Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 30 avril 2022

 

 

 

 

Guerre en Ukraine EN DIRECT : Angelina Jolie, ambassadrice du Haut-Commissariat aux réfugiés, aperçue à Lviv…

 

Le 30/04/22

L’ESSENTIEL

  • De violentes explosions ont été entendues dans la nuit à Kharkiv, deuxième ville du pays et située dans le Donbass, que l’armée russe cherche à reprendre. Vendredi, au moins une personne est morte dans les bombardements sur la ville.
  • L’Indonésie a invité Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky au prochain sommet du G20. Mais les Etats-Unis ont indiqué qu’ils refusaient de faire « comme si de rien n’était » si la présence du président russe était confirmée.
  • Alors que Kiev a été bombardée jeudi lors de la visite du secrétaire général, Antonio Guterres, Moscou a admis avoir effectué une frappe avec des armes de « haute précision » sur « les ateliers de l’entreprise spatiale Artiom ».

 

14h15 : Culture imposée

Les Russes ont installé une statue de Lénine à Nova Kakhova, près de Kherson, une région qu’ils tentent de « russifier » en y imposant le rouble et en organisant un référendum sur le rattachement à la Russie.

Note : comment la Russie peut encore apprécier un tel individu.

 

 

13h58 : La France va « renforcer » l’envoi de matériel militaire et d’aide humanitaire à l’Ukraine

La France va « renforcer » l’envoi de matériel militaire à l’Ukraine ainsi que son aide humanitaire à ce pays, a annoncé samedi l’Elysée après un entretien entre le président réélu Emmanuel Macron et son homologue Volodymyr Zelensky.

Alors que le président ukrainien le remerciait pour des « envois de matériel militaire d’envergure qui contribuent à la résistance ukrainienne », le chef d’Etat français « a indiqué que cet appui continuera de se renforcer, de même que l’assistance humanitaire apportée par la France », ajoutant selon un communiqué que « la mission d’experts français contribuant au recueil de preuves pour lutter contre l’impunité et permettre le travail de la justice internationale relatif aux crimes commis dans le cadre de l’agression russe, se prolongera ».

 

 

11h40 : Un terminal pétrolier russe bombardé

Une partie d'un terminal pétrolier dans la région russe de Briansk a été touchée par des obus, selon l'agence russe RIA, citant le gouverneur local Alexander Bogomaz.

 

 

11h20 : Plus de 23.000 soldats russes tués ?

Voici le bilan à jour des pertes russes estimées par les forces ukrainiennes (et donc à prendre avec précaution). Le 25 mars, la Russie concédait avoir perdu 1.351 soldats. Un chiffre à prendre avec au moins d'aussi grosses pincettes et qui n'a pas été réévalué depuis.

 

 

Le 29/04/22

Hier 14h30 : Quelque 8.000 soldats britanniques déployés cet été en Europe de l'Est

Environ 8.000 soldats britanniques participeront cet été à des exercices en Europe de l'Est aux côtés de soldats de l'Otan, dans une «démonstration de solidarité et de force» alors que l'invasion de l'Ukraine se poursuit.

Des dizaines de chars et 120 véhicules de combat blindés seront déployés de la Finlande à la Macédoine du Nord cet été dans le cadre de ce projet prévu de longue date et renforcé depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février.

«La sécurité de l'Europe n'a jamais été aussi importante», a déclaré le ministre britannique de la Défense Ben Wallace dans un communiqué. «Ces exercices verront nos troupes unir leurs forces avec des alliés et des partenaires de l'Otan et la Force expéditionnaire conjointe dans une démonstration de solidarité et de force qui est l'un des plus grands déploiements partagés depuis la guerre froide».

La Force expéditionnaire conjointe (JEF) est une coalition de forces armées du Royaume-Uni et de huit pays partenaires : le Danemark, l'Estonie, la Finlande, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède.

 

Hier 11h47 : Le point sur la situation à Kiev

Ce jeudi, la capitale ukrainienne, Kiev, a été le théâtre de nouveaux bombardements par l’armée russe. Cette offensive a eu lieu en parallèle d’une visite officielle du secrétaire general de l’ONU Antonio Guterres. Ces tirs de missile, confirmés par Moscou, sont une première depuis deux semaines alors qu’on pensait la capitale ukrainienne hors des champs de tir des troupes de Vladimir Poutine. 20 minutes fait le point sur ces bombardements qui ressemblent fort à une nouvelle provocation du chef du Kremlin.

