Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 20 mars 2020

En se moment sur les réseaux sociaux circule une fausse prophétie de  Nostradamus

Elle se lit comme suit : "Il y aura une année jumelle (2020) d'où surgira une reine (Corona) qui viendra de l'Orient (Chine) et qui étendra une plaie (Virus) dans les ténèbres de la nuit, sur un pays aux 7 collines (Italie) et transformera en poussière (Mort) le crépuscule des hommes, pour détruire et ruiner le monde. Ce sera la fin de l’économie mondial [sic] tel que vous le connaissiez !!

C’est une pure invention ce quatrain n'existe pas

Vers une guerre de religion, infos du 20 mars 2020

J'ai faits par contre, aujourd’hui quelque recherche sur le millier de quatrain de Nostradamus, en cherchant le mot-clef "peste", j'ai trouvé quelque quatrain mais ils sont le plus souvent associés à des guerres

 

 

 

C3 - Q75
Pau, Verone, Vicenne Sarragousse,
De glaiues loings, terroirs de sang humides
PESTE si grande viendra à la grand gousse,
Proche secours, & bien loing les remedes.

 

Interprétation
Pau (Pyrénées-Atlantiques), Vérone (Italie), Vincennes (Île-de-France) Sarragousse* (en Sicile),
De glaives (venus de) loin, territoires de sang humidifié
PESTE si grande viendra dans la grande gousse (population),
Proche secours, & bien loin (la Chine !)  les remèdes.

 

Plusieur lieu en France porte le nom de Sarragousse (pas encore de trace du virus en Sicile)

 

 

C2 - Q46
                Apres grâd troche humain plus grâd s'appreste                        
Le grand moteur les siecles renouuelle:
Pluye sang, laict, famine, fer & PESTE
Au ciel veu feu, courant longue estincelle.

 

Interprétation:
Après grande assemblé  humaine une plus grande s’apprête
Le grand mouvement des siècles renouvelé
Pluie sang, lait*, famine,
fer & peste (maladie)
Au ciel vu feu, coutent longue étincelle (comète ou missile !)

 

 

- troche = Groupement, assemblage de choses de même nature. Synonyme. bouquet, assemblage

Moteur, il faut ici chercher le sens qu'avais ce mot a l'époque  Nostradamus 

Moteur = Dictionnaire de L'Académie française 1re édition (1694) : Moteur. s. m. Celuy qui donne le mouvement. Dieu est le premier moteur, le souverain moteur de toutes choses Au féminin, il ne s' emploie guère qu' adjectivement dans ces phrases, Vertu motrice, faculté motrice, puissance motrice, &c. qui signifie, Vertu, faculté, puissance qui donne le mouvement.

*Le lait est synonyme du douceur, aprés la douceur de vivre les maux arrives (maladie et guere)

 

 

 

C3 - LVI.(56)
Montaubant, Nismes, Auignon & Besier,
PESTE, tonnerre, & gresle à fin de Mars:  
De Paris Pont, Lyon mur, Montpellier,
Depuis six cens & sept vingts trois pars.

 

Interprétation :

Montauban, Nîmes, Avignon & Béziers,
PESTE, tonnerre, & grêle à fin de Mars:  
De Paris Pont (passage ouvert) , Lyon mur (couvre feu !), Montpellier,
Depuis six cens & sept vingts trois pars. ( depuis 607 en 23 part !)

 

On pourra vérifier celui-là à la fin de ce mois

 

C8 - Q17
Les biens aisez subit seront desmis,
Par les trois freres le monde mis en trouble
Cité marine saisiront ennemis,.
Fain, feu, sang, peste, & de tous maux le double.

 

Interprétation:

Les personnes aisées subitement seront demis,
Par les trois frères* (pays) le monde mis en trouble
Cité marine (Marseille ou Toulon) seront saisi par ennemis,.
Faim, feu, sang,
peste, & de tous maux ( mal) seras doubler.

 

 

Ce quatrain fait penser a un autre qui parle d'une cométe et de trois princes le C 2 - Q 43  Durant l'estoille chevelue apparente, Les trois grands princes seront faits ennemis... (lien propheties cométe)

 

 

 

 

En Irak, les États-Unis redéploient leurs troupes

 

De petites unités sont fermées et les grandes bases renforcées face aux attaques des milices pro-iraniennes.

