Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 29 février 2020

 

 

 

Quelque problème en ce moment dut à des travaux de la plate-forme Over-Blog. Mes articles sur la gauche ne sont plus visibles, j’espère que ces désagréments seront résolus par les techniciens d'Over-blog,

 

 

 

 

Les Talibans et les USA ont trouvé un accord historique sur l'Afghanistan

 

Un accord historique sur l'Afghanistan est intervenu ce samedi 29 fevrier entre les Talibans* et Washington. Ce dernier retirera toutes ses troupes d'Afghanistan dans un délai de 14 mois si les Talibans* tiennent leurs engagements, selon une déclaration commune.

Les États-Unis et les Talibans* ont trouvé un accord sur l'Afghanistan. Ainsi, les USA s’engagent à réduire leur contingent dans le pays à 8.600 hommes dans les 135 jours suivant la signature d’un accord avec les Talibans*, selon une déclaration commune publiée par les deux pays ce samedi 29 février.

Le retrait total des troupes américaines et de l’Otan sera achevé dans les 14 mois si les Talibans* tiennent leurs engagements, précise le document.

«Conformément à l’appréciation et à la détermination conjointes des États-Unis et de la République islamique d'Afghanistan, les États-Unis, leurs alliés et la Coalition achèveront le retrait de leurs forces restantes d'Afghanistan dans les 14 mois suivant l'annonce de cette déclaration conjointe et de l'accord américano-taliban*», explique la déclaration.

Le document ajoute que Washington réduira ses forces militaires en Afghanistan à 8.600 hommes et mettra en œuvre d'autres engagements dans le cadre de cet accord dans les 135 jours suivant l'annonce.

Les Talibans* négocient depuis plus d'un an avec les États-Unis en vue d'un retrait des troupes étrangères d'Afghanistan, en échange notamment de garanties sécuritaires et d'une réduction des violences.

Or, Michel Raimbaud, ancien ambassadeur français, a récemment expliqué que tout accord de paix entre les Talibans* et les États-Unis n’avait pas d’existence légale, étant donné qu’il exclut le gouvernement légitime de l’Afghanistan.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Détails à suivre

 

 

 

 

Erdogan affirme qu'il laissera les frontières de l'Europe ouvertes aux migrants

 

La Turquie maintiendra ses frontières avec l'Europe ouvertes pour permettre aux migrants de passer, a affirmé samedi 29 février le président turc Recep Tayyip Erdogan, reprochant à l'Union européenne de ne pas suffisamment aider Ankara à porter le fardeau. La Turquie «ne peut faire face» à une nouvelle vague de réfugiés syriens, a-t-il également dit.

«Nous n'allons pas fermer les portes», a déclaré Erdogan, affirmant que 18.000 migrants avaient déjà franchi celles-ci pour traverser vers l'Europe depuis vendredi, un chiffre impossible à confirmer.

Le président turc a également dit avoir sommé la Russie de s'«ôter de son chemin» en Syrie. Erdogan s'est entretenu avec Vladimir Poutine lors d'un entretien téléphonique après la mort de nombreux soldats turcs en Syrie. «J'ai dit à Poutine : 'Que faites-vous là-bas ? Si vous voulez établir une base, allez-y, mais ôtez-vous de notre chemin. Laissez-nous seul à seul avec le régime (syrien)'», a déclaré Erdogan, ajoutant que les forces syriennes «paieront le prix» de leurs attaques contre l'armée turque.

Source

 

 

 

La Grèce empêche le passage de 4 000 migrants venant de Turquie

 

 

Erdogan n’arrête plus l’afflux de réfugiés syriens vers l’Europe

 

 

Erdogan affirme avoir dit à Poutine: «Ôtez-vous de notre chemin» en Syrie

 

Recep Tayyip Erdogan a proposé à Vladimir Poutine de le laisser «en tête-à-tête» avec Damas, lors de leur récent entretien téléphonique sur Idlib.

Le Président turc a affirmé le 29 février avoir proposé à la Russie de rester à l’écart dans le conflit entre l’armée turque et les troupes syriennes, lors de leur récent entretien téléphonique sur Idlib.

