Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 3 juillet 2019

 

 

 

Moscou impute à Israël les frappes en Syrie, accuse de menacer la région

 

Le ministère des Affaires étrangères russe a déclaré que 6 avions de chasse israéliens ont mené les frappes de lundi contre des dépôts d'armes iraniens

La Russie a déclaré mardi qu’Israël était derrière une série de frappes aériennes sur des cibles en Syrie lundi matin, ajoutant que ceux qui sont derrière cette attaque menaçaient de déstabiliser la région.

La porte-parole des Affaires étrangères russe Maria Zakharova a déclaré que six avions de chasse israéliens qui opéraient depuis l’espace aérien libanais ont mené un raid peu avant l’aube, qui aurait ciblé des positions iraniennes et pro-iraniennes dans le pays, et précisément des positions liées au transfert d’armes vers le Hezbollah et d’autres groupes terroristes chiites dans la région

Israël n’a pas fait de commentaires sur cette attaque, l’une des frappes les plus importantes de ces derniers mois, qui survient peu après un sommet tripartite avec la Russie et la Syrie, et portant sur les activités de Téhéran et sa présence militaire dans la région.

Les frappes aériennes auraient ciblé au moins une dizaines de sites en Syrie près de Damas et Homs, la plus importante depuis qu’Israël a mené un important tir de barrage contre la Syrie et l’Iran en réponse à des tirs de roquettes par des troupes iraniennes sur des positions de l’armée israélienne sur le plateau du Golan.

Une explosion près de Damas, le 1 juillet 2019, attribuée à Israël par la Syrie. (Crédit : Twitter)
 

Seize personnes ont été tuées pendant les frappes de lundi, dont six civils, mais les médias syriens ont indiqué qu’ils ignoraient s’ils ont été tués par les missiles israéliens ou par des tentatives syriennes de les intercepter, ou par une explosion secondaire. Les 10 autres victimes étaient des membres de groupes pro-Iraniens, principalement des étrangers.

« Nous sommes préoccupés par cette évolution alarmante », a déclaré Zakharova lors d’une conférence de presse.

« Les forces qui violent grossièrement la souveraineté de la Syrie, non seulement ne contribuent pas à la normalisation de la situation dans ce pays, mais représentent également une menace pour la déstabilisation de la région », a-t-elle dit, en réponse à une question sur les frappes.

Lundi soir, une agence d’analyse d’imagerie satellite, ImageSat, a identifié l’un des sites ciblés en Syrie comme un hangar où sont stockés des armes sophistiquées et des équipements militaires.

La firme a diffusé une photo du hangar, située au Centre d’études et de recherches scientifiques  (SSRC) à Jamraya, en périphérie de Damas.

Source (voir photo satellite)

 

«Le 7 juillet», l'Iran enrichira l'uranium «autant que nécessaire»

 

L'Iran a annoncé ce mercredi qu'il mettrait à exécution dès dimanche sa menace d'enrichir l'uranium à un degré supérieur à la limite fixée par l'accord international sur son programme nucléaire. Le président Hassan Rohani a indiqué que cette décision était liée au fait que les autres états parties à l'accord ne respectent pas selon lui l'intégralité de leurs engagements vis-à-vis de l'Iran.

» LIRE AUSSI - Le nucléaire et l’Iran: une histoire longue et mouvementée

«Le 7 juillet, notre degré d'enrichissement ne sera plus de 3,67%», la limite fixée par cet accord conclu à Vienne en juillet 2015, a déclaré Hassan Rohani lors d'une réunion du conseil des ministres. «Nous mettrons cet engagement de côté. Autant que nous le voudrons, autant que nécessaire, autant que nos besoins l'imposent, nous porterons cela au-dessus de 3,67%», a ajouté Hassan Rohani, selon une vidéo diffusée par la télévision d'Etat.

Il a également prévenu qu'à partir du 7 juillet, l'Iran pourrait reprendre son projet initial de réacteur à eau lourde à Arak (dans le centre du pays), mis en sommeil en vertu de l'accord. L'accord de Vienne est menacé depuis que les Etats-Unis s'en sont retirés unilatéralement en mai 2018, réimposant par là même des sanctions économiques et financières punitives contre la République islamique, privant l'Iran des bénéfices qu'il attendait de ce pacte.

