Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 7 juillet 2019

 

 

Israël réagit à l’augmentation du taux d’enrichissement de l’uranium en Iran

 

L’État hébreu a dénoncé une «mesure très, très dangereuse» suite à l’annonce par l’Iran qu’à partir de ce jour, l’enrichissement de son uranium dépasserait les 3,67%, soit au-dessus de la limite fixée par l’accord de Vienne.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a qualifié dimanche 7 juillet de très dangereuse la décision annoncée par l'Iran d'augmenter le taux d'enrichissement de son uranium, rapporte Reuters.

S’adressant aux dirigeants français, britanniques et allemands, le leader israélien a une nouvelle fois appelé à imposer des sanctions à Téhéran.

«C'est une mesure très, très dangereuse», a déclaré Benyamin Netanyahou lors d’un conseil des ministres intervenant suite à l’annonce des autorités iraniennes.

«L'enrichissement de l'uranium est fait pour une raison et une seule, c'est pour la création de bombes atomiques», a affirmé le leader israélien, qui est très opposé à l'accord de 2015.

Lire la suite

 

 

Nucléaire: L'Iran va commencer dès «aujourd'hui» à enrichir son uranium à un niveau interdit

 

 

L'Iran a confirmé ce dimanche qu’il s’affranchissait d’un nouvel engagement pris vis-à-vis de la communauté internationale et qu’il allait commencer dans la journée à enrichir de l'uranium à un niveau prohibé par l'accord sur son programme nucléaire conclu en 2015.

Le président iranien Hassan Rouhani

« Sur ordre reçu du président [Hassan Rohani], la deuxième phase [du plan de réduction des engagements de l’Iran] a commencé aujourd’hui », a déclaré à la presse Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA).

S’affranchir d’autres obligations « dans 60 jours »

« Dans quelques heures », le temps de régler quelques détails techniques, l’Iran reprendra « l’enrichissement [de l’uranium] au-dessus de 3,67 % », a ajouté Behrouz Kamalvandi, sans donner de chiffre précis quand au nouveau taux retenu par Téhéran pour ses activités d’enrichissement.

Lire la suite

 

 

 

Iran - Etats-Unis : «Il suffit d’un petit dérapage pour qu’une guerre commence»

 

 

 

 

Washington, Tel Aviv et Londres préparent-ils des bombardements contre l'Iran?

 

Israël se préparerait à des activités militaires contre l'Iran. La presse israélienne évoque des projets de raids communs au-dessus de la Syrie et de l'Iran avec des chasseurs-bombardiers de 5e génération F-35 de l'aviation américaine, israélienne et britannique.

Les avions d'Israël, des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne s'entraînent actuellement à interagir en conditions de guerre, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Le Pentagone a projeté 12 F-22 sur sa base d'Al Oudeid au Qatar. Jérusalem a accusé les militaires russes d'utiliser des moyens de guerre électronique empêchant la navigation aérienne dans la région. Damas se dit «totalement prêt» à utiliser le système antiaérien S-300 fourni par la Russie fin 2018. Moscou ne nie pas l'éventualité de livrer des S-400 à Téhéran.

Pendant la Conférence pour la sécurité nationale, les problèmes régionaux et internationaux à Herzlia (Israël), le chef de la diplomatie israélienne Israel Katz a déclaré que «l'Iran pourrait lancer une guerre contre les pays du Golfe et Israël», et qu'il fallait «se tenir prêt à engager des actions préventives».

«Nous devons être préparés à cela, c'est pourquoi l’État hébreu continue de renforcer sa puissance militaire au cas où il devrait réagir à des scénarios où l'escalade serait inévitable.»

Interrogé par la radio israélienne TSAHAL, Israel Katz a promis que l’État hébreu ne permettrait pas à l'Iran de créer l'arme nucléaire, même s'il devait «agir seul». La veille, pendant la même conférence, la menace iranienne pour la région avait été évoquée par le directeur du Mossad, Yossi Cohen.

