Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 10 janvier 2020

 

 

 

Le général Naqdi, commandant du CGRI : La Maison Blanche a le choix entre rappeler ses soldats et commander des cercueils – Les sionistes doivent retourner chez eux en Europe

 

Dans une déclaration diffusée sur la 3ème chaîne iranienne, le 3 janvier 2020, le commandant adjoint pour la coordination du CGRI, le général Mohammad Reza Naqdi, a laissé le choix à la Maison Blanche entre rappeler les forces militaires de la « région islamique » et commander des cercueils pour les soldats.

Il a enjoint au « régime sioniste », de retourner dans les « pays européens d’où il vient » sous peine de subir un « coup décisif de la nation islamique ». Le général Naqdi a prononcé son allocution dans la ville d’Aoveyzeh, province du Khouzistan. Extraits :

Mohammad Reza Naqdi : Soit la Maison Blanche commence aujourd’hui à emballer ses bases militaires établies dans la région islamique, soit elle va au marché commander des cercueils pour ses soldats. Quant au régime sioniste, il devrait faire ses valises et retourner dans les pays européens d’où il vient, ou bien il peut attendre un coup décisif de la nation islamique. Le choix lui appartient. Nous ne voulons pas d’effusion de sang. Qu’ils fassent leur choix. […]

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

 

 

 

 

Crash du Boeing en Iran : comment la piste d’un tir accidentel de missile s’est précisée

 

L’Iran dément être responsable du crash qui a causé la mort de 176 personnes, mercredi à Téhéran.

 

Des secouristes de la Croix-Rouge iranienne sur les lieux du crash de l’avion ukrainien, à  Shahedshahr, près de Téhéran, le 8 janvier. Des secouristes de la Croix-Rouge iranienne sur les lieux du crash de l’avion ukrainien, à  Shahedshahr, près de Téhéran, le 8 janvier. Ebrahim Noroozi / AP

L’escalade entre les Etats-Unis et l’Iran a fait 176 victimes collatérales, au cours d’une passe d’armes pourtant décrite jusqu’ici comme calibrée. Les passagers et membres d’équipage qui ont péri, mercredi 8 janvier, dans le crash d’un Boeing 737 d’Ukraine International Airlines (UIA), après son décollage de l’aéroport de Téhéran, ont été tués par un tir de missile antiaérien iranien, selon le renseignement américain. L’incident était intervenu quelques heures après une salve de missiles balistiques ordonnée par la République islamique contre des installations militaires américaines, situées en Irak. Des représailles contre l’assassinat, à Bagdad, cinq jours plus tôt, du général iranien Ghassem Soleimani, commandant de la force des gardiens de la révolution, dans une frappe américaine.

La journée de jeudi avait été marquée par la montée des doutes sur le caractère accidentel de la catastrophe. Dans le sillage de Newsweek, les médias américains diffusaient des citations anonymes de responsables du renseignement, tandis que des photos d’impacts extérieurs de shrapnels sur la carlingue, ou de restes d’un missile Tor à proximité du crash, étaient publiées sur les réseaux sociaux. Puis une première confirmation tombait, par l’entremise de Justin Trudeau, le premier ministre du Canada, dont 63 ressortissants, pour beaucoup binationaux, sont morts dans le crash.

« Nous avons des informations de sources multiples, notamment de nos alliés et de nos propres services », montrant que l’avion a été abattu « par un missile sol-air iranien », a ainsi précisé M. Trudeau, lors d’une conférence de presse, avant d’ajouter que l’acte n’avait peut-être pas été intentionnel. Plus tôt, le président américain, Donald Trump, avait exprimé ses nuances sur la thèse d’un problème technique, d’abord mise en avant par Téhéran.

Lire la suite (pour abonné seulement)

LIRE AUSSI :Crash en Iran: Boris Johnson évoque un "ensemble d'informations" sur un missile iranien

 

 

Crash d'un Boeing ukrainien : Johnson évoque à son tour un "ensemble d'informations" sur un missile iranien

 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé à son tour ce jeudi soir qu'il existait un "ensemble d'informations" selon lesquelles le Boeing 737 ukrainien qui s'est écrasé mercredi près de Téhéran a été "abattu par un missile sol-air iranien".

