Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 5 septembre 2022

 

Somme nous proche du conflit ? Parce que je me suis toujours demandé si ce quatrain annoncé des signes d'une guerre prochaine (mais les tremblements de terres en Asie sont plutôt fréquents, comme les disputes entre la Grèce et la Turquie, c'est pour cette raison que je n'ai jamais posté ce quatrain, mais en cas ou ! Vaut mieux prévoir, car je pense que le conflit va commencer pour cette fin d'années et le pire pour février 2023)

 

C3:Q3

Mars & Mercure, & l'argent ioint ensemble,
Vers le midy extreme siccité:
Au fond d'Asie on dira terre tremble,
Corinthe, Ephese lors en perplexité.

 

La guerre, le commerce, & l'argent joins ensemble,
Vers le sud de la France extrême sécheresse:
Au fond d'Asie on dira que la terre tremble,
Grèce et Turquie alors en tourment.

 

 

"La guerre, le commerce, & l'argent joins ensemble,"

Lien avec la guerre en Ukraine, Russie et les pourparler lié aux prix (commerce) du Gaz

"Vers le sud de la France extrême sécheresse:"

Voir - Sécheresse une situation inédite (régions sud)

"Au fond d'Asie on dira que la terre tremble,"

Voir - Un séisme de magnitude 6,6 en Chine, le bilan monte à 21 morts

"Grèce et Turquie alors en tourment."

Voir - Erdogan menace la Grèce: «Nous pouvons arriver subitement la nuit»

 

 

 

 

L'UE «préoccupée» par les remarques «hostiles» d'Erdogan contre la Grèce

 

 

Vers une guerre de religion, infos du 5 septembre 2022

L'Union européenne a exprimé ce lundi 5 septembre sa «grave préoccupation» à propos des «remarques hostiles» du président turc Recep Tayyip Erdogan à l'encontre d'Athènes à propos des îles grecques proches de la Turquie. Le dirigeant turc a lors d'un meeting samedi 3 septembre menacé la Grèce de payer un «prix élevé», estimant qu'elle violait l'espace aérien turc et «harcelait» les avions turcs en mer Égée. «Votre occupation des îles (de la mer Égée, proches de la Turquie, ndlr) ne nous lie en rien. Le moment venu, nous ferons le nécessaire. Nous pouvons arriver subitement la nuit», a-t-il lancé, reprenant une formule souvent utilisée lorsqu'il parlait de lancer une opération en Syrie.

«Ces remarques hostiles de la part du leadership politique turc contre la Grèce et le peuple grec (...) soulèvent de graves préoccupations», a déclaré Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, en réponse à la question d'une journaliste lors du point de presse quotidien. «Nous attendons de la Turquie qu'elle s'abstienne de toute escalade verbale et qu'elle s'engage à promouvoir des relations de bon voisinage», a-t-il ajouté. «Dans les relations avec la Grèce, toute question en suspens devrait être abordée de manière pacifique, par un dialogue de bonne foi, dans le respect du droit international, et conformément au principe des relations de bon voisinage. La Grèce est un État membre de l'Union européenne et la souveraineté et l'intégrité des États membres de l'Union européenne doivent être respectées», a-t-il précisé.

Athènes accuse les avions turcs de survoler des îles grecques proches de la frontière turque, et la dispute entre les deux voisins ennemis se traduit par de fréquentes patrouilles. La Turquie de son côté dénonce une présence de troupes sur ces îles contraire, selon elle, aux traités de paix signés après la Première et la Seconde guerres mondiales.

Le Figaro

 

 

 

L’UE complice dans le plan US de jeter l’Europe dans le chaos

 

Josep Borell, Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, non seulement annonce la suspension des visas aux touristes russes, assénant un nouveau coup dur au secteur touristique italienne européen, mais, dans une réunion des ministres UE de la Défense, a déclaré : « Les pays de l’Union européenne ont discuté de l’hypothèse d’une mission d’entraînement pour les forces ukrainiennes dès avant la guerre : maintenant c’est le moment d’agir ». Avec l’envoi d’armes et l’entraînement des forces de Kiev l’UE devient un pays belligérant contre la Russie aux côtés de l’OTAN. En même temps Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, réaffirme qu’il faut : « mettre fin à notre dépendance aux sales combustibles fossiles russes ». Elle annonce ainsi la décision de l’UE de poursuivre sur la voie qui est en train de provoquer en Europe une crise économique dévastatrice, due au prix du gaz qui a grimpé de 15 à plus de 300 euros le mégawatt/heure.

La véritable cause n’est pas le fait que la Russie ne nous fournit plus de gaz, mais que la Bourse d’Amsterdam, celle qui décide du prix du gaz en Europe, appartient à une société financière étasunienne qui en détermine le prix sur la base de mécanismes spéculatifs et politiques. L’ENI (Société nationale des hydrocarbures italienne) elle-même, tandis qu’elle achète du gaz russe à bas prix, le revend à prix fort en fonction des quotations d’Amsterdam. Une véritable arnaque au détriment des Italiens couverte par le gouvernement Draghi.

