Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 31 mars 2020

 

Santé : comment la France est devenue dépendante de l’étranger ?

 

La France a perdu son autonomie sanitaire par manque de stratégie, mais aussi par pécher d’orgueil. Mais comment expliquer cette situation ?

La pandémie de coronavirus a soulevé la question de la souveraineté sanitaire pour plusieurs pays. C’est le cas de la France, qui a découvert sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur, notamment de la Chine. Cette dépendance est la même pour les médicaments, les masques de protection et les respirateurs artificiels. […]

lci.fr

 

 

Coronavirus : des hôpitaux craignent une pénurie de médicaments en réanimation

 

Plusieurs hôpitaux s’alarment d’une possible pénurie de certains médicaments indispensables en réanimation : curares, hypnotiques, antibiotiques ou corticoïdes.

« Nous avons quelques craintes à propos des médicaments utilisés pour les patients en réanimation. Ils sont consommés à un rythme inhabituel. Ces médicaments sont fabriqués par les mêmes firmes pharmaceutiques qui sont sollicitées par l’ensemble des pays du monde, donc le risque de tension augmente chaque jour » a notamment affirmé le docteur Rémi Salomon, président de la Commission médicale de l’AP-HP.

(…) L’Express

 

 

Coronavirus : « La pandémie était imprévisible, le gouvernement fait du mieux possible, n’en déplaise aux donneurs de leçons », selon six anciens ministres de la Santé

 

La pandémie de coronavirus était «imprévisible» et le gouvernement fait «du mieux possible», n’en déplaise aux «donneurs de leçons», affirment six anciens ministres de la Santé dans une série d’entretiens au Quotidien du médecin.

« Comment voulez-vous anticiper une situation imprévisible ? », résume Roselyne Bachelot (2007-2010).[…]

« On découvre au fur et à mesure de l’épidémie des situations qu’il était impossible d’anticiper », relève pour sa part Claude Evin (1988-1991).[…]

« Le gouvernement a pris les bonnes mesures au bon moment », affirme Jean-François Mattei (2002-2004)

« La critique sera nécessaire le temps venu, mais il est regrettable que dans la crise certains cherchent à accuser les autres », appuie Marisol Touraine (2012-2017).

« Des donneurs de leçons », dénonce Elisabeth Hubert (1995) […]

De son côté, Philippe Douste-Blazy (1993-1995 et 2004-2005) recommande au gouvernement de « dépister systématiquement, et en priorité, toutes les personnes qui entrent dans les Ehpad » […]

cnews.fr

 

Note : FAUX, dès que l'Italie a été atteinte il aurait fallut fermées les frontières au plus vite , comme le demandé l'opposition. Et s'il a autant de morts en Europe c'est parce que la population n'a pas de masque et ne peut donc ses protéger de cette épidémie.

Le nombre aussi de personne ayant été atteinte par le virus pendent les élections, prouve que ce gouvernement a pris de mauvaise décisions

 

 

 

Contrôles aux frontières, port du masque… Un plan interministériel liste depuis 2004 les actions à mener en cas de menace de pandémie virale

Vers une guerre de religion, infos du 31 mars 2020

Note : un plan qui n'a pas était suivis bien sûr

 

Coronavirus : le gouvernement annonce la production de 480 000 masques non sanitaires par jour

 

Dans les prochains jours, l’exécutif table sur une production quotidienne de 480 000 masques, avec l’appui notamment de l’industrie textile, a affirmé lundi Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, lors d’une conférence de presse téléphonique. Ensuite, l’enjeu est de monter en cadence dans les productions, a précisé Bercy. Ces masques serviront à équiper les employés d’entreprises qui continuent à se rendre au travail.

En collaboration avec l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) notamment, le gouvernement a créé deux nouvelles catégories de masques non sanitaires. Il s’agit des masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public (comme les forces de l’ordre ou les employés de la grande distribution) et des masques à visée collective, qui seront destinés à des environnements professionnels.