Un premier redéploiement a eu lieu mardi à la base militaire d’Al Qaem, dans le nord du pays, près de la frontière avec la Syrie.
Un premier redéploiement a eu lieu mardi à la base militaire d’Al Qaem, dans le nord du pays, près de la frontière avec la Syrie. -/AFP

Des centaines de militaires américains vont quitter trois petites bases, tandis qu’un système de défense aérienne renforcé sera installé dans deux plus grandes. Régulièrement attaqués par les milices chiites pro-iraniennes et en froid avec les autorités de Bagdad, les militaires américains ont commencé de redistribuer les cartes de leur présence en Irak.

Mardi au cours d’une brève cérémonie, la coalition internationale anti-Daech a annoncé avoir transféré aux forces de sécurité irakiennes le contrôle de la base militaire d’Al Qaem, dans le nord, non loin de la frontière syrienne, en raison du «succès remporté contre les djihadistes de Daech». Ce départ marque la fin de la présence militaire américaine dans cette région, une des premières à être tombée entre les mains de Daech en 2014.

La suite seulement pour les abonnés

 

 

 

 

L'Italie déploie l'armée en Lombardie pour faire respecter le confinement

 

Le président de la Lombardie a déclaré ce 20 mars que le gouvernement du pays avait accepté de déployer l'armée dans la région pour veiller au respect par la population locale des mesures de confinement.

Le président de la Lombardie a déclaré ce 20 mars que le gouvernement du pays avait accepté de déployer l'armée dans la région pour veiller au respect par la population locale des mesures de confinement.

«114 soldats seront déployés dans toute la Lombardie ... c'est encore trop peu, mais c'est positif», a déclaré Attilio Fontana lors d'une conférence de presse.

Lire la suite

 

 

 

Coronavirus : en France, le seuil symbolique des 10 000 cas confirmés a été franchi

 

 

 

 

Coronavirus : Le seuil des 10.000 morts dépassé, « des millions » de vies en jeu, prévient l’ONU

 

PANDEMIE L'Italie est devenue jeudi le pays le plus endeuillé, et de nouveaux pays comme l'Argentine ont pris des mesures de confinement pour tenter de ralentir l'épidémie

 

La barre des 10.000 morts dus au coronavirus a été dépassée le 20 mars 2020.
La barre des 10.000 morts dus au coronavirus a été dépassée le 20 mars 2020. — MICROSOFT

 

Près de 250.000 cas, plus de 10.000 morts et 179 pays touchés : implacablement, la pandémie de coronavirus continue de s’étendre dans le monde entier et de faire tourner la planète au ralenti. L’Italie est devenue, devant la Chine, le pays le plus endeuillé au monde par le coronavirus, qui pourrait coûter des « millions » de vies, a prévenu l’ONU, faute de solidarité envers les pays pauvres.

Ce vendredi matin, le nombre de décès a dépassé les 10.000 (10.041, selon le décompte de Worldometer, qui est plus régulièrement mis à jour que celui de l’hôpital John Hopkins). Et les bilans ne cessent de s’alourdir : au cours des dernières 24 heures, 427 patients ont succombé en Italie, 169 en Espagne, 149 en Iran, 108 en France… poussant les autorités à renforcer les mesures de confinement, au risque de peser encore un peu plus sur l’économie et le moral des populations.

Les mesures de confinement en Italie seront « prolongées à leur échéance » du 3 avril, selon les autorités, qui envisagent aussi d’interdire les activités de plein air comme le jogging ou les balades. En France aussi, un prolongement du confinement au-delà des 15 jours prévus sera « vraisemblablement nécessaire », selon les autorités. Aux Etats-Unis, la Californie a imposé un confinement dans tout l’Etat, avec près de 40 millions de personnes concernées.

L’Italie dépasse la Chine sur les décès

Une semaine après le début du confinement généralisé de sa population, l’Italie dénombre 3.405 décès, le nombre le plus élevé au monde, et le pic de la pandémie ne semble pas atteint.

