Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 4 avril 2022

 

 

 

 

 

 

ÉDITORIAL. Guerre en Ukraine : la "vérité" d’un massacre

 

Les images du massacre de dizaines de civils, dans la ville de Boutcha près de Kiev, ont suscité dimanche de vives réactions internationales. Le soupçon de crime de guerre pèse désormais sur l’invasion russe de l’Ukraine.

Des centaines de corps ont été retrouvés à Boutcha après le départ des forces russes.
Des centaines de corps ont été retrouvés à Boutcha après le départ des forces russes. | SERGEI SUPINSKY, AFP
 

Des corps abandonnés à même le sol. Des civils violés, assassinés. Une fosse commune. Les images parvenues depuis samedi 2 avril de la ville de Boutcha, aux portes de Kiev, viennent de faire basculer la guerre de Poutine dans une nouvelle dimension.

Des corps abandonnés à même le sol. Des civils violés, assassinés. Une fosse commune. Les images parvenues depuis samedi 2 avril de la ville de Boutcha, aux portes de Kiev, viennent de faire basculer la guerre de Poutine dans une nouvelle dimension.

 

On avait vu jusqu’ici les images des villes ukrainiennes bombardées par l’armée russe, celles des immeubles éventrés de Marioupol, de Kharkiv, d’Irpin. Ces images nous parlaient déjà des souffrances endurées par la population. Mais la vue des corps massacrés, documentée par des dizaines de journalistes, nous dit que des crimes de guerre sont en cours, des massacres de civils. Probablement par centaines. S’ils sont avérés, la Russie devra, tôt ou tard, rendre des comptes.

Une justice internationale si fondamentale

Les viols, les meurtres et tous les actes violents perpétrés contre les civils dans les zones contrôlées par les forces russes doivent faire l’objet d’enquêtes pour crimes de guerre » , déclarait hier un haut responsable de l’ONG Human Rights Watch. Les Conventions de Genève sont très claires à cet égard, et de nombreux témoins ont déjà commencé à recueillir des éléments de preuve sur le terrain.

L’idée d’une justice internationale peut, bien sûr, paraître utopique, presque dérisoire, quand le fracas de la guerre est en cours. Elle est pourtant fondamentale. Et pour plusieurs raisons.

La première, la plus importante, c’est la recherche de la vérité des faits. Pour les survivants, cette vérité est essentielle pour honorer la mémoire des victimes, et leur redonner, ainsi, une dignité bafouée par ces actes barbares. Si on avait raconté, en 1942, aux Européens souffrant sous le joug des nazis, qu’Hermann Göring et Joachim von Ribbentrop seraient un jour condamnés par un tribunal (à Nuremberg), personne n’y aurait cru. Tout comme plus près de nous, personne à Srebrenica, en Bosnie, n’aurait cru possible que Slobodan Milosevic et Radovan Karadzic subissent un sort identique (à La Haye). C’est pourtant ce qui s’est produit.

Lire la suite

 

DIRECT : Guerre en Ukraine, en direct : Volodymyr Zelensky s’est rendu à Boutcha, ville de la banlieue de Kiev où des civils ont été massacrés

 

Note :  j'ai écrit la vérité en guillemets, parce que les informations de nos journalistes français viennent de l'AFP, qui elle prend ces informations des autorités Ukrainiennes

Je donne ici la version ukrainienne et plus bas la version russe

 

 

Massacre de Boutcha, la Russie demande une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

 

Voyez les premières secondes de cette vidéo d'Euronews et cette vidéo que j'ai posté hier  https://twitter.com/BrainlessChanel/status/1510580144582320134

Euronews a effacé mes massages, preuve de leur malhonnêteté et de leur mascarade  !! Voila ce qu'est le journalisme d’aujourd’hui , des menteurs, au service des américains 

 

 

La Russie exigera une réunion du CSNU sur la situation à Bucha après le refus du Royaume-Uni

 

 

Le ministère russe de la Défense avait précédemment rejeté les accusations de l'Ukraine d'avoir tué des civils dans la ville de Bucha, dans la région de Kiev. Le ministère a souligné que les photos des victimes présumées avaient été mises en scène par Kiev pour les diffuser dans les médias occidentaux.