Concernant la production de masques FFP2 et chirurgicaux, Bercy a indiqué vouloir passer d’une production mensuelle estimée à 15 millions de masques […] avant la crise à plus de 40 millions de masques en avril. Quant au gel hydroalcoolique, alors que 48 000 litres quotidiens ont été consommés en moyenne en 2019, la production atteint aujourd’hui près de 500 000 litres par jour.

ouest-france

 

 

Coronavirus : le port du masque devient obligatoire dans tous les lieux publics en Bulgarie

 

Les citoyens qui sont à l’intérieur ou à l’extérieur doivent porter un masque de protection.

Cela a été ordonné par le ministre de la Santé Kiril Ananiye aujourd’hui.

L’amende est de 5 000 BGN (2550€ NDLR) ce qui est le cas pour toutes les autres violations des restrictions liées aux mesures anti-prolifération de COVID-19.

L’Autriche a introduit la même mesure, mais uniquement pour l’entrée dans les magasins et les pharmacies, des masques seront distribués à l’entrée.
Btvnovinite

LIRE AUSSI : Coronavirus : les masques, des livraisons venues de Chine sous (très haute) surveillance

 

 

Coronavirus en Espagne : 849 nouveaux décès, le bilan repart à la hausse

 

Au total, 8.189 personnes ont succombé à la maladie dans le pays, le deuxième plus endeuillé du monde derrière l’Italie.

Le nombre de nouveaux décès du Covid-19 est reparti en hausse ce mardi en Espagne avec 849 décès, un record pour le pays depuis le début de l’épidémie, après le léger repli enregistré lundi, ont annoncé les autorités.

Au total, 8.189 personnes ont succombé à la maladie dans le pays, le deuxième plus endeuillé du monde derrière l’Italie. La progression des nouveaux cas confirmés (9.222 en 24 heures à 94.417) a par ailleurs accéléré de nouveau et atteint elle aussi un plus haut, après avoir ralenti depuis le milieu de la semaine dernière.

Le Soir

 

 

Coronavirus. Les États-Unis vont envoyer 100 millions de dollars de matériel médical à l'Italie

 

Donald Trump a annoncé lundi que tous les surplus de « choses chirurgicales, médicales et hospitalières » produites aux États-Unis seraient dorénavant envoyés en Italie mais aussi en France ou en Espagne, pays durement touchés par l'épidémie. Le président américain a par ailleurs redit qu'il était « peu probable » qu'il décrète un confinement strict au niveau national.

Les États-Unis vont envoyer du matériel médical pour un montant de 100 millions de dollars à l'Italie, le pays où le nouveau coronavirus a tué le plus de monde à ce jour, a annoncé lundi 30 mars Donald Trump. Le président américain a déclaré s'être entretenu au téléphone avec le président du Conseil italien Giuseppe Conte.

« Nous avons des produits en surplus dont nous n'avons pas besoin, nous allons envoyer environ 100 millions de dollars de choses chirurgicales, médicales et hospitalières à l'Italie », a-t-il ajouté lors de sa conférence de presse quotidienne sur la pandémie, depuis les jardins de la Maison Blanche. Le président Trump a aussi estimé que la production de respirateurs artificiels allaient monter en puissance grâce au concours d'une dizaine d'entreprises aux États-Unis.

« À mesure que nous produirons plus que nos besoins, nous en enverrons en Italie, nous en enverrons en France, nous en enverrons en Espagne, où ils ont de terribles problèmes, et d'autres pays si possible », a-t-il assuré, alors que l'épidémie s'accélère aussi aux États-Unis avec près de 3 000 morts et plus de 160 000 cas officiellement recensés.

Lire la suite

 

LIRE AUSSI : Ce que se sont dits Poutine et Trump lors de leur appel téléphonique

 

Première victime dans les rangs militaires américains

 

Un premier soldat américain est décédé du coronavirus, a déclaré le secrétaire américain à la Défense Mark Esper dans un communiqué. Le défunt servait dans la garde nationale.

«C'est une perte amère pour notre communauté militaire. Nous présentons nos condoléances à sa famille, ses amis, ses collègues civils et toute la garde nationale», a déclaré M.Esper, sans donner le nom du patient décédé.

Selon les données officielles de dimanche, 569 soldats américains sont infectés par le coronavirus.

Source

 

 

 

Macron dénonce la médiatisation de l’aide russe envoyée à l’Italie

 

Dans une interview accordée à des journaux italiens, Emmanuel Macron a dénoncé la médiatisation de l'aide russe et chinoise à l’Italie, pays durement frappé par la pandémie de coronavirus, en mettant en lumière la contribution de l’Hexagone.