«J’ai demandé à M.Poutine [vendredi] quels étaient ses objectifs [en Syrie]. Si vous envisagez de créer une base militaire, allez-y, mais écartez vos troupes des nôtres. Je lui ai dit qu’ils nous laissent en tête-à-tête avec le régime [de Bachar el-Assad]», a affirmé Recep Tayyip Erdogan lors d’une rencontre avec les députés à Istanbul.

Il n'envisage pas de partir

«La question syrienne, ce n’est pas une aventure ni une volonté d’élargir nos frontières. Nous n’y sommes pas entrés sur l’invitation d’Assad, mais sur l’invitation du peuple syrien. Tant que le peuple ne nous propose pas de partir, nous ne partirons pas», a-t-il ajouté.

«Nous avons éliminé plus de 2.100 militaires syriens, 300 véhicules militaires et sept dépôts chimiques. Et nous continuerons de les éliminer», a affirmé le Président.

Selon lui, le nombre de militaires turcs morts à la suite des récentes frappes aériennes de l’armée syrienne à Idlib atteint 36 personnes.

Lire la suite

 

Note : à quelle époque il a eu un référendum où le peuple a autorisé Erdogan de s’installer en Syrie avec ses amis islamistes !

 

 

Nouveaux bombardements turcs dans la région d’Idlib

 

La Turquie a de nouveau mené des bombardements. La Russie, soutien du régime syrien, veut une « réduction des tensions » sur le terrain.

Dans un contexte de tension grandissante autour de la région d’Idlib, dans le nord de la Syrie, la Turquie a de nouveau bombardé les forces militaires du régime de Damas en Syrie, samedi 29 février. Au même moment, des affrontements se déroulaient entre policiers et migrants à la frontière gréco-turque après qu’Ankara eut décidé d’« ouvrir ses portes » pour obtenir un soutien des Européens dans la crise.

Les nouvelles frappes turques interviennent après la mort de 33 militaires turcs dans des bombardements aériens attribués par Ankara au régime de Bachar Al-Assad dans la région d’Idlib (nord-ouest de la Syrie) jeudi. Vendredi, un autre soldat turc a été tué.

La Turquie a affirmé qu’elle avait détruit une « installation d’armes chimiques » dans la région d’Alep. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une organisation non gouvernementale (ONG), a mis en doute cette affirmation, évoquant une frappe contre un aéroport militaire.

Lire la suite

 

Note : Erdogan ment comme un arracheur de dents, mais c'est plutôt habituel dans cette région du monde  

 

LIRE AUSSI : Un militaire turc tué et deux autres blessés dans une attaque à Idlib

 

Des frégates russes armées de missiles Kalibr font route vers la Syrie

 

Deux frégates russes qui ont participé à l’opération antiterroriste en Syrie par le passé font de nouveau route vers ce pays, sur fond d’aggravation de la situation dans le gouvernorat d’Idlib, a annoncé le porte-parole de la Flotte russe de la mer Noire, Alexeï Roulev.

Les frégates russes Amiral Makarov et Amiral Grigorovitch traversent les détroits turcs du Bosphore et des Dardanelles en direction de la Méditerranée, a déclaré vendredi 28 février le porte-parole de la Flotte russe de la mer Noire, Alexeï Roulev.

«L’Amiral Makarov et l’Amiral Grigorovitch, dotés d’armes de précision –des systèmes de missiles Kalibr-NK- se dirigent de Sébastopol vers la haute mer en vue de rejoindre le groupe naval de la Marine russe en Méditerranée», a indiqué M.Roulev aux journalistes.

Une autre frégate de la flotte de la mer Noire, Amiral Essen, est en mission en Méditerranée depuis décembre, a rappelé le porte-parole.

Quelle sera la mission des frégates?

Les navires reviennent dans la région pour intimider les terroristes, a déclaré à Sputnik un ancien commandant de la Flotte de la mer Noire, Viktor Kravtchenko.

