Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Les Infos du 26 mai 2021

 

 

 

 

 

Erdogan: “La haine de l’Islam se propage comme une cellule cancéreuse en Occident (…) La menace mondiale n’est pas l’Islam mais la haine de l’Islam”

 

Un « Mois colonial » soutenu par la ville de Grenoble et Sciences Po, avec Rokhaya Diallo et Taha Bouhafs : La Licra dénonce un « Branle-bas de combat identitaire »

 

L’événement aura lieu à Grenoble et dans son agglomération. Les structures locales Contre Courant (association étudiante de l’Institut de Sciences politiques de Grenoble), Mix’Arts (association culturelle et d’éducation populaire), PEPS (mouvement politique : pour une écologie populaire et sociale) et Survie (association de lutte contre la Françafrique) se sont associées pour proposer ce “Mois décolonial”.

Du 10 au 30 juin, des tables rondes, des formations ainsi que des concerts sont prévus. Et quel est le but de cet événement ?

Il s’agit de « défendre un vivre ensemble véritable notamment en identifiant les obstacles réels qui gênent sa réalisation », « de débattre et dépasser cet imaginaire colonial qui continue d’irriguer notre inconscient collectif » et « de comprendre les mécanismes du racisme structurel et institutionnel pour réussir enfin à les dépasser ».

Quelles animations seront proposées ?

Parmi les temps forts, les organisateurs ont cité la table ronde du 12 juin “Décolonisons les arts” avec Olivier Marboeuf, celle du 15 juin “Écologie décoloniale” avec Bernard Duterme, Thierry Amougou et Fatima Ouassak, celle du 22 juin intitulée “Pouvoir des racisées” avec Pierre Jérémie Piolat, Grace Ly et Rokhaya Diallo.

Quant à celle du 28 juin, intitulée “Violences policières et décolonisations”, elle se déroulera avec Rachida Brahim, Taha Bouhafs et Mathieu Rigouste.

Le Dauphiné

 

 

 

Délinquance des «mineurs isolés» : le sénateur Henri Leroy dénonce une «hémorragie», à Bordeaux 40% des faits de délinquance leur sont imputables, à Paris 75% des mineurs déférés sont des migrants

 

 

 

Bordeaux : Julien, victime d’un malaise dans la rue se fait voler sa trottinette par un livreur

 

Jeudi 20 mai 2021, la sortie des bars vers 21 heures a provoqué un afflux de piétons dans la rue Sainte-Catherine à Bordeaux. Julien, qui souffre d’agoraphobie, en a fait un malaise.

[…]

Victime d’un malaise, il s’écroule au sol. Rapidement, un jeune homme ramasse sa trottinette, l’appuie contre un mur et vient lui porter secours en l’aidant à se relever. La suite est partiellement filmée par une riveraine depuis son balcon.

 

Deux individus, livreurs à l’encombrant sac isotherme bleu sur le dos, s’emparent de la trottinette et partent avec. Le Bon Samaritain venu en aide à Julien tente de rattraper l’engin. En vain. Il revient alors vers le Bordelais, qui ne s’est rendu compte de rien.

[…]

 

Il n’y a pas de morale à l’histoire. « Juste un appel à la vigilance car cela n’arrive pas qu’aux autres ». Une cagnotte a été créée sur leetchi.com afin de financer le remplacement de la trottinette volée.

Ouest-France

 

 

 

 

Zemmour : « Il y a une propagande anti-colonialiste phénoménale en France. On a l’impression qu’on vit toujours la guerre d’Algérie. On passe son temps à battre notre coulpe »

 

 

La confiance des Français envers la police progresse et atteint 73%

 

 

Lyon : deux policiers blessés par des tirs de mortier lors d’une arrestation mouvementée

 

 

« Éliminez ces traîtres » : la policière et syndicaliste Linda Kebbab a porté plainte contre le groupe de rap 13 Block

 

 

Un an après le meurtre de George Floyd, la Fondation Obama donne la parole à Assa Traoré

À la Fondation Obama, notre mission est d’inspirer, d’habiliter et de connecter la prochaine génération de leaders pour changer le monde. Grâce à nos programmes internationaux, nous mettons en relation et formons des centaines de leaders émergents en Afrique, en Europe et dans la région Asie-Pacifique afin d’accroître leur impact, d’apprendre les uns des autres et de trouver de nouvelles façons de relever les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés.

Dans cet esprit, nous avons mis en relation Assa Traoré, militante, éducatrice et fondatrice du comité “La vérité pour Adama”, avec Maïmonatou “Mai” Mar, l’une de nos Obama Leaders qui fait avancer la justice sociale par le biais de Gribouilli, la première organisation professionnelle à soutenir et à autonomiser les femmes majoritairement noires et les femmes de couleur travaillant comme nounous en France. Ensemble, ils ont réfléchi à leurs parcours personnels et à leur travail pour apporter la justice, l’égalité et la dignité aux personnes de couleur en France.

[…]

 

Alors que le meurtre de George Floyd sous le genou d’un officier blanc a fait des vagues dans le monde entier l’année dernière, la tragédie a frappé Assa d’une manière que seuls peu peuvent pleinement comprendre.