Plusieurs pays sont venus au secours de l’Italie, le pays le plus concerné en Europe par le coronavirus. Interrogé par Le Corriere de la Serra, La Stampa et La Repubblica sur l’aide russe, chinoise et cubaine, Emmanuel Macron a mis en valeur l’aide franco-allemande.

«On parle beaucoup de l'aide chinoise ou russe, mais pourquoi ne parle-t-on pas que la France et l'Allemagne ont envoyé deux millions de masques et des dizaines de milliers de combinaisons médicales en Italie?», a-t-il demandé, soulignant que les pays européens lancent actuellement des appels pour l'achat conjoint de masques et de respirateurs.

«Cela peut être insuffisant mais c'est déjà un début et nous ne devons pas nous laisser enivrer par ce que disent nos partenaires et concurrents internationaux.»

Selon lui, les Européens ont secouru la Chine au début de l'épidémie, alors qu'elle était la plus touchée, en envoyant plus de 50 tonnes de matériel. «L'Europe doit être fière et se sentir forte, car elle l'est», a-t-il noté.

Lire la suite

LIRE AUSSI : Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA

LIRE AUSSI : Coronavirus : Les Etats-Unis vont envoyer des respirateurs à la France...

 

 

La Russie a mis au point un test de dépistage du Covid-19 de haute précision

 

Un nouveau test de dépistage du Covid-19 de haute précision a été créé par les scientifiques de l'Institut central de recherche en épidémiologie du Service sanitaire russe Rospotrebnadzor, a rapporté le site officiel du département.

«Le kit de diagnostic a réussi les essais cliniques et a été enregistré le 25 mars pour une utilisation en Fédération de Russie», indique le Service sanitaire.

Il répond à toutes les exigences modernes

Selon Rospotrebnadzor, le nouveau test répond à toutes les normes actuelles de sensibilité et de spécificité et ne donne pas de faux résultats positifs.

«Il permet de détecter non seulement le SARS-CoV2 lors d’une recherche, mais aussi de le distinguer des virus similaires, ainsi que du MERS-CoV (syndrome respiratoire du Moyen-Orient).»

Source

 

 

 

Coronavirus : la barre des 3.000 décès à l'hôpital dépassée en France

 

 

COVID-19 - Avec 418 personnes mortes ces dernières 24 heures, la France a enregistré plus de 3.000 décès dans les hôpitaux depuis le début de l'épidémie.

Depuis le début de l'épidémie due au coronavirus, plus de 3.000 malades du Covid-19 sont morts à l'hôpital en France, 3.024 précisément. Comme à son habitude, le Pr Salomon, directeur général de la Santé, a indiqué le dernier bilan officiel ce lundi 30 mars au soir et a annoncé la plus forte hausse de mortalité en une journée, avec 418 nouveaux décès survenus ces dernières 24 heures. 

A ce jour, plus de 21.000 patients sont hospitalisés, parmi lesquels plus de 5.100 sont en réanimation, soit 475 personnes de plus que la veille. 34 % de ces cas lourds sont âgés de moins de 60 ans et 64 malades ont moins de 30 ans. Ce lundi, le directeur général de la Santé a qualifié le Covid-19 de "virus très contagieux, avec une diffusion rapide" mais aussi d'"épidémie inédite, sévère, meurtrière".

Lire la suite

 

 

 

 

Coronavirus : les Etats-Unis se mobilisent, l’Europe guette le pic de la pandémie

 

Aux Etats-unis, qui recensent le plus grand nombre de cas confirmés (160 000, dont près de 3 000 morts), la propagation du virus s’accélère dans la région de New York.

Malgré le confinement de plus de 3,4 milliards de personnes, soit près de la moitié de l’humanité, le nouveau coronavirus poursuit sa progression, notamment aux Etats-Unis, où l’heure est à la mobilisation générale. Plus de 757 940 cas d’infection ont été diagnostiqués dans 184 pays et territoires depuis l’apparition du virus, en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse lundi 30 mars à 21 heures, à partir de sources officielles.

