Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________

Le 6 avril

 

Affrontements meurtriers entre Palestiniens et soldats israéliens à la frontière de Gaza

 

VIDÉO - Deux Palestiniens ont été tués et des centaines d'autres blessés par les forces israéliennes ce vendredi alors que des affrontements ont de nouveau éclaté entre manifestants palestiniens et soldats israéliens près de la barrière séparant la bande de Gaza et Israël. Les violences de vendredi dernier ont déjà fait 19 morts palestiniens.

Les craintes n'ont pas mis longtemps à se vérifier dans les faits: La manifestation de Palestiniens le long de la barrière séparant la bande de Gaza et Israël a dégénéré en affrontements meurtriers. Des manifestants ont incendié des pneus et lancé des pierres sur les soldats israéliens postés à la barrière de sécurité séparant les deux territoires, selon des correspondants de l'AFP sur place. Les militaires ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes et des balles réelles. Certaines d'entre elles ont mortellement touché deux Palestiniens, et quelques deux cent cinquante autres manifestants ont été blessés, a rapporté le ministère de la Santé à Gaza.

Lire la suite

 

 

«Marche du retour» : nouvelle journée de tensions à Gaza et tirs à balle réelles

 

Une large manifestation a lieu ce 6 avril dans la bande de Gaza à la frontière avec Israël. Alors qu'une vingtaine de Palestiniens ont déjà été tués par l'armée israélienne et 1 400 autres blessés, les heurts font craindre de nouvelles victimes.

De nouveaux affrontements ont éclaté ce 6 avril entre manifestants palestiniens et soldats israéliens près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, une semaine après des violences sans précédent depuis 2014 qui ont coûté la vie à 19 Palestiniens.

Lire la suite

Vidéo en direct

Note; et oui on est encore un vendredi ! le jours de la prière musulmane

 

Syrie: Macron demande à Poutine de faire pression sur Damas pour faire cesser «l'escalade militaire»

 

Emmanuel Macron a, lors d'un entretien téléphonique ce 6 avril, réclamé à son homologue russe Vladimir Poutine de faire pression sur Damas afin de «mettre un terme à l’escalade militaire constatée au cours des derniers mois».

Syrie: Macron demande à Poutine de faire pression sur Damas pour faire cesser «l'escalade militaire»

Au cours d'un entretien téléphonique ce 6 avril, le président français Emmanuel Macron a de nouveau demandé au président russe Vladimir Poutine de faire pression sur Damas.

Le locataire de l'Elysée «a engagé la Russie à exercer pleinement son influence sur le régime syrien» pour «mettre un terme à l’escalade militaire constatée au cours des derniers mois», afin de «permettre la protection des populations civiles, la reprise crédible des négociations sur une transition politique inclusive et prévenir toute résurgence de l'Etat islamique dans la région», a fait savoir l'Elysée.

Permettre la protection des populations civiles, la reprise crédible des négociations sur une transition politique inclusive et prévenir toute résurgence de l'Etat islamique dans la région

Le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine a de son côté informé Emmanuel Macron «des décisions prises lors du sommet russo-turco-iranien du 4 avril à Ankara, qui concerne une coopération accrue visant à assurer la stabilité à long terme en Syrie, renforçant la souveraineté, l'unité, l'indépendance et l'intégrité territoriale du pays», a rapporté l'agence de presse russe TASS.

Lire la suite

 

Note ; Macron n'a pas encore compris que les escalades militaires sont dut (1) aux rebelles islamique, (et a ceux qui les finances), aux USA ET aux Turques

 

 

Moscou: les radicaux veulent filmer une de leurs attaques chimiques pour incriminer Damas

 

Les radicaux du Front al-Nosra* et de l’Armée syrienne libre envisagent de filmer les conséquences d’une attaque chimique qu'ils déclencheront dans le sud de la Syrie pour en accuser Damas et faire échouer la trêve dans le gouvernorat de Deraa, prévient la Défense russe.

Les attaques chimiques que les radicaux du Front al-Nosra* et de l'Armée syrienne libre envisagent d’organiser dans le sud de la Syrie seront filmés dans le but d'incriminer  Damas des morts de civils, indique le ministère russe de la Défense.