"Il y a maintenant un ensemble d'informations", selon lesquelles l'avion "a été abattu par un missile sol-air iranien", "cela pourrait bien avoir été accidentel", a-t-il déclaré dans un communiqué publié peu après une annonce du président canadien Justin Trudeau dans ce sens.

Boris Johnson a réitéré son appel à toutes des parties à une urgente "désescalade pour réduire les tensions dans la région".

Le Premier ministre britannique a précisé que quatre Britanniques figuraient parmi les 176 personnes qui ont été tuées dans le crash. Les autorités britanniques mentionnaient jusqu'alors le chiffre de trois victimes.

"Nous travaillons étroitement avec le Canada et nos partenaires internationaux, il est maintenant nécessaire qu'il y ait une enquête complète et indépendante", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre britannique a également appelé à un rapatriement "immédiat et respectueux" des corps des victimes.

Source

 

Crash du Boeing en Iran : colère et tristesse au Canada

 

 

Selon Trump, Soleimani voulait faire exploser l'ambassade américaine en Irak

 

Le président a justifié l'assassinat ciblé du général iranien, vendredi dernier, en raison de l'existence d'un «complot» visant à «faire exploser» la représentation américaine à Bagdad.

Donald Trump a déclaré jeudi que les Etats-Unis avaient décidé d'abattre le général iranien Qassem Soleimani peu après son arrivée à Bagdad vendredi dernier en partie à cause d'un complot visant à «faire exploser» l'ambassade américaine dans la capitale irakienne. Cette déclaration pourrait apporter un éclairage sur les renseignements, jusque-là évoqués de manière très vague, ayant conduit Washington à juger que l'assassinat du commandant iranien et l'échec des projets de celui-ci justifiaient de s'exposer à d'éventuelles représailles de Téhéran.

Les Etats-Unis ont eu un aperçu des répercussions de cet assassinat dans la nuit de mardi à mercredi, lorsque l'Iran a tiré plus d'une dizaine de missiles contre des bases en Irak abritant des forces américaines - une attaque destinée à faire de nombreuses victimes, selon le Pentagone, mais qui n'en a fait aucune.

«Nous avons attrapé un monstre absolu et nous l'avons supprimé, et cela aurait dû être fait il y a bien longtemps. Nous l'avons fait parce qu'ils envisageaient de faire exploser notre ambassade», a déclaré Donald Trump à des journalistes à la Maison blanche. Il a ajouté que la frappe ciblée contre l'un des personnages les plus influents du régime iranien était aussi une réponse à l'attaque à la roquette menée en décembre par une milice pro-Téhéran contre une base militaire irakienne dans laquelle un civil américain a été tué, et que Soleimani aurait en partie orchestrée selon des représentants à Washington.

Lire la suite

 

 

 

Crise iranienne : le puits sans fond des sanctions économiques de Donald Trump

 

 

"Nous devons vraiment arrêter de lancer des guerres"

 

 

Trump qualifie les États-Unis de «défenseurs» de l’Europe contre la Russie

 

Intervenant lors d’un meeting électoral, Donald Trump a présenté les États-Unis comme les défenseurs de l’Europe contre la Russie et a regretté de ne pas être aimé par les Européens.

Lors d’un meeting électoral, Donald Trump a déploré de ne pas être aimé par les Européens, c’est-à-dire par ces mêmes personnes que les États-Unis protègent contre la Russie.

«Des années durant, l’Otan reçoit des avantages aux frais des États-Unis. Nous défendons l’Europe contre la Russie. Mais les chiffres [des dépenses des pays de l’Otan, ndlr] diminuent depuis de nombreuses années, ces 15 à 18 dernières années… Je leur ai dit: "Les gars, vous devez payer. Vous ne payez pas!"», a déclaré le Président américain intervenant dans l’Ohio.

Des piques lancés à Barack Obama

Selon lui, c’est la raison pour laquelle les pays européens ne l’«ont pas aimé», contrairement à Barack Obama qui n’avait pas avancé de telles exigences.