Partout où la pandémie de Covid-19 – qui a fait quelque 37 000 morts dans le monde – fait des ravages, on guette fébrilement le pic du taux de mortalité, annonciateur d’un reflux et d’un désengorgement des services de réanimation.

Le cap des 11 000 morts franchis en Italie, 812 nouveaux décès en vingt-quatre heures en Espagne et 418, un record, en France : en Europe, où l’épidémie a fait quelque 26 500 morts, le macabre bilan a continué lundi à s’alourdir. Mais dans certains pays le pic de l’épidémie semblait se profiler.

En Italie, pays qui enregistre le record mondial de décès (plus de 11 500, pour plus de 100 000 cas recensés), le confinement commence à produire des résultats encourageants après trois semaines. « Nous pouvons espérer atteindre le pic dans sept ou dix jours, puis, raisonnablement, une décrue de la contagion », a déclaré le vice-ministre italien de la santé, Pierpaolo Sileri. Pas question pour autant de relâcher l’effort : les autorités ont prolongé le confinement « au moins jusqu’à Pâques », le 12 avril.

Lire la suite et voir tableau 

 

 

 

Coronavirus. CHR de Metz : décès d’un médecin hospitalier qui était en réanimation

 

Un médecin hospitalier est mort du coronavirus alors qu’il était en réanimation dans un établissement en Moselle, a annoncé ce lundi la directrice générale du CHR de Metz, le 6e décès de praticien rendu public depuis le début de l’épidémie.

« Je viens d’apprendre le décès d’un de nos médecins » qui était « hospitalisé dans le lit d’une autre réanimation » que celle du centre hospitalier régional (CHR) de Metz, a indiqué sa directrice générale, Marie-Odile Saillard, lors d’une audioconférence de presse. « Nous avons plusieurs médecins en réanimation aujourd’hui« , a ajouté Mme Saillard, qui n’a pas souhaité donner plus de détails sur l’identité de la victime.

« Un peu plus de quarante personnels hospitaliers » ont été contaminés par le Covid-19 au sein du CHR, a-t-elle indiqué, précisant que « dans ces personnes vous avez aussi des gens malades, mais pas gravement malades« . […]

La Provence

 

Une infirmière menacée: «Si un cas se confirme au sein de la résidence, vous serez tenue responsable» - photo

 

Mira, une infirmière résidant à Dourdan, dans l’Essonne, a retrouvé une lettre de menaces sur sa voiture, écrite au nom de «l’ensemble du voisinage», raconte Le Parisien. Le message est clair: la soignante représente un risque de contamination au coronavirus pour ses voisins et doit quitter la résidence.

Pendant que le monde entier applaudit l'action du personnel médical dans la lutte contre le coronavirus, en France, certains reçoivent des menaces. Tôt dans la matinée du dimanche 29 mars, Mira, une infirmière, a aperçu un papier sur son pare-brise au moment d’aller à l’hôpital. Il s’agissait d’une lettre signée par le «voisinage» qui lui demandait de «prendre un logement à l’hôpital» car elle représente un danger de contamination pour les habitants de son quartier, a rapporté Le Parisien.

«En concertation avec l’ensemble du voisinage, nous encourons un réel danger de vous avoir à nos côtés. […] Si un cas se confirme au sein de la résidence, vous serez tenue responsable!», est-il notamment écrit.

L’infirmière de 24 ans a fondu en larmes et est restée très remontée contre son voisinage le reste de la journée. Ses collègues lui ont conseillé de déposer une main courante, ce qu’elle n’a pas fait. De retour le soir à son domicile, de nombreux voisins ont applaudi à 20 heures: une incompréhension pour la jeune soignante.

Un acte isolé?

La mère de Mira a alors décidé de répondre à cette menace en déposant à son tour un courrier dans les boîtes aux lettres autour de l’impasse où vit sa fille: «Si vous respectez ce confinement, personne ne sera tenu responsable de cela à part vous […], soyons solidaires les uns envers les autres».

Lire la suite

 

Note : scandaleux les auteurs de cette lettre devrais faire de la prison

 

«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?

 

Un agent civil de la base aérienne de Creil, où le premier rapatriement des Français de Wuhan a eu lieu, est hospitalisé depuis mi-février, atteint du Covid-19. Cherchant à savoir comment il a pu l’attraper, sa femme se heurte au silence de la grande muette, explique-t-elle au Parisien.

