Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________________

Les Infos du 11 mars 2022

 

 

 

 

Sommet de Versailles sur l'Ukraine: "Macron se bidonnait, jubilait, c'était le festival de Cannes"

 

 

 

Le 11 mars 2022

Au sommet de Versailles, Emmanuel Macron est apparu tout sourire accueillant les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne. Enième opération de communication ou nécessaire table ronde pour une sortie de crise en Ukraine? Les "Grandes Gueules" ont leur petite idée.

 

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se sont réunis en sommet à Versailles mercredi, où ils ont exclu toute adhésion rapide de l'Ukraine à l'Union européenne, tout en ouvrant la porte à des liens plus étroits, sur fond d'invasion russe. "L'Europe a changé sous le coup de la pandémie, elle va changer plus vite et plus fort sous le coup de la guerre", a prédit le président français Emmanuel Macron, deux semaines après le début de l'invasion russe en Ukraine.

Un sommet qui "ne sert à rien", pour Barbara Lefebvre qui a dénoncé la politique la communication du président de la République: "Cela ne sert à rien comme tous ses déplacements, ses coups de fil avec des verbatim foireux sur les réseaux sociaux. C'est de la pure comme", a lancé l'enseignante sur le plateau des "Grandes Gueules" ce vendredi sur RMC.

Voir vidéo

 

 

 

 

Corée du Nord: les experts prédisent le lancement d'un "missile monstre" en avril

Vers une guerre de religion, infos du 11 mars 2022

 

La Corée du Nord, prétendant mener un programme de satellites, a mis au point un "missile monstre" qu'elle pourrait essayer en avril, ce qui modifiera l'équilibre des forces dans la région et éprouvera la fermeté du nouveau président sud-coréen, prédisent les analystes.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a déclaré l'an dernier qu'améliorer les capacités militaires du pays était prioritaire pour le régime. Depuis janvier, Pyongyang a effectué neuf essais de missiles, un record en si peu de temps.

Principale priorité: développer un missile balistique intercontinental (ICBM) capable de porter plusieurs ogives conventionnelles ou nucléaires suivant chacune une trajectoire indépendante, difficiles à intercepter par les systèmes antimissiles des Etats-Unis.

Ce missile, le Hwasong-17, a été surnommé le "missile monstre" par les analystes militaires. Il a été montré lors d'une parade à Pyongyang en octobre 2020 et n'a encore jamais été testé.

Mais les Etats-Unis et la Corée du Sud accusent le régime nord-coréen d'en avoir récemment testé certaines parties, sous couvert de ce qui a été présenté comme des essais de lancement de satellites.

Lire la suite

 

 

 

 

Guerre en Ukraine : Bruxelles propose 500 millions d’euros supplémentaires pour financer des armes

 

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a suggéré de doubler le financement et de porter cette somme à 1 milliard d’euros. Cette aide doit être validée par les chefs de gouvernement de l’UE.

 

11:58
L’OTAN ne veut pas de « guerre ouverte » avec la Russie
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, s’exprime lors d’une interview accordée à l’AFP au Diplomacy Forum, à Antalya, le 11 mars 2022.

« Nous avons la responsabilité d’empêcher que ce conflit s’intensifie au-delà des frontières de l’Ukraine et devienne une guerre ouverte entre la Russie et l’OTAN », a déclaré Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Alliance, en marge du forum diplomatique organisé par la présidence turque.


M. Stoltenberg a ainsi justifié le refus de l’Alliance atlantique d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine pour protéger la population des bombardements russes. Une telle mesure « signifierait être prêt à abattre des avions russes », a-t-il estimé, « et nous amènerait très certainement à une guerre ouverte ».

M. Stoltenberg devait s’entretenir avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, au lendemain des premiers pourparlers entre les ministres russe et ukrainien des affaires étrangères, à Antalya. Le patron de l’OTAN, alliance dont la Turquie est membre, a encore appelé le président russe, Vladimir Poutine, à « mettre fin à cette guerre insensée » et à trouver une « solution politique ».

 

11:49

Le gouvernement espagnol a annoncé l’envoi prochain de nouvelles armes à l’Ukraine pour l’aider à lutter contre l’invasion russe. Le ministre des affaires étrangères, José Manuel Albares, a toutefois refusé de donner des détails sur cet envoi. « Si vraiment nous voulons aider l’Ukraine (…), moins nous parlons de cet armement, de sa nature, de la façon dont il entre [en Ukraine] mieux c’est », a-t-il justifié lors d’un entretien à la chaîne de télévision TVE.