Israël ne jette pas l'éponge

La politique israélienne vis-à-vis de l'Iran reste inchangée et ne prévoit pas de compromis. Le sérieux des intentions des autorités israéliennes de combattre résolument l'Iran ne fait aucun doute.

D'autant que le quotidien israélien Haaretz, se référant à des sources militaires, parle de vols opérationnels communs de F-35 israéliens, américains et britanniques au-dessus des territoires de l'Irak et de la Syrie ces derniers temps. Il est connu que tous les pays achetant les chasseurs-bombardiers américains de 5e génération F-35 sont automatiquement inclus au Programme de combat commun pour leur utilisation. Les systèmes électroniques de tous les avions de ce type prévoient la possibilité d'être intégrés dans un système de contrôle commun.

Six chasseurs F-35B de l'armée de l'air britannique sont arrivés en mai à Chypre, à la base d'Akrotiri. Ils opèrent dans le cadre de l'opération Lightning Dawn. Selon les affirmations du ministère britannique de la Défense, les F-35 britanniques ont déjà réalisé 95 vols d'un total de 225 heures. Les chasseurs-bombardiers israéliens de 5e génération agissent depuis leurs aérodromes, et ceux des USA sont déployés à la base américaine aux Émirats arabes unis.

La projection de 12 chasseurs furtifs F-22 à la base d'Al Oudeid au Qatar a été rapportée par la presse américaine la semaine dernière. Ces avions munis de munitions air-air sont rapides, très manœuvrables, et ont pour mission de couvrir les actions de l'aviation d'attaque. Les chasseurs polyvalents F-35 embarquent des missiles air-sol et remplissent de facto les fonctions de bombardiers tactiques. Combinés avec les F-22 via le système de contrôle unifié, ils représentent une force redoutable.

Le ministère israélien de la Défense indique que les avions de 5e génération restent invisibles aux S-300 syriens. Damas déclare qu'il n'utilise intentionnellement pas ce système.

Lire la suite

 

Note : Quelle serait la réaction de l'Iran à une telle attaque ? Vont-ils rester les bras croisés devant humiliation, eux qui veulent devenir les leadeurs du monde musulmans! 

Et puis depuis plusieurs années que l'Iran enrichi de l'uranium, peuvent-ils avoir une bombe atomique . Parce que avant 2015 les Américains leur reprochaient d'avoir enchéri de l’uranium. Et justement qu'est devenu cet uranium enrichi aujourd’hui ?

 

Nucléaire iranien: Réunion extraordinaire de l'AIEA le 10 juillet

 

Une réunion extraordinaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) se tiendra le 10 juillet sur demande des Etats-Unis, pour faire le point sur les dérogations à l’accord nucléaire de 2015 annoncées par l'Iran, a indiqué vendredi un porte-parole de l’agence onusienne.

Le conseil des gouverneurs de l’AIEA, dont le siège se trouve à Vienne, en Autriche, se réunira « ce mercredi à 14h30 », selon ce porte-parole.

Dépassement de la limite autorisée d’uranium

Les Etats-Unis, qui se sont désengagés de l’accord de 2015, ont demandé cette séance spéciale alors que l’Iran a récemment franchi une limite imposée par ce pacte au stock de ses réserves d’uranium faiblement enrichi. Téhéran a également annoncé qu’il mettrait à exécution dès dimanche sa menace d’enrichir l'uranium à un degré prohibé.

La mission diplomatique américaine à Vienne dit avoir sollicité cette réunion des représentants des 35 Etats membres du conseil des gouverneurs pour « discuter du dernier rapport du directeur général de l’AIEA ». Celui-ci a constaté en début de semaine que l’Iran avait dépassé la limite autorisée des 300 kilos d’uranium faiblement enrichi.

Les constats de l’AIEA s’avèrent « préoccupants », selon les Etats-Unis, qui ajoutent que « la communauté internationale doit demander des comptes au régime iranien ».