La Russie demandera à nouveau de tenir une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la question de la ville ukrainienne de Bucha après qu'une demande précédente n'ait pas reçu l'approbation du Royaume-Uni – un autre membre permanent du conseil, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

"Hier […] la présidence britannique du Conseil de sécurité de l'ONU n'a pas accepté une réunion du Conseil de sécurité sur la situation à Bucha. Aujourd'hui, la Russie exigera à nouveau la convocation du Conseil de sécurité de l'ONU en rapport avec les provocations criminelles de l'Ukraine. militaires et radicaux dans cette ville », a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Moscou avait initialement demandé que la réunion du CSNU se tienne le 4 avril. La Russie voulait consacrer la réunion à des discussions sur la "provocation" ukrainienne dans la ville de Bucha dans la région de Kiev et sur un nouveau "crime du régime de Kiev" - la perturbation des pourparlers de paix et l'escalade de la violence, a déclaré Zakharova.

Le ministère russe de la Défense avait précédemment critiqué des photos et des séquences vidéo montrant les corps de civils dispersés dans les rues de Bucha, mis en scène par les autorités ukrainiennes pour les diffuser dans les médias occidentaux et accuser les troupes russes de les avoir tués. Le ministère de la Défense a souligné que les forces russes avaient quitté la ville le 30 mars et que le maire de la ville n'avait signalé aucun corps dans les rues lorsqu'il avait confirmé leur départ le lendemain.

Le ministère russe a en outre noté que les résidents de Bucha avaient accès aux réseaux cellulaires tout au long du séjour de l'armée russe là-bas. Les images et les photos ne sont apparues que quatre jours plus tard , lorsque le service de sécurité ukrainien et les médias sont arrivés à Bucha, selon le communiqué du ministère.

L'Ukraine a précédemment accusé les troupes russes d'avoir tué des civils à Bucha en utilisant les images, qui auraient été tournées dans l'une des rues de la ville et auraient montré les corps de certaines des victimes comme preuve d'un crime. Plusieurs pays occidentaux, y compris le Royaume-Uni, se sont précipités pour accuser la Russie malgré les incohérences dans les reportages de Kiev et l'absence d' enquête approfondie sur l'incident présumé.

Le ministère russe de la Défense a souligné qu'aucun habitant de Bucha n'avait été blessé par des militaires russes pendant leur séjour. La déclaration du ministère a également noté que les habitants de la ville étaient autorisés à partir par des couloirs humanitaires et que la partie sud de la ville était régulièrement bombardée par les forces ukrainiennes.

Les forces russes, menant l'opération militaire spéciale du pays en Ukraine depuis le 24 février, se sont retirées de Bucha le 30 mars dans le cadre des mesures de désescalade volontairement entreprises par Moscou pour faciliter les négociations de paix avec l'Ukraine. Le chef de la délégation diplomatique russe a noté que le Kremlin est conscient que certains décideurs résident à Kiev et a donc choisi de réduire considérablement les opérations militaires russes en direction de Kiev.

Source Spoutnik international (traduction)

 

Notez aussi  que certain site et journalistes n’hésite pas a dire que les ukrainiens ont  reprit Bucha en expulsent les russes, alors qu'ils se sont retiré 

 

 

 

 

La police ukrainienne a revendiqué une "opération de nettoyage" à Bucha un jour avant l'apparition de vidéos de cadavres

 

Les autorités de Kiev et les médias ont diffusé des séquences vidéo, prétendument de la ville ukrainienne de Bucha, avec les corps d'individus apparemment morts éparpillés dans la colonie. Kiev les a imputés à la Russie, tandis que Moscou a fustigé l'accusation, notant que les Ukrainiens avaient bombardé la ville après le retrait des troupes russes.

police nationale ukrainienne a affirmé qu'elle avait mené une "opération de nettoyage" dans la ville de Bucha avant que les médias ukrainiens ne commencent à publier des vidéos, y montrant prétendument plusieurs cadavres.

 

"Aujourd'hui, le 2 avril, dans la ville libérée de Bucha, dans la région de Kiev, des unités spéciales de la police nationale ukrainienne ont commencé à nettoyer la zone des saboteurs et des complices des troupes russes", lit-on dans un communiqué de la police ukrainienne publié sur Facebook*.

