Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 24 avril

 

J'ai voté pour M. L. Pen ce matin à l'alliance française (je vis en Asie). Mais, je l'ai dit  à demi-mot dès le début d'année, les prophéties annoncent que ce sera un pantin des autres qui dirigera la France dans les pires moments de son histoire

 

 

Je rajoute (encore) un article, que  "j'avais égaré" ,  a cause du trop grand nombre d'information arrivé le mm jour

 

« Le risque d’escalade en Ukraine est très fort »

 

Le 22 avril 2022 (mise a jours)

Emmanuel Macron, au lendemain de son débat télévisé avec Marine Le Pen, s’est entretenu avec Ouest-France et ses partenaires Funke (Allemagne) et Corriere della Sera (Italie). Il raconte ses interminables dialogues avec Poutine, et leur raison d’être. « C’est aux Européens de garantir la paix »

Vers une guerre de religion, infos du 24 avril 2022

L’entretien a été réalisé jeudi à Paris, au siège de campagne du candidat Macron.

 
(..)

Concernant l’Ukraine, mercredi, la Russie a testé un nouveau missile intercontinental. Que doit être la réponse des Occidentaux ?

Si je me suis tant battu diplomatiquement, c’est parce que dans le contexte actuel, chaque jour où la Russie décide d’aller un cran plus loin sur le plan militaire, diplomatique ou tactique, elle réduit ses options d’un retour à la normale, et réduit notre capacité de bâtir la paix durable. Il y a très clairement, compte tenu des crimes de guerre maintenant établis, des choix faits par la Russie, la manière de mener la guerre, dans le Donbass et à Marioupol, des provocations qu’il y a eu dès la fin février sur le nucléaire, et des essais faits mercredi, il y a une volonté d’escalade de la Russie. Notre responsabilité, c’est d’abord de tout faire pour aider l’Ukraine. Je pense que nous avons tous eu raison d’aider, financièrement et militairement, l’Ukraine. Ceux qui pensent comme Madame Le Pen n’auraient livré ni aide financière ni aide militaire. Kiev serait déjà tombée, avec les amis de madame Le Pen. La deuxième chose, c’est qu’il faut accroître les sanctions et maintenir la pression sur la Russie, mais veiller à ne céder à aucune escalade.

(note; sauf que cela nous aurais évité une guerre et des milliers voir des millions de morts en France)

 

«Le risque est très fort»

Mais le risque d’escalade est aujourd’hui aussi fort que fin février ?

 

Le risque est très fort. Ce qui s’est passé mercredi est très fort. Or, l’escalade verticale et l’escalade horizontale sont les deux grands risques. L’escalade verticale, c’est le changement de nature de la guerre et l’utilisation d’armes non conventionnelles, du chimique établi ou du nucléaire balistique. Et l’escalade horizontale, c’est la cobelligérance de pays alliés ou d’autres puissances. Je pense que notre responsabilité est de tout faire pour éviter cet embrasement. Tout en stoppant la guerre. C’est pourquoi, à côté de notre politique de pressions et de sanctions, nous devons continuer à parler à nos partenaires, dans le Golfe, en Inde, en Chine, pour éviter une fracturation du monde. Une fracturation telle que face à la Russie, il n’y aurait qu’un seul camp qui serait les États-Unis et l’Europe, et que d’autres jouent un jeu d’échappatoire. La responsabilité de l’Europe – à cet égard je pense que nos pays, l’Italie, l’Allemagne, ont ce rôle d’être puissances médiatrices – est de continuer à parler aux autres pour éviter une fracturation du monde. Parce que ce serait la vassalisation de l’Europe, surtout la cassure complète de notre Europe, à terme. Et je pense que ce serait aussi le risque d’une escalade.

 

(Note : et Mrs Ma-Con, veut stopper la guerre en donnant de plus en plus d'arme a l'Ukraine ! ! )

 

Vous affirmez qu’il faut aider l’Ukraine, aussi militairement. Est-ce que l’Europe doit fournir des armes lourdes, notamment des chars, comme les chars Léopard allemands ?

Chacun prend ses responsabilités avec ses équilibres politiques, et je ne m’immisce pas dans la vie politique des uns et des autres. Nous sommes très coordonnés. J’ai parlé avant-hier au Chancelier Scholz sur ce sujet. Nous livrons quand même des équipements conséquents, des Milan aux César en passant par plusieurs types d’armements. Je pense qu’il faut continuer sur ce chemin. Avec toujours une ligne rouge, qui est de ne pas entrer dans la cobelligérance.

 

(Note; il faudra lui rappeler ses propres mots  "Chacun prend ses responsabilités",  lorsque a cause de son implication, et de ces armes cédées à l’Ukraine, la guerre nous atteindras. Parce que sa responsabilité première, devrait être  de protéger le peuple français contre une guerre qui n'est pas la notre, dans des affaires qui ne nous regardez pas)  

 

Les chars sont nécessaires ?

Certains pays ont fait ce choix. C’est un débat au cœur de la vie politique allemande, c’est un choix qui appartient souverainement à l’Allemagne et on le respecte. On a la même stratégie avec le Chancelier qui est de dire : on doit aider au maximum les Ukrainiens, mais on doit veiller à ne jamais être cobelligérants.

