Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 18 aout 2022

 

 

À partir d'aujourd'hui et pour tous les jeudis, je posterais un quatrain de Michel Nostredame

Je rappelle que mon blog est avant tous, un blog de prophéties catholiques qui annonce une troisième guerre mondiale. Mais les personnes qui viennent sur mon blog, sans s'intéressaient aux prophéties, peuvent continué à suivre l'actualité que je poste, tout en ignorent les prophéties du jeudi (mais, je vous invite a les lires juste par curiosité, mm sans y croire) 

 

De nombreuses prophéties (de Nostradamus et de Malachie) démontrent bien, que le Pape François mourra dans ce conflit à Lyon. Il tentera de rejoindre la France pour fuir l'invasion islamique de l'Italie, mais il sera reconnu par l'immigration musulmane de Lyon

Voir : Nostradamus : la comète de l’Apocalypse et la mort du Pape (3)

D'après d'autres quatrains, la papauté sera transférée en Allemagne (parce que Rome sera occupé par les musulmans) un nouveau Pape devrait être élue, et si je comprends bien le quatrain suivant, il devrait être français

 

C 5 - Q 49

Nul de l'Espagne, mais de l'antique France
Ne sera esleu pour le trembant nacelle
A l'ennemy sera faicte fiance,
Qui dans son regne sera peste cruelle.

 

Nul de l'Espagne, mais de l'ancienne France
Ne sera élu pour la tremblante nacelle (l’Église)

A l'ennemi sera faite une promesse,
Qui dans son règne (à Rome)
fera peste cruelle.

 

Par contre attention, ce quatrain pourrait très bien prophétisé plutôt le Grand Monarque, qui soutiendra l'église pendant cette guerre.

Je reste étonné qu'un pape français pourrait être élus alors que l'Italie sera prise, je pense que par  solidarité, ils pourraient plutôt choisir un pape italien, mais y auras t'il encore des cardinaux italiens en Europe après cette invasion (plusieurs pays d'Europe vont tomber sur le joug islamique, il devrait donc rester que très peu de concurrents italien au titre suprême)

Pour information  depuis Saint Pierre, 266 papes ont régné sur l’Église catholique, parmi lesquels une grande majorité d’Italiens (208).  16 Français, 15 Grecs, 7 Allemands, 6 Syriens, 3 Africains, 1 Polonais, et 1 argentin (François qui est d'origine italienne) . Le dernier Pape français a avoir été élue était Pierre Roger de Beaufort dit Grégoire XI  en 1370

 

Mais vue que le Grand Monarque sera français, un Pape aussi français serait une bonne chose (la France a un grand rôle a joué dans ce prochain conflit, un rôle primordial) 

C'est ce nouveau Pape élu en Allemagne qui va "choisir" le Grand monarque, mais d’après d'autres quatrains, certains cardinaux vont pas apprécier, mais le G. Monarque qui ira  de victoire en victoire mettra tout le monde d'accord sur son élection 

La suite Jeudi

 

 

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : Deux avions de chasse russes soupçonnés d’avoir violé l’espace aérien finlandais...

 

  • Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres doit rencontrer jeudi les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, presque six mois après son invasion par la Russie.
  • Sur le terrain, les combats se poursuivent et font de nouvelles victimes civiles comme à Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, où selon les autorités du pays un missile a touché mercredi un immeuble résidentiel de trois étages pendant un bombardement russe provoquant « un puissant incendie » et tuant au moins sept personnes.
  • Pékin va envoyer des troupes en Russie pour participer à des exercices militaires conjoints à la fin du mois, afin d'« approfondir la coopération » entre les deux armées, a annoncé le ministère chinois de la Défense.

 

13h49 : Les Russes s’invitent en Finlande

Deux avions de chasse russes sont soupçonnés d’avoir violé l’espace aérien finlandais ce jeudi, a déclaré le ministère de la Défense finlandais, alors que le pays nordique est en pleine candidature conjointe avec la Suède pour adhérer à l’Otan. « Deux chasseurs russes MIG-31 sont soupçonnés d’avoir violé l’espace aérien finlandais dans le golfe de Finlande au large de Porvoo », a déclaré le ministère dans un communiqué.

