Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 18 septembre 2019

 

 

 

 

 

L’Iran qualifie d’«avertissement» l'attaque de drones en Arabie saoudite

 

L’attaque contre les infrastructures pétrolières saoudiennes est un «avertissement» des rebelles yéménites à Riyad, a déclaré ce mercredi 18 septembre le Président iranien, appelant à mettre fin à la guerre au Yémen.

Le Président iranien Hassan Rohani a déclaré que l'Arabie saoudite devrait considérer les attaques des rebelles yéménites contre ses installations pétrolières comme «un avertissement» pour mettre fin à la guerre au Yémen.

«Ils n'ont pas frappé un hôpital [...], ils n'ont pas frappé une école [...]. Ils ont simplement frappé un centre industriel, attaqué pour vous mettre en garde. Tirez les leçons [...] de cet avertissement», a indiqué M.Rohani mercredi 18 septembre à Téhéran lors d'un conseil des ministres.

Le chef du gouvernement a souligné que l'Iran ne voulait pas déclencher un conflit dans la région, tout en accusant les États-Unis et la coalition emmenée par l'Arabie saoudite au Yémen d'être à l'origine des tensions.

Lire la suite

 

Note : les drones utilisaient par le Yémen sont de fabrication iranienne

 

 

 

Frappes en Arabie Saoudite : les Etats-Unis accusent l’Iran pour masquer l’impuissance de leurs armements

 

Le blitz dévastateur sur l’industrie pétrolière saoudienne a donné lieu à une série d’accusations de la part de responsables américains contre l’Iran. La raison en est simple : l’échec spectaculaire de Washington en matière de protection de son allié saoudien.

L’administration Trump doit faire de l’Iran le bouc émissaire du dernier assaut militaire contre l’Arabie saoudite, car reconnaître que les rebelles Houthis ont organisé un assaut aussi audacieux contre le cœur du royaume du pétrole serait un aveu de l’insuffisance américaine.

L’Arabie saoudite a dépensé des milliards de dollars au cours des dernières années pour acheter des systèmes de défense antimissile Patriot aux États-Unis et une technologie radar supposément à la pointe du progrès technologique du Pentagone. Si les rebelles yéménites peuvent envoyer des drones de combat jusqu’à 1 000 kilomètres sur le territoire saoudien et neutraliser les sites de production essentiels de l’industrie pétrolière du royaume, les « protecteurs » américains devraient alors être extrêmement embarrassés.

La défense américaine de l’Arabie Saoudite est liée à leur relation historique. Les exportations de pétrole saoudiennes sont les plus importantes de la planète, et sont effectuées en dollars, ce qui est essentiel au maintien du marché mondial des pétrodollars, qui est à son tour essentiel pour la puissance économique américaine. En retour, les États-Unis sont obligés d’être les protecteurs de la monarchie saoudienne, ce qui présente l’avantage supplémentaire de vendre des armes d’une valeur de plusieurs milliards de dollars chaque année au royaume.

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, l’Arabie Saoudite dispose du troisième budget militaire le plus important au monde, derrière les États-Unis et la Chine. Avec une dépense annuelle d’environ 68 milliards de dollars, Riyad est le premier au monde en termes de pourcentage du produit intérieur brut (8,8%). La plupart des armes saoudiennes proviennent des États-Unis, les systèmes de missiles Patriot en particulier constituant un élément majeur et très onéreux acquis récemment.

Pourtant, malgré toutes ses largesses financières et la meilleure technologie militaire américaine, le royaume pétrolier vient de subir une vague d’attaques aériennes potentiellement dévastatrices sur son industrie pétrolière vitale. La production de pétrole saoudienne dans son complexe de raffinerie gigantesque d’Abqaiq, situé à 330 km à l’est de la capitale Riyad, a diminué de 50% après avoir été ravagée par les flammes à la suite d’attaques aériennes. L’un des plus grands champs pétroliers de l’Arabie Saoudite, à Khurais, également dans la province de l’Est, a également été partiellement fermé.

Selon des informations crédibles, les dégâts sont beaucoup plus graves que ne le concèdent les autorités saoudiennes. La réparation de ces sites industriels clés pourrait prendre des semaines.

Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, a eu à moitié raison en déclarant que « L’Iran a lancé une attaque sans précédent contre l’approvisionnement énergétique mondial ».

