Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 9 avril 2022

 

 

 

Kiev prépare une provocation pour accuser Moscou d'avoir tué des civils à Irpen - Ministère de la Défense russe

 

 

Le 9 avril 2022

Selon des données confirmées, Kiev prépare une provocation pour accuser la Russie d'un meurtre de masse présumé de civils à Irpen dans la région de Kiev, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konashenkov.

"J'attire votre attention sur le fait que des unités des forces armées russes ont quitté cette colonie il y a plus d'une semaine", a déclaré Konashenkov.

Le Service de sécurité d'Ukraine (SBU) prévoit d'amener les corps des personnes tuées par les bombardements ukrainiens à Irpen pour un incident mis en scène, tandis que le SBU organise également un autre incident mis en scène dans la forêt de Pushcha-Voditsa impliquant la "destruction" d'un groupe de reconnaissance », a déclaré Igor Konashenkov.

"Les officiers du SBU prévoient d'amener les corps des résidents locaux tués par les tirs d'artillerie ukrainiens de la morgue au sous-sol de l'un des bâtiments de la périphérie est d'Irpen. Ensuite, une action par étapes sera organisée dans la zone forestière de Pushcha-Voditsa avec mis en scène une « fusillade » et la « destruction » d'un « groupe de renseignement russe » arrivé à Irpen « pour tuer des témoins de crimes de guerre russes » », a déclaré le général.

Il a précisé que "les corps des militaires russes capturés, précédemment tués par des nationalistes sous la torture, seront présentés dans la forêt comme des "preuves indiscutables".

Konashenkov a ajouté qu'une provocation à Irpen a été organisée afin de distribuer du matériel vidéo à travers les médias occidentaux.

Le 8 avril, le ministère russe de la Défense a déclaré que les forces ukrainiennes avaient tiré un missile Tochka-U sur la gare de Kramatorsk depuis la colonie de Dobropilya située à 45 kilomètres (28 miles) au sud-ouest de Kramatorsk. Le but de l'attaque de Kiev contre la gare de Kramatorsk était de perturber l'évacuation massive pour utiliser les habitants comme bouclier humain, a ajouté le ministère. Afin d'accuser la Russie d'une prétendue attaque au missile contre la gare de Kramatorsk, Kiev a mis en ligne sur les réseaux sociaux des photos de lanceurs Tochka-U des exercices militaires conjoints Allied Resolve 2022 Russie-Biélorussie, organisés en février, a indiqué le ministère de la Défense.

Plus tôt, Kiev avait accusé les troupes russes d'avoir tué des centaines de personnes à Bucha en distribuant des photos de corps de victimes présumées dans les médias occidentaux. À son tour, le ministère russe de la Défense a rejeté les accusations et a déclaré que les photos et les vidéos avaient été mises en scène, soulignant le fait que les images n'étaient apparues que quatre jours après le retrait des troupes russes de la ville.

Le ministère russe de la Défense avait noté à plusieurs reprises que des provocations similaires auraient lieu à l'avenir.

Le 24 février, la Russie a lancé une opération militaire en Ukraine après que les républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk ont ​​lancé un appel à l'aide pour se défendre contre les provocations ukrainiennes. Le ministère russe de la Défense a déclaré que l'opération ne visait que les infrastructures militaires ukrainiennes et que la population civile n'était pas en danger.

En réponse, les pays occidentaux et leurs alliés ont lancé une vaste campagne de sanctions contre Moscou, qui comprend des fermetures d'espace aérien et des mesures restrictives visant de nombreux responsables et entités, médias et institutions financières russes.

Source Spoutnik (traduction)

 

 

 

 

Guerre en Ukraine : Kiev prépare sa demande d’adhésion à l’Union européenne

 

Le 9 avril 2022

Adam Schreck/AP/SIPA - Avril 2022

 

       
 

Volodymyr Zelensky a reçu un questionnaire pour entamer le processus de demande d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne, de la part de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Vendredi 8 avril, le président Volodymyr Zelensky a reçu la visite de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. C’est la première fois qu’une figure européenne de premier plan se rendait dans la capitale ukrainienne, depuis le début de la guerre. Cette première visite a servi "à attirer l’attention sur de potentiels crimes de guerre commis par les Russes", note le Washington Post.