Selon le générale, ces informations ont été communiquées par des combattants du groupe Jaych Ahrar al-Asha'er qui ont fait défection pour rallier le gouvernement.

Lire la suite

 

Qu’est-il arrivé aux animaux domestiques des Skripal?

 

Un mois après l’empoisonnement de Sergueï Skripal, le chat et les deux cochons d'Inde de l'ex-espion russe sont morts. Or, la cause de leur décès laisse planer un doute.

Les animaux domestiques de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, deux cochons d'Inde et un chat, sont morts. C'est ce qu'a déclaré hier à l'AFP une porte-parole du ministère britannique de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales.

«Lorsqu'un vétérinaire a pu accéder à la propriété» de Sergueï Skripal, «les deux cochons d'Inde étaient malheureusement déjà morts», a-t-elle indiqué.

Investigators in protective clothing remove a van from an address in Winterslow, Wiltshire, as part of their investigation into the nerve-agent poisoning of ex-spy Sergei Skripal and his daughter, in England, Monday, March 12, 2018.
«Un chat a également été trouvé dans un état de détresse, et un chirurgien vétérinaire a pris la décision d'euthanasier l'animal pour mettre fin à ses souffrances», a ajouté la porte-parole. «Cette décision a été prise dans le meilleur intérêt de l'animal et de son bien-être».

L'agence de presse indique que la porte-parole n'a pas précisé si les animaux étaient décédés d'une intoxication subie lors de l'empoisonnement des Skripal ou bien de faim après être restés sans nourriture dans la maison.

En revanche, la presse britannique, dont notamment The Mirror, affirme que les cochons d'Inde sont morts de déshydratation et non pas des suites d'une intoxication. Selon le quotidien, les restes des bêtes ont été incinérés.

lire la suite

 

Note: vu l’importance de l'enquête, la logique aurait voulu que ses animaux soient autopsiés, mais ils ont été incinérés!!

 

lire aussi: «Comme Tic et Tac», les services spéciaux UK viennent au secours de May et Johnson

 

«Vous allez le regretter !» : la Russie met en garde le Royaume-Uni sur l'affaire Skripal

 

5 avr. 2018, 22:06

Lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU à la demande de la Russie, son représentant, Vassily Nebenzia, a mis en garde le Royaume-Uni contre toute volonté de «discréditer et délégitimer la Russie».

Le représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU, Vassili Nebenzia, a mis en garde ce 5 avril le Royaume-Uni contre toute escalade dans l'affaire Skripal. Sur la base des retombées internationales des accusations de Londres contre la Russie pour la tentative de meurtre de l'ex-agent russe, il a estimé qu'elles avaient pour objectif de «discréditer et délégitimer la Russie». «Nous avons dit à nos collègues britanniques qu'ils jouaient avec le feu et qu'ils allaient le regretter !», a martelé le diplomate russe à l'occasion d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

Lire la suite

 

Washington menace Pékin de nouveau droits de Douane, Pékin riposte

 

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a annoncé jeudi qu'il avait donné pour instruction au bureau du représentant américain au commerce (USTR) de préparer la mise en place de droits de douane supplémentaires sur les produits chinois représentant 100 milliards de dollars d'échanges commerciaux.

Dans un communiqué, le président américain présente cette nouvelle étape de la guerre commerciale entre les deux pays comme une réponse "aux représailles injustes" de Pékin après une première série de mesures américaines qui comprenaient 50 milliards de dollars de droits de douane sur les produits chinois.

Donald Trump ajoute que l'USTR a déterminé que Pékin s'était livrée "de manière répétée à des pratiques visant à s'octroyer injustement des droits de propriété intellectuelle" américains.

"Plutôt que de remédier à sa mauvaise conduite, la Chine a choisi de nuire à nos agriculteurs et à nos fabricants", accuse le président américain.

Lire la suite

 

Note; entièrement d'accord avec Trump. En France combien de sociétés en fermer leurs portes a cause de la concurrence déloyale de la Chine !

 

 

La Chine saisit l'OMC pour contester les taxes que Washington veut imposer sur ses produits

 

La Chine a déposé plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) contre «les mesures tarifaires visant des produits chinois» que les États-Unis entendent mettre en place, a-t-on appris jeudi auprès de l'OMC.