 

Note: ce bombardement était avant tout, un avertissement, mais ils font semblant de rien comprendre

 

 

Kiev a été la cible de deux frappes jeudi soir, en pleine visite du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

 

 

La télévision russe évoque une "Troisième Guerre mondiale" et de possibles "attaques nucléaires" (video)

 

Sur Russia 1, une invitée a déclaré que "le scénario le plus probable" était une attaque nucléaire, un autre a évoqué la possibilité d'envoyer un missile sur les îles britanniques.
 

"Troisième guerre mondiale" et "attaque nucléaire". La télévision d'Etat russe diffuse depuis plusieurs jours des déclarations de différents analystes qui, sur les plateaux, assurent qu'une nouvelle guerre mondiale est en route, et que la Russie va utiliser pour se défendre ses armes nucléaires.

"Soit nous perdons en Ukraine, soit la Troisième Guerre mondiale commence. Je pense que la possibilité d'une Troisième Guerre mondiale est plus réaliste" a ainsi déclaré sur Russia1 mercredi Margarita Simonian, à la tête de la chaîne d'information russe Russia Today, média banni dans l'Union Européenne.

"Un missile et c'est réglé, il n'y a plus d'îles britanniques"

D'après cette journaliste russe pro-Kremlin, à plusieurs reprises critiquée pour sa participation à la propagande de Moscou, "l'idée que tout se termine par une attaque nucléaire me semble être le scénario le plus probable, à mon grand désarroi, mais c'est inévitable". Une déclaration à laquelle le présentateur répond: "Mais nous irons au paradis."

Sur cette même chaîne, dans l'émission 60 minutes jeudi, un analyste invité en plateau n'a pas hésité à proposer d'utiliser les missiles Sarmat - les nouveaux missiles balistiques russes pouvant transporter jusqu'à 10 têtes nucléaires, et raser un pays grand comme la France - sur le Royaume-Uni.

"Un missile Sarmat et c'est réglé, il n'y a plus d'îles britanniques", lance-t-il assurant être "très sérieux" dans ses déclarations. "Vous comprenez que personne n'y survivrait? Personne sur cette planète", lui répond un présentateur. "On repartirait sur une page blanche", assure alors l'invité.

Vidéos de missiles en fond de plateau, la présentatrice liste ensuite le temps qu'il faudrait à un missile Sarmat pour frapper une capitale européenne: "il va de Kaliningrad à Berlin en 106 secondes. De Kaliningrad à Paris en 200 secondes", et jusqu'à Londres "en 202 secondes", explique-t-elle, en montrant ensuite une carte sur laquelle sont représentées les trajectoires de ces armes sur l'Europe.

 

 

"Réveillez-vous c'est déjà là. C'est comme ça qu'il faut leur parler ils ne comprennent que ça", lance l'homme.

 

D'autres alertes sur une attaque nucléaire

Des promesses d'attaques et avertissements quant à une Troisième Guerre mondiale sont régulièrement faites sur les plateaux de télévision russes. "L'opération spéciale russe en Ukraine s'est transformée en ce que l'on peut facilement qualifier de Troisième Guerre mondiale, c'est tout à fait clair", déclarait mi-avril la présentatrice de 60 minutes Olga Skabeïeva, tandis qu'un de ses invités appelait à bombarder Kiev.

Mais il est difficile de savoir à quel point ces discours appelant à accentuer la guerre entrent dans la propagande du Kremlin, dans un bluff à destination des pays occidentaux soutenant l'Ukraine, pour qu'ils arrêtent de venir en aide à Kiev. Vladimir Poutine laisse en effet planer le doute quant à l'emploi de ces armes.

L'agence de renseignement américaine CIA a déjà alerté sur le risque de guerre nucléaire, déclarant mi-avril qu'il ne fallait pas "prendre à la légère la menace que représente le recours potentiel à des armes nucléaires tactiques" ou "de faible puissance" par le président Poutine s'il devait "sombrer dans le désespoir" face aux échecs de son armée.

Source  et video

 

 

Ukraine : le retour de la guerre froide

 

Le 29/04/22

Face aux menaces de Vladimir Poutine sur l'Occident qui se succèdent, les États-Unis souhaitent accorder une aide de 33 milliards de dollars à l'Ukraine. Ce sont deux blocs, et une nouvelle guerre froide, qui s'installent.