Ces dernières 48 heures, la péninsule a enregistré un nombre de décès quotidiens dépassant celui enregistré au plus fort de la maladie dans la ville de Wuhan, berceau chinois de l’épidémie.

La Chine, où 3.245 personnes ont succombé, n’a fait état jeudi d’aucune nouvelle contamination d’origine locale, une première depuis le début de l’épidémie en décembre dans ce pays. Mais 34 cas « importés » ont été dénombrés.

L’Iran, troisième pays le plus touché en nombre de morts, avec 1.284 victimes, envisage des mesures plus strictes pour limiter les contaminations. En attendant, près de 10.000 détenus vont être graciés, afin de diminuer la pression sur les prisons. En Espagne, qui déplore 767 morts, les autorités ont ordonné la fermeture de tous les hôtels sur le territoire.

Presque aucun pays épargné

Plus aucune partie du monde n’est épargnée : le coronavirus a fait un premier mort en Afrique subsaharienne, au Burkina Faso en Russie, et des premiers cas aux Fidji, au Niger et en Haïti. LE virus continue de gagner du terrain en Uruguay et en Argentine, où le président a imposé un confinement « obligatoire » pour deux semaines.

Lire la suite

LIRE AUSSI : Covid-19 - "La circulation virale est rapide et intense" déplore Jérôme Salomon, 108 morts en 24 heures

 

Note : 158 521 cas en vérité puisque, 86 032 ont été guéries (au moment ou j’écris) . Mais les journalistes ont une adoration pour les gros chiffres

 

 

 

 

Coronavirus : pourquoi la France manque-t-elle de masques de protection respiratoire ?

 

Les hôpitaux sont sous tension et réclament davantage de matériel pour protéger le personnel soignant. Les approvisionnements en masques sont serrés et l'Etat a dû relancer à la hâte la fabrication de ces précieuses protections.

Un patient sous assistance respiratoire est transféré à l\'hôpital de Strasbourg (Bas-Rhin), le 16 mars 2020.
Un patient sous assistance respiratoire est transféré à l'hôpital de Strasbourg (Bas-Rhin), le 16 mars 2020. (PATRICK HERTZOG / AFP)

"Nous avons assez de masques aujourd'hui pour permettre aux soignants d'être armés face à la maladie et de soigner les malades, a assuré le ministre de la Santé, Olivier Véran, mardi 17 mars sur France Inter. Mais en fonction de la durée de l'épidémie, nous ne savons pas si nous en aurons suffisamment à terme." La question du matériel sanitaire est cruciale pour combattre l'épidémie de Covid-19. Face à la trop faible quantité de stocks disponibles, l'inquiétude est palpable dans les couloirs des hôpitaux, d'autant que les vols et les disparitions compliquent encore la donne (12 500 masques au CHU de Montpellier...).

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"Je sais qu'il y a des problèmes de masques qui me remontent, et qui sont ubuesques", a notamment déclaré sur franceinfo Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Il faut distinguer les masques chirurgicaux, destinés aux malades pour protéger leur entourage, et les masques respiratoires dits "FFP2", qui protègent le porteur contre l'inhalation d'agents infectieux. Dans un courrier adressé à une élue, que franceinfo a pu consulter, un médecin hospitalier de Grenoble (Isère) livre par exemple cet édifiant constat.

Lire la suite

 

 

 

Le témoignage édifiant d'une infirmière

 

 

Coronavirus - Covid-19 : les sans-abris, laissés pour compte du confinement

 

 

Non, il ne faut pas porter des gants pour se protéger du Covid-19

 

Cette solution n'est pas recommandée pour lutter contre la propagation de la maladie.

Bonjour,

Afin de se protéger contre le Covid-19, certains décident de porter des gants de ville ou en latex lorsqu’ils sortent de chez eux. Lors du premier tour des élections municipales, des assesseurs ont aussi fait ce choix, comme on peut le voir dans ce tweet de Ouest-France.

Pourtant, il n’est pas recommandé de porter des gants à l’extérieur. «Il ne faut pas porter de gants. La meilleure solution est de se laver les mains régulièrement», a ainsi indiqué Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé lors de son point de mardi.

