Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 14 aout 2022

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : Un premier cargo chargé de maïs ukrainien est arrivé en Italie…

 

L’ESSENTIEL

  • Les agences de notation S&P et Fitch ont dégradé l’Ukraine, désormais à un cran seulement du défaut de paiement, après l’annonce d’un moratoire sur sa dette extérieure obtenu auprès de ses créanciers internationaux.
  • Kiev et Moscou continuent de s’accuser mutuellement de bombarder la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe. Volodymyr Zelensky dénonce un « chantage russe » autour du site nucléaire. Depuis le 5 août, plusieurs bombardements ont visé la centrale, faisant craindre une catastrophe nucléaire.
  • La Hongrie, membre de l’UE, a annoncé samedi que la compagnie russe Gazprom a commencé à lui livrer plus de gaz naturel que prévu dans leurs précédents accords commerciaux. Bruxelles a par ailleurs commencé à mettre en œuvre un plan visant à réduire sa consommation de gaz de 15 %.

 

 

12h40 : La situation énergétique suisse est « grave », affirme une ministre

La situation énergétique est « grave » pour la Suisse, qui négocie avec l’Allemagne et l’Italie pour garantir son approvisionnement en gaz l’hiver prochain, face à la chute des livraisons russes, a affirmé dimanche la ministre suisse de l’Energie. « Pourquoi avons-nous un problème aujourd’hui ? Parce que la Russie a fermé le robinet de gaz et que la Suisse est entièrement dépendante de l’étranger pour ce type d’énergie », a déclaré la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, dans un entretien avec le journal Blick. « La situation est grave. Le Conseil fédéral en est conscient, et pas seulement depuis la guerre en Ukraine », a-t-elle ajouté.

La Suisse ne s’est pas encore fixée d’objectifs en termes d’économies d’énergie, contrairement à l’UE qui entend réduire de 15 % sa consommation de gaz pour surmonter la chute des livraisons russes, du fait des tensions liées à la guerre en Ukraine. L’approvisionnement énergétique de la Suisse dépend pour près de 80 % des importations de combustibles et de carburants fossiles ainsi que de combustibles nucléaires, selon l’Office fédéral de l’Energie. Même l’approvisionnement en électricité ne peut se passer des importations, du moins pendant les mois d’hiver.

 

10h53 : L’agriculture sous les tirs dans l’est de l’Ukraine

Au milieu d’un de ces champs de terre noire qui font la richesse de l’Ukraine, la moissonneuse-batteuse gît immobile, à une vingtaine de kilomètres de la ligne de front. Il y a une semaine, elle a heurté une mine. Une roue avant a été arrachée, la barre de coupe géante de l’engin agricole pendant lamentablement à côté des restes fumants de la cabine du conducteur. Ce dernier, Pavlo Koudimov, a été hospitalisé pour de graves brûlures. « L’agriculture a toujours été difficile, mais c’est encore plus difficile maintenant », se plaint-il.

Le blocus, qui a contraint les agriculteurs à stocker ou à vendre à perte, et les tirs d’artillerie ont fait chuter les prix. L’an passé, Sergueï Loubarski était payé jusqu’à huit hryvnia (0,21 euros) le kilo de blé vendu. Depuis le début de la guerre, il ne peut plus en tirer que trois hryvnia, et encore s’il arrive à le transporter jusqu’au centre régional de Kramatorsk. A Raï-Aleksandrovka, son village situé sur la ligne de front, il n’en obtient des négociants que 1,80 hryvnia car « les chauffeurs ont peur de venir ici ».

Edouard Stoukalo, 46 ans, exploite pour sa part 150 hectares en périphérie de la ville de Sloviansk. Trente hectares de blé ont déjà « complètement brûlé » à cause, selon lui, de tirs d’artillerie. Et il peine évidemment à convaincre ses ouvriers de continuer à participer à la récolte. « Les agriculteurs comme nous vont faire faillite. Personne ne veut y aller, tout le monde a peur des missiles qui arrivent », regrette-t-il. « Nous risquions aussi nos vies quand nous avons semé en avril et mai », ajoute-t-il : « Des bombes à fragmentation ont frappé nos champs. Les bombes ont explosé à 100 ou 200 mètres de nous ».