« La volonté du gouvernement espagnol est de soutenir les citoyens ukrainiens dans leur légitime défense face au massacre dont ils sont victimes [et] face à la terrible invasion de la Russie », avait justifié jeudi soir la ministre de la défense espagnole, Margarita Robles, sur la chaîne de télévision Telecinco.

 

 

10:47

Lors d’une réunion télévisée de son conseil de sécurité, Vladimir Poutine a demandé à son ministre de la défense, Sergueï Choïgou, de lui proposer des redéploiements militaires à la frontière occidentale de la Russie. Une réponse, explique-t-il, aux mouvements des troupes de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en Europe orientale.

Les pays de l’OTAN ont déployé des milliers d’hommes en Europe centrale et orientale, notamment en Pologne et dans les trois pays baltes, qui ont des frontières communes avec la Russie. L’Ukraine est, pour sa part, frontalière de plusieurs autres : la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie, où certaines troupes de l’OTAN ont également été positionnées.

 

Note: vus que les occidentaux ne cessent de financer la guerre par milliards et d'envoyer des troupes armé au frontière de l'Ukraine, cela ne peut que mal fini

 

09:49
Le président russe, Vladimir Poutine, préside une réunion du Conseil de sécurité par liaison vidéo à Moscou, le 11 mars 2022.

Le président de la Fédération de Russie a ordonné à son armée de faciliter l’envoi de combattants « volontaires » en Ukraine en réponse à l’acheminement, selon lui, de « mercenaires » par l’Occident. « Si vous voyez que des gens veulent y aller (…), qui plus est pas pour de l’argent, et aider ceux qui vivent dans le Donbass, alors il faut aller à leur rencontre et les aider à rejoindre la zone de combat », a dit Vladimir Poutine lors d’une réunion du conseil de sécurité russe.

Il répondait à une proposition de son ministre de la défense, Sergueï Choïgou, qui avait déclaré que 16 000 volontaires du Moyen-Orient étaient prêts à venir combattre avec les forces soutenues par la Russie.

Selon Vladimir Poutine, ce soutien se justifie, car « les parrains occidentaux du régime ukrainien ne se cachent même pas » et rassemblent ouvertement « des mercenaires du monde entier pour les envoyer en Ukraine ».

L’Ukraine a annoncé la création d’une légion d’étrangers volontaires intégrée à ses forces armées pour combattre les forces russes sur son territoire. La Russie, pour sa part, est accusée depuis des années de recourir à des paramilitaires privés, comme le nébuleux groupe Wagner, et de les déployer sur des terrains de conflits où elle ne souhaite pas apparaître officiellement, en Syrie comme en République centrafricaine ou au Mali.

 

 

06:34

L’étau se resserre sur Kiev vendredi, l’armée russe cherchant à « bloquer » la capitale ukrainienne transformée en « forteresse » par ses habitants alors que le président, Volodymyr Zelensky, a accusé Moscou de cibler les civils fuyant les combats.

Après avoir atteint les faubourgs de Kiev, l’armée russe tente d’éliminer les défenses ukrainiennes dans plusieurs localités à l’ouest et au nord de la capitale – à Andriivka, Kopyliv, Motyjyne, Bouzova, Horenytchi, Boutcha et Demydiv – pour la « bloquer », a expliqué dans la nuit de jeudi à vendredi l’état-major ukrainien. « Un mouvement de troupes » russes vers Brovary, à l’est de Kiev, n’est, par ailleurs, « pas exclu », a-t-il précisé.

S’il reste un peu moins de deux millions d’habitants dans la capitale – la moitié de sa population ayant fui depuis le début de l’invasion russe en Ukraine le 24 février – « Kiev s’est transformée en forteresse », a affirmé le maire, Vitali Klitschko. « Chaque rue, chaque bâtiment, chaque checkpoint s’est fortifié », a-t-il décrit.

 

 

06:28

Le Congrès américain a adopté, jeudi, un nouveau budget fédéral qui comprend une enveloppe de près de 14 milliards de dollars dans le contxexte de la guerre en Ukraine. Le texte, voté par des sénateurs des deux camps dans la soirée, comprend un volet économique et humanitaire, mais aussi des armes et des munitions pour Kiev. Il avait été approuvé la veille par la Chambre des représentants et doit désormais être promulgué par le président, Joe Biden.