«Beaucoup de gens portent des gants. Quand on porte des gants on a potentiellement du virus sur les mains et ensuite on se touche le visage, on a des contacts avec des gens. On contamine son environnement, on contamine les personnes avec qui on a des interactions, et en plus on se touche souvent le visage sous le masque donc on se contamine massivement en pensant être protégé», a-t-il alerté.

De même, l’OMS explique sur son site que «le fait de se laver les mains régulièrement protège mieux contre le Covid-19 que le port de gants en caoutchouc. Le virus peut se trouver sur les gants et il y a un risque de contamination si vous vous touchez le visage avec les gants».

LIBÉRATION

 

Note ; si des gants de servent a rien, alors pourquoi en milieu hospitalier ont s'en sert  depuis des décennies!

 

 

 

 

"Quand une chose est faite ailleurs, on nous dit que c'est inutile :
• masques
• tests
• frontières
[...]
Aujourd'hui, on met des frontières partout dans nos vies personnelles.
La porte d'entrée est une frontière lors d'un confinement." - Charlotte d'Ornellas

VIDEO

 

 

Coronavirus : le nombre de morts en Italie dépasse celui de la Chine

 

L'Italie a dépassé ce jeudi 19 mars au soir la Chine pour le nombre de morts du coronavirus, avec 427 décès en 24 heures pour atteindre un total de 3.405, selon un décompte de l'AFP à partir de chiffres officiels.

C'est un triste record pour l'Italie ce jeudi 19 mars au soir. Le pays européen déplore désormais un nombre de morts plus important que la Chine, d'où était parti le nouveau coronavirus Covid-19. L'Italie déplore 427 nouveaux décès en 24 heures, ce qui porte à 3.405 le nombre total de morts.

L'Italie devient donc le premier pays pour le nombre de morts dus à l'épidémie de Covid-19 devant la Chine (3.245), l'Iran (1.284) et l'Espagne (767). L'Italie avait recensé officiellement ses deux premiers morts le 22 février.

Le nouveau coronavirus a fait au moins 9.020 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 11h00. Plus de 217.510 cas d'infection ont été détectés dans 157 pays et territoires depuis le début de l'épidémie.

En France, 264 personnes décédées (dont 89 ces dernières 24 heures). 3.626 malades sont hospitalisés, dont 921 en réanimation selon un bilan communiqué ce mercredi 18 mars au soir par le ministère de la Santé.

Source

 

 

Corée du Sud : tests au Covid-19 obligatoires pour toutes les personnes arrivant d’Europe

 

A partir du 22 mars à minuit heure de Corée, les personnes en provenance d’Europe qui souhaitent entrer en Corée seront soumises obligatoirement, à un test Covid-19 à leur arrivée à l’aéroport. Plus d'info ici : https://kr.ambafrance.org/Informations-Coronavirus-Covid-19-MAJ-au-20-03 

VIDEO


Note : tous les pays devraient faire de mm, mais pas seulement pour les Européens, toutes les personnes qui viennent de pays contaminés

 

 

 

 

Le coronavirus ralentira lorsque ces deux conditions seront remplies, affirme une biologiste

 

Une biologiste de l’Université américaine George Mason a indiqué à Sputnik que la diminution du nombre de cas d’infection au coronavirus dépendra de deux facteurs: un processus de vaccination naturelle et l’évolution du virus.

L’arrêt de la pandémie de coronavirus dépend de deux facteurs, a expliqué à Sputnik Ancha Baranova, docteur en sciences biologiques et professeure à l’École de biologie des systèmes de l’Université George Mason, aux États-Unis.

En tant que premier facteur, elle a cité le processus d’évolution du virus.

«Nous savons qu’il y a un affaiblissement du virus dans le nouvel hôte [l’Homme est le nouvel hôte du virus, ndlr]. Nous l’avons observé sur d’autres virus, y compris les coronavirus», a indiqué Mme Baranova.

Selon elle, le virus de la chauve-souris est entré dans le corps humain et a muté en se transférant d’une personne à l’autre, ce qui l’affaiblit.