Lire la suite

 

 

 

Au Niger, "63 terroristes" et 25 personnes tués dans l'attaque d'un camp de l'armée

 

 

 

 

L’Irak reprend les discussions avec la Russie pour acheter des S-300 suite aux frappes US, selon un député

 

Bagdad reprend les discussions avec Moscou pour acheter des S-300 suite aux frappes américaines, a déclaré à Sputnik le président de la commission de la défense du parlement irakien, Mohammad Ridha.

Les autorités irakiennes reprennent les négociations avec la Russie sur l'achat de systèmes sol-air S-300 et s'attendent à une opposition de la part des États-Unis, a déclaré jeudi 9 janvier à Sputnik le président de la commission de la défense au parlement irakien, Mohammad Ridha.

«Il était prévu de régler cette question depuis longtemps, il y a quelques mois, on avait besoin de ces armes après les attaques contre les bases des milices chiites Hachd al-Chaabi à Bagdad et dans d'autres provinces. Les responsables ont décidé de reprendre les négociations sur les S-300», a indiqué M.Ridha.

Lire la suite

 

 

Israël présente son «épée laser» vouée à abattre les roquettes ennemies - image

 

Israël a annoncé un ajout prochain à ses systèmes de défense antiaérienne: une arme laser qui, selon le ministre de la Défense du pays, pourra intercepter des roquettes, des missiles guidés et autres projectiles lancés contre l'État hébreu. Le ministre a décrit cette arme comme «une épée laser».

Le ministre israélien de la Défense, Naftali Bennett, a annoncé mercredi qu'un système de défense laser serait opérationnel dans un an et demi. Ces lasers pourront également être installés sur des chars et des UAV.

Le système utilisera plusieurs faisceaux laser focalisés et fonctionnera dans des conditions météorologiques défavorables, rapporte le Jerusalem Post. Selon M.Bennett, c’est «l’appareil de sécurité le plus meurtrier, le plus puissant et le plus avancé».

«Nous ajouterons une épée laser face aux menaces du nord ou du sud», a déclaré le ministre, ajoutant que «les ennemis d'Israël feraient mieux de ne pas tester notre détermination ou nos capacités».

Lire la suite

 

 

Sanctions US contre la Russie pour son soutien à Maduro: «un écran de fumée»

 

Alors que la Maison-Blanche reconnaissait il y un an Juan Guaido, le Président autoproclamé du Venezuela, Nicolas Maduro est toujours solidement en place à Caracas. À cause de Moscou? C’est ce que semble penser Washington. Décryptage avec le spécialiste de la région et ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, Maurice Lemoine.

Lire la suite

 

 

 

Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam se confie à ses codétenus sur les attaques en rigolant

 

Dans des écoutes révélées par Le Parisien, Salah Abdeslam, le dernier survivant des commandos du 13 novembre 2015 à Paris raconte à deux détenus le déroulé de sa soirée, qui a fait 131 victimes et plus de 450 blessés.

Attentats du 13 Novembre : les cyniques confidences de Salah Abdeslam en prison

Dans des écoutes déclassifiées en fin d’instruction que nous révélons, Salah Abdeslam raconte à deux détenus sa soirée du 13 novembre 2015. Édifiant et déconcertant.

Le Parisien

 

 

Royaume-Uni : un détenu condamné pour terrorisme poignarde des surveillants aux cris de « Allah Akbar », 5 blessés dont 1 grave (MàJ)

 

Royaume-Uni – Le surveillant grièvement blessé a été victime de coups de couteau à la tête, au visage et au dos lorsqu’il a été frappé par les deux détenus qui portaient de fausses ceintures explosives.

« Il ne fait aucun doute dans mon esprit que sans la bravoure du personnel, nous aurions pu parler ce matin de la mort d’un agent de la prison de Whitemoor », a-t-il ajouté.

L’agent a été attaqué alors que les cellules étaient déverrouillées le jeudi matin. Il a été attaqué par derrière. Quatre autres membres du personnel ont été blessés lorsqu’ils ont essayé d’aider leur collègue.