Demande d’adhésion à l’UE : Ursula von der Leyen remet à Zelensky les documents

La venue en Ukraine de la présidente de la Commission européenne a été l’occasion de signifier à Volodymyr Zelensky son engagement à accélérer le processus d’intégration de l’Ukraine dans l’Union européenne. "Nous sommes avec vous quand vous rêvez d’Europe", a-t-elle tout en remettant à Volodymyr Zelensky un questionnaire qui servira de "base" aux discussions des prochaines semaines. "C’est là que commence votre chemin vers l’Europe et l’Union européenne", a-t-elle commenté. Pour rappel, Kiev a fait une demande officielle de candidature le 28 février dernier.

Soutien politique et financier de l’Europe à l’Ukraine 

Accompagnée du haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, Ursula von der Leyen s’est ensuite entretenue avec le chef d’Etat ukrainien, réaffirmant le soutien politique et financier de l’Europe à l’Ukraine. "La Russie va sombrer dans la décomposition économique, financière et technologique, tandis que l’Ukraine marche vers un avenir européen", a dit Ursula von der Leyen au cours d’une conférence de presse commune avec le chef de l’Etat ukrainien Volodymyr Zelensky.

Source

Note : un dessis pour illustrer la situation

Vers une guerre de religion, infos du 9 avril 2022

 

Zelensky dit qu'un haut responsable politique européen lui a demandé si la provocation de Bucha avait été mise en scène Zelensky dit qu'un haut responsable politique européen lui a demandé si la provocation de Bucha avait été mise en scène

 

 

Le 9 avril 2022

La semaine dernière, les autorités ukrainiennes et les médias occidentaux ont commencé à diffuser des images horribles montrant prétendument des civils assassinés allongés le long d'une route à Bucha, une banlieue de Kiev, les citant comme preuve de "crimes de guerre russes". Moscou a rejeté les images comme une provocation, soulignant que les corps sont apparus quelques jours après le retrait des troupes russes.

Un chef de gouvernement européen a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de confirmer que les événements de Bucha n'avaient pas été mis en scène.

"Montrez-nous la preuve que ce n'était pas mis en scène", a déclaré , citant le responsable, dans une interview avec Bild.

Le président ukrainien n'a pas révélé quel politicien avait fait la demande, sauf pour dire que ce n'était pas le chancelier allemand Olaf Scholz, et a qualifié les commentaires eux-mêmes de vils.

« C'est ce qu'un dirigeant européen vous a dit ? » intervint son intervieweur. "Oui, je ne peux pas dire qui", a déclaré Zelensky. "Mais ce n'était pas Scholz, c'est vrai", a répondu Zelensky.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, se sont rendus à Bucha vendredi, posant pour des séances de photos devant des sacs mortuaires noirs exposés dans un champ. « Nous avons vu le visage cruel de l'armée de Poutine. Nous avons vu l'insouciance et la froideur avec lesquelles ils ont occupé la ville… Le monde entier est en deuil avec les habitants de Bucha », a déclaré von der Leyen.

Bucha Provocation

Moscou a vivement rejeté les allégations selon lesquelles ses troupes auraient commis les crimes, qualifiant les allégations de l'Occident de "monstrueux faux" et soulignant que la chronologie des allégations ukrainiennes de massacres de civils par les troupes russes ne correspond pas à l'heure de leur retrait. de Bucha.

Le ministère de la Défense russe a déclaré que ses forces avaient quitté la banlieue le 30 mars alors que les forces ukrainiennes la bombardaient avec de l'artillerie, des tirs de chars et des lance-roquettes multiples.

Une analyse médico-légale superficielle des pages de médias sociaux des responsables ukrainiens et des médias ukrainiens semble corroborer la position du ministère de la Défense. Le 31 mars, le maire de Bucha, Anatoliy Fedoruk a annoncé sur sa page Facebook que la ville avait été entièrement « libérée » « des orcs russes, des occupants russes », sans mentionner d'éventuelles atrocités contre les civils.