«Sa coévolution se produit pour qu’il [le coronavirus, ndlr] puisse plus ou moins coexister avec l’Homme. Ce virus s’adapte maintenant à nous. Combien de temps cela prendra, on ignore», a ajouté la professeure.

Quant au deuxième facteur, il s’agit, selon la biologiste, de l’acquisition de l’immunité par les Hommes, c’est-à-dire le processus de vaccination naturelle.

Mme Baranova a expliqué qu’un nombre suffisant de personnes disposera d’anticorps aptes à faire face au virus lorsque 70% environ de la population sera tombée malade et aura guéri. Les cas de contamination ne seront alors plus aussi massifs, la population ayant développé une immunité.

Lire la suite

 

 

 

 

 

Un Iranien périrait toutes les dix minutes du Covid-19

 

Une personne atteinte du coronavirus meurt toutes les dix minutes en Iran. Une statistique-choc relayée par un officiel du ministère de la Santé iranien. Malgré de nombreux cas de guérison, Téhéran peine toujours à contenir l’épidémie, notamment du fait du régime de sanctions que les États-Unis n’ont toujours pas levé.

Lire l'article

 

 

 

L’Arabie saoudite commence à subir l’impact de l’effondrement des prix du pétrole

 

Puits de pétrole dans le désert

Riyad, qui a lui-même annoncé l’augmentation de l’extraction du brut, ce qui a conduit à une brusque chute des prix du pétrole, commence à en ressentir les conséquences: des réductions budgétaires ont été récemment décidées par le royaume.

Lire l'article

 

 

 

 

La Syrie, trou noir de l’épidémie de coronavirus

 

Damas dément toute propagation du Covid-19 sur son territoire, en dépit de sa proximité avec l’Iran, le pays le plus affecté par la maladie au Proche-Orient.

Dans la province d’Idlib, dans le nord-est de la Syrie, le 17 mars.
Dans la province d’Idlib, dans le nord-est de la Syrie, le 17 mars. IBRAHIM YASOUF / AFP

Zéro cas et zéro décès. A en croire les autorités de Damas, la Syrie serait pour l’instant épargnée par l’épidémie de coronavirus. Alors que tous les Etats de la région se débattent avec la maladie, en particulier l’Iran, où plus de 16 000 contaminations et près de 1 000 morts ont été recensées, le régime de Bachar Al-Assad assure que le Covid-19 n’a toujours pas touché son territoire.

Selon le ministère de la santé, sur les 103 tests pratiqués à ce jour sur des patients présentant des symptômes suspects, aucun ne s’est révélé positif. Des déclarations relayées par le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Damas, qui a félicité le gouvernement pour les mesures préventives qu’il a mises en place. « L’armée syrienne a nettoyé la Syrie de nombreux germes, il n’y a pas de cas de coronavirus pour l’instant », s’est rengorgé le ministre de la santé, Nizar Yazigi, établissant une équivalence implicite entre le virus et la rébellion anti-Assad.

Ce tableau très optimiste ne convainc guère en dehors des cercles officiels. Pour la plupart des observateurs indépendants, il est inconcevable que le pays ne soit pas affecté, compte tenu de l’étroitesse de ses liens avec l’Iran, principal foyer de diffusion du virus au Proche-Orient. En plus de milliers de miliciens, mobilisés aux côtés des forces gouvernementales, Téhéran envoie en Syrie de nombreux groupes de pèlerins, attirés par le sanctuaire chiite de Sayeda Zeinab, dans le sud de Damas.

Lire la suite

 

 

 

 

Nouvelle attaque meurtrière contre des soldats maliens attribuée aux jihadistes

 

 

 

 

En Inde, les violeurs de Nirbhaya ont été pendus

 

En décembre 2012, une jeune étudiante avait été violée et torturée par six hommes, dans un bus à New Delhi, un drame qui avait soulevé l’indignation du monde entier.