(…) Des cris de « Allah Akbar » ont été entendus pendant l’attaque.

(…) BBC

Royaume-Uni – Un détenu accusé d’avoir attaqué un surveillant pénitentiaire dans une prison de haute sécurité avait été incarcéré pour avoir projeté de décapiter un soldat.

Il s’agit de Brusthom Ziamani, 24 ans, qui a été reconnu coupable d’avoir préparé un acte de terrorisme en 2015.

L’attaque perpétrée jeudi au HMP Whitemoor dans le Cambridgeshire, au cours de laquelle quatre autres membres du personnel pénitentiaire ont été blessés, s’est produite alors que les cellules étaient déverrouillées.

Le surveillant a été lacéré et poignardé, les autres se sont précipités pour l’aider.

Ziamani a été aidé par un autre prisonnier, un converti musulman qui purgeait une peine pour une violente agression.

Les deux détenus étaient munis d’armes blanches et portaient de fausses ceintures explosives pendant l’attaque. L’officier a été blessé au visage, mais ses blessures ne semblent pas avoir mis sa vie en danger.

BBC

 

 

Éric Zemmour conseille à la police de «tirer à balles réelles» sur ses agresseurs

 

La police ne peut pas se voir «débordée par des caïds et des voyous» et doit être capable de répondre de manière proportionnée à toute attaque visant ses membres, estime Éric Zemmour.

«Dans le monde, la police française est loin d’être la plus violente». Sur le plateau de CNews, l’éditorialiste Éric Zemmour a recommandé aux forces de l’ordre françaises de se défendre proportionnellement à l’attaque dont elles sont victimes.

Face à Charles Consigny lors de son émission quotidienne du 8 janvier, M.Zemmour a notamment estimé que «d’admirables démocraties» telles que les États-Unis ou le Royaume-Uni dépassaient de loin la France en termes de violences policières.

«La peur a changé de camp»

Selon lui, depuis les émeutes qui ont secoué les banlieues françaises en 2005, «un changement de climat» s’est opéré en banlieue et «la peur a changé de camp».

«Je vous signale qu’à l’époque il y avait des tirs contre la police, qu’on a tiré sur la police. Moi je pense que quand les gens tirent sur la police il faut répondre […]. Quand il y a des gens qui tirent à balles réelles, il faut tirer à balles réelles», a-t-il fait valoir.

Toujours d’après M.Zemmour, la police française ne doit pas se voir «débordée par des caïds et des voyous qui font la loi dans les enclaves soi-disant françaises et qui sont devenues des enclaves étrangères».

Source

 

Note ; a 100% d'accord. Il faut que Zemmour se présente aux prochaines élections présidentiel 

 

 

Pyrénées-Atlantiques : sept statues de la Vierge détruites ce même jeudi dans des églises de Pau, Artix et Lons

 

TÉMOIGNAGE – Sept statues de la Vierge détruites dans des églises de Pau, Artix et Lons
Plus d'infos : https://bit.ly/2QCH2AV

VIDEO

Au moins huit statues de la Vierge-Marie ont été vandalisées ce jeudi dans des églises à Pau, Artix, Lons et Mourenx. Les dégradations, visiblement coordonnées, seraient l’œuvre d’un même individu, ou d’un même groupe. L’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron se dit choqué.
[…]

« Quand je suis arrivé, comme à chaque fois que je viens je suis allé voir la Vierge-Marie, et j’ai eu la surprise de voir la statue par terre » témoigne auprès de France Bleu Béarn André Dureysseix, c’est lui qui a ouvert l’église St Jacques ce jeudi après-midi et a découvert les actes de vandalisme. « On ne comprend pas, ça touche, poursuit André Dureysseix, avant on nous volait des cierges, maintenant on s’en prend aux statues et en particulier à la Vierge-Marie… La prochaine fois ça va être qui ? »
[…]

1704 actes antireligieux (1063 actes antichrétiens, 541 actes antisémites et 100 actes antimusulmans) ont été répertoriés par le Ministère de l’Intérieur en 2018… […]

France Bleu

 

 

Commenter cet article