Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 28 juin 2019

 

 

Trump joue l'apaisement avec l'Iran : «Rien ne presse»

 

Le président américain a jugé vendredi 28 juin que «rien ne press[ait]» pour résoudre les tensions entre les États-Unis et l'Iran, après une série d'incidents et d'invectives. «Nous avons le temps. Rien ne presse, ils peuvent prendre leur temps», a dit Donald Trump à son arrivée au G20 d'Osaka, lui qui parlait encore il y a peu de «guerre» contre les Iraniens.

» LIRE AUSSI - Iran, Russie, Corée : les sanctions prolifèrent mais atteignent rarement leurs objectifs

Ces propos apaisants tranchent avec le ping-pong des déclarations choc qui s'était poursuivi jeudi entre l'Iran et les États-Unis. Téhéran avait mis en garde contre l'«illusion» d'une «guerre courte» entre les deux pays ennemis.

La crise entre les États-Unis et l'Iran doit être au menu des discussions du sommet du G20 qui s'est ouvert vendredi au Japon. Le même jour, des représentants des Etats encore parties à l'accord nucléaire signé en 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne, Iran et Russie) doivent se retrouver à Vienne pour faire le point sur l'application du texte. Les Européens pressent l'Iran de ne pas commettre l'«erreur» de se retrouver en violation de ses engagements.

Après leur retrait de l'accord en 2018, les Etats-Unis ont rétabli des sanctions économiques qui asphyxient l'économie iranienne et privent Téhéran des bénéfices qu'il attendait de ce pacte.

Source

 

Le général Hossein Dehghan, conseiller à la défense de Khamenei : Si la guerre éclate, nous éradiquerons Israël et enverrons l’Amérique dans la poubelle de l’histoire

 

Le général Hossein Dehghan, ancien ministre iranien de la Défense et actuellement conseiller pour les affaires de défense du Guide suprême Khamenei, a déclaré dans une interview diffusée le 20 juin 2019, sur la chaîne Al-Nujaba (Irak), que les Américains étaient pleinement conscients que leurs actifs au Moyen-Orient pouvaient être « anéantis » par les missiles iraniens et qu’une guerre dans la région ne serait pas « une sinécure ». Selon lui, le comportement de Trump et des États-Unis indique qu’ils craignent l’éclatement d’une guerre, car ils ne peuvent obtenir de légitimité juridique mondiale ou former une coalition internationale pour de telles hostilités. 

Le général Dehghan a également déclaré qu’en cas de guerre régionale, l’Iran extirperait Israël et le rayerait de la surface de la Terre, et que l’Amérique se retrouverait dans les « poubelles de l’histoire ». Il a estimé qu’une telle guerre n’aura pas lieu à cause de la puissance iranienne. Extraits : 

Lire la suite

 

 

Le cheikh irakien Al-Abidin : Le Coran insiste sur les juifs car ce sont nos ennemis jurés avec qui la paix ne sera jamais possible

 

Le cheikh irakien Abd Al-Salam Zain Al-Abidin a déclaré, dans une émission diffusée le 16 juin 2019 sur la chaîne Al-Naeem (Irak), que si le Coran se focalise tellement sur les juifs, c’est parce que ce sont les « ennemis jurés » des musulmans. Il a expliqué que cela a toujours été et sera toujours le cas, et que le Coran évoque les juifs pour que les musulmans comprennent la mentalité de leurs ennemis, et qu’ils sachent que ceux-ci sont un ennemi permanent et récalcitrant, avec lequel aucun accord de paix ne peut être conclu et qui ne seront jamais satisfaits avec des concessions. Extraits : 

Abd Al-Salam Zain Al-Abidin : Pourquoi le Coran se focalise-t-il sur les juifs ? D’abord, parce qu’ils sont [nos] ennemis jurés. Les juifs… [Le Coran dit :] « Tu trouveras certainement que les juifs […] sont les ennemis les plus acharnés des croyants. » C’était vrai dans le passé, c’est vrai aujourd’hui et cela continuera d’être vrai dans l’avenir. […]

Le Coran se focalise sur les juifs pour deux raisons. Tout d’abord, afin que vous connaissiez la mentalité de votre ennemi. Deuxièmement, vous devez savoir qu’il ne s’agit pas d’un ennemi temporaire, avec lequel nous pouvons signer un accord de paix – les accords d’Oslo, ou d’autres… Non ! C’est un ennemi récalcitrant et expérimenté. Peu importe le nombre de concessions que vous ferez à cet ennemi, il restera récalcitrant et têtu.

