Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 16 aout 2022

 

 

 

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : L’explosion dans une base russe en Crimée est « un acte de sabotage », selon Moscou...

 

L’ESSENTIEL

  • L’Ukraine affirme avoir visé dans l’Est une base du groupe paramilitaire Wagner, dont les hommes sont accusés de combattre aux côtés des troupes russes, et avoir, dans le Sud, détruit un pont près de la ville occupée de Melitopol.
  • Kiev et Moscou continuent de s’accuser mutuellement de bombarder la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe. Volodymyr Zelensky dénonce un « chantage russe » autour du site. Depuis le 5 août, plusieurs bombardements ont visé la centrale, faisant craindre une catastrophe nucléaire.
  • La Hongrie, membre de l’UE, a annoncé samedi que la compagnie russe Gazprom a commencé à lui livrer plus de gaz naturel que prévu dans leurs précédents accords commerciaux. Bruxelles a par ailleurs commencé à mettre en œuvre un plan visant à réduire sa consommation de gaz de 15 %.

14h16 : La Finlande va réduire le nombre de visas touristiques russes

La Finlande va limiter le nombre de visas délivrés aux touristes russes à 10 % du volume actuel à compter du 1er septembre, en raison du mécontentement croissant dans le pays face à la guerre en Ukraine. Selon le ministre des Affaires Etrangères finlandais Pekka Haavisto, les heures d’ouverture allouées à la demande de visas touristiques seront réduites, ce qui permettra une baisse du nombre de demandes, car une interdiction pure et simple de visas fondée sur la nationalité n’est pas possible.
Il a expliqué que la priorité serait désormais donnée « aux autres types de visas : visites à des proches, contacts familiaux, travail, études ».
La Finlande traite actuellement près de 1.000 demandes de visas par jour venant de Russie, a déclaré M. Haavisto à la télévision publique finlandaise YLE.

 

13h30 : Macron et Zelensky se sont passé un coup de bigot

L’entretien téléphonique est intervenu « dans la matinée » et a « duré une heure 20 », a indiqué l’Elysée. Le président français et son homologue ukrainien ont discuté de la situation à la centrale nucléaire de Zaporojie. 

 

12h41 : L’explosion dans une base russe en Crimée est « un acte de sabotage »

L’explosion des munitions qui s’est produite mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, était due à un « acte de sabotage », a indiqué l’armée russe dans un communiqué.

Le dépôt militaire situé près de Djankoï, dans le nord de la Crimée, « a été endommagé le 16 août dans la matinée à la suite d’un acte de sabotage », selon le communiqué, cité par les agences de presse russes, qui n’en désigne toutefois pas les responsables.

« Un nombre d’infrastructures civiles, parmi lesquelles une ligne de haute tension, une centrale électrique, une voie ferroviaire, ainsi que plusieurs maisons ont également été endommagés », a détaillé l’armée russe.

Vers une guerre de religion, infos du 16 aout 2022
11h45 : L’Ukraine affirme avoir frappé une base du groupe russe Wagner

Pour rappel, l’Ukraine a affirmé lundi avoir visé dans l’Est une base du groupe paramilitaire Wagner, dont les hommes sont accusés de combattre aux côtés des troupes russes, et avoir détruit un pont près de la ville occupée de Melitopol (sud).

Selon le gouverneur de la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, la base de la société militaire privée, dans la ville de Propasna, a été « détruite par une frappe de précision ». Le tir a eu lieu dimanche, a précisé Serguiï Gaïdaï sur Telegram.

 

10h37 : Petit rappel sur Zaporojie

Carte d'Ukraine localisant la centrale nucléaire de Zaporojie et les zones contrôlées par la Russie au 3 mars
Carte d'Ukraine localisant la centrale nucléaire de Zaporojie et les zones contrôlées par la Russie au 3 mars - SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD, AUDE GENET, CLÉA PÉCULIER, KENAN AUGEARD

La centrale de Zaporojie, la plus grande d'Europe, a été prise début mars par les troupes russes, au début de leur invasion de l'Ukraine lancée le 24 février.

