Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Les Infos du 6 mai 2021

 

 

 

 

Pêche à Jersey. La France déploie deux navires militaires, fortes tensions avec le Royaume-Uni

 

La France déploie deux navires français près de Jersey, alors que les tensions avec le Royaume-Uni sur la pêche s’intensifient. Deux navires militaires britanniques sont également sur place. L’Élysée et la Commission européenne appellent au calme.

Lire l’article

 

 

 

Lille (59) : Une école maternelle incendiée, les pompiers sont attaqués par des tirs de mortier (MàJ : deux suspects arrêtés dont un mineur)

 

05/05/2021

Une enquête avait été ouverte, confiée à la brigade criminelle de la Sûreté urbaine de Lille. Ce mardi soir, le parquet de Lille a confirmé que, tôt ce matin, les enquêteurs ont interpellé deux suspects, dont un mineur. Selon nos informations, cette opération aurait été rendue possible grâce à des images vidéo prises le soir des faits dans le quartier, où un des suspects a fini par être identifié.

Les deux hommes ont été placés en garde à vue. On ignore s’ils sont mis en cause pour le seul incendie, les violences contre les pompiers, ou les deux. L’enquête se poursuit.

La Voix du Nord


22/04/2021

 

 

 

Un incendie “volontaire” selon la maire de Lille Martine Aubry a partiellement ravagé l’école maternelle Béranger-Hachette de Lille ce jeudi soir. Les pompiers qui tentaient d’éteindre les flammes ont été accueillis par des tirs de mortier.

Un incendie s’est déclaré dans l’école maternelle Béranger-Hachette situé dans le quartier du Faubourg de Béthune à Lille ce jeudi vers 20h. D’importants moyens de secours sont rapidement arrivés sur place, ils ont mis une heure à lutter contre les flammes, les pompiers ont sauvé “2/3 du bâtiment” mais ils ont été la cible de tirs de mortier. La police et la police municipale ont permis de “faire retomber la tension” et d’éviter la propagation du feu. Il n’y a pas eu de blessé.

 

 

 

 

 

Depuis plusieurs jours, plusieurs villes de la Métropole Européenne de Lille, Wattignies, Tourcoing, Marcq-en-Baroeul et Lille connaissent des soirées agitées avec des tirs de feux d’artifices et des affrontements avec les forces de l’ordre. Une vingtaine de personnes ont été interpellées.

Source France bleu

 

 

 

Rokhaya Diallo sur le monde du travail : « Les musulmans ne sont pas plus à l’origine de ces conflits que d’autres », une étude récente contredit cela

 

Emission du 01/05/2021 sur France Culture (De 12min45 à 12min54) :

Il y a énormément de conflits dans le monde du travail, mais les musulmans et les musulmanes ne sont pas plus à l’origine de ces conflits que d’autres

Rokhaya Diallo

Une étude datant de Mai 2021 contredit cela :

Si la «grande majorité» des cas (+de 80%) «ne posent pas de problèmes», les comportements «les plus problématiques et dysfonctionnels» se multiplient. Ils sont «le fait d’hommes relativement jeunes» (moins de 40 ans) et «peu qualifiés», majoritairement pratiquants de l’islam. Les salariés qui expriment leur religiosité au travail sont des employés pour 39% d’entre eux, mais aussi des ouvriers (34%) et des encadrants (16%).

Si le prosélytisme est plus fréquemment associé aux cultes évangéliques, les attitudes négatives envers les femmes sont «quasi-exclusivement» le fait de pratiquants musulmans. 13% des cas concernent «des hommes qui refusent de travailler avec une femme, de lui serrer la main ou de travailler sous ses ordres», troisième type de fait religieux le plus fréquent devant les prières pendant les temps de pause (12%).

Ces attitudes, comme le «refus de travailler avec des non-coreligionnaires», de «réaliser des tâches», «la prière pendant le temps de travail» ou le «prosélytisme», remettent «intrinsèquement en cause l’organisation du travail, les relations entre collègues» ou «transgressent les interdits», souligne l’enquête.

Le Figaro

 

Mérignac (33) : Chahinez, mère de 3 enfants, brûlée vive en pleine rue par Mounir Boutaa son ex-conjoint déjà condamné pour violences conjugales (MàJ)

 

 

Intervenir ou non ? Des policiers québécois témoignent : « Je n’en arrête plus, des gens racisés. Parce que je ne veux plus m’exposer à des risques »

Quand il revêt son uniforme bleu pour patrouiller dans certains quartiers chauds de Montréal, Mike (nom fictif) dit vivre dans une peur « constante ».

[…]

Lui-même issu des minorités visibles, qui représentent à peine 13 % de l’effectif du SPVM, Mike préfère détourner le regard plutôt que d’intervenir dans certaines situations où des crimes pourraient être commis, pour ne pas subir le tribunal populaire des réseaux sociaux ou des médias.

« Personne ne veut briser sa carrière pour une intervention » – Mike.

Cet agent de la paix n’est pas le seul. Sous couvert de l’anonymat, trois autres policiers du SPVM, dont un autre issu d’une minorité visible et une femme, ont confié les mêmes craintes.

« J’aime mieux toucher mon salaire jusqu’à ma retraite, sans avoir de suspension, et avoir la paix » – résume un des policiers interviewés.

Le désengagement policier est un concept vivement contesté par des groupes de pression contre la police, qu’ils accusent de nourrir un mythe pour justifier davantage d’interventions. Mais il est suffisamment préoccupant pour que l’École nationale de police du Québec ait demandé une étude pour mesurer son ampleur dans la province.

