Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 21 avril 2020

 

Encore une nouvelle

C’est vrai que ce laboratoire P4 en plein Wuhan est des plus troublant 

 

Le Point sur l’origine du Coronavirus : « L’infection d’un employé de laboratoire de Wuhan est plus probable »

 

 

LIRE AUSSI CETTE ARTICLE DE 2013 : Des recherches sur les virus grippaux H5N1 et H1N1 inquiètent certains spécialistes

Extrait:

Publié le 03/05/2013
Des biologistes se sont vivement alarmés vendredi des travaux « dangereux » menés par des scientifiques chinois qui ont créé dans leur laboratoire un virus hybride de la grippe aviaire ayant le « potentiel » de muter encore pour contaminer l’homme. Dans l’étude publiée dans « Science » , les chercheurs sont pour la première fois parvenus à combiner le matériel génétique  ( note: ils étaient donc en 2013 déjà en avance sur la manipulation des virus)  du virus de la « grippe aviaire » H5N1 et celui de la pandémie « H1N1 » pour donner naissance à un réassortant qui peut se transmettre aux mammifères (cobayes).
(..)
Certains spécialistes s’inquiètent des conséquences de l’expérimentation chinoise et redoutent justement que des scientifiques ne donnent le coup de pouce nécessaire à la nature pour créer des mutants potentiellement incontrôlables. « Ce sont des virus créés par l’homme, ils n’ont jamais été fabriqués par la nature. Ils sont conservés dans un congélateur », a expliqué à l’AFP le virologue Simon Wain-Hobson, de l’Institut Pasteur.

Je rajoute aussi cette article, qui met a mal  la fiabilité des propos du virologue  Luc Montagnier. Décidément on ne sais plus sur quel pied danser ! Mais je penche de plus en plus sur l’accident au protocole de sécurité . Avec un  Trump colérique  au commende  des USA, cella pourrais finir par  dégénéré entre la Chine et les USA

 

 

Non, le coronavirus n’a pas été créé à partir du VIH

 

Une étude mise en ligne par des chercheurs indiens au début du mois de février et brandie par un chercheur et Prix Nobel français controversé suggère que le coronavirus et le VIH possèdent une similitude inusitée. En réalité, le SRAS-CoV-2 possède une telle similitude avec plus d’une centaine de virus.

L’étude en question fait état d’une séquence génétique similaire entre le virus qui cause la COVID-19, le SRAS-CoV-2, et certaines souches du VIH. Les chercheurs qualifient cette ressemblance « d’étrange », bien que plusieurs experts soulèvent que d’autres virus possèdent cette même séquence génétique.

Le controversé chercheur français Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine de 2008 pour ses travaux sur le VIH, a brandi cette étude préliminaire comme preuve que le coronavirus aurait été créé en laboratoire, lors d’une entrevue à la chaîne française CNews, le 17 avril.

Cette interprétation n’a toutefois jamais été mise de l’avant  par les auteurs de l’étude.

Une séquence commune à plusieurs organismes vivants

Le virologue québécois Benoît Barbeau, spécialisé dans l’étude du VIH, note que la séquence génétique que le SRAS-CoV-2 et le VIH ont en commun est infime et se retrouve dans bon nombre d’autres virus. Pour moi, lorsqu’ils parlent du nombre d’acides aminés qui sont similaires, c’est trop peu. [...] Il n’y a rien qui nous permette de dire que ces similarités sont significatives et non dues au hasard, dit le chercheur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

En effet, une étude menée par des chercheurs américains et chinois, à la suite de l’étude indienne, note que les mêmes séquences se retrouvent dans plus d’une centaine de virus de toutes sortes. Cela montre clairement que ces séquences sont largement présentes dans les organismes vivants, incluant les virus, mais ne sont pas spécifiques au VIH, peut-on lire dans l’étude intitulée Le VIH-1 n’a pas contribué au génome du SRAS-CoV-2.

Le site Massive Science indique que la même séquence se retrouve par exemple dans le virus qui cause la mononucléose , couramment appelée la « maladie du baiser ».

Interrogé par France Culture , le directeur scientifique de l’Institut Pasteur, Olivier Schwartz, a donné l’exemple d’un mot qui se retrouverait dans deux livres pour illustrer la faible importance de cette similitude.

’adore la comparaison, c’est exactement ça!, s’exclame le virologue Benoît Barbeau devant cette analogie. Ce sont les mêmes mots, mais c’est dans un contexte totalement différent.