Les forces de l'ordre ont même publié samedi une vidéo, montrant des troupes ukrainiennes marchant dans les rues de la ville.

Des photos et des vidéos de civils présumés morts gisant dans les rues de Bucha sont apparues sur Internet dimanche – quelques jours après le départ des forces russes de la ville.

"Nous tenons à souligner spécifiquement que toutes les unités russes se sont complètement retirées de Bucha le 30 mars, le lendemain du cycle de pourparlers entre la Russie et l'Ukraine en Turquie", a souligné le ministère de la Défense.

Vers une guerre de religion, infos du 4 avril 2022

Des soldats marchent au milieu de chars russes détruits à Bucha, à la périphérie de Kiev, en Ukraine, le dimanche 3 avril 2022.

 

 

S'adressant aux informations, le ministère de la Défense russe a déclaré qu'il s'agissait d'une nouvelle provocation de la part des autorités ukrainiennes, tandis que l'ambassadeur de Russie aux États-Unis, Anatoly Antonov, a souligné que Kiev tentait de rejeter la faute sur la Russie , car les pertes civiles à Bucha n'auraient pu se produire qu'à la suite de une attaque des forces ukrainiennes.

Les clips qui ont émergé dimanche ont suscité des débats houleux en ligne, certains utilisateurs suggérant que les cadavres sont faux, car il n'était pas clair s'ils se déplaçaient ou non sur la vidéo.

Certains des corps peuvent être vus portant des brassards blancs - que les forces ukrainiennes auraient pu considérer comme un insigne des troupes russes.

Entre-temps, le chef de la commission d'enquête russe, Alexander Bastrykin, a ordonné une évaluation juridique de la provocation par les autorités ukrainiennes à Bucha.

Les troupes russes se sont retirées de Bucha après la dernière série de pourparlers entre la Russie et l'Ukraine, au cours desquels Moscou a annoncé une désescalade militaire. Les pourparlers visaient à mettre fin à l'opération militaire spéciale en Ukraine lancée par le président Vladimir Poutine le 24 février en réponse aux attaques ukrainiennes contre le Donbass.

*Meta et Facebook sont interdits en Russie pour activités extrémistes

Source Spoutnik intrenational (traduction)

 

 

Kremlin : La Russie rejette catégoriquement les allégations d'implication dans la mort de personnes à Bucha

 

 

Les autorités et les médias ukrainiens ont diffusé des séquences vidéo, qui auraient été capturées dans la ville de Bucha, montrant les corps d'individus apparemment morts. Kiev les a imputés à la Russie, tandis que Moscou a critiqué les allégations, notant que les troupes russes s'étaient retirées de la région quelques jours plus tôt.

Le porte-parole présidentiel russe Dmirty Peskov a fustigé les accusations contre Moscou concernant la situation dans la colonie de Bucha près de Kiev et a déclaré que la question serait discutée aux Nations Unies.

"Nous rejetons catégoriquement toute accusation. De plus, nous estimons que cette question doit être discutée au plus haut niveau possible", a déclaré le porte-parole du Kremlin. "Il y a donc eu notre initiative de soulever cette question au Conseil de sécurité . Nous savons que cette initiative a été bloquée".

Peskov a souligné que les faits et la séquence des événements vont également à l'encontre de la fiabilité des affirmations de l'Ukraine.

"La situation est certainement grave. Et ici, en fait, nous exigerions probablement que de nombreux dirigeants internationaux, en particulier, ne se précipitent pas pour faire des déclarations, ne se précipitent pas pour des accusations hâtives, mais qu'ils demandent des informations à diverses sources et, au moins, écoutent à nos arguments », a-t-il déclaré.

Le porte-parole a noté que des spécialistes du ministère de la Défense ont révélé des signes de contrefaçons vidéo et divers faux concernant les documents de Bucha.

Peskov a ajouté que le Kremlin ne commentait pas les perspectives de reprise des pourparlers russo-ukrainiens après les informations sur les massacres.

"Nous ne commentons pas encore cela. Je n'ai pas encore d'informations sur le calendrier de la poursuite des négociations, je ne le sais pas".