Depuis fin juillet, plusieurs frappes, dont les deux parties s'accusent mutuellement, ont visé le site, faisant craindre une catastrophe nucléaire et provoquant la semaine dernière une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

 

9h30 : Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit ukrainien ​

Le président russe Vladimir Poutine a accusé mardi les Etats-Unis de faire traîner le conflit ukrainien et chercher à « déstabiliser » le monde avec une récente visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi.

« La situation en Ukraine montre que les Etats-Unis cherchent à faire traîner ce conflit. Et ils agissent de la même manière en instiguant le potentiel conflictuel en Asie », a déclaré M. Poutine dans une adresse à la Conférence internationale sur la sécurité à Moscou, en disant voir dans le voyage de Nancy Pelosi à Taïwan « une stratégie consciente visant à déstabiliser la situation dans le monde ».

 

8h20 : Incendie et explosion des munitions en Crimée

Un incendie ayant provoqué une explosion de munitions s’est produit mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Le feu s’est déclaré dans un dépôt de munitions temporaire d’une base russe dans le district de Djankoï (nord), a précisé le ministère dans un communiqué, cité par les agences de presse russes. Selon le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksionov, qui s’est rendu sur les lieux, deux civils ont été blessés, et l’évacuation des habitants d’un village voisin était en cours.

 

8h15 : Départ du premier navire de l’ONU chargé de céréales pour l’Afrique

Le premier navire humanitaire affrété par l’ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté mardi le port de Pivdenny, dans le sud de l’Ukraine, avec quelque 23.000 tonnes pour l’Afrique, a annoncé le ministère ukrainien de l’Infrastructure.

« Le navire Brave Commander avec du grain pour l’Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrées à l’arrivée aux consommateurs en Ethiopie », a indiqué le ministère sur Telegram.

DIRECT

 

 

 

 

Visite de Nancy Pelosi à Taïwan : Vladimir Poutine dénonce une "stratégie américaine pour semer le chaos" et attiser les tensions en Asie

 

Le président russe Vladimir Poutine a accusé mardi les États-Unis d'attiser les tensions en Asie, qualifiant la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, de "provocation minutieusement planifiée".

  • Le Président russe estime que les USA attisent délibérement les tensions en Asie.
    Le Président russe estime que les USA attisent délibérement les tensions en Asie. EPA

Dans un discours prononcé lors d'une conférence sur la sécurité à Moscou, Vladimir Poutine a également mentionné l'accord Aukus entre l'Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis comme exemple de mesure prise par les puissances occidentales pour créer d'un bloc analogue à l'Otan dans la région Asie-Pacifique.

"Nous voyons aussi que l'Occident cherche à étendre à la région Asie-Pacifique son système de blocs sur le modèle de l'Otan en Europe. À cette fin, il forme des alliances politico-militaires agressives," a-t-il déclaré. Ses commentaires s'inscrivent dans le scénario mis en avant par Moscou pour justifier son invasion de l'Ukraine et mettre en place de nouvelles alliances dans le but de contrer ce que le président russe qualifie d'hégémonie occidentale et néocolonialisme.

Alors que les gouvernements occidentaux ont condamné l'invasion et imposé de lourdes sanctions contre Moscou, la Russie se tourne vers des pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine dans la perspective de liens commerciaux plus étroits et de ventes d'armes, ainsi que dans l'optique d'un "nouvel ordre mondial multipolaire".

La visite de Nancy Pelosi à Taïwan n'était pas "le simple voyage d'un politicien individuel irresponsable mais fait partie d'une stratégie américaine délibérée et consciente visant à déstabiliser et à semer le chaos dans la région et dans le monde", a déclaré Vladimir Poutine.

Source

LIRE AUSSI : Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine accuse Washington de faire traîner le conflit ukrainien et de chercher à "déstabiliser" le monde

 

 

 

Les États-Unis intensifient leur potentiel de frappe en Asie-Pacifique et travaillent sur le déploiement de missiles : l'état-major russe

 

 

Les États-Unis ont commencé à tester de nouveaux missiles balistiques terrestres à moyenne portée et à sonder la volonté des pays d'Asie-Pacifique de les accueillir immédiatement après avoir quitté le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) avec la Russie en 2019.

Le Pentagone accroît considérablement ses capacités de frappe en Asie-Pacifique et travaille activement sur le front diplomatique pour stationner des missiles intercepteurs balistiques, hypersoniques et antimissiles dans la région, a indiqué l'état-major russe.