Ces fonds sont, entre autres, destinés à permettre à l’Ukraine de protéger son réseau électrique, de combattre les cyberattaques et des’équiper en armes défensives. Le paquet comprend également plus de 2,6 milliards de dollars d’aide humanitaire et plus d’un milliard de dollars pour soutenir les réfugiés fuyant le pays en guerre. « Elle permettra aussi des transferts d’armes comme les [lance-missiles] Javelin et Stinger, elle rassurera et renforcera l’OTAN », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis consacrent aussi un important volet de cette aide aux besoins macroéconomiques de l’Ukraine afin d’assurer « la continuité du gouvernement », comme l’ont aussi fait le FMI et la Banque mondiale.

Près de la moitié de ces fonds seront toutefois alloués à l’armée américaine, ce qui devrait permettre le déploiement de troupes dans la région. Plusieurs millions de dollars serviront aussi à financer la riposte économique américaine contre Moscou, à commencer par les sanctions contre des oligarques russes.

Cette grande enveloppe pour l’Ukraine a été rattachée au budget fédéral américain de l’année 2022, 1 500 milliards de dollars de dépenses que les sénateurs devaient à tout prix adopter avant vendredi soir, pour éviter un assèchement des finances de l’Etat.

 

 

 

 

 

 

L'UE en sommet à Versailles exclut une adhésion rapide de l'Ukraine

 

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE, réunis en sommet à Versailles, ont exclu jeudi toute adhésion rapide de l'Ukraine à l'Union européenne, tout en ouvrant la porte à des liens plus étroits. Les dirigeants des 27 se sont réunis pour élaborer les réponses économiques et militaires au choc de l'invasion russe.

lire l'article

 

 

 

 

 

Ukraine : les chars russes aux portes de Kiev • FRANCE 24

 

 

Josep Borrell admet «des erreurs» occidentales qui ont empêché un rapprochement avec la Russie


«On a perdu des opportunités pour que la Russie puisse se rapprocher de l'Occident» a expliqué le chef de la diplomatie européenne lors d'une interview accordée à la télévision française le 10 mars, répondant à une question sur l'expansion de l'OTAN.


«Je suis prêt à reconnaître qu'on a fait des erreurs, et qu'on a perdu des opportunités pour que la Russie puisse se rapprocher de l'Occident [...]. Il y a une certaine rancune que Poutine exploite», a déclaré le 10 mars, lors d'un entretien accordé à LCI, Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Il répondait à son interlocuteur qui l'interrogeait au sujet de l'expansion de l'OTAN sur le sol européen, encouragée ces dernières décennies par les Etats-Unis, et perçue par la Russie à la fois comme une trahison et une menace sécuritaire.

«Il y a des moments où peut-être nous aurions pu faire mieux, il y a des choses que nous avons proposé et qu'on n'a pas été capables de mener en pratique, comme la promesse que l'Ukraine et la Géorgie feraient partie de l'OTAN [...]. Je pense que c'est une erreur de faire des promesses que l'on ne peut pas tenir», a-t-il ensuite estimé.


Une guerre complètement injustifiée et gratuite qui devient de plus en plus brutale et complètement inacceptable pour le monde civilisé


Pour rappel, le 10 mars, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE, réunis en sommet à Versailles, ont exclu toute adhésion rapide de l'Ukraine à l'Union européenne, tout en ouvrant la porte à des liens plus étroits.

Le chef de la diplomatie européenne s'est en outre exprimé au sujet de l'offensive militaire russe en cours en Ukraine, au regard de laquelle il a assuré que le président russe Vladimir Poutine cumulait de «nombreuses raisons» d’être jugé devant la Cour pénale internationale de La Haye. L'Espagnol Josep Borrell a en effet dénoncé «une guerre complètement injustifiée et gratuite» qui devenait «de plus en plus brutale et complètement inacceptable pour le monde civilisé». Assurant que l'armée russe bombardait l'Ukraine de «manière indiscriminée», il a par ailleurs vanté une «résistance ukrainienne très forte».

Abordant la thématique des livraisons d'armes organisées par l'Occident à destination de l'Ukraine, Josep Borrell a toutefois affirmé que l'Union européenne n'était pas en guerre contre la Russie. «On ne peut pas se permettre d'être en guerre», a-t-il précisé. Concernant l'avenir politique de la Russie, le chef de la diplomatie européenne a assuré qu'il ne prônait pas un changement de «régime». «Le but n'est pas de changer le régime politique russe, le but c'est d'arrêter la guerre», a-t-il insisté.

