Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________________

Les Infos du 30 juillet 2021

 

 

Covid-19 : de nouvelles données suggèrent que les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus

 

Le ministère de la santé israélien a rendu publics des chiffres montrant que le vaccin de Pfizer et BioNtech ne protégerait plus qu’à 39 % contre l’infection, tout en restant très efficace pour prévenir les hospitalisations. De nombreux scientifiques estiment qu’il est encore un peu tôt pour en tirer des conclusions.

(..)

Face à ces incertitudes, les scientifiques suivent de près l’évolution des cas de Covid parmi les personnes vaccinées qui se font tester – parce qu’elles ont des symptômes ou parce qu’elles sont cas contact – ou qui sont hospitalisées. Cette approche a été notamment utilisée en Israël et au Royaume-Uni – longtemps les pays les plus avancés dans la vaccination – pour évaluer l’efficacité des vaccins « en vie réelle ». Avec des résultats encourageants : une étude israélienne publiée le 5 mai montrait que le vaccin de Pfizer et BioNTech protégeait à plus de 95 % contre l’infection (symptomatique et asymptomatique) et une étude britannique publiée le 20 mai confirmait que cette efficacité diminuait un peu face au variant Delta, mais restait élevée, à 88 %, contre l’infection symptomatique.

Jeudi 22 juillet, le ministère de la santé israélien a cependant dévoilé des données suggérant que le vaccin de Pfizer et BioNtech ne protégerait plus qu’à 39 % contre l’infection, tout en restant très efficace pour prévenir les hospitalisations. La nouvelle a fait depuis couler beaucoup d’encre, mais de nombreux scientifiques estiment qu’il est encore un peu tôt pour en tirer des conclusions.

Lire la suite

 

 

 

«Le passe sanitaire pourrait signer la fin de notre conception de la liberté en Occident»

 

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Alors que le passe sanitaire a été validé par le Parlement, le Défenseur des droits et la CNIL alertent contre une remise en question de nos libertés. Si l'avocat Thibault Mercier considère ces mises en garde nécessaires, il estime que c'est de l'outil même dont il faut discuter.

Lire l'article

 

 

LIRE AUSSI : «Un grand sentiment d'injustice» : l'incompréhension des personnes vaccinées qui attrapent le Covid

 

 

 

 

Molnupiravir : ce médicament prometteur contre le Covid-19 est-il sûr ?

 

Un médicament américain, le molnupiravir serait en mesure de "bloquer" la transmission du coronavirus Sars-Cov-2, au moins chez les furets. Le point.

Il est sur toutes les lèvres depuis quelques jours : selon une étude de la Georgia State University (aux États-Unis) parue ce jeudi 3 décembre 2020 le molnupiravir serait en mesure de "bloquer" la transmission du virus Sars-Cov-2, responsable du Covid-19.

L'étude a été réalisée sur des furets : les chercheurs américains (qui ont publié leurs travaux dans la revue spécialisée Nature microbiology) ont infecté 6 furets avec le coronavirus Sars-Cov-2 et ont traité 3 d'entre eux avec du molnupiravir. Ensuite, 12 furets non-malades ont été mis en contact avec les furets traités par le médicament et avec ceux qui n'avaient pas été traités.

Molnupiravir : efficace sur les furets contre le coronavirus Sars-Cov-2

Pendant 8 jours, les scientifiques américains ont testé quotidiennement leurs furets. Résultat : aucun des furets non-malades partageant des cages avec des animaux traités au molnupiravir n'a contracté le coronavirus. En revanche, au bout de 4 jours, tous les furets non-malades mis en cage avec leurs camarades malades n'ayant pas reçu de molnupiravir ont été infectés par le Sars-Cov-2.

Lire la suite

 

Et un autre traitement

LIRE AUSSI :Covid-19 : un traitement antiviral en cours d’élaboration suscite de grands espoirs

 

 

 

 

 

Pagaille au parlement italien après que des députés se sont insurgés contre le pass sanitaire - vidéo

 

Alors que de nombreux rassemblements contre l'extension du pass sanitaire se déroulent en France, les députés italiens du parti Frères d'Italie se sont aussi manifestés contre cette mesure ce 29 juillet en faisant capoter une session au parlement.