« C’est un phénomène qui a été en émergence depuis les événements de Ferguson survenus en 2014, et plus récemment avec la mort de Georges Floyd » – explique Annie Gendron, chercheuse à l’École nationale de police du Québec, à qui l’on a confié le mandat de mener l’étude québécoise sur le désengagement policier.

[…]

« Moi, présentement, j’aime mieux tourner à gauche en voiture, si quelque chose est en train de se passer à droite. Je vais vous dire bien franchement, je n’en arrête plus, des gens racisés. Parce que je ne veux plus m’exposer à des risques. » – Benoît, policier au SPVM.

 

Mike, lui-même une minorité visible en uniforme, affirme aussi recevoir les mêmes accusations quand il est en devoir : « Quand la police intervient, elle est raciste. C’est Georges Floyd. C’est Black Lives Matter. Tout de suite, on ramène à ça. On est tout le temps filmé. On nous ramène toujours les cas qui sont ailleurs. Si ça se passe à Montréal, on va ramener les cas aux États-Unis. On va essayer de comparer, de faire des liens. On ne sait jamais comment ça va sortir dans les médias. Comment un événement va être représenté. C’est de la pression. »

Alexane, la seule policière parmi les quatre policiers à qui nous avons parlé, est également une minorité visible au SPVM. Elle déplore le manque d’équilibre dans le jugement populaire de son travail : « Les groupes idéologiques, militants, prennent beaucoup de place dans les réseaux sociaux et les médias conventionnels ».

[…]

Selon la nouvelle politique sur les interpellations mise en place par le SPVM, tout policier qui veut interpeller une personne au hasard doit documenter et faire approuver son intervention par un supérieur en devoir.

La suite sur Radio-Canada

 

Eric Zemmour perd son recours contre le CSA

 

Le polémiste avait demandé au Conseil supérieur de l’audiovisuel de suspendre l’exécution de l’amende de 200 000 euros infligée à la chaîne d’information en continu.

Eric Zemmour lors de la « convention de la droite », à Paris, le 28 septembre 2019.

Camouflet judiciaire pour Eric Zemmour. Le polémiste de « Face à l’info » sur CNews a perdu une manche contre le Conseil d’Etat mercredi 28 avril, qu’il avait saisi afin de faire suspendre une condamnation du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Le régulateur avait infligé 200 000 euros d’amende à la chaîne le 21 mars, sanctionnant les propos tenus sur le plateau de Christine Kelly le 29 septembre 2020 sur les mineurs marocains. Les membres du CSA avaient considéré que ces propos avaient « été de nature à inciter à la haine envers les mineurs étrangers isolés, et ont véhiculé de nombreux stéréotypes particulièrement infamants à leur égard, de nature à encourager des comportements discriminatoires ».

Lire l'article

 

 

 

Pour Christiane Taubira : « Assa Traoré est tellement Française qu’elle renvoie la France à ses propres infidélités »

Retour après une longue absence. Mercredi 28 avril, Christine Taubira apparaissait en une du magazine féminin Causette. « Marasme de la crise, conseils à la jeunesse, PMA pour toutes, jeune garde féministe, libération de la parole », l’ancienne ministre de la Justice sous François Hollande s’est exprimée après un long silence. Parcourant les différents sujets d’actualité, Christiane Taubira a aussi évoqué Assa Traoré, et l’admiration portée à la militante antiraciste. « Elle est tellement Française qu’elle renvoie la France à ses propres infidélités. Elle est profondément Française », a-t-elle souligné pour qualifier ses combats.

Une fille « intéressante »

L’ex-ministre du Parti socialiste n’a donc pas caché son engouement pour Assa Traoré, bien que cette dernière fustige régulièrement la justice française, ministère auquel Christiane Taubira appartenait. Les accusations de racisme et de mensonge tenus par la militante envers l’institution n’ont pas eu d’impact sur l’ex-garde des Sceaux qui a salué son combat : « Je trouve aussi qu’une fille comme Assa Traoré est tout à fait intéressante. Elle entre dans le combat par l’affectif et elle ne s’en cache pas. D’ailleurs, pourquoi ce serait moins légitime qu’un autre motif ? Et on entend une pensée et on voit un positionnement dans la société. Chaque fois que je l’ai entendue ou lue, je l’ai trouvée de plain-pied dans la société française », a-t-elle assuré.

Valeurs Actuelles

 

 

 

La Roumanie est dépassée par de l’explosion d’arrivée de migrants qui empruntent une nouvelle route d’accès à l’Europe de l’Ouest

À Timisoara, dans l’ouest de la Roumanie, le nombre de demandeurs d’asile a explosé. Une progression qui est passée de 4 000 à 6 000 en un an. Et ils empruntent désormais une nouvelle route d’accès à l’Europe de l’Ouest qui passe par la Roumanie. Sur place, les autorités sont débordées. Le nouveau maire de la ville vient de faire appel à Bucarest, arguant qu’il s’agit d’un problème national. Et au moment où Timisoara rentre à nouveau en confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, associations et citoyens s’organisent pour leur venir en aide grâce aux réseaux sociaux.

 

 

 

Le conseil de surveillance de Facebook a décidé aujourd’hui de suspendre Donald Trump à vie

Commenter cet article

kyrEn 07/05/2021 16:35

Avant de faire un focus sur des problèmes de sécurité ou ethniques en France, n'avez-vous pas l'impression de faire le jeu des pouvoirs du capital... quelque-soit la personne qui veut le pouvoir, n'avez-vous pas l'impression que les questions régaliennes, sociales et économiques ne seront réellement traitées?