Une représentation par ordinateur de virus.

Une représentation artistique du VIH

Photo : iStock

Une étude qui doit être retravaillée, selon ses auteurs

L’étude en question n’a jamais été publiée dans une revue scientifique révisée par les pairs, et n’a été mise en ligne que sur un site dit de « prépublication », où des chercheurs peuvent mettre en ligne leurs travaux sans qu’ils n’aient été vérifiés par d’autres scientifiques.

Dès sa mise en ligne, plusieurs chercheurs ont souligné que l’étude comportait des failles.

Contrairement à ce qu’a affirmé le professeur Luc Montagnier à CNews, les auteurs n’ont pas été forcés de la retirer, mais ils ont choisi de le faire de leur plein gré, en admettant qu’elle nécessitait plus de travail

Un chercheur adepte de théories non scientifiques

Malgré les explications données par les auteurs de l’étude, le scientifique français Luc Montagnier y voit tout de même une preuve de la manipulation humaine du coronavirus. Sa sortie publique a fait grand bruit.

La raison d’être de son succès avec la découverte du VIH ne lui revient pas nécessairement à lui, mais plutôt à son équipe de recherche, nuance toutefois le virologue québécois Benoît Barbeau, lui-même spécialisé dans l’étude du VIH.

Le professeur Montagnier est en fait critiqué depuis des années pour ses nombreuses affirmations en contradiction avec la science. Il a notamment prétendu que la maladie de Parkinson pouvait être guérie par du jus de papaye et que l’eau posséderait une mémoire, deux affirmations sans fondement scientifique.

En 2012, une quarantaine de Prix Nobel ont signé une pétition  contre le professeur Montagnier, en affirmant qu’il « accumule les impostures scientifiques et médicales ». En 2017, plus d’une centaine de scientifiques ont signé une autre pétition  pour dénoncer ses propos jugés « dangereux ».

Source

LIRE AUSSI: Covid-19: une chercheure algérienne conteste scientifiquement les propos du Pr Montagnier

 

 

Interrogations sur l'état de santé de Kim Jong-un après une possible opération chirurgicale

 

Le dirigeant nord-coréen n'est pas apparu le 15 avril, lors de la célébration la plus importante du pays. Un média en ligne a assuré que Kim Jong-un avait subi une opération pour des problèmes cardio-vasculaires, suscitant un déluge d'interrogations.

 

 

 

 

Plusieurs missiles israéliens interceptés au-dessus de Palmyre, selon Sana

 

Les militaires syriens ont contré ce lundi 20 avril une attaque aux missiles menée par Israël dans la région de Palmyre, affirme Sana.

«La défense antiaérienne a repoussé l'agression israélienne dans le ciel au-dessus de Palmyre. Plusieurs missiles ennemis ont été abattus», écrit l'agence.

Une source sécuritaire a indiqué à un correspondant de Sputnik que les missiles visaient un site militaire situé dans la banlieue sud-est de Palmyre, dans la partie orientale du gouvernorat de Homs.

De son côté, l'armée israélienne a refusé de commenter ces informations.

«Nous ne commentons pas les informations des médias étrangers», a indiqué un représentant de Tsahal à Sputnik.

Source

 

Note : cette attaque de missiles aurait-elle un lien avec la visite du diplomate iranien en Syrie !

 

Assad reçoit le chef de la diplomatie iranienne à Damas - photos

 

En déplacement en Syrie, le premier depuis le meurtre de Qassem Soleimani, le chef de la diplomatie iranienne a été reçu ce lundi par le Président et le ministre des Affaires étrangères syriens pour aborder avec eux le processus politique de ce pays en proie à un conflit depuis 2011, mais aussi des questions d’ordre international et bilatéral.

Lire l'article

 

 

 

Émeutes dans les banlieues: résignés, les policiers s’attendent au pire

 

La température monte dangereusement dans les zones sensibles. L’accident de Villeneuve-la-Garenne a provoqué des violences et fait couler beaucoup d’encre. L’envie d’émeute se répand dans les quartiers, et la lassitude dans les rangs des forces de l'ordre. La policière Linda Kebbab pense que le pire est à venir. Entretien.