Les députés italiens du parti Frères d'Italie ont fait capoter la séance du parlement ce jeudi 29 juillet et se sont disputés à cause de l'introduction du pass sanitaire, baptisé green pass dans ce pays, relate le quotidien La Repubblica.

Lorsque la chambre basse du parlement devait voter sur une clause proposée pour le décret concernant la lutte contre la pandémie qui contient notamment les nouvelles mesures, plusieurs députés ont levé des pancartes disant «No green pass». Suite à cela, la session a été reportée.

La séquence montre l’un des députés attraper une pancarte «No green pass» et quand un autre homme tente de la lui prendre des mains, il quitte en courant l’hémicycle, poursuivi par un autre individu.

Ensuite, un groupe de députés du parti Frères d'Italie descend dans le centre de l’hémicycle chacun levant une pancarte «No green pass». À leur tour, les députés du Parti démocrate ont riposté par des cris «La honte!». Peu après, les députés ont appelé à l'ordre.

Lire la suite

 

 

 

 

 

À la prison de Rennes, bientôt un quartier réservé aux femmes “radicalisées”

 

 

Paris 17e : une jeune femme tuée par un automobiliste de « type africain », qui a percuté la terrasse d’un café (MàJ : il est connu pour de multiples délits)

 

30/07/2021

De nombreux bris de verre sur le trottoir témoignent ce vendredi matin de la violence du choc. Jeudi vers 22h30, une voiture a violemment percuté la terrasse d’un bar dans le 17ème arrondissement de Paris, faisant un mort et six blessés. Il s’agit d’un accident et non d’un acte volontaire selon la police. Le conducteur de la voiture est hospitalisé. Il est “défavorablement connu  de la justice notamment pour des délits routiers”, indique ce matin le parquet de Paris à France Bleu Paris. 

Cet homme de 23 ans est “connu de la justice notamment pour des délits routiers et des infractions à la législation sur les stupéfiants”, précise le parquet de Paris. “Il était au moment des faits porteur d’un bracelet électronique en vertu d’une condamnation pour des délits routiers”. Un homme est toujours recherché, le passager de la voiture. 

France Bleu


Une enquête est ouverte des chefs d’homicide involontaire par conducteur de véhicule terrestre à moteur aggravé par le délit de fuite et blessures involontaires aggravées, a appris BFMTV auprès du parquet de Paris.

Le conducteur de la voiture a pris la fuite à pied, il est activement recherché. Les images de vidéo-surveillance vont être exploitées. Selon des sources concordantes à BFMTV, le véhicule était une voiture de location non déclarée volée, une piste qui va être explorée par les enquêteurs.

Six autres personnes sont blessées, dont une grièvement. Il s’agit du passager du véhicule, âgé d’une vingtaine d’années, resté bloqué à l’intérieur. Touché au thorax, il est en urgence absolue, son pronostic vital n’est pas engagé.

Défavorablement connu des services de police, il sera entendu et placé en garde à vue différée, lorsque son état de santé le permettra.

BFMTV


29/07/2021

Un automobiliste a percuté la terrasse d’un café dans le 17e arrondissement de Paris ce jeudi soir, vers 23 heures. Il a pris la fuite à pied.

Il y a plusieurs victimes à déplorer : une femme a été tuée, six autres victimes sont blessées et ont été prises en charge par les secours puis évacuées à l’hôpital. L’un des blessés est en état d’urgence absolue, un second – qui est le passager de la voiture – est quant à lui en état d’urgence relative. Ce dernier est porteur d’un bracelet électronique selon nos informations.

Selon les premiers éléments, l’homme au volant d’une Peugeot 2008 de location conduisait à pleine vitesse, aurait refusé une priorité puis percuté un autre véhicule de marque Volvo, avant de faire une violente sortie de route, en faisant des tonneaux, et de terminer sa course sur la terrasse du « Bar aux sports » situé à l’angle de la rue Guy-Môquet et de la rue Sauffroy. Des vérifications sont en cours et une enquête a été ouverte. Les investigations ont été confiées au Service de traitement judiciaire des accidents (STJA).

