Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 16 novembre

 

 

 

Guerre en Ukraine : la Russie donne des précisions sur le missile de l'armée ukrainienne responsable de l'explosion en Pologne

 

Moscou met en cause les troupes ukrainiennes dans cette explosion qui a tué deux civils en Pologne. 

Joe Biden a imputé la responsabilité de l'explosion en Pologne à un tir d'un missile de l'armée ukrainienne. Le président américain en a informé les membres du G7 et de l'OTAN ce mercredi. 

Un tir de missile S-300

Même son de cloche du côté de Moscou qui apporte des précisions sur le type de missile employé. Le ministère russe de la Défense a déclaré mercredi que l'explosion qui s'est produite mardi sur le territoire polonais avait été provoquée par un tir de missile S-300 de la défense aérienne ukrainienne, ajoutant que les frappes russes qui ont visé l'Ukraine le même jour n'avaient pas atteint d'objectif à moins de 35 km de la frontière polonaise.

"Les photos publiées dans la soirée du 15 novembre en Pologne des débris trouvés dans le village de Przewodow ont été identifiées sans équivoque par les spécialistes de l'industrie russe de défense comme des éléments d'un missile guidé anti-aérien du système S-300 de défense aérienne de l'armée de l'air ukrainienne", a déclaré le ministère, cité par l'agence de presse RIA.

 
 

 

 

La Pologne frappée par un missile ukrainien : Varsovie ne devrait pas activer l'article 4 du traité de l'OTAN car il n'y a "pas de signe d'une attaque délibérée"

 

Une explosion en Pologne a tué deux habitants d'un village mardi soir. 

 

  • Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.
    Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. PAP - RADEK PIETRUSZKA

La Pologne pourrait ne pas avoir besoin d'activer l'article 4 du traité de l'Otan, a déclaré mercredi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki lors d'une conférence de presse au lendemain de l'explosion d'un missile dans l'est du pays, près de la frontière avec l'Ukraine, qui a fait deux morts.

Le président polonais Andrzej Duda, a déclaré pendant la même conférence de presse qu'il n'y avait pas de signe d'une attaque délibérée contre la Pologne, et que le missile en question avait probablement été tiré par la défense antiaérienne ukrainienne.

L'explosion qui a fait deux morts mardi dans un village polonais proche de la frontière ukrainienne est vraisemblablement due à un tir de missile de la défense aérienne ukrainienne et rien n'indique qu'il s'agisse d'une attaque délibérée, a déclaré mercredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

A lire aussi : Guerre en Ukraine : la Russie donne des précisions sur le missile de l'armée ukrainienne responsable de l'explosion en Pologne

Que dit l'article 4 de l'OTAN ?

Dans l'attente de conclusions définitives, Mateusz Morawiecki a indiqué que Varsovie n'avait pas encore totalement écarté la possibilité de recourir à l'article 4 du traité de l'Otan, qui prévoit des consultations entre les pays membres de l'Alliance en cas de menace contre l'intégrité territoriale ou la sécurité de l'un d'entre eux. 

L'article 4 de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord stipule que "les parties se consulteront chaque fois que, de l'avis de l'une d'elles, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties sera menacée".

 

 

 

Moscou qualifie de provocation les rapports sur la chute des missiles en Pologne

 

 

Vers une guerre de religion, infos du 16 novembre 2022

Les rapports des médias sur la chute de missiles russes en Pologne sont une provocation délibérée qui vise à attiser les tensions, a déclaré ce mardi 15 novembre le ministère russe de la Défense.

Les forces russes n'ont pas réalisé de frappes sur des cibles proches de la frontière polono-ukrainienne, a fait valoir le ministère russe de la Défense en réaction aux rapports faisant état de la chute de ses missiles en Pologne.

Plus tôt dans la soirée, les médias polonais ont relaté qu’un ou deux missiles étaient tombés près de la ville de Lublin, faisant deux morts. Les rapports interviennent dans le sillage de nouvelles frappes russes sur le territoire ukrainien.

Le Premier ministre Mateusz Morawiecki a convoqué une réunion d’urgence du Comité gouvernemental pour la défense et la sécurité.

Source

 

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : La Russie « porte la responsabilité » de la frappe en Pologne, d’après Stoltenberg…

 

L’ESSENTIEL

  • La Pologne a placé mardi son armée en état d’alerte renforcée après avoir été atteinte par ce qu’elle a décrit comme un « projectile de fabrication russe », qui a fait deux morts. Dans la nuit, le président polonais a relevé qu’il n’y avait à ce stade pas de « preuve équivoque » sur l’auteur du tir.
  • Paris, Londres, Washington et Berlin ont assuré Varsovie de leur soutien. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a pour sa part exprimé ses « condoléances pour la mort de citoyens polonais victimes de la terreur des missiles russes ».
  • La Pologne, qui partage une frontière avec l’Ukraine, est membre de l’Otan et quelque 10.000 militaires américains se trouvent dans le pays. Le chef de l’Otan Jens Stoltenberg doit tenir dès ce mercredi une « réunion d’urgence » avec les ambassadeurs de l’Alliance.
  • De son côté, Moscou a qualifié les accusations de tirs russes sur le sol polonais de « provocations » dans « le but de créer une escalade de la situation ». « Aucune frappe n’a été menée sur des objectifs proches de la frontière ukraino-polonaise », a affirmé le ministère russe de la Défense.