Source

 

Note : et c'est bien a cause du Coran que la majorité des musulmans détestent les juifs

Lire mon dossier : les-chretiens-et-les-juifs-dans-le-coran

Et les turques ! que pensent les turques des juifs ?

 

Quotidien turc gouvernemental : Les assassins du Christ – les juifs – ont aussi tué Morsi

 

Dans son éditorial daté du 19 juin 2019, publié dans le quotidien turc Yeni Safak [1], organe de presse du parti au pouvoir AKP (Justice et Développement), le rédacteur en chef du journal, Ibrahim Karagül, s’est focalisé sur le décès de l’ancien président égyptien et dirigeant des Frères musulmans Mohamed Morsi, survenu l’avant-veille. La traduction de son éditorial a été publiée sur le site en anglais de Yeni Safak.[2]

Présentant le décès de Morsi comme un assassinat, Karagül l’a attribué à un complot des gouvernements égyptien, saoudien et émirati, qu’il a qualifiés de « tueurs à gages » des forces multinationales qui les soutiennent, principalement les Etats-Unis et Israël. Liant ce prétendu complot aux juifs, il ajoute : « Ceux qui ont crucifié le Christ et chassé le prophète Mohammed de La Mecque ont également fait martyr Morsi. »

Karagül a ensuite accusé le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et celui d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed, d’avoir, entre autres, lancé une guerre contre la Turquie, participé à la tentative de coup d’Etat de juillet 2016 là-bas, et d’avoir tenté d’assassiner le président turc Recep Tayyip Erdogan. Insinuant que des complots d’assassinat du président Erdogan sont fomentés, Karagül a écrit : « Nous savons qu’il y a des scélérats qui n’attendent que le moment d’appliquer le scénario Morsi en Turquie ! »

Lire la suite

 

Note ; on noteras ici que les turques sont sur la mm longueur d’onde que les chiites

 

 

 

Double attentat en Tunisie : "l'identité d'un des kamikazes aurait été id

 

 

 

 

Trêve entre Israël et le Hamas après plusieurs attaques de ballons incendiaires

 

Israël et le Hamas auraient de nouveau conclu une trêve dans la nuit de jeudi après une série d’attaques de ballons incendiaires dans le sud d’Israël dans la journée, déclenchant des dizaines d’incendies.

Jérusalem a accepté de livrer du carburant pour la centrale électrique de l’enclave, d’étendre la zone de pêche à 15 miles nautiques et rendre les 60 bateaux palestiniens confisqués par l’armée israélienne, d’après des informations du média gazaoui, Sawa, publiés peu après minuit vendredi.

Le Hamas, quant à lui, s’est engagé à arrêter l’envoi de ballons incendiaires de l’autre côté de la frontière et de contenir les émeutes hebdomadaires près de la barrière de sécurité

L’accord a été conclu par l’intermédiaire de l’ONU et de l’Égypte. Il est entré en vigueur vendredi matin

Lire la suite

 

 

Les compromissions pro-islamistes de l’occident en Syrie

 

En fait, si les médias occidentaux évoquent si peu ou minimisent même l’activité d’Al-Qaïda en Syrie et ailleurs – où la maison mère jihadiste demeure fort active (Somalie, zone « AfPak », Afrique sub-saharienne, etc) – c’est en fait parce que les pays occidentaux et en particulier les Etats-Unis ont souvent joué un rôle fort trouble avec les groupes jihadistes sunnites et les jihadistes d’Al-Qaïda en particulier. Pour approfondir ce sujet à la fois crucial et polémique, Alexandre del Valle a rencontré l’expert du renseignement et du Moyen-Orient Maxime Chaix, journaliste indépendant, auteur d’un livre incontournable sur la genèse de l’islamisme terroriste et les relations ambiguës entre les Etats-Unis et l’islamisme radical sunnite (La guerre de l’ombre en Syrie, ed Erick Bonnier).