«Si la tension monte quelque part dans le monde, les navires américains y sont toujours présents. Pourquoi pas nous? Cela peut être une sorte de mesure de dissuasion. La présence de nos navires est aussi nécessaire pour protéger nos bateaux qui naviguent dans cette région», a expliqué M.Kravchenko.

Selon l’ancien commandant de la Flotte russe de la Baltique Vladimir Valouïev, l’arrivée des frégates russes est destinée à assurer l’équilibre des forces. De plus, les frégates peuvent utiliser leurs missiles pour protéger les positions russes en Syrie, d’après l’amiral.

Groupe naval russe en Méditerranée

Une escadre russe comprenant une quinzaine de navires et bateaux de soutien se trouve en permanence en Méditerranée, selon le service de presse de la Flotte de la mer Noire.

Lors de l’opération antiterroriste russe en Syrie, les frégates et les sous-marins diesel-électriques de ce groupe ont plusieurs fois tiré des missiles Kalibr contre les radicaux.

La Russie renforce ce groupe naval après l’aggravation de la situation dans la zone de désescalade d’Idlib.

Lire la suite

 

 

 

 

Les USA intiment à la Russie de poser «sans tarder» ses avions en Syrie en affirmant leur soutien à Ankara

 

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’Onu sur l’escalade militaire à Idlib, les États-Unis ont demandé à la Russie de clouer au sol au plus vite ses avions utilisés en Syrie pour soutenir les troupes gouvernementales contre les terroristes.

Kelly Craft, l’ambassadrice américaine à l'Onu, a appelé la Russie à poser «sans tarder» ses avions en Syrie, bien que les forces aérospatiales russes se trouvent dans le pays avec l’aval de Damas.

«Nous exhortons la Russie à poser sans tarder ses avions de combat et appelons l’ensemble des troupes syriennes et leurs alliés russes à se retirer derrière les lignes de cessez-le-feu établies pour la première fois en 2018», a-t-elle déclaré, citée par Reuters, lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à la désescalade à Idlib, convoquée le 28 février à la demande du Royaume-Uni, mais aussi des États-Unis, de l'Allemagne, de la France, de la Belgique, de l'Estonie et de la République dominicaine.

«Attaques injustifiées»

Mme Craft a également réitéré le soutien apporté par les États-Unis à la Turquie quant à sa réponse «aux attaques injustifiées contre des postes d'observation turcs» qui ont entraîné la mort d’une trentaine de militaires turcs.

Pour sa part, l'ambassadeur russe à l'Onu, Vassily Nebenzia, a indiqué que l’incident en question avait eu lieu en dehors des postes d'observation. Il a également rappelé que la Syrie avait le droit «d’écraser» les terroristes, comme l’exigent des résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu.

L'ambassadeur syrien à l'Onu, Bachar al-Jaafari, a quant à lui déclaré que l’objectif de la réunion convoquée par le Royaume-Uni était de discréditer le processus d'Astana, cet ensemble de rencontres multipartites organisées depuis 2017 entre différents acteurs de la guerre civile en Syrie.

Lire la suite

 

 

 

 

Ce pays de l’Otan aurait bloqué une déclaration de l’Alliance en soutien à la Turquie sur la Syrie

 

Une déclaration de l’Otan visant à soutenir la Turquie dans la crise militaire d’Idlib, en Syrie, a été bloquée par la Grèce. En effet, Athènes souhaitait voir dans le document l’obligation pour Ankara de garder les réfugiés mais sa demande a été rejetée.

La Grèce a mis son veto sur une déclaration de l’Otan soutenant Ankara qui était en cours de préparation au sein de l’organisation depuis l’intensification des hostilités dans le gouvernorat d’Idlib en Syrie. Des tensions qui ont déjà coûté la vie à au moins 33 soldats turcs, relate le quotidien grec To Vima.

Lire la suite

 

 

Syrie : des jihadistes français actifs dans la bataille d’Idleb

 

France 24 révèle que des jihadistes français sont actifs dans la bataille d’Idleb contre le régime syrien. Ils obéissent sur place aux ordres du recruteur de jihadistes français Omar Omsen, qui revendique son indépendance par rapport à l’organisation État islamique et Al-Qaïda.