Des séquences vidéo sont apparues dimanche montrant les corps d'individus apparemment morts dispersés dans les rues de Bucha. Alors que les autorités ukrainiennes les ont imputées à la Russie, Moscou a fustigé les allégations, soulignant que les forces ukrainiennes avaient bombardé la ville après que les troupes russes se soient déjà retirées de la région.

Dans le même temps, de nombreux cadavres dans les vidéos portaient des brassards blancs, qui peuvent avoir été considérés comme un insigne russe par les troupes ukrainiennes.

Avant que les informations sur les massacres ne soient publiées, la police ukrainienne a annoncé qu'elle effectuait une opération dans la colonie pour "débarrasser la zone des saboteurs et des complices des troupes russes", ce qui soulève également des questions sur les éventuels préparatifs.

Source Spoutnik (traduction)

 

 

 

 

Al Jazeera filme par hasard des soldats ukrainiens utilisant des ambulances de la Croix-Rouge pour se déplacer

 

 

Dans la vidéo ci-dessous, la chaîne de télévision Al Jazeera a accidentellement filmé des hommes armés en tenue de camouflage qui sortent d’une ambulance de la Croix Rouge. Ambulance qui est normalement destinée aux blessés, femmes, enfants et hommes civils. C’est une tactique qui est normalement utilisée par les groupuscules extrémistes les plus brutaux qui ne respectent pas les règles de la guerre.

Une tactique qui n’étonne qu’à moitié quand l’on considère la façon dont les forces armées ukrainiennes et les bataillons nationaux — comme Azov — installent leurs positions dans des bâtiments résidentiels, des écoles et des hôpitaux afin de se cacher derrière les civils, comme boucliers humains.

C’est lors d’une émission en direct de Mykolaïv — ville du sud de l’Ukraine — qu’un journaliste a surpris la scène. La caméra fait un léger et discret balayage sur sa droite et on peut y voir tout un bataillon ukrainien sortir avec ses armes de la camionnette de La Croix Rouge. La discrétion de ces soldats n’est évidemment pas passée inaperçue.

Le Premier vice-ministre de l’Information de la RPD Daniil Bezsonov en a conclu sur sa chaîne Telegram : « Grâce à ces images aléatoires, nous avons appris qu’ils utilisent en fait des véhicules médicaux comme moyen de transport. » Malheureusement ce sont les blessés qui vont en subir les conséquences, puisque l’armée russe va devoir maintenant arrêter les véhicules de La Croix Rouge, afin de vérifier que des soldats d’Azov ou des armes ne circulent pas. Tout cela se fera au détriment des victimes de la guerre qui doivent d’urgence se faire soigner « Il est inacceptable d’utiliser des ambulances pour transporter des soldats de l’AFU (Forces armées de l’Ukraine) qui sont clairement en bonne santé. Ceci est inacceptable, que ce soit d’un point de vue éthique ou du point de vue des accords internationaux, par exemple les accords sur les activités du Comité international de la Croix-Rouge », a déclaré Anatoly Wasserman, député à la Douma d’État de la Russie.

Source

Voir vidéo

 

 

Ukraine : environ 537.000 Ukrainiens partis en exil après l’invasion russe sont déjà retournés dans leur pays, malgré la guerre

Depuis le début de l’invasion russe, environ 537.000 Ukrainiens sont rentrés dans le pays, a indiqué le ministère ukrainien de l’Intérieur.

Plus de 500.000 personnes sont retournées en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, a annoncé ce dimanche le ministère ukrainien de l’Intérieur.

“Au cours de la semaine écoulée, 144.000 personnes ont quitté l’Ukraine et 88.000 y sont arrivées. Au total (…), environ 537.000 de nos compatriotes sont rentrés en Ukraine”, a déclaré dans un communiqué le ministère, citant les données du Service national des frontières.

Le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) a de son côté recensé samedi 4.176.401 d’Ukrainiens partis pour l’étranger depuis le déclenchement, le 24 février, du conflit, soit 38.559 de plus qu’au précédent pointage la veille.

