ses parts dans un champ gazier russe à son partenaire russe Novatek.
  • Le mégawattheure d’électricité coûtera 1000 euros en France en 2023, soit 12 fois plus cher que l’été dernier. Un bond qui s’explique par la consommation importante de gaz des centrales thermiques, alors que des craintes persistent sur l’approvisionnement.

 

 

14h53 : La Russie accuse encore Kiev d’avoir tiré sur la centrale de Zaporojie

Alors qu’Energoatom a mis en garde contre le risque de fuites à Zaporojie, Moscou a accusé l’Ukraine d’avoir tiré 17 obus sur l’enceinte de la centrale, la plus grande d’Europe, au cours des dernières 24 heures. « Quatre sont tombés sur le toit du bâtiment (…) où se trouvent 168 assemblages de combustible nucléaire américain de la firme WestingHouse », a précisé le ministère russe de la Défense dans un communiqué, ajoutant que des obus s’étaient aussi écrasés à 30 mètres d’un dépôt de combustible usagé et près d’un autre contenant du « combustible frais ».

 

14h42 : Des risques de fuites et d’incendie à la centrale de Zaporojie, prévient Energoatom

L’opérateur des centrales nucléaires ukrainiennes Energoatom a annoncé que la centrale de Zaporojie fonctionnait depuis samedi midi avec des risques de fuites et d’incendie, à la suite de bombardements dont Ukrainiens et Russes s’accusent mutuellement depuis plusieurs semaines.

Les troupes russes ont bombardé le site « à plusieurs reprises au cours de la dernière journée », a affirmé samedi sur Telegram la compagnie nationale ukrainienne. « Conséquence des bombardements périodiques, l’infrastructure de la centrale a été endommagée et il existe des risques de fuite d’hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives », a-t-elle dit, en faisant état d'« un risque d’incendie élevé ».

 

 

14h31 : La hausse des tarifs de l’électricité et du gaz en 2023 sera « contenue », assure Bruno Le Maire

La hausse des tarifs d’électricité et de gaz pour les consommateurs sera « contenue » en 2023, alors que les prix ont explosé sur les marchés de gros, a assuré samedi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. « Le plafonnement à 4 % du tarif réglementé sera maintenu jusqu’à la fin 2022, il n’y aura pas de rattrapage sur ce plafonnement en 2023, et les hausses dont a parlé le président de la République et la Première ministre seront des hausses contenues », a déclaré le ministre en marge du congrès des cadres de la majorité à Metz.

Il a ensuite précisé que les « hausses contenues » à venir en 2023 concerneraient aussi le prix du gaz, sans plus détailler. Les prix de gros de l’électricité pour 2023 ont battu vendredi un record pour la France a atteignant plus de 1.000 euros le mégawatt/heure (MWh), contre environ 85 euros le MWh il y a un an.

 

 

11h34 : Londres va aider à déminer la mer Noire

Le ministère britannique de la Défense a annonce que Londres allait donner six drones sous-marins à l'Ukraine pour l'aider à déminer son littoral et à rendre les expéditions de céréales plus sûres. La Grande-Bretagne formera également des dizaines de membres de la marine ukrainienne à l'utilisation des drones, a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

9h22 : L’Otan veut se renforcer en Arctique

En visite au Canada, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, a souligné la nécessité de renforcer la sécurité le long du flanc nord de l’alliance pour contenir la Russie. « Le Grand Nord est stratégiquement important pour la sécurité euro-atlantique », a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse sur une base aérienne de Cold Lake dans l’ouest du pays, notant qu’avec l’adhésion de la Finlande et de la Suède, sept des huit Etats arctiques seraient bientôt membres de l’Otan.

« Le chemin le plus court vers l’Amérique du Nord pour les missiles et les bombardiers russes serait le pôle Nord », a-t-il également averti. Les capacités de la Russie dans le Grand Nord « constituent un défi stratégique pour l’ensemble de l’Alliance », a prévenu Jens Stoltenberg, citant l’important déploiement militaire de la Russie dans la région. Le secrétaire général s’est également inquiété de la présence grandissante de la Chine dans la région en ce qui a trait au transport maritime et à l’exploration de ressources mais aussi avec ses plans visant à construire la plus grande flotte de brise-glaces au monde.