 RT France

 

LIRE AUSSI: La guerre en Ukraine pousse plus encore l'inflation aux Etats-Unis

 

 

Accueil de réfugiés ukrainiens à Livry-Gargan (93) : plusieurs dizaines de jeunes hommes africains sont arrivés hier

Plusieurs dizaines d’hommes réfugiés d’Ukraine ont été accueillis ce jeudi au gymnase Jacob. Parmi eux, de nombreux jeunes africains qui étudiaient dans le pays en guerre. Et qui s’interrogent désormais sur leur avenir professionnel.

Certains tirent une petite valise, mais la plupart ont juste un sac à dos. Ils ne voyagent pas, ils fuient. Ce jeudi, quelques dizaines d’hommes ont été accueillies à Livry-Gargan au gymnase municipal Jacob, réquisitionné par la préfecture de Seine-Saint-Denis pour venir en aide aux réfugiés qui ont quitté l’Ukraine afin d’échapper à la guerre menée par la Russie. Si deux d’entre eux, qui n’ont pas souhaité répondre à nos questions, nous ont simplement lancé en anglais « On est trop fatigué, on a connu les bombes »

(…) Le Parisien

 

 

 

Facebook et Instagram déclarent autoriser l’incitation à la violence et à la haine contre les soldats et les dirigeants russes (MàJ)

11/03/2022

Meta, la maison mère de Facebook et d’Instagram, a annoncé jeudi faire des exceptions à son règlement sur l’incitation à la violence et à la haine en ne supprimant pas des messages hostiles à l’armée et aux dirigeants russes.

“En raison de l’invasion russe de l’Ukraine, nous faisons preuve d’indulgence pour des formes d’expression politique qui enfreindraient normalement nos règles sur les discours violents telles que +mort aux envahisseurs russes+”, a confirmé à l’AFP Andy Stone, responsable de la communication de Meta.

“Nous continuons de ne pas autoriser des appels crédibles à la violence contre des civils russes”, ajoute-t-il. […]

Twitter n’a pour sa part pas fait d’annonce récente concernant une mise à jour de son règlement sur les contenus violents.

La plateforme n’a pas supprimé la semaine dernière un tweet du sénateur américain Lindsey Graham, où l’élu républicain appelait à l’assassinat du président russe Vladimir Poutine pour mettre un terme à la guerre. Twitter a par la suite confirmé au site The Daily Beast que cette publication n’enfreignait pas son règlement. […]

TV5 Monde


10/03/2022

Meta Platforms (Facebook) va autoriser les utilisateurs de Facebook et d’Instagram dans certains pays à appeler à la violence contre les Russes et les soldats russes dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine, selon des courriels internes vus par Reuters jeudi, dans le cadre d’un changement temporaire de sa politique en matière de discours haineux.

La société de réseaux sociaux autorise également temporairement certains messages appelant à la mort du président russe Vladimir Poutine ou du président biélorusse Alexandre Loukachenko dans des pays comme la Russie, l’Ukraine et la Pologne, selon une série de courriels internes adressés à ses modérateurs de contenu.

Ces appels à la mort des dirigeants seront autorisés à moins qu’ils ne contiennent d’autres cibles ou qu’ils présentent deux indicateurs de crédibilité, tels que le lieu ou la méthode, indique un courriel, dans le cadre d’une modification récente des règles de l’entreprise en matière de violence et d’incitation.

Selon ces courriels, les appels à la violence contre les Russes sont autorisés lorsque le message parle clairement de l’invasion de l’Ukraine. […]

Meta n’a pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires. […]

La semaine dernière, la Russie a déclaré qu’elle interdisait Facebook dans le pays en réponse à ce qu’elle considérait comme des restrictions d’accès aux médias russes sur la plateforme. […]

Les courriels ont également montré que Meta permettrait de faire l’éloge du régiment d’extrême droite Azov, ce qui est normalement interdit, dans un changement rapporté pour la première fois par The Intercept. […]

Reuters (archive)

 

Suisse : des enfants russes harcelés à l’école, des russophones insultés, un médecin qui refuse de traiter un patient russe… les manifestations de russophobie se multiplient

 

Des enfants russes harcelés à l’école, des russophones insultés et un médecin partenaire du groupe Hirslanden qui refuse de traiter un patient russe. La guerre en Ukraine a des conséquences pour les ressortissants russes, même en Suisse.

