Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

 

 

La confrontation Etats-Unis-Iran entre dans une nouvelle et dangereuse phase

 

 

Washington a désormais quasiment épuisé toutes les « options diplomatiques » et imposé ce qui correspond à un blocus économique de l’Iran – ce qui en soi est un acte de guerre. La prochaine étape est l’option militaire.

Obama Ahmadjinejad

Le 09 juillet 2012

La confrontation avec l’Iran, menée par les Etats-Unis, au sujet des programmes nucléaires a atteint un nouveau et dangereux stade suite au blocage de pourparlers internationaux et à l’imposition de sanctions supplémentaires destinées à paralyser l’économie iranienne. Le gouvernement Obama a à maintes reprises déclaré que toutes les options, y compris l’option militaire, restaient sur la table si Téhéran ne s’inclinait pas devant les exigences américaines.

En parlant cette semaine au New York Times, des responsables américains ont donné le détail du renforcement militaire déjà en cours dans le golfe Persique sous prétexte de maintenir ouvertes les routes de navigation. Deux porte-avions – l’USS Lincoln et l’USS Enterprise – se trouvent dans la région, ainsi que leurs groupements tactiques associés. La marine américaine a doublé le nombre de dragueurs de mines dans le golfe et l’aviation américaine a renforcé sa présence par des avions furtifs F-22 et des chasseurs bombardiers F-15C.

Le Pentagone a stationné dans le golfe une plate-forme commando en mer, l’USS Ponce. Elle peut être utilisée de diverses manières, entre autre comme base des forces spéciales américaines. Vu que la plateforme est déployée dans les eaux internationales, les troupes américaines seraient en mesure de mener des opérations à l’intérieur de l’Iran sans avoir à consulter les gouvernements régionaux pour utiliser leurs bases.

Lire la suite

 

Mon avis : Vous pouvez lire la suite de cet article mais je ne suis pas du tous d'accord avec ce journaliste PRO IRANIEN , lorsqu'il écrit à propos du nucléaire iranien " des affirmations américaines infondées " Je précise ici que les USA avaient aussi dénoncé que la Corée du Nord allait possédé l'arme nucléaire et que maintenant que l'on sait que ce pays, possède vraiment la bombe il n’y a plus aucun journaliste pour le démentir , pareil pour la bombe du Pakistan !

 

Certains journalistes sont vraiment de mauvaise foi, ce sont les Iraniens qui essayent de perdre du temps par tous les prétextes possibles, ils refusent la visite de leur site nucléaire enterré à 80 mètres de profondeur par l'AIEA

 

 


  L’Iran capture et réplique un drone furtif américain

 

Le 5 juillet 2012 

Le 4 décembre 2011, l’Iran capture un drone furtif américain, le RQ 170 Sentinel. Le mois dernier, Téhéran affirmait avoir décelé ses secrets technologiques . La production de la réplique est en cours.

 

Ce drone a été intercepté à 250 kilomètres à l’intérieur des terres iraniennes. Selon les autorités américaines, l’appareil a été victime d’une défaillance technique et non d’un piratage informatique. D’après la presse américaine, il avait décollé d’Afghanistan pour faire une mission de reconnaissance des sites nucléaires iranien pour le compte de la CIA.

Washington sous-estime (encore) son ennemi

L’Iran avait en effet affirmé en avoir pris le contrôle pour le faire atterrir sans encombres dans le désert iranien. Barak Obama avait alors exigé la restitution de l’appareil. En vain puisque le drone était en mission d’espionnage. Une aubaine pour Téhéran.

Les projets de reproduction de cet outil de guerre ultrasophistiqué sont mal accueillis au Etats-Unis. « Les Iraniens fanfaronnent, ils sont sur la défensive en raison des sanctions que nous avons mises en place contre eux », s’est exclamé Joe Lieberman, président la Commission de la Sécurité intérieure au Sénat, interviewé par Fox News.  En décembre dernier, le Pentagone était assez embarrassé et a minimisé le problème. Le niveau d’expertise de l’Iran a été largement sous-estimé.

Lire la suite

 

 


S-300 pour l’Iran : la Russie doit reprendre les livraisons

 

Le 5 juillet 2012

La Russie doit reprendre la livraison de missiles sol-air S-300 à l’Iran, car cette arme ne tombe pas sous le coup des sanctions décrétées par l’ONU à l’encontre de Téhéran, a déclaré jeudi Igor Korotchenko, directeur du Centre d’analyse du commerce mondial d’armes.