A Vienne, l'Iran s'est engagé à ne jamais acquérir l'arme atomique et à brider son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales qui asphyxiaient alors son économie. S'adressant aux autres Etats encore parties à l'accord (Allemagne, Chine, France, Grand-Bretagne, Russie), Hassan Rohani a déclaré : «Si vous voulez exprimer des regrets, il est trop tard, et si vous devez publier un communiqué, faites-le maintenant.»

«Nous resterons tenus par [l'accord de Vienne] tant que les autres parties y resteront tenues. Nous appliquerons 100% [de l'accord] le jour où les autres parties agiront à 100%» selon ses termes, a ajouté le président iranien. Le 8 mai, un an jour pour jour après le retrait américain, Téhéran avait adressé un ultimatum aux autres Etats parties à l'accord, leur donnant «60 jours» pour l'aider à contourner les sanctions américaines, qui ont fait plonger le pays en récession.

Faute de quoi avait prévenu Téhéran, la République islamique reprendra des activités d'enrichissement d'uranium à un taux supérieur au degré maximal fixé par l'accord (3,67%) et son projet de réacteur à Arak.

Source (voir vdiéo)

 

Téhéran avertit l'Europe de l'augmentation de son enrichissement d'uranium

 

Le Président iranien a averti mercredi 3 juillet les pays européens du prochain pas de Téhéran vers l'augmentation de son enrichissement d'uranium. L'Iran enrichira l'uranium «autant que nécessaire», a lancé Hassan Rohani.

Si les signataires de l'accord de Vienne sur le nucléaire ne tiennent pas leurs promesses d'ici au 7 juillet, Téhéran promet de relancer les activités d'origine de son réacteur d'Arak et d'enrichir son uranium au-delà des 3.67% autorisés par l'accord sur le nucléiare, a averti mercredi 3 juillet Hassan Rohani, selon Reuters.

«Le 7 juillet, notre degré d'enrichissement dépassera les 3,67%. Nous mettrons notre engagement de côté. Autant que nous le voudrons, autant que nécessaire, autant que nos besoins l'imposent, nous le porterons au-dessus de 3,67%», a déclaré le Président Rohani en conseil des ministres, selon une vidéo diffusée par la télévision d'État, indique l'AFP.

Lire la suite

LIRE AUSSI :Enrichissement d'uranium: L'Union européenne «inquiète» appelle l'Iran à «revenir sur sa décision»

 

 

 

 

Israël prévient que l'Iran sera durement touché en cas de guerre

 

Le 2 juillet

Le chef de la diplomatie israélien a déclaré que l’Iran se dirigeait vers une guerre dans laquelle il subirait de lourdes pertes et a prévenu qu’Israël prendrait des mesures unilatérales pour empêcher Téhéran de se procurer des armes nucléaires, d’après la radio Tsahal.

L’accélération de l'enrichissement d'uranium rapproche l'Iran d’une guerre dans laquelle il pourrait subir de lourdes pertes, a déclaré ce mardi 2 juillet le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, cité par la radio de l’armée israélienne.

«Les erreurs [commises par l’Iran, ndlr] dans la zone grise le conduiront vers la zone rouge, une guerre, dans laquelle il sera durement touché», a indiqué le ministre.

Le ministre israélien a en outre promis que l'État hébreu ne permettrait «pas à l'Iran de se procurer des armes nucléaires», même s'il devait «agir seul» dans ce domaine.

Lire la suite

 

 

 

Israël va t-il devoir frapper l’Iran en Irak?

 

Les informations selon lesquelles les drones armés de l’Iran qui ont attaqué des cibles pétrolières saoudiennes le 14 mai sont venues d’Irak – et non du Yémen – pourraient faire basculer la carte de ciblage de l’armée israélienne contre l’Iran dans une nouvelle direction.

Le corps des gardes de la révolution iranienne semble avoir ajouté l’Irak à la Syrie et au Yémen comme nouveau front de guerre. Israël pourrait devoir élargir sa zone d’opérations en conséquence. DEBKAfile se demande : Est-ce que quelqu’un dans la région agit pour mettre des bâtons dans les roues expansionnistes de Téhéran?