 

8h54 : Votre facture va exploser

Avec un prix du mégawattheure multiplié par 12 par rapport à l'été dernier, les factures d'électricité des Français vont mécaniquement exploser. Selon cet expert du secteur, votre facture pour être multipliée par cinq !

 

 

Guerre en Ukraine - 160 chars de combat K2 coréens, 212 obusiers automoteurs K9 : la Pologne se réarme face à la crainte d'une attaque russe

 

  • Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Błaszczak, a annoncé la commande de 160 chars de combat K2.
    Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Błaszczak, a annoncé la commande de 160 chars de combat K2. MAXPPP - DEFENSE ACQUISITION PROGRAM ADMINISTRATION HANDOUT

La Pologne a indiqué ce vendredi avoir passé commande auprès de la Corée du Sud pour la livraison de chars de combat K2 et d'obusiers K9 alors que le pays cherche à renforcer son armée suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

La Pologne avait indiqué fin juillet avoir signé un contrat-cadre d'armement avec la Corée du Sud portant sur 900 chars de combat K2, plus de 600 obusiers à canon K9 et 48 avions légers de combat et d'entraînement FA-50 pour une enveloppe globale de 15 milliards d'euros.

Un mois plus tard, ce vendredi, le ministre polonais de la Défense, Mariusz Błaszczak, a annoncé la commande de 160 chars de combat K2, dont 10 doivent être livrés dès cette année, et de 212 obusiers automoteurs K9, dont 24 dont la livraison sera effectuée dans le courant de l’année.

Ces accords comprennent la formation des militaires polonais, la logistique et les munitions.

"Ce que nous avons réalisé avec notre partenaire coréen est impressionnant", a déclaré Mariusz Błaszczak selon des propos rapportés par l'agence de presse polonaise PAP. "Il y a trois mois, lors de ma visite à Séoul, nous avons entamé des négociations. Il y a deux mois, les présidents de nos pays, lors du sommet de l'OTAN à Madrid, ont parlé de notre coopération. Il y a un mois, nous avons signé des contrats-cadres, et aujourd'hui nous avons signé des contrats pour la vente de chars K2 et de canons-obusiers K9 à la Pologne", a-t-il poursuivi.

"Pour la sécurité de la Pologne, le plus important est que les premiers chars et obusiers soient livrés à l'armée polonaise cette année", a ajouté Mariusz Błaszczak.

La guerre en Ukraine a fait naître à Varsovie la crainte que la Pologne ne soit elle aussi confrontée à une attaque de la Russie. Depuis de début de l'invasion russe en Ukraine fin février, le gouvernement polonais est l’un des principaux soutiens militaires et politiques de Kiev.

Source

 

 

 

BRICS : La Russie et l’Inde liquident le dollar

 

Les portes des pays membres du BRICS sont ouvertes à la Russie et elles offrent à Moscou la possibilité de surmonter les effets des sanctions.

 

M. Anand a également souligné que le gouvernement indien se considère comme un pays neutre dans l’actuelle guerre des sanctions entre l’Occident et la Russie et continuera à coopérer avec Moscou dans tous les domaines malgré la pression des sanctions.

Lorsque l’opération militaire russe en Ukraine a commencé, la pression sur l’Inde s’est naturellement accrue pour arrêter l’importation de pétrole russe, mais le ministre indien des Affaires étrangères a rejeté ce type de pression.

Le groupe BRICS comprend actuellement le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (le terme BRICS est formé en combinant les premières lettres des noms anglais de ces pays).

30% de la production brute et 40% de la population mondiale sont définis dans les BRICS.

 

L’Iran et l’Argentine ont officiellement demandé leur adhésion à ce groupe début juillet de cette année, ce qui a été bien accueilli par les membres du BRICS.

Dmitri Medvedev, le chef adjoint du Conseil de sécurité russe, a appelé en juillet à l’échange de nouveaux moyens de paiement pour contrer les sanctions américaines et occidentales ; y compris l’utilisation de monnaies nationales telles que le rouble russe, le yuan chinois et la roupie indienne.