L’AIEA est chargée de vérifier que Téhéran s’acquitte de ses engagements au titre de l’accord signé en juillet 2015 avec la communauté internationale et visant à garantir le caractère pacifique des activités nucléaires du pays

Source

 

 

Moscou livre son analyse de l’arraisonnement du pétrolier iranien à Gibraltar

 

L 5 juillet (mise a jour)

Le pétrolier iranien arraisonné au large du territoire britannique de Gibraltar est considéré par Moscou comme une tentative d’aggraver la situation en ce qui concerne l’Iran et la Syrie, selon le ministère russe des Affaires étrangères. Lequel suppose que les réactions immédiates des officiels britanniques et américains confirment ses soupçons.

Moscou voit l’arraisonnement du pétrolier iranien Grace 1 au large du territoire britannique de Gibraltar comme une action dont le but est d’aggraver la situation autour de l'Iran et de la Syrie. En outre, selon la diplomatie russe, la réaction de Londres et Washington à cet incident prouve qu'une telle opération était prévue depuis longtemps.

«Nous condamnons l’interception du navire-citerne battant pavillon panaméen, effectué le 4 juillet par les autorités de Gibraltar avec l'assistance de la subdivision spéciale de l'infanterie marine des forces armées de Grande-Bretagne» a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

Avant de poursuivre:

«L’arraisonnement du navire avec le fret se trouvant à son bord est considéré comme une action orientée en vue de l’aggravation de la situation autour de l'Iran et de la Syrie. Suivant immédiatement l'opération, les commentaires exaltés des officiels britanniques et américains confirment ces suggestions et prouvent que l’opération en question se préparait depuis longtemps, avec l’aide des services et des départements appropriés de plusieurs pays.»

Lire la suite

 

 

Un élément radioactif utilisé pour les armes nucléaires saisi dans une voiture en Turquie

 

Le 7 juillet

Lors d’une opération menée dans la province de Bolu, la police turque a mis la main sur 18 grammes de californium, matériau radioactif destiné au nucléaire dont la valeur est estimée à 72 millions de dollar, soit l'équivalent d'environ 64 millions d’euros.

La police turque a saisi 18 grammes de californium, un matériau radioactif utilisé dans les têtes nucléaires et les centrales nucléaires, ont annoncé les autorités de la province de Bolu, dans l’ouest du pays, où s’est déroulée l’opération.

L’élément a été retrouvé dans une voiture arrêtée au niveau du parc Atatürk Orman par la police chargée de la lutte contre la contrebande et le crime organisé.

«18,01 grammes de californium, utilisé dans les têtes nucléaires et les centrales nucléaires, ont été saisis lors d’une perquisition», indique l’administration dans un communiqué. Avant de poursuivre: «Cet élément dont la valeur est estimée à 72 millions de dollars (environ 64 millions d’euros) et dont l’entrée, le transport et le stock exigent une autorisation spéciale, a été transmis au Conseil turc de l’énergie nucléaire pour une étude».

Les autorités précisent qu’une enquête a été ouverte, ajoutant que cinq personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire

Source

Un tribunal turc a placé en détention préventive deux suspects pour trafic d'éléments radioactifs dans la région centrale de Nigde, ont annoncé des sources de sécurité.

La police de la contrebande et du crime organisé a arrêté deux ressortissants syriens en flagrant délit de tentative de vente de quelque 14 grammes (0,50 onces) d’élément radioactif, considéré comme du californium, pour 5 millions de dollars.

Un tribunal local a ordonné que les suspects soient mis derrière les barreaux.