Assa a commencé sa carrière en tant qu’enseignante spécialisée, déterminée à faire en sorte que chaque jeune ait les mêmes chances de réussir dans la vie, jusqu’à ce que son jeune frère, Adama, meure en garde à vue en France en 2016. À la suite de la perte de sa famille et de la disculpation du policier, elle a canalisé son indignation, sa douleur et son angoisse dans l’action, devenant largement reconnue pour son travail courageux dénonçant la violence policière en France et demandant justice pour son frère.

[…]

 

Maïmonatou Mar : Pour commencer, je pense qu’il est important d’avoir une idée de qui vous êtes et de ce qui a façonné vos valeurs au cours de votre vie. A votre avis, qu’est-ce qui vous a donné la force et la résilience pour vous lancer dans un tel combat ?

Assa Traoré : Je dis toujours que ce qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, c’est la chance d’avoir passé du temps avec mon père, ce que mes frères n’ont pas eu. Il est mort quand mes frères étaient jeunes, mais j’étais l’aîné et j’ai pu le connaître. Il aimait parler !

Je viens d’une grande famille de 17 frères et sœurs, et même si nous sommes une famille recomposée, nous avons tous grandi ensemble – nous ne nous considérons pas comme des demi-frères et sœurs. Adama et moi n’avons pas eu la même mère, mais nous avons toujours fait partie du même cercle familial.

En plus de ma relation avec mon père, l’appartenance à mon histoire m’a donné la force dont j’ai besoin pour continuer. Quand vous savez d’où vous venez, quand vous savez qui vous êtes, cela vous change. Mon père m’a raconté comment il a traversé l’Afrique pour venir ici, quittant le Mali à l’âge de 17 ans contre la volonté de son père, et traversant plusieurs pays européens avant d’arriver en France. Son histoire est importante. C’est une partie de mon histoire et, comme je l’ai dit, elle me donne ce dont j’ai besoin pour continuer à me battre pour la justice. Je crains que beaucoup de mes compatriotes immigrés français ne soient encouragés à oublier l’histoire de leur famille.

[…]

Fondation Obama

 

 

 

 

Emmanuel Macron compare la période actuelle à la fin du Moyen-Âge

 

Pour le chef de l'Etat, la pandémie de coronavirus "est la métaphore de notre époque".

"Grandes épidémies", "grandes peurs"... Dans un entretien fleuve accordé au magazine Zadig, Emmanuel Macron a dressé une comparaison entre la période actuelle de crise sanitaire et la fin du Moyen-Âge, prélude selon lui à la "réinvention d'une civilisation".

"Si on a une énergie collective et une vision, on repartira de l'avant. Je pense que nous en avons la possibilité", affirme le président dans un long entretien de 20 pages consacré à "sa vision de la France".

Selon le chef de l'Etat, la pandémie de Covid-19 "est la métaphore de notre époque. On revit des temps au fond très moyenâgeux: les grandes jacqueries, les grandes épidémies, les grandes peurs...". "Je relierais la période que nous vivons à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. C'est l'époque de phénomènes qui forgent un peuple, je dirais même de la réinvention d'une civilisation. C'est aussi un moment de tensions qui travaillent le pays, entre un État central et des féodalités. C'est enfin un temps où la question européenne se pose, sans oublier le rapport entre les religions. La capacité à embrasser le futur, à se projeter, est alors déterminante pour le rebond que prend le pays. C'est ce qui me rend très confiant", détaille-t-il dans ce trimestriel qui ambitionne de "raconter la France".

Citant également la crise des "gilets jaunes", Emmanuel Macron voit dans les Français "un peuple très résistant", "extraordinairement tenace", mais qui "s'embrase sur le coup de colères". Il défend la réforme controversée de l'ENA, qu'une ordonnance doit entériner mercredi, car "la maladie de la France n'est pas la bureaucratie ni le centralisme" mais "les corporatismes" défendant "des intérêts qui protègent l'entre-soi".

Lire la suite

 

Note;  sauf qu'une des plus grande pandémie qu’est connu l'Europe est celle du choléra, qui sévi de 1832 à 1860. et a la renaissance c'est la variole qui fessais des ravages 

 

 

 

 

Présidentielle en Syrie : scrutin sans suspense pour un 4ème mandat de Bachar al-Assad

 

 

Biden juge que des sanctions contre Nord Stream 2 seraient «contre-productives»

 

Le président américain Joe Biden a déclaré mardi qu'il avait décidé de renoncer aux sanctions contre l'entreprise chargée du projet de gazoduc Nord Stream 2 parce que le projet était presque achevé et qu'une telle décision aurait pu nuire aux liens entre les Etats-Unis et l'Europe.

Lire la suite

 

 

Commenter cet article

kyrEn 27/05/2021 12:59

"Emmanuel Macron compare la période actuelle à la fin du Moyen-Âge", tout comme il compare la Seine-Saint-Denis à la Californie... il devrait y passer quelques vacances, cela l'aiderait à éviter des comparaisons hasardeuses.