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a déclaré lundi 2 juillet : “Nous allons bientôt révéler des preuves que l’Iran a toujours menti sur son programme nucléaire”, ajoutant : “Israël ne laissera pas l’Iran faire ce qu’il veut avec le développement d’une arme nucléaire”.

La deuxième question de DEBKAfile est la suivante : quelqu’un entrave-t-il les mensonges de l’Iran ou ses projets nucléaires?

Ces questions ont amené Netanyahu à demander au directeur du Mossad, Yossi Cohen, de faire quelques remarques éloquentes lors d’une conférence à Tel Aviv : «Une série d’attaques contre des installations de stockage de carburant et des pétroliers a eu lieu ces dernières semaines. La recherche du coupable est un sujet de discussion essentiel, mais je peux affirmer avec certitude que l’Iran était à l’origine de ces attaques. Ils ont été approuvés par le régime iranien et exécutés par les gardiens de la révolution. “

Lire la suite

 

 

«L’Iran joue avec le feu»

 

Le 2 juillet

Réagissant aux informations sur le franchissement par l’Iran de la limite autorisée du stock d’uranium, Donald Trump qui avait précédemment rompu unilatéralement l’accord sur le nucléaire iranien, a déclaré que l’Iran jouait avec le feu.

Après l'annonce concernant le dépassement par Téhéran de la limite imposée à ses réserves d’uranium faiblement enrichi par l’accord de 2015 sur son programme nucléaire, Donald Trump a déclaré en guise de commentaire que l’Iran «joue avec le feu», a rapporté la chaîne de télévision Sky News.

Lors d’un événement à la Maison-Blanche, il a été demandé au Président des États-Unis s’il a un message à adresser à la partie iranienne à ce propos.

«Ils savent ce qu'ils font. Ils savent avec quoi ils jouent, et je pense qu'ils jouent avec le feu. Alors, aucun message à l'Iran», a-t-il répondu.

Lire la suite

 

L’Iran annonce avoir mis la main sur un vaste réseau d’espionnage dans le monde et a alerté la Chine

 

Le porte-parole de la justice iranienne, Gholamhossein Ismaily, a accusé les États-Unis de mener une intense activité d’espionnage contre son pays. Il a indiqué que, par le passé, les services iraniens avaient découvert l’existence d’un vaste réseau mondial d’espionnage américain et qu’ils en avaient informé la Chine.

Dans une déclaration publique retransmise par la télévision publique iranienne, Gholamhossein Ismaily, porte-parole de la justice nationale, a accusé les services de renseignement américains d'avoir déployé divers groupes d'espions en Iran.

«Différentes équipes ont été déployées par les services de renseignement américains pour travailler en Iran et contre ses intérêts», a-t-il déclaré. «L'un des moyens de l'hostilité américaine à l’égard de l’Iran est la mise en place de réseaux d'espionnage pour obtenir des informations, afin de les utiliser comme des moyens de pression au moment opportun», a-t-il ajouté.

Lire la suite

 

 

Poutine suspend la participation russe au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire

 

Vladimir Poutine a signé une loi suspendant la participation de la Russie au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire.

La Russie suspend sa participation au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) conformément à une loi signée par le Président Poutine.

«Suspendre la mise en application du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire signé par l'URSS et les États-Unis le 8 décembre 1987 à Washington», est-il indiqué dans la loi dont le texte a été publié sur le portail des informations juridiques officielles russes.

Washington avait annoncé le 1er février 2019 son retrait unilatéral du Traité FNI, affirmant que la Russie violait ce document. Le ministère russe des Affaires étrangères a alors accusé les États-Unis de tester des systèmes interdits par le Traité FNI, ainsi que de déployer des systèmes de lancement Aegis sous la forme de l'ABM sur le territoire européen, qui peuvent en quelques heures se transformer d'un mécanisme défensif en arme d'attaque.

Le 2 février, Vladimir Poutine avait indiqué que Moscou suspendait aussi sa participation au Traité, en réponse au retrait unilatéral des États-Unis. Il a affirmé que Moscou ne se laisserait pas entraîner dans une nouvelle course aux armements onéreuse, avant d'ajouter que toutes les propositions russes sur le désarmement restaient «sur la table» et que les portes restaient «ouvertes».