Lire la suite

 

 

 

La Turquie ferme son espace aérien aux avions russes en route vers la Syrie

 

Le ministre turc des Affaires étrangères n'a pas précisé le motif de cette décision.

Publié
 
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s'exprime lors d'une conférence de presse à Ankara, le 19 avril 2022. (FATIH AKTAS / ANADOLU AGENCY / AFP)

La Turquie a fermé son espace aérien aux avions russes à destination de la Syrie, ont rapporté samedi 23 avril des médias turcs citant le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. Il n'a pas précisé le motif de cette décision. Le chef de la diplomatie turque a déclaré avoir transmis celle-ci à son homologue russe Sergueï Lavrov, qui l'a fait suivre au président Vladimir Poutine. L'interdiction sera valable trois mois, a précisé le ministre turc, les autorisations étant renouvelées chaque trimestre. La Russie, l'un des principaux soutiens au régime de Damas depuis le début de la guerre civile en 2011, n'avait pas réagi dans l'immédiat.

Membre de l'Otan et alliée de l'Ukraine, la Turquie s'efforce depuis le début de la guerre en Ukraine de faciliter une médiation entre Moscou et Kiev et a refusé jusqu'ici de se joindre aux sanctions occidentales contre la Russie, soucieuse de garder une ligne ouverte avec le Kremlin. La Turquie a ainsi accueilli par deux fois des négociations directes entre les deux parties, le 10 mars au niveau ministériel à Antalya et le 29 mars à Istanbul.

Source

 

 

Ministère de la Défense russe : les États-Unis planifient des provocations pour accuser les forces russes d'utiliser des ADM en Ukraine

 

Le 23 avril 2022

Le lieutenant-général Igor Kirillov, chef des troupes russes de protection nucléaire, chimique et biologique, a révélé les provocations occidentales prévues lors d'un briefing samedi.

Les États-Unis prévoient des provocations pour accuser les forces russes menant l' opération spéciale de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine d'utiliser des ADM, a déclaré le ministère russe de la Défense.

Le ministère de la Défense dispose d'informations selon lesquelles la Russie sera accusée d'utiliser des armes nucléaires chimiques, biologiques ou tactiques, conformément à au moins trois scénarios déjà développés en réponse au succès de Moscou dans la conduite de son opération militaire spéciale, a déclaré le lieutenant-général Igor Kirillov, le chef des forces de protection nucléaire, chimique et biologique du ministère de la Défense russe.

Pour tenter de discréditer l'opération militaire en cours de la Russie, qui vise exclusivement les infrastructures militaires, le régime de Kiev, à l'instigation de Washington, envisage de mettre en œuvre des scénarios qui conduiraient à « la mort de dizaines de milliers de citoyens ukrainiens et causeraient une dégradation environnementale et catastrophe humanitaire », a-t-il dit.

Kirillov a rappelé qu'à ce jour, les États-Unis sont "le seul État de l'histoire du monde à avoir utilisé les trois types d'armes de destruction massive".

La provocation occidentale ciblera probablement les installations chimiques et biologiques de Kharkov et de Kiev, et peut-être la centrale nucléaire de Zaporozhye. De plus, le département d'État américain a déjà déterminé la procédure de l'enquête ultérieure et nommé des responsables responsables de sa conduite, a déclaré le lieutenant-général Igor Kirillov.

"Une provocation n'est pas exclue dans les installations nucléaires, principalement à la centrale nucléaire de Zaporozhye, qui est sous le contrôle des forces russes… Ainsi, le 21 avril, un convoi de 10 véhicules transportant des marchandises dangereuses se dirigeant vers la centrale nucléaire a été arrêté et est retourné dans la ville de Zaporozhye à un poste de contrôle de la garde nationale, a-t-il ajouté.

La forte probabilité que les États-Unis envisagent de mettre en scène une provocation à l'aide d'armes chimiques en Ukraine est confirmée par la fourniture de substances toxiques et d'antidotes à l'Ukraine, a déclaré Igor Kirillov, qui a souligné que « rien qu'en 2022, à la demande du ministère de Santé de l'Ukraine, plus de 220 000 ampoules contenant de l'atropine ont été livrées des États-Unis".

Selon le général, ce fait témoigne de la préparation intentionnelle de provocations impliquant des agents neurotoxiques chimiques.

Vers une guerre de religion, infos du 24 avril 2022

Les États-Unis prévoient des provocations pour accuser les forces russes menant l' opération spéciale de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine d'utiliser des ADM, a déclaré le ministère russe de la Défense.

Le ministère de la Défense dispose d'informations selon lesquelles la Russie sera accusée d'utiliser des armes nucléaires chimiques, biologiques ou tactiques, conformément à au moins trois scénarios déjà développés en réponse au succès de Moscou dans la conduite de son opération militaire spéciale, a déclaré le lieutenant-général Igor Kirillov, le chef des forces de protection nucléaire, chimique et biologique du ministère de la Défense russe.

Pour tenter de discréditer l'opération militaire en cours de la Russie, qui vise exclusivement les infrastructures militaires, le régime de Kiev, à l'instigation de Washington, envisage de mettre en œuvre des scénarios qui conduiraient à « la mort de dizaines de milliers de citoyens ukrainiens et causeraient une dégradation environnementale et catastrophe humanitaire », a-t-il dit.

