Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 6 septembre 2019

 

 

 

Nucléaire : pour Paris, Téhéran doit respecter ses engagements

 

La France a appelé l’Iran à “s’abstenir” de toute action “non conforme à ses engagements”, jeudi 5 septembre. La veille, Téhéran annonçait une nouvelle réduction de ses engagements nucléaires.

Le dossier iranien est une nouvelle fois source d’inquiétudes et de contrariétés. Mercredi soir, le président iranien Hassan Rohani annonçait avoir ordonné l'abandon de toute limite à la recherche et au développement en matière nucléaire. Une façon de doter son pays de tout ce dont il a « besoin pour l'enrichissement »de l'uranium, comme le rapportait notamment Le Figaro. Mais jeudi, le ministère français des Affaires étrangères réagit à cette annonce et demande que l’Iran s’abstienne de « toute action concrète non conforme à ses engagements susceptibles de nuire aux efforts de désescalade ». Parallèlement, l’Union Européenne appelle Téhéran à  « faire machine arrière », dans les mots de la porte-parole de la cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini.

Lire la suite

LIRE AUSSI : Nucléaire: Téhéran joue la montre face à l’inflexibilité américaine

Et : Benyamin Netanyahou : "J’ai envoyé le Mossad récupérer des archives secrètes à Téhéran"

 

 

Iran : le président Rohani ordonne la reprise sans limite du programme nucléaire

 

Le 5 septembre

Le président iranien a tenu ces propos peu après que l'émissaire américain pour l'Iran a exclu toute "dérogation" aux sanctions des Etats-Unis contre l'Iran.

Hassan Rohani lors de son intervention télévisée, le 4 septembre 2019. 
Hassan Rohani lors de son intervention télévisée, le 4 septembre 2019.  (REUTERS)

 

Malgré les avancées du G7, l'escalade continue. Le président iranien Hassan Rohani a annoncé, mercredi 4 septembre, avoir ordonné l'abandon de toute limite à la recherche et au développement en matière nucléaire de façon à doter le pays de tout ce dont il a "besoin pour l'enrichissement" de l'uranium.

"L'organisation de l'énergie atomique [iranienne] reçoit l'ordre de prendre toute mesure nécessaire en matière de recherche et de développement et d'abandonner tous les engagements en place dans ce domaine", a déclaré Hassan  Rohani sur la télévision d'Etat, présentant la "troisième phase" du plan de réduction des engagements iraniens en matière nucléaire. Cette mesure est prise car "nous ne sommes pas parvenus au résultat que nous désirions" dans le cadre de la récente tentative diplomatique emmenée par la France pour tenter d'éviter que l'accord sur le nucléaire conclu en juillet 2015 à Vienne ne vole en éclats, a dit M. Rohani.

Le président iranien a tenu ces propos peu après que l'émissaire américain pour l'Iran Brian Hook, a exclu toute "dérogation" aux sanctions des Etats-Unis contre l'Iran pour faciliter l'octroi d'une ligne de crédit à Téhéran dans le cadre de cette médiation française.

Source

 

 

 

 

Liban/Israël: Washington bloque une déclaration du Conseil de sécurité

 

Le 5 septembre

Les Etats-Unis ont bloqué une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU sur les tensions entre le mouvement libanais Hezbollah et Israël, rejetant toute mise en cause de ce pays et provoquant un abandon du texte, a appris ce jeudi l'AFP de sources diplomatiques.

Lire l'article

 

 

 

Pourquoi un jet émirati se pose-t-il régulièrement en Israël ?

 

Un mystérieux avion privé a réalisé plusieurs trajets entre Dubai et l'aéroport Ben-Gourion. « Haaretz » y voit une normalisation des relations entre Israël et les émirats.

Lire l'article

 

 

 

 

Un portail israélien dévoile les images satellite des S-400 récemment arrivés en Turquie

 

La société israélienne ImageSat a publié sur son compte Twitter des images satellite, affirmant qu'elles montrent les systèmes antimissiles S-400 russes livrés récemment à la Turquie.

L'opérateur du satellite de surveillance Eros-B, la société israélienne ImageSat International, a publié des images qui montreraient des systèmes de missiles antiaériens S-400 stationnant supposément sur la base aérienne de Murted, près de la capitale turque d’Ankara.