"La Russie doit revenir sur sa décision d’annuler le contrat de livraison de systèmes S-300 à l’Iran et, compte tenu de la nouvelle situation géopolitique dans le monde, relancer les exportations d’armes défensives vers ce pays. Cette démarche n’irait à l’encontre d’aucun document en vigueur de l’ONU", a indiqué M. Korotchenko dans une interview à RIA Novosti.

C’est ainsi qu’il commentait les informations de certains médias selon lesquelles le ministère iranien de la Défense et la compagnie The Aerospace Industries Organisation ont déposé une requête auprès de la Cour internationale d’arbitrage de Genève contre l’exportateur d’armes russe Rosoboronexport pour avoir failli à honorer ses engagements concernant les S-300.

Lire la suite

 

 


 

 

L'Iran et les États-Unis se testent dans le Golfe

 

Le 3 juillet 2012

Téhéran simule l'attaque d'une base étrangère en tirant des missiles et Washington renforce ses moyens militaires


Des soldats iraniens fêtent le lancement d'un missile lors de manœuvres militaires, hier, dans le désert Dacht-e Kavir. Un cran supplémentaire a été franchi dans la confrontation entre l'Iran et les grandes puissances. Alors que reprenaient cette semaine à Istanbul, mais à huis clos et sans grand espoir de réussite, les pourparlers sur le programme nucléaire iranien, la République islamique a sorti ses muscles en simulant l'attaque d'une «base militaire ennemie», sans doute américaine, reproduite pour l'occasion dans le désert Dacht-e Kavir.

Baptisées «Grand Prophète 7», les manœuvres, qui doivent se terminer mercredi par des attaques de «drones-bombardiers», ont donné lieu à des tirs de plusieurs dizaines de missiles balistiques. «Avec 100 % de succès» selon Téhéran.

Dans l'esprit des gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime qui contrôle le programme de missiles, il s'agit de prouver «la détermination, la volonté et la capacité du peuple iranien à défendre ses intérêts nationaux». «Grand Prophète 7» prétend également «envoyer un message aux nations aventureuses» qui seraient tentées d'attaquer l'Iran - Israël et les États-Unis en tête, qui n'ont pas exclu de recourir à la force pour régler le problème nucléaire iranien.

Davantage que l'aviation et la marine, c'est son programme de missiles qui fournit à l'Iran la capacité de frapper des objectifs hors de ses frontières. Avec les Sahab-3, d'une portée d'environ 2 000 kilomètres, l'Iran est non seulement capable d'atteindre Israël, mais aussi les bases américaines dans le Golfe et au Moyen-Orient, ainsi que la base militaire française d'Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis.

Fermer Ormuz

Les missiles tactiques, d'une portée de 300 à 700 kilomètres, peuvent aussi permettre aux Iraniens d'atteindre les bâtiments de la Ve Flotte américaine et la base des États-Unis au Qatar. «Même si les progrès des Iraniens dans les missiles de croisière sont plus incertains, ils ont acquis une certaine autonomie dans les systèmes à moyenne portée, qui fonctionnent très bien», explique Bruno Gruselle, à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Dans le domaine tactique, avec «plusieurs dizaines de lanceurs et plusieurs centaines de missiles, l'Iran est capable de frappes plus importantes» encore, poursuit le spécialiste.

Dans le même temps, les États-Unis ont discrètement renforcé leur présence militaire dans le Golfe, selon le New York Times. Un geste qui vise tout à la fois à rassurer Israël sur l'engagement américain, à empêcher une éventuelle fermeture du détroit d'Ormuz et à pouvoir frapper l'Iran en cas de crise majeure. La marine américaine dispose désormais de huit dragueurs de mines. Des avions furtifs et des bombardiers F-15 ont par ailleurs été déployés dans les bases régionales.
Lire la suite


L'Iran simule l'attaque d'une "base étrangère"

 

En cas d'attaque, l'Iran menace de frapper Israël et les bases américaines dans le Golfe et au Moyen-Orient.

Le 3 juillet 2012

L'Iran a tiré une série de missiles balistiques, dont certains capables de frapper Israël, lors d'exercices dans le centre du pays simulant l'attaque d'une "base étrangère" dans la région, ont annoncé mardi 3 juillet les médias.

"Des missiles Shahab 1, 2 et 3, Qiam, Fateh et Tondar ont été tirés dans le cadre des manœuvres 'Grand Prophète 7'", a annoncé la chaîne de télévision en arabe Al Alam.

Le Shahab 3, d'une portée de 2 000 km, est l'un des missiles balistiques de la panoplie iranienne capable d'atteindre Israël ou les bases américaines au Moyen-Orient. Les autres missiles utilisés lors de cet exercice ont des portées variant entre 200 et 750 km.

