Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 13 avril 2022

 

 

Marine Le Pen s'engage à retirer la France du commandement militaire intégré de l'OTAN si elle est élue présidente

 

13 avr. 2022

Le Pen affrontera Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, qui doit avoir lieu le 24 avril.

La candidate à l'élection présidentielle française, Marine Le Pen, a déclaré mercredi qu'elle retirerait la France du commandement militaire de l'OTAN, si elle était élue.

"Nous ne parlons pas de quitter le bloc, mais de quitter sa structure de commandement", a déclaré le politicien.

Elle a également noté que la France avait déjà vécu une telle expérience : en 1966, toutes les forces armées françaises ont été retirées du commandement militaire intégré de l'OTAN et toutes les troupes non françaises de l'OTAN ont été invitées à quitter le pays. Paris a fait marche arrière et n'a rejoint le commandement militaire du bloc qu'en 2009, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Le politicien a déjà appelé la France à quitter le commandement intégré de l'OTAN au fil des ans, affirmant que la structure "perpétue la logique anachronique et agressive des blocs de la guerre froide". La dirigeante du Rassemblement national a également souligné qu'elle soutenait un "rapprochement stratégique" entre l'alliance et la Russie.

Au premier tour, qui a eu lieu dimanche, le président sortant Emmanuel Macron est arrivé en tête avec 27,84% des voix et Le Pen a obtenu 23,15%. Le fondateur du parti La France Insoumise, le député de gauche Jean-Luc Melenchon, a terminé troisième avec 21,95 %, et le journaliste Eric Zemmour est arrivé quatrième avec 7,07 %.

Les gaullistes et les socialistes ont subi leurs pires résultats dans l'histoire de la France moderne : la candidate des Républicains, Valérie Pécresse, a obtenu 4,78 %, et la socialiste Anne Hidalgo a obtenu un pourcentage insignifiant de 1,75 %.

La France, avec le Royaume-Uni, a été l'un des deux signataires du traité de Dunkerque en 1947, qui a servi de base au traité de l'Atlantique Nord en 1949.

Source Spoutnik international (traduction)

 

LIRE AUSSI: Présidentielle : Marine Le Pen prête à saborder les alliances étrangères de la France

 

Note: combien de personnes ont compris qu'il faut à tout prix quitter l'Otan pour éviter une guerre mondiale. Hélas, Macron sera réélu et les français le regretteront amèrement.  Parce que comme le disent les prophéties, il nous mènera à la guerre

 

 

C 5 - Q 96

Sur le milieu du grand monde, la rose
Pour nouveaux faicts sang public espandu

 

Dans le milieu du grand monde (de la bourgeoisie), le socialiste ( E Macron)
 À cause de nouveaux faits (en conséquence)
le sang public sera répandu (futur guerre de religion)

 

Zemmour aussi voulais sortir de l'Otan (voir cette video)

Nous, gens dit de "l'extrême" droite, l'avenir démontrera que nous avions raison sur toutes les lignes   (Otan , Russie, danger de l'islam , danger de l'immigration, risque de guerre civile dite religieuse,  etc)

 

 

Guerre en Ukraine : à Marioupol, un tiers des soldats ukrainiens résistants se sont rendu

 

13 avr. 2022

Plus d'un millier de soldats ukrainiens se sont rendus aux forces russes à Marioupol, la cité portuaire du sud-est de l'Ukraine, assiégée depuis des semaines, a annoncé mercredi 13 avril le ministère russe de la Défense.

 

 

 

En direct : "Marioupol est toujours ukrainienne" pour le maire de la ville assiégée

 

13 avr. 2022

Volodymyr Zelensky a proposé un échange de prisonniers au cours duquel des prisonniers de guerre ukrainiens retenus par les forces russes seraient échangés contre l'homme politique pro-russe et proche de Vladimir Poutine Viktor Medvedtchouk, arrêté mardi. Sur le terrain, aucun couloir humanitaire ne pourra être ouvert ce mercredi, a annoncé Kiev, accusant les forces russes de ne pas respecter les normes du droit international humanitaire. Suivez en direct les évènements de la journée. 

 

  • 15 h 35 : les véhicules des États-Unis et de l'Otan transportant des armes considérés comme des cibles légitimes par la Russie

La Russie considérera les véhicules des États-Unis et de l'Otan transportant des armes en Ukraine comme des cibles légitimes, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, dans une interview à l'agence de presse TASS.

Toute tentative de l'Occident d'infliger des dégâts importants à l'armée russe ou à ses alliés séparatistes en Ukraine sera "sévèrement réprimée", a-t-il ajouté.

 

 

  • 12 h 25 : la Finlande prendre sa décision "d'ici quelques semaines" sur sa candidature à l'Otan

 La Finlande prendra "d'ici quelques semaines" sa décision sur une possible candidature à l'Otan, a affirmé mercredi la Première ministre du pays nordique.