 

7h42 : Ukraine et Russie s’accusent encore de tirs sur la centrale de Zaporojie

Kiev et Moscou ont de nouveau échangé samedi des accusations de tirs sur la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe, occupée par la Russie.

« Limitez votre présence dans les rues d’Energodar ! Nous avons reçu des informations sur de nouvelles provocations de la part des occupants » russes, a indiqué sur Telegram l’agence nucléaire ukrainienne Energoatom. « Selon les témoignages des habitants, des bombardements sont à nouveau en cours en direction de la centrale nucléaire de Zaporojie (…) L’intervalle entre le départ et l’arrivée des tirs est de 3-5 secondes ».

De leur côté, les autorités d’occupation installées par la Russie dans les zones qu’elle occupe dans la région de Zaporojie ont sans surprise accusé les forces ukrainiennes d’être à l’origine de ces tirs. « Energodar et la centrale nucléaire de Zaporojie sont à nouveau sous le feu des militants (du président ukrainien Volodymyr) Zelensky », a déclaré sur Telegram un membre de l’administration militaire et civile prorusse, Vladimir Rogov. Les projectiles sont tombés « dans des zones situées sur les berges du Dniepr et dans la centrale », a-t-il affirmé, sans faire état de victime ni de dégâts.

Le fleuve Dniepr (Dnipro en ukrainien) sépare les zones aux mains des Russes de celles contrôlées par les autorités ukrainiennes.

DIRECT

 

 

 

Une délégation de législateurs américains arrive à Taïwan quelques jours après la visite provocatrice de Nancy Pelosi

 

 

Le président de la Chambre des représentants des États-Unis, officiellement le troisième homme politique le plus puissant de Washington, a déclenché une querelle diplomatique avec Pékin au début du mois en visitant Taipei, en violation des accords qui sous-tendent les relations sino-américaines.

Une délégation de législateurs américains est arrivée dimanche à Taïwan, conduite par le sénateur démocrate Ed Markey et les représentants Alan Lowenthal, Don Beyer et Aumua Amata.

L'American Institute in Taiwan - l'ambassade de facto des États-Unis sur l'île, a indiqué que le voyage faisait partie du voyage plus large des législateurs en Asie, Markey et ses collègues devant discuter des relations américano-taïwanaises, de la sécurité, du commerce et de l'investissement, les chaînes d'approvisionnement mondiales, le climat et d'autres questions.

TVBS News de Taiwan a capturé des images de l'avion militaire transportant les législateurs atterrissant et indiqué que la délégation rencontrerait le président Tsai Ing-wen, le ministre des Affaires étrangères Joseph Woo et d'autres hauts responsables.

 

  • La Chine a lancé des exercices jamais déployés autour de Taïwan depuis la visite de Nancy Pelosi.
    La Chine a lancé des exercices jamais déployés autour de Taïwan depuis la visite de Nancy Pelosi. Pixabay

Les législateurs étaient transportés par un Boeing C-40 Clipper de l'US Air Force et se sont rendus à Taïwan depuis un aéroport à l'ouest de Tokyo, au Japon, selon les services de suivi des vols.

Les tensions sino-américaines ont monté en flèche à la fin du mois dernier après que les médias ont révélé que la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui serait troisième pour la présidence si quelque chose devait arriver à Joe Biden et au vice-président Kamala Harris, prévoyait de se rendre à Taïwan dans le cadre d'une conférence régionale. tour.

La République populaire considère l'île comme son territoire souverain, et comme un territoire destiné à une réunification formelle avec le continent selon le modèle "Un pays - Deux systèmes". La Chine déteste tous les efforts des responsables américains pour rencontrer des responsables taïwanais, les considérant comme une violation de la politique d'une seule Chine qui sous-tend les relations sino-américaines - qui obligent Washington à s'abstenir de reconnaître le statut d'autonomie gouvernementale de Taiwan.