Dimanche 19 avril, 23h30. Un équipage de police-secours est appelé dans le quartier des épinettes à Évry (91). Des «perturbateurs» ont été signalés. Arrivée sur place, la patrouille entend des cris, et aperçoit une silhouette cachée dans un buisson. La situation va alors dégénérer en quelques secondes. D’autres silhouettes encerclent peu à peu les policiers. En tout, ils seront une trentaine d’individus encapuchonnés, à lancer des pierres et des bouteilles en verre, puis à tirer au mortier d’artifice. Les policiers n’ont alors plus le choix, ils doivent s’extraire du guet-apens. Le policier au volant récupère ses collègues difficilement, sous les tirs…

Une scène qui choque, mais que les policiers relatent avec résignation, en serrant les dents. «On a connu des moments pires…», nous confie Linda Kebbab, déléguée du syndicat de police CGP-FO. «On le savait. On savait que le confinement allait augmenter les violences urbaines», soupire, résignée, la policière. Mais elle ne relativise la situation qu’en pensant à la suite. Le confinement dure, et c’est le relâchement qui s’ensuivra qui lui fait craindre que le pire soit à venir.

Mêmes délinquants, nouveau méfait

Guérilla contre la police, trafic de stupéfiants, rodéos sauvages: «c’est toujours l’histoire de quelques centaines de personnes dans chaque cité.» Toujours les mêmes, sous-entend Linda Kebbab. Mais avec l’épidémie de Covid-19, les petites frappes se rendent désormais coupables d’un nouveau méfait:

«Quand vous avez cinq ou dix jeunes qui squattent au pied des immeubles et contaminent les poignées de porte… ce sont les autres qui trinquent», souligne Linda Kebbab.

Et si le confinement a en effet été remis en cause dans la France entière, la réaction au rappel à l’ordre diffère dans les zones sensibles. «Là, ils refusent toute règle»: là, chaque contrôle peut virer à l’émeute.Face à la menace, les atermoiements de la hiérarchie policière désespèrent la policière: les instructions de ne pas porter de masque ou celles de ne pas entrer dans certains quartiers… ou alors en voiture banalisée. Sortir ainsi caché, c’est pour elle un aveu terrifiant de faiblesse:

«On préfère se plier au code de ceux qui ne veulent pas voir de forces de l’ordre dans les quartiers. Quand les autorités nous disent de ne pas interpeller, de ne pas intervenir, on abandonne les habitants. On veut juste que le gouvernement nous donne les moyens de protéger les habitants», exige la déléguée du syndicat de police CGP-FO.

Le 18 avril à Villeneuve-la-Garenne, la voiture de police dont l’agent a ouvert la portière, causant un accident avec un individu de 30 ans à moto, n’était pas sérigraphiée. Sur les réseaux sociaux, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre: les policiers guettaient les jeunes et auraient commis une bavure. Le pilote du motocross aurait eu la jambe coupée. Pourtant, les faits semblent différer.

Le multirécidiviste à moto a-t-il foncé sur les flics?

Sous contrôle judiciaire depuis le 16 mars, le pilote du motocross roulait sans casque. Et selon le syndicat de police Alliance, l’intéressé serait un «multirécidiviste»: «violences, stups, agression sexuelle... avec des antécédents longs comme le bras.»

«Ça faisait plusieurs nuits qu’il excédait les habitants. Les collègues sont intervenus sur signalisation des riverains. Il est arrivé en sens inverse et sur le trottoir, puisque la portière a été ouverte du côté droit. J’aimerais savoir à quel moment c’est une violence policière!» s’insurge la policière au micro de Sputnik.

Et qu’on ne vienne pas lui dire que les échauffourées dans les quartiers sont autant de révoltes face à une accumulation d’injustices: «quand des banlieues privilégiées comme à Meudon et Suresnes sont touchées par des incendies de véhicules, on ne combat pas des injustices! Ce ne sont que des prétextes.» On ne combat pas ainsi les discriminations, dit-elle.

 

Les caïds sont sur les dents

Il en faudrait donc peu pour que la poudrière n’explose, et au pire moment. Mais quand? Selon nos informations, la moitié sud de la France est encore alimentée en stupéfiants. Mais au nord, les choses sont toutefois plus compliquées, particulièrement pour la région parisienne. Combien de temps les stocks pourront-ils durer? Les caïds sont sur les dents, les consommateurs se présentent moins:

«Ça ajoute au fait qu’ils ne veuillent pas voir de policiers dans les quartiers. Faire fuir l’autorité, c’est dire aux consommateurs qu’ils peuvent venir sans problème», explique Linda Kebbab.