LIRE AUSSI : VIDEO. L’attaque en Arabie saoudite lancée depuis l’Iran, selon des responsables américains

 

Cette attaque est effectivement sans précédent. Mais Pompeo et d’autres responsables américains se sont probablement trompés en accusant l’Iran.

Certains responsables de l’administration Trump ont déclaré aux médias américains que des « missiles de croisière » étaient responsables des boules de feu géantes vues au-dessus des installations pétrolières saoudiennes. L’un d’eux, cité anonymement, aurait déclaré : « Il n’y a aucun doute que l’Iran est responsable de cela… Il ne pourrait en aller autrement. Il n’y a pas d’autre candidat. »

Dans un effort empressé pour étayer les accusations contre l’Iran, des images satellites ont été publiées, montrant ce qui semble être la conséquence de la frappe aérienne sur le complexe de la raffinerie d’Abqaiq. Les autorités américaines affirment que le lieu précis des explosions indiquait que les armes provenaient non pas du Yémen au sud, mais de l’Iran ou de l’Irak.

saudihit1saudihit2

Même le New York Times, normalement docile, a exprimé des doutes sur cette affirmation, commentant dans son rapport : « Les photos satellites publiées dimanche ne paraissaient pas aussi claires que les responsables l’ont suggéré, certaines apparaissant comme montrant des dommages sur le côté ouest des installations, et non venant de la direction de l’Iran ou de l’Irak. »

Les accusations portées par Pompeo et d’autres sont des affirmations à la place d’allégations fondées.

Il est à noter que le Président Donald Trump s’est abstenu de blâmer ouvertement l’Iran nommément, faisant simplement allusion à cette possibilité. Si Pompeo est si inflexible à pointer l’Iran du doigt, pourquoi Trump n’a-t-il pas fait de même ? En outre, le Président a fait une remarque éloquente lorsqu’il a déclaré qu’il « attendait la vérification » de l’Arabie Saoudite « quant à l’identité de la personne qui, selon eux, était la cause de l’attaque ». Encore une fois, si des responsables américains accusent explicitement l’Iran, alors pourquoi Trump dit-il vouloir une « vérification » des Saoudiens ?

Pour sa part, l’Iran a catégoriquement rejeté les accusations selon lesquelles il était impliqué, affirmant que les déclarations de Pompeo étaient « aveugles » et équivalaient à la préparation d’un conflit.

Le Premier ministre irakien, Adel Abdul Mahdi, a également rejeté les affirmations selon lesquelles des activistes chiites pro-iraniens auraient utilisé le territoire de son pays pour lancer des frappes aériennes.

Les rebelles Houthis au Yémen ont publié des déclarations sans ambiguïté dans lesquelles ils revendiquent la paternité des attaques aériennes sur les installations pétrolières saoudiennes. Ils ont précisé que les armes étaient des drones et non des missiles, ajoutant que 10 drones (UAV) avaient été déployés.

Il est également notable que la plupart des médias américains ont initialement rapporté que les attaques avaient été menées par des drones lancés depuis le Yémen. Associated Press a signalé un haut niveau de sophistication des attaques, des drones ayant été utilisés en premier pour désactiver les systèmes radar Patriot des États-Unis avant que d’autres UAV ne procèdent à des frappes aériennes.

Il semble donc que les responsables américains tentent de déformer les faits en accusant l’Iran. C’est une tentative imprudente de désigner un bouc émissaire car la conséquence logique pourrait être de déclencher une attaque militaire contre l’Iran, auquel cas Téhéran a averti qu’il était prêt à la guerre.

La raison pour blâmer l’Iran est que les rebelles yéménites (que l’Iran soutient politiquement) ne seraient tout simplement pas capables d’utiliser des drones avec un succès aussi spectaculaire contre l’industrie pétrolière saoudienne. Le coupable doit être l’Iran, d’après ce raisonnement. Ceci fait suite aux accusations de prétendu sabotage par l’Iran contre des pétroliers dans le golfe Persique plus tôt cet été.

Cependant, la chronologie montre que les Houthis sont plus que capables de lancer des missiles balistiques de plus en plus puissants et des drones pénétrants toujours plus profondément sur le territoire saoudien. Les rebelles utilisent des drones depuis le début de la guerre que la coalition américano-saoudienne soutenue par les États-Unis a lancée en mars 2015 contre ce pays situé au sud de l’Arabie saoudite.