Le 2 avril, la police nationale ukrainienne est entrée dans la ville et a filmé une vidéo montrant des dommages aux infrastructures locales, des voitures froissées, des bâtiments détruits et un blessé dans un véhicule, mais aucun corps éparpillé le long des routes - ce qui apparaîtrait dans la célèbre séquence diffusée. plus tard par l'armée ukrainienne.

Le 3 avril également, le New York Times et d'autres médias ont rapporté dans leur mise à jour en direct que les combattants néonazis du régiment Azov étaient entrés dans la ville avec des unités de la Force de défense territoriale de Kiev.

Peu de temps après, le ministère ukrainien de la Défense a accusé les forces russes d'exécuter des civils, diffusant les images horrifiantes de cadavres éparpillés le long des routes qui sont devenues virales et ont été largement utilisées par les médias occidentaux comme preuve de "crimes de guerre russes".

Source Spoutik international (traduction)

 

 

 

Israël : Un mort et des blessés après l’intervention de l’armée dans le camp palestinien de Jénine

 

Le 9 avril 2022

Un Palestinien a été tué et d’autres blessés samedi dans des échanges de tirs lors d’une opération de l’armée israélienne en cours dans le camp palestinien de Jénine, d’où est originaire l’auteur de l’attaque meurtrière jeudi à Tel-Aviv, ont indiqué l’armée et un ministère palestinien. « Un jeune homme a été tué par les balles israéliennes à Jénine et il y a au moins cinq blessés », a indiqué le ministère palestinien de la Santé, tandis que l’armée israélienne a confirmé mener actuellement une opération dans ce camp, considéré comme l’un des principaux bastions des factions armées palestiniennes en Cisjordanie occupée.

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, avait donné carte blanche vendredi aux forces de sécurité pour « vaincre » une nouvelle vague de « terreur » en Israël, après l’attaque armée jeudi soir en plein centre de Tel-Aviv, qui a fait trois morts, tous Israéliens, et une dizaine de blessés. A la suite d’une chasse à l’homme dans les rues de la métropole israélienne, les forces de sécurité avaient localisé et abattu dans un échange de tirs l’assaillant, Raëd Hazem, 28 ans, un Palestinien « sans affiliation connue » à une faction armée, selon le renseignement israélien, et originaire de Jénine en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Lire la suite

 

 

 

Élection présidentielle : plusieurs imams et prédicateurs appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon

Facebook

 

 

Maison de l’horreur à Nogaro (32) : 29 enfants auraient été violés, séquestrés et torturés pendant des années par un Ivoirien polygame de 42 ans, converti à un “courant islamique radical” (MàJ : le suspect serait fiché S)

Un homme de 42 ans, qui exerçait une emprise violente sur quatre femmes dont son épouse, et 28 enfants à Nogaro dans le Gers a été mis en examen à Agen. Il a été placé en détention pour des actes d’une violence inouïe.

(…) Depuis la révélation de l’affaire, les parents d’élèves sont abasourdis. Personne ne souhaite s’exprimer sur cette affaire sensible. Les rares parents interrogés à la sortie des cours parlent d’enfants mutiques, toujours habillés avec des manches longues et des pantalons. 

Les habitants de Nogaro sont stupéfaits par la violence des révélations. Mais dans ce village de 2200 habitants, l’arrivée de cette famille d’une trentaine de membres n’est pas passée inaperçue. Le maire Christian Peyret se souvient de leur arrivée en janvier 2019. 

Je me suis très vite interrogée sur cette famille très nombreuse et sur sa façon de vivre totalement en autarcie. J’ai rapidement alerté la gendarmerie et les services sociaux pour mener une enquête.

Christian Peyret, maire de Nogaro

(…)

Un homme fiché S ?

Très peu d’information filtrent sur ce bourreau. Les habitants de Nogaro rencontrés sur place, disent “n’avoir jamais vu cet homme“. Le maire avoue ne pas savoir à quoi il ressemble. Selon une source proche de l’enquête, cet ivoirien de 42 ans serait radicalisé et fiché S. 

(…) France 3


Vingt-neuf adolescents et enfants auraient été victimes de l’emprise nocive d’un homme de 42 ans, mis en examen ce jeudi 7 avril à Agen, pour viols sur mineurs et placé en détention provisoire. Les faits se seraient produits entre 2017 et 2020 dans une maison isolée à Nogaro.