Selon la légende du tweet, les militaires turcs ont déjà partiellement déployé les systèmes S-400 qui sont déjà opérationnels, les lanceurs n’étant toutefois pas chargés. La société israélienne suppose que la partie turque envisage des tests et des essais de l’équipement pour le redéployer plus tard sur une base permanente.

Le 27 juillet, les militaires turcs avaient constaté que la première étape de livraison de systèmes antiaériens russes était conclue. En août, la Russie a entamé la deuxième étape. Ankara compte achever le déploiement des S-400 d’ici avril 2020.

Lire la suite et voir photo

 

 

 

 

Washington a offert de l'argent à un capitaine pour saisir un navire iranien

 

Cette méthode peu orthodoxe a été dévoilée par le quotidien britannique Financial Times: l'émissaire de la diplomatie américaine pour l'Iran, Brian Hook, a personnellement envoyé des emails au capitaine indien de l’Adrian Darya 1 (auparavant nommé Grace 1) pour lui proposer l'argent.

«Je suis Brian Hook», «je travaille pour le secrétaire d'État Mike Pompeo en tant que représentant des États-Unis pour l'Iran», a-t-il écrit à Akhilesh Kumar le 26 août. «Je suis porteur de bonnes nouvelles.»

En l'occurrence, une récompense s'il acceptait d'acheminer le navire, relâché onze jours plus tôt par Gibraltar qui l'avait un temps saisi, vers un pays qui pourrait l'arraisonner pour le compte de Washington.

Quatre jours plus tard, visiblement sans réponse positive, le Trésor américain sanctionnait le capitaine.

«Ces détails sont exacts», a dit à l'AFP un responsable du département d'État. «Nous sommes entrés en contact avec plusieurs capitaines de navires et avec des compagnies de transport maritime pour les sensibiliser aux conséquences de tout soutien à une organisation terroriste étrangère», a-t-il ajouté, sous couvert de l'anonymat.

Washington estime que le pétrole était destiné au gouvernement syrien, et que sa vente, interdite par les États-Unis, devait servir à financer la Force Qods, branche chargée des opérations extérieurs du corps d'élite de l'armée iranienne, les Gardiens de la révolution, et inscrite sur la liste noire américaine des organisations terroristes.

Alors que la méthode pourrait être critiquée, Brian Hook a opportunément annoncé mercredi que le département d'État offrirait dorénavant de manière officielle des récompenses pouvant atteindre 15 millions de dollars à toute personne qui fournirait des informations susceptibles d'aider à viser «les opérations financières des Gardiens de la révolution et de leur Force Qods».

«Cela inclut des informations qui permettent de viser des navires comme l'Adrian Darya», a-t-il insisté.

Selon lui, le navire «semble se diriger» vers la Syrie alors que le gouvernement iranien s'était engagé, pour obtenir sa libération par les autorités de Gibraltar, à ne pas livrer son pétrole au régime de Damas.

Réaction de Zarif

«Ayant échoué avec la piraterie, les États-Unis s'en remettent carrément au chantage: livrez-nous le pétrole iranien en échange de plusieurs millions de dollars ou subissez des sanctions», a réagi sur Twitter le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif. «Cela ressemble fortement à l'invitation que j'avais reçue il y a quelques semaines à me rendre dans le Bureau Ovale», a-t-il ajouté.

Le ministre iranien affirme avoir refusé une invitation à la Maison Blanche avant de finalement être sanctionné personnellement par Washington.

Lire la suite

 

 

 

 

Ce moment où un djihadiste se filmant au front d’Idlib est neutralisé par l’armée syrienne

 

Le média Al-Masdar News, référence sur l’actualité du front syrien, informe le 31 août 2019 de cette vidéo retrouvée dans le portable d’un jihadiste par l’armée syrienne après sa mort sur le front sud d’Idlib, dernière poche de résistance islamiste en voie de libération par l’armée régulière du pays.

 

 

Turquie : Erdogan menace (encore) l’Europe d’un nouvel afflux de migrants

 

La Turquie accueille des millions de réfugiés. Son président Erdogan menace l’UE de les laisser partir vers le vieux continent s’il n’obtient pas plus d’aide internationale.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays accueille plus de quatre millions de réfugiés, a menacé jeudi d’en laisser affluer une nouvelle vague vers l’Union européenne s’il n’obtient pas davantage d’aide internationale.

Plus de 3,5 millions de ces réfugiés sont des Syriens et Ankara souhaite la création en Syrie d’une «zone de sécurité» où ils pourraient retourner.