(…) BFMTV

 

Bayeux (14) : les réfugiés d’Ukraine partagent un moment de convivialité avec la population locale autour d’un verre. “Il n’y a pas un homme -ukrainien- ici. Ils défendent leur pays”

Bayeux : les réfugiés ukrainiens tissent leurs premiers liens avec la population locale 

A l’initiative d’une guide touristique bayeusaine, 12 réfugiés ukrainiens, des femmes et des enfants, ont partagé un moment de convivialité à la Brasserie de l’Europe à Bayeux.

 

[…]

 

Nom, prénom, âge, profession… Natalya Krasnova a officié comme traductrice et lancé un tour de table pour faire les présentations. Certaines trouvent la force de sourire. Toutes ont ce regard perdu.

Lesia travaillait dans l’industrie touristique à Kiev. Jeïn et Liudmyla sont juristes. Derrière ces portraits express, les noms inscrits sur des petits badges en carton deviennent plus familiers.

« Il n’y a pas un homme ici »

« Si elles sont à l’abri sur le sol français, ces femmes n’ont plus rien. Ce qui me touche le plus, c’est qu’il n’y a pas un homme ici. Ils défendent leur pays », lance Florent Plana. Guide touristique spécialiste de la Bataille de Normandie, il a réalisé de nombreux portraits de vétérans américains. « Je comprends ce qu’ils ont pu vivre mais je ne peux pas ressentir ce qu’ils ont vécu. C’est la même chose avec ces réfugiés ».

 

[…]

 

L’article dans son intégralité sur La Rennaissance

 

Note: les ukrainiens ne peuvent pas être comparé aux jeunes migrants syriens, qui ont fuit leur pays comme des lâches, profitent de la guerre pour allez tranquillement refaire leurs vies en Europe 

 

 

La sœur de Kim Jong-un menace la Corée du Sud d’un « désastre »

 

Le

La Corée du Sud est priée de « corriger son attitude », après les propos « irresponsables » du ministre de la Défense de ce pays à l’égard de la Corée du Nord.

Vers une guerre de religion, infos du 4 avril 2022

La sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, et une de ses plus hautes conseillères, Kim Yo-jong a fustigé dimanche 3 avril des propos jugés « irresponsables » d'un ministre sud-coréen sur les capacités de Séoul à mener des frappes contre son voisin. Le ministre sud-coréen de la Défense, Suh Wook, a déclaré vendredi que son pays disposait de missiles « capables de frapper précisément et rapidement n'importe quelle cible en Corée du Nord », alors que Pyongyang multiplie ces derniers mois les essais de missiles balistiques et menace de reprendre ses essais nucléaires.

« Sa rhétorique irresponsable et à l'emporte-pièce sur les “frappes préventives” a aggravé les relations intercoréennes et la tension militaire dans la Péninsule coréenne », a affirmé Kim Yo-jong, citée par l'agence officielle KCNA. « La Corée du Sud pourrait faire face à une sérieuse menace causée par les propos irresponsables de son ministre de la Défense », et « devrait corriger son attitude si elle veut éviter le désastre », a-t-elle ajouté.

« Notre armée consacrera sans pitié toute sa force militaire »

Un autre haut dirigeant du régime nord-coréen, le secrétaire du comité central du Parti des travailleurs Pak Jong-chon, a lui aussi mis en garde dimanche contre toute action militaire contre son pays. « Notre armée consacrera sans pitié toute sa force militaire à détruire des cibles majeures à Séoul », a-t-il menacé. La Corée du Nord a lancé le 24 mars un missile balistique intercontinental, mettant fin à un moratoire qu'elle observait depuis fin 2017 sur ce type de tirs de missiles.

Cet essai, ainsi qu'une dizaine d'autres tests d'armement réalisés depuis janvier, a fait monter les tensions dans la région à l'approche de la prise de fonctions, en mai, du nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol, qui prône la fermeté face à Pyongyang et n'a pas écarté la possibilité de frappes préventives contre le Nord au cas où la sécurité de son pays serait menacée.