Du côté des flics, la lassitude du confinement se fait aussi sentir. D’autant plus que des congés leur ont été retirés à la suite d’une ordonnance publiée il y a quelques jours, le 15 avril. «On protège des habitants, on se fait lyncher par les médias, et on nous sucre nos congés», résume Linda Kebbab, tirant la sonnette d’alarme: «bientôt, les policiers n’auront vraiment plus envie d’y aller.»

Source

 

 

 

 

Damien Rieu : « message aux émeutiers de Villeneuve-la-Garenne »

 

Message aux émeutiers de #VilleuneuveLaGarenne et à tous leurs soutiens qui profitent d’un accident pour mettre en scène leur haine de la France et des policiers.

 

Note : Damien Rieu est un membre de Génération identitaire et de  SOS Chrétiens d'Orient. Un héros de la résistance française

 

 

 
« Nous sommes en guerre » s’est amusé à répéter Macron. La seule guerre véritable sur notre sol, c’est celle que la racaille immigrée nous a déclarée. #VilleneuveLaGarenne

 

 

Nouvelle nuit de tensions en banlieue parisienne, le 92 particulièrement touché – vidéos

 

Dans la nuit du 20 au 21 avril, des incidents sporadiques ont à nouveau éclaté dans plusieurs cités de la banlieue parisienne: des affrontements ont eu lieu dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine, des poubelles ont été incendiées en Seine-Saint-Denis.

La tension est montée d'un cran ces derniers jours entre forces de l'ordre et habitants des cités après l'accident du 18 avril à Villeneuve-la-Garenne impliquant un motard et la police et dont les circonstances demeurent floues.

Lire la suite et voir les videos

 

Charlotte d’Ornellas : « C’est une guerre des territoires qui se déroule hors confinement […] L’impunité, notamment pendant le confinement, ne fait que les renforcer »

 

"C'est une guerre des territoires qui se déroule hors confinement contre les :
• policiers
• pompiers
• médecins
• ...
Ils mettent un désordre permanent et l'impunité, notamment pendant le confinement, ne fait que les renforcer !" - Charlotte d'Ornellas

VIDEO 

 

 

Pour Michel Maffesoli, après la pandémie, le temps des soulèvements populaires

 

Prise de conscience écologique, surveillance accrue, déconfinement difficile: les observateurs débattent sur le «monde d’après» Covid-19. À quels autres grands changements peut-on s’attendre? Pour le sociologue Michel Maffesoli, la fin de la pandémie sera surtout marquée par de violents soulèvements populaires. Il explique à Sputnik pourquoi.

À quoi ressemblera le monde au sortir de la pandémie de Covid-19? Si les prédictions se multiplient, l’une des plus saisissantes est celle du sociologue Michel Maffesoli. Professeur émérite à la Sorbonne et auteur de nombreux ouvrages traduits dans des dizaines de langues, il estime que des soulèvements populaires suivront la fin de la pandémie. Ces événements auront lieu un peu partout dans le monde, mais en particulier dans les pays occidentaux, prévoit-il.

«Actuellement, il y a encore du calme. La méfiance ne s’exprime pas tellement. Il s’agit d’une hypothèse, bien sûr, mais je crois nous assisterons en France –mais pas seulement en France– à de multiples explosions. [...] On pourra parler de soulèvements, d’insurrections ou de révoltes. Dans quelques mois, ces expressions sont appelées à se multiplier. Les Gilets jaunes en France étaient en quelque sorte précurseurs de ce mouvement en gestation», explique M. Maffesoli en entrevue avec Sputnik.

Lire la suite

 

 

Les services de renseignement s’inquiètent d’un regain d’activisme de l’ultra-gauche

 

Le Covid-19 n’a pas éteint l’activisme et les rêves de grand soir de l’ultra-gauche et des groupes anarchistes en France. Alors que la sortie du confinement se profile, les services de renseignement constatent que des violences attribuées à cette mouvance sont recensées sur tout le territoire. Si de nombreuses inconnues subsistent sur l’ampleur que prendront ces troubles quand les déplacements seront de nouveau permis, les services essaient d’anticiper un retour à la normale perturbé par la récession économique. Une façon d’éviter au gouvernement d’être pris au dépourvu, comme ce fut le cas avec la crise des « gilets jaunes ».