Ces manœuvres de trois jours, menées par les Gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime, sont destinées à "envoyer un message aux nations aventureuses" qui seraient tentées d'attaquer l'Iran, selon le général Amir Ali Hajizadeh, commandant des forces missilières iraniennes.

(..) Les Etats-Unis ont renforcé leur présence militaire dans le Golfe afin d'empêcher toute fermeture du détroit d'Ormuz et de pouvoir frapper l'Iran en cas de crise majeure, rapporte le New York Times mardi. Ce renforcement discret vise à rassurer Israël que Washington prend au sérieux la poursuite du programme nucléaire controversé de Téhéran et à garantir la libre circulation des pétroliers par Ormuz, rapporte le quotidien en citant un haut responsable du Pentagone.

(..)La marine américaine dispose de huit dragueurs de mines, deux fois plus qu'en temps normal, et des avions furtifs F-22 ainsi que des chasseurs bombardiers F-15 ont été déployés sur des bases régionales, en plus des porte-avions et des forces les accompagnant, d'après le NYT.
Lire l'article

 

 

Les députés votent pour la fermeture du détroit d’Ormuz

« Un peu plus de la moitié du parlement iranien a soutenu un projet de loi pour bloquer le détroit d’Ormuz, » selon un député iranien qui « menace de fermer le détroit aux pétroliers en représailles contre les sanctions européennes sur le pétrole iranien. »

 

L’assemblée parlementaire n’a presque pas son mot à dire en matière de « défense » et de « relations internationales » puisque c’est le « leader suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur tous ces sujets. Mais cette loi, votée par le parlement, donnerait à une décision « suprême » un soutien politique fort.

 

Javad Karimi Qodoosi affirme ainsi que le soutien de 150 parlementaires sur 290 devient, pour l’Iran, « le droit de verrouiller le monde avec la clef qu’il détient. »

 

« Si les sanctions se poursuivent, les pays qui ont imposé ces sanctions n’auront pas le droit de traverser le détroit d’Ormuz, sans préjudice, » ajoute le député.

 

« D’un point de vue militaire, le pouvoir de fermer le détroit d’Ormuz nous appartient à 100%… si nous fermons le détroit d’Ormuz, aucun pays ne sera capable de l’ouvrir. »

Lire la suite

 


les USA déploient des drones sous-marins antimines dans le Golfe

 

Le 12 juillet 2012

Les Etats-Unis ont déployé des drones sous-marins capables de détecter et de détruire les mines navales iraniennes afin d'empêcher toute tentative de blocage du détroit d'Ormuz en cas de crise avec Téhéran, a-t-on appris jeudi auprès d'une responsable de l'US Navy.


Ces drones dénommés "SeaFox" (renard de mer) "ont été déployés dans la zone d'opération de la Ve Flotte" américaine, qui comprend notamment le Golfe et la mer d'Arabie, a affirmé cette source à l'AFP, confirmant une information du Los Angeles Times.


La Marine américaine s'est dotée de plusieurs dizaines de ces engins après une requête du commandement américain au Moyen Orient et dans le sud-ouest de l'Asie (Centcom), selon le quotidien.


D'un peu plus d'un mètre de long, le drone, doté d'une caméra et d'un sonar, est guidé par un câble depuis un navire. D'une portée de 1.000 mètres selon son fabricant la firme allemande Atlas Electronik, il emporte une charge explosive capable de détruire la mine.


Dans le Golfe, le SeaFox sera opéré depuis des navires chasseurs de mines, selon la responsable de la Marine.
Ce déploiement s'inscrit dans le cadre d'une montée en puissance militaire des Etats-Unis dans la région face à l'Iran après les tensions du début de l'année dans le détroit d'Ormuz.


Washington a ainsi déployé en renfort quatre chasseurs de mine supplémentaires, portant à huit le nombre de navires de ce type dans la région, quatre hélicoptères MH-53 Sea Stallion de lutte contre les mines ainsi que l'USS Ponce, un vieux bâtiment de guerre américain transformé en base flottante, arrivé début juillet à Bahreïn, le quartier général de la Ve flotte.

Lire la suite

 

 

l'administration Obama a informé Israël des plans américains concernant une éventuelle attaque de l'Iran

Le 29 juillet 2012

Un haut responsable de l'administration Obama a fait part au Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou des plans américains concernant une éventuelle attaque contre l'Iran, a rapporté dimanche le quotidien israélien Haaretz. Une information rapidement démentie par un haut responsable israélien.