Source

 

 

 

Hongrie : Viktor Orbán remporte une “victoire exceptionnelle” aux législatives et obtient un 4ème mandat consécutif après avoir dominé une opposition unifiée (MàJ)

 

Cette quatrième victoire d’affilée est la plus éclatante de toutes pour Viktor Orban. Dimanche 3 avril, le premier ministre nationaliste hongrois a largement remporté les législatives en écrasant la coalition inédite d’opposition qui espérait le déloger après douze ans de pouvoir. « Le monde entier a pu voir, qu’à Budapest, le patriotisme a gagné. C’est notre message à l’Europe : nous ne sommes pas le passé, nous sommes l’avenir ! », a fièrement lancé M. Orban à ses partisans réunis pour célébrer sa victoire devant un centre de conférences de Budapest, au bord du Danube.

« Cette victoire, on va s’en souvenir car nous n’avons jamais eu autant d’adversaires, entre notre gauche nationale, la gauche internationale, les bureaucrates de Bruxelles, [le milliardaire américain d’origine hongroise] George Soros, les médias internationaux et même le président ukrainien », a-t-il précisé, grand sourire. Malgré sa proximité avec Vladimir Poutine, Viktor Orban n’a en effet nullement pâti des reproches publics adressés par Volodymyr Zelensky au sujet de son manque de soutien depuis le début du conflit.

Ce score impressionnant lui permet aussi de conserver sa majorité des deux tiers au Parlement, alors même que ses collaborateurs avaient estimé après la fermeture des bureaux de vote ne pas y croire. Ce seuil permet de modifier la Constitution, et M. Orban l’a utilisé régulièrement pour entériner les reculs de l’Etat de droit observés lors de ses précédents mandats.

Le Monde


03/04/2022

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a revendiqué dimanche soir « une victoire exceptionnelle » après son succès aux législatives, qui lui ouvre la voie à un quatrième mandat d’affilée à la tête du pays, le cinquième de sa carrière. « Chers amis, nous avons remporté une victoire exceptionnelle – une victoire si grande qu’on peut sans doute la voir depuis la lune, et en tout cas certainement depuis Bruxelles », a déclaré le dirigeant souverainiste, qui a souvent une relation conflictuelle avec l’Union européenne, dans un court discours après la publication de résultats officiels partiels.

Le Parisien

Orbán : “Nous avons remporté une si grande victoire que vous pouvez là voir de la Lune, mais certainement aussi de Bruxelles. La gauche hongroise a été le pire investissement de Soros”


BUDAPEST, 3 avril (Reuters) – Le Premier ministre nationaliste hongrois, Viktor Orban, se dirigeait dimanche vers un quatrième mandat consécutif à la tête du gouvernement selon les premiers résultats des élections législatives, les électeurs semblant avoir validé sa position prudente sur la guerre en Ukraine et sa campagne fondée sur la défense des valeurs chrétiennes traditionnelles.

Zone Bourse

 

 

 

 

Chambéry (73) : Appel aux dons pour “agrandir la mosquée en achetant l’église voisine”

 

C 10 - Q 55

Les malheureuses nopces celebreront
En grande joye mais la fin malheureuse,
Mary & mere nore desdaigneront,
Le Phybe mort, & nore plus piteuse

 

Les gouvernements célèbreront des alliances malheureuses
Cela les mettra en grande joie mais à la fin ses alliances amèneront le malheur
La Vierge Marie et l’Église seront dédaignées
La culture (francaise) morte & en plus piteuse état

 

 

Les Français appelés à modérer leur consommation d’électricité face à la vague de froid, il est déconseillé de recharger son téléphone le matin ou en début de soirée

Face à la vague de froid actuelle, le gestionnaire du réseau électrique RTE appelle les Français à modérer leur consommation d’électricité , ce lundi.

«En raison de la baisse des températures, la consommation d’électricité sera élevée ce lundi 4 avril 2022 et pourrait atteindre 73 000 MW vers 09h», a indiqué RTE dans un communiqué. Le gestionnaire demande donc aux entreprises et aux collectivités de modérer leur consommation, notamment entre 7h et 10h du matin. Les Français sont aussi invités à décaler leur consommation d’électricité avec les appareils électroménager (lave-linges et lave-vaisselles), à ce dimanche plutôt que lundi. Il est également conseillé d’éviter de charger les téléphones portables entre 8h30 et 13h puis entre 17h30 et 20h30.