En déposant plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Pékin entend contester «les mesures tarifaires que les États-Unis proposent d'imposer sur certains produits originaires de Chine dans divers secteurs tels que ceux des machines, de l'électronique, etc.», souligne la délégation chinoise dans sa communication à l'Organe de règlement des différends de l'OMC, faisant référence à la liste provisoire de produits chinois importés susceptibles d'être soumis à de nouvelles taxes, publiée mercredi par Washington.

Cette liste représentant «approximativement 50 milliards de dollars» cible des produits de différents secteurs dont l'aéronautique, les technologies de l'information et de la communication ou encore la robotique et les machines, avait expliqué mercredi le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lightizer. La liste provisoire identifie quelque 1300 biens mais reste soumise à un processus d'examen d'au moins 30 jours avant publication d'une liste définitive.

Lire la suite

 

 

En France, la lutte contre les fakes news ne doit pas «faire taire» certains médias

Un filtre contre les «fake news»

En France, la lutte contre les fausses informations ne devrait pas se transformer en une démarche pour «faire taire» certains médias, a déclaré le président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev commentant le projet de loi français visant à lutter contre les fake news sur internet.

«Si la loi qui sera adoptée l'est pour cibler une certaine information, un pays concret, des médias concrets qu’il faut "faire taire", excusez-moi pour cette expression peu parlementaire, cela est absolument inacceptable. Cela ne correspond ni à notre compréhension des principes de la liberté d'expression et de diffusion de l'information ni, j’en suis persuadé, à celle des pays occidentaux», a souligné M.Kossatchev.

Lire la suite

 

 

Brouille France-Venezuela: Pour Maduro, Macron est "un tueur à gage" qui "détruit la France"

 

INTERNATIONAL - Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé jeudi 5 avril son homologue français de "détruire la France", en réponse à Emmanuel Macron qui a estimé que la présidentielle du 20 mai au Venezuela ne permettrait pas "un scrutin juste et libre".

 

"Ce que me dit Macron me passe au-dessus, Macron est un pantin de la politique de Trump contre le Venezuela", a déclaré le dirigeant socialiste lors d'une conférence de presse. Seul "le peuple souverain du Venezuela" peut juger le scrutin du 20 mai, au cours duquel Nicolas Maduro cherche à obtenir un second mandat de six ans.

 

"Chargé de détruire les droits sociaux du peuple français"

Le chef de l'État vénézuélien a souligné que le président français critiquait ce scrutin alors que l'Hexagone traverse une "grève générale de toute la classe ouvrière" et des "travailleurs" en référence aux divers mouvements sociaux qui agitent le pays -SNCF, Air France, universités, milieu hospitalier.

Lire la suite

 

 

 

 

Antiterrorisme : chute des assignations et perquisitions depuis la fin de l’état d’urgence

 

Selon des chiffres confidentiels du ministère de l’Intérieur dont Le Parisien a eu connaissance, les services de police avaient mené, au 30 mars, seulement 9 perquisitions (ou « visites ») dans le cadre de la loi antiterroriste votée à l’automne, contre 4469 pendant l’état d’urgence.

Ces mesures ont beau avoir été pérennisées après la fin de l’état d’urgence, le 1er novembre 2017, les perquisitions administratives et les assignations à résidence, désormais appelées « visites domiciliaires » et « mesures individuelles de contrôle », sont peu utilisées depuis la fin du régime d’exception. […]

La chute n’est pas aussi brutale qu’il n’y parait. Quand il avait publié son bilan de l’état d’urgence en novembre, le ministère de l’Intérieur avait précisé que 80 % des perquisitions administratives avaient été menées entre le 14 novembre 2015 et le 25 mai 2016. […]

A noter également que l’état d’urgence a pu concerner des militants qui protestaient contre la loi Travail ou défilaient pendant la Cop21. En juin 2017, Serge Slama, sociologue, co-auteur d’un rapport sur l’état d’urgence pour le Défenseur des droits, affirmait à FranceInfo que « 60% des assignés » dans des villes comme Nantes et Rennes étaient « des militants radicaux d’extrême-gauche et non des radicaux islamisés ».

Le Parisien

 

 

Belgique : Un djihadiste lié à une cellule terroriste ne peut être expulsé vers le Maroc . Le secrétaire d’État fulmine.