Sur la base de Riverside en Californie (États-Unis), des soldats américains chargent des canons dans des avions gros-porteurs destinés à l'Ukraine. Ce ballet n'est pas près de s'arrêter. Le président américain Joe Biden veut lancer un nouveau plan de soutien pharaonique à l'Ukraine : 33 milliards de dollars, notamment d'aide militaire. "Le coût de ce combat n'est pas léger, mais céder à l'agression serait un coût encore plus élevé si on laissait faire", a ainsi déclaré Joe Biden.

La CIA aurait permis au président ukrainien d'échapper à des tentatives d'assassinat

Ces derniers jours, les États-Unis ont acquis une conviction : l'Ukraine peut gagner la guerre. Selon des informations de presse, la CIA aurait déjà aidé et permis au président ukrainien Volodymyr Zelensky d'échapper à une douzaine de tentatives d'assassinat. Pour les politologues, les États-Unis ne peuvent aujourd'hui plus faire marche arrière. La confrontation entre l'Occident et la Russie est désormais très claire, et Moscou veut le faire savoir. À propos des missiles nucléaires Sarmat que la Russie possède, le président russe Vladimir Poutine a déclaré : "Nous allons les utiliser s'il le faut, et j'aimerais que tout le monde le sache."

Source et video

 

Note; les Américains  sont convaincus que la Russie est faible et que l'Ukraine va gagner (grâce à eux - lire aussi - Dans la guerre en Ukraine, « l’échec stratégique de la Russie est déjà là » ) . Dans une guerre c'est dangereux de sous-estimer son adversaire, surtout lorsqu'il prévient à plusieurs reprises qu'il peut utiliser l'arme nucléaire.

Et les Américains ont-ils envisagé sérieusement que la Chine (et d'autre pays) pourrait se ranger aux côtés des Russes dans ce conflit (surtout que les Chinois savent très bien, qu'après les Russes, la prochaine cible sur la liste US, c'est eux)

 

 

Chine – Discours très remarqué de Wang Wenbin qui atomise les États-Unis : « L’UE doit cesser de pactiser avec le diable »

 

Lors de la conférence de presse du 25 avril 2022 (voir vidéo ci-dessous), le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Wang Wenbin, n’a pas manqué d’aplomb pour exposer le rôle tenu par les Etats-Unis et les conséquences catastrophiques qui en résultent dans le monde.

« Les États-Unis prétendent maintenir le rôle central de la Charte des Nations-Unies, mais il est clair pour tout le monde que les États-Unis font tout le contraire. Lorsque le Conseil de sécurité des Nations-Unies a refusé d’autoriser le recours à la force par les États-Unis en République fédérale de Yougoslavie, en Irak, en Syrie et dans d’autres endroits, les États-Unis et l’Otan ont ignoré l’Onu, ont mené des guerres et se sont engagés dans une ingérence gratuite contre des États souverains. »

 

« Les États-Unis prétendent respecter les droits de l’homme, mais les guerres d’agression lancées par les États-Unis et leurs alliés dans des pays comme l’Afghanistan et l’Irak ont tué plus de 300 000 civils et fait de plus de 26 millions de réfugiés. Pourtant personne n’est tenu pour responsable des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Les États-Unis ont même annoncé des sanctions contre la Cour pénale internationale qui enquêterait sur les crimes de guerre de l’armée américaine. »

« Les États-Unis affirment s’opposer à la coercition économique, mais ce sont justement les États-Unis qui ont inventé la “diplomatie coercitive” et qui excellent dans l’art de contraindre les pays, qu’ils soient grands ou petits, lointains ou proches, amis ou ennemis. L’embargo et les sanctions imposés à Cuba ont duré un demi-siècle et les sanctions imposées à l’Iran sont en place depuis 40 ans. Lorsqu’il s’agit de poignarder dans le dos leurs alliés tels que l’Union européenne et le Japon, les États-Unis n’ont jamais hésité, comme nous l’avons vu à plusieurs reprises. »

 

Les faits ont prouvé que les États-Unis sont le plus grand diffuseur de désinformation, à l’origine de la diplomatie coercitive, et le saboteur de la paix et de la stabilité mondiales. Qu’il s’agisse du dialogue entre les États-Unis et l’Union européenne, du partenariat trilatéral de sécurité AUKUS [course aux missiles hypersoniques], du Quad ou de l’Alliance des Cinq yeux, les États-Unis utilisent la démocratie, les droits de l’homme, les règles et l’ordre comme prétextes pour dissimuler leurs activités louches consistant à créer des divisions, à attiser la confrontation et à s’assurer des avantages aux dépens des autres. En conséquence, les petits pays et les pays faibles ne sont pas les seuls à souffrir, les alliés des États-Unis, dont l’Europe, paient également un lourd tribut aux actes égoïstes des États-Unis. Il est à espérer que l’Union européenne saura reconnaître la vérité et cesser de pactiser avec le diable. »