Dans un ouvrage central, Le Soleil d’Allah, le général Pierre-Marie Gallois, éminent stratège et géopolitologue initiateur de la force de frappe nucléaire française, dénonçait déjà, en 1996, en s’appuyant sur les cas de l’ex-Yougoslavie et de la guerre en Irak, les compromissions occidentales et en particulier américaines avec l’islamisme radical. D’une certaine manière, sa thèse et sa grille de lecture sont encore valables aujourd’hui pour désocculter la stratégie pour le moins étrange des Etats-Unis et de l’Occident en Libye, où les forces de l’islamisme ont été en 2011 objectivement appuyées face au régime de Mouammar Kadhafi, puis a fortiori, depuis 2013 en Syrie, où maints groupes rebelles islamistes et même liés à Al-Qaïda ont été appuyés par des pays occidentaux et surtout par Washington. […]

Et tandis que les Occidentaux affirment avoir vaincu DAECH en Irak et en Syrie par des bombardement pourtant massifs mais supposés « propres », les Russes et leurs alliés syriens et iraniens sont accusés de « crimes contre l’Humanité ». Deux poids deux mesures… Le point de vue d’un expert comme Maxime Chaix est plus utile que jamais.

Alexandre del Valle : Vous pointez en effet des dysfonctionnements dans le traitement médiatique occidental de la guerre en Syrie – un constat récurrent dans votre livre. Dans le contexte de l’actuelle offensive d’Idleb, constatez-vous des dysfonctionnements similaires ?

Maxime Chaix : Outre le fait que les djihadistes de l’ex-Front al-Nosra à Idleb ne sont presque jamais montrés dans les médias occidentaux, ces derniers oublient que cette branche d’al-Qaïda en Syrie avait initialement conquis cette province au premier trimestre 2015 grâce à la CIA et à ses partenaires occidentaux et moyen-orientaux.En effet, cette coalition de services spéciaux appuya cette offensive d’al-Nosra et de ses alliés depuis le Sud de la Turquie, en livrant notamment des missiles antichar TOW de fabrication américaine aux rebelles. À l’époque, cette offensive victorieuse des djihadistes faisait craindre à Damas la chute de Lattaquié, qui est le fief ancestral de Bachar el-Assad. Au sud du pays, les rebelles soutenus dans le cadre de cette opération coordonnée par la CIA menaçaient de prendre la capitale syrienne durant l’été 2015, comme le Washington Post le rappela en juillet 2017. Or, le journaliste à l’origine de cet article oublia de mentionner le fait que les factions progressant alors vers Damas et Lattaquié étaient respectivement l’« État Islamique » au sud-ouest, et une coalition de groupes armés menée par les djihadistes du Front al-Nosra et d’Ahrar al-Sham au nord-ouest. Durant cet été 2015, les analystes de la CIA et les planificateurs du Pentagone commencèrent à anticiper ce qu’ils appelaient un « succès catastrophique », puisqu’il aurait amené les rebelles djihadistes à renverser Assad sans toutefois créer un gouvernement fort et modéré. Au final, en janvier 2019, différents spécialistes et journalistes occidentaux déplorèrent la reprise d’Idleb par l’organisation Hayat Tahrir al-Sham (HTS), dont l’ancien nom est le Front al-Nosra. Ils oublièrent pourtant de rappeler le rôle central de la CIA et de ses alliés dans la prise initiale de cette province par la branche d’al-Qaïda en Syrie et ses soutiens au premier trimestre 2015.
[…]
Certes,les services spéciaux français ont participé à cette opération de changement de régime, mais ils étaient intégrés dans un plus vaste dispositif coordonné par la CIA, cette agence s’appuyant principalement sur des fonds saoudiens durant sa campagne syrienne – selon des révélations du New York Times publiées en janvier 2016. Le Qatar, la Turquie et la Jordanie furent également cités par ce journal comme d’importants bailleurs de fonds de cette opération, cette liste de financeurs étatiques n’étant pas exhaustive.
[…]