 

14h20 : L’Ukraine demande « un accès immédiat » au site touché par un missile en Pologne

L’Ukraine a demandé mercredi « un accès immédiat » au site en Pologne où est tombé la veille un missile, dont Varsovie a jugé « hautement probable » qu’il s’agisse d’un projectile antiaérien ukrainien.

« L’Ukraine demande un accès immédiat au site de la frappe pour les représentants de la Défense et des gardes-frontières », a réclamé sur Twitter le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense ukrainien, Oleksiï Danilov, qui a dit souhaiter « un examen conjoint de l’incident ».

 

13h33 : La Chine appelle au calme

Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a appelé « toutes les parties concernées » à « rester calmes et faire preuve de retenue afin d’éviter une escalade », alors qu’un missile a tué deux hommes dans le village polonais de Przewodow en frappant un bâtiment agricole mardi.

 

13h23 : La Russie « porte la responsabilité » de la frappe en Pologne, d’après Stoltenberg

Jens Stoltenberg a déclaré que bien que le missile qui a atterri en Pologne hier et tué deux personnes était « très probablement » des systèmes ou des missiles de défense aérienne ukrainiens, « ce n’est pas la faute de l’Ukraine ».

« La Russie porte la responsabilité de ce qui s’est passé en Pologne hier, car c’est le résultat direct de la guerre en cours et de la vague d’attaques de la Russie contre l’Ukraine hier », a affirmé le secrétaire général de l’Otan.

 

12h59 : « Pas d’indication d’une attaque délibérée » en Pologne, selon le chef de l’Otan

L’Otan ne dispose « d’aucune indication » permettant d’attribuer l’explosion mortelle en Pologne à « une attaque délibérée » contre ce pays, a estimé mercredi le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg.

« Notre analyse préliminaire suggère que l’incident a été probablement causé par un missile de système ukrainien de défense anti-aérienne tiré pour défendre le territoire ukrainien contre les missiles de croisière russes », a déclaré M. Stoltenberg lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

 

12h30 : Le président polonais juge « hautement probable » que le missile provienne de la défense ukrainienne

Le président polonais Andrzej Duda a considéré mercredi comme « hautement probable » que le missile qui a tué deux personnes à la frontière avec l’Ukraine ait été utilisé par la défense ukrainienne.

« Rien n’indique qu’il s’agissait d’une attaque intentionnelle contre la Pologne », a-t-il affirmé à la presse. « Il y a une forte probabilité qu’il s’agisse d’un missile qui a simplement été utilisé par la défense antimissile ukrainienne », a-t-il poursuivi. C’est « probablement un accident malheureux, hélas ».

 

 

12h01 : Berlin propose de soutenir Varsovie avec des patrouilles aériennes

Berlin a proposé mercredi de soutenir Varsovie avec des patrouilles aériennes après la chute meurtrière d’un missile en Pologne. « En réaction aux événements en Pologne, nous allons offrir à la Pologne des patrouilles aériennes avec des Eurofighters allemands », a déclaré un porte-parole du ministère allemand de la Défense, Christian Thiels, lors d’un point presse à Berlin.

« Cela peut intervenir dès demain, si la Pologne le souhaite. Les jets n’ont pas besoin d’être déplacés en Pologne. Les patrouilles peuvent partir des bases aériennes allemandes », a-t-il ajouté. « Nous sommes déjà en contact avec les Polonais (à ce sujet) et la ministre allemande de la Défense va s’entretenir aujourd’hui avec son homologue polonaise à propos de cette offre », a-t-il poursuivi.

 

11h14 : La Russie n’a « rien à voir » avec le missile tombé en Pologne, lâche le Kremlin

 
 

11h14 : La frappe russe la plus proche de la Pologne était à 35 km de la frontière, affirme Moscou

La Russie a affirmé mercredi que ses frappes n’avaient touché la veille que le territoire ukrainien, ajoutant avoir identifié le missile tombé en Pologne comme un projectile tiré par un système de défense des forces de Kiev.

« Nous voulons souligner que les frappes de haute précision n’ont été menées que sur le territoire de l’Ukraine à une distance supérieure à 35 kilomètres de la frontière ukraino-polonaise », a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Les débris retrouvés en Pologne « ont été identifiés de manière catégorique par des spécialistes russes (…) comme un élément d’un missile guidé antiaérien des systèmes de défense antiaérienne S-300 des forces armées ukrainiennes », a-t-il ajouté.

 

11h11 : Le Kremlin salue la « retenue » de la réaction américaine

Le Kremlin a salué mercredi la « retenue » des Etats-Unis au sujet du missile tombé la veille en Pologne, assurant que la Russie n’avait « rien à voir » avec cet incident qui a suscité une flambée de tension.