«Si cela n’arrive pas, nous serons obligés d’ouvrir les portes. Soit vous nous aidez, soit, si vous ne le faites pas, désolé, mais il y des limites à ce que l’on peut supporter», a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé à Ankara.

20min.ch

 

 

 

 

Europe : Merkel et Macron envisageraient d’exclure de l’espace Schengen  les pays qui refuseront des migrants et le regroupement familial

 

Europe. Les pays qui refuseront des migrants exclus de l’espace Schengen ?

Selon le journal grec Ta Nea, la chancelière allemande et le président français souhaitent réformer le règlement européen Dublin III, qui détermine les pays responsables du traitement des demandes d’asile et le système de répartition.

[…]

– Plus controversée, explique Ta Nea, l’épineuse question de la répartition obligatoire des migrants et réfugiés en Europe : selon le texte dévoilé par le quotidien grec, les pays membres de l’espace Schengen qui n’accepteraient pas de regroupements familiaux ou de demandeurs d’asile seraient exclus de l’espace de libre circulation.

Le gouvernement grec, qui refuse que les pays les plus exposés aux arrivées portent tout le poids de l’accueil des migrants, verrait ce projet d’un bon œil.

[…]

L’article dans son intégralité sur Le Courrier International

 

Note : " Mon peuple a pour oppresseurs des enfants, Et des femmes dominent sur lui; Mon peuple, ceux qui te conduisent t'égarent, Et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches." Esaïe 33.12 

 

 

 

Viktor Orbán : « Si nous acceptons l’immigration comme une solution, alors nous contribuons au remplacement des populations »

 

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a présidé jeudi une réunion internationale visant à promouvoir « le modèle de la famille traditionnelle » devant un parterre de personnalités venues du Brésil, des États-Unis, d’Afrique et d’Europe de l’Est, rassemblés pour encourager la natalité au nom des « valeurs chrétiennes ».

Le président serbe Aleksandar Vucic, le premier ministre tchèque Andrej Babis et l’ancien chef de l’exécutif australien Tony Abbott ont fait le déplacement pour ce « sommet démographique » à Budapest, tout comme des ministres en exercice bulgare, brésilien, letton, polonais, bangladais et cap-verdien, ainsi qu’un représentant du congrès américain et des personnalités religieuses.

Le dirigeant souverainiste hongrois a notamment appelé à « inscrire dans la Constitution » les politiques « pro-famille » afin de contrecarrer, a-t-il expliqué, l’effet de décisions de justice qui peuvent être « anti-famille ».

La Hongrie a progressivement mis en place, depuis 2010, une politique nataliste parmi les plus volontaristes des pays occidentaux.

« Si nous acceptons l’immigration comme une solution, alors nous contribuons au remplacement des populations », a estimé le chef du gouvernement hongrois, l’un des rares en Europe à faire publiquement allusion à la théorie complotiste du grand remplacement.

Il a qualifié « d’idiote » et de « contre-nature » l’idée d’avoir moins d’enfants pour sauver le climat sur terre.

Budapest juge ses mesures favorisant la natalité comme étant efficaces: depuis 2010, le taux de natalité est passé de 1,25 à 1,49, se rapprochant de la moyenne européenne, à 1,6.

Boursorama.com

 

 

 

 

«Le droit d’être islamophobe» en débat chez Frédéric Taddeï

 

 

 

 

Marseille : attaque au couteau dans une école au cri d’Allah Akbar, deux blessées, « la piste d’un déséquilibré privilégiée » (MàJ)

 

 

« La femme blessée à l’arme blanche a indiqué aux enquêteurs que l’intéressé aurait préféré ‘Allah Akbar’ ce qui reste à confirmer dans le cadre par ailleurs de propos qui restent confus », a indiqué le magistrat. (LCI)

[…]

…la double agression qui a blessé deux employées municipales et semé un vent de panique dans l’école de La Pauline (9e), ce matin vers 06h40, pourrait être l’œuvre d’un mineur déséquilibré. A l’aube, un jeune homme âgé de 17 ans s’était rué « comme un fou », glisse une source policière, à l’intérieur du groupe scolaire du boulevard Romain Rolland.