"Je pense que ça interviendra assez vite. D'ici quelques semaines, pas quelques mois", a-t-elle affirmé lors d'une visite à son homologue suédoise Magdalena Andersson, alors que la Suède n'exclut pas elle non plus de rejoindre l'alliance militaire occidentale.

>> Face au voisin russe, la neutralité de la Finlande à l’épreuve de la guerre en Ukraine

 

  • 8 h 30 : Macron ne reprend pas le mot "génocide" utilisé par Biden

Interrogé sur France 2 sur les déclarations de Joe Biden, qui a accusé mardi le président russe de "génocide en Ukraine", Emmanuel Macron a répondu vouloir être "prudent avec les termes". 

"Je dirais que la Russie a déclenché d'une manière unilatérale une guerre brutale, qu'il est maintenant établi que des crimes de guerre ont été faits par l'armée russe et qu'il faut maintenant en trouver les responsables", a-t-il expliqué. "C'est une folie ce qui est en train de se passer, c'est d'une brutalité inouïe (...) mais je regarde en même temps les faits et je veux essayer au maximum de continuer à pouvoir arrêter cette guerre et à rebâtir la paix, donc je ne suis pas sûr que l'escalade des mots serve la cause", a-t-il ajouté.

 

  • 7 h 05 : Washington s'inquiète de l'usage d'armes chimiques à Marioupol

"Avant même l'invasion russe en Ukraine, les services de renseignement américain travaillaient déjà sur l'utilisation d'armes chimiques par les troupes russes, à la frontière entre les deux pays", rappelle Matthieu Mabin, correspondant de France 24 à Washington. "Désormais, face à des témoignages recueillis à Marioupol, Washington s'inquiète de l'usage d'armes chimiques à Marioupol." 

 

De son côté, le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré qu'il n'était pas possible de tirer des conclusions définitives sur l'utilisation éventuelle d'armes chimiques par les forces russes à Marioupol, notant qu'il n'était pas possible de mener une véritable enquête dans le port assiégé.

 

 

 

  • 1 h : Joe Biden accuse Vladimir Poutine de commettre un "génocide"

Joe Biden a accusé mardi Vladimir Poutine de "génocide" en Ukraine, quelques heures après avoir utilisé ce mot pour la première fois afin de qualifier la situation dans le pays envahi par Moscou.

Jusque-là, l'administration américaine n'avait pas prononcé ce mot, employé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "Il est de plus en plus clair que Poutine essaie simplement d'effacer l'idée même de pouvoir être un Ukrainien", a fait valoir Joe Biden à des journalistes lors d'un déplacement dans l'Iowa.

 

 

DIRECT

 

 

Guerre en Ukraine : le massacre de Boutcha est « un fake », selon Vladimir Poutine

 

13/04/2022

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré mardi que le massacre de civils présumés dans la ville de Boutcha, près de Kiev, est « un fake », alors que le pays nie toute exaction en Ukraine. Les autorités ukrainiennes ont dit avoir découvert des dizaines de corps dans cette ville après le retrait des forces russes fin mars.

Le massacre de civils présumés dans la ville de Boutcha, près de Kiev, est « un fake », a déclaré mardi le président russe Vladimir Poutine, dont le pays nie toute exaction en Ukraine. Comparant ces accusations à celles concernant l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad en Syrie, Vladimir Poutine a déclaré : « On a le même fake à Boutcha ». Les autorités ukrainiennes ont dit avoir découvert des dizaines de corps dans cette ville après le retrait des forces russes fin mars.

 

 

 

 

“Arrête de macroner !”, que signifie cette expression devenue populaire chez les Ukrainiens pour fustiger le président français ? La définition en est la suivante : “se montrer très inquiet d’une situation, mais ne rien faire”

Un dictionnaire de mots liés à la guerre publié sur les réseaux sociaux indique que ce nouveau verbe signifie “se montrer très inquiet d’une situation, mais ne rien faire”.
 
Je macrone, tu macrones, il, elle, on macrone… Dans l’horreur de la guerre, les Ukrainiens ont inventé de nouveaux mots pour décrire la réalité dans laquelle ils sont plongés depuis le 24 février, date du lancement de l’invasion russe sur leur pays. Et l’un d’entre eux concerne le chef d’État français, comme le rapporte Le Parisien.
 
Sur Telegram, un lexique de nouveaux mots sur la guerre mentionne en effet le verbe “macronete”, qui pourrait se traduire par “macroner”. La définition: “se montrer très inquiet d’une situation, mais ne rien faire”. Pour ceux qui douteraient de l’origine de ce néologisme, une précision a été apportée. Emmanuel Macron est mentionné nommément, “dont on ne se souvient pas pour une aide réelle, mais pour ses photos préoccupées de l’Élysée”, est-il écrit.
 