C’est une imposante bâtisse en bois à l’abri des regards, située en bordure de piste de l’aérodrome de Nogaro. Une construction d’apparence plutôt récente, louée par un homme de nationalité ivoirienne de 42 ans à un propriétaire belge, qui se serait transformée durant plusieurs années en véritable maison de l’horreur. Les faits reprochés qui s’y seraient déroulés entre 2017 et 2020 sont d’une extrême gravité : viols sur mineurs de 15 ans avec actes de barbarie.

Le quadragénaire mis en cause dans cette sordide affaire aurait fait venir dans le Gers une première femme, vite rejointe par plusieurs de ses sœurs, toutes de nationalité française et âgées entre 32 et 42 ans. Elles auraient eu avec lui des relations sexuelles plus ou moins consenties et auraient cohabité dans sa maison en compagnie de leurs nombreux enfants. L’une d’elles a toutefois fini par quitter les lieux avant de dénoncer des faits de viols, violences volontaires et séquestration. Selon ses dires, les enfants auraient vécu un véritable enfer : victimes de sévices sexuels, ceinturés avec du câble ou encore frappés par les adultes et les enfants les plus âgés. La plaignante a notamment évoqué des coups de tuyaux portés sur les mineurs, enfermés des heures durant dans le noir… Glaçant.

Les victimes étaient scolarisées durant les faits à l’école primaire et au collège de Nogaro, comme nous l’a indiqué le maire de la commune Christian Peyret, qui nous a par ailleurs confirmé le “caractère sensible” de cette affaire ainsi que l’ouverture d’une enquête. Les enfants arrivaient chaque matin dans deux mini-vans. Une jeune surveillante récemment employée en service civique à l’école primaire et ayant été au contact de plusieurs d’entre eux décrit des « enfants très réservés », passant le plus clair de leur temps à rester ensemble, sans toutefois que leur lien familial ne soit clairement établi. « Quand on leur demandait s’ils étaient frères et sœurs, ils ne savaient pas nous répondre », témoigne la jeune surveillante.

Le mis en cause se serait converti à un courant islamique radical

(…) L’homme de 42 ans a, quant à lui, été placé en garde à vue mardi, avant d’être mis en examen ce jeudi pour “viols sur mineurs” et placé en détention provisoire. Il conteste les faits qui lui sont reprochés. D’après nos informations, ce quadragénaire se serait converti à un courant radical de l’Islam.

La Dépêche

 

 

 

Ultraviolence des mineurs isolés étrangers : “C’est un phénomène dans toute l’Europe. La seule réponse possible, c’est qu’ils ne rentrent plus, parce qu’il n’y a aucune raison qu’ils rentrent”

 

 

 

 

Langres (52) : le Tchétchène qui projetait d’attaquer Mila aurait été interpellé par le RAID le 29 mars puis à nouveau remis en liberté. “Qu’est-ce qu’il fout encore en France putain ?”, s’interroge la jeune femme (MàJ)

 

08/04/2022


07/04/2022

Pour rappel, Saïd A. Avait été interpellé fin août 2021 à son domicile de Langres en haute-Marne après avoir menacé de mort Mila. Soupçonné d’être proche de l’Etat islamique, il avait été mis en examen en septembre pour apologie du terrorisme et provocation à des actes de terrorisme mais laissé libre sous contrôle judiciaire.

“Que fait cet individu en liberté ?”, demande la jeune Iséroise qui vit désormais à Lyon.

“Le tribunal de Chaumont en Haute-Marne est-il compétent pour juger cette affaire d’apologie du terrorisme ?”, poursuit-elle.

“Cet individu a été généreusement accueilli avec sa famille par la France en 2013. Il est maintenant majeur et en attente de sa naturalisation. Pensez-vous que sa place, alors qu’il se positionne clairement en tant qu’ennemi de nos concitoyens et de nos libertés, soit dans notre pays ?”, énonce Mila.