Au cours des quatre dernières années, la puissance de feu aérienne des Houthis s’est progressivement améliorée. Auparavant, les Saoudiens, dotés de systèmes de défense américains, avaient pu intercepter des drones et des missiles du Yémen. Mais au cours de cette dernière année, les rebelles ont augmenté leur taux de réussite en atteignant leurs objectifs dans l’intérieur saoudien, y compris dans la capitale, Riyad.

En mai de cette année, des drones Houthis ont frappé le pipeline est-ouest crucial de l’Arabie Saoudite. Puis, en août, des drones et des missiles balistiques auraient frappé le champ pétrolifère de Shaybah, près de la frontière avec les Émirats Arabes Unis, ainsi que le complexe d’exportation de Dammam dans la province orientale de l’Arabie Saoudite.

Les Yéménites affirment qu’ils portent légitimement la guerre en Arabie Saoudite et aux Émirats après des années de frappes aériennes incessantes sur leur pays, qui ont fait plus de 100 000 morts. Un récent rapport de l’ONU a condamné les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France pour leur complicité dans de potentiels crimes de guerre par le biais de leur soutien militaire à la coalition saoudienne.

Les souverains d’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis doivent être aux abois, craignant que les rebelles du Yémen déchiré par la guerre et affamé les attaquent maintenant des drones qui pourraient détruire leurs économies pétrolières. De plus, le protecteur américain tant vanté n’est pas en mesure de respecter ses engagements stratégiques, malgré des milliards de dollars dépensés pour acquérir les armes du Pentagone. C’est pourquoi Washington doit trouver une excuse en faisant de l’Iran le méchant.

Source

 

Lire aussi : Comment l'attaque de drones contre les raffineries saoudiennes profite à Riyad

Lire aussi : Tahhan: «Les États-Unis sont doublement gagnants avec les attaques en Arabie saoudite»

 

 

Note : dans l'information qui suit, Poutine se moque des Saoudiens, d’abord en mentionnant le Coran qui stipule aux musulmans de faire la guerre qu'en légitime défense (il a beaucoup à dire sur ce sujet) allusion a la guerre au Yémen. Puis il demande aux Saoudiens d'acheter le système de défense russe pour se moquer du système de défense américain qui ont laissé passer les attaques (ce qui fait beaucoup rire les Turques et les Iraniens)

 

 

 

 

Poutine propose à Riyad d’acquérir ses systèmes S-300 ou S-400 pour protéger ses infrastructures

 

Répondant ce 16 septembre à une question portant sur l’aide à apporter à l’Arabie saoudite dans le contexte d’attaques de drones sur ses sites pétroliers, le Président russe a proposé au royaume d’acheter à la Russie des systèmes S-300 ou S-400 pour protéger ses infrastructures.

Répondant ce 16 septembre à une question portant sur l’aide à apporter à l’Arabie saoudite dans le contexte d’attaques de drones sur ses sites pétroliers, le Président russe a proposé au royaume d’acheter à la Russie des systèmes S-300 ou S-400 pour protéger ses infrastructures.

«En ce qui concerne l’aide à l’Arabie saoudite, il convient de rappeler que le Coran sacré évoque l’inadmissibilité de toute sorte de violence autre que pour protéger les siens. Donc pour [qu’ils puissent, ndlr] défendre les leurs et leur pays, nous sommes prêts à octroyer l’aide appropriée à l’Arabie saoudite. Il suffit aux autorités politiques saoudiennes de l’adopter. Il suffit que les autorités politiques saoudiennes adoptent une décision étatique sage comme celle prise par le passé par les dirigeants iraniens qui avaient acquis à l’époque des S-300 ou comme le Président [turc Recep Tayyip, ndlr] Erdogan qui a acheté à la Russie les systèmes ultramodernes S-400. Ils protégeront solidement toute infrastructure saoudienne», a répondu le Président.

À la demande du Président iranien, Hassan Rohani, de préciser lequel des deux systèmes il valait mieux acheter, M.Poutine a répondu : «Qu’ils choisissent».

Lire la suite

 

 

 

Arabie saoudite : Paris va envoyer ses experts pour participer aux enquêtes sur les attaques

 

Le président de la République française a assuré le soutien de Paris au prince héritier d'Arabie saoudite et confirmé l'envoi d'enquêteurs français dans le cadre des investigations après les attaques des sites pétroliers d'Abqaiq et Khurais.