 

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) regrette de ne pas pouvoir actuellement expulser un citoyen marocain, précédemment condamné pour participation aux activités d’un groupe terroriste. Selon le Conseil du contentieux des étrangers, l’Office des Etrangers n’a en effet pas suffisamment contrôlé que l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), qui interdit la torture ainsi que les traitements inhumains ou dégradants, sera respecté en cas d’expulsion.

 

 

 

 

Le djihadiste Djamel Beghal bientôt expulsé

 

La justice ordonne la libération du mentor de Kouachi et Coulibaly, à condition qu’il soit expulsé vers l’Algérie.

Une page de l’histoire sanglante du djihadisme en France se tourne. Selon nos informations, la justice a ordonné le 5 mars dernier la libération de Djamel Beghal, mentor de deux des assassins de janvier 2015 et l’un des plus anciens détenus pour faits de terrorisme. Elle est toutefois assortie d’une condition expresse : son expulsion vers l’Algérie, son pays d’origine. A charge désormais pour les autorités françaises de trouver un accord avec leurs homologues algériens pour organiser son éloignement. Les discussions sont toujours en cours. Dans l’attente du feu vert, Beghal reste incarcéré à l’isolement au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin, explique un magistrat.

Dans son arrêt, dont L’Express a pris connaissance, la chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Rennes justifie sa décision par la fin de peine « relativement proche » de l’islamiste de 52 ans : condamné à dix ans de prison pour sa participation à un projet d’évasion de Smaïn Ait Ali Belkacem, l’un des organisateurs des attentats de Paris en 1995, Beghal était libérable au plus tard le 5 août 2018. Les magistrats estiment que sa demande de remise en liberté n’a pas à être « examinée au regard de ses critères personnels, familiaux et sociaux ». Ils invalident ainsi la décision prise par le juge d’application des peines (JAP) à l’été 2017, qui avait refusé la libération du condamné en raison notamment d’un risque de « réitération d’actes illicites » et ses propos fantaisistes sur ses origines : déjà déchu de sa nationalité française, il avait prétendu avoir perdu sa nationalité algérienne, avant de nier être apatride. Depuis, Beghal a émis à plusieurs reprises son désir de regagner ses terres natales, observant que la situation politique sur place s’était améliorée. Contacté, son avocat, Bérenger Tourné, n’était pas, dans l’immédiat, joignable.

 

 

Une bande de voleurs et de violeurs cagoulés « à l’accent arabe » sème la panique à Molina de Segura (Espagne)

 

Nuit de panique dans la province de Murcie avec trois agressions dans des villas et un viol

La police recherche une bande de cagoulés très violente qui parlent avec un accent arabe

Ces quelques minutes à peine ont duré une éternité. […] Cette habitante du tranquille lotissement de Montepríncipe à Molina de Segura (province de Murcie) – par peur, elle préfère garder l’anonymat – et sa fille de 28 ans ont été surprises au petit matin par quatre hommes cagoulés qui ont pénétré de force dans leur logement et sont allés jusqu’à les agresser et les menacer au couteau. […]

Ces deux femmes, qui se trouvaient seules chez elles quand s’est produite la violente agression, ne sont que deux des victimes qu’a laissées derrière elle une bande qui a semé la terreur à Molina et dans ses lotissements. La police nationale […] soupçonne ce même groupe d’être derrière deux autres vols qui ont eu lieu en cette même fin de nuit à à peine quelques kilomètres de distance : l’un à Montepríncipe et l’autre dans le lotissement voisin de Altorreal […] Dans ce dernier cas, les quatre membres du groupe violent – il pourrait y avoir un cinquième membre chargé de garder la voiture – ont franchi un degré supplémentaire dans leur violence et sont allés jusqu’à agresser sexuellement la propriétaire en présence de son mari.

Les victimes de ces vols n’ont pas pu donner une description physique de leurs agresseurs, vu qu’ils étaient cagoulés, mais, selon ce qu’ont précisé des sources proches de cette affaire, leurs témoignages concordent sur le fait que les bandits, d’après leur accent, pourraient être arabes.