Lire la suite

 

Note ; mais comment deux syriens ont pus se procuré du californium ! et il était destiné a qui ?  L’Iran

 

La phase finale des tests du puissant missile balistique intercontinental russe Sarmat dévoilée

 

Les derniers tests du puissant missile balistique intercontinental russe Sarmat débuteront en 2020, selon le directeur général de Roscosmos, Dmitri Rogozine. Il a expliqué que les tirs d’essai étaient déjà en cours et que les tests ultimes seraient des essais en vol.i

Le directeur général de Roscosmos, Dmitri Rogozine, a annoncé que l’étape finale des tests du missile balistique intercontinental Sarmat (RS-28) commencera en 2020. Il est actuellement en déplacement à l’usine russe Krasmash produisant des missiles balistiques, notamment les RS-28 Sarmat et R-29RMU Sineva.

Un essai du système de missile russe Sarmat

«Nous menons déjà les tirs d’essais. À la fin de l'année, nous en terminerons la partie considérable. Nous planifions qu'à la fin de l'année prochaine nous démarrerons le stade ultime des essais en vol», a-t-il précisé.

Lire la suite

 

 

 

 

Corée du Nord: l'étudiant australien arrêté a reconnu qu'il «espionnait»

 

Alek Sigley, l'étudiant australien expulsé jeudi du territoire nord-coréen après avoir été détenu une dizaine de jours, avait été arrêté pour espionnage, ont annoncé samedi 6 juillet les autorités de Pyongyang.

Corée du Nord : l’étudiant australien arrêté puis libéré a "admis qu’il espionnait"

» LIRE AUSSI - En Corée du Nord, Trump tente de forcer l’histoire

«L'enquête a montré qu'à l'instigation de NK News et d'autres médias hostiles à la RPDC (République populaire démocratique de Corée), il a transmis à plusieurs reprises des informations et des photos qu'il a collectées et analysées alors qu'il arpentait Pyongyang en utilisant la carte d'identité d'un étudiant étranger», rapporte l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Selon l'agence, Alek Sigley, arrêté le 25 juin, a reconnu les faits et demandé la clémence des autorités.

Alek Sigley utilisait beaucoup les réseaux sociaux en Corée du Nord et publiait régulièrement des photos et des blogs sur des sujets de société tels que la nourriture ou la mode. C'est son silence sur les réseaux sociaux qui a fait comprendre à ses proches qu'il avait disparu.

Certains étrangers sont détenus depuis des années en Corée du Nord sur des accusations d'espionnage.

La mort de l'étudiant américain Otto Warmbier en 2017, après 17 ans de détention, a déclenché une longue période de tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord.

» LIRE AUSSI - Trump en Corée du Nord: le pari soigneusement calculé de Kim Jong-un

Source

 

 

La Tunisie interdit le niqab dans les institutions publiques

 

Le gouvernement tunisien a décidé vendredi d'interdire "pour des raisons de sécurité" le port du niqab dans les institutions publiques, signe du climat sécuritaire tendu dans le pays, une semaine après un double attentat suicide meurtrier perpétré à Tunis.

Voile intégral cachant visage et haut du corps, le niqab a été interdit dans les administrations et institutions "pour des raisons de sécurité", a indiqué la présidence du gouvernement à l'AFP.

La circulaire signée par le Premier ministre Youssef Chahed et adressée aux ministres, aux secrétaires d'Etat, aux préfets et aux responsables des institutions publiques, indique que "dans le cadre de la préservation de la sûreté publique (...), il faut prendre les mesures nécessaires pour interdire l'entrée aux locaux des institutions publiques (...) à toute personne ayant le visage couvert".

Lire la suite

 

 

Documentaire : La nouvelle guerre du Golfe

 

Entre 2013 et 2015, trois princes ont pris la tête des principales monarchies pétrolières du Golfe : le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Cette nouvelle génération de souverains, parmi les plus riches et les plus puissants de la planète, a imposé une nouvelle manière de gouverner, mélange de violence, de répression de toute opposition et de guerre d’ego.