Actu17



La collision est survenue au Bar aux sports ce jeudi, autour de 23 heures. Le conducteur est actuellement en fuite à pied. La piste de l’accident est privilégiée.

Une voiture a percuté une terrasse de la rue Sauffroy ce jeudi soir, dans le 17e arrondissement de Paris, a appris BFMTV de source proche de l’enquête. Selon nos informations, le bilan provisoire fait état d’au moins un mort et de six blessés, dont un en urgence absolue sans pronostic vital engagé. Il s’agit du passager du véhicule, resté bloqué à l’intérieur. La piste de l’accident est privilégiée.

BFMTV



Une voiture a percuté une terrasse au niveau de la rue Guy Moquet, dans le 17e arrondissement de Paris, ce jeudi soir, causant un mort et un blessé grave, peu avant 23 heures, selon les pompiers. L’accident est survenu au niveau du bar Aux Sports, rue Guy Moquet.

Les circonstances précises de l’accident restent à préciser. D’après une source policière, il pourrait s’agir d’un accident de voie publique. Le véhicule aurait fortement percuté un autre véhicule stationné, qui s’est ensuite déporté sur la terrasse du bar parisien.

De nombreuses personnes restent sous le choc et ont été prises en charge par les secours.

Le Parisie

 

 

Cergy (95) : une patrouille de police encerclée et attaquée aux mortiers d’artifice, une vingtaine d’impacts relevés sur leur véhicule

 

 

Paris : soutenus par le «Collectif Réquisitions», environ 400 sans-abri installent leurs tentes place des Vosges (MàJ)

 

 

« Au nom d’Allah, allume-le » : 40 jeunes attaquent une patrouille à Bonneuil-sur-Marne, des mortiers tirés, 3 policiers blessés dont un brûlé (MàJ : L’ado de 16 ans interpellé s’est vanté de son acte)

 

29/07/2021

Il s’est d’ailleurs vanté de son acte devant des policiers chargés de son transfert au tribunal, confie une source policière à Valeurs actuelles

Valeurs Actuelles


Un adolescent âgé de 16 ans a été mis en examen ce mercredi suite à l’attaque aux mortiers d’artifice visant une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC), à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), dimanche soir. Il a été écroué. Cinq autres mineurs ont été remis en liberté à ce stade des investigations.

(…)

Le fonctionnaire brûlé a raconté au Parisien le moment de l’attaque qui aurait pu lui causer des blessures bien plus graves. « Un garçon tire un mortier vers notre véhicule. Je tente de nous extraire de la rue. Mais le jeune revient, passe le canon du mortier par ma fenêtre entrouverte et vise ma tête. Il est allumé, je sais que 6 ou 8 cartouches vont donc exploser à la suite », décrit-il. « Je me dis que je vais y passer. J’ai le réflexe de me jeter sur le passager avant ».

« Les collègues ont les oreilles touchées. Les jeunes tirent à nouveau des mortiers en notre direction. Alors on remonte en voiture et on parvient à partir », poursuit-il. « De la fumée sortait de derrière mon dos. J’ai crié à mes collègues : Je brûle ! Je brûle ! ». Les policiers se sont arrêtés un peu plus loin et les sapeurs-pompiers ont pris en charge le trentenaire, lui expliquant que sa blessure était grave. « Je suis brûlé au 2e degré sur une plaie de 38 cm de long et 13 de haut », déplore le policier. « Le médecin des urgences m’a dit que je n’étais passé pas loin du 3e degré avec greffe de peau. Si le mortier avait touché directement mon dos, ma colonne aurait explosé ».

Actu 17


28/07/2021

Un jeune de 16 ans, soupçonné d’avoir participé dimanche à la prise à partie violente de policiers à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) avec des mortiers d’artifice, devait être présenté à un juge mardi soir en vue de son éventuelle mise en examen ce mercredi 28 juillet, a indiqué le parquet de Créteil.

Cinq autres jeunes âgés de 14 à 16 ans, qui avaient aussi été placés en garde à vue, ont été remis en liberté. «On n’a pas réuni à ce stade d’indices graves et concordants contre eux», a expliqué le parquet, sollicité par l’AFP.