(…) Ce nouveau verbe gagnerait d’ailleurs en popularité en Ukraine. L’expression “arrête de macroner” serait ainsi en train de passer dans le langage courant, toujours selon le quotidien francilien.
 

 

 

Un électeur à Emmanuel Macron : « Je n’ai jamais vu un président de la Vème République aussi nul que vous »

 

 

 

Macron et Mélenchon ont échangé des SMS, dimanche soir. Le message du leader insoumis est ainsi résumé : « J’ai clairement pris position contre Le Pen. À vous, maintenant, de donner des signes clairs à nos électeurs pour leur permettre de bouger »

 

 

Emmanuel Macron reçoit le soutien implicite de l’activiste indigéniste Houria Bouteldja

 

 

Emmanuel Macron, en cas de réélection, proposerait un “gouvernement d’union républicaine” comprenant des élus PCF, PS et EELV. “On peut gouverner avec Yannick Jadot”, déclare un ministre (MàJ)

13/04/2022

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le Canard enchaîné


12/04/2022

Le maire de Nice Christian Estrosi, ex-membre des Républicains aujourd’hui soutien d’Emmanuel Macron, a appelé mardi à « un gouvernement d’union républicaine » qui intégrerait des représentants des partis ayant « clairement appelé à voter » pour le chef de l’Etat

(…) Évoquant les « gouvernements d’ouverture » sous la présidence de Nicolas Sarkozy (droite, 2012-2017), qui avaient intégré des personnalités de gauche comme Frédéric Mitterrand, le fondateur de Médecins sans frontières Bernard Kouchner ou la militante associative Fadela Amara, le maire de Nice a prôné une telle ouverture.

(…) Dans « un esprit de dépassement », un tel gouvernement pourrait intégrer des représentants du Parti socialiste, du Parti communiste ou des écologistes, dont les candidats Anne Hidalgo, Fabien Roussel ou Yannick Jadot ont dès dimanche soir appelé à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national, a expliqué l’ancien ministre de l’Industrie.

Sud Ouest

 

 

Gouvernement d’union nationale : Ni avec Marion Maréchal, ni avec Eric Zemmour précise Marine Le Pen (MàJ)

 

 

45,8 % des détenus ont voté Mélenchon

Paris coupé en deux. Alors que Jean-Luc Mélenchon a raflé lors du premier tour de l’élection présidentielle dimanche 10 avril les arrondissements de l’est, en sus de la petite couronne, Emmanuel Macron règne en maître sur l’ouest. A l’exception notable d’un irréductible, le 1er arrondissement. Dans cette zone pourtant cossue, le candidat « insoumis » affiche une large avance, recueillant 34,54 % des suffrages, contre seulement 29,8 % des voix pour le président sortant. Une anomalie qui s’explique en grande partie par le vote des détenus par correspondance, centralisé… place Vendôme, au ministère de la Justice.

Selon les chiffres communiqués par la Chancellerie, 13 672 personnes détenues – sur un total de plus de 70 000 prisonniers au 1er mars – ont opté pour ce vote par correspondance dans leur prison, avant l’élection. Et 10 234 ont effectivement voté, soit 14 % du total des détenus.

Une fois déposés, les bulletins sont acheminés au ministère de la Justice, dans le 1er arrondissement de Paris, où ils sont dépouillés dans ce bureau unique. « Les votes sont comptabilisés place Vendôme », confirme à « l’Obs » le ministère. Les scores « sont ajoutés à ceux de l’arrondissement », modifiant ainsi la cartographie du vote dans ce quartier de Paris.

Selon les calculs de BFMTV et les chiffres de « la Croix », qui cite le ministère de l’Intérieur, les détenus qui ont opté pour ce système de vote ont en effet plébiscité Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de la France insoumise rafle 45,8 % des suffrages en prison, devant Emmanuel Macron, qui obtient 20,3 % des voix. En troisième position, Marine Le Pen recueille 18,6 % des votes.

www.nouvelobs.com

 

Note:  c'est le leadeur de la racaille de tout bord

 

 

Lyon : Un groupe d’extrême-gauche a envahi la mairie du 1er arrondissement, cassé des isoloirs, dégradé des panneaux d’affichages de candidats et interrompu la fin du dépouillement (MàJ)

 

C’est vers 21 h 15 que le mouvement a commencé. Une centaine de personnes, issues de l’ultra-gauche, se sont réunies place de la Croix-Rousse pour protester contre la sélection d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen en vue du second tour de l’élection présidentielle. Des tirs de mortier ont été constatés. Le groupe a ensuite pris la direction du centre par les pentes, dégradant, au passage, du mobilier urbain.