Devant la prison Tihar où ont été exécutés par pendaison quatre des six meurtriers de Nirbhaya, à New Delhi, le 20 mars.
Devant la prison Tihar où ont été exécutés par pendaison quatre des six meurtriers de Nirbhaya, à New Delhi, le 20 mars. MONEY SHARMA / AFP

Après trois reports, quatre des six meurtriers de Nirbhaya, âgés de 25 à 32 ans, ont été exécutés par pendaison, vendredi 20 mars, à 5 h 30, dans la prison de Tihar à New Delhi. Ils avaient été reconnus coupables d’un des viols les plus sordides qu’ait connu l’Inde ces dernières années et qui avait provoqué une immense colère dans tout le pays pendant plusieurs semaines, obligeant le gouvernement à durcir les dispositions pénales pour les auteurs de crimes sexuels. L’événement est rare. La dernière pendaison remonte à 2015, alors que près de 400 condamnés attendent dans le couloir de la mort. Les peines capitales sont généralement commuées en prison à vie.

Lire aussi L'Inde rend hommage à l'étudiante morte après un viol collectif

Le 16 décembre 2012, Jyoti Singh, surnommée à l’époque Nirbhaya pour protéger son identité, étudiante en kinésithérapie, était montée dans un bus privé. Elle rentrait d’une sortie au cinéma avec son petit ami, pour voir L’Odyssée de Pi dans un centre commercial, dans le quartier de Saket au sud de la capitale, sans réaliser qu’un piège lui était tendu. Le jeune couple pensait être monté à bord d’un bus collectif qui allait dans leur direction. Le bus avait, en fait, été loué par six hommes, ivres, qui ont tour à tour violé la jeune étudiante de 23 ans, devant les yeux de son compagnon, assommé et roué de coups, la pénétrant avec une barre de fer, avant de la jeter dénudée sur la route en pleine nuit et d’essayer de l’écraser. Nirbhaya était morte treize jours plus tard, le 29 décembre, de ses blessures à l’abdomen et aux intestins, dans un hôpital de Singapour où elle avait été transférée. Son supplice avait été d’une rare atrocité.

Lire la suite

 

 

 

Sibeth Ndiaye: « Il n’y a pas de moindre respect du confinement en fonction de la catégorie sociale ou des origines »

 

Sibeth Ndiaye: "Il n'y a pas de moindre respect du confinement en fonction de la catégorie sociale ou des origines"

VIDEO

 

 

Non-respect du confinement dans certaines banlieues : Ndiaye « voit bien le relent » raciste « qui va arriver » et précise « Partout, on a la même attitude »

 

(…) Sibeth Ndiaye craint que du racisme se cache derrière ces indignations. « Je vois bien le relent qui va très, très vite arriver. J’entends les dérapages de certains. Je vois bien à quoi cela peut vite mener », a-t-elle affirmé. La secrétaire d’État a par ailleurs assuré qu’il n’y avait « pas de moindre respect dans certains endroits que dans certains autres, en fonction de la catégorie sociale ou de l’origine de nos compatriotes ».

Pour preuve, Sibeth Ndiaye a tenu à rappeler que beaucoup de monde était présent sur les quais et dans les parcs au cœur de Paris le week-end dernier, « alors qu’on venait de commencer à expliquer aux gens les restrictions de sortie ». « Donc, partout, on a la même attitude. », a-t-elle rappelé.

(…) Le Figaro

 

Note : non mais les européens  de souche ne caillassent ni la police ni les pompiers, donc non on a pas la mm attitude partout 

 

 

 

Charlotte d’Ornellas : « Une partie de la population refuse catégoriquement l’imposition d’un confinement […] l’union nationale n’existe pas avec certaines personnes »

 

"Une partie de la population refuse catégoriquement l'imposition d'un confinement.
Les policiers disent que ce sont encore les mêmes, ceux qui refusent l'autorité le reste du temps.
L'union nationale n'existe pas avec certaines personnes." - Charlotte d'Ornellas

VIDEO
 
 

 

 

Confinement à Saint-Denis (93) : les forces de l’ordre s’avouent dépassées

 

Au nord de Paris, le centre-ville « populaire » de Saint-Denis ne vit toujours pas à l’heure du confinement strict réclamé par Emmanuel Macron. Comment y parvenir ? Les forces de l’ordre s’avouent dépassées.