[…]

CNews

 

 

Philippe de Villiers : « Nous vivons un triple remplacement : celui d’une population, d’une civilisation, et d’une société »

 

 

Oullins (69) : un bus caillassé par plusieurs individus, le chauffeur roué de coups au visage et menacé de mort

Un chauffeur de bus a été victime d’une agression, samedi soir vers 19 heures, sur la commune d’Oullins. Le conducteur aurait ainsi été pris à partie par trois individus, montés à bord de la ligne 63, non sans avoir au préalable caillassé le véhicule.

Ils auraient ensuite frappé leur victime à coups de poing et l’auraient aussi menacé de mort.

Les agresseurs seraient ensuite descendus du bus avant de se volatiliser. Une enquête de police est en cours.

Le Progrès

 

 

Le Liban se déclare en faillite

Le vice-Premier ministre libanais, Saadé Chami, a estimé que “l’État et la Banque du Liban (BDL) sont en faillite”, alors que le pays traverse la pire crise économique de son histoire moderne et que le gouvernement peine à légiférer sur le contrôle des capitaux et à garantir les avoirs des déposants, bloqués illégalement dans les banques depuis 2019.

“L’État est en faillite, tout comme la Banque du Liban, et il y a des pertes”, a affirmé M. Chami lors d’un entretien télévisé dimanche sur la chaîne al-Jadeed. “La répartition des pertes sera imputée aux acteurs concernés, à savoir l’État, la BDL, les banques et les citoyens”, a-t-il poursuivi.

(…)

En 2020, le Liban a fait défaut sur la portion de dette en devises qui pèse plus de 37% du total de la valeur nominale de la dette (la valeur réelle de cette dernière, qui tient compte de la dépréciation de la livre sur le marché parallèle et le prix que valent actuellement les eurobonds libanais est bien inférieure). Une première dans l’histoire du pays qui, jusque-là, avait une réputation de bon payeur, même s’il se trouvait sur la troisième marche du podium en termes de ratio dette/PIB derrière le Japon et la Grèce il y a deux ans.

L’Orient-Le Jour

 

Antibes (06) : un homme de 63 ans entre la vie et la mort après avoir été étranglé par l’étranger qu’il hébergeait, le suspect était recherché dans le cadre d’une affaire d’homicide en Espagne

La victime aurait été étranglée avec une corde à sauter. Elle hébergeait le suspect à son domicile depuis des mois. Ses motivations restent à déterminer.

Un homme a été placé en garde à vue ce dimanche matin à Antibes (Alpes-Maritimes). Il est accusé d’avoir tenté de tuer un homme de 63 ans qui l’hébergeait. Ce dernier est entre la vie et la mort à l’hôpital selon une source proche de l’enquête, confirmant une information de Nice-Matin.

Les policiers municipaux sont intervenus vers 07h15 après avoir été requis par une habitante de l’avenue des Oiseaux qui entendait des hurlements et des appels au secours chez l’un de ses voisins. Les fonctionnaires ont frappé à la porte et un homme leur a ouvert, et aurait lâché en anglais : “il est mort !”. Dans le logement, les agents ont découvert la victime inconsciente sur son lit et ont immédiatement donné l’alerte. “Cet homme de 63 ans a vraisemblablement été étranglé avec une corde à sauter”, confie cette même source.

Pris en charge par les secours, le sexagénaire en arrêt cardio-respiratoire a pu être réanimé avant d’être évacué à l’hôpital dans un état critique. Le suspect qui a ouvert aux forces de l’ordre, âgé de 35 ans et originaire de la Géorgie, a été placé en garde à vue. L’homme, inconnu des services de police français, fait néanmoins l’objet d’une fiche de recherche Schengen émise par l’Espagne, dans le cadre d’une affaire d’homicide et de vol selon nos informations. Des faits commis le 13 novembre 2021.

D’après les premiers éléments, le sexagénaire hébergeait son agresseur présumé dans un climat de peur depuis plusieurs mois. Le mis en cause se serait imposé au domicile de sa victime. La brigade de sûreté urbaine (BSU) du commissariat a été chargée de l’enquête. Des constatations ont été réalisées au domicile du sexagénaire. Les motivations du suspect devront être déterminées.

Actu 17

 

Commenter cet article