Atlantico

 

Quand Trump blague avec Poutine sur l'ingérence russe

 

Lors d'une rencontre en marge du G20, le président américain s'est permis de blaguer avec son homologue russe Vladimir Poutine au sujet de la prochaine présidentielle aux Etats-Unis.…

Notes : de nos jours les journalistes français sont autant malhonnête que les politiciens, si se n'est pas pire

Poutine a répondu a la question de Trump (qui était en faite celle d'une journaliste) par un sourire mais euronews a préféré faire un montage malhonete

Voici la véritable vidéo de la scène

 

 

Poutine juge le multiculturalisme «obsolète», Tusk contre-attaque

 

Dans une interview accordée au Financial Times à l’approche du sommet du G20, le Président russe a qualifié certains éléments progressistes d’obsolètes, dont le multiculturalisme. Dans le même temps, il s’est dit être «un vrai libéral».

«Cette idée est devenue obsolète et est en conflit avec les intérêts de l’immense majorité de la population […] Cette idée libérale présuppose que l'on ne peut rien faire. Que les migrants peuvent tuer, piller, violer en toute impunité du fait que leurs droits sont protégés», a-t-il estimé.

Il a notamment critiqué la décision de la chancelière Angela Merkel d'ouvrir les frontières allemandes à un million de réfugiés, estimant qu'il s'agissait d'une «erreur capitale». Il a en revanche loué la politique américaine de la fermeture des frontières aux migrants illégaux.

Ses propos ont fait réagir Donald Tusk, qui s’est dit être «en total désaccord» avec lui.

«Quiconque affirme que la démocratie progressiste est obsolète dit par là-même que les libertés sont obsolètes, que l'État de droit est obsolète et que les droits de l'Homme sont obsolètes», a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse organisée à Osaka.

Il a souligné qu’il s’agissait de «valeurs essentielles et vivaces» pour l’Europe.

Lire la suite

Note: dans notre monde les droits de l'Homme, sont devenu les droits des autres, au détriment du peuple natif. Le musulman est devenue est espèce protéger, qui peut tout ce permettre (et Poutine la très bien compris, contrairement aux guignols qui croient avoir le monopole de la morale)

 

 

 

 

Liban : une ville interdit aux musulmans d’acheter ou de louer une propriété aux chrétiens

 

La municipalité de Hadath, au sud-est de Beyrouth, interdit aux chrétiens de louer ou de vendre leurs biens immobiliers à des musulmans. C’est la triste découverte qu’a fait Mohammed Awwad, un journaliste âgé de 27 ans, et sa fiancée, qui ont vu leur demande de visiter un appartement de la ville refuser. La propriétaire de l’appartement a présenté ses excuses au jeune couple en déclarant qu’elle ne voyait aucun problème à leur demande mais qu’elle ne pouvait y donner suite en raison de l’interdiction.

Choqué par de telles affirmations, Mohammed Awwad, d’obédience chiite, a contacté la mairie de Hadath qui lui a confirmé une interdiction en place depuis 2010, raconte l’AP cette semaine. Secouée par des divisions communautaires qui ont été à l’origine d’une guerre civile pendant 15 ans et qui a coûté la vie à plus de 150 000 personnes, la ville de Hadath assume ouvertement une telle interdiction à caractère discriminatoire.