Source

 

Note :  j'avais déjà posté cette vidéo, mais avec un manque crucial d’information (qui était sur cette vidéo)

 

 

 

Kim Jong Un, le dirigeant nord-coréen, agite la menace d'un recours "préventif" à l'arme nucléaire

 

Des images du leader nord-coréen Kim Jong Un diffusées sur un écran dans une gare de Séoul après un tir de missile balistique intercontinental (ICBM), le 24 mars 2022 en Corée du Sud

Des images du leader nord-coréen Kim Jong Un diffusées sur un écran dans une gare de Séoul après un tir de missile balistique intercontinental (ICBM), le 24 mars 2022 en Corée du Sud

Malgré les sanctions internationales, la Corée du Nord poursuit la modernisation de son armée. Plus d'une dizaine de tirs d'essai ont été effectués depuis le début de l'année.
 

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a répété que Pyongyang pourrait avoir un recours "préventif" à l'arme nucléaire pour contrer des forces hostiles, ont rapporté ce samedi les médias officiels.

Pour "maintenir la supériorité absolue" des forces armées nord-coréennes, le pays doit être capable de "contenir et de contrecarrer à titre préventif toutes les tentatives dangereuses et les menaces... si nécessaire", a déclaré le leader à des officiers supérieurs, selon l'agence de presse officielle KCNA.

Pyongyang doit continuer à développer son arsenal afin de disposer d'une "force militaire écrasante qu'aucune puissance au monde ne peut provoquer", a affirmé Kim Jong Un. C'est la "bouée de sauvetage garantissant la sécurité de notre pays", selon lui.

 

Une dizaine de tirs d'essai depuis le début de l'année

Lors d'un imposant défilé militaire le 25 avril, Kim Jong Un avait affirmé qu'il pourrait avoir recours à l'arsenal nucléaire si les "intérêts fondamentaux" de la Corée du Nord étaient menacés.

Il a réitéré ces propos à l'occasion d'une rencontre avec des hauts gradés dont il tenait à saluer le travail effectué lors de la parade militaire du 25 avril, organisée dans le cadre du 90e anniversaire de l'Armée populaire révolutionnaire de Corée. À cette occasion, les plus puissants missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) ont été présentés.

Lire la suite

 

 

L'Indonésie invite Poutine au sommet du G20, embarras à Washington

 

Le 30 avril 2022

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les Occidentaux cherchent à isoler la Russie sur la scène internationale. Mais les pays émergents veulent conserver une position de neutralité vis-à-vis de Moscou. Et voilà que le président indonésien invite Vladimir Poutine à participer au sommet du G20 qui se tiendra en novembre sur l'île de Bali.

 

Le président indonésien Joko Widodo a annoncé vendredi avoir invité son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et confirmé avoir convié le président russe Vladimir Poutine au sommet du G20 prévu en novembre en Indonésie. « J'ai invité le président Zelensky à participer au sommet du G20 », a indiqué le leader indonésien, suggérant qu'un compromis avait été trouvé en vue de la réunion prévue à Bali, alors que les membres du groupe sont profondément divisés depuis l'offensive russe en Ukraine.

« On ne peut pas faire comme si de rien n'était », a estimé le département d'État américain ce vendredi. Pas de réponse en revanche à la question d'un journaliste pour savoir si Joe Biden refuserait ou non de se rendre au sommet du G20. La situation de l'administration américaine n'est en effet pas aisée : après avoir traité Vladimir Poutine de criminel de guerre et accusé la Russie de génocide en Ukraine, comment envisager de retrouver le maître du Kremlin lors du rendez-vous des grandes puissances économiques mondiales ?

Lire la suite

 

 

 

La Chine met en garde les États-Unis contre l'expédition d'armes à Taïwan, prête à répondre à l'ingérence étrangère

 

 

Taïwan a signé un contrat pour acheter pour 17 milliards de dollars d'armes, d'avions de guerre et de fournitures militaires aux États-Unis en 2019 – bien que les deux pays n'aient aucune relation officielle et ne se soucient pas des protestations de Pékin. Mais en 2022, les États-Unis auraient fourni moins de 20 % de cette commande.