 

 

 

 

DIRECT. Coronavirus : quatre cas de contamination d'origine inconnue aux États-Unis

 

L’Organisation mondiale de la Santé a relevé à son degré maximum le niveau de la menace liée au nouveau coronavirus, dont la propagation s’accélère. En Chine, le nombre de nouveaux décès et contaminations diminue grâce à la quarantaine visant 50 millions de personnes. En Italie, le coronavirus a déjà contaminé 888 personnes, dont 21 mortellement. En France, où 57 contaminations sont recensées, Emmanuel Macron préside ce matin un Conseil de Défense et un Conseil des ministres exceptionnels.

L’Organisation mondiale de la Santé a relevé à son degré maximum le niveau de la menace liée au nouveau coronavirus dont la propagation déstabilise l’économie mondiale.

- En Chine, les autorités ont publié ce matin un bilan de 427 nouveaux cas et de 47 morts, pour un total de 79 251 cas et 2 835 décès depuis le début de l’épidémie.

- En Corée du Sud, on recense ce samedi trois nouveaux décès, portant à 16 morts le bilan de l’épidémie dans le pays. Et 594 cas supplémentaires de contamination ont été comptabilisés. Avec près de 3 000 cas, la Corée du Sud est le deuxième pays le plus touché au monde, derrière la Chine.

- En France, où 57 contaminations sont recensées, le président Emmanuel Macron préside aujourd’hui un conseil de Défense et un conseil des ministres exceptionnels.

 

Les trois patients hospitalisés au CHU d’Angers sont dans un « état rassurant ». Hier soir, l’Agence régionale de santé (ARS) a confirmé que trois personnes, dont deux habitants du Maine-et-Loire, ont été prises en charge par le service d’infectiologie du CHU d’Angers. Ce matin, leur état de santé est jugé « rassurant ».

 

Le Qatar annonce un premier cas. Il s'agit d'un homme de 36 ans ayant récemment séjourné en Iran, a précisé le ministère qatari de la Santé. L'Arabie Saoudite est le seul pays du Golfe à ne pas avoir encore signalé de cas de contamination.

 

Emmanuel Macron réunit aujourd’hui un Conseil de défense suivi d'un Conseil des ministres.

 

L'Iran annonce 9 nouveaux décès, 43 morts au total. Le bilan de l'épidémie de coronavirus en Iran s'élève désormais à 43 morts et 593 personnes infectées, selon un responsable des autorités sanitaires. "Le nombre de nouveaux cas d'infection depuis hier est par ailleurs de 205, ce qui porte à 593 le nombre total de personnes infectées", explique Kianush Jahanpur. Le ministère iranien de la Santé a démenti hier soir les informations du service persan de la BBC qui affirme, citant des sources médicales, que l'épidémie a fait au moins 210 morts dans le pays.

 

Semaine noire. Les Bourses mondiales s'affolent des conséquences potentiellement ravageuses pour l'économie de l'épidémie du nouveau coronavirus et viennent d'encaisser en Europe et aux Etats-Unis leur pire semaine depuis la crise de 2008.

DIRECT

 

Coronavirus : la France passe au stade 2

 

 

 

 

Coronavirus. Le Covid-19 est-il « très dangereux » ?

 

« Nous sommes à un moment décisif. Si vous agissez maintenant de manière agressive, vous pouvez endiguer ce coronavirus. Mon conseil est d’agir rapidement », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, jeudi 27 février, en conférence de presse. Le chef de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a insisté en qualifiant de « très dangereux » le coronavirus apparu en décembre 2019 dans la province chinoise du Hubei.

Quelques heures plus tard, le bilan français communiqué par le ministère de la Santé a doublé, passant de 18 cas, à 38. Depuis, trois premiers cas ont été confirmés dans l’Ouest, à Nantes, Brest et Rouen, alors que le prochain bulletin officiel des autorités est attendu dans la soirée de ce vendredi 28 février.