[…]

(Traduction Fdesouche)

ABC

 

Éric Zemmour : « Il n’y a ni droit d’asile ni migrant économique ; il n’y a qu’une invasion des peuples du sud vers le nord qui utilise tous les canaux possibles »

 

CHRONIQUE – Un sociologue est devenu juré à la Cour nationale du droit d’asile. Il raconte et témoigne.

(…) Dans les vingt années qui ont suivi la signature de la convention de Genève sur le droit d’asile, en 1951, la France a reçu trois cents demandes d’asile par an. Qu’elle acceptait pratiquement toutes. Il s’agissait soit de Sud-Américains fuyant des dictatures militaires, soit d’Européens de l’Est échappant à la tyrannie communiste. Des militants de gauche et des anticommunistes. «De race blanche, de religion chrétienne et de culture gréco-romaine», pour parodier la célèbre formule du général de Gaulle sur le peuple français. Tout change à partir des années 1970. En qualité et en quantité. Les demandes explosent ; on passe à 20.000 à la fin des années 1970, à 60.000 dans les années 1990. En 2016, le chiffre a dépassé le plafond des 100.000! Ils viennent désormais d’Afrique et du Moyen-Orient ; aux familles d’autrefois a succédé un flot dominant d’hommes seuls, pour la plupart musulmans.

(…) Ce ne sont pas des individus qui leur (nous) demandent l’asile, ce sont des peuples entiers. Ils ne nous demandent rien d’ailleurs, ils exigent. Ils ont le langage des victimes parce qu’aujourd’hui le langage de la victime est devenu celui du maître. Notre sociologue se moque avec raison de la tentative des politiques de distinguer entre vrai droit d’asile et migrant économique. Il n’y a ni droit d’asile ni migrant économique ; il n’y a qu’une invasion des peuples du sud vers le nord qui utilise tous les canaux possibles. Smaïn Laacher reconnaît lui-même que ces demandeurs d’asile «ne sont pas arrivés dans leur nouveau pays mais dans un nouveau pays». N’importe lequel.

Les immigrés d’aujourd’hui ne rejoignent plus un pays mais une diaspora ; ils ne veulent plus vivre comme et avec le peuple qu’ils rejoignent mais avec et comme celui qu’ils ont quitté. Ceux qui sont déjà installés – et l’attitude de notre sociologue le prouve à son corps défendant – ne leur ferment plus la porte, de peur qu’ils ne remettent en cause le fragile équilibre de leur propre assimilation – comme le faisaient volontiers leurs lointains prédécesseurs – mais leur ouvrent la porte à deux battants pour qu’ils viennent renforcer la puissance de leur communauté au sein d’une société multiculturelle qui n’a plus de France que le nom.

(…) Smaïn Laacher ne connaît que des individus étrangers menacés qu’il faut protéger ; mais son empathie ne s’étend pas au peuple français, qui aurait pourtant besoin plus que tout autre d’être protégé. Son rêve est de faire de l’Europe une nouvelle Amérique ; mais il ne nous dit pas quels seront les Indiens de ce projet grandiose.

Suivant le discours habituel, notre auteur prétend que notre régime de droit d’asile, que le reste du monde se garde bien d’adopter, est la grandeur des démocraties occidentales. C’est en vérité une plaie béante. Lorsque les conquistadors de Cortés débarquèrent sur leurs superbes chevaux, les Aztèques crurent voir s’accomplir une de leurs légendes prophétisant que leur sauveur arriverait par la mer sur une monture céleste. Cette légende empêcha les Aztèques de se défendre contre leurs envahisseurs. Ils furent vaincus et colonisés. Notre droit d’asile, et plus généralement notre religion des droits de l’homme, c’est notre légende des Aztèques.

Le Figaro

 

« Bienvenue dans l’Etat islamique de France », l’Obs dénoncent les vidéos anti-immigration « islamophobes » d’un donateur de Trump

 

Robert Mercer aurait donné 2 millions de dollar à Secure America Now, l’organisation à qui l’on doit ces trois vidéos anti-immigration. La Mona Lisa de Léonard de Vinci portant une burqa, la cathédrale Notre-Dame de Paris transformée en mosquée, les cafés parisiens sont fermés pour le Ramadan… »Bienvenue dans l’Etat islamique de France », lance une voix off.