L’armée de l’air finlandaise a fait décoller un appareil pour identifier les avions, a précisé le ministère, ajoutant que les gardes-frontières finlandais ont entamé « une enquête préliminaire ». L’incident s’est déroulé à 9h40 du matin (06h40 GMT) et a duré environ deux minutes alors que les chasseurs volaient vers l’ouest sur environ un kilomètre, a précisé un porte-parole du ministère de la défense à l’AFP.

 

9h01 : Surveillance nucléaire en route vers Zaporojie

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a accepté l’invitation de Kiev à envoyer une délégation dans la centrale nucléaire de Zaporojie, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba. « J’ai souligné l’urgence de la mission pour faire face aux menaces à la sécurité nucléaire causées par les hostilités de la Russie », a-t-il ajouté.

 

8h49 : Des images des entraînements des soldats ukrainiens en Angleterre

 

8h35 : Moscou assure que son armée n’a pas déployé « d’armes lourdes » dans la centrale nucléaire de Zaporojie

L’armée russe a assuré ce jeudi n’avoir pas déployé « d’armes lourdes » dans et autour de la centrale nucléaire de Zaporojie, sous contrôle de Moscou dans le sud de l’Ukraine et touchée récemment par des frappes.

« Nous soulignons que les troupes russes n’ont pas d’armes lourdes dans l’enceinte de la centrale et dans les zones avoisinantes. Seules des unités assurant la sécurité se trouvent là-bas », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

 

7h44 : La Chine va envoyer des troupes en Russie pour des exercices militaires conjoints

Pékin va envoyer des troupes en Russie pour participer à des exercices militaires conjoints à la fin du mois, afin d'« approfondir la coopération » entre les deux armées, a annoncé le ministère chinois de la Défense. La Chine et la Russie entretiennent des liens étroits en matière de défense et Pékin a indiqué vouloir porter les relations bilatérales « à un niveau plus élevé », malgré les condamnations internationales suscitées par la guerre en Ukraine.

Selon un communiqué diffusé mercredi, la Chine va participer aux exercices annuels « Vostok » - prévus du 30 août au 5 septembre selon Moscou - dans le cadre de sa coopération avec la Russie.

« L’objectif est d’approfondir la coopération pratique et amicale avec les armées des pays participants, d’accroître le niveau de collaboration stratégique entre les parties participantes et de renforcer la capacité à répondre aux diverses menaces pour la sécurité », indique le ministère de la Défense dans le communiqué.

DIRECT

LIRE AUSSI: Crise du gaz : les particuliers allemands se ruent sur le charbon

 

 

Guerre en Ukraine : l'armée ukrainienne prévoirait de frapper la centrale nucléaire de Zaporijjia vendredi

 

  • L'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement de mener des bombardements près de la centrale ces dernières semaines.
    L'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement de mener des bombardements près de la centrale ces dernières semaines. Capture d'écran Twitter @RFI

"Kiev prépare une provocation retentissante à la centrale nucléaire de Zaporijjia", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense russe. 

Le ministère russe de la Défense a accusé jeudi l'Ukraine de préparer une "provocation" à la centrale nucléaire de Zaporijjia le 19 août, date à laquelle le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guteres, a prévu de visiter le pays, a rapporté l'agence de presse russe RIA. Selon Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe, l'Ukraine rejetterait ensuite la faute de l'attaque sur l'armée russe.

Le ministère n'a fourni aucune preuve pour étayer son affirmation.

Pas d'armes lourdes russes dans la centrale

Dans un communiqué, le ministère a précisé qu'il n'y avait pas d'armes lourdes russes dans la centrale nucléaire contrôlée par la Russie, ni dans les districts voisins.

L'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement de mener des bombardements près de la centrale ces dernières semaines.

L'Ukraine a déclaré que la Russie a déployé de l'artillerie à l'intérieur et autour de la centrale.