 

 

Le RAID découvre un arsenal au domicile d’un fiché S, il n’est pas arrêté

 

Une perquisition a été menée jeudi 16 avril au domicile d’un Franco-tunisien connu de la sécurité intérieure et fiché S. La DGSI et le RAID ont ainsi découvert chez lui de nombreuses armes blanches. Il avait déjà été condamné à quatre ans de prison pour détention d’armes à feu en janvier 2016. 

Lire l'article

 

 

 

Origine de la pandémie: l’OMS commente les théories d'une manipulation en laboratoire

 

D'après l’ensemble des éléments disponibles, le nouveau type de coronavirus est d'origine animale, a assuré ce 21 avril l'Organisation mondiale de la santé (OMS), indiquant qu'il ne s'agit donc pas d'une manipulation de laboratoire.

Lors d'un point-presse qui se tient ce mardi à Genève, la porte-parole de l'OMS a répondu à une question quant à une manipulation présumée du Covid-19 en laboratoire. Fadéla Chaib a indiqué que selon les éléments disponibles, le virus est d'origine animale.Le laboratoire P4 de Wuhan

«Toutes les preuves disponibles suggèrent que le virus a une origine animale et qu'il n'est pas le résultat d'une construction ou d'une manipulation dans un laboratoire ou ailleurs», a fait savoir Mme Chaib.

La porte-parole de l’OMS a tenu à souligner que lorsqu’un nouveau virus comme celui-ci apparaissait, les théories conspirationnistes fleurissaient souvent dans les médias. Cependant, il est fort probable que le réservoir écologique du Covid-19 se trouve dans les chauves-souris, bien qu’il n’ait pas encore été possible d’établir les modalités de franchissement de la barrière des espèces jusqu'à l'Homme.

Polémique sur l’origine du coronavirus

Le nouveau coronavirus est soupçonné d'être apparu sur un marché en plein air de Wuhan où des animaux exotiques étaient vendus vivants. D'origine animale et proche d'un virus présent chez les chauves-souris, il aurait pu se transmettre à l'Homme et muter.

 

Or, des médias américains, à savoir le Washington Post et la chaîne télévisée Fox News, ont avancé la supposition selon laquelle l’Institut de virologie de Wuhan pourrait être à l'origine de la pandémie actuelle de Covid-19, affirmant que le patient zéro était un employé d'un laboratoire de l’Institut.

Un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a balayé ces accusations. «De nombreux experts médicaux réputés dans le monde estiment que l'hypothèse d'une prétendue fuite n'a aucune base scientifique».

Source

 

Note ; avec cette histoire de labo à Wuhan, il auras toujours des spéculations et des doutes.  Maintenant faux attendre le résulta de l'enquête  entreprise par les américains. ( plus aucune nouvelle du prix Nobel français qui affirmais que le virus venais d'un labo chinois, certaine vidéos de YouTube ont été retirées )

 

 

 

 

Coronavirus dans le monde : carte en temps réel du Covid-19, la situation en Espagne, Italie, USA…

 

CARTE CORONAVIRUS. Le Covid-19 continue de tuer et de se répandre sur le globe avec près de 2,5 millions de personnes contaminées, et plus de 170 000 victimes. L'Europe compte près des deux tiers des décès. Les pays dénombrant le plus de morts sur le continent sont l'Italie, l'Espagne et la France. Les USA déplorent de leur côté plus de 42 000 morts.

Lire l'article

LIRE AUSSI: Coronavirus. L’Italie prépare un plan de déconfinement à partir du 4 mai

 

 

DIRECT - Coronavirus : le point sur la situation ce mardi 1/2

 

L'essentiel

Le direct

 

 

De l’urgence d’arrêter l’immigration après la période de confinement

 

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Depuis que le coronavirus s’est propagé dans le monde, de nombreux gouvernements ont pris des mesures de restriction des déplacements. En France, elles ont été trop tardives et n’ont pas empêché une progression rapide de l’épidémie. On aurait pu s’attendre à ce que ces restrictions amènent à une remise en cause du dogme de l’ouverture des frontières et de l’immigration de masse. De nombreux exemples nous montrent qu’il n’en est pour l’heure rien. En dépit de déclarations de façade, nos dirigeants ne veulent rien lâcher de leur idéologie sans frontières. Pourtant, à l’issue de cette période de réclusion, il y aura urgence à inverser les flux migratoires.