Vers une guerre de religion, infos du 16 aout 2022

"Le potentiel de frappe [de l'Amérique] augmente. La possibilité du déploiement de missiles balistiques à moyenne portée sur le territoire des nations asiatiques, en premier lieu le Japon, est en cours d'élaboration", a déclaré Viktor Poznikhir, chef adjoint de la Direction opérationnelle principale de l'état-major général. mardi à la Conférence de Moscou sur la sécurité internationale.

Accusant les États-Unis de chercher à détruire l'architecture de sécurité de la région, le lieutenant-général a souligné que Moscou n'envisageait pas de créer de nouvelles "lignes de démarcation" dans la région à l'instar de Washington, et restait prêt à travailler et à coopérer avec toute l'Asie. nations du Pacifique.

"La Maison Blanche cherche à détruire les mécanismes du dialogue de l'ASEAN, à diviser l'espace de sécurité commun de la région Asie-Pacifique", a déclaré Poznikhir.

Selon les informations de l'état-major général, les États-Unis se préparent à déployer deux nouvelles brigades polyvalentes dans le Pacifique occidental d'ici 2028, ces forces étant équipées d'armes de frappe à longue portée, y compris des missiles hypersoniques d'une portée allant jusqu'à 5 500 km. .

"Ils seront en mesure de vaincre des cibles critiques en Extrême-Orient, ce qui constitue une menace pour la sécurité de la Fédération de Russie", a déclaré Poznikhir. "Un aérodrome et des entrepôts pour le stockage d'armes nucléaires dans la région de l'île japonaise d'Iwo Jima sont envisagés comme une base possible pour les missiles à moyenne portée qui sont en cours de création."

Le chef adjoint de l'état-major général a également souligné les efforts américains dans le domaine de la défense antimissile - un domaine de recherche sur la défense dans lequel Washington a investi des milliards de dollars après avoir abandonné le traité sur les missiles antibalistiques avec la Russie en 2002.

"Washington construit activement le segment Pacifique de son système mondial de défense antimissile. À son tour, Tokyo crée rapidement un système national de défense antimissile pour compléter le système américain de défense antimissile mondial", a déclaré Poznikhir. "La mise en œuvre de ces plans par les États-Unis conduit à la déstabilisation de la situation, à l'escalade des tensions dans la région, et provoque également l'amélioration et l'accumulation du potentiel de missiles d'autres nations, aboutissant finalement à un armement incontrôlé course », a-t-il prévenu.

AUKUS pourrait "faire exploser" l'Asie-Pacifique

Pour sa part, le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a averti que l'alliance australo-britannique-américaine AUKUS avait le potentiel de se développer en un bloc militaro-politique coopérant avec l'OTAN et transférant la planification et la formation nucléaires conjointes dans la région.

"Le transfert de la pratique de la formation nucléaire depuis l'Europe fera exploser la région. Bien que l'on puisse supposer que c'est précisément l'objectif fixé par les États-Unis", a déclaré Shoigu, s'exprimant lors de la conférence sur la sécurité.

Plus tôt dans la journée, le Global Strike Command de l'US Air Force a rendu compte du lancement d'essai réussi d'un missile balistique intercontinental Minuteman III depuis la base de la Force spatiale de Vanderberg en Californie, équipé d'un véhicule de rentrée d'essai. Selon l'Air Force, le test a été effectué "pour démontrer l'état de préparation des forces nucléaires américaines et pour donner confiance dans la létalité et l'efficacité de la dissuasion nucléaire de la nation".

Mardi également, s'exprimant lors de la conférence sur la sécurité de Moscou et commentant les retombées diplomatiques continues du voyage provocateur de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi à Taïwan, le ministre chinois de la Défense Wei Fenghe a averti que « la Chine ne peut pas être apprivoisée, nous n'avons pas peur des forces du mal, ainsi que tous les ennemis. Nous sommes déterminés et prêts à combattre avec n'importe quel ennemi.

Source Spoutnik (traduction)

 

 

 

 

Guerre en Ukraine : la Russie préparerait une "attaque massive de missiles contre l'Ukraine dans les semaines à venir" depuis la Biélorussie

 

Des images satellites montrent une accumulation d'armes russes à 40 kilomètres de la frontière ukrainienne.