Les États-Unis soutiennent formellement le respect de la politique d'une seule Chine, mais l'ont violée à plusieurs reprises dans la pratique par le biais de manifestations officielles telles que la tournée de Pelosi, d'efforts pour inclure Taïwan dans des lieux diplomatiques hébergés par les États-Unis tels que le "forum de la démocratie" de l'année dernière et le fourniture de milliards de dollars en matériel militaire à Taipei, malgré les engagements formels pris auprès de Pékin de ne pas le faire.

Le but officiel du voyage de Pelosi à Taïwan n'est toujours pas tout à fait clair, la députée affirmant la semaine dernière qu'elle s'était rendue sur l'île pour "saluer cette démocratie florissante" et "pour dire que nous avons cette relation solide fondée sur le statu quo, qui nous soutenons." Au cours de la visite, Pelosi conférences aux responsables taïwanais sur l'importance que le "président Benjamin Franklin" a placée sur la liberté et la démocratie (le père fondateur des États-Unis n'a jamais été président), et a offert une salade de mots sur la façon dont "la liberté et la démocratie... la sécurité, l'économie, la sécurité, l'économie, et encore une fois, ils sont tous - et la gouvernance » étaient tous liés.

La Chine a lancé des exercices à grande échelle à Taïwan en réponse au voyage de Pelosi, et a giflé la législatrice et sa famille avec des sanctions personnelles. La RPC a également gelé ses liens avec les États-Unis dans huit domaines, dont la coopération sur le changement climatique, la criminalité transnationale et le dialogue entre militaires.

Source Spoutnik (traduction)

Une délégation du Congrès américain est arrivée à Taïwan ce dimanche. Une visite qui n'était pas annoncée.

Une délégation de membres du Congrès américain est arrivée dimanche à Taïwan. Une visite qui n'était pas annoncée selon des sources diplomatiques américaines dans l'île.

Cette visite, qui doit durer deux jours selon l'Institut américain à Taïwan, l'ambassade de facto des États-Unis, intervient quelques jours après la fin des manœuvres militaires les plus importantes jamais réalisées par Pékin autour de Taïwan. Ces exercices militaires avaient été lancés en réponse à une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi.

La délégation de cinq membres est dirigée par le sénateur démocrate Ed Markey du Massachusetts. Ils rencontreront des hauts dirigeants pour discuter des relations américano-taïwanaises, de la sécurité régionale, du commerce, des investissements et d'autres questions.

Un radiodiffuseur taïwanais a montré une vidéo d'un avion du gouvernement américain atterrissant vers 19 heures à l'aéroport de Songshan à Taipei, la capitale taïwanaise.

Ce dimanche après-midi, la Chine n'avait pas encore réagi à l'annonce de cette visite surprise.

Source

Note: et ils ne s'arrêteront pas tant qu'ils n'auront pas déclaché une guerre mondiale ! J'aimerais savoir combien d'Américains sont prêts à mourir pour l'indépendance de Taïwan,  je pense très très peu

 

 

La nièce de Trump affirme que Jared Kushner pourrait être «Mar-a-Lago Mole» qui a «rendu» le FBI à des documents classifiés

 

Le FBI affirme avoir récupéré 11 ensembles de fichiers classifiés, dont des documents "TS/SCI" (Top Secret / Sensitive Compartmented Information), lors d'un raid sur le domaine de Mar-a-Lago de l'ancien président américain Donald Trump le 8 août et approuvé par le procureur général Merrick Garland.

Jared Kushner pourrait être la "taupe de Mar-a-Lago" qui a informé le FBI de documents classifiés détenus à Mar-a-Lago par l'ex-président Donald Trump, a spéculé la nièce du 45e POTUS.

Vers une guerre de religion, infos du 14 aout 2022

"Nous devons commencer par qui aurait accès à ce genre de choses. Je ne pense pas que Mark Meadows y aurait accès", a déclaré Mary Trump au Dean Obeidallah Show vendredi.

