Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

Nucléaire iranien : le compromis reste à définir

Le  16 avril 2012

Le dialogue de sourds de plus en plus inquiétant, ces derniers mois, entre Téhéran et la communauté internationale est-il en train de prendre fin ? Il serait aussi prématuré qu'imprudent de l'affirmer. Mais les discussions engagées, samedi 14 avril à Istanbul, entre l'Iran et les "six" (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne) sont moins décourageantes que les tentatives précédentes de dénouer cette lourde crise diplomatique.

Le contentieux est connu. L'Iran, signataire du traité de non-prolifération nucléaire, a le droit d'accéder à un "usage pacifique" de l'énergie nucléaire. Or, depuis 2006, la République islamique poursuit des activités d'enrichissement d'uranium, au mépris des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et des décisions de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui soupçonnent ces recherches d'être motivées par des visées militaires.

Il ne fait guère de doute, en effet, que Téhéran veut se doter de la capacité de franchir ce pas. En novembre 2011 encore, l'AIEA a remis son rapport le plus accablant, affirmant détenir de nombreux indices de recherches visant à la fabrication d'une ogive nucléaire, ainsi que de l'existence en Iran d'un site pour tester des explosifs relatifs à l'arme suprême. Et depuis janvier 2012, l'Iran s'est mis à enrichir sur un site, Fordow, que le régime cherchait à dissimuler jusqu'à ce que les Occidentaux le dévoilent en 2009.

Lire la suite


Nucléaire-Iran : négociations le 23 mai

 

Le  14 avril 2012

Les prochaines négociations sur le programme nucléaire de l'Iran avec les grandes puissances auront lieu le 23 mai à Bagdad, à indiqué une source de la délégation iranienne au terme de discussions tenues samedi à Istanbul, a déclaré à l'AFP une source de la délégation iranienne.

"Les parties se sont mis d'accord pour se retrouver le 23 mai à Bagdad pour définir les modalités pour des négociations globales", a précisé cette source sous couvert d'anonymat.

source

 


L'Iran cherche un compromis

Le  9 avril 2012 par

 

Si l’Iran continue de souffler le chaud et le froid sur son programme nucléaire, c’est bien vers un compromis que semble vouloir se diriger la République islamique. Alors que débutent ce vendredi à Istanbul de nouvelles négociations avec les grandes puissances, l’Iran, acculé par les sanctions serait prête à ralentir sa production d’uranium enrichi. C’est ainsi que l’a laissé entendre Fereidoun Abbasi, le chef du programme nucléaire iranien. A terme, c’est précisément ce type d’activité qui pourrait permettre à Téhéran de développer l’arme atomique, d’où les inquiétudes exprimées par Israël et la communauté internationale. Pour autant, les responsables iraniens ont rejeté la proposition américaine de fermer le site souterrain de Fordo, près de la ville de Qom. C’est là que sont actuellement transférées des milliers de centrifugeuses destinées justement à l’enrichissement l’uranium.


L'Iran met en garde les pays du CCG contre un projet antimissile avec USA  

 

 

Le 04 avril 2012

 

Teheran - Le ministre iranien de la Défense, le général Ahmad Vahidi, a mis en garde les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) contre un projet de bouclier antimissile avec les Etats-Unis, a rapporté mercredi l'agence Fars.


"Le bouclier antimissile dans le Golfe Persique est un projet américano-sioniste et ceux qui entrent dans ce projet jouent le jeu des Etats-Unis et d'Israël", a déclaré le général Ahmad Vahidi.


"Nous avons rejeté dès le début un tel projet qui est contraire à la sécurité régionale et nous conseillons à nos amis (arabes) de ne pas entrer dans un tel jeu", a-t-il ajouté.


La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui a participé samedi à Ryad à la première réunion du forum réunissant les Etats-Unis et les six pays du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Oman, Qatar et Koweït), a souhaité l'instauration d'une coopération multilatérale en matière de défense, notamment grâce à un bouclier de missiles de défense face à l'Iran.


Les relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite se sont tendues ces derniers mois à cause notamment de leurs désaccords sur la situation à Bahreïn, en Syrie et au Yémen.

Lire l'article

 


L'Iran menace les USA de représailles sur leur sol en cas d'attaque

Le 03 avril 2012

Les Etats-Unis risqueraient des représailles sur leur sol de la part de l'Iran s'ils attaquaient la République islamique, a déclaré un commandant du corps des Gardiens de la révolution cité ce mardi par un journal iranien.