Lire l'article

 

 

 

 

Les preuves de l’utilisation de navires français dans le blocus du Yémen publiées – vidéos

 

Sur la base d'une investigation, les journalistes du projet French Arms ont apporté la preuve visuelle que des navires de guerre d'origine française participaient au blocus maritime du Yémen, touché par la plus grave crise humanitaire du monde. Une information qui contredit les déclarations du gouvernement.

Cinq mois après que le collectif de journalistes Disclose, en coopération avec la cellule investigations de Radio France, Mediapart et le média néerlandais Lighthouse, a révélé que des navires de fabrication française vendus à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis étaient utilisés dans le cadre du conflit au Yémen, des preuves visuelles de ce fait ont été rendues publiques par les médias.

Selon l’enquête des journalistes du projet French Arms, une corvette de classe Baynunah vendue par la France dans le cadre d’une commande passée en 2003 et construite par CMN (Constructions mécaniques de Normandie), ainsi qu’une frégate saoudienne construite aussi en France, participaient au blocus maritime. Et ce sont justement ces navires qui apparaissent sur les images relayées.

Les séquences montrent l'arraisonnement d'un navire indien par la corvette émiratie Al-Dhafra près des côtes yéménites, selon des éléments topographiques contenus dans la vidéo.

D’autres images diffusées deux ans plus tard montrent les frégates Al-Dammam 816 et Al-Madinah 702, fournies par la France à la marine nationale saoudienne, procédant à l’inspection d’un pétrolier approvisionnant le Yémen, aux abords du port Hodeïda, par lequel transite la majorité de l’aide humanitaire, comme le précise Mediapart.

En outre, selon l’enquête des journalistes de Disclose, des salariés liés à l’entreprise française CMN assurent la maintenance de la flotte des Émirats et, surtout, une autre entreprise française, Naval Group, était également chargée de la maintenance de frégates saoudiennes entre 2013 et la fin 2018.

Informations contredisant les déclarations de l’Élysée

Depuis le début du conflit, les autorités françaises, incluant Florence Parly et Jean-Yves Le Drian, ont affirmé respecter leurs engagements diplomatiques concernant la vente d’armes aux pays en guerre.

Lire la suite

 

 

 

 

Afghanistan : un double attentat fait au moins 48 morts

 

Les talibans, qui avaient annoncé au début de la campagne électorale qu'ils feraient tout pour troubler le scrutin, ont revendiqué cette attaque survenue mardi dans la province de Parwan.

Ces attaques, toutes deux revendiquées par les talibans, interviennent à moins de deux semaines du scrutin présidentiel prévu le 28 septembre dans le pays. Au moins 48 personnes ont été tuées mardi 17 septembre en Afghanistan lors de deux attentats, l'un contre un meeting électoral du président Ashraf Ghani et l'autre à Kaboul.

Un premier attentat suicide a fait 26 morts aux abords d'un meeting du président afghan, Ashraf Ghani, dans la province de Parwan, dans le centre de l'Afghanistan. «Le bilan comprend des femmes et des enfants», a précisé le directeur de l'hôpital de Parwan, Abdul Qasim Sangin, interrogé par l’AFP. «Nous avions déjà prévenu les gens de ne pas participer aux réunions électorales, et s'ils y subissent des pertes c'est sous leur responsabilité», ont déclaré les talibans dans un communiqué revendiquant leur action.

Lire la suite

 

Note : et comme je l'avais affirmé les tarés de Taliban n'ont pas besoin d'ennemi extérieur pour massacrer leurs propres populations. Pour exemple les Talibans Afghans tuent des petites filles pour qu'elles n’allient pas à l'école !

Voir :Pakistan : les talibans brûlent les écoles de filles

Voir : Les talibans afghans ont décapité une petite fille de 9 ans (2015)

Voir: La jeune fille et les talibans

 

 

 

 

Boko Haram poursuit son offensive: des attaques en forme «de répétition générale»

 

Six militaires camerounais ont été abattus dans une attaque attribuée à Boko Haram dans la nuit de samedi à dimanche 15 septembre à Soueram, une localité de l’Extrême-Nord du Cameroun. Au Nigeria, une offensive a été repoussée à Maiduguri. Des incursions qui démontrent encore la capacité de nuisance du groupe et anticipent les conflits à venir.