Source

 

 

 

 

Comment Zelensky perd son halo, pourrait bientôt survivre à son utilité pour West

 

La presse grand public occidentale a précédemment salué le président ukrainien Volodymyr Zelensky comme un gardien de la démocratie. Cependant, comme l'observe l'ex-conseiller de Donald Trump, Steve Cortes, dans son éditorial de Newsweek, son ton est en train de changer.

Vers une guerre de religion, infos du 18 aout 2022
 

Le récit de Zelensky utilisé par les médias occidentaux "a sensiblement changé" au cours des dernières semaines, selon Steve Cortes, consultant politique américain, stratège de marché et ancien conseiller de campagne de Trump.

Ce changement est particulièrement lié au dernier rapport de CBS News qui alléguait qu'"une grande partie des milliards de dollars d'aide militaire que les États-Unis envoient à l'Ukraine n'arrivent pas sur les lignes de front". Cortes cite également Thomas L. Friedman du New York Times, qui a admis plus tôt ce mois-ci qu'"il existe une profonde méfiance entre la Maison Blanche et le président ukrainien Volodymyr Zelensky - bien plus que ce qui a été rapporté".

Des inquiétudes semblent également mijoter concernant le licenciement par Zelensky de son procureur général et chef du renseignement le 18 juillet sans explication. "Je n'ai toujours pas vu de reportage expliquant de manière convaincante de quoi il s'agissait", a écrit Friedman. "C'est comme si nous ne voulions pas regarder de trop près sous le capot à Kiev de peur de la corruption ou des bouffonneries que nous pourrions voir, alors que nous y avons tant investi."

De même, le journal allemand Die Welt a de nouveau fait la lumière sur les projets de réseau offshore de Zelensky le 3 août, comme l'a révélé l'Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) en octobre 2021. Il a également révélé le rôle apparent de Kiev dans l'annulation d'un documentaire ukrainien "Offshore 95". – Les accords secrets du président Zelensky" l'année dernière.

Les articles de presse ont également été précédés par les pressions de la représentante du GOP, Victoria Spartz, pour une plus grande surveillance de l'aide américaine à Kiev au milieu de soupçons de corruption au sein du cabinet Zelensky.

Zelensky et Kolomoisky

Les accusations de corruption menacent de dépouiller le président ukrainien de son « auréole » héroïque. Le 20 juillet, le journaliste d'investigation et rédacteur en chef de CovertAction Magazine, Jeremy Kuzmarov, a fourni des détails sur les liens de longue date de Zelensky avec l'oligarque ukrainien Igor Kolomoisky.

Kolomoisky fait l'objet d'une enquête du FBI pour crimes financiers, y compris le blanchiment d'argent, depuis quelques années. L'oligarque ukrainien est également connu pour avoir financé et soutenu des bataillons néo-nazis et ultra-nationalistes notoires , notamment Azov*, Aidar, Donbass, Dnepr 1 et Dnepr 2, en 2014. Selon Kuzmarov, ces unités militaires "étaient parfois déployées à titre personnel". des escouades de voyous pour protéger les intérêts financiers de Kolomoisky."

En janvier 2022, le ministère américain de la Justice a déposé une plainte pour confiscation civile alléguant que Kolomoisky et son associé Gennadiy Bogolyubov, qui possédaient la PrivatBank ukrainienne, avaient détourné et fraudé l'institution financière pour 5,5 milliards de dollars.

juger par les Pandora Papers, Zelensky et ses partenaires de sa société de production télévisée Kvartal 95 ont fondé un réseau de sociétés offshore en 2012 au moment même où ils commençaient à coopérer avec les chaînes de télévision de Kolomoisky.

Quatre jours après la publication de l'exposé de Kuzmarov cette année, des rapports ont émergé indiquant que Zelensky avait dépouillé Kolomoisky de sa citoyenneté ukrainienne aux côtés de deux autres oligarques ukrainiens.

"Je ne sais pas ce qui se cache derrière la décision de retirer la citoyenneté à Kolomoisky, mais cela pourrait être une tentative d'améliorer l'image publique de Zelensky et d'essayer de se distancer de son ancien soutien en raison des scandales de corruption et des problèmes juridiques auxquels Kolomoisky est confronté", déclare Kuzmarov. . "Nous voyons une chose similaire dans la politique américaine, par exemple, lorsque Barack Obama a pris ses distances avec Tony Rezko, un de ses soutiens très corrompu dans l'État de l'Illinois (quand Obama était sénateur de l'État) qui a été emprisonné pour corruption."