Le premier à être arrivé au pouvoir, l’émir du Qatar, Tamim al-Thani, 39 ans, a construit son soft power sur le sport, avec le contrôle de BeIN, principal réseau mondial de diffusion des événements sportifs, grâce auquel il a obtenu l’organisation de la Coupe du monde de football 2022, suscitant la jalousie de ses voisins. Pour asseoir son influence, il dispose aussi d’Al Jazeera, dont le rôle est considérable dans cette partie du monde. Ses voisins l’accusent de soutenir des groupes islamistes et d’être trop proche de l’Iran… Face à lui : Mohammed ben Salmane, 33 ans, dit MBS, l’ambitieux prince héritier d’Arabie saoudite, qui a engagé son pays dans une guerre meurtrière au Yémen.

Dans son envie d’être le nouvel homme fort du Moyen-Orient, MBS s’est trouvé un allié et mentor : Mohammed ben Zayed, 58 ans, dit MBZ, prince héritier d’Abu Dhabi et régent des Émirats arabes unis, un stratège militaire qui a fait de son petit pays la principale puissance militaire de la péninsule arabique. Alors que leurs pères et grands-pères réglaient leurs différends dans la discrétion de tentes bédouines, les deux camps s’affrontent désormais à coups de cyberattaques, de blocus économique et de menaces d’invasion. De la péninsule arabique aux États-Unis, ce film raconte la rivalité entre ces trois princes et la crise sans précédent qu’elle a provoquée dans le Golfe, zone la plus militarisée du monde. Une division qui déstabilise aussi les autres pays du Moyen-Orient, poussés malgré eux à prendre parti…

 

L’Arabie saoudite s’offre Nicki Minaj pour redorer son image

 

Connue pour sa rigidité extrême en matière de liberté d’expression mais aussi de manifestations culturelles, l’Arabie saoudite […] a décidé d’envoyer de nouveau signaux positifs à l’international, relaie Le Point.

Les organisateurs des « Jeddah Session » ont en effet reçu le feu vert de Riyad pour attirer dans leurs filets la sulfureuse chanteuse de RnB américaine, Nicki Minaj. Célèbre pour son déhanché ravageur et ses tenues provocatrices, la star va donc logiquement dénoter au sein d’un environnement ultra-conservateur. C’est un euphémisme. […]

Le Monde arabe

[…] L’annonce du concert a été accueillie avec trépidation par une bonne partie de la jeunesse, dans un pays où les deux-tiers de la population ont moins de 30 ans. « Mon rêve devenu réalité », a tweeté un internaute avec une photo de la chanteuse.

La nouvelle a cependant également scandalisé les franges conservatrices de l’opinion. « Elle va venir secouer son postérieur et interpréter ses chansons à la gloire du sexe (…), et ensuite tout le monde me dira de porter l’abaya [vêtement traditionnel féminin qui couvre l’ensemble du corps]. Qu’est-ce que c’est que ça ? », s’est ainsi insurgée une jeune femme dans une vidéo postée sur Twitter. […]

20 Minutes

 

Londres : un prince émirati décède des suites d’une orgie de sexe et de drogue

 

Le prince Khalid Al Qasimi, fils de l’émir du Sharjah, est décédé à l’âge de 39 ans lors d’une «orgie sexuelle et liée à la drogue»

Un prince arabe a été retrouvé mort chez lui, à Londres, alors qu’il s’adonnait à une orgie agrémentée de drogue.

Le personnel a découvert le corps du cheikh Khalid bin Sultan Al Qasim, âgé de 39 ans, à son penthouse de Knightsbridge lundi matin.

Les services de secours ont appelé la police qui aurait trouvé une certaine quantité de drogue.

Une source a déclaré:

« Il y avait apparemment eu une fête, où des invités prenaient de la drogue et avaient des relations sexuelles. On pense que le décès de Sheik Khalid résulte de la consommation de drogue. Outre l’enquête de police, une enquête interne urgente a été diligentée et le personnel a reçu l’ordre de rester silencieux.”

Le père de Sheik Khalid est le souverain de Sharjah, la troisième plus grande ville des Émirats arabes unis, riche en pétrole.