[…]

Peu après, l’auteur des faits, torse nu et en short, avait également tenté de s’en prendre à un automobiliste. Il a finalement été interpellé à quelques rues de l’école par les forces de l’ordre

[…]

La Provence

 

 

Patrick Balkany agressé verbalement à Levallois-Perret, 2 membres de la LDNA en garde à vue (MàJ : vidéo de l’incident)

 

 

Le récit d’Isabelle Balkany :

Patrick Balkany a été agressé verbalement jeudi après-midi vers 17 heures à Levallois-Perret, non loin de la mairie. Deux personnes ont été placées et se trouvent en garde à vue au commissariat de Levallois-Perret.

 

Selon nos informations, Patrick Balkany a été agressé verbalement par des membre d’une association la LDNA, la ligue de défense noire africaine. Ces membres soutiennent une boulangère de Levallois-Perret qui est en conflit avec la mairie.

Au moment de l’altercation, des habitants de Levallois-Perret sont venus porter assistance au maire. Ils ont été menacés de mort. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre.

 

 

 

Zemmour défend les Identitaires condamnés : « Dans l’ancien monde, les jeunes gens qui défendaient leur frontière contre les envahisseurs étaient des héros »

 

CHRONIQUE – L’Afghan qui a tué un jeune homme au couteau à Villeurbanne n’aurait jamais dû bénéficier du droit d’asile, selon notre chroniqueur.

C’est un puzzle. Le puzzle d’une certaine conception de la justice, d’une certaine philosophie de la vie en société. Un jour, des militants identitaires sont condamnés à six mois de prison pour avoir voulu bloquer (pacifiquement) la frontière entre la France et l’Italie. Quelque temps plus tard, un Afghan tue au couteau dans les rues de Villeurbanne. On apprend alors que ce brave homme avait obtenu le droit d’asile, non parce qu’il était menacé personnellement, mais parce que son pays était en guerre. Il avait été rejeté d’Allemagne, d’Italie et de Norvège. Mais la France doit toujours faire mieux que les autres. La Cour nationale du droit d’asile peut être fière d’elle: il était urgent de protéger cet Afghan du risque d’être tué dans son pays pour lui permettre de tuer dans le nôtre.

Dans l’ancien monde, les jeunes gens qui défendaient leur frontière contre les envahisseurs étaient des héros. Nos monuments aux morts en sont pleins. Aujourd’hui, on les insulte, on les traite de racistes et on les met en prison.

(…) Le Figaro

 

 

 

Prise en charge des « mineurs non accompagnés »: 41.000 jeunes, 95% d’hommes, 2 milliards d’euros par an

 

La prise en charge des mineurs isolés étrangers en chiffres

La prise en charge des « mineurs non accompagnés » (MNA) –à 95% de jeunes hommes étrangers qui se trouvent en France sans adulte responsable– concerne 41.000 jeunes et coûte 2 milliards d’euros par an, selon les départements qui en assument la charge.

Voici les principaux chiffres liés aux mineurs isolés étrangers, ancienne dénomination des MNA:

– 41.000

Plus de 41.000 mineurs non accompagnés sont pris en charge au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE), indique l’Assemblée des départements de France (ADF).

La prise en charge « a considérablement augmenté depuis 2015 », notamment avec une « forte accélération » de 74% entre 2016 et 2017, dans « des proportions très hétérogènes » selon les départements.

Il s’agit à 95%, de garçons, principalement originaires d’Afrique subsaharienne.

Ils représentent entre 15 à 20% de l’ensemble des mineurs qui bénéficient de l’aide sociale à l’enfance.

– 2 milliards

[…]

Fin 2018, la prise en charge représentait un coût de 2 milliards d’euros à la charge des départements, selon cette source.

[…]

L’article dans son intégralité sur Bourse Direct

 

 

 

Les entreprises et les propriétaires français sont les plus taxés au monde

 

On savait la France championne du monde des taxes depuis 2016, l’OCDE dresse le détail des payeurs les plus sollicités

Se chiffrant à plus de 100 milliards d’euros, les recettes prélevées sur les propriétaires français sont les plus élevées du monde.

L’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a publié, jeudi, un rapport sur les réformes fiscales menées par ses membres l’année dernière. Elle y constate un ralentissement des réformes : moins de pays ont mené des changements significatifs. Si la pression fiscale commence à baisser dans l’Hexagone, la France occupe toujours la première place des pays les plus taxés en ce qui concerne la fiscalité des entreprises et des propriétaires.

[…]

L’Opinion

 

 

 

Commenter cet article