«En cas d'éventuelle attaque, notre réaction serait cinglante. Dans un tel cas, nous n'agirions pas seulement aux frontières du Moyen-Orient et du Golfe persique, aucun endroit en Amérique ne serait invulnérable à nos attaques», a dit Massoud Jazayeri.

Il a ajouté que l'Iran ne serait pas le pays qui lancerait les hostilités. Les Etats-Unis ont imposé des sanctions à l'Iran en raison de son programme nucléaire et ils privilégient la voie diplomatique pour tenter de résoudre cette crise.

Lire l'article

 


Nucléaire: l'Iran répète qu'il gardera ses acquis malgré les sanctions

 

Le 02 avril 2012

L'Iran ne renoncera pas à ses acquis dans le domaine du malgré les sanctions, a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi, à moins de deux semaines de la reprise de discussions avec le groupe 5+1.
"Nous ne sous-estimons aucun ennemi (...) les responsables, notre guide suprême, le , l'armée, les Gardiens de la révolution, le bassidj (milice islamique) sont vigilants.

Le peuple est prêt à défendre les acquis de l'Iran islamique (notamment dans le domaine nucléaire, ndlr) et ne permettra à personne d'y toucher", a déclaré M. Salehi à l'agence officielle Irna.
"L'Occident croit que l'Iran, comme beaucoup de pays, cèdera sous la pression des Américains, mais il se trompe (...) Depuis 33 ans, les pays occidentaux font pression et imposent des sanctions notamment contre nos banques. Ces sanctions créent peut-être de petits problèmes, mais nous poursuivons notre chemin" dans le domaine nucléaire, a-t-il ajouté.
De son côté, le ministre iranien du , Rostam Qasemi, a affirmé lundi à l'agence Mehr que les efforts des pays occidentaux pour saper les exportations de pétrole iranien avaient été "un échec".

Lire la suite de l'article

 


Israël, Etats-Unis et Grèce s’entraînent face à un ennemi ressemblant à la Turquie | JSS News

 


Les forces marines militaires d’Israël, des Etats-Unis et de la Grèce sont actuellement en entraînement intensif au beau milieu de la mer Méditerranée. Selon la presse athénienne, les tensions entre la Turquie, Israël et la Grèce sont l’une des raisons qui expliquent cette démonstration à quelques miles marins des côtes turques.

L’exercice dont le nom de code est « Noble Dina, » implique des simulations de combat entre sous-marins, mais aussi des batailles aériennes et la protection des plates-formes gazière en mer.


Jusqu’en 2009, la marine d’Israël et la sixième flotte américaine menait régulièrement des exercices communs avec la Turquie lors des opérations « Sirène Confiante. » Suite au renforcement des liens entre l’Iran et la Turquie, entraînant de facto une détérioration des liens avec Israël, le premier ministre islamiste de Turquie avait décidé d’annuler tous les entraînements communs avec Jérusalem.

En avril 2011, Israel et les Etats-Unis ont donc décidé de continuer ces entraînements mais en changeant le nom de code. Et en troisième participant, les américains et israéliens ont eu l’excellente idée d’inviter la Grèce. La Grèce a sauté sur cette offre contrariante aux yeux des turcs…


L’exercice a débuté le 26 mars et devrait se terminer le 5 avril 5. Selon des informations parues dans les médias grecs, l’exercice a commencé sur une base militaire américaine en Crète. Il semblerait que parmi les navires engagés on retrouve principalement des destroyers et sous-marins. Des avions de chasse des trois pays participent également aux entraînements.

Selon un rapport publié sur le site Defencenet.gr grec, une partie de l’exercice aura lieu au large des côtes de la Turquie. L’exercice se poursuivra au large de la côte sud de Chypre, avant de conclure dans le port de Haïfa.

Le site a rapporté que les forces ennemies dans la simulation ont des caractéristiques semblables à celles de l’armée de l’air turque.

Le site note également que parmi les scénarios envisagés, il y a l’attaque d’une plateforme pétrolière par un pays ennemi… Exactement ce que compte faire la Turquie selon les déclaration belliqueuses du ministre des affaires étrangères qui veut empêcher Chypre de forer dans ses eaux territoriales.