« En l’occurrence, il faut noter la réaction pleine de retenue et plus professionnelle de la partie américaine", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dénonçant l' » hystérie » de « hauts responsables de plusieurs pays ». « La Russie n’a rien à voir avec l’incident qui s’est produit en Pologne », a-t-il ajouté.

 

10h36 : Moscou accuse Kiev en affirmant que le missile a été tiré par un système de défense S-300 des forces ukrainiennes

 

 

10h25 : Début d’une réunion d’urgence à l’OTAN après la chute du missile en Pologne

Une réunion d’urgence des ambassadeurs de l’Otan pour faire le point sur la chute d’un missile en Pologne, dont l’origine reste incertaine, a débuté mercredi matin au siège de l’Alliance à Bruxelles, ont annoncé des diplomates.

Cette réunion, présidée par le secrétaire général de l’organisation, Jens Stoltenberg, avait été annoncée mardi soir. Il est « important que tous les faits soient établis », avait déclaré le chef de l’Otan au sujet de l’explosion mortelle, alors que l’Ukraine a accusé la Russie.

DIRECT

 

 

 

Guerre en Ukraine : pour Joe Biden, il est « improbable » que le missile qui a touché la Pologne ait été tiré depuis la Russie

 

03:34 Urgent

Pour Joe Biden, il est « improbable » que le missile ait été tiré depuis la Russie

A la sortie de la réunion entre les dirigeants des pays du G7 et de certains pays de l’OTAN présents à Bali, Joe Biden a répondu à une question des journalistes lui demandant s’il était trop tôt pour dire si le projectile avait été tiré depuis la Russie.

« Il existe des informations préliminaires qui contestent cela. Je ne veux pas dire cela tant que nous n’aurons pas complètement enquêté dessus », a répondu le président américain. Il a ajouté qu’« il est improbable d’après la trajectoire qu’il ait été tiré depuis la Russie. Mais nous verrons ».

Joe Biden s’adresse aux journalistes à propos de la situation en Pologne, à la suite de la réunion de différents dirigeants mondiaux.

Source

 

 

 

Français détenus en Iran : Téhéran annonce l'arrestation de "plusieurs agents des services de renseignements"

 

Sept ressortissants français sont actuellement détenus en Iran. 

Le ministre iranien de l'Intérieur, Ahmad Vahidi, a déclaré mercredi que plusieurs agents des services de renseignements français avaient été arrêtés lors des manifestations dans la République islamique. "Des personnes d'autres nationalités ont été arrêtées pendant les émeutes, dont certaines ont joué un rôle important. Il y a des éléments des services français de renseignements qui seront traités conformément à la loi", a dit Ahmad Vahidi à la télévision publique iranienne.

A lire aussi : Iran : douze policiers tabassent un manifestant, la vidéo devient virale

"Procès spectacles"

Les autorités iraniennes font face à un vaste mouvement de protestation depuis la mort il y a deux mois d'une jeune femme, Mahsa Amini, après son arrestation par la police des mœurs. La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a déclaré samedi que sept ressortissants français étaient actuellement détenus en Iran.

La France a dénoncé début octobre "des pratiques dignes des procès spectacles des pires régimes dictatoriaux" après la diffusion d'une vidéo mettant "en scène (les) prétendus aveux" d'espionnage d'un couple de ressortissants français, Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai dernier et "détenus arbitrairement" en Iran.

 

 
 

 

 

Médiateur interculturel : La plateforme de soutien aux migrants et l’université de Lille vont créer un diplôme universitaire enseignant comment offrir « un accueil plus digne » aux migrants

Un diplôme universitaire pour accompagner les migrants à la frontière franco-britannique

Ce diplôme est né d’un constat : le manque de qualification des médiateurs-interprètes à la frontière franco-britannique, où sont bloqués les exilés qui veulent traverser la Manche pour rejoindre l’Angleterre. Cette conclusion fait suite à un diagnostic réalisé par la plateforme de soutien aux migrants et migrantes (PSM), qui réunit 28 associations actives auprès des 2 000 personnes en exil présentes sur le littoral (notamment à Grande-Synthe et à Calais), mais aussi à un rapport parlementaire datant de fin 2021. « Peu de formations existent sur ces métiers spécifiques à la frontière. Ce diplôme a été conçu en relation avec les associations et forme des médiateurs interculturels et linguistiques capables d’intervenir dans les associations », confie Émilie Da Lage, responsable pédagogique du diplôme universitaire.

www.lavoixdunord.fr

 

Paris votera jeudi une subvention de 100 000 € à SOS Méditerranée

 

 

 

 

Le Parlement européen adopte une résolution contre le racisme qui condamne la “prétendue théorie” du Grand remplacement (MàJ : Les ONG antiracistes Equinox, subventionnée par l’Open Society de G. Soros, ERGO et ENAR saluent son adoption)

Commenter cet article