La condamnation de pays d’Europe de l’Est

Hasard du calendrier, en pleine période de propagation du coronavirus, trois pays d’Europe de l’Est, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, ont été condamnés le 2 avril par la Cour de justice de l’Union européenne pour n’avoir pas pleinement pris leur part à la répartition de migrants extra-européens décidée par le Conseil de l’Union européenne le 22 septembre 2015, en pleine « crise des migrants » (1).

Si cette condamnation n’est pas assortie de peines, elle illustre néanmoins la volonté intacte de la Commission européenne de contraindre les États membres à participer à la submersion migratoire qu’elle organise. Le président Macron est très en pointe pour réclamer non seulement un mécanisme de répartition automatique des clandestins arrivant sur les côtes européennes, mais également des sanctions contre les pays qui le refuseraient (2).

Au-delà de cette décision de justice, l’ardeur de nos dirigeants à organiser une immigration de masse est à peine freinée par la pandémie du coronavirus. Elle s’illustre tant en ce qui concerne l’immigration « administrée » qu’en ce qui concerne l’immigration illégale.

L’immigration administrée

En toute discrétion, plusieurs pays, dont la France, se sont engagés récemment à accueillir près de 1 600 jeunes clandestins présents en Grèce. C’est une nouvelle fois le critère de vulnérabilité qui est mis en avant par la Commission européenne pour imposer l’immigration clandestine. Des titres de la presse quotidienne régionale parlent ainsi d’« enfants » que vont accueillir plusieurs pays européens (3).

On le voit, la manipulation de l’opinion est aussi menée sur le terrain sémantique, avec un choix des mots illustrant des migrants avant tout vulnérables qu’il serait inhumain de ne pas accueillir. Les mineurs étrangers sont appelés des « enfants », les clandestins sont tous des « réfugiés ». Un chantage affectif qu’utilisent de leurs aveux mêmes des femmes qui arrivent enceintes sur le sol européen pour se voir proposer des prestations sociales (4).

L’Italie ferme ses ports, mais pas aux migrants

L’annonce par le gouvernement italien de la fermeture de ses ports pendant la durée de l’épidémie du coronavirus ne doit pas faire illusion (5). Cette décision, qui concerne également les bateaux des O.N.G. qui recueillent des clandestins en mer, ne met pas fin au pont maritime entre la Libye et l’Italie. Les arrivées sur l’île de Lampedusa sont toujours très nombreuses (6). Le bateau Alan Kurdi de l’O.N.G. Sea-Eye continue de croiser en Méditerranée, en dépit des critiques du gouvernement maltais qui estime que cette action encourage le trafic d’êtres humains (7).

De retour en mer après une courte pause, l’Alan Kurdi a recueilli, le 6 avril, 150 clandestins qui ont été placés en quarantaine sur un autre bateau près des côtes italiennes, en l’attente d’un débarquement.

Cet accueil entretient l’appel d’air et illustre l’absence de volonté du gouvernement italien de combattre fermement l’immigration clandestine. Celui-ci n’invoque qu’un motif sanitaire pour refuser, à des bateaux étrangers, l’accès à ses ports. Il ne remet aucunement en cause tant l’arrivée de clandestins sur son sol que la répartition administrée des migrants dans les différents pays européens.

L’immigration illégale continue

En raison de bonnes conditions climatiques, les arrivées de bateaux chargés de clandestins sont toujours nombreuses sur l’île de Lampedusa, ce qui provoque des protestations d’une partie de la population (8). En Tunisie, la baisse des traversées vers l’Italie commence à se faire sentir. Des repris de justice souhaitant émigrer en Europe sont contraints de « jouer les prolongations » au Maghreb

Lire la suite

 

 

Coronavirus : manquant de bras, l’Italie va régulariser 200.000 sans-papiers

 

L’agriculture italienne manque de bras. Environ 300.000 travailleurs saisonniers, essentiellement en provenance de l’Est de l’Europe, qui sont restés bloqués chez eux à cause du coronavirus. Confagricoltura et Coldiretti, les principaux représentants du secteur agricole transalpin, demandent la régularisation d’une partie des 600.000 sans-papiers présents en Italie. Beaucoup travaillent déjà de manière illégale dans les champs. La proposition est soutenue par les ministres de l’Intérieur, du Mezzogiorno, du Travail et de l’Agriculture. Un décret sera prochainement adopté pour régulariser environ 200.000 clandestins qui auront la possibilité d’obtenir un contrat de travail dans la filière agricole. Cela représenterait la plus importante régularisation depuis plus d’une décennie en Italie.