Lire la suite

 

 

 

 

Un «terroriste» se fait exploser à Tunis alors qu'il était poursuivi par la police

 

Un «terroriste» recherché en Tunisie depuis deux jours, Aymen Smiri, est mort mardi soir dans l’ouest de la capitale Tunis lors d'une traque des forces de l'ordre, a annoncé le ministère de l'Intérieur, cité par l’AFP.

«Le terroriste Aymen Smiri (23 ans), recherché par le ministère de l'Intérieur, a été abattu à la Cité Intilaka après avoir été poursuivi par les unités sécuritaires ce soir», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Sur les lieux du double-attentat ayant frappé Tunis le 27 juin

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Sofiene Zaag a ajouté sur la chaîne de télévision nationale Wataniya que le suspect avait activé une ceinture explosive au cours de l'opération de police.

Il n'a pas précisé si le «terroriste» avait un lien avec le double attentat suicide de Tunis, revendiqué par Daech*, qui a tué un policier et blessé huit personnes le 27 juin.

Source

 

Au moins 40 migrants morts dans un raid aérien en Libye, la France et l'ONU condamnent l'attaque

 

La France a condamné le raid aérien qui a fait près de 40 morts dans un centre de détention de migrants en Libye. Au moins 70 migrants ont également été blessés dans l'attaque, selon un bilan préliminaire.

Le gouvernement d'union nationale de Tripoli a accusé le «criminel de guerre Khalifa Haftar» d'avoir conduit une frappe aérienne intervenue dans la nuit du 2 au 3 juillet et qui a fait près de 40 morts et 70 blessés dans un centre de rétention pour migrants en Libye.

L'Union européenne a condamné un «horrible attentat» : «L'Union européenne s'associe à l'appel lancé à l'ONU pour qu'elle mène immédiatement une enquête sur les auteurs de cet horrible attentat», a déclaré le chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué. Et de souligner : «L'attaque choquante et tragique d'un centre de détention à Tripoli nous rappelle le coût humain du conflit en Libye ainsi que la situation désastreuse et vulnérable des migrants pris dans la spirale de la violence dans ce pays [...] La violence contre les civils, y compris les réfugiés et les migrants, est tout à fait inacceptable et nous la déplorons dans les termes les plus vifs.»

Selon cette même source, la frappe «démontre une fois de plus la nécessité d'un cessez-le-feu dans le conflit libyen.»

L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a également condamné la frappe et déclaré : «Cet attentat pourrait clairement constituer un crime de guerre, frappant des innocents […] contraints d'échouer dans cet abri par des conditions de vie épouvantables.» Ce dernier a ajouté que «ce carnage ignoble et sanglant» est «une conséquence des plus horribles et tragiques [de] l'absurdité de cette guerre.»

Lire la suite


 

 

Note; ces migrants ne seraient pas en  Libye si l’Europe ne leurs donner pas espoir de les recevoir

 

La capitaine du Sea-Watch déclarée libre par la justice italienne

 

Un juge italien s'est prononcé en faveur de la libération de Carola Rackete, la capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch 3 arrêtée le 29 juin pour avoir accosté de force dans la petite île de Lampedusa avec des dizaines de migrants à bord.

Carola Rackete bientôt libérée ? Le 2 juillet au soir, un juge italien a fait savoir qu'il était favorable à la libération de la capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch 3, arrêtée le 29 juin pour avoir accosté de force dans la petite île de Lampedusa avec 40 migrants à bord.

Le juge chargé de l'enquête préliminaire a en effet annoncé aux médias italiens qu'un décret italien sur la sécurité n'était selon lui «pas applicable aux actions de sauvetage».

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, qui a vivement déploré la décision de la magistrature italienne, a précisé que la capitaine allemande allait faire l'objet d'une mesure d'expulsion vers l'Allemagne car elle était «dangereuse pour la sécurité nationale». 