Des personnes d’origine russes résidant en Suisse ne se sentent plus bien dans leur peau depuis le début de la guerre contre l’Ukraine, rapporte le SonntagsBlick du jour. À l’instar de Svetlana Chiriaeva, présidente de la Chambre de commerce Suisse-Russie, qui observe qu’une russophobie générale devient «acceptable» en Suisse. Elle rapporte que dans un train quelqu’un a craché aux pieds d’une dame âgée parce qu’elle avait parlé russe. Et que des enfants russes sont harcelés à l’école à cause de leur origine.

(…) «Une haine se développe actuellement contre tout ce qui est russe», constate aussi Jane Nemykina qui vit dans notre pays depuis plus de dix ans. Banquière et membre du conseil de fondation d’une organisation à but non lucratif qui s’engage pour les relations commerciales et culturelles entre les deux pays, elle condamne sans appel l’action du président russe: «Par son attaque, Poutine prive chaque jour des innocents de leur vie. Rien ne peut justifier cela. »

Un médecin du groupe Hirslanden refuse de traiter un patient russe

Un homme de 50 ans, gay et séropositif, s’est vu refuser un nouveau rendez-vous chez le médecin cette semaine, dénonce le SonntagsBlick du jour. Pour ne pas être répertorié comme patient séropositif en Russie, il se fait soigner depuis cinq ans par un infectiologue à la Clinique Hirslanden de Zurich – où on dispose de plus de traitements indisponibles dans son pays.

Le médecin lui a fait savoir qu’à l’avenir il ne traitera plus de patients russes. Un porte-parole de la clinique a confirmé la décision du médecin partenaire de la clinique «de ne pas traiter de patients résidant en Russie pendant la guerre en cours pour des raisons personnelles». Mais les médecins du groupe aideraient «naturellement» les patients en «danger sanitaire aigu», «indépendamment de leur origine, de leur sexe et de leur nationalité».

Pour le journal zurichois, la manière dont le groupe Hirslanden exprime sa solidarité avec l’Ukraine est «plus que douteuse». Ainsi, la clinique, qui au cours des dernières années a activement attiré de riches Russes, fait désormais savoir: «La crise humanitaire en Ukraine nous met dans une position difficile pour faire la distinction entre les personnes sanctionnées et les patients russes, que nous ne voulons bien sûr en aucune manière discriminer».

20min.ch

 

 

 

Alors que la guerre fait rage en Ukraine, le Parlement Européen vote en faveur d’une analyse de la conception de ses WC dans l’objectif d’en mettre en place des neutres

 

 

 

 

 

 

Stanislas Rigault (Reconquête): “15 militants d’extrême gauche se sont attaqués à notre responsable bordelais (…) 15 contre 1 (…) Il est en ce moment aux urgences”

 

 

Bock-Côté : “La nouvelle Marianne ne sera pas représentée à partir d’une femme réelle, car ça serait discriminatoire, selon Schiappa (…) Le monde occidental continue de s’engluer dans le marécage de la théorie du genre”

 

 

 

En Espagne, union entre la droite et les patriotes anti-immigration de Vox pour gouverner la région de Castille-et-Léon : ils veulentexpulser les clandestins” et “décourager l’immigration” (MàJ)

10/03/2022

Le parti Vox, dirigé par Santiago Abascal, a réussi à entrer dans son premier gouvernement régional, dans lequel il occupera la vice-présidence et trois ministères.

(…) Le PP et Vox se sont engagés à promouvoir une “immigration ordonnée” en Castille-et-León et à lutter “contre les mafias de passeurs” (…) L’intention de Vox est d’éliminer les appels d’air encourageant l’immigration, ainsi que de promouvoir la collaboration entre la Région et la police pour “expulser” les immigrants illégaux

El Confidencial


Le PP et Vox parviennent à un accord en Castille-et-León pour un gouvernement “stable et solide”.

Sur son compte Twitter personnel, M. Fernández Mañueco (PP) a écrit : “Nous sommes parvenus à un accord législatif avec Vox sur la base d’un programme au service du peuple” de Castille-et-León “qui permettra un gouvernement stable et solide dans le plein respect de l’ordre constitutionnel et du statut d’autonomie de Castille-et-León”.

Europapress

 

 

Sondage Odoxa : 79% des Français pensent qu’Emmanuel Macron va gagner la présidentielle, mais seuls 44% le souhaitent

Commenter cet article