 

L’Europe se trouve en même temps de plus en plus mise en péril par l’énorme quantité d’armes qu’OTAN et UE envoient en Ukraine. Washington a annoncé des fournitures militaires pour 3 milliards de dollars de plus, partie du « paquet d’assistance » de 40 milliards de dollars approuvé par le Congrès. De ces fournitures – démontre un reportage de l’étasunienne CBS – la plus grande partie finit dans le marché clandestin des armes, aux mains d’organisations terroristes et criminelles. Un ultérieur grave danger est provoqué par le fait que les forces ukrainiennes – entraînées et de fait commandées par l’OTAN – tirent avec les cannons et les missiles que leur fournissent OTAN et UE sur la centrale nucléaire de Zaporijia actuellement sous contrôle russe, exposant l’Italie et l’Europe au gravissime risque radioactif d’un nouveau Tchernobyl.

Source

 

LIRE AUSSI : Macron annonce la création d’un #PassClimatique grâce à « un système de contraintes »

 

LIRE AUSSI: Tragédie : Une « super-bulle » financière est sur le point d’éclater

 

LIRE AUSSI : Prix de l'énergie : une trentaine de piscines publiques fermées brutalement ce lundi

 

 

 

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : Macron s'entretient avec Zelensky au sujet de la centrale de Zaporojie...

 

  • Le conflit perdure et crée toujours plus de tensions dans le monde de l’énergie. Le chancelier allemand a promis ce dimanche que son pays avait de quoi passer l’hiver, tout en décidant de nouvelles aides massives pour la population.
  • Les treize membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), ainsi que leurs 10 partenaires menés par la Russie, se retrouvent ce lundi pour discuter des prix du pétrole, autre ressource majeure du conflit.
  • Les premiers soldats de la brigade allemande sont arrivés en Lituanie ce dimanche, alors que l’Otan a promis de renforcer son flanc oriental dans le contexte du conflit.

 

14h40 : Le dernier réacteur de la centrale nucléaire de Zaporojie débranché

Le dernier réacteur opérationnel de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe et occupée par les forces russes, a été débranché du réseau lundi, a indiqué l’opérateur d’Etat ukrainien Energoatom.

« Le réacteur numéro 6 a été arrêté et débranché du réseau », a indiqué Energoatom sur Telegram mettant en cause un incendie « qui s’est déclaré à cause des bombardements » et endommagé une ligne électrique reliant cette unité au réseau ukrainien.

 

12h30 : Nouvelle aide de l’Union européenne de 500 millions d’euros pour l’Ukraine

La Commission européenne et l’Ukraine ont signé lundi un accord sur une aide de 500 millions d’euros qui sera consacrée au logement et à l’éducation des personnes déplacées ainsi qu’à l’agriculture de ce pays en guerre, a annoncé l’exécutif européen.

Ce financement, annoncé en marge d’une réunion du Conseil d’association UE-Ukraine à Bruxelles auquel participe le Premier ministre Denys Chmygal, entre dans le cadre d’engagements européens annoncés au printemps.

 

11h30 : Les sanctions occidentales sont la cause de l'arrêt des livraisons de gaz de Nord Stream, annonce le Kremlin

Selon le Kremlin, l'arrêt des livraisons de gaz russe vers l'Allemagne via le gazoduc stratégique Nord Stream est de la seule faute des Occidentaux, car leurs sanctions empêchent la maintenance des infrastructures gazières.

 

8h30 : L’euro plombé par la bouderie de Gazprom

L’euro valait moins de 0,99 dollar lundi, la monnaie européenne étant chahutée par les incertitudes sur l’économie européenne après l’annonce vendredi de l’arrêt complet du gazoduc Nord Stream 1 par le russe Gazprom.

Le géant russe Gazprom a annoncé vendredi que le gazoduc Nord Stream, qui devait reprendre du service samedi après une maintenance, sera finalement « complètement » arrêté jusqu’à la réparation d’une turbine de ce pipeline vital pour l’approvisionnement des Européens.

DIRECT

 

 

 

 

Face au tollé, Ségolène Royal retire ses propos tenus sur le bombardement de la maternité de Marioupol (MàJ)

 

05/09/22

Ségolène Royal reconnaît s’être «trompée» à propos du bombardement de la maternité de Marioupol

«Je me suis trompée.» Contactée par CheckNews, Ségolène Royal reconnaît finalement une «erreur». Le 1er septembre, l’ex-candidate socialiste à la présidence de la République a suscité des réactions indignées, et parfois consternées, en mettant en doute la réalité de plusieurs exactions russes, notamment le bombardement de la maternité de Marioupol, dont elle avait suggéré qu’il n’avait fait aucune victime. «Tout le monde le sait qu’il y a une propagande de guerre par la peur, avait déclaré Royal. Ne serait-ce que le premier événement qui a été dit, la maternité bombardée. Quand monsieur Zelensky a fait le tour des parlements européens, c’est là que le processus de paix s’est interrompu. Il a utilisé ça, il a dit : “J’ai rencontré une femme enceinte qui m’a dit vengez moi.” Il a été incapable de donner le nom de cette femme, on n’a pas su le nom des victimes. Et vous pensez bien que s’il y avait eu la moindre victime, le moindre bébé avec du sang, à l’heure des téléphones portables, on les aurait eues.»