[…] cette campagne a été financée en partie par un des plus grands soutiens de Trump, le milliardaire Robert Mercer. […] L’Allemagne aussi, privée de saucisse au porc et de bière pour sa célèbre Oktoberfest, paye cher le prix de sa politique migratoire. Aux Etats-Unis, c’est la Statue de la Liberté qui est intégralement voilée et les personnes homosexuelles vivent désormais un apartheid. […]

Dignes des théories complotistes du soi-disant « Grand remplacement », ces vidéos de propagande politique anti-immigrés ont été partagées sur les réseaux sociaux comme Facebook ou via Google, pendant la campagne présidentielle américaine de 2016. […]

Nouvel Obs

 

Royaume-Uni : hier soir à Londres, six adolescents poignardés en 90 minutes, une vague d’attaques au couteau sans précédent

 

Six adolescents ont été poignardés en un peu plus de 90 minutes la nuit dernière alors que Londres fait face à une vague de violence sans précédent.

Un garçon de 13 ans a été grièvement blessé après avoir été poignardé dans l’est de Londres, et trois jeunes ont été arrêtés pour ces attaques, a indiqué la police de Newham.

Deux garçons de 15 ans étaient également dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardés au Mile End environ une heure plus tôt.

La candidate à la mairie de Hackney, une démocrate libérale, Pauline Pearce, 52 ans, a déclaré que la récente série d’attaques au couteau et de fusillades était en partie le résultat de jeunes se sentant «privés de leurs droits» par leur environnement.

« Ils ne sentent pas qu’ils ont un lien avec la société, alors beaucoup de choses vont mal pour eux et malheureusement c’est le genre de représailles qui arrive. » a-t-elle dit.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a déclaré que le nombre croissant de meurtres dans les rues de la capitale était « déchirant » et a critiqué le gouvernement pour les coupes dans le budget de la police.

The Telegraph

 

 

Twitter a supprimé un million de comptes pour « apologie du terrorisme »

 

Twitter a annoncé ce jeudi avoir supprimé plus d’un million de comptes faisant l’« apologie du terrorisme » depuis 2015, un signe selon lui que le réseau de micro-messages devient « un lieu indésirable » pour les appels à la violence.

Les chiffres impressionnent. Dans son dernier rapport sur la transparence, qui s’arrête au 31 décembre 2017, Twitter a indiqué avoir supprimé 274 460 comptes entre juillet et décembre 2017 en raison « de violations liées à l’apologie du terrorisme », et 1,143 million depuis le 1er août 2015.

Ce chiffre représente une baisse de 8,4 % par rapport à la période précédente, qui avait déjà connu une baisse.« Nous continuons à voir les effets positifs et significatifs d’années de travail afin de faire de notre site un lieu indésirable pour ceux qui cherchent à faire l’apologie du terrorisme, avec comme résultat que ce type d’activité disparaît de plus en plus de Twitter, » a expliqué le réseau dans un communiqué.

 

 

 

L'Arabie saoudite interdit désormais de fouiller dans le téléphone de son conjoint

 

L'Arabie saoudite interdit désormais de fouiller dans le téléphone de son conjoint

L'Arabie saoudite cherche à convaincre qu'elle est engagée sur la voie des réformes. Dernière mesure en date : les conjoints n'auront plus le droit d'espionner le téléphone de leur moitié, sous peine de fortes amendes ou d'un emprisonnement.

Alors que les droits des femmes progressent timidement en Arabie saoudite, les épouses vont désormais être protégées de la curiosité de leur mari (et réciproquement). «Les personnes mariées planifiant d'espionner leur conjoint ou conjointe en Arabie saoudite devront y réfléchir à deux fois car cette activité pourrait leur valoir une amende de 500 000 riyals (108 000 euros) en plus d'une peine de prison d'un an», a annoncé le ministère de l'Information saoudien dans un communiqué publié en anglais.

Lire la suite

 

Note: ils cherchent surtout a faire entrer de l'argent dans les caisses de l’État

 

 

Comment la Malaisie s’islamise au détriment des minorités

 

 

Depuis quelques années, de nombreux incidents indiquent une islamisation croissante du pays : politique privilégiant l’ethnie musulmane malaise, enlèvements inexpliqués, justice bâclée… Les minorités chinoises et indiennes, ou encore les populations indigènes de Sabah et Sarawak de Bornéo, en majorité chrétiennes, demandent de mieux faire respecter leurs droits et la liberté religieuse.