Lire l'article

 

 

 

 

Abou Bakr Al-Baghdadi appelle à « sauver » les djihadistes détenus et leurs familles

 

Silencieux depuis le printemps, le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, a diffusé lundi un message audio de trente minutes dans lequel il appelle ses partisans à secourir les djihadistes détenus dans les prisons et leurs familles vivant dans des camps de déplacés, notamment en Syrie et en Irak.

Des femmes voilées escortées par une combattante des Forces démocratiques syriennes, dans le camp d’Al-Hol, le 17 février. Des 

« Faites de votre mieux pour sauver (…) vos frères et vos sœurs (…) et forcer les murailles » des prisons, exhorte le chef de l’EI dans ce long message diffusé sur l’organe de propagande du groupe djihadiste sur Telegram. « N’hésitez pas à les sauver en brisant leur siège par la force et à traquer leurs bouchers parmi les enquêteurs et les juges », a-t-il poursuivi. « Comment un musulman peut-il continuer de vivre alors que des femmes musulmanes croupissent dans les camps de la dispersion et les prisons de l’humiliation », dit encore M. Baghdadi, dont la tête est mise à prix jusqu’à 25 millions de dollars par le département d’Etat américain, faisant référence à l’Irak, la Syrie et d’autres pays « aux quatre coins du monde ».

Lire la suite

 

 

S-400 russes pour la Turquie : «Nous continuerons», martèle Erdogan malgré les menaces américaines

 

Le président turc a réaffirmé la volonté de son pays de poursuivre ses acquisitions de matériel russe sophistiqué. Les Etats-Unis s'inquiètent du rapprochement entre la Russie et la Turquie, allié important de Washington au sein de l'OTAN.

Trois ans après la tentative ratée de coup d'Etat à Ankara, la Turquie semble s'éloigner toujours plus de l'OTAN, dont elle pourtant l'un des piliers historiques....

Lire la suite

 

Note : la Turquie n'a jamais été un "pilier" en matière de défense pour l'Europe. À la Première Guerre mondiale elle était alliée aux Allemands et à la Deuxième elle est resté neutre mais avait un pacte d'amitié qui l'a lié encore à l'Allemagne d'Hitler

 

 

La Russie déploie des systèmes S-400 dernier cri dans l'Arctique

 

Les S-400 ont été déployés par la Russie dans la région de l'Arctique. Le remplacement de S-300 plus anciens par les systèmes russes dernier cri «accroît significativement l'étendue de la zone de l'espace aérien dans l'Arctique sous contrôle».

Lire l'article

 

 

 

Milan : un soldat italien attaqué au couteau par un migrant yéménite, qui criait « Allah Akbar » (MàJ)

 

Un jeune Yéménite de 23 ans a légèrement blessé mardi avec un petit couteau un militaire italien qui effectuait des contrôles de sécurité près de la gare centrale de Milan.

Le jeune homme, sans permis de séjour, qui a frappé de dos le militaire, a été aussitôt immobilisé par des collègues du soldat italien et remis à la police, selon le site du Corriere della Sera. Le parquet antiterroriste de Milan a ouvert une enquête.

Selon AGI, le même homme aurait tenté lundi soir, peu avant minuit, de blesser avec un stylo ou un crayon plusieurs autres personnes, toujours dans le quartier de la gare de la capitale lombarde.

Le Figaro

Italie – Un soldat italien a été poignardé à la gorge par un agresseur qui aurait crié « Allah Akbar », devant la gare centrale de Milan mardi.

L’attaque a eu lieu vers 10 h 45, heure locale. Le soldat a été poignardé au cou et à l’épaule, rapporte Milano Today.

L’agresseur s’est enfui en direction de la Via Vittor Pisani mais a été rapidement arrêté par la police. Il a crié « Allah Akbar ».

La police et les militaires qui se trouvaient à proximité ont afflué sur les lieux et ont établi un cordon de sécurité. Des enquêtes sont en cours pour déterminer si l’attaque était de nature terroriste.

Le soldat de 34 ans a été transporté à l’hôpital voisin pour un traitement d’urgence où son état a été jugé non mortel malgré une blessure profonde au cou.

L’agresseur, qui serait un ressortissant étranger, était armé d’une paire de ciseaux et était apparemment un visiteur régulier de la station.