Kirillov a rappelé qu'à ce jour, les États-Unis sont "le seul État de l'histoire du monde à avoir utilisé les trois types d'armes de destruction massive".

La provocation occidentale ciblera probablement les installations chimiques et biologiques de Kharkov et de Kiev, et peut-être la centrale nucléaire de Zaporozhye. De plus, le département d'État américain a déjà déterminé la procédure de l'enquête ultérieure et nommé des responsables responsables de sa conduite, a déclaré le lieutenant-général Igor Kirillov.

"Une provocation n'est pas exclue dans les installations nucléaires, principalement à la centrale nucléaire de Zaporozhye, qui est sous le contrôle des forces russes… Ainsi, le 21 avril, un convoi de 10 véhicules transportant des marchandises dangereuses se dirigeant vers la centrale nucléaire a été arrêté et est retourné dans la ville de Zaporozhye à un poste de contrôle de la garde nationale, a-t-il ajouté.

La forte probabilité que les États-Unis envisagent de mettre en scène une provocation à l'aide d'armes chimiques en Ukraine est confirmée par la fourniture de substances toxiques et d'antidotes à l'Ukraine, a déclaré Igor Kirillov, qui a souligné que « rien qu'en 2022, à la demande du ministère de Santé de l'Ukraine, plus de 220 000 ampoules contenant de l'atropine ont été livrées des États-Unis".

Selon le général, ce fait témoigne de la préparation intentionnelle de provocations impliquant des agents neurotoxiques chimiques.

"En ce qui concerne les incidents chimiques, le mécanisme d'attribution de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sera activé, ce qui permet de fabriquer les preuves nécessaires et de nommer les auteurs à sa propre discrétion", a souligné Kirillov.

Un autre des scénarios concoctés par l'Occident pourrait être l'utilisation d'armes de destruction massive dans les villes de Slaviansk et de Kramatorsk, a déclaré le général.

"L'utilisation ouverte d'ADM sur le champ de bataille en cas d'échec avec des armes conventionnelles... est probablement envisagée pour Slaviansk et Kramatorsk, qui ont été transformées en zones de fortification", a déclaré Kirillov, tout en ajoutant qu'un tel scénario est le moins probable.

Selon le ministère de la Défense, une autre provocation occidentale présuppose « l'utilisation secrète d'ADM en petites quantités » pour supprimer la capacité des troupes à effectuer des tâches opérationnelles spécifiques. Ce plan a apparemment été envisagé pour être mis en œuvre par le Pentagone dans l'entreprise sidérurgique d'Azovstal.

La majeure partie de Marioupol , à l'exception d'Azovstal, est récemment passée sous le contrôle des forces conjointes de la République populaire de Donetsk (RPD) et de l'armée russe.

Cependant, l'assaut russe avorté contre l'usine a mis fin à ces plans américains, a déclaré Kirillov.

Jeudi, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré au président Vladimir Poutine que si Marioupol était passé sous le contrôle des forces armées russes, des militants restaient retranchés sur le territoire de l'aciérie.

Poutine, à son tour, a qualifié l'assaut d'Azovstal d'inutile et a ordonné son annulation, soulignant l'importance de sauver la vie de soldats et d'officiers russes, tout en ordonnant le blocage de la zone d'Azovstal.

"La mise en scène de l'utilisation d'armes de destruction massive vise à accuser la Russie de recourir à des armes prohibées, ce qui serait suivi de la mise en œuvre du soi-disant "scénario syrien", dans lequel un État est soumis à un isolement économique et politique, ainsi que l'exclusion des organisations internationales, y compris le Conseil de sécurité de l'ONU », a déclaré Igor Kirillov.

Conformément à ces scénarios, le mécanisme d'enquête sur les faits d'utilisation présumée d'armes biologiques par la Russie lors de son opération spéciale en Ukraine serait sanctionné par le secrétaire général de l'ONU.

"Dans les zones d'hostilités où les représentants des pays de l'OTAN ne sont pas autorisés à accéder, il est prévu d'impliquer des représentants du Comité international de la Croix-Rouge, dotés de moyens de protection et d'équipements de surveillance", a ajouté Kirillov.

Il a été souligné lors du briefing que l'objectif d'un tel scénario serait probablement de faire pression sur des pays comme la Chine et l'Inde , qui ont résisté aux tentatives occidentales de se joindre à la vaste campagne de sanctions visant la Russie.

Selon le général de corps d'armée, la saisie rapide des preuves sur les lieux de l'incident prévu (prélèvement d'échantillons, audition de témoins, montage de documentation photo et vidéo) sera d'une importance fondamentale.

Igor Kirillov a fait référence au fait qu'à de nombreuses reprises dans le passé, les États-Unis ont également eu recours à des provocations pour atteindre des objectifs politiques.

« L'exemple le plus frappant... est le discours du secrétaire d'État américain de l'époque, Colin Powell, le 5 février 2003. Un flacon de "poudre blanche" dans ses mains a servi de prétexte à l'invasion de l'Irak et à la cause de la mort de près d'un demi-million de civils », a-t-il dit.