Les États-Unis doivent cesser de fournir des armes à Taïwan, a déclaré l'ambassade de Chine à Washington, ajoutant que Pékin se réservait le droit de réagir en cas d'ingérence étrangère dans la situation sur l'île. Pékin considère Taipei comme une partie inaliénable de son territoire et une province séparatiste qui devra un jour être réunie au continent.

"Les États-Unis doivent respecter le "principe d'une seule Chine" et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains ; cesser leurs interactions officielles et leur coopération militaire avec Taïwan, arrêter les ventes d'armes à l'île et prendre des mesures concrètes pour remplir leur obligation de ne pas pour soutenir "l'indépendance de Taiwan"", a déclaré le porte-parole de l'ambassade.

Le porte-parole de l'ambassade, Liu Pengyu, a déclaré que Pékin se réservait le droit de prendre toutes les mesures nécessaires pour répondre à l'ingérence des forces étrangères et d'un "groupe de séparatistes" dans le processus de réunification de l'île avec le continent.

Liu a souligné que Pékin n'épargnerait aucun effort pour réaliser pacifiquement l'unification de Taiwan avec la Chine. Auparavant, le ministère chinois de la Défense avait déclaré que le pays était engagé dans un processus pacifique de « retour » de l'île, mais ne « tolérerait pas [son] indépendance ».

Dans le même temps, le porte-parole de l'ambassade a rejeté les tentatives visant à établir des parallèles entre la situation en Ukraine et la question de Taiwan.

"Les États-Unis et Taïwan sont de connivence, et certaines personnes établissent délibérément un parallèle entre Taïwan et l'Ukraine, malgré le fait qu'il s'agit de deux cas fondamentalement différents. Le but de telles comparaisons est d'induire le public en erreur et d'en tirer profit", a déclaré Liu. .

Liu a noté qu'une nouvelle vague de tensions était apparue dans le détroit de Taiwan, enracinée dans les tentatives des autorités taïwanaises d'obtenir l'aide des États-Unis et dans les tentatives de Washington d'utiliser l'île pour "contenir la Chine".

Bien qu'il n'ait aucune relation formelle, Taïwan a signé un contrat avec les États-Unis en 2019 pour acheter diverses armes, drones militaires, avions de guerre et équipements militaires d'une valeur de 17 milliards de dollars. Pékin s'est fermement opposé au contrat et a exhorté à plusieurs reprises Washington à éviter les provocations autour de Taïwan et à adhérer au "principe d'une seule Chine".

Cependant, selon les médias, trois ans après la signature du contrat, les États-Unis n'ont toujours pas expédié ne serait-ce qu'un cinquième de ce que Taiwan a commandé. Le retard aurait d'abord été imputé aux perturbations de la pandémie de COVID-19, mais a ensuite été prolongé en raison du fait que Washington s'est concentré sur l'armement de l'Ukraine.

Source Spoutnik international (traduction)

 

 

 

 

«L'entente est proche» entre l'Iran et l'Arabie saoudite, selon l'Irak

 

Le 30/04/22

Entre l'Iran et l'Arabie saoudite, «l'entente est proche», a estimé le premier ministre irakien, Mustafa al-Kazemi, dans un entretien publié samedi par le quotidien étatique Al-Sabah, les deux puissances régionales rivales ayant repris leurs pourparlers à Bagdad après une brève suspension.

À l’issue d'un cinquième cycle de pourparlers rassemblant le 21 avril de hauts responsables sécuritaires iraniens et saoudiens, les autorités irakiennes ont multiplié les déclarations optimistes, indiquant qu'une sixième rencontre devrait avoir lieu prochainement et allant jusqu'à espérer à terme une reprise des relations diplomatiques suspendues en 2016.

«Nos frères en Arabie saoudite et en République islamique d'Iran abordent le dossier du dialogue en faisant preuve d'une grande responsabilité, à la hauteur des exigences de la situation actuelle dans la région», a indiqué Mustafa al-Kazemi dans cet entretien à Al-Sabah.

«Nous sommes convaincus que l'entente est proche», a-t-il ajouté. «L'Irak a un intérêt direct à voir se concrétiser l'entente entre les pays de la région pour parvenir à la stabilité régionale». Le premier ministre a lui-même assisté à la dernière réunion, selon la diplomatie irakienne.