Depuis plus d’un mois, Nathalie tente de comprendre comment son mari, contrôleur de prestation à la base aérienne 110 de Creil (Oise), a pu contracter le coronavirus. Il se trouve dans un état critique depuis mi-février, et n’a été dépisté que 10 jours plus tard. Sa femme a exprimé sa colère auprès du Parisien et estime que le gouvernement est responsable du sort de son mari.

L’homme de 55 ans n’avait pas voyagé en Chine, mais avait été en contact avec le mari d’une hôtesse de l’avion qui a rapatrié les premiers Français de Wuhan, le 31 janvier.

«Il travaillait avec lui à la base. Je ne vois pas comment il peut en être autrement. Sauf que lorsque je demande des explications à la base, on me répond "secret Défense"», a témoigné Nathalie auprès du quotidien.

Elle affirme que son mari est tombé malade en côtoyant des collègues qui étaient atteints par le coronavirus sans le savoir. Malheureusement, ni le gouvernement, ni «les responsables de la base ne reconnaîtront jamais» que son époux a attrapé la maladie sur le site, a-t-elle déploré, «cela voudrait dire qu’ils n’ont pas fait ce qu’il fallait».

Il n’a été testé qu’au bout de 10 jours

Outre le silence des autorités, cette aide-soignante dénonce la façon dont son mari a été traité. Il a montré les premiers symptômes le 13 février. Son état s’est aggravé trois jours plus tard, alors qu’il éprouvait des difficultés à respirer. Ni l’ambulancier qui l’a transporté, ni les infirmières qui l’ont soigné à l’hôpital de Compiègne ne portaient de protection

Il n’a d’ailleurs pas été testé, la consigne était de le faire uniquement sur les personnes revenant de Chine. Une semaine plus tard, son état s’est encore dégradé et il a été placé en réanimation. Le samedi 22 février, il a été transporté au CHU d’Amiens, qui a finalement décidé de le tester le lundi suivant, le 24 février. Le résultat positif est tombé le lendemain.

Après un mois et demi d’hospitalisation, il est désormais négatif au Covid-19, mais se trouve toujours dans un état critique. «Il est sorti du coma artificiel ce mercredi, après quatre semaines. Le virus lui a bouffé tous les poumons. Nous allons le voir trois fois par semaine, pendant une heure. On vit jour après jour», a conclu Nathalie.

Lire la suite

 

 

 

Des chercheurs démontent un mythe sur le coronavirus

 

Les victimes du Covid-19 sont souvent co-infectées par d'autres virus respiratoires, indique une étude de l’école de médecine de l’Université de Stanford. Elle remet donc en question l’hypothèse selon laquelle les gens souffrant d’une maladie virale respiratoire ne pourraient pas attraper le coronavirus.

Lire l'article

 

 

Une Italienne de 102 ans guérit miraculeusement du coronavirus après 20 jours d’hospitalisation – photo

 

Une Italienne de 102 ans a guéri du coronavirus après avoir été hospitalisée pendant une vingtaine de jours à Gênes, devenant ainsi un symbole d’espoir pour les personnes âgées. Elle ne présentait que de légers symptômes et a pratiquement guéri toute seule, selon un médecin.

Lire l'article

 

 

 

Plusieurs morts recensés en France après des prises de chloroquine

 

La chloroquine figure parmi les médicaments administrés aux patients atteints du coronavirus. Mais elle a plusieurs effets indésirables. Des cas de toxicité cardiaque ont été rapportés chez des malades du Covid-19 en France, avertit Le Point.

La polémique repart de plus belle concernant l’utilisation de la chloroquine (commercialisée sous le nom de nivaquine) et de l'hydroxychloroquine (Plaquenil) pour traiter l'infection au Covid-19. Le pharmacien d'un grand CHU français, correspondant du Centre de pharmacovigilance de sa région, a alerté le 27 mars des spécialistes de son établissement, relate Le Point dans une enquête exclusive.

«Des cas de patients Covid-19 positifs [dont l'infection a été validée par un test, note du Point] présentent, sous hydroxychloroquine associée ou non à l'azithromycine [un antibiotique], des troubles du rythme ou de la conduction cardiaque, des arrêts cardiaques dans d'autres centres hospitaliers français.» Certains de ces arrêts se sont révélés «fatals».