Selon le journaliste d'investigation, "à ce stade, Zelensky peut sentir qu'il n'a plus besoin du soutien de Kolomoisky, d'autant plus qu'il reçoit des milliards de dollars d'armes et d'aide des États-Unis et de l'Occident".

"[Kolomoisky] n'est devenu un handicap qu'avec les inculpations auxquelles il fait face aux États-Unis", poursuit le journaliste.

En outre, Zelensky a limogé son associé de longue date, le chef du Service de sécurité de l'État (SBU), Ivan Bakanov, qui fait maintenant l'objet d'une enquête. En octobre 2021, Bakanov a été mentionné dans les Pandora Papers comme partenaire de Zelensky dans le réseau offshore.

"Tout cela pourrait être lié, oui, au fait que Zelensky essaie de se distancer de ses anciens proches associés qui sont mis en place pour porter la responsabilité de la corruption dans laquelle Zelensky est également impliqué", a déclaré Kuzmarov. « Zelensky peut avoir le sentiment qu'il a de puissants protecteurs au sein de la "communauté internationale" ».

Corruption en dehors de l'Ukraine

Pendant ce temps, l'histoire de la corruption ukrainienne semble être plus importante que les machinations financières apparentes de Zelensky et ses liens avec l'oligarchie, selon l'analyste de Wall Street, Charles Ortel.

"Pour une presse grand public aux œillères, Kolomoisky peut facilement être vendu comme un bouc émissaire pratique compte tenu de son histoire profondément suspecte et répugnante. Cela dit, qui sont les vrais marionnettistes en Ukraine ? Sont-ils des gouvernements, des investisseurs milliardaires ou les deux ?" demande Ortel. "Compte tenu des nombreuses façons dont les actifs appartenant à l'État et l'aide ostensiblement destinée à l'Ukraine ont déjà été pillés, la période de 1991 et plus récemment de 2004 puis 2014 pourrait bien être utilisée pendant des décennies pour démontrer qu'il n'y a pas d'honneur parmi les voleurs , et grand danger pour les populations lorsque la corruption politique est encouragée."

L'analyste de Wall Street allègue que l'Ukraine a fourni une certaine manne financière aux familles dynastiques américaines, y compris les Clinton et les Biden, bien avant l'arrivée au pouvoir de Zelensky. À ce titre, l'oligarque ukrainien Victor Pinchuk, qui est également le gendre de l'ancien président ukrainien Leonid Kuchma, a généreusement fait un don à l'association caritative Clinton, suscitant des soupçons de stratagème de "pay-to-play" .

De même, les législateurs républicains étudient depuis longtemps un trafic d'influence apparent impliquant le fils du vice-président de l'époque, Joe Biden, Hunter, qui siégeait au conseil d'administration de la société ukrainienne de gaz Burisma et aurait été payé 83 333 dollars par mois. Selon le livre de Miranda Devine "Laptop from Hell", Burisma a réduit le salaire de Hunter en deux mois et demi après que son père a cessé d'être vice-président.

Zelensky n'est pas indispensable pour West

"Avec tant d'inquiétudes distrayant les électeurs dans les pays clés, et compte tenu de son statut pendant un certain temps en tant que Greta Thunberg réprimande en une partie et en héros de Tony Fauci en deuxième partie, Zelensky peut croire qu'il a obtenu un rôle permanent de" White Hat "et qu'il ne sera jamais appelé à rendre compte de la corruption massive à laquelle lui et beaucoup d'autres semblent liés », a expliqué Ortel.

Cependant, Zelensky ne devrait pas se leurrer en croyant qu'il est "indispensable" aux yeux de l'establishment politique occidental, selon l'analyste. En tant que tel, l'idée de Thomas L. Friedman selon laquelle l'administration Biden et le président ukrainien ne sont pas sur la même page devrait constituer un avertissement potentiel pour l'homme de Kiev.