Après sa référence à l'ancien chef de cabinet, Mary Trump a poursuivi :

"Et nous devons réfléchir à qui pourrait également être impliqué dans ce qui nécessiterait un jeu aussi important que de dénoncer Donald pour se sortir des ennuis, ou du moins pour atténuer les ennuis dans lesquels ils se trouvent… On dirait que quelqu'un dans La position de Jared. Je ne dis pas que c'est Jared, mais ça pourrait l'être.

Le petit-fils aîné de Fred Trump Sr., le père de Donald Trump, a également fait référence à un investissement dans la société de capital-investissement de Kushner par le Fonds d'investissement public saoudien environ six mois après le départ de Donald Trump de la Maison Blanche.

« Je pense que nous devons examiner très attentivement pourquoi Jared a obtenu 2 milliards de dollars. Nous devons examiner très attentivement pourquoi il est si silencieux depuis tant de mois maintenant », a déclaré Mary Trump.

La spéculation selon laquelle le mari d'Ivanka Trump, Jared Kushner , qui a été conseiller principal de la Maison Blanche dans l'administration Trump, aurait pu être l'informateur du FBI a été exprimée plus tôt par Michael Cohen, l'ancien avocat de Trump.

"C'est définitivement un membre de son entourage", a déclaré Cohen à The Insider jeudi, ajoutant qu'il "ne serait pas surpris d'apprendre qu'il s'agit de Jared ou de l'un de ses enfants".

Trump dénonce "canular et arnaque"

Mar-a-Lago raid de lundi, approuvé par le procureur général Merrick Garland, était basé sur une source confidentielle, a rapporté Newsweek le 10 août, citant deux hauts responsables du gouvernement. Le raid sans précédent a également été délibérément programmé pour le moment où Donald Trump n'était pas présent dans sa propriété de Floride.

Après qu'une équipe d'agents du FBI ait exécuté le mandat de perquisition, ils ont affirmé avoir récupéré 11 ensembles de fichiers classifiés, y compris des documents "TS/SCI" (Top Secret / Sensitive Compartmented Information).

Donald Trump a insisté dans un communiqué le 12 août sur le fait que tous les documents conservés à sa résidence étaient déclassifiés et stockés en toute sécurité. Il a dénoncé avec véhémence le raid comme une tentative des démocrates et des républicains de l'establishment de militariser le système judiciaire américain contre les opposants politiques.

Trump, qui n'a pas encore annoncé officiellement une autre candidature à la Maison Blanche, a ajouté que le raid faisait partie d'un plan visant à l'empêcher de se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

Le mandat de perquisition signé par le juge magistrat Bruce Reinhart le 5 août et descellé par le tribunal fédéral américain indique que le raid a été mené dans le cadre d'une enquête fédérale sur des violations potentielles de la loi sur l'espionnage, la suppression ou la destruction de documents et l'obstruction d'une enquête. .

Une peine maximale de 20 ans de prison est la peine pour la destruction de dossiers, tandis qu'une accusation de violation des informations de la défense peut entraîner jusqu'à 10 ans derrière les barreaux. Une accusation de dissimulation de documents est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à trois ans en vertu de la loi américaine.

Samedi, Donald Trump a de nouveau qualifié le raid du FBI approuvé par le tribunal de « canular et arnaque », ajoutant dans un message sur son réseau Truth Social :

"Comme tous les autres canulars et escroqueries qu'ils ont utilisés pour essayer de faire taire la voix d'une grande majorité du peuple américain, j'ai la VÉRITÉ de mon côté, et quand vous avez la VÉRITÉ, vous serez finalement victorieux."

 

 

Incendie dans une église au Caire (Égypte) : 41 morts et des blessés selon un premier bilan, l’origine n’a jusqu’ici pas été éclaircie

L’incendie d’une église au Caire a fait 41 morts de dimanche, selon un premier bilan communiqué par les autorités ecclésiastiques. Au moins 55 personnes ont quant à elle été hospitalisées, indique le ministère égyptien de la Santé.