RT

 

 

Europe : premier territoire d’accueil des migrants avec 82 millions d’individus (dont 8 millions en France), selon l’ONU

 

[…] Le nombre de migrants dans le monde ne cesse de croître. Comme le révèle un rapport de l’ONU relayé par Le Figaro mardi 17 septembre, ils étaient 272 millions dans le monde en 2019, soit 51 millions de plus qu’en 2010. L’Europe est particulièrement concernée par ce phénomène. Le Vieux Continent accueille en effet 82 millions de migrants, contre 59 millions pour l’Amérique du Nord. Toujours selon ce rapport, réalisé par les services chargés de la population au sein du département des Affaires économiques et sociales de l’ONU, le nord de l’Afrique et l’ouest de l’Asie viennent ensuite avec chacun 49 millions de migrants. […]

Selon les précisions de l’ONU, la moitié des 272 millions de migrants dans le monde vivent dans seulement une dizaine de pays : les Etats-Unis arrivent en tête avec 51 millions de personnes, soit 19% du nombre total. Suivent l’Allemagne et l’Arabie saoudite (13 millions chacun), la Russie (12 millions), le Royaume-Uni (10 millions), les Emirats arabes unis (9 millions), la France, le Canada et l’Australie avec 8 millions chacun, et l’Italie (6 millions).

Valeurs Actuelles

 

Note ; assez bizarre ce rapport de l'ONU, parce que l'Arabie saoudite a toujours refusé les migrants, mais par contre reçois des millions de travailleurs qui repartent toujours à la fin de leur contrat de travail, donc rien à voir avec les migrants d’Europe qui viennent pour s'y installer définitivement

 

 

États-Unis : à partir de 2020, les Blancs ne représenteront plus la majorité des enfants américains

 

Le nombre d’enfants fréquentant les écoles publiques américaines avec des élèves d’autres races a presque doublé au cours du dernier quart de siècle, une augmentation peu remarquée qui reflète l’évolution démographique du pays, selon une analyse du Washington Post.

1. Les États-Unis se diversifient de plus en plus. En 2020, les blancs ne représenteront plus la majorité des enfants américains.

Depuis sa fondation, les États-Unis ont été une nation majoritairement blanche, mais la diversité raciale du pays s’accroît d’année en année. L’année prochaine, les projections du Bureau de recensement marqueront un tournant décisif : plus de la moitié des enfants américains feront partie d’une minorité raciale ou ethnique.

D’ici 2060, selon les projections du Bureau, seulement 36 % des Américains de moins de 18 ans seront des Blancs.

(…) Washington Post

 

 

 

Macron : « Les bourgeois n’ont pas de problème avec l’immigration. Ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec »

 

Emmanuel Macron a affirmé lundi soir à sa majorité qu’il fallait regarder le sujet de l’immigration « en face » et ne pas être « un parti bourgeois » car ce sont les classes populaires « qui vivent avec » et ont migré vers l’extrême droite.

« C’est un sujet en soi qu’il faut prendre avec maturité et calme. La France a toujours été une terre d’immigration », a affirmé, selon des participants, le président devant quelque 200 parlementaires et membres de sa majorité, quinze jours avant le débat parlementaire sur l’immigration prévu les 30 septembre et 2 octobre.

« Nous n’avons pas le droit de ne pas regarder ce sujet en face ». « La question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas. Les bourgeois n’ont pas de problème avec cela: ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec », a-t-il souligné.

« La gauche n’a pas voulu regarder ce problème pendant des décennies. Les classes populaires ont donc migré vers l’extrême droite. On est comme les trois petits singes: on ne veut pas regarder », a-t-il encore ajouté.

« Vous n’avez qu’un opposant sur le terrain: c’est le Front national (devenu Rassemblement national, ndlr). Il faut confirmer cette opposition car ce sont les Français qui l’ont choisie. Il y a deux projets : celui du repli, tout faire peur ou bâtir une solution ouverte mais pas naïve », a-t-il conclu.

i24news.fr

 

 

 

Ravier (RN) : « Les Français en ont assez d’une immigration de peuplement, d’une immigration de remplacement qui ne s’intègre pas »

 

[] @EmmanuelMacron non plus ne croise pas l'. Il voit les sondages: les français en ont assez d'une immigration de plus en plus revendicative, conquérante. Il y a le feu à la maison. " @Stephane_Ravier

 

 

Immigration : Marine Le Pen réplique à Emmanuel Macron

 

La patronne du RN a jugé que le discours du président sur l'immigration était « électoraliste » et s'est dite prête à rejouer le duel de 2017.

Marine Le Pen estime qu'aucun autre candidat qu'elle << n'emerge >> de son parti pour la future presidentielle.
 