  • Sur l'aérodrome de Ziabrovka, la Russie compterait 10 à 14 systèmes de défense aérienne S-400 Triumph.
    Sur l'aérodrome de Ziabrovka, la Russie compterait 10 à 14 systèmes de défense aérienne S-400 Triumph. MAXPPP - TURKISH DEFENCE MINISTRY HANDOUT

Un groupe de renseignement militaire indépendant a révélé que la Russie est en train de regrouper ces systèmes de missiles anti-aériens en Biélorussie en vue d'une attaque à grande échelle contre l'Ukraine.

En effet, selon un post Telegram du Belarusian Hajun Project, des images satellites montrent une accumulation d'armes sur l'aérodrome de Ziabrovka en Biélorussie à environ 40 kilomètres de la frontière ukrainienne.

Ainsi, "une analyse de la situation sur l'aérodrome prouve que non seulement la probabilité d'attaques à la roquette sur le territoire de l'Ukraine demeure, mais il semble que les Russes se préparent à une attaque massive de missiles contre l'Ukraine dans les semaines à venir", peut-on lire en conclusion du rapport.

15 à 60 missiles 

Sur cet aérodrome biélorusse de Ziabrovka, la Russie compterait 10 à 14 systèmes de défense aérienne S-400 Triumph et un stock de munitions de minimum 15 à 60 missiles pour le système de défense aérienne S-400, selon ce groupe de renseignement militaire indépendant.

Le groupe a également souligné qu'aucune roquette n'avait été tirée depuis la Biélorussie vers l'Ukraine depuis le 28 juillet.

 
 

 

 

L'issue des négociations sur le dossier nucléaire de l'Iran semble proche

 

Lancées en 2021 à Vienne, les négociations entre l'Union européenne et l'Iran pourraient bientôt prendre fin. Un compromis «final» est en cours d'étude.

L'Union européenne (UE) a annoncé ce mardi 16 août qu'elle examinait la réponse de l'Iran à son compromis sur le dossier nucléaire, une étape cruciale qui pourrait marquer l'entrée de mois de difficiles négociations dans leur dernière ligne droite.

Lire l'article

 

 

 

Rodéos sauvages : Nathalie, une habitante de Marseille, a fait condamner l’État pour inaction. “Des policiers nous ont confié qu’ils avaient des instructions pour ne pas intervenir, par peur des émeutes”

Excédée par le rugissement des moteurs, une habitante de Marseille a obtenu une condamnation de l’État pour inaction. Son quartier a retrouvé la sérénité. 

On l’appelle désormais de toute la France pour des conseils. L’an passé, cette Marseillaise a même été entendue par la mission d’évaluation de la loi contre les rodéos. Rien ne prédisposait Nathalie Lafon, qui travaille dans l’­immobilier, à devenir l’une des spécialistes des rodéos urbains. Rien, si ce n’est l’achat d’une maison dans les quartiers nord, où les grands ensembles jouxtent ­d’anciens noyaux villageois. « On avait toujours vécu tranquille, assure-t-elle. Mais en 2012 les rodéos ont commencé, jusqu’à s’installer de façon épouvantable en 2017. » Fini les déjeuners au jardin, les fenêtres ouvertes, le quartier vit au rythme du rugissement de moteurs surpuissants… « Les jeunes ont pris confiance, le territoire leur était acquis, ­analyse-t-elle. Sur les réseaux sociaux, ­certains sont même devenus de petites stars locales. »

(…) Des policiers viennent la voir : « Ils étaient rassurants, nous disant qu’ils étaient là. Mais ils nous ont aussi confié que depuis l’affaire ­Villiers-le-Bel [dans cette ville du Val-d’Oise, en 2007, deux ados à motocross sont morts après une collision avec une voiture de police], ils avaient des instructions pour ne pas intervenir, par peur des émeutes. »

Nathalie Lafon fait une dépression, prend des calmants, mais elle ne lâche pas. Monte un collectif avec ses voisins excédés. Alerte la mairie, la préfecture, les députés, et les ministres de l’Intérieur successifs. Rien ne change. « La politique de l’État, c’est de faire l’autruche, juge-t-elle avec amertume. Tant que ça se passe dans les cités, ils s’en foutent, tant pis pour les habitants qui subissent. On a été traités par le mépris, ça m’a mis la rage au ventre. »