Kirillov a cité d'autres exemples, tels que la façon dont des photographies diffusées par des agences de presse en 2017 montrant des personnes portant des masques de gaze ordinaires prélevant des échantillons sur un site d'utilisation présumée de sarin ont conduit à une attaque au missile sur l'aérodrome de Shayrat contrôlé par le gouvernement syrien.

De même, comment le 14 avril 2018, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé des frappes de missiles sur la Syrie, en réponse à une prétendue attaque au gaz toxique contre le bastion terroriste de Douma, dont ils tenaient le gouvernement syrien pour responsable.

Les rumeurs d'une attaque chimique ont commencé avec des vidéos et des photos diffusées sur les réseaux sociaux par la Défense civile syrienne, connue sous le nom de Casques blancs, entre autres, d'enfants soi-disant soignés dans un hôpital souffrant de problèmes respiratoires.

Cependant, "aucun agent neurotoxique organophosphoré ni leurs produits de dégradation n'ont été détectés, ni dans les échantillons environnementaux ni dans les échantillons de plasma des victimes présumées", lit-on plus tard dans le rapport de l'OIAC sur l'incident de Douma.

"A ce jour, personne n'a été tenu pour responsable de ces provocations", a souligné Kirillov.

Le 21 avril, l'Ukraine a largué un conteneur contenant des ampoules d'un UAV sur la position des forces russes, a déclaré Igor Kirillov. Il était prévu qu'une réaction chimique se produise provoquant une explosion et un incendie avec dégagement de substances toxiques. Selon le ministère de la Défense, le contenu des ampoules fait actuellement l'objet d'une analyse chimique dans un centre de recherche scientifique du ministère russe de la Défense, accrédité auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, les résultats devant être transmis à son secrétariat technique.

Kirillov a noté lors du briefing du ministère de la Défense samedi que depuis mars, les pays occidentaux font régulièrement des déclarations provocatrices sur la possibilité que la Russie utilise des armes de destruction massive.

 

Kirillov a également dénoncé comme "absurde" la déclaration du directeur de la CIA, William Burns, selon laquelle la Russie pourrait utiliser des armes nucléaires tactiques en Ukraine. Il serait tout simplement impossible de dissimuler l'utilisation de telles armes, compte tenu du niveau d'équipement technique moderne du système international de surveillance des essais nucléaires, a souligné le général.

"Si le directeur de la CIA ne comprend pas cela, soit il n'est pas professionnel, soit il est induit en erreur", a ajouté Kirillov.

Afin d'accuser faussement la Russie, Kiev envisage également sérieusement de procéder à des frappes de missiles sur le stockage de déchets radioactifs sur le site de l'ancienne usine chimique du village de Kamenskoye, dans la région de Dnepropetrovsk, a indiqué le ministère de la Défense.

"Le ministère de la Défense dispose d'un document confirmant l'état critique des installations de stockage et le détournement des fonds alloués par l'Union européenne pour l'entretien de l'installation", a déclaré Kirillov.

 

 

Je poste un article que j'avais égaré parmi mes trentaines d'onglets d'information

 

Naufrage du croiseur Moskva: un mort et 27 disparus parmi l'équipage selon les autorités russes

 

Le 22 avrll

Pour la première fois, la Russie reconnaît des pertes humaines après le naufrage du Moskva.
 

Un marin est mort et 27 autres sont toujours portés disparus après le naufrage la semaine dernière du croiseur Moskva, a déclaré vendredi le ministère russe de la Défense, reconnaissant pour la première fois des pertes.

 

"Un militaire a été tué et 27 autres membres d'équipage sont portés disparus", a déclaré le ministère, cité par les agences de presse russes, affirmant que les autres personnes se trouvant à bord, au nombre de 396, avaient été évacuées. "Le ministère de la Défense apporte tout le soutien et l'assistance nécessaires aux familles et amis du défunt et des disparus", a-t-il ajouté.

Le Moskva, navire amiral de la flotte russe en mer Noire pouvant officiellement compter jusqu'à 680 membres d'équipage, a coulé le 14 avril. Son naufrage est largement considéré comme une humiliation pour la Russie et sa flotte, et même des commentateurs pro-Kremlin ont réclamé des explications aux autorités.

 

Des témoignages s'accumulent

La Russie affirme que le navire a sombré à cause de l'explosion de munitions à bord et de mauvaises conditions météorologiques ayant contrecarré les opérations de remorquage. Mais l'Ukraine dit avoir coulé le bâtiment avec des missiles.

Les autorités russes n'avaient jusque-là annoncé aucune perte lors du naufrage, affirmant même dans un premier temps que tout l'équipage avait été évacué. Samedi, le ministère russe de la Défense avait publié une vidéo présentée comme montrant une rencontre entre le chef de la marine et les rescapés du Moskva.

Lire la suite

 

 

 

Moscou déploiera ses missiles Sarmat à l'automne au plus tard

 

 

23/04/2022
Vers une guerre de religion, infos du 24 avril 2022

(Reuters) - La Russie déploiera à l'automne au plus tard son nouveau missile balistique intercontinental Sarmat, rapporte samedi l'agence Tass qui cite le directeur de Roscosmos, l'agence spatiale russe.

Ce premier déploiement se situera à dans la région de Krasnoïarsk, à environ 3.000 km à l'est de Moscou, a-t-il ajouté.