Lire la suite

 

Note ; un juge italien  surement  gauchiste

 

LIRE AUSSI ; (information du 2 juillet) L’affaire du Sea-Watch attise les crispations entre Rome et Berlin

 

 

 

Pour quelle mission une importante flotte de la Marine européenne est-elle arrivée au large du Maroc? (photos)

 

Le 2 juillet

Les côtes de la ville de Casablanca au Maroc seront cette semaine le théâtre de manœuvres navales conjointes entre la Marine royale nationale (MRN) marocaine et une flotte de la Force maritime européenne (Euromarfor), a indiqué le site d’information militaire Far-Maroc.

Lire l'article

 

 

 

Ankara pourrait opter pour des chasseurs russes si les USA ne livrent pas les F-35, selon Bloomberg

 

 
18602

Si les États-Unis refusent de livrer les avions de chasse furtifs F-35 à la Turquie, cette dernière pourrait se pencher sur la possibilité d’acquérir des chasseurs russes, a indiqué Bloomberg citant des fonctionnaires turcs qui ont voulu conserver l’anonymat. La Turquie pourra également élaborer ses propres chasseurs et des missiles balistiques.

Lire l'article

 

 

Le cheikh Sameer Saeed à Cape Town, en Afrique du Sud : Nous combattrons juifs et chrétiens à la fin des temps

 

Le cheikh jordanien Sameer Saeed, présenté comme chef adjoint de l’Union internationale des savants musulmans – organisation dirigée par cheikh Youssouf Al-Qaradhawi – a déclaré à son auditoire, dans un sermon du vendredi à Masjidul Quds, à Cape Town, en Afrique du Sud, qu’il fallait connaître la distance entre Caps Town et Jérusalem, car « l’armée musulmane protègera Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa bénie » le moment venu.

Saeed a qualifié de « miracle » le fait qu’un verset du Coran sur sept mentionne les juifs et Jérusalem. Il a insisté sur l’importance de Jérusalem et de la Palestine à la fin des temps, affirmant qu’elles seront le lieu de « grandes guerres ». Il a conclu en priant Allah d’accorder la victoire à l’islam et de libérer Al-Aqsa. Le sermon a été diffusé en direct sur la chaîne YouTube de Masjidul Quds.

Voir d’autres sermons prononcés à Cape Town, voir Imam Abdurahman Alexander à Cape Town, en Afrique du Sud : Le sionisme est un cancer mondial – Le Hamas et le Fatah doivent s’unir ; Abdurahman Alexander, imam à Cape Town : La nation islamique n’a pas le courage de libérer la mosquée Al-Aqsa. Extraits :

Lire la suite

 

Londres menace Pékin de "conséquences" en cas de non respect des libertés à Hong Kong

 

Tout en dénonçant la "violence", le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a dit comprendre "pourquoi les gens sont en colère" dans cette ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997.

Lire l'article

 

Vatican : le pape François va célébrer une messe pour les migrants et « ceux qui les aident »

 

Le 8 juillet prochain, le souverain pontife célébrera une messe pour les migrants et ceux qui les aident à l’occasion du 6e anniversaire de sa visite à Lampedusa.

Le pape François va célébrer le 8 juillet une messe pour les migrants et ceux qui les aident dans la basilique Saint-Pierre, à l’occasion du 6e anniversaire de sa visite sur l’île italienne de Lampedusa, a annoncé ce lundi le Vatican.

Le rendez-vous prévu à 11h00 sera retransmis par les médias du Vatican mais se veut intime, en présence de seulement 250 invités: migrants, réfugiés et secouristes. «Le Saint-Père souhaite le plus grand recueillement en souvenir de ceux qui ont perdu la vie en essayant de fuir la guerre et la misère et pour encourager ceux qui, jour après jour, s’emploient à soutenir, accompagner et accueillir les migrants et les réfugiés», a expliqué le porte-parole du Saint-Siège, Alessandro Gisotti.