Et de conclure : “Depuis que l’article de BFM sur ce Tchétchène a été publié, je reçois, heureusement, beaucoup de soutiens, mais aussi une multitude de messages me demandant de laisser les musulmans tranquille. Ces musulmans font donc eux-mêmes directement le lien entre islam et terrorisme. Je pense malheureusement être bien placée pour savoir comment beaucoup d’entre eux agissent : par la terreur, l’intimidation, par les menaces. Comment comptez-vous empêcher cette religion de grignoter nos libertés, notre mode de vie et parfois même notre survie ?”

(…) Lyon Mag


24/03/2022

Un jeune Tchétchène a été interpellé en août dernier après des menaces de mort à l’encontre de Mila. Mis en examen en septembre notamment pour apologie du terrorisme, il a été laissé en liberté et placé sous contrôle judiciaire, de quoi inquiéter la famille de la jeune femme.

“Il est temps de s’occuper de cette femme Mila qui insulte Allah, le Seigneur des Mondes, de la pire des manières, elle ose l’insulter et devient célèbre pour cela. (…) Où êtes-vous, Moudjahidines? Elle insulte votre seigneur et elle marche sereinement sur Terre? Vous avez là un problème à régler, élancez vous comme votre frère Abdullah Ash Shishani (un jihadiste tchétchène mort en Syrie, ndlr), qu’Allah accepte de lui le martyr. Préparez un plan intelligent”, a-t-il écrit.

(…) Un traitement un peu léger, pour la famille de Mila, rongée depuis par l’inquiétude. “La justice a-t-elle pris la mesure de ce dossier?”, se demande la mère de la jeune femme.

“Ce jeune homme a appelé à passer à l’acte dans des termes précis et bien écrits. On est face à quelqu’un qui n’est pas bête. Beaucoup d’actions terroristes ont commencé ainsi. Ce mode opératoire en rappelle d’autres”, poursuit-elle.

“Par rapport à tous ceux qui ont adressé des menaces à Mila, ce profil-là est clairement un cran au-dessus”, renchérit son avocat, Me Richard Malka.

Depuis la mise en examen du suspect, il y a sept mois, Mila n’a pas été convoquée par le juge pour être tenue au courant de l’avancée du dossier. Le jeune homme lui, est libre. Contacté par BFMTV, son avocat n’a pas donné suite à nos sollicitations.

BFMTV

(Merci à Adri)


05/09/2021

C’est le 19 juillet dernier que le procureur de Chaumont confie cette affaire aux enquêteurs de la police judiciaire de Reims après avoir été alerté sur les activités d’un adolescent de 17 ans partisan d’un islam radical. « Ce garçon appelait à mettre en œuvre un plan intelligent contre Mila », souligne une source proche du dossier.

(…) Sa famille est arrivée en France en 2013 et qui bénéficie du statut de réfugié politique. Les enquêteurs ont également découvert qu’il diffusait de la propagande en faveur du groupe terroriste État Islamique (EI), et entretenait des relations avec des terroristes en zone irako-syrienne.

(…) Il a été déféré au palais de justice avant d’être mis en examen pour apologie du terrorisme, et remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Actu 17


04/09/2021


31/08/2021

Une enquête pour apologie du terrorisme a été ouverte après que les services de renseignements ont repéré les agissements d’un jeune Tchétchène sur les réseaux sociaux.

À 6 heures, ce matin un jeune Tchétchène de 17 ans, Saïd A., a été interpellé par la police judiciaire de Reims après une alerte des services de renseignements. Les forces de l’ordre se sont rendues dans les quartiers neufs de Langres, troisième ville du département de la Haute-Marne, afin de le placer en garde à vue puis de l’interroger dans le cadre d’une procédure ouverte pour apologie du terrorisme. C’est « son activisme numérique sur le dossier Mila qui a attiré notre attention », indique une source proche de l’enquête.

Des éléments de radicalisation ont été retrouvés lors de l’interpellation, selon la police, sans préciser de quels éléments il s’agit à ce stade. Ces jeunes Tchétchènes, parfois mineurs, sont discrets et difficiles à repérer. Ils opèrent principalement sur les réseaux sociaux et passent sous le radar de la surveillance classique par le renseignement.

(…) Le Point

Commenter cet article