Les deux vigiles qui gardent l’entrée du principal bureau de poste de Saint-Denis sont découragés. Costaud, Pierre tente d’imposer un mètre de distance entre les clients. Impossible. La queue traverse la rue. Des grappes d’hommes discutent. La rue de la République, artère principale du centre de Saint-Denis, affiche pourtant une litanie de devantures fermées. La place de la Mairie, qui est aussi celle de la Basilique des rois de France, est en revanche quasi déserte. Mais à la hauteur de la Poste, rien ne va plus. […]

« Certains disent même que ce virus, c’est une fable de Blancs pour les obliger à déserter la rue», s’énerve le vigile d’une pharmacie. […] Ici, au pied du centre commercial Basilique, un groupe d’adolescents noirs, certains portant un masque et d’autres non, prend son temps pour discuter malgré les remontrances d’une mère de famille voilée, pressée de rentrer chez elle avec sa fille dans la poussette. […]

Un tramway arrive tout juste. Il débarque ses passagers, nettement plus nombreux qu’à Paris où bus et métros circulent à vide. Le port des masques, dans le wagon, est assez généralisé. A l’évidence, du matériel chirurgical. D’où viennent-ils ? […]

Le Temps

 

 

 

 

Montataire (60). Le McDonald’s entièrement détruit par les flammes, des voitures de police caillassées

 

L’obligation de confinement exacerbe les tensions entre les forces de l’ordre et les délinquants.

(…) Courrier Picard et (…) Oise Hebdo

 

Montpellier. Deux Algériens MNA menacent au couteau une femme, provoquent les policiers, insultent une magistrate

 

Les suspects, deux mineurs non accompagnés, étaient en récidive pour le même type de faits commis 48 heures plus tôt.

Une Montpelliéraine était sortie promener son chien, lorsqu’elle a été agressée par deux individus. Ils l’ont menacée avec un couteau pour tenter de la dépouiller.
(…) En garde à vue, ils ont nié les faits et tenu des propos « provocateurs » selon les fonctionnaires. Allant jusqu’à prétendre pour l’un d’entre eux, être atteint du Coronavirus ce qui a obligé le commissariat à faire venir un médecin pour constater les symptômes. Inexistants. Les policiers pendant ce temps ont dû être confinés, le temps de la levée de doute. À l’issue de leur garde à vue, les deux Algériens mineurs non accompagnés, ont été présentés en visioconférence au parquet. Lors de l’audition, les deux suspects en récidive (ils étaient en garde à vue quarante-huit heures plus tôt) ont insulté la magistrate. Un délit de plus dont ils devront répondre devant le juge des enfants.

(…) Midi Libre

 
 

Erdogan bloque la livraison de 200.000 masques de protection à destination de l’Italie

 
 

Nous n’aurions jamais imaginé que les travailleurs de la santé et la population n’auraient pas la garnison de protection numéro un : le masque. Pendant des décennies, la production n’a eu lieu que dans les pays où le coût de la main-d’œuvre est très faible, et en fait, jusqu’au 10 janvier (date de la dernière expédition de Chine), elle ne coûtait que quelques centimes. Ensuite, il y a la Turquie, avec une trentaine d’entreprises qui produisent surtout les plus protectrices et dont les hôpitaux ont aujourd’hui désespérément besoin. Eh bien, au moins deux grands groupes italiens qui approvisionnent nos hôpitaux ont acheté et payé des centaines de milliers de masques, mais le gouvernement turc, depuis le 5 mars, les maintient bloqués à la douane de l’aéroport d’Ankara. L’histoire commence fin février : le Comitec (groupe Klinikom) reçoit de la Région Emilie-Romagne une demande de fourniture urgente de masques Fpp2 et Fpp3, avec et sans valve. Le chef de produit du Comitec se présente à Ege Maske, la société turque qui produit un million de pièces par jour. Après avoir vérifié la norme et la qualité, il en achète immédiatement 200 000, les paie sur le clou 670 000 euros, et en commande 300 000 autres par semaine jusqu’au 30 avril, avec la possibilité de continuer aussi longtemps que nécessaire.