Moscou a annoncé mercredi avoir conduit avec succès un test de ce nouveau missile que Vladimir Poutine présente comme unique au monde et susceptible de faire réfléchir tous ceux qui seraient tentés de menacer son pays.

Source

Un lien avec la listes des nouvelles armes russes

 

 

 

 

 

Guerre en Ukraine : ce que l'on sait de l'intensification des combats dans le Donbass et le sud du pays, dont la Russie vise le "contrôle total"

 

24/04/2022

La guerre en Ukraine est entrée dans une nouvelle phase. Deux mois après le début de l'invasion russe, Moscou a annoncé, vendredi 22 avril, son intention "d'établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine" afin "d'assurer un couloir terrestre vers la Crimée". Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a appelé samedi à une rencontre avec son homologue russe, Vladimir Poutine, "pour mettre fin à la guerre".

Les troupes russes, qui se sont retirées fin mars de la région de Kiev et du nord de l'Ukraine, occupent déjà une grande partie de l'est et du sud du pays. Franceinfo fait le point sur la situation dans ces zones.

A Marioupol, port stratégique du sud-est du pays en grande partie contrôlé par l'armée russe, une nouvelle tentative d'évacuation de civils vers la ville de Zaporijia a échoué samedi, a affirmé l'adjoint au maire sur son compte Telegram. Plusieurs couloirs humanitaires ont déjà dû être annulés en dernière minute à Marioupol,  Moscou et Kiev se rejetant la responsabilité de ces échecs.

Les derniers soldats ukrainiens de la ville sont retranchés, tout comme des civils, dans l'usine Azovstal, l'un des plus grands complexes métallurgiques d'Europe. L'armée russe s'est dite prête à observer "à tout moment" une trêve "sur tout ou partie" de ce site pour permettre l'évacuation de civils et la reddition de combattants. Kiev a de son côté affirmé dimanche que les forces russes continuaient à bombarder la ville. Volodymyr Zelensky a par ailleurs prévenu que l'Ukraine abandonnerait les négociations avec Moscou si les militaires retranchés dans l'usine sont tués par l'armée russe.

Lire la suite

 

 

 

 

Guerre en Ukraine : 230 000 morts, 1 million de blessés, les effrayantes estimations d'un simulateur en cas d'attaque nucléaire russe sur Kyiv

 

 

  • Le champignon aurait un diamètre équivalent à la distance entre Pia et Saleilles.
    Le champignon aurait un diamètre équivalent à la distance entre Pia et Saleilles. PIXABAY
Publié le

Alors que la Russie menace d'utiliser ses armes nucléaires, cet outil prend tout son sens. 

Que se passerait-il si la Russie utilisait l'arme nucléaire contre l'Ukraine ? La réponse semble évidente. Mais que se passerait-il exactement, dans les moindres détails ? Combien de blessés ? Et de morts ? Mais aussi, par exemple, quelle distance couvrirait l'onde de choc ?

Outrider est un média à but non lucratif basé aux Etats-Unis qui traite, entre autres, des questions de défense, de justice sociale, de climat. Qui cherche à sensibiliser la population avec la conviction qu'un monde meilleur est possible. Mais Outrider, c'est aussi un outil qui prend tout son sens aujourd'hui : un simulateur qui permet d'évaluer l'étendue des dégâts en cas d'attaque nucléaire. Un simulateur en ligne particulièrement bien réalisé, qui permet d'estimer entre autres le nombre de blessés et le nombre de morts partout dans le monde.

Guerre en Ukraine oblige, si l'on simule une attaque sur Kyiv avec la Tsar Bomba, terrible arme nucléaire développée par les Russes dans les années 60, les conséquences seraient catastrophiques : plus de 230 000 morts et 1 200 000 blessés. 

De Port-la-Nouvelle jusqu'à Figueres

À titre de comparaison, cette même bombe lâchée sur Perpignan provoquerait la perte de 250 000 âmes et la bagatelle de 86 000 blessés. Le champignon aurait un diamètre allant de Pia jusqu'à Saleilles et l'onde de choc couvrirait une distance de Banyuls-dels-Aspres jusqu'à Salses. Encore plus impressionnant, l'explosion provoquerait une chaleur si intense qu'elle causerait des dommages irréversibles comme des brûlures au troisième degré assurément fatales sans protection adéquate. Le bois, le plastique, les vêtements prendraient littéralement feu entre Port-la-Nouvelle et... Figueres, ville située en Espagne, 15 km de l'autre côté de la frontière. 

Un simulateur certes impressionnant, mais à caractère éducatif. Au commencement de l'invasion en Ukraine, l'outil a été suspendu par ses concepteurs avant d'être remis en fonctionnement récemment. 

Source 

 

 

 

 

Guerre en Ukraine : le bataillon Azov diffuse une vidéo montrant des civils retranchés dans l'usine Azovstal de Marioupol

 

 

 

Exclusif : Un officier ukrainien qui s'est rendu, temoigne sur le conflit entre les Marines et les combattants néo-nazis

 

Le 23 avril 2022

Quelque 1 026 soldats de la 36e brigade de marine d'élite ukrainienne se sont rendus aux forces de la milice russe et de Donetsk la semaine dernière à Marioupol, dont 162 officiers. La ville côtière a été pratiquement débarrassée des forces ukrainiennes, avec des restes de l'armée, des combattants néonazis du régiment Azov et des mercenaires étrangers bloqués dans l'aciérie Azovstal de la ville.