En août 2017, elle assigne la préfecture de police des Bouches-du-Rhône au tribunal administratif pour inaction contre les rodéos. « Mes amis me disaient que j’étais folle. » Mais le juge lui donne ­raison : « Des journalistes m’ont rapporté que le ministère de ­l’Intérieur était furieux de cette décision. »

(…) Le JDD

 

 

Pour célébrer la Journée internationale de la jeunesse, le Parlement européen a mis en avant une jeune française voilée et la Commission européenne a inséré une photo des islamistes du FEMYSO dans sa vidéo

Parlement européen :

Commission européenne :

 

 

 

 

L’UE va verser 500 millions d’euros au Maroc pour le contrôle de ses frontières et stopper l’immigration clandestine (MàJ)

Le gouvernement du Maroc recevra plus de fonds européens pour le contrôle de ses frontières. Selon El Pais, l’Union européenne prépare une enveloppe de plus de 500 millions d’euros qui servira à aider le Maroc à stopper la migration irrégulière.

«Ce renforcement de la coopération en matière de migration couvrira la période de 2021 à 2027 et dépasse de près de 50% le cadre de financement précédent», ajoute la même source, notant que le budget sera divisé en différents projets. Ainsi, les nouveaux mécanismes de coopération entre le Maroc et l’Union européenne comprendront principalement l’appui à la gestion des frontières, le renforcement de la coopération policière (y compris les enquêtes conjointes), la sensibilisation aux dangers de l’immigration irrégulière, ainsi que le renforcement de la coopération avec les agences de l’Union européenne. En outre, les politiques d’intégration et de protection des réfugiés au Maroc seront encouragées et la lutte contre les mafias sera intensifiée, précise-t-on.

«L’important programme d’aide, qui sera complété par des subventions pour d’autres pays d’Afrique du Nord, est un signe du rôle croissant du Maroc en tant que partenaire prioritaire, après que l’Espagne a averti de la nécessité de prendre soin des accès par le sud», poursuit le journal qui explique que «cela n’a pas été une négociation facile». En effet, «Rabat maintenait ses exigences élevées et Bruxelles voulait plus d’engagements en retour». Au final, «le pacte est clos, même si son application finira de se concrétiser à l’automne», conclut-on.

yabiladi

Alors que s’ouvre le procès de 28 demandeurs d’asile à Nador mercredi, le Maroc a changé de stratégie face à l’Europe quant à la question de l’immigration. Le soutien de l’Espagne à la solution de l’autonomie du Sahara occidental souhaité par le Maroc a changé la donne.

Un mois et demi après la tentative par des milliers de migrants de passer en force la frontière de l’enclave espagnole de Melilla, un groupe de 28 demandeurs d’asile sera jugé mercredi à Nador, dans le nord-est du Maroc. Originaires principalement du Soudan et du Tchad, ces prévenus font partie des 1 500 migrants qui avaient tenté de franchir le 24 juin les hautes clôtures qui séparent Melilla du territoire marocain. Vingt-trois d’entre eux avaient été tués dans de violents affrontements avec les forces de l’ordre marocaines. Épinglé par l’ONU, Rabat a rejeté la responsabilité de cette tragédie sur l’Algérie, qu’il accuse d’encourager les filières de trafic. Il s’agit du bilan le plus lourd jamais enregistré aux passages de Melilla et Ceuta, les deux seuls points de frontière terrestre entre le Maroc et l’Espagne.

La comparution d’un nombre aussi important de migrants devant la justice est elle aussi  inédite. Ces dernières semaines, 47 autres demandeurs d’asile ont été condamnés à plusieurs mois de prison ferme, poursuivis entre autres pour « entrée illégale » dans le pays et « appartenance à une bande criminelle d’immigration clandestine ». « On assiste à un changement à 180 degrés de la politique migratoire espagnole sur le dos des migrants », constate Omar Naji, de ­l’Association marocaine des droits humains (AMDH). Ce durcissement rompt avec le chantage migratoire exercé jusqu’alors par le Maroc pour faire pression sur l’Espagne. Les 17 et 18 mai 2021, 10 000 candidats à l’exil avaient débarqué à la nage sur les plages de Ceuta en réaction à l’accueil par l’Espagne, quelques semaines plus tôt, du chef des indépendantistes sahraouis du Front ­Polisario pour soins médicaux.