Le Figaro

 

Note : il lui viendrais pas a l'esprit qu'un vrai Pape chercherais a les aidés en les convertissent au Christ, et non en leur ouvrent les portes de l’Europe pour qu'ils y construisent  des mosquées par milliers

 

 

Manifs de musulmans contre l’enseignement des droits LGBT au Royaume-Uni : « L’islam interdit l’homosexualité (…) C’est notre pays »

 

« Certaines personnes nous disent de retourner au Pakistan. Ici, c’est notre pays ! Nous payons des impôts ici ! »

 

Belgique : 8 Érythréens et Soudanais condamnés pour traite d’êtres humains

 

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné vendredi huit Érythréens et Soudanais à des peines de prison allant de deux à cinq ans. Ces hommes formaient, selon la juridiction, une organisation de traite d’être humains qui avait pris en charge, entre juillet et octobre 2018, plusieurs dizaines de personnes qui souhaitaient rejoindre le Royaume-Uni. Dans le cadre de ses activités, la bande faisait par ailleurs appel à des citoyens belges qui lui trouvaient des logements. Ces citoyens n’ont toutefois pas été poursuivis.

[…]

L’enquête a débuté le 23 juillet 2018 lorsque la police a interpellé plusieurs personnes en séjour illégal au parc Maximilien et à la gare de Bruxelles-Nord. Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale ont ensuite découvert l’existence d’un réseau de trafiquants qui recrutait des migrants en transit dans le parc.

Les migrants devaient prendre le train de Bruxelles jusqu’à la gare de Rochefort-Jemelle, en province de Namur. Là, ils devaient emprunter le Ravel sur une ancienne ligne de chemin de fer pendant 15 kilomètres puis rejoindre l’aire d’autoroute de Wanlin sur l’E411 Luxembourg-Bruxelles. A cet endroit, les passeurs cachaient les migrants avant de les placer dans des camions ou des camions frigorifiques, de manière parfois dangereuse. Ces véhicules prenaient alors la route vers le Royaume-Uni.

En fonction du type de transport, camion normal ou camion frigorifique, les passeurs demandaient des prix allant de 500 à 2500 euros. Entre juillet et début octobre, ils auraient organisé plusieurs transports.

Par ailleurs, les trafiquants ont reçu l’aide de citoyens belges qui ont fourni un logement ou un moyen de transport.

[…]

L’article dans son intégralité sur RTBF

 

 

Londres : un demandeur d’asile afghan demandait leur nationalité aux passants puis poignardait les Anglais

 

Un demandeur d’asile afghan qui aurait attaqué des membres du public au hasard avec un couteau a été « rempli » d’un désir de tuer des Anglais, a entendu un tribunal.

Samiulahaq Akbari, 32 ans, est accusé d’avoir utilisé un couteau de cuisine de 25 centimètres contre trois « parfaits étrangers » en 10 minutes à Thornton Heath et Croydon, dans le sud de Londres, après avoir « exigé de connaître leur nationalité ».
[…]

Daily Mail

 

Un nouveau casting européen qui divise dans l'Hexagone

 

Un nouveau casting européen qui divise dans l'Hexagone

Les politiques français n'ont pas tardé à réagir à l'annonce du choix des personnalités qui occuperont, durant la prochaine législature, les postes clefs de l'Union européenne. Si la gauche française se montre sceptique, LREM et LR semblent ravis.

La nouvelle a été rendue publique le 2 juillet dans la journée. Les dirigeants européens se sont mis d’accord sur un nouvel organigramme pour diriger l’Union européenne (UE) : la ministre allemande, Ursula von der Leyen prendra la tête de la Commission européenne, Christine Lagarde celle de la Banque centrale européenne (BCE), le Premier ministre belge Charles Michel devient président du Conseil européen et le socialiste espagnol Josep Borrell pilotera la diplomatie européenne.

Lire la suite

 

 

Agribashing, antisionisme, grossophobie… : les nouvelles censures que les députés voudraient imposer aux réseaux sociaux

 

Alors que la loi contre la haine sur Internet entre en discussion ce mercredi 3 juillet, les parlementaires rivalisent d’amendements pour autoriser les plateformes comme Facebook, Twitter ou YouTube à censurer sans autre forme de procès le plus de propos possibles. Quitte à faire peser un sérieux risque sur la liberté d’expression.