Les troupes du régiment néonazi Azov se considéraient comme supérieures aux autres branches de l'armée ukrainienne, au point d'avoir de violents affrontements avec leurs compagnons d'armes, a déclaré le major Vladimir Labuzov, officier du service médical de la 36e brigade de marine. un entretien.

(..)

Labuzov a également fourni des détails sur la façon dont lui et ses camarades soldats ont été formés à l'utilisation des missiles antichars Javelin et NLAW fournis par les États-Unis et le Royaume-Uni.

«Il y avait des Javelins et des NLAW. Ils sont arrivés en 2022 à coup sûr, probablement en janvier… C'était intéressant. Le NLAW est un appareil intéressant et simple. Bien sûr, c'était intéressant… Sur la maquette, ils nous l'ont montré – placez ici, appuyez ici, maintenez ici, quelque chose comme ça s'est produit. Cela s'est produit à un moment donné en janvier. Mais aller sur le terrain d'entraînement et essayer d'en tirer un – cela ne s'est pas produit », a-t-il déclaré.

Les États-Unis ont commencé à livrer des systèmes de missiles antichars Javelin à l'Ukraine en 2017. Les autorités britanniques n'ont officiellement annoncé la livraison des NLAW à Kiev qu'en janvier. Cependant, des documents trouvés sur une position militaire ukrainienne abandonnée saisie par les forces russes ont révélé que des instructeurs britanniques entraînaient les forces ukrainiennes à leur utilisation depuis au moins 2018.

(..)

Source Spoutnik (traduction)

 

 

Agression au couteau dans une église de Nice ce dimanche matin, un prêtre et une religieuse blessés (MàJ : La sœur Marie-Claude aurait été blessée au niveau de la main alors qu’elle arrachait le couteau au moment de l’attaque du prêtre.)

Agression au couteau dans une église de Nice ce dimanche matin, deux personnes blessées

Le père Christophe, un homme d’origine polonaise et qui officie depuis plusieurs années, est blessé au thorax. Il aurait reçu une vingtaine de coups de couteau; il est en situation d’urgence absolue.

La sœur Marie-Claude au niveau de la main. Selon nos informations, c’est elle qui aurait arraché le couteau au moment de l’attaque du prêtre. Tous deux ont été pris en charge par les secours. 

(…)

L’individu aurait spontanément déclaré aux effectifs de police être de confession juive et qu’en ce jour d’élection, il “voulait tuer Emmanuel Macron” mais qu’il s’était finalement rabattu sur une église. 

Toujours selon une source policière, la thèse de l’attaque terroriste serait écartée. L’auteur présumé serait atteint de bipolarité et auraient été suivi au centre hospitalier Sainte-Marie.

(…) France 3



Selon les informations de Valeurs actuelles, le prêtre de 57 ans a été poignardé à une vingtaine de reprises et se trouve en urgence absolue. L’autre victime, une femme de 72 ans, a été blessé à la main. Le maire de Nice s’est rendu sur les lieux. Selon les informations du Point, le suspect serait un natif de Fréjus âgé d’une vingtaine d’années. Inconnu des services de police, il aurait des antécédents psychiatrique. Il serait entrer dans l’église en cirant: « Il faut tuer Macron ». Le pronostic vitale du prêtre n’est pas engagé,  a affirmé dans un tweet le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Il a témoigné de sa solidarité avec les paroissiens et a remercié les forces de l’ordre.

Valeurs

Sur Facebook, un témoin qui se dit présent (photo à l’appui) dans l’église raconte ce qu’il a vu: “Le père Christophe a été blessé à la jambe et à l’épaule, la sœur Marie-Claude à la main. Intervention rapide de la police nationale qui a arrêté le suspect. (…) Pour ma part je vais bien et suis dans l’église avec une partie des fidèles choqués.”

Nice-Matin

Deux personnes ont été blessées à coups de couteau ce dimanche matin à Nice, dans l’église Saint-Pierre-d’Arène située rue de la Buffa. Un suspect a rapidement été interpellé par la police. Selon nos informations, un jeune homme est entré dans l’édifice et, aux alentours de 10 heures, s’est approché

www.nicematin.com

Le prêtre a été blessé au mollet et au poumon. […]

BFM TV

 

Le vote musulman chez Mélenchon, quelles conséquences à l’avenir ? les mélenchonistes “devront rembourser leur dette en acceptant un nombre croissant d’accommodements confessionnels”

« Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle montre que la stratégie de Mélenchon à l’adresse de la communauté musulmane a été payante », explique l’anthropologue Florence Bergeaud-Blackler. Mais avec quelles conséquences à l’avenir ?

(…) Mais c’est précisément parce que les musulmans se sont déterminés en vertu de leur appartenance ou de leurs liens à la communauté que leur vote peut être qualifié de musulman.

DU TERRA NOVA ?