Ils sont actuellement évalués afin d’être «transmis à l'ANSM [Agence nationale de sécurité des médicaments]», a indiqué le pharmacien au Point.

L'agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine a pour sa part fait savoir le 29 mars que «des cas de toxicité cardiaque ont été signalés dans la région à la suite de prises en automédication de Plaquenil [hydroxychloroquine] face à des symptômes évocateurs de Covid-19, ayant parfois nécessité une hospitalisation en réanimation».

Polémique planétaire

La chloroquine et l'hydroxychloroquine font l'objet d'un débat à l’échelle mondiale depuis plus d'un mois. Ainsi, le professeur Didier Raoult, directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, affirme que la chloroquine, et en particulier l'hydroxychloroquine associée à l'azithromycine, est une piste prometteuse contre le Covid-19.

Lire la suite

 

 

 

 

Сes personnes peuvent guérir du Covid-19 sans médicaments, selon une étude

 

Les personnes bénéficiant d'une bonne immunité peuvent guérir du Covid-19 toutes seules, sans médicaments, d’après les résultats d’une étude publiés dans la revue Nature Medicine par des chercheurs de l’université de Melbourne, qui citent en exemple le cas d’une femme arrivée de Chine en Australie.

Selon les scientifiques, une résidente de la ville chinoise de Wuhan, âgée de 47 ans, est arrivée en Australie avant d’être hospitalisée 11 jours plus tard à Melbourne alors qu’elle avait depuis quatre jours des symptômes du Covid-19: faiblesse, essoufflement, toux sèche et fièvre.

La patiente ne souffrait pas de maladies chroniques, ne prenait pas de médicaments et n’avait pas de mauvaises habitudes, d’après l’étude.

Traitement sans médicaments

Les médecins n’ont pas prescrit d’antibiotiques ou de médicaments antiviraux à cette patiente, se limitant à lui administrer un liquide par voie intraveineuse pour maintenir l'équilibre hydrique dans le corps.

Elle a quitté l’hôpital 11 jours après l’apparition des premiers symptômes, pour rester en quarantaine chez elle. Ses symptômes ont complètement disparu au 13e jour et cette absence de symptômes était toujours constatée au 20e jour, avec une augmentation progressive, du 7e au 20e jour, des cellules du système immunitaire, ce qui est aussi une réaction caractéristique de l’organisme infecté par la grippe saisonnière habituelle.

Lire la suite

 

 

Le coronavirus «ne disparaîtra jamais», selon un virologue

 

Le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 ne disparaîtra probablement jamais à la différence de la pneumonie atypique (SARS) parce qu’il a déjà touché la plupart des pays du monde, a déclaré lundi 30 mars Alexandre Loukachev, directeur de l'Institut de parasitologie médicale, des maladies tropicales et transmissibles de l'université Setchenov de Moscou, cité par la radio Govorit Moskva.

«Il ne disparaîtra pas, il s'est déjà très largement répandu, il se transmet facilement, il est présent dans tous les pays du monde. Très probablement, ce virus restera avec nous pour toujours», a estimé le médecin.

Mais la maladie à coronavirus Covid-19 peut devenir moins socialement dangereuse avec le temps, selon lui.

Source

 

 

 

 

 

 

Coronavirus : pourquoi le Portugal est-il relativement épargné comparé à son voisin espagnol ?

 

Pourtant voisin de l’Espagne, deuxième pays le plus touché par le coronavirus dans le monde, le Portugal est encore relativement épargné par la pandémie de Covid-19, avec 119 morts et quelque 6.000 cas enregistrés dans le pays. Un constat étonnant qui a plusieurs explications selon les experts. Parmi celles-ci, la fermeture de la frontière avec l’Espagne.