La France se rapproche petit à petit de la situation de l’Italie, où ce nouveau coronavirus a déjà contaminé plus de 600 personnes et fait 17 morts, avec des chaînes de transmission du nouveau virus sur son territoire. Mais « très peu de cas restent sans explication », a insisté, jeudi, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Face à ces chiffres qui bondissent, une question revient : ce virus, que l’on appelle Covid-19, est-il grave ? En somme, faut-il vraiment s’inquiéter ? Ouest-France fait le point sur ce que l’on sait et ce qu’on l’ignore encore à ce stade, afin de vous aider à y voir plus clair.

Lire la suite

 

 

 

 

 

Afghanistan : "Les Taliban sont les grands gagnants" de l’accord avec les États-Unis

 

 

 

 

Désinformation russe? Twitter et Facebook mettent en doute les accusations des USA

 

Le 22 février, les USA avaient déclaré que des milliers de faux comptes liés à la Russie avaient partagé de fausses informations à propos du coronavirus sur les réseaux sociaux. Après enquête, Facebook et Twitter n’ont pourtant pas trouvé d’éléments qui concordaient avec cette allégation, et Washington n’a pas répondu à leurs demandes de preuves.

Lire l'article

 

 

 

 

Elon Musk estime que le F-35 «n’aurait aucune chance» contre ce rival

 

Elon Musk, lors d’une conférence sur l’Armée de l’air américaine, a affirmé que «l’ère des avions de chasse était révolue» et que l’avenir de l’aviation résidait dans les drones. Il a ajouté plus tard dans un tweet qu’un chasseur F-35 «n’aurait aucune chance» contre un aéronef sans pilote.

Lors d’un symposium en Floride consacré à l’US Air Force, vendredi 28 février, un lieutenant-général a demandé au fondateur de SpaceX, Elon Musk, ce qu’il pensait de l’avenir du combat aérien. L’inventeur a répondu que «l’ère des avions de chasse était révolue» et qu’il fallait désormais davantage se concentrer sur les drones, a relaté Defense News.

Le président de Tesla a également indiqué qu’il faudrait un compétiteur au F-35, déplorant que cet appareil ait été l’unique option de cinquième génération pour l’Armée de l’air américaine. Son discours n’a pas trouvé d’opposition dans l’assemblée.

Après la conférence, Elon Musk a commenté sur Twitter la publication d’une journaliste américaine qui reprenait sa citation. Il a développé son propos, affirmant que le compétiteur de l’appareil conçu par Lockheed Martin devrait être un drone de combat, contrôlé à distance par un humain, contre lequel «le F-35 n’aurait aucune chance».

Lire la suite

 

 

 

Arabie saoudite : des Marocaines vendues comme des esclaves

 

La traite des esclaves refait surface en Arabie saoudite, avec la diffusion, sur les réseaux sociaux, d’une publication choquante d’images de femmes marocaines, exposées à la vente au public.

Diffusée à grande échelle, la publication, dont la date n’est pas précisée, est une annonce publicitaire dans laquelle les services d’employées marocaines sont offerts en échange d’un montant fixé par leur employeur, rapporte Rue20.

[…]

Bladi

 

Note : et pourtant l’Islam interdit à un musulman d'esclavagiser un autre musulman (c'est pour cela que les musulmans ont faits  des razzias sur les côtes européenne pendant des siècles, a la recherche d'esclave chrétiens )

 

Un policier suspendu pour radicalisation réintégré dans une autre unité

 

Il avait été écarté à la suite de l’attaque de la préfecture de police. Un agent suspendu pour des soupçons de radicalisation va être réintégré aux forces de l’ordre, dans un service différent, dès la semaine prochaine.

le policier devrait reprendre le travail le 2 mars prochain, dans une antenne en charge de la fraude fiscale. Il travaillait avant à la traque de fugitifs.