Les médias indiens ont annoncé le 31 août que les cartes du système de paiement russe « Mir » seront probablement acceptées dans le système bancaire indien, et la Russie, en revanche, prendra probablement des mesures pour accepter les cartes de paiement en roupie indienne (Rupay).

source : AlAhed

 

Bain de foule écourté d’Emmanuel Macron dans les rues d’Oran, après une cohue et des insultes. Les habitants scandaient «One two three, viva l’Algérie» devant un Président français tout sourire

 

 

 

Emmanuel Macron soutient l’idée d’un match de foot entre la France et l’Algérie « pour conjurer le passé »

Le président de la République, en visite en Algérie, assure qu’il va « évidemment en parler » avec son homologue Abdelmadjid Tebboune.

Oublier définitivement ce mauvais souvenir. Emmanuel Macron a estimé ce vendredi à Alger qu’un match amical de football entre les équipes de France et d’Algérie « serait une bonne chose pour conjurer le passé », car « le sport doit réconcilier ».

Vingt et un ans après le dernier match entre les deux sélections, qui s’était achevé par un envahissement de terrain au Stade de France, dans la confusion la plus totale le 6 octobre 2001, le président de la République s’est montré en faveur de l’organisation d’une nouvelle rencontre. Une volonté qui va pleinement dans le sens de ce que prône Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football.

[…]

 

Le Parisien

 

 

Une camionnette fonce sur une terrasse à Bruxelles : six blessés légers, le conducteur qui avait fui a été arrêté à Anvers, deux témoins disent avoir entendu crier « Allah Akbar », la piste terroriste serait écartée

 

 

États-Unis: Mark Zuckerberg confesse avoir limité la diffusion de l’article sur l’ordinateur portable de Hunter Biden lors de la présidentielle après une mise en garde du F.B.I.

Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a déclaré cette semaine au podcasteur à succès Joe Rogan que Facebook a limité sur son fil d’actualité la diffusion de l’article du New York Post sur le fils du président Biden, Hunter, et son ordinateur portable. Il l’a fait après des mises en garde du FBI, mais a défendu l’agence comme une “institution légitime”.

Zuckerberg a déclaré dans un épisode du podcast de Rogan, “The Joe Rogan Experience”, qui a été mis en ligne jeudi, que le FBI a contacté son entreprise avant l’élection présidentielle de 2020 pour l’avertir de prendre note des contenus potentiellement polarisants. Cet avertissement est intervenu après que la Russie a utilisé les plateformes de médias sociaux, dont Facebook, pour publier des contenus destinés à être polarisants avant l’élection de 2016.

Mark Zuckerberg a déclaré qu’il avait pris l’avertissement au sérieux. Il a déclaré que la plateforme de médias sociaux n’a pas interdit aux gens de partager l’histoire du Post, mais qu’elle a pris des mesures pour limiter la fréquence d’apparition de l’histoire sur les flux.

Le Post a rapporté peu avant l’élection de 2020 que le FBI avait obtenu un ordinateur portable qui aurait appartenu à Hunter Biden dans le cadre d’une enquête fédérale le concernant.

L’ancien président Trump et certains de ses alliés ont saisi le rapport à l’époque comme montrant la preuve que Hunter était impliqué dans des transactions commerciales douteuses alors que son père était vice-président. Certains des courriels contenus dans l’ordinateur portable ont depuis été confirmés comme authentiques, mais aucun acte répréhensible de la part du président ou de son fils n’a été confirmé.

L’enquête sur Hunter Biden a atteint un point critique le mois dernier, alors que les procureurs évaluent l’opportunité d’engager des poursuites, selon CNN.

M. Zuckerberg a déclaré qu’il ne se souvenait pas si le FBI avait spécifiquement mentionné l’histoire du New York Post dans sa mise en garde.

Il a ajouté qu’il ne voulait pas que Facebook devienne le “ministère de la vérité” en décidant de ce qui est considéré comme de la désinformation.

Sa défense de la “légitimité” du FBI intervient alors que de nombreux conservateurs ont critiqué l’agence pour avoir effectué une perquisition dans la propriété de M. Trump à Mar-a-Lago, en Floride, au début du mois. Certains alliés de M. Trump ont appelé à la suppression du financement du FBI en conséquence.

The Hill

 

Commenter cet article