Livrées le 4 mars, elles sont encore à la douane.
La livraison du premier lot a lieu le 4 mars à l’aéroport d’Ankara, mais l’expédition ne commence pas : pendant la nuit, le gouvernement turc a ordonné que l’exportation de ces garnisons nécessite l’autorisation du ministère du commerce extérieur. Notre chef de produit se rend au ministère, remplit les formulaires, retourne à la douane, mais le dédouanement n’arrive pas. Quelques heures auparavant, une apostille avait été ajoutée au décret : « Le visa du ministère de la santé est également requis ». Nous sommes le 6 mars, l’ingénieur du Comitec se rend à l’ambassade italienne, qui s’entretient avec le vice-ministre turc et demande une libération immédiate, vu la gravité de la situation en Italie. La réponse est une promesse : dans les deux jours, la cargaison pourra partir. Le soir du 18 mars, il est toujours arrêté à la douane d’Ankara. Dans la même situation, le groupe Sol de Monza, qui fournit des bonbonnes d’oxygène et des soins à domicile aux patients atteints de coronavirus, a besoin de toute urgence de protéger l’ensemble de la chaîne des opérateurs. A acheté et livré 90.000 masques ffp2, mais bloqué à Ankara par la décision d’Erdogan.

Les entreprises turques ne reçoivent plus de commissions
Les entreprises turques qui, entre-temps, ont reçu des commandes de l’Italie et d’autres pays européens ne percevront pas, car personne n’avancera des millions d’euros pour rien. Ces derniers jours, l’Italie à elle seule a bloqué des commandes dans différents pays, dont la Turquie, pour 27 millions de pièces, précisément parce que les commandes, sur lesquelles des paiements anticipés ont été effectués, sont ensuite arrêtées à la douane. L’entreprise Amet Maske (l’une des plus grandes du pays) a déclaré que si le gouvernement turc débloquait les expéditions, il leur donnerait 300 000 masques. Hier, le directeur général d’Ege Maske a déclaré à Eleven News : nous sommes en mesure de fournir des masques à tous les pays européens. En effet, en Turquie, où 98 cas de contagion sont déclarés sur 80 millions d’habitants, pas moins de 30 entreprises sont en mesure de produire 50 millions de masques par semaine, donc dans des conditions permettant de subvenir aux besoins en cas de déclenchement de l’épidémie. En fait, Erdogan bloque l’entrée des euros dans son pays, dans un bras de fer politique entre la Turquie et l’Europe, alors que la pandémie est en cours. « Arrêtez-vous à la douane – dit le chef de produit du Comitec – il y avait aussi celles des autres pays, aujourd’hui il y a celles des entreprises italiennes ».

Appel téléphonique du Comte à Erdogan
Le ministre Di Maio n’est pas encore allé à Ankara pour ouvrir un canal humanitaire, rappelant à la Turquie que son économie a décollé également grâce à la technologie italienne qu’il utilise dans ses usines. Tard mardi soir, nous savons que le Premier ministre Conte a téléphoné à Erdogan pour demander le déblocage. Mais pour l’instant, rien ne s’est passé. La société italienne ne peut pas récupérer l’argent auprès d’Ege Mask parce qu’il a été livré ; elle ne peut pas l’amener en Italie parce qu’elle a besoin d’un visa du gouvernement. La Russie, le Kazakhstan, l’Ukraine et la Roumanie bloquent également les exportations. Et lorsqu’un chargement part, on ne sait pas s’il arrivera, car pendant le voyage, il est souvent réquisitionné ou bloqué. C’est arrivé à Gvs, une autre grande entreprise italienne, qui a acheté des masques semi-finis pour la protection civile en Roumanie, mais dans ce cas, la Hongrie s’est chargée de les bloquer.

La production italienne redémarre
Découvrons maintenant notre fragilité, quand la protection de vos opérateurs dépend de la production ou non de ce morceau de non-tissé en Chine, à Taiwan, en Inde, en Turquie, en Corée. Puis une pandémie éclate et vous vous rendez compte que vous n’avez jamais pensé à garder un stock de matériel stratégique chez vous. Vous vous précipitez maintenant pour construire des lignes de production : Gvs les développe, ce qui, à long terme, a déjà été

Corriere

Commenter cet article