Vers 22 h 30, arrivés place Sathonay, ils ont pénétré à l’intérieur de la mairie de Lyon 1er par une porte ouverte.

Le personnel de la mairie réfugié à l’étage

Selon les informations du Progrès, dans la salle des expositions, trois isoloirs ont été renversés et cassés, une table a été renversée, il y a eu des bris de vaisselle, des autocollants antifa ont été posés sur les murs, plusieurs carreaux de fenêtres ont été brisés.

Le personnel de la mairie, qui était présent, s’est réfugié et enfermé dans une pièce à l’étage.

Le Progrès

 

 

Assemblée générale antifasciste” à la Sorbonne : la fac occupée

 

 

 

 

 

Pau (64) : Pompiers et policiers pris dans un guet-apens et caillassés par une vingtaine d’individus, un centre social incendié, des voitures brûlées, un pompier blessé

Deux véhicules ont pris feu, aux alentours de minuit, dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 avril. À leur arrivée, sapeurs pompiers et policiers étaient attendus par une vingtaine de personnes cagoulées

Dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 avril, les sapeurs-pompiers ont été appelés à intervenir dans le quartier Ousse-des-Bois, à Pau : deux voitures étaient en feu à proximité du centre social. Une vingtaine d’individus s’en étaient également pris à des luminaires et des caméras de surveillance.

Sapeurs-pompiers et policiers tentent de calmer la situation, avant que la vingtaine de personnes ne se mette à les caillasser à plusieurs reprises.

Un pompier blessé

Les forces de l’ordre et les pompiers décident alors de regagner le centre de secours en attendant le retour au calme. Puis, les sapeurs-pompiers reviennent sur les lieux pour éteindre le feu du centre social à l’aide de deux lances. Ils constatent que le bâtiment avait été vandalisé avant leur arrivée.

Lors des opérations de déblaiement, un sapeur-pompier a été légèrement blessé et transporté vers le centre hospitalier de Pau.

(…) Sud-Ouest


Jets de pierre et dégradations 

Les sapeurs-pompiers ont été appelés vers 23 heures mardi 12 avril  pour un incendie survenu au centre social du Hameau, rue Mgr Campo, et pour un feu de deux véhicules garés à proximité.

A leur arrivée sur place, ils ont été victimes de jets de pierres, ainsi que les policiers qui les accompagnaient. Entre 20 et 30 individus aux visages dissimulés les ont caillassés de manière intensive après avoir détruit des éclairages publics et des caméras de surveillance, selon une source policière.

Les policiers ont dû renforcer leur dispositif dans le quartier pour reprendre la situation en main et permettre aux sapeurs-pompiers d’intervenir sur le feu du centre social vers une heure du matin. Le centre social du Hameau a été très dégradé par l’incendie.

(…)

Guet-apens

Ces échauffourées feraient suite à une interpellation survenue en fin de journée dans le quartier. Selon Daniel Domengé du syndicat de police Alliance, mardi 12 avril vers 18h30, les policiers ont procédé à une interpellation d’un individu pour refus d’obtempérer dans ce même quartier. “Cette interpellation a été houleuse car plusieurs individus s’y sont opposés. Et dans la soirée, vers 23 heures, des individus ont été vus sur les cameras de vidéo surveillance en train de les dégrader ainsi que les grilles du centre social du Hameau. Les policiers sont intervenus et ils ont été accueillis par plus d’une vingtaine d’individus qui leur ont jeté des cailloux”.

(…) France 3

 

 

Paris (7e arr.) : Un policier agressé et dépouillé par 4 jeunes sur les quais de Seine, alors qu’il se rendait son travail. Il a tiré en l’air pour faire fuir ses agresseurs

Un policier a été agressé par quatre individus ce mardi matin, à Paris. Les suspects ivres, qui voulaient lui voler sa trottinette, ont été interpellés dans le VIIe arrondissement.

Un policier membre de l’unité de garde de la préfecture (UGP) a été agressé par quatre individus ivres, sur les quais de Seine, à Paris, ce mardi matin, alors qu’il se rendait à son travail en trottinette dans le XVIe arrondissement, selon nos informations. L’agent a dû faire usage de son arme de service et tirer une fois en l’air pour éloigner ses agresseurs, qui voulaient lui dérober sa trottinette et ont redoublé de violence lorsque le policier a annoncé sa qualité, précise une source policière à Valeurs actuelles. Les quatre suspects en fuite, âgés d’une vingtaine d’années, ont finalement été interpellés dans le VIIe arrondissement, vers 6 heures du matin. Le policier, légèrement blessé, a reçu plusieurs coups à la tête.

Valeurs

Commenter cet article