La famille est propriétaire d’un domaine dans le Sussex, un domaine où le frère aîné de Sheik Khalid a été retrouvé mort d’une overdose d’héroïne en 1999, alors qu’il avait 24 ans.

[…]

La source a déclaré: « Comme beaucoup de jeunes hommes arabes, Cheikh Khalid profitait des libertés qu’il avait à Londres. Mais cela s’est terminé de manière tragique. »

Le complexe « Knightsbridge Apartments », où il est décédé, compte 205 superbes logements répartis sur 12 étages, qui se vendent jusqu’à 90 millions de livres sterling chacun.

[…]

Traduction Fdesouche d’un article de The Sun

 

 

Des djihadistes français condamnés à mort en Irak mettent en cause Paris

 

Dans des conversations téléphoniques, d’ex-membres de l’EI dénoncent la présence « de Français » lors de leur transfert vers Bagdad.

« On a été transportés, le 26 janvier, en voiture. Les Kurdes, ils nous ont emmenés à la frontière, et à la frontière ils nous ont passés aux Irakiens. Il y avait des Français, des autorités françaises qui étaient là. On les a entendus parler. Après, ils nous ont emmenés de la frontière à Bagdad », assure Bilel Kabaoui, 32 ans, un des onze Français condamnés à mort en Irak pour appartenance à l’organisation Etat islamique (EI), entre fin mai et début juin. Dans une conversation téléphonique avec sa mère, fin juin, dont Le Monde a pu obtenir l’enregistrement, Bilel Kabaoui remet en cause la version de la diplomatie française, qui a toujours nié avoir été impliquée dans le transfert de ces onze Français des autorités kurdes syriennes aux autorités irakiennes, fin janvier.

« Selon les principes du droit européen, ainsi que la jurisprudence européenne, un Etat européen ne peut pas livrer quelqu’un qui peut risquer la peine de mort, rappelle Raphaël Chenuil-Hazan, directeur général d’Ensemble contre la peine de mort (ECPM). Pour l’instant, on ne peut pas prouver l’implication de la France dans ces transferts. On demande la transparence sur ces transferts et sur le rôle qu’a joué la France. »

Lire la suite

 

Note: Ils sont partis faire le djihad en Irak, ils ont tué, volé, amputé, mutilé, mis en esclavage autrui. Et en plus d'avoir déclaré la guerre au peuple français, ils demandent maintenant de la clémence et tentent de se faire passer pour des victimes !

 

 

ONG Mediterranea : « Nous avons deux navires saisis, une amende à payer en plus des frais de justice et aucune intention d’arrêter » (MàJ)

 

Un navire de l’association humanitaire Mediterranea, qui récupère les migrants en mer, a accosté samedi dans le port sicilien de Lampedusa, malgré l’interdiction qui lui avait été faite d’entrer dans les eaux italiennes.

Il a accosté au même quai que le Sea-Watch 3, entré de force à Lampedusa voici une semaine après avoir attendu en mer plus de deux semaines avec à son bord 41 migrants secourus au large de la Libye.

La police italienne a ordonné samedi soir la saisie du navire et l’ouverture d’une enquête contre son capitaine.

Les migrants ont été débarqués dans la nuit de samedi à dimanche. […]

Alessandra Sciurba (porte-parole de Mediterranea) : « Nous avons deux navires saisis (le Mare Jonio et le voilier « Alex », ndlr), l’amende du décret « sécurité bis » à payer en plus des frais de justice et aucune intention de nous arrêter. »
— Mediterranea Saving Humans (@RescueMed) 7 juillet 2019

challenges.fr

 

 

Migrants : Salvini veut augmenter le montant des amendes jusqu’à un million d’euros et faciliter la saisie des bateaux d’ONG

 