Marine Le Pen a répliqué ce mardi au discours d'Emmanuel Macron qui a durci la veille son discours sur l'immigration face aux parlementaires LREM. Un discours ferme auquel la cheffe du Rassemblement national ne croit pas, y voyant une manœuvre électoraliste. Le chef de l'État a affirmé lundi soir, devant sa majorité et le gouvernement, qu'il fallait regarder le sujet de l'immigration « en face » et ne pas être « un parti bourgeois », car ce sont les classes populaires « qui vivent avec » et ont migré vers l'extrême droite.

« On a eu un débat sur l'immigration il y a quelques mois, me semble-t-il, à l'Assemblée nationale. Toutes les propositions que nous avons mises sur la table pour empêcher ce détournement, notamment, du droit d'asile (...) ont été blackboulées par les députés En marche  ! Donc je n'y crois pas », a déclaré sur BFM TV-RMC la présidente du Rassemblement national. Sur l'immigration, « ça fait deux ans et demi qu'[Emmanuel Macron] n'a rien vu non plus, qu'il n'a rien écouté », a ajouté la cheffe du parti d'extrême droite.

Qualifiant d'« électoraliste » l'attitude de M. Macron, elle a affirmé en avoir « vu d'autres avant lui », comme Nicolas Sarkozy, durcir le ton sur l'immigration « parce qu'ils s'engagent dans une campagne électorale ». Pour la convaincre, Marine Le Pen suggère donc de directement consulter les Français : « Est-ce que ce n'est pas plus clair de demander aux Français (...) oui ou non le droit du sol, oui ou non le regroupement familial, oui ou non la maîtrise à nouveau de nos frontières  ? »

Lire la suite

 

 

 

 

 

« Des dizaines de milliers d’agriculteurs crèvent car on n’a pas d’argent pour eux. En revanche, on ouvre la bourse pour les centaines de milliers de migrants … L’immigration coûte des milliards. »

 

Tancrède ن @Tancrede_Crptrs

"Des dizaines de milliers d'agriculteurs crèvent car on n'a pas d'argent pour eux.
En revanche, on ouvre la bourse pour les centaines de milliers de migrants ...
L'immigration coûte des milliards." - @andrebercoff

VOIR VIDÉO

 

 

Note : et l'information qui suit lui donne raison 

 

 

Noisy-le-Grand (93) : une résidence hôtelière pour 824 migrants sans-abri

 

[…] 824 personnes, dont 213 enfants, hébergés par le Samusocial vivent dans 171 « suites » de une, deux ou trois pièces, avec kitchenette et salle de bains. « C’est provisoire, en principe, mais ça dure depuis sept ans », explique Aslan (son prénom a été modifié), jeune Tchétchène tout juste bachelier qui entreprend avec enthousiasme des études de sciences, et porte-parole naturel de sa famille.

 

[…] Kamrul, employé d’hôtel, la trentaine, vient du Bengladesh et vit ici depuis cinq ans avec sa femme et ses trois enfants. Pas question de se plaindre… sauf des punaises, « mais il y en a dans tous les hôtels », dit-il en connaisseur. Pour Bakary, venu de Côte d’Ivoire, « tout va bien tant qu’on reste chez soi. Entre résidents et avec le personnel, c’est juste bonjour, bonsoir ».

La famille Doumbia, avec quatre enfants en bas âge, bientôt cinq, est, elle, française, originaire du Sénégal, et vit ici, dans une pièce unique depuis plus d’un an. Tous deux travaillent. Lui, dans un restaurant ; elle, Coumba, jeune et élégante maman, dans la restauration aérienne où elle prépare les plateaux-repas.

Eux aussi attendent avec impatience un vrai logement et fondent leurs espoirs sur le fait d’être tous deux salariés « avec fiches de paye, souligne Coumba. On a poussé les lits contre les murs pour faire le maximum de place aux enfants. On est bien ici, même s’il faut mener un combat quotidien contre les souris, les punaises, les cafards… ». […]

Le Monde

 

 

Essonne (91) : les pompiers se font cracher, uriner dessus ou sont poursuivis à la machette

 

[…] Ce lundi 16 septembre, le Préfet de l’Essonne, Jean-Benoît Albertini et le Président du conseil départemental de l’Essonne, François Durovray, se sont réunis avec le président du SDIS et de nombreux pompiers pour dénoncer les agressions à l’encontre des soldats du feu qui se sont déroulées ces derniers jours. En trois jours, les pompiers de l’Essonne ont été victimes de quatre agressions. […]

 

France Bleu

 

L’Elysée se retire d’une conférence organisée par la Ligue islamique mondiale

 

Emmanuel Macron était au programme ce mardi d’une grande conférence internationale co-organisée à Paris par la Ligue islamique mondiale. L’Elysée s’est-il rendu compte avec retard du pedigree des organisateurs ?