Lire l'article

 

 

 

 

 

 

 


L'Iran dit copier un drone américain abattu à la frontière afghane

Le 23 avril 2012
L'Iran a commencé à construire une copie d'un drone de surveillance américain qui s'est écrasé l'an dernier à la frontière avec l'Afghanistan, après avoir réussi à décoder l'encryptage de son logiciel, rapporte dimanche la presse iranienne.
                                   
Selon le général Amir Ali Hajizadeh, chef de la division aéronautique des Gardiens de la Révolution, l'unité d'élite de l'armée iranienne, les ingénieurs sont dans la dernière phase de récupération des informations contenues à l'intérieur du système de commande et de communication du drone, précise l'agence de presse Mehr.
                                   
Un exemplaire du RQ-170 Sentinel, un modèle construit par Lockheed Martin Corp communément utilisé depuis 2010 en Afghanistan et au Pakistan, s'est écrasé en décembre du côté iranien de la frontière.
                                   
Téhéran dit l'avoir abattu, ce que dément Washington, qui estime également que son système de sécurité ne devrait pas permettre à l'Iran de récupérer des données cruciales. Les experts se montrent généralement prudents face aux annonces iraniennes en matière de défense.
                                   
Un responsable militaire iranien a récemment déclaré que plusieurs pays, dont la Russie et la Chine, avaient demandé à Téhéran des renseignements sur le drone.

Lire l'article

 


 

Israël est prêt à intervenir en Iran si nécessaire

 

Le lieutenant-général Benny Gantz, chef d'état-major israélien, a déclaré dimanche que l'armée était prête à lancer une attaque contre les installations nucléaires iraniennes si la décision en était prise par le gouvernement.

"En principe, nous sommes prêts à agir. L'Etat d'Israël pense qu'un Iran doté d'armes nucléaires serait une très mauvaise chose, et devrait être arrêté. Nous nous préparons en conséquence", a déclaré M. Gantz dans une interview donnée le Jour de l'Indépendance au quotidien israélien Yediot Aharonot, qui en a publié des extraits dimanche.

Décrivant l'année 2012 comme "cruciale" pour la progression du programme nucléaire de Téhéran, M. Gantz a déclaré qu'Israël était "le seul pays au monde qu'un autre pays appelle à détruire, tout en essayant d'acquérir les moyens de le faire. Mais cela ne signifie pas pour autant que je vais envoyer à l'instant même le commandant de la force aérienne en Iran".

Dans l'interview, qui sera publiée dans son intégralité mercredi, M. Gantz a révélé que l'armée avait considérablement augmenté ses opérations derrière les lignes ennemies, dans le cadre de ses préparatifs à une guerre éventuelle.

Interrogé sur la question de savoir si l'Iran posait effectivement une menace pour l'existence d'Israël, une thèse très souvent soutenue par les responsables politiques et militaires d'Israël, M. Gantz a déclaré: "Le potentiel est là. Mais j'estime qu'à l'heure actuelle, ce n'est pas encore le cas".

Même s'il n'y a "aucun signe" d'une guerre imminente au Moyen-Orient, le risque de détérioration est "plus grand que par le passé", a ajouté M. Gantz, évoquant la "réalité stratégique et l'instabilité dans la région".

Lire l'article

 


 

Trafic d'armes: L'Onu prononce de nouvelles sanctions contre des Iraniens

 

Le 21 avril 2012

Les Nations unies ont imposé des sanctions à deux Iraniens et à une société iranienne pour avoir exporté des armes vers l'Afrique en 2010, a rapporté l'ambassadrice américaine à l'Onu, Susan Rice.

"Les individus visés aujourd'hui ont organisé un transport d'armes, intercepté par le Nigeria en 2010, violant les sanctions de l'Onu", a déclaré la diplomate.

"Les deux individus et la société ont des liens avec les forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique (GRI), qui soutiennent le terrorisme et l'extrémisme dans le monde entier", a-t-elle ajouté. Les deux personnes visées, Azim Aghajani et Ali Akbar Tabatabaei, feraient partie des forces spéciales GRI, confirme le site internet de l'Onu.

Les sanctions frappent également la société Behineh Trading Co., décrite par les Nations unies "comme l'une des deux entreprises iraniennes ayant joué un rôle clef dans le transfert illégal d'armes de l'Iran vers l'Afrique de l'Ouest (...)".

Les autorités nigérianes avaient déposé une plainte officielle contre l'Iran auprès des Nations unies après la saisie des armes. Téhéran s'était défendu en expliquant qu'il s'agissait d'une vente légitime avec la Gambie.

Source

 


Commenter cet article