Madrid a finalement fait un pas le 18 mars dernier en soutenant publiquement la solution de l’autonomie du Sahara occidental telle que la défend le royaume chérifien. Cette réconciliation a changé la donne. « Les Marocains veulent montrer aux Espagnols de quoi ils sont capables pour contrôler les frontières afin d’obtenir plus de financement des Européens », soutient Omar Naji. De manière générale, « il y a depuis six mois une tentative du Maroc de se positionner de manière plus occidentale », analyse Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe : « La question migratoire comme la coopération dans la lutte contre le terrorisme sont au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc. »

Le JDD

 

 

Résurgence de la polio qui inquiète les autorités sanitaires de Londres à NY, le virus éradiqué dans la plupart des régions du monde se trouve toujours en Afghanistan et au Pakistan (Màj : Des policiers chargés de protéger des vaccinateurs anti-polio tués)

16/08/2022

Deux policiers chargés de la protection d’une équipe de vaccination contre la polio dans le nord-ouest du Pakistan ont été abattus par des assaillants non identifiés, a annoncé mardi 16 août la police.

Le Pakistan est un des deux seuls pays au monde, avec l’Afghanistan, où la polio reste endémique. Dans ces deux pays les équipes de vaccination sont visées depuis des années par des militants islamiques. «Deux hommes armés qui se cachaient près d’un petit canal ont ouvert le feu sur les policiers à très courte distance», a déclaré à l’AFP l’officier supérieur Waqar Ahmad Khan. Les assaillants «ont épargné les deux membres de l’équipe de vaccination contre la polio (…) et se sont enfuis sur une moto», a-t-il ajouté.

L’incident s’est produit à Kot Azam, dans le district de Tank, près de districts tribaux où les militaires s’affrontent à des groupes armés depuis 2003. Des dizaines de vaccinateurs anti-polio et ceux chargés de leur sécurité ont été tués depuis 2012 au Pakistan, un pays où certains islamistes affirment que les vaccins s’inscrivent dans un complot occidental pour stériliser les enfants musulmans. Selon une autre théorie du complot, les vaccins contiennent de la graisse de porc et sont donc interdits par les musulmans. Cette méfiance, alimentée par des religieux ultra-conservateurs, s’est accrue après l’organisation d’une fausse campagne de vaccination par la CIA pour retrouver le chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, tué en 2011 à Abbottabad (nord).

[…]

 

Le Figaro

 

 

 

 

Les talibans célèbrent un an de pouvoir en Afghanistan : « Ce jour-là, l’Emirat islamique a mis à genoux la superpuissance mondiale et leurs alliés »

Des combattants talibans rassemblés près de l’ancienne ambassade américaine pour célébrer le premier anniversaire de leur retour au pouvoir, le 15 août 2022 à Kaboul, en Afghanista

Les talibans ont célébré en chantant lundi à Kaboul, près de l’ancienne ambassade américaine, l’anniversaire de leur retour au pouvoir en Afghanistan, une année marquée par une forte régression des droits des femmes et une profonde crise humanitaire.

Le 15 août 2021, les fondamentalistes islamistes s’emparaient sans combattre de la capitale Kaboul, au terme d’une offensive éclair menée sur tout le territoire contre des forces gouvernementales en déroute, à la faveur du retrait des troupes américaines et de l’Otan après vingt ans de conflit dans le pays qui a fait des dizaines de milliers de morts.

“Cette grande victoire est arrivée à la suite d’innombrables sacrifices et épreuves”, a déclaré dans un tweet Abdul Ghani Baradar, vice-Premier ministre et co-fondateur du mouvement des talibans.

“Ce jour-là (…), l’Emirat islamique a mis à genoux la superpuissance mondiale et leurs alliés, et les Afghans ont obtenu leur indépendance”, a ajouté celui qui avait signé en 2020 avec Washington l’accord qui a conduit au retrait des troupes étrangères du pays.

[…]

 

TV5

 

Commenter cet article