Cet incendie, dont l’origine n’a jusqu’ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l’église Abou Sifine du quartier populaire d’Imbaba, nommée d’après le saint Mercure de Césarée, révéré par les Coptes, plus grande communauté chrétienne du Moyen-Orient avec 10 à 15 des 103 millions d’Égyptiens.

« J’ai mobilisé l’ensemble des services de l’État pour que toutes les mesures soient prises », a aussitôt réagi le président Abdel Fattah al-Sissi sur sa page Facebook.

Le Parisien

 

 

Bus attaqué à Jérusalem : huit blessés, un suspect arrêté

 

Huit personnes ont été blessées, dont deux grièvement, dans une attaque armée contre un bus tôt dimanche dans le centre de Jérusalem, ont indiqué la police israélienne et les secouristes. « La police a été informée d’une fusillade contre un bus près du Tombeau de David (…) les lieux ont été bouclés », a indiqué la police, indiquant ensuite qu’un suspect avait été arrêté.

« Le terroriste est entre nos mains » a déclaré à la radio publique Kan Eli Levy, un porte- parole de la police.

Un journaliste de l’AFP a constaté un fort déploiement policier devant ce site, situé à proximité du mur des Lamentations, dans la Vieille Ville de Jérusalem. La Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, a indiqué être intervenue après avoir reçu des informations faisant état de tirs contre un bus à Jérusalem. «Deux sont blessés sont dans un état grave», a indiqué Zaki Heller, porte-parole de la MDA.

« Nous sommes arrivés rapidement sur les lieux. Sur la rue Ma’ale Hashalom (…) des passants nous ont interpellés pour traiter deux hommes âgés autour de 30 ans qui étaient blessés dans le bus. Ils étaient conscients et marchaient avec des blessures au haut du corps », ont indiqué deux secouristes de la MDA dans un témoignage relayé par cette organisation.

19 personnes tuées au printemps dernier

Au printemps, 19 personnes - en majorité des civils israéliens à l’intérieur d’Israël - avaient été tuées, principalement dans des attaques menées par des Palestiniens. Trois assaillants arabes israéliens avaient également été tués.

Source et voir vidéo

LIRE AUSSI : Jérusalem : huit blessés, dont deux grièvement, dans une attaque contre un bus

 

 

 

 

« Les Croyants se prosterneront alors que les mécréants ne le pourront guère, leur dos restera raide et lors nuque partira dans le sens inverse » : Le recteur de la Mosquée de Paris souhaite une bonne journée du 13 août (Màj : Tweet supprimé)

14/08/2022

Tweet supprimé


13/08/2022

 

 

L'état de santé de Salman Rushdie s'améliore, son assaillant plaide non coupable mais reste en détention

 

L'auteur d'origine indienne Salman Rushdie était toujours hospitalisé mais son état s'améliore après avoir été poignardé vendredi lors d'une conférence organisée par la Chautauqua Institution dans l'État de New York.

  • Salman Rushdie reste dans un état critique ce dimanche matin.
    Salman Rushdie reste dans un état critique ce dimanche matin. MAXPPP - @HoratioGates3

Hadi Matar, l'homme suspecté d'avoir poignardé l'écrivain, a plaidé non coupable lorsqu'il a été présenté samedi devant un tribunal, a déclaré à Reuters son avocat commis d'office, Nathaniel Barone. Une audience préliminaire doit se tenir vendredi, a-t-il indiqué. Le procureur du comté de Chautauqua avait annoncé plus tôt dans la journée que Hadi Matar avait été inculpé d'agression et de tentative de meurtre et était maintenu en détention.

Salman Rushdie, qui est âgé de 75 ans, devait participer à une conférence sur la liberté artistique lorsque son agresseur s'est précipité sur la scène et a poignardé le romancier au cou et au torse. Après plusieurs heures d'opération, Rushdie a été placé sous respirateur artificiel et était incapable de parler vendredi soir. L'agent du romancier, Andrew Wylie, a indiqué, ce dimanche matin, que l'état de santé de l'écrivain s'était amélioré. Il n'était plus placé sous assistance respiratoire.