Le gouvernement portugais du Premier ministre Antonio Costa a décrété l’état d’urgence le 19 mars dernier, une première depuis le rétablissement de la démocratie en 1974. Le gouvernement portugais du Premier ministre Antonio Costa a décrété l’état d’urgence le 19 mars dernier, une première depuis le rétablissement de la démocratie en 1974. […]

Mais pourquoi Lisbonne a-t-elle fait des choix forts si tôt ? La proximité géographique avec l’un des principaux pays affectés par le coronavirus, l’Espagne, répond Victor Pereira. Yves Léonard en a une autre, empreinte de realpolitik économique. Selon lui, le gouvernement, dirigé par le Premier ministre socialiste Antonio Costa, a vite compris que plus cette crise sanitaire durerait longtemps, plus l’impact sur le tourisme, un secteur essentiel pour l’économie portugaise, serait dramatique. Il a donc fait le choix de prendre des mesures radicales précocement, afin de «sortir au plus vite de cette situation de confinement», explique l’historien, et ainsi faire repartir le tourisme le plus tôt possible.

La première est d’ordre géographique. Le Portugal est l’un des seuls pays européens à n’avoir qu’une seule frontière terrestre, en l’occurrence avec l’Espagne. Un élément qui rend plus aisé le contrôle des entrées dans le pays, d’autant plus que la fermeture aux touristes de sa frontière avec Madrid a été décrétée tôt, dès le 15 mars. […]

Mais attention à ne pas crier victoire trop vite, nuance Victor Pereira. «La question est désormais de savoir si l’hôpital public portugais, fragilisé par des années d’austérité, va pouvoir tenir le coup.»

cnews

 

Coronavirus : plus de 10 000 policiers à l’arrêt, 257 testés positifs selon le syndicat Alliance qui évoque des « poches de résistance » au confinement

 

Face à la pandémie de coronavirus, les policiers sont en première ligne, notamment pour faire respecter le confinement. Un peu plus de 10 000 policiers sont actuellement à l’arrêt pour suspicion de Covid-19 et « 257 » ont été testés positifs, a révélé Stanislas Gaudon, porte-parole du syndicat de police Alliance, invité de franceinfo ce mardi 31 mars. Des chiffres confirmés à franceinfo par la Police nationale. Il estime que « trop de temps » a été perdu.

Il est impensable que le ministre de l’Intérieur ait encore dit, il y a quelques jours : « Vous ne mettez un masque que si vous êtes confronté à quelqu’un quelqu’un qui a le Covid-19. » Pardon, mais les policiers ne sont pas des personnels de santé, ils ne procèdent pas à des analyses sur le terrain, ils doivent procéder à des contrôles. Ils sont au contact des personnes et ils ne doivent pas devenir des vecteurs de propagation du virus. […]

Le porte-parole du syndicat de police Alliance a par ailleurs estimé que les règles de confinement étaient « globalement » bien respectées, mais a pointé « quelques poches de résistance » dans des quartiers, notamment en Seine-Saint-Denis.

Où se trouvent ces « poches de résistance » que vous évoquez ?

Elles sont surtout liées à des quartiers où c’était déjà compliqué pour le travail de la police. Il y a certains quartiers en Seine-Saint-Denis, dans le 91 [Essonne], mais également en province, où il y a une hostilité envers la police et l’autorité de l’État. Encore ce week-end, nous avons assisté à un guet-apens, où on brûle une voiture et on attend que les sapeurs-pompiers et la police arrivent pour leur jeter des mortiers extrêmement dangereux. […]

francetvinfo

 

 

 

Alès (30): en pleine crise du coronavirus, pompiers et police pris à partie

 

Dimanche à 4 heures du matin, les pompiers venus éteindre un feu ont été caillassés. La police nationale a également été mise à mal et parle de guet-apens.

[…]

Venus pour un feu de container qui menaçait des habitations, les pompiers sont intervenus rue Sully-Prudhomme (aux Prés Saint-Jean) et se sont faits caillasser

[…]

Midi Libre

 

Montpellier : « couteau sous la gorge » un couple dépouillé à son domicile par un migrant algérien

 

Montpellier : réveillé par un intrus qui lui met un couteau sous la gorge

[…]

En pleine période de confinement et de couvre-feu, certains n’hésitent pas à se promener la nuit. Ce lundi 30 mars, vers 2 h 45, un jeune couple a été réveillé alors que, dans son lit, le maître des lieux avait un couteau sous la gorge. Au cœur de la nuit, un intrus s’était introduit au domicile des Montpelliérains, place Emile-Martin, près de l’hôpital Saint-Eloi, et exigeait dans un français approximatif que les victimes lui remettent leurs bijoux, numéraires, cartes bancaires… codes.