Lire la suite

 

 

 

Russie: au pied du mur, Renault vend Lada pour un rouble symbolique

Renault aurait vendu ses 68% de parts d’Avtovaz / Lada à Nami, un institut de science qui dépend du ministère russe de l’Industrie et du Commerce pour un rouble symbolique.

Renault est dans une situation assez délicate en ce moment. La marque au losange détient 68% des parts d’Avtovaz / Lada qui est la marque la plus importante en Russie avec 21% de parts de marché sur les véhicules neufs. Pour Renault, cela représente près de 500.000 véhicules neufs vendus l’an dernier soit presque autant qu’en France.

Seulement, le conflit persistant entre la Russie et l’Ukraine et les menaces de sanctions économiques de l’occident font que Renault se trouve dans une situation où la vente de ses parts Avtovaz est inéluctable. […]

Turbo

 

 

Réfugiés en France, des étudiants africains venus d’Ukraine sommés de quitter le territoire

Tous les réfugiés venus d’Ukraine ne sont pas tous logés la même enseigne. Des étudiants africains ayant fui le conflit ont trouvé refuge en France, mais leur pays d’origine n’étant pas en guerre, ils ne bénéficient pas des mêmes protections juridiques que les exilés ukrainiens. 

La guerre en Ukraine a provoqué un exode massif. Mais tous les réfugiés ne sont pas logés à la même enseigne. Europe 1 se penche sur un cas particulier, celui des étudiants africains qui ont fui le conflit pour trouver refuge en France.

Leur pays d’origine n’étant pas en guerre, ils ne bénéficient pas des mêmes protections juridiques que les exilés ukrainiens. Aujourd’hui, ils se retrouvent dans l’obligation de quitter le territoire. Certains sont arrivés en mars à Orléans, d’autres à Paris et une dizaine en Ardèche où ils ont été accueillis dans un camp de vacances

(…) Pour le préfet de l’Ardèche, Thierry Devimeux, ils ont de ce fait vocation à rentrer chez eux, a-t-il précisé dans une interview accordée à la presse locale. La préfecture de l’Ardèche leur laisse donc jusqu’au 20 mai pour quitter le territoire français.

(…) Europe 1

 

Paris. La RATP retire 149 bus électriques après un nouvel incendie. Un syndicaliste accuser la RATP de greenwashing. “Il y a un renouvellement extrêmement rapide pour des raisons d’image écologique” (MàJ : A Carcassonne, un bus électrique prend feu)

 

Carcassonne, un véhicule prend feu

Un bus électrique sans passagers a pris feu vendredi au niveau d’un pont SNCF à Carcassonne. “C’est sa batterie en lithium qui a pris feu

La Provence


Paris. La RATP retire 149 bus électriques après un nouvel incendie

Quelques semaines après un premier incendie, un tout récent «bluebus» s’est embrasé devant la bibliothèque François Mitterrand. Par précaution, les bus de la série ont été retirés de la circulation.

Le bus ayant pris feu est un tout récent «bluebus», motorisé par électricité. Il emportait de grosses batteries au lithium, tout comme celui qui avait brûlé au début du mois d’avril sur le Boulevard Saint-Germain. 

Alexis Louvet, cosecrétaire chez Solidaires RATP, annonce que son syndicat «va demander des investigations, et va poser la question des démarches que la direction compte faire pour s’assurer que ce sont des incidents isolés». Sans tirer de conclusions sur l’incendie de ce vendredi, l’élu dit «alerter sur le greenwashing de la RATP concernant son matériel». «Il y a un renouvellement extrêmement rapide pour des raisons d’image écologique, on ne sait pas si ce seront de bonnes affaires sur ce plan. Et on a souvent affaire à du matériel de mauvaise qualité, se dégradant très vite», regrette le représentant.

Le Figaro

 

«On n’insulte pas les Algériens»: le président Tebboune prévient qu’il ne fera pas «le premier pas» pour apaiser les tensions avec la France (MàJ : Après la crise, il félicite Macron pour son élection et l’invite en Algérie)

Le président algérien a adressé lundi 25 avril un message de félicitations à Emmanuel Macron pour sa réélection dimanche, avec 58,5% des voix face à Marine Le Pen. Abdelmadjid Tebboune évoque la « brillante réélection » de son homologue français et l’invite à se rendre en Algérie prochainement pour renforcer la relation entre les deux pays. Une invitation alors qu’une grave crise diplomatique a éclaté entre la France et l’Algérie en fin d’année dernière.