Connaissez-vous « l’agribashing » ? Il s’agit de « la stigmatisation des activités agricoles, d’élevage ou de vente de produits issus de l’agriculture et de l’élevage et l’incitation à des actes d’intrusion et/ou de violence vis à vis des professionnels de l’agriculture« . Qui sait, peut-être vous en êtes-vous déjà rendu coupable sur les réseaux sociaux ? Pour de nombreux députés, l’impunité de ce phénomène doit toucher à sa fin : l’Assemblée nationale se penche ces jours-ci sur une proposition de loi déposée fin mars par Laetitia Avia (LREM) « visant à lutter contre la haine sur Internet« […] la députée veut créer un bouton de signalement qui permettra à tout un chacun de signaler un contenu choquant.

[…] Menacées d’une sanction financière astronomique si elles ne retirent pas les propos signalés en moins d’une journée, on devine aisément que les plateformes hébergeant ces commentaires n’auront aucun intérêt à juger méticuleusement chaque cas et préfèreront censurer en masse afin de minimiser les risques. La promesse d’une justice numérique, privatisée et expéditive, en somme.

 

De la grossophobie aux « crétins des Alpes »

La liste des amendements recèle d’autres niches : le député macroniste Guillaume Chiche veut interdire les propos discriminant « le statut sérologique des individus » […]. Dans la même veine, l’élu MoDem Jean-Pierre Cubertafon veut empêcher tout propos discriminatoire basé sur « l’apparence physique« , et prend pour se justifier « l’exemple de la grossophobie, soit les discriminations et stigmatisations envers les personnes obèses ou en surpoids« .

(…) « On constate régulièrement des commentaires haineux et insultants, à la suite de la publication d’articles de presse, de faits divers ou d’événements sportifs… : ’22 bonnes raisons de dire merde aux Corses’, ‘sales Bretons’, ‘crétins des Alpes’, ‘bougnoules du 9.3’ »  (…)

 

Tous ces amendements doivent être examinés en séance publique à partir de ce mercredi 3 juillet.

Marianne

 

Valence (26) : arrestation de 4 ados de 11 à 13 ans, ils venaient « casser du Blanc » aux abords d’une école privée

 

Valence (Drôme) – Quatre adolescents de 11 à 13 ans ont été interpellés mardi suite aux agressions à répétition aux abords de l’établissement scolaire privé de Valence. Ils ont expliqué qu’ils venaient « casser du blanc ».

C’est la fin de longues semaines d’inquiétude pour les élèves, les parents et le personnel de l’IND à Valence. Plusieurs agressions ont eu lieu de fin avril à fin mai aux abords de l’Institution Notre-Dame, au point que les patrouilles de police avaient été renforcées depuis.

Le groupe d’agresseurs présumés a été identifié. Les quatre meneurs sont des adolescents de 11, 12 et 13 ans. Ils sont collégiens dans d’autres établissements à Valence. Blacks et beurs, ils voulaient « casser du gwer » selon leurs propres mots. Le gwer, c’est un dérivé du terme arabe gaouri qui désigne le blanc. Ils se retrouvaient aux abords de l’IND. Avec un groupe d’une dizaine de copains qui les regardaient faire, ils repéraient au hasard un élève rentrant chez lui à pied après les cours. Et ils s’en prenaient à lui. Crachats, gifles, parfois coups de pied et coups de poing. Quatre élèves ont été agressés sur une période d’un mois et un cinquième était victime d’insultes régulières au point que sa famille venait systématiquement le chercher pour qu’il ne rentre plus chez lui tout seul.

(…) France Bleu

 

Sibeth Ndiaye : « Vous ne pouvez être ni topless, ni en burkini dans une piscine, et ce pour des questions d’hygiène et de sécurité »

 

Voir vidéo sur twitter

 

 

Le Parlement adopte définitivement la "loi anti-fessée"

 

Le Parlement a adopté définitivement mardi, par un ultime vote du Sénat, une proposition de loi visant à interdire les "violences éducatives ordinaires".

Le texte, adopté à main levée à l'unanimité, inscrit dans le Code civil, à l'article lu à la mairie lors des mariages, que "l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques".

La France a suivi l'exemple de la plupart des pays européens, qui ont choisi pour certains de légiférer il y a 40 ans sur cette question, et devient ainsi le 55e pays interdire la fessée.

Lire la suite

 

 

Commenter cet article