Pourquoi cette concentration des votes des musulmans sur le candidat de LFI ? Parce que celui-ci s’est clairement adressé à la communauté musulmane durant les cinq dernières années au point de se prétendre seul candidat à les défendre contre l’islamophobie dont ils seraient victimes. Il s’agit là du résultat d’une longue campagne dont la stratégie a été déterminée dès 2017 lorsque le candidat à la présidentielle s’est rêvé en finaliste du second tour allant même jusqu’à contester les sondages de sortie des urnes. Il manquait au candidat de la France Insoumise les abstentionnistes et notamment les votes des jeunes urbains et des musulmans pour combler la désaffection des catégories populaires pour les partis de gauche désormais attirés vers le parti de Marine Le Pen.

Mélenchon est sans doute celui qui a pris le plus au sérieux les recommandations de la fondation Terra Nova qui devant le même constat proposait de construire une coalition électorale « dont le cœur ne serait plus constitué par le « peuple de gauche » historique, les ouvriers et les employés, mais par de nouveaux électorats, qui ne recoupent qu’en partie les catégories électorales traditionnelles et que qualifierait la notion d’« outsiders », à savoir les diplômés, les jeunes, les minorités issues de l’immigration, les femmes ».

(…) Les Frères du CCIE réfugiés à Bruxelles en raison de l’interdiction du CCIF ont indiqué aux musulmans 5 jours avant le premier tour ce que pourrait être leur vote : en prenant la précaution de ne pas trop ouvertement donner des consignes, la famille Ramadan et des prédicateurs formés par les Frères Musulmans ont appelé clairement à voter Mélenchon.

(…) À entendre la présidente du PIR, Houria Boutledja, Mélenchon ce « laïcard » serait un « butin de guerre » fruit d’un travail politique réussi. Le fréro-salafiste fondateur d’Islam et Info, Elias d’Imzalène, s’est félicité du travail d’infiltration du PIR dans le parti de Mélenchon dans une vidéo intitulée « Mélenchon, dernier rempart contre l’islamophobie ? ».

(…) Si Mélenchon a été choisi, en dépit de ses positions sur des sujets de société insoutenables par les imams et les prédicateurs fondamentalistes, c’est parce que le tribun qui avait dit en 2015 que l’islamophobie était une fiction a défilé aux côtés de fondamentalistes criant « allah akbar » dans les rues de Paris à la manifestation contre l’« islamophobie d’État » le 10 novembre 2019. La théorie de l’islamophobie, contestée et contestable, a été mise au point, et est régulièrement alimentée par les islamistes pour soustraire les populations musulmanes de la tentation de s’intégrer et les garder dans la perspective de la seule nation qui vaille pour les islamistes : l’Umma. Ceci n’est pas une hypothèse, ce programme est explicité par l’ISESCO (Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture) qui est à l’OCI (Organisation de la coopération islamique) ce que l’UNESCO est à l’ONU. 

LE RISQUE DE L’ENTRISME FRÉRISTE

(…) Marianne

 

 

A Turin, des chrétiens coptes frappés pour avoir fumé et porté une croix pendant le ramadan : “Ils veulent nous appliquer la charia parce qu’ils nous considèrent comme inférieurs et veulent nous dominer

C’est arrivé à Turin sur le Corso Vigevano. Les deux, frères, ont 62 et 71 ans.

Ils ont été agressés parce qu’ils ne respectaient pas les règles du Ramadan qui imposent de ne pas fumer pendant la période de jeûne. “Mais mon père et mon oncle sont chrétiens coptes, ils ne sont pas musulmans”, explique la fille et la nièce des victimes d’un attentat qui a eu lieu lundi après-midi sur le Corso Vigevano presque sur la Piazza Crispi. “Ce n’est pas la première fois que même en Italie, nous sommes attaqués pour le fait que nous sommes chrétiens”, déclare la jeune fille de 23 ans, née et élevée en Italie.

Sa famille vit à Turin depuis plus de 40 ans, son père a 62 ans et a toujours été un militant pour la promotion des droits de la minorité copte victime de discrimination en Égypte. “Cela me met en colère de penser que cette discrimination existe aussi ici“, dit-il.

Le père, 62 ans, et l’oncle, 70 ans, se tenaient sur la place“Ils attendaient ma mère – raconte la jeune femme – Mon oncle fumait une cigarette et ce groupe de passants, des étrangers mais je ne sais quelle nationalité, s’est mis à insulter et à jurer. Mon père s’est alors retourné et leur a demandé s’ils Ils s’adressaient à lui et à mon oncle. Ils ont dit oui, disant que ce n’était pas bon pour les musulmans de fumer.

Lorsque les deux ont expliqué que leur foi était différente, ils ont été attaqués à coups de pied et de poing. Tous deux ont été soignés à Giovanni Bosco pour plusieurs contusions. Ils ne connaissent pas leurs agresseurs. “Mais peut-être que ce groupe de personnes avait déjà remarqué les membres de ma famille, mon oncle vit dans la région, mon père est connu dans la communauté pour son travail d’activiste. Ils portent tous les deux des croix chrétiennes assez évidentes.”