[…]

Le suspect avait déjà été interpellé quelques heures auparavant : le samedi 28 mars dans l’après-midi

[…]

Convocation devant la justice en poche, il avait été remis en liberté à l’issue de cette première garde à vue.

[…]

L’article dans son intégralité sur Midi Libre

 

Allemagne : Un Tunisien condamné pour avoir préparé un attentat à la bombe biologique à la ricine. « Le jihad est un devoir dans l’Islam »

 

Un djihadiste accusé d’avoir préparé un attentat inédit en Allemagne avec une bombe biologique à la ricine, a écopé jeudi, de 10 ans de prison.

Âgé de 31 ans, le Tunisien Sief Allah H. avait travaillé comme facteur dans son pays avant de rejoindre l’Allemagne. « Pour la première fois en Allemagne, des accusés qui ont préparé une attaque avec un agent biologique étaient jugés », s’est félicité le parquet. Selon le patron de la police criminelle allemande, Holger Münch, leur arrestation en juin 2018 avait probablement permis d’éviter ce qui aurait été la première attaque biologique en Allemagne.

Au cours de leur procès qui avait débuté l’été dernier, le tribunal de Düsseldorf a estimé que Sief Allah H. avait voulu tuer « beaucoup de personnes » (…) Le Tunisien avait préparé cette attaque à l’époque avec sa compagne allemande, Yasmine H., 43 ans. Sauf que les poursuites contre celle-ci ont finalement été séparées, car les juges ont accusé son avocat d’obstruction à la justice.

(…) Rejetant l’accusation d’acte terroriste, Sief Allah H. a néanmoins affirmé jeudi que « le jihad n’est pas barbare ; c’est plutôt un devoir dans l’Islam ».

(…) Bladi.net

 

 

Sevrey (71) : l’inquiétante évasion d’Aturk Nuri, meurtrier potentiellement dangereux

 

Il s’appelle Aturk Nuri, est âgé de 34 ans, et depuis vendredi soir, il fait l’objet d’une recherche active par les forces de gendarmerie du pays.

« Potentiellement dangereux »

Il s’est échappé vendredi soir du CHS de Sevrey, en Saône-et-Loire, trompant la vigilance de ses gardiens indiquent nos confrères du JSL.

« L’homme est classé potentiellement dangereux, précise une source de la gendarmerie. D’autant plus que son traitement devrait arriver bientôt à court. »

Selon nos confrères de l’Est républicain, Nuri Akturk avait été mis en examen pour le meurtre de Julien Bideaud, dont le corps lacéré de 17 coups de couteau avait été retrouvé sur un parking de Pontarlier, en octobre 2013. Le trentenaire, qui souffre de troubles psychiatriques, avait été jugé irresponsable pénalement par la chambre de l’instruction de Besançon en 2016, mettant fin à l’instruction, précisent encore nos confrères. […]

bienpublic.com

 

Coronavirus : la Turquie a évacué les réfugiés massés le long de sa frontière terrestre avec la Grèce pour les placer en quarantaine dans des centres de rétention

 

Craignant une crise sanitaire due à la pandémie, les autorités turques ont fait évacuer ces derniers jours la plupart des réfugiés massés à la frontière avec la Grèce depuis la fin du mois du février. Des milliers de personnes qui, encouragées par la décision du président turc, Recep Tayyip Erdogan, d’« ouvrir les portes » vers l’Union européenne, attendaient le long de la frontière terrestre turco-grecque dans l’espoir de passer en Grèce, en sont reparties comme elles y étaient venues, dans des bus affrétés par les autorités.

Le ministre turc de l’intérieur, Süleyman Soylu, a déclaré, vendredi 27 mars, à la chaîne de télévision privée NTV que 5 800 demandeurs d’asile qui étaient massés au poste-frontière de Pazarkule (Kastaniès, côté grec) dans la province d’Edirne, en Thrace orientale, avaient été éloignés de la zone frontalière. Cette évacuation a eu lieu « à la demande des réfugiés », a cru bon de préciser l’agence de presse DHA, soulignant que le campement sauvage établi à Pazarkule avait été démantelé.


 

 

Commenter cet article