www.liberation.fr



 

 

 

 

Rambouillet : deux jeunes chrétiens de 15 et 17 ans agressés à proximité d’une église, interpellation de deux natifs de Trappes pour « violences volontaires en réunions et discrimination religieuse »

 

 

 

Eric Zemmour : « Nous avons eu un été meurtrier à cause du Grand remplacement »

 

Cannes (06) : une retraitée de 89 ans sauvagement agressée par trois jeunes de 14 ans déjà connus de la police (MàJ : Angèle, la victime, témoigne et en veut aux parents qui ont proposé de l’argent pour retirer la plainte)

 

 

Michel Onfray annonce que “Front populaire” mènera une liste souverainiste aux européennes de 2024

Michel Onfray annonce que “Front populaire” mènera une liste souverainiste aux européennes de 2024

Après avoir lancé sa revue souverainiste en avril 2020, le philosophe souhaite désormais « s’engager sur le terrain de l’action » en menant la bataille, lors des prochaines élections européennes, avec l’intention de « fédérer » ceux qui « veulent défendre la France ».

Le souverainisme, thème majeur des élections européennes de 2024 ? C’est en tout cas l’objectif de Michel Onfray. Après avoir fondé sa revue Front Populaire en avril 2020, le philosophe a annoncé, au micro de Sud Radio ce dimanche 4 septembre, qu’une liste du même nom sera présentée lors de la prochaine échéance électorale. Cette dernière sera notamment composée des partis Souverains demain ! de l’essayiste Paul Melun et République souveraine de l’ex-LFI Georges Kuzmanovic.

« Ce n’est pas une rampe de lancement pour moi, ce n’est pas une aventure personnelle », a précisé Michel Onfray. Et d’expliquer : « On ne peut pas se contenter d’analyses fines, techniques, de qualité (…) On a la proposition facile sur un tas de sujets : la justice, l’éducation, l’international… »

www.valeursactuelles.com

 

 

 

 

A Grenoble, l’initiative de la municipalité EELV de ne proposer que des plats végétariens dans les cantines scolaires fait un flop : 94% des parents choisissent le “menu viande et poisson” (MàJ)

 

05/09/22

Grenoble voulait plus de menus végétariens mais les parents ne suivent pas. Le maire de Grenoble, Éric Piolle, pour la première fois, avait dit que si les parents ne demandaient pas expressément le contraire, eh bien des menus végétariens seraient servis aux enfants. Les parents ont refusé à une écrasante majorité. 

Les parents d’élèves de Grenoble préfèrent depuis la rentrée choisir un autre menu que celui végétarien, proposé par défaut par la mairie écologiste. 94% des parents choisissent soit le menu bleu à base de poisson, soit le menu rouge qui alterne poisson et viande. C’est le cas de Mickaël, papa de deux garçons scolarisés en primaire à Grenoble. “Nous, on a toujours mangé de la viande à la maison. Ça fait partie de mon alimentation principale. Et du coup, les enfants ne sont pas réfractaires à ça. Chacun a le droit de manger ce qu’il a envie. Mais par contre, effectivement, il faut arrêter d’imposer aux autres son alimentation”, dit-il.

En plaçant le menu végétarien d’office, par défaut si les parents ne font aucun choix, la mairie de Grenoble veut cette année sensibiliser sur l’impact environnemental de l’élevage intensif. Le discours séduit quelques parents, 5% au total. Julien en fait partie. “On est resté sur le menu végétarien qui était proposé par défaut. Les raisons, c’est manger moins de viande, protéger la planète. En plus, on fait attention à Grenoble à ce que la nourriture soit plutôt bio et locale. Donc ça va dans le bon sens“, dit-il. 

(…) RTL

 

04/09/22

Les élèves devront demander spécifiquement, chaque jour, s’ils veulent du poisson ou de la viande en plus dans leur repas. Cette décision a été prise par le maire (EELV) Éric Piolle.

C’est encore l’instigateur de cette décision qui le dit le mieux : «La logique est inversée : il faut demander pour manger de la viande et/ou du poisson». Ainsi que l’explique le maire (EELV) de Grenoble Éric Piolle, les cantines des écoles publiques de sa ville ne proposeront plus, par défaut, que des plats végétariens aux élèves. Ceux d’entre eux qui souhaitent malgré tout manger de la viande ou du poisson devront en faire explicitement la demande.

Cette disposition avait été votée en conseil municipal en juin dernier, pour des raisons écologiques, la Ville rappelant que la consommation de viande et l’élevage représentent une des premières causes du réchauffement climatique. Une thèse pourtant largement controversée dans le débat scientifique.

Le Figaro

Commenter cet article

K
Sécheresse une situation inédite (régions sud): attendez encore un peu surtout comme qui dirait que, cette année égéénne, 2022 est "probablement le plus frais des 20 prochaines années".
Répondre