Le groupe ne s’est échappé que lorsque l’un des agressés a dit à l’autre d’appeler la police. “Nous avons déjà eu des problèmes dans le passé – dit la fille – Cela m’est arrivé dans le centre ville, j’étais avec mes amis, nous avons été approchés par un homme avec un petit enfant qui a commencé à nous insulter en nous traitant d’impurs et en disant que nous étaient habillés comme des prostituées parce que nous portions des vêtements occidentaux. Cela arrivait toujours pendant le Ramadan. Le mari d’une amie de ma mère a été agressé parce qu’il mangeait pendant le mois de jeûne qu’il ne respecte manifestement pas étant d’une autre religion”. Dans les prochains jours, les victimes de l’attentat vont porter plainte. […]

La Repubblica

Les coptes qui ont été frappés à coups de pied et de poing lundi pour avoir fumé et porté des croix pendant le ramadan ne sont pas les seuls à avoir été réprimandés pour ne pas avoir respecté la loi islamique à Barriera di Milano, un quartier multiethnique de Turin.

La semaine dernière, à Porta Palazzo, un de mes bons amis a été injurié parce qu’il buvait de l’eau dans la rue. Ils ont crié “Ramadan, haram” pour lui rappeler qu’il est interdit de boire de l’eau pendant la journée durant le mois de jeûne.” Il y a quelques jours, son frère Nabil a lui aussi été critiqué pour la même raison.

Un jeune homme, peut-être tunisien, à l’extérieur du même bar, lui a dit que la loi islamique interdit de fumer pendant le Ramadan et que cette fois, pour éviter les problèmes, il devait baisser la tête et s’y conformer. Je peux vous assurer, poursuit Sherif, que si je sortais demain pour manger un sandwich dans cette même zone, je n’en sortirais pas vivant.” La raison, explique l’homme d’affaires d’origine égyptienne au téléphone, est simple : “Ils veulent appliquer la charia parce qu’ils nous considèrent comme inférieurs et veulent nous dominer.” Ces derniers jours, Sherif a tout rapporté à la police. Les enquêtes visent à identifier les auteurs de l’attaque, grâce également aux caméras de sécurité installées dans la zone.

Il Giornale

 

 

Mulhouse : deuxième nuit d’émeutes à cause d’un contrôle d’identité. La veille en raison d’un rodéo. Une policière blessée par un jet de pavé

Mulhouse : deuxième nuit de violences entre des jeunes et des policiers

Une quarantaine de jeunes «encagoulés» et armés de bâtons ont allumé des feux de poubelles et de conteneurs, monté «des barricades avec des palettes» et jeté «des projectiles divers» sur les forces de l’ordre après un refus de contrôle d’identité.

Des violences entre une quarantaine de jeunes et la police ont éclaté à Mulhouse (Haut-Rhin) dans la nuit de samedi à dimanche, pour la deuxième soirée consécutive, après un refus de contrôle d’identité, a-t-on appris de source policière.

Ce refus de contrôle d’identité «a dégénéré vers 22H00». Un homme a été interpellé et placé en garde à vue, selon cette même source. Une policière a été légèrement blessée à une jambe par un jet de pavé. Une quarantaine de jeunes «encagoulés» et armés de «bâtons» ont ensuite allumé des feux de poubelles et de conteneurs, monté «des barricades avec des palettes» et jeté «des projectiles divers» sur les forces de l’ordre. Le calme est revenu aux alentours de 01H45 dimanche.

(…)

www.lefigaro.fr

 

 

 

Strasbourg : les pompiers, appelés pour un voiture brûlée, sont tombés dans un guet-apens, la BAC a été caillassée, un policier blessé. Plusieurs véhicules de police et pompiers dégradés

 

 

Femme pakistanaise retrouvée nue et mutilée à Aubervilliers : la préfecture de Police lance un appel à témoins

24/04/22

D’origine pakistanaise et âgée de 39 ans, elle avait été découverte errant nue et gravement mutilée dans les rues d’Aubervilliers dans la nuit de dimanche à lundi 18 avril.

Cinq jours après la découverte d’une femme errant nue et gravement mutilée dans les rues d’Aubervilliers, la préfecture de Police a lancé vendredi 22 avril un appel à témoins dans le cadre de la poursuite des investigations menées par le service départemental de la police judiciaire du 93 (SDPJ).

(…) Le Figaro18/04/22

Une femme originaire du Sri-Lanka a été découverte nue dans une rue d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) en pleine nuit, ce dimanche 17 avril. D’après les premiers éléments de l’enquête, elle a été séquestrée et torturée. La victime a subi des sévices particulièrement atroces. Lors d’un premier examen, la jeune femme présentait des traces de sévices. Notamment les lèvres de son vagin avaient été collées avec de la glu.

Le site d’informations policières Actu17 relate que les pompiers et les policiers ont été alertés par des riverains sur les coups de 3 h du matin alors que la victime déambulait nue dans une rue d’Aubervilliers.

La jeune femme, d’environ 30 ans, semblait déboussolée. Prise en charge, elle a été conduite aux urgences de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis.

Selon une source policière, «la trentenaire a déclaré qu’elle avait été ligotée par son agresseur.» D’ailleurs, ses poignets présentaient bien des traces de liens. Enfin, son tortionnaire lui a gravé sur le ventre, «Ti amo» ( «Je t’aime», en italien, ndlr) à l’aide d’un objet pointu.

cnews ; Actu 17

Commenter cet article