 

 

 

 

Eric Zemmour condamné « pour appel au rejet et à la discrimination des musulmans en tant que tels »

 

La Cour de Cassation a rejeté ce mardi le pourvoi en cassation d’Eric Zemmour et confirmé sa condamnation “pour appel au rejet et à la discrimination des musulmans en tant que tels”, l’obligeant à dédommager une nouvelle fois l’association CAPJPO-EuroPalestine qui a porté plainte contre ses propos islamophobes lors de l’émission “C à vous”, diffusée sur la chaîne de télévision France 5, le 6 septembre 2016.

La Cour de Cassation, a confirmé le jugement du Tribunal de 1ère instance et de la Cour d’Appel de Paris, qui avaient condamné Eric Zemmour pour “provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.” […]

oumma.com

 

 

 

 

Un homme condamné pour des propos haineux envers les migrants sur Internet

 

Source

 

 

En prison, Salah Abdeslam entretient des correspondances avec plusieurs femmes

 

Correspondances avec des femmes, provocations… Des éléments inédits illustrent le fanatisme de l’unique survivant des djihadistes du 13 Novembre.

le 28 juin 2018, Abdeslam exige d’effectuer une « déclaration spontanée ». Ces quelques lignes retranscrites sèchement sur procès-verbal démontrent sa radicalité et son soutien au djihad armé. Après avoir rappelé son allégeance à Dieu – « il n’y a point de divinité digne d’adoration à part Allah » – l’islamiste se lance dans une diatribe contre « ce gouvernement » qui, selon lui « assassine injustement et froidement des femmes et des enfants, que ce soit au Moyen-Orient ou en Afrique ». Et de s’adresser sur un ton provocateur à « Emmanuel Macron », en présentant les attentats comme une riposte à l’intervention militaire en Syrie contre Daech : « L’insécurité régnera sur votre territoire tant que vous ne renoncez pas à votre hostilité et à vos attaques à l’égard des musulmans. »

Il reçoit des lettres d’au moins quatre femmes, dont l’une domiciliée à Düsseldorf, en Allemagne.

Une autre, prénommée Maëva et domiciliée dans le Tarn-et-Garonne, apparaît comme sa correspondante la plus régulière. Présentée comme « proche de la mouvance islamiste radicale », cette jeune correspondante de 20 ans a de longs échanges d’ordre théologique avec le prisonnier depuis près de deux ans. « Ces courriers témoignent du charisme gagné par Salah Abdeslam auprès d’une communauté islamiste radicale féminine, notent les policiers de la DGSI dans un rapport. Ces femmes le placent tantôt comme une victime du système judiciaire, tantôt comme un homme pieux dépassé par les événements ».

En plus d’être lu, Salah Abdeslam est aussi écouté en prison. Les conversations captées par la sous-direction antiterroriste (SDAT) révèlent un homme prosélyte, obsédé par la prière. « Si tu vas te détourner d’Allah, si tu vas te divertir en faisant autre chose qu’adorer ton seigneur, ton iman [foi], il va descendre », insiste-t-il au téléphone auprès de sa petite sœur.

Le détenu se montre souvent sujet aux sautes d’humeur et est coutumier d’agressions verbales envers le personnel pénitentiaire.Le 18 décembre 2018, il profère des injures racistes contre un surveillant, noir de peau, qui l’intimait de relever son jogging : « Je ne parle pas aux singes », s’emporte alors Abdeslam.

(…) Le Parisien

 

Fiscalité pétrolière: la crise du Golfe pourrait-elle réveiller celle des Gilets jaunes?

 

La hausse des prix à la pompe est inévitable après les attaques menées contre les installations de Saudi Aramco. Reste à savoir si leur ampleur va contrarier les plans du gouvernement, qui doit bientôt présenter le budget 2020, le premier depuis la crise des Gilets jaunes, provoquée par la hausse des taxes sur les carburants. Sujet explosif.

Lire l'article

 

Commenter cet article