(…) Son comportement avait été signalé en 2011 après son mariage avec une avocate de confession musulmane et sa conversion. Son refus de tout contact avec personnel féminin, sa nouvelle barbe et ses discours sur la religion avaient suscité l’inquiétude de ses collègues. Les collègues du capitaine l’ont à nouveau signalé fin 2019.

(…) Le Parisien

 

Pont-Sainte-Maxence (60): la Ligue des droits de l’Homme attaque le couvre-feu mis en place par le maire

 

 

La LDH attaque le couvre-feu mis en place par Arnaud Dumontier pour les mineurs isolés et dénonce « un excès de pouvoir ».

Début février, Arnaud Dumontier avait décidé d’instaurer un couvre-feu interdisant aux mineurs non-accompagnés de circuler dans le quartier de la gare, entre 21 heures et 6 heures du matin

[…]

Le Courrier Picard

 

 

Municipales à Nice : accusé par Vardon, Estrosi nie avoir donné à une association islamiste un terrain de 3000m² pour un projet de mosquée

 

Lors du débat de @F3cotedazur, Christian a menti aux Niçois en affirmant qu’il n’avait pas donné un terrain municipal de 3000m2 pour la construction d’une grande mosquée liée aux islamistes de l’UOIF.

Cette vidéo démontre et démonte son mensonge : diffusez-la !

VIDEO

 

 

Aïssa Maïga : « il n’y a que des Blancs dans le cinéma français alors que la France est métissée, y compris dans les campagnes… il y a un problème » (màj : son discours lors des César)

 

"On est une famille, on se dit tout non ?" : @AissaMaiga, présidente des collectifs 50/50 et Noire n'est pas mon métier.

Le meilleur des #César2020 > http://can.al/Cesar2020

VIDEO

 

 

 

 

SparadrapGate : en Angleterre, Tesco commercialise des pansements pour peaux noires pour « mieux refléter la diversité raciale »

 

En 2018, la militante antiraciste Rokhaya Diallo s’était retrouvée au centre de la controverse après avoir souligné le manque criant de diversité ne serait-ce que dans les simples sparadraps, uniquement adaptés aux peaux blanches: « Rien n’est pensé pour nous. Ni les pansements, ni les coiffeurs, ni le fond de teint ». Ses propos lui avaient valu des nombreuses railleries et moqueries, voire même du harcèlement. De là, était né le hashtag #sparadrapgate grâce auxquels les internautes s’en donnaient à cœur joie.

Et bien, tandis qu’en France, nos revendications sont encore tournées en dérision et essuient « une absence totale d’empathie pour ce que vivent les personnes noires » pour reprendre Rokhaya, il semblerait qu’Outre-Manche, elles trouvent plus écho. En effet, Tesco, le grand groupe de distribution britannique vient de commercialiser une gamme de pansements pour s’adapter aux différentes couleurs de peau et mieux refléter la diversité raciale et ethnique. Vendus en marque propre, ces nouveaux sparadraps en tissu, disponibles dans des teintes claires, medium et foncées, sont en vente dans les 741 magasins Tesco du pays et en ligne. […] WYAT

 

 

 

 

La France traverse son hiver le plus chaud jamais enregistré, selon Météo France

 

La température a été supérieure de 2,7 °C à la moyenne des années 1981-2010.

L'hiver météorologique 2019-2020 s'annonce comme le plus chaud jamais enregistré dans l'Hexagone, selon des données préliminaires publiées par Météo-France, vendredi 27 février. La température a été supérieure de 2,7 °C à la moyenne. "La température a été en moyenne plus de 2 °C au-dessus de la normale en décembre et janvier et plus de 3 °C en février", relève l'institut.

En hiver, la température moyenne (période de référence 1981-2010) est de 5,4 °C en France métropolitaine, mais la saison qui s'achève a été caractérisée par "une douceur remarquable", qui s'est accentuée en février, avec des records jusqu'à 27 degrés enregistrés dans le sud du pays en début de mois. Il n'y a pas eu de pic de froid sur la saison. Sur cette carte montrant les écarts entre les mesures de cet hiver et les moyennes de saison, toutes les régions affichent un écart positif.

Lire la suite

 

Commenter cet article