Dans le message publié par la présidence algérienne, Abdelmadjid Tebboune adresse ses meilleurs vœux de succès à Emmanuel Macron. Il se dit « très satisfait » de la qualité de leur relation personnelle et des progrès réalisés, quoique relatifs, par le partenariat algéro-français.

(…)

RFI

Merci à Blaireau Bondissant.

10/11/2021

Emmanuel Macron cherche à renouer le contact avec son homologue Abdelmadjid Tebboune . Selon nos informations, le chef de l’Etat français a tenté de joindre lundi soir son homologue algérien, notamment pour le convaincre de venir à Paris pour la Conférence sur la Libye, ce vendredi… mais il n’a pas trouvé son interlocuteur au bout du fil.
Un courrier en ce sens avait été précédemment envoyé à Alger par les canaux diplomatiques.

Dans un entretien accordé au magazine allemand Spiegel, fin octobre, le président algérien avait confié qu’il ne prenait plus le chef de l’Etat français au téléphone. […]

L’Opinion


 

09/11/2021

Emmanuel Macron «regrette les polémiques et les malentendus» avec l’Algérie et «a le plus grand respect pour la nation algérienne» et «son histoire», a indiqué l’Élysée mardi 9 novembre, dans un contexte de tensions liées à de récentes déclarations du président français.

Il est fortement attaché au développement de la relation » entre les deux pays a indiqué l’Élysée mardi, via un conseiller au cours d’un brief de presse consacré à la conférence sur la Libye organisée vendredi à Paris, dans un contexte de tensions liées à de récentes déclarations du président français.

Sud-Ouest

06/11/2021

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune prévient samedi dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel qu’il ne fera pas «le premier pas» pour tenter d’apaiser les tensions provoquées par des propos critiques d’Emmanuel Macron sur la «nation» algérienne.

 «Je n’ai pas de regrets. Macron a rouvert un vieux conflit de manière totalement inutile», dénonce le dirigeant algérien. «Si (le polémiste d’extrême droite Eric) Zemmour dit quelque chose comme ça, qu’importe, personne ne fait attention. Mais quand un chef d’État déclare que l’Algérie n’était pas une nation distincte, c’est très grave», fustige-t-il.

Dans ces conditions, «je ne serai pas celui qui fera le premier pas», prévient le chef de l’Etat algérien. «Sinon je vais perdre tous les Algériens, il ne s’agit pas de moi, mais d’un problème national». «Aucun Algérien n’accepterait que je contacte ceux qui nous ont insultés», explique Abdelmadjid Tebboune.

«On ne touche pas à l’histoire d’un peuple, et on n’insulte pas les Algériens», déplore le président algérien. Pour lui, «ce qui est ressorti, c’est la vieille haine des maîtres coloniaux, et je sais que Macron est loin de penser de cette façon». «Pourquoi a-t-il dit ça ? Je pense que c’était pour des raisons électorales stratégiques», estime le président algérien. […]

Le Figaro

 

Aurillac : Rixe entre bandes de jeunes en plein centre-ville, les habitants se plaignent de l’insécurité grandissante. “Je ne sais pas d’où ils sortent. Il ne faut pas que la ville se ghettoïse”, alertent les commerçants

Mercredi 27 avril, des pierres ont volé en centre-ville d’Aurillac, à l’angle des rues Duclaux et de la Bride. Les clients se sont réfugiés dans les magasins, une vitrine a été cassée. Une plainte a été déposée.

« J’ai entendu rigoler, et comme je n’entendais plus mes clients, j’ai fermé la porte, raconte Prescilla Martinez, à la caisse de la boutique Armand Thierry. Ensuite, on a entendu de gros bruits, des impacts, c’était tellement fort que ça m’ouvrait la porte. » Les bruits, ce sont des pierres, grosses comme le poing, qui s’écrasent sur la vitrine.

Ce mercredi 27 avril, vers 17 h 30, deux bandes de jeunes, voire très jeunes – de 12, 13 ans jusqu’à 15, 16 ans, selon les témoins –, avec des capuches, se sont affrontées pendant une période très courte, entre 15 et 30 secondes selon l’ensemble des commerçants de la rue.

(…) Les jeunes ne sont pas connus des commerçants. Ils avaient tous « une capuche, voire une cagoule », souligne Kinda Roussilhe, à la boutique Eva Blue. « Ce ne sont pas des habitués, je ne sais pas d’où ils sortent », certifie Maryline Lac.