«Les investigations se poursuivent pour identifier l’ensemble des participants», a ajouté le parquet, précisant ne pas encore connaître le nombre de «participants actifs» sur un total d’une «quarantaine de jeunes» réunis au moment des faits.

Le Figaro

 

 

Rouen : Maxime, 25 ans, égorgé dans son hall d’immeuble par Julien Leuridan, 27 ans (MàJ : Le suspect a avoué, « Il a dit qu’il avait des voix dans sa tête »)

 

 

Afghanistan : L’Inde craint que le pays redevienne une base arrière de djihadistes anti-indiens

 

La Chine affirme que les talibans sont « une force politique et militaire cruciale en Afghanistan »

 

Le mollah Abdul Ghani Baradar et le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi lors de leur réunion à Tianjin, en Chine, le 28 juillet 2021.

La photo détonne : trois diplomates chinois en costume sombre sont entourés de neuf dirigeants talibans, en salwar kameez (longue tunique), turban et barbe en broussaille. Pas un sourire. La Chine communiste, profondément antireligieuse et engagée dans une répression féroce des minorités musulmanes au Xinjiang, région qui borde l’Afghanistan, où les barbes et autres signes religieux suffisent à faire des habitants des suspects envoyés en camps de « rééducation », est l’un des premiers Etats à tendre la main officiellement à ce groupe islamiste fondamentaliste, dont les derniers succès militaires l’ont propulsé aux portes du pouvoir.

Lire la suite (pour les abonnés)


 

Note ; le communisme et l'islam les fléaux de notre  monde

 

 

Pourquoi les talibans rendent les Chinois nerveux

 

Le gouvernement chinois rate rarement une occasion d’accuser les États-Unis d’aventurisme militaire et d’hégémonie. Dans le cas de l’Afghanistan, cependant, le ton de Pékin a changé ces dernières semaines, avertissant que Washington porte désormais la responsabilité de la fin précipitée de sa guerre de deux décennies dans ce pays. Les Talibans rendent les Chinois nerveux. Pourquoi ?

Pourquoi est-ce important ?

Lorsque les talibans dirigeaient l'Afghanistan avant les attentats du 11 septembre 2001, ils offraient refuge aux combattants ouïghours qui résistaient à la domination chinoise dans le Xinjiang.

« Les États-Unis, qui sont à l’origine du problème afghan, doivent agir de manière responsable pour assurer une transition en douceur en Afghanistan », a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, lors d’un forum à Pékin ce mois-ci. « Les États-Unis ne devraient pas simplement faire porter le fardeau aux autres et se retirer du pays en laissant le désordre sans surveillance. »

Bien que la Chine n’ait pas demandé au président Joe Biden de revenir sur le retrait militaire qu’il a ordonné, les déclarations de hauts responsables à Pékin indiquent clairement qu’ils rendraient les États-Unis responsables de l’insécurité qui se répand dans la région à la suite de ce retrait.

Badakhshan

Le dirigeant chinois, Xi Jinping, et le président russe, Vladimir Poutine, qui ne sont pas des amis proches du président américain, ont exprimé leur inquiétude quant à ce retrait lors d’un appel téléphonique que les deux dirigeants ont eu fin juin, évoquant « la situation sécuritaire de plus en plus compliquée et grave en Afghanistan », selon l’agence de presse nationale Xinhua.

Les talibans n’ont cessé d’accroître leur contrôle politique tandis que les forces gouvernementales afghanes s’effritent ou se retirent. Il ne reste plus qu’un contingent militaire pour protéger l’ambassade des États-Unis à Kaboul. Ce mois-ci, les forces talibanes ont pris le Badakhshan, la province qui atteint la frontière chinoise montagneuse via le corridor de Wakhan.

Si cette zone étroite ne présente pas de menace immédiate pour la sécurité, la Chine craint que les perturbations en Afghanistan ne se propagent du pays à d’autres voisins, notamment le Tadjikistan, le Kazakhstan et le Pakistan.

Un accident/attentat au Pakistan

L’explosion et l’accident de voiture qui ont tué neuf travailleurs chinois au Pakistan mercredi ont renforcé les craintes de la Chine...

Lire la suite

 

 

 

Commenter cet article