Le New York Times a aussi rapporté, citant Andrew Wylie, que l'auteur avait recommencé à parler. La police a déclaré vendredi qu'elle n'avait pas établi le motif de l'attaque. Selon un examen préliminaire des comptes sur les réseaux sociaux appartenant à Hadi Matar, l'homme de 24 ans serait un sympathisant de l'extrémisme chiite et des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC), bien qu'aucun lien définitif n'ait été trouvé, selon NBC New York.

Les procureurs ont expliqué que l'attaque avait été préméditée, Hadi Matar ayant acheté un billet pour assister à la conférence, a rapporté le Times. NBC New York a rapporté que des agents du FBI s'étaient rendus vendredi soir à la dernière adresse connue de Hadi Matar, à Fairview, un quartier du comté de Bergen situé juste en face de Manhattan, de l'autre côté de l'Hudson. La police de New York a refusé de commenter cette information. La police du New Jersey n'a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

LA TÊTE DE SALMAN RUSHDIE MISE À PRIX

Le 14 février 1989, quelques mois après la publication du quatrième roman de Salman Rushdie, "Les Versets sataniques", l'ayatollah Khomeini, guide suprême de la Révolution iranienne, avait prononcé une fatwa (décret religieux) appelant les musulmans à tuer l'auteur pour ses écrits, contraignant l'écrivain britannique à vivre dans la clandestinité.

 

Le président américain Joe Biden a salué samedi les "idéaux universels" que représentent Salman Rushdie et ses écrits. "Vérité. Courage. Résilience. La capacité de partager nos idées sans avoir peur", a écrit Joe Biden dans un communiqué. "Ce sont les fondements de toute société libre et ouverte."

L'agression a été condamnée par des écrivains et des hommes politiques du monde entier qui y voient une atteinte à la liberté d'expression. Le gouvernement iranien n'a pas réagi officiellement à cette attaque contre Salman Rushdie, mais plusieurs journaux iraniens de la ligne dure ont félicité son agresseur.

Un responsable du Hezbollah a déclaré samedi à Reuters que le groupe armé libanais soutenu par l'Iran ne disposait d'aucune information supplémentaire sur l'attaque contre Salman Rushdie.

Source

 

 

 

En 1989, Cat Stevens, alias Yusuf Islam suite à sa conversion religieuse, s’exprime publiquement comme étant favorable à la peine de mort visant Salman Rushdie

 

 

Les ventes du livre de Salman Rushdie « Les Versets sataniques » s’envolent

Au lendemain de l’agression au couteau dont a été victime Salman Rushdie, son livre “Les Versets sataniques” , qui avait valu à l’écrivain britannique une fatwa du Guide de la révolution iranienne Khomeini, s’arrache. Ce samedi après-midi, il apparaissait en troisième position des livres les plus vendus sur la page française d’Amazon. Et en dixième place sur la version internationale de la plateforme américaine.

Sur Apple Books, sa version numérique était même numéro un en France. Un tour sur le site de la Fnac permet aussi de voir que l’ouvrage, sorti en 1988 et accusé par les islamistes de ridiculiser le Coran et le prophète Mahomet, est indisponible en rayons dans la plupart des magasins de l’enseigne. Il était encore disponible en quantité limitée dans certaines boutiques, avant l’attaque contre l’auteur vendredi. Même observation sur le site de Gibert ou celui de Cultura, où il est quasiment partout indisponible.

Depuis sa sortie en 1988, le livre Les Versets sataniques s’est vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde – le livre a été traduit dans plus de quinze langues. La fatwa lancée l’année suivante par l’ayatollah Khomeini, Guide suprême de la révolution iranienne, avait même relancé les ventes du livre. Il a été interdit en Inde – pays de naissance de Salman Rushdie – et dans nombre de pays musulmans ou à majorité musulmane (Arabie saoudite, Égypte, Somalie, Bangladesh, Soudan, Tunisie, Malaisie, Indonésie, Qatar…).