Pour sa part, Jim Geraghty de National Review suggère que la fuite du NYT selon laquelle la Maison Blanche ne fait pas confiance au président ukrainien pourrait signifier deux choses.

"La première possibilité est que l'administration Biden veuille simplement que la guerre Ukraine-Russie se termine, et Zelensky ne joue pas au ballon, donc l'administration se prépare à laisser Zelensky traîner à sec", a écrit Geraghty le 2 août. "Possibilité deux c'est que l'administration prévoit que la guerre Ukraine-Russie tourne mal et s'apprête à utiliser Zelensky comme bouc émissaire."

En tout état de cause, l'administration Biden semble jeter les bases pour affirmer : "Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour aider les Ukrainiens à se défendre, mais au final, ils étaient trop incompétents, trop corrompus et trop en proie à des luttes intestines", selon à Geraghty.

"Il est difficile de prédire quand Zelensky survivra à son utilité et sera mis de côté, mais ce jour arrive, que ce soit en représailles d'un ancien allié vindicatif ou dans une action militaire ou autre", conclut Ortel.

Source Spoutnik (traduction)

Note Zelensky  un escroc ! Il va de paire avec Joe Biden et E Macron !  

 

 

 

 

 

Énergie : Thierry Breton recommande de baisser le chauffage cet hiver «d'un ou deux ou trois degrés»

 

Les efforts demandés aux ménages par le commissaire européen entrent dans le cadre du plan européen de réduction de 15% de la consommation de gaz.

Pour passer l'hiver sans encombres sur le plan énergétique, Bruxelles appelle aussi les ménages à faire des efforts. Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, a recommandé mercredi soir de baisser un peu le chauffage l'hiver prochain.

«Je conseille vivement à tous nos compatriotes français et à nos concitoyens européens, pendant cet été, pour ceux qui ont un climatiseur, de ne pas le mettre trop fort, et puis en hiver, de baisser peut-être d'un ou deux degrés, ou trois degrés, la température», a-t-il déclaré sur BFM Business.

Car, selon l'ancien ministre français, les particuliers peuvent aider l'UE à atteindre son objectif de réduction de la consommation de gaz. Fin juillet, la Commission européenne a pressé les États membres de la réduire de 15% entre le 1er août 2022 et le 31 mars 2023, par rapport à leur consommation moyenne au cours des cinq dernières années. Et ce, afin de faire face à la menace d'un arrêt des livraisons de gaz russe et ainsi éviter les mesures de rationnement électrique ou gazier.

Lire la suite

LIRE AUSSI: Crise du gaz : les particuliers allemands se ruent sur le charbon

 

 

La France retire ses derniers soldats, Bamako ne pourra plus compter sur l’appui de la force Barkhane face à Al-Qaïda et Daesh (Màj : Le Mali saisit l’ONU et accuse la France de fournir renseignements et armes aux terroristes)


Fourniture d’« armes » et collecte de « renseignements au profit des groupes terroristes »« espionnage » et « intimidation » des forces armées maliennes (FAMa)… Dans une lettre adressée, lundi 15 août, au président (tournant) du Conseil de sécurité de l’ONU, l’ambassadeur chinois Zhang Jun, Abdoulaye Diop, le chef de la diplomatie malienne, a multiplié les accusations à l’encontre de la France. Le même jour, dans le nord du Mali, le dernier soldat de l’opération « Barkhane » quittait la base de Gao, après plus de neuf années d’interventions menées au nom de la lutte antiterroriste.

Ce courrier de trois pages, consulté par Le Monde, détaille des « actes d’agression » supposés commis par les forces françaises. La junte, au pouvoir depuis le double coup d’Etat d’août 2020 et de mai 2021, affirme avoir « enregistré plus de cinquante cas délibérés de violation de l’espace aérien malien par des aéronefs étrangers, notamment opérés par les forces françaises », depuis le début de l’année.