 

Note : la régularisation des sans-papiers c'est surtout par pure idéologie multiculturel mais les sans-papiers sont aussi des électeurs potentiel 

 

 

Coronavirus : Trump annonce la « suspension temporaire » de l’immigration

 

Donald Trump le 20 avril 2020.
Donald Trump le 20 avril 2020. — Tasos Katopodis - Pool via CNP/N

Le président américain Donald Trump a annoncé lundi qu’il allait « suspendre temporairement » l’immigration aux Etats-Unis pour « protéger les emplois » des Américains face à la crise économique provoquée par le coronavirus.

« A la lumière de l’attaque de l’Ennemi Invisible, et face à la nécessité de protéger les emplois de nos GRANDS citoyens américains, je vais signer un décret présidentiel pour suspendre temporairement l’immigration aux Etats-Unis », a tweeté Donald Trump.

Aucun détail sur la manière ni la durée

Le coronavirus, qu’il qualifie d'« Ennemi invisible », a déjà tué plus de 42.000 personnes aux Etats-Unis, où 766.660 cas ont été enregistrés. Quelque 22 millions d’Américains ont également perdu leur travail en raison des conséquences économiques de l’épidémie.

Lire la suite 

 

 

Etats-Unis. Pâques/Ramadan : les musulmans dénoncent les propos «insultants» de Trump suggérant un traitement plus favorable pour les musulmans que pour les chrétiens pendant le confinement

 

Lors d’une conférence de presse quotidienne dédiée à la lutte contre le Covid-19 samedi 18 avril, le président américain Donald Trump a insinué que, face aux mesures de confinement décrétée dans plusieurs Etats pour lutter contre l’épidémie, les musulmans bénéficieraient d’un traitement plus favorable pendant le mois du Ramadan que les chrétiens durant Pâques, dénonçant ses adversaires politiques, les Démocrates, dans un supposé deux poids, deux mesures « injuste » envers les chrétiens.

Donald Trump a tenu ces propos après qu’une journaliste l’ait interrogé sur son retweet d’un post écrit par un confrère américain, Paul Sperry : «Voyons si les autorités appliqueront les mesures de distanciation sociale pour les mosquées pendant le Ramadan comme elles l’ont fait pour Pâques. »

«Il pourrait y avoir une différence. Nous verrons bien ce qui va se passer. Parce que j’ai vu une grande disparité dans ce pays», a-t-il répondu. «Je ne sais pas ce qui s’est passé dans ce pays mais il semble que la religion chrétienne est traitée différemment par rapport à avant et je pense qu’elle est traitée injustement», a-t-il ajouté.

Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a condamné, dimanche 19 avril, les propos « sans preuve» tenus par le président américain, de nature à alimenter «un fantasme islamophobe». «La tentative sectaire du président Trump d’utiliser les Américains musulmans comme un jeu politique juste avant le mois béni du Ramadan est aussi source de divisions qu’elle est insultante», a déploré le directeur exécutif du CAIR, Nihad Awad. […]

saphirnews

 

 

 

Pandémie de Covid-19 : les révoltes populaires mises à mal par les confinements

 

 

 

 

Chute historique: le baril de WTI perd 300% de sa valeur pour s'arrêter à -37,63 dollars à la clôture

 

Le prix des contrats à terme pour mai du pétrole WTI (West Texas Intermediateest passé pour la première fois dans l’Histoire en dessous de zéro ce lundi 20 avril et a plongé jusqu’à -37,63 dollars le baril au moment de la fermeture de la bourse new-yorkaise NYMEX.

Lire l'article

Cela a donc donné lieu à un événement de marché incroyable, inconcevable, surréaliste : le baril de WTI livraison 'mai' voit pour la 1ère fois de toute l'histoire du pétrole (160 ans aux Etats Unis, avec les 1ers puits forés à Titusville en Pennsylvanie) son cours basculer sous zéro.

Quiconque détient un camion citerne peut le remplir et se faire payer jusqu'à 37,6$ par baril emporté... car ce fut le cours de clôture officiel ce lundi, au plus bas du jour et de l'histoire.

Lire la suite

 

 

 

Commenter cet article