Mais Aurillac est un grand village de 25.000 habitants. Une mère de famille, obligée de se réfugier dans la bijouterie Laroque, a raconté les faits, sur la page Facebook « Tu sais que tu viens d’Aurillac quand… » (23.500 membres), relançant le débat autour du sentiment d’insécurité en centre-ville. Il a enregistré plus de 130 commentaires, la plupart critiquaient la municipalité en place, d’autres témoignant d’un sentiment de dégradation en centre-ville.

(…) « Mais à force d’y vivre, on ne voit pas la solution évoluer, termine Pierre Laroque. Ces événements, cela n’arrive pas tous les jours, mais on sent que cela se resserre. Il ne faut pas que la ville se ghettoïse. »

(…) Le maire Pierre Mathonier (PS) ne promet rien dans l’immédiat, « il faut essayer d’analyser, trouver les causes de cet incident. Et s’il y a des causes structurelles, il faudra les traiter. »

La Montagne

 

Accusé d’avoir fermé les yeux sur les renvois illégaux de migrants illégaux en Mer Egée, le patron de Frontex, Fabrice Leggeri, démissionne

Le patron de Frontex, Fabrice Leggeri, démissionne face au scandale des renvois illégaux de migrants en mer Égée

Régulièrement accusé de fermer les yeux sur les refoulements illégaux de migrants en mer Égée, le patron français de l’agence européenne des garde-frontières Frontex, Fabrice Leggeri, a présenté sa démission vendredi. L’agence est depuis des années visée par différentes enquêtes d’ONG et de médias européens pour “violations des droits de l’Homme”.

Le directeur exécutif de l’agence européenne des garde-frontières Frontex, Fabrice Leggeri, a présenté vendredi 29 avril sa démission à la suite d’allégations de violations des droits de l’Homme contre son agence. En janvier 2021, l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf) avait ouvert une enquête contre Frontex, accusé d’avoir fermé les yeux sur le comportement des garde-côtes grecques qui participaient – et participent toujours, selon les ONG – aux refoulements illégaux d’embarcations de migrants vers la Turquie, en mer Égée. L’agence était aussi accusée de participer elle-même à ces “pushbacks”.

“Je peux confirmer qu’il a présenté sa démission” au conseil d’administration, et ceci “ouvre la possibilité d’un nouveau début” pour Frontex, a indiqué à Berlin un porte-parole du gouvernement allemand interrogé lors d’une conférence de presse. Cette proposition de démission, a poursuivi ce porte-parole, “donne la possibilité d’éclaircir entièrement les accusations pour faire la transparence et s’assurer que toutes les opérations de Frontex ont lieu dans le respect du droit européen”.

www.infomigrants.net

 

 

Les 270 maladies rares recensées en Algérie sont largement dues à la consanguinité

Abordant la question ce mardi, le président de l’Association des maladies rares et de l’autisme, Mouloud Moutchou, a révélé que plus de 270 maladies rares ont été recensées en Algérie, tout en expliquant que la consanguinité demeure la raison de bon nombre d’entre elles.

Intervenant sur les ondes de la radio nationale ce mardi, M. Moutchou a expliqué que les wilayas qui comptaient le plus de cas étaient celles de Tizi Ouzou, Bejaia, Ghardaia et Jijel, où les mariages consanguins sont légion. Ainsi, 35% des cas recensés dans ces wilayas sont directement dus aux mariages consanguins, a-t-il ajouté.

Toujours selon la même source, les mariages consanguins sont un facteur de transmission d’îlots de pathogénicité, suite au transfert d’îlots génomiques entre les générations successives.

L’intervenant n’a pas manqué de déplorer le fait que ces maladies demeurent méconnues en Algérie, tout en estimant que les pouvoirs publics devraient accorder plus d’attention à cette catégorie, d’autant plus que les moyens de diagnostic précoce et les centres de prise en charge psychologiques sont inexistants dans la majorité des régions du pays.

Pour sensibiliser l’opinion publique, M. Moutchou a tenu à citer certaines de ces maladies recensées en Algérie, parmi lesquelles les troubles de l’immunodéficience primaire monogénique rare, les maladies métaboliques héréditaires (MMH), la sclérodermie systémique, le syndrome de Gougerot Sjögren, les maladies héréditaires du sang, la maladie de Wilson, le syndrome de Rubinstein-Taybi, mais également l’Intoxication rare aux opioïdes.

Algérie Focus

 

Note ; cela fait des siècles qu'ils se marient entre cousins ( mm bien avant l’époque islamique)

 

Commenter cet article