Ces dernières se voient reprocher des « actes d’indiscipline caractérisés par des refus d’obtempérer aux instructions des services de contrôle aérien », de falsification de documents de vols ou encore d’entrave à la circulation de l’aviation militaire malienne, et ce, « tout au long du processus de transfert aux autorités maliennes de l’espace aérien du Nord, depuis l’annonce du retrait de “Barkhane” [au mois de février] ».

Les accusations vont beaucoup plus loin que ces actes supposés d’indiscipline aérienne. Le gouvernement du Mali affirme, en effet, qu’il « dispose de plusieurs éléments de preuve que ces violations flagrantes (…) ont servi à la France pour collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant au Sahel et pour leur larguer des armes et des munitions ». Sans toutefois avoir, pour l’heure, livré une seule preuve au Conseil de sécurité. En guise de conclusion, Abdoulaye Diop prévient qu’en cas de « persistance de cette posture qui porte atteinte à la stabilité et à la sécurité du pays [le Mali se réserve] le droit de faire usage de la légitime défense ».

« Un palier dans le rocambolesque »

L’Elysée balaie d’un revers de main ces attaques : « La junte franchit un palier dans le rocambolesque et l’invraisemblable en portant des accusations évidemment sans fondement. » Les seules activités d’ordre sécuritaire menées lors du retrait de « Barkhane » consistaient « à sécuriser les derniers convois militaires français de l’opération quittant le Mali, à surveiller les activités des terroristes et à cibler des hauts cadres des deux principaux groupes [le Groupe de soutien de l’islam et des musulmans (affilié à Al-Qaida) et l’organisation Etat islamique au Grand Sahara] », précise la présidence.

[…]

 

Le Monde


17/08/2022

Le Mali est désormais seul face à ses choix. Face aux groupes djihadistes du RVIM, lié à al-Qaida, et de l’EIGS, affilié à Daech, Bamako ne pourra plus compter sur l’appui de la force Barkhane, qui a retiré lundi ses derniers soldats. Dans un «ordre du jour», le chef d’état-major des armées, le général Burkhard a rendu hommage aux militaires français qui ont combattu «sans relâche» et «dans des conditions souvent éprouvantes» contre ces groupes terroristes qui contrôlaient, en 2013, «la moitié du territoire malien» et qui menaçaient d’abattre son État. Les mots soulignent en creux l’ingratitude de Bamako et de la junte au pouvoir qui préfère, depuis un an, l’alliance avec la Russie pour protéger son pouvoir. Début août, le colonel Goïta s’est entretenu avec le président russe, Vladimir Poutine. Les forces armées maliennes n’ont pas commenté le retrait français.

La guerre qu’elles devront mener contre les djihadistes s’annonce violente. En juillet, les groupes liés à al-Qaida ont mené plusieurs actions coordonnées, dont une à Kati, aux portes du pouvoir à Bamako, comme un défi à la junte. Ce week-end, sur les réseaux sociaux, ils revendiquaient des morts infligés aux mercenaires de Wagner. La milice, qui disposerait d’un millier de combattants désormais dans le pays, appuie les opérations des forces armées maliennes. Mais celles-ci se soldent par de nombreuses pertes dans les populations civiles. Ces exactions donnent autant d’arguments de recrutement pour les groupes djihadistes. «La capacité de recrutement est infinie», s’inquiète-t-on au sein de l’armée française.

«On voit mal comment les Fama et Wagner vont empêcher la marée de remonter», disait-on au sein de l’état-major des armées au début de l’été. Les militaires français, telles des Cassandre, annoncent une dégradation sécuritaire inéluctable au Mali. L’État islamique au Grand Sahara, affaibli après le «surge» de 2020 «montre de premiers signes de régénération», disait-on aussi. Début août, 42 militaires maliens sont morts lors d’une attaque à Tessit, attribuée à l’EIGS. Le bilan souligne l’impréparation et la fragilité des forces maliennes.