Le Figaro

 

Note :  je parle des versets satanique dans le dossier Qui est Allah ?  voir le paragraphe "Le Coran et les divinités" vers la fin du dossier

 

 

 

Saint-Priest (69) : un Marocain de 25 ans déjà connu de la police, décapite son père et attaque la police au couteau en criant « Allah Akbar » (Màj)

Les premiers éléments de l’enquête sur ce “meurtre par décapitation” montrent que l’homme placé en garde à vue a “tué son père âgé de 60 ans au moyen d’un couteau de cuisine“, a indiqué le parquet de Lyon à l’AFP.

Des policiers de la BAC, arrivés en renfort, sont parvenus à interpeller cet homme “qui a tenté de leur donner des coups de couteau, sans les blesser“, selon la même source. Le suspect, un Marocain en situation régulière, est connu “pour des faits de droit commun, des différends familiaux sur fond d’alcool et stupéfiants“, selon cette même source

[…]

 

La Provence


L’homme, âgé d’une soixante d’années, est mort après avoir été agressé par arme blanche. L’auteur présumé des faits est son fils.

Peu de temps après l’agression, le fils de la victime a été interpellé par la police dans un parc situé à proximité du domicile. Il est l’auteur présumé du meurtre.

Selon les informations du Progrès, le meurtrier présumé se serait débattu et aurait crié « Allah Akbar » au moment de son interpellation.

[…]

 

Le Progrès

 

 

François Rebsamen plaide pour le droit de vote des étrangers aux élections municipales, «des citoyens comme vous et moi»

Dans une tribune publiée dans le JDD, le maire de Dijon et ancien ministre du Travail, François Rebsamen, plaide pour le droit de vote des étrangers aux élections municipales.

[…] C’est une question de justice sociale. Les ressortissants communautaires peuvent participer aux scrutins municipaux. Dès lors, l’argument qu’on nous opposait sans cesse – et que la droite continue de brandir – selon lequel accorder un tel bénéfice rompt le lien existant entre nationalité et citoyenneté tombe de lui-même. Pourquoi les uns et pas les autres, sauf à faire preuve de rejet, voire de racisme, vis-à-vis de certains de nos concitoyens ? Pourquoi ce traitement différencié, notamment envers ceux qui viennent de l’autre côté de la ­Méditerranée ? La peur de l’islamisme radical fait qu’aujourd’hui nombreux sont ceux qui crient au loup avec le ­Rassemblement national (RN).

En permettant à tous les étrangers qui vivent sur notre sol en situation régulière de choisir le maire de la commune où ils résident depuis plus de cinq ans, on invente une nouvelle citoyenneté, de résidence. Ce sont des citoyens comme vous et moi, qui souvent ont été appelés pour faire fonctionner nos usines quand la France en avait besoin, qui s’investissent dans la vie locale, qui paient des impôts, dont les enfants grandissent avec les nôtres, qui ont certes conservé leur nationalité mais qui occupent une place entière sur le territoire français. […]

On peut toujours dire que ça n’est pas le bon moment, que le sujet va cliver, attiser les débats, renforcer le RN. On les connaît, ces arguments qui n’en sont pas. Comme si la position du ­Républicain Éric Ciotti ne contribuait pas déjà, sur ce point comme d’ailleurs sur beaucoup d’autres, à banaliser le discours de l’extrême droite…

On dit encore qu’en autorisant les étrangers à voter aux ­élections municipales il y aura des listes ­communautaires. C’est faux ! Car notre ­proposition ­précise bien qu’ils ne peuvent pas être élus maire ou adjoint ni membre du collège électoral des sénateurs. En refusant cette citoyenneté de résidence, on crée au contraire du ­communautarisme. À trop attendre, on ne fait rien. La République n’a rien à craindre quand elle est forte et sûre d’elle-même vis-à-vis des religions, si tant est qu’elles respectent nos lois.

Le JDD

 

Note: François Rebsamen, né le à Dijon (Côte-d'Or), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste... (source)

 

Commenter cet article