« Êtes-vous musulman ? » Chaque jour, quelque part en Malaisie, un officier pose la même question aux demandeurs de carte identité. Une question qui reflète à quel point l’islamisation de la Malaisie multiculturelle, pourtant fondée sur des principes séculiers, est accomplie. Ce n’est plus un secret : les services civils malaisiens, depuis l’indépendance de la Malaisie en 1957, se sont islamisés peu à peu. L’administration malaisienne, largement dominée par l’ethnie musulmane malaise, a joué un rôle majeur dans cette évolution. Aujourd’hui, les Malaisiens subissent les conséquences de cette ingérence des questions religieuses dans la politique administrative malaisienne. Les minorités chinoises et indiennes, ainsi que les populations indigènes des états de Sabah et Sarawak, à Bornéo, en majorité chrétiennes, sont de plus inquiètes face à l’islamisation du pays.
En 2007, le gouvernement a déclaré que le mot « Allah » ne pouvait être utilisé que par les musulmans, interdisant les traductions en Malaisien des écrits chrétiens contenant ce mot, y compris la Bible. Toujours en 2007, l’interdiction de la construction d’une statue taoïste dans l’état de Sabah et la destruction de temples hindous par les autorités locales, n’ont fait qu’enflammer davantage les tensions interethniques. Durant les années qui ont suivi, le gouvernement a laissé s’installer le conservatisme islamique. Les politiques islamiques ont gagné encore plus du terrain suite aux élections nationales de 2013, perdues par la coalition au pouvoir, qui avait alors réalisé sa pire performance électorale. Les droits des minorités ont subi de plein fouet cette tendance. En 2014, le chef de la police a refusé de respecter une décision de justice, lors d’une affaire concernant la garde d’un enfant. Les autorités islamiques se sont précipitées pour défendre sa position. Mais une telle opposition contre une institution d’état a posé la question de l’impartialité de l’application de la loi en Malaisie. Le chef de la police a prétendu qu’il avait pris cette décision à cause d’un conflit juridictionnel entre les tribunaux civils et islamiques. Autre fait troublant, les autorités sont toujours incapables d’expliquer la disparition de quatre travailleurs sociaux, dont l’un d’entre eux a été enlevé l’année dernière en plein jour, en périphérie de la capitale malaisienne, Kuala Lumpur. (…)

Commenter cet article

Chiren 07/04/2018 15:32

La concurrence déloyale de la Chine est issue des règles de l'OMC imposés par l'Occident au reste du monde.... La Chine gagne a un jeu dont elle n'a pas choisies les règles.
Ce qui a été déloyale c'est que des entreprises américaines, et françaises, ont massivement délocalisés leurs productions en Chine... il fallait sacrément avoir confiance en la Chine, il y a presque 40 ans, pour commencer à lui confier nos portefeuilles (pour éviter de creuser le gap entre l'Occident et le Tiers-Monde).
Aujourd'hui les États-Unis négocient avec la Chine comme un promoteur immobilier, en mettant la pression a priori! A ce nouveau jeu, ils ont perdu d'avance et la réaction très modérée de la Chine en dit long sur la maîtrise (économique) du gouvernement chinois. Les USA devraient être en partenariat avec la Chine, au lieu de se créer un nouvel adversaire (en plus de la Russie).
La puissance manufacturière et bancaire de la Chine est telle que, si les chinois n'achetaient plus des bons du Trésor américain, la plupart des entreprises américaines n'auraient plus aucune trésorerie au bout de 15 jours.
Trump gesticule pour son électorat en vue des prochaines élections, personne n'a intérêt à une guerre économique.
https://www.boursorama.com/videos/actualites/pourquoi-une-guerre-commerciale-entre-la-chine-et-les-etats-unis-serait-redoutable-486e0048a4867488c679fc2355970123

3guerremondiale 08/04/2018 15:04

D'accord avec votre analyse
Mais moi, je pense qu'a la longue c'est la Chine qui va perdre, car elle exporte beaucoup plus qu'elle achète
La France n'est plus capable de faire ses propres chaussettes ou des paires de ciseaux