La Ligue soumettra des amendements au décret « sécurité bis » visant à augmenter le montant des amendes jusqu’à un million d’euros et faciliter la saisie des bateaux. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, qui a déclaré à propos du navire Alex : « Ils refusent l’eau pour déclarer l’état de nécessité à bord et forcer le blocus. Ils espèrent l’impunité. Ils demandent de l’argent pour payer les amendes prévues par le décret sécurité bis, ainsi les dons et leur activité augmentent. Ils sont de retour devant la Libye, ils encouragent ainsi les départs et les risques de naufrages et font le bonheur des passeurs. Ce sont les ONG. Nous ne nous laisserons pas intimider, nous ne céderons pas au chantage, nous défendrons l’Italie. »

lastampa.it

 

Note : a 100% d'accord , vu quand plus  Soros et ses amis ont les moyens de payer

 

Foot féminin : Le Monde regrette que l’équipe des USA soit majoritairement blanche

 

Alors qu’elle rencontre les Pays-Bas en finale dimanche, la sélection américaine, symbole de la défense de minorités, est pourtant majoritairement composée de joueuses blanches.

De l’équipe américaine de football, finaliste de la Coupe du monde féminine qui s’achève dimanche 7 juillet, on retiendra volontiers le score irréel de son premier match contre la Thaïlande (13-0), la puissance de jeu tout au long de la compétition ou la passe d’armes politique entre la milieu de terrain Megan Rapinoe et le président des Etats-Unis, Donald Trump.

Mais une image restera aussi collée à cette formation, qui affronte les Pays-Bas en finale. Celle d’un groupe de jeunes femmes, majoritairement blanches, et donc partiellement représentatives d’un pays qui compte 18 % de Latinos, 12 % d’Afro-Américains et 5,6 % de personnes d’origine asiatique.

Sur les vingt-trois sélectionnées dans l’équipe américaine, cinq sont certes Afro-Américaines ou métisses, un chiffre qui, en proportion, semble élevé mais qui n’apparaît guère sur le terrain, où, à l’exception notable de la défenseuse Crystal Dunn, l’écrasante majorité des titulaires régulières sont les joueuses blanches. L’absence de joueuse d’origine hispanique est tout aussi surprenante, alors que le football demeure l’un des sports les plus populaires dans cette communauté aux Etats-Unis.

Ce déséquilibre peut paraître d’autant plus étonnant que cette équipe, conquérante, triple championne du monde et quadruple championne olympique, est devenue aux Etats-Unis le symbole de la défense des minorités sexuelles et de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes.

La star Megan Rapinoe, homosexuelle affichée depuis 2012, défend les droits de la communauté LGBT et a récemment affirmé : « Vous ne pouvez pas gagner sans les gays dans votre équipe. » Par ailleurs, plusieurs joueuses ont lancé une action en justice pour obtenir un traitement équivalent à celui des footballeurs de l’équipe nationale, dont les revenus sont près de trois fois supérieurs, en dépit de leurs performances sportives décevantes.

Comment alors, dans cet environnement plutôt progressiste et ouvert, justifier ce manque d’inclusion des minorités ethniques ? Des aspects financiers et culturels expliquent en grande partie le profil homogène des footballeuses américaines. Traditionnellement aux Etats-Unis, le football – soccer – est un sport pratiqué dans les familles aisées blanches des banlieues de grandes villes. Plus que les autres sports populaires, il demande un investissement financier et familial important.

Le Monde 

 

Note ; le monde, journal gauchiste  voudrais que la France devienne l'équivalent de l’équipe de France de football masculin  française 

 

Tourcoing (59) : une association «féministe» compare l’interdiction du burkini à l’Holocauste

 

Zakia Meziani, présidente de l’association féministe et antiraciste Identité plurielle et ancienne candidate EELV aux élections cantonales en 2015, s’insurge contre l’interdiction du burkini (maillot de bain intégral) dans les piscines municipales. Alors que des associations ont tenté des coups de force pour l’imposer à Villeurbanne ou Grenoble, Zakia Meziani a réagi sur sa page Facebook à un sondage du Figaro interrogeant ses lecteurs sur le point de savoir si une loi était nécessaire sur le sujet. […]

 

La Voix du Nord

Commenter cet article