Selon le journal, qui cite un responsable américain de haut rang, le conseiller à la sécurité nationale Tom Donilon a détaillé ces plans lors d'une visite à Jérusalem au cours du mois de juillet. Il a notamment expliqué quelles armes pourraient être utilisées en cas d'attaque et fourni des précisions sur leur capacité a atteindre des sites souterrains.

Ces plans, poursuit Haaretz, ont été préparés en cas d'échec de la diplomatie et des sanctions contre l'Iran sur le dossier du nucléaire. Mais d'après un autre responsable américain cité par le journal, "le moment pour une opération militaire contre l'Iran n'est pas encore venu".( Lire la suite )

 

 


 

"L'attaque contre l'Iran pourrait être catastrophique", dit le chef de l'opposition israélienne

 

Le 29 juillet 2012

Le dirigeant du plus grand parti d'opposition d'Israël, Shaul Mofaz, a averti samedi qu'une attaque préventive unilatérale par Israël contre les installations nucléaires de l'Iran pourraient avoir des conséquences "catastrophiques" pour l'Etat hébreu, ont rapporté des médias locaux.

Une telle attaque ne permettrait pas de porter un coup fatal à la capacité de l'Iran de créer une arme nucléaire, mais elle risquerait fort probablement de conduire à la guerre, a averti M. Mofaz.

Le dirigeant de l'opposition a lancé cet avertissement dans une interview accordée à la chaîne 2 de télévision en hébreu d'Israël.

Source

 

 


 

Iran : chef spirituel a appelé le peuple à se préparer à la guerre

 

 

Le chef spirituel iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a appelé la population du pays pour la première fois à se préparer à la guerre et la fin du monde.

 



Ce message a été fait dans une déclaration récente aux Iraniens. Khamenei a également exhorté les fidèles à attendre l’arrivée de l’Imam Mahdi.

Dans la croyance chiite, il devrait venir au jour du jugement pour sauver le monde et la création d’un ordre mondial islamique.

Khamenei a déclaré que le devoir de les Iraniens était de « se préparer à l’arrivée d’un grand chef ». « Sous la direction d’Allah et avec Son aide invisible, nous ferons de sorte que la civilisation islamique l’emportera dans le monde. C’est notre destin » a déclaré l’ayatollah.

Selon des rapports publiés par les médias iraniens récemment, les autorités distribuent une brochure « Les six derniers mois » parmi ses soldats, en les encourageant à se préparer à l’arrivée de l’imam et l’opposition à l’Occident.
( Source )

 


L'Iran annoncé avoir reçu une nouvelle livraison d'uranium enrichi

 

Le 23 juillet 2012

Un nouveau lot d'uranium enrichi est arrivé sur le site du réacteur de recherche médicale de Téhéran, a annoncé ce dimanche le président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Fereydoun Abbasi-Davani.
Il s'agit de la quatrième livraison de combustible enrichi à 20% et produit en Iran sur ce site, a-t-il précisé selon l'agence de presse Mehr. Cette nouvelle livraison montre que l'Iran n'est pas prêt à abandonner son programme d'enrichissement d'uranium alors que son bras de fer avec les grandes puissances internationales sur la question se poursuit.

Téhéran affirme que ce réacteur sert à la recherche médicale contre le cancer. Mais les puissances occidentales pensent plutôt que l'Iran fait des réserves d'uranium enrichi afin de s'en servir pour fabriquer une éventuelle arme nucléaire.

Lire la suite

 


Détroit d'Ormuz: L'Iran minimise ses menaces

 Le 23.07.12
L'Iran ne bloquera pas le détroit d'Ormuz tant que le pays pourra lui-même utiliser ce point de passage maritime stratégique, notamment pour les transports pétroliers à l'embouchure du Golfe, a déclaré lundi un responsable militaire des Gardiens de la Révolution. «Nos ennemis affirment en permanence que la république islamique d'Iran veut fermer le détroit d'Ormuz mais, selon nous, le bon sens n'impose pas que l'Iran (le) ferme, tant qu'il peut s'en servir», a dit Alireza Tangsiri, commandant naval adjoint, cité par l'agence officielle Irna.

Le parlement iranien examine un projet en faveur du blocage, en réponse à un embargo de l'Union européenne sur le pétrole iranien qui a pris effet en juillet. Les sanctions de l'UE et des Etats-Unis ont pour objectif de pousser l'Iran à abandonner son programme nucléaire, accusé par les pays occidentaux de dissimuler l'élaboration d'une arme atomique, ce que Téhéran nie.( Source )

Commenter cet article