[…]

 

Le Figaro

 

 

FEMYSO, l’association proche des Frères Musulmans, chouchou de Bruxelles : “Cette fois-ci, la complicité est évidente” (MàJ)

 

Attentat à New-York contre Salman Rushdie : l’écrivain est sur la voie du rétablissement, l’assaillant Hadi Matar, 24 ans, d’origine libanaise, mettait en avant sur ses réseaux sociaux l’Ayatollah Khomeyni, auteur de la fatwa contre l’écrivain (Màj)

Charlie Hebdo

L’homme du New Jersey qui a prétendument poignardé Salman Rushdie dans l’ouest de l’État de New York la semaine dernière a fait l’éloge de l’ayatollah Khomeini d’Iran dans une interview exclusive en prison avec le Post mercredi – et a admis qu’il ne pensait pas que l’auteur survivrait à son attaque. Quand j’ai entendu qu’il avait survécu, j’ai été surpris, je suppose“, a déclaré Hadi Matar, de Fairview, NJ, dans une interview vidéo réalisée depuis la prison du comté de Chautauqua.

Le jeune homme de 24 ans n’a pas précisé s’il avait été inspiré par l’Ayatollah Ruhollah Khomeini, chef suprême de l’Iran, qui avait émis une fatwa, ou décret, appelant à la mort de Rushdie en 1989 pour le livre “Les versets sataniques“, citant un avertissement de son avocat. “Je respecte l’ayatollah. Je pense que c’est une grande personne. Je n’en dirai pas plus à ce sujet“, a déclaré M. Matar, précisant qu’il n’avait “lu que deux pages” du roman controversé de Rushdie. J’ai lu quelques pages. Je ne l’ai pas lu en entier, du début à la fin“, a-t-il ajouté

L’auteur présumé du coup de couteau a nié être en contact avec les Gardiens de la révolution iranienne et a fait allusion au fait qu’il avait agi complètement seul. Il a déclaré avoir eu l’idée de se rendre à Chautauqua après avoir vu un tweet au cours de l’hiver annonçant la visite de Rushdie.

“Je n’aime pas cette personne. Je ne pense pas que ce soit une très bonne personne. C’est quelqu’un qui a attaqué l’islam, il a attaqué leurs croyances, les systèmes de croyance.“, a-t-il dit à propos de Rushdie. Bien que moins familier avec l’œuvre écrite de Rushdie, Matar dit avoir regardé des vidéos de l’auteur sur YouTube.

[…]

 

New York Post

 


16/08/2022

L’agresseur de Salman Rushdie était revenu «changé» d’un voyage au Liban en 2018, selon sa mère

Hadi Matar

Silvana Fardos, qui vit aux États-Unis depuis 26 ans, a indiqué au site d’informations que son fils s’était rendu au pays du cèdre pour rendre visite à son père. Les parents, tous deux Libanais chiites, avaient divorcé en 2004.

« Je m’attendais à ce qu’il revienne motivé, qu’il termine ses études, qu’il obtienne son diplôme et décroche un emploi. Mais au lieu de cela, il s’est enfermé dans (sa chambre) en sous-sol. Il avait beaucoup changé, il ne nous a rien dit, à moi ou à ses sœurs, pendant des mois », a-t-elle dit.

« Une fois, il s’est disputé avec moi et m’a demandé pourquoi je l’avais encouragé à faire des études plutôt qu’à se concentrer sur la religion », a ajouté cette assistante d’éducation de 46 ans, également interprète arabe-anglais dans un lycée.

[…]

 

Le Parisien


14/08/2022

Dans un communiqué, la famille de Salman Rushdie exprime son soulagement face à l’amélioration de l’état de santé de l’écrivain. « Malgré ses blessures graves, de nature à changer une vie, il a toujours son habituel sens de l’humour, vif & provocateur ».

BFMTV

L’agent de Salman Rushdie déclare que l’auteur est sur la “voie du rétablissement” après avoir poignardé.

AFP

LIRE AUSSI: Etats-Unis. Le suspect de l'attaque sur l'écrivain Salman Rushdie "surpris" que l'auteur ait survécu

 

 

Grèce : 3 jeunes de Rueil (92) invités par un influenceur agressent un touriste et le plongent dans le coma (màj : Pierre Lellouche “ces gens nés en France par hasard et qui ne foutent rien me font honte”, “toujours les mêmes”)

Commenter cet article