Car, jusqu’il y a trois décennies, Hadath était une ville principalement chrétienne mais, après la fin de la guerre civile, le profil de la population a changé pour être composée aujourd’hui comprise entre 60 et 65 % de musulmans. Craignant que la proportion de chrétiens continue de diminuer en raison, entre autres, d’un taux de natalité plus fort du côté des musulmans, la municipalité a mis en place en 2010 l’interdiction, qui ne prévaut que pour les chrétiens et qui est aujourd’hui vivement défendue par le maire de la ville, George Aoun. C’est en effet lui qui a instauré, peu après son élection, cette mesure.

[…]

George Aoun a réfuté les accusations selon lesquelles il interdit aux musulmans de venir s’installer à Hadath : ils peuvent s’y installer mais sans avoir à louer ou à acheter auprès de ses administrés chrétiens. A ses yeux, « chaque village doit se préserver. Chaque village chiite doit préserver sa nature chiite, chaque village chrétien doit préserver sa nature chrétienne et chaque village sunnite doit préserver sa nature sunnite. Nous voulons préserver notre village ou ce qu’il en reste ».

[…]

Saphir News

 

 

2 blessés après des tirs à la mosquée de Brest | AFP News

 

Le 27 juin

 Note: l'imam de Brest avait déposé (il a de cela quelque année)  une plainte contre ma chaine Youtube, parce que j'avais posté une vidéo où il se filmait avec ces potes entrains de boire de la pisse de chameau (dans des hadiths Mahomet affirmé que c'est un bon remède)

Ps : Youtube ma obliger a  supprimé la vidéo 

Certaines vidéos circulent encore sur le net (lisez le commentaire de la vidéo)

 

Fusillade à Brest: «Il m’a ordonné d’égorger l’imam»… La lettre délirante postée par le tireur sur les réseaux sociaux

 

Au lendemain de la fusillade devant une mosquée à Brest (Finistère), on en sait un peu plus sur le tireur présumé. Jeudi après-midi, ce dernier a tiré plusieurs coups de feu sur un groupe de personnes devant la mosquée de Pontanézen, un quartier de la ville finistérienne, blessant deux personnes, dont le médiatique et controversé imam Rachid El Jay. Quelques heures plus tard, il a été retrouvé mort à côté de son véhicule à Guipavas, une commune limitrophe de Brest. Selon une source proche de l’enquête, il se serait tiré une balle dans la tête.

Depuis, les informations commencent à filtrer sur l’auteur des coups de feu. De source policière, l’homme n’était pas fiché ni connu pour son appartenance à un mouvement d’extrême droite ou islamiste radical. D’après Le Télégramme, il avait posté une lettre manuscrite sur les réseaux sociaux, que nous avons pu consulter. Celle-ci semble confirmer le profil dévoilé par les enquêteurs, qui évoquaient un « déséquilibré ».

« Il m’a dit que si je ne le tuais pas, c’est ma mère, mon père et ma sœur qui seraient tués »

Karl F., né à Paris il y a 21 ans, habitait à Lyon depuis trois ans. « Je suis une personne simple, qui a une vie banale », écrit-il en préambule, précisant avoir travaillé dans la restauration, la livraison, la préparation de commande, puis comme agent d’entretien, son dernier poste. Il raconte avoir été accosté par une camionnette noire le 18 avril, en rentrant chez lui : « Au moment où j’ai fermé la porte de ma voiture, la porte coulissante de la camionnette s’ouvrit et trois hommes cagoulés en sont sortis, ils m’ont forcé à rentrer dans la camionnette ».

« Terrifié », le tireur indique que l’un des hommes lui a donné des informations que lui seul pouvait connaître sur sa vie et sa famille, avant d’ajouter : « Il m’a ordonné d’égorger l’imam de Brest Rachid El Jay. (…) Il m’a dit qu’il fallait que je passe à l’acte entre le 15 et le 30 juin. » Karl F. affirme avoir demandé des explications et avoir reçu pour seule réponse « un coup de poing dans le ventre » et cette phrase : « Il m’a dit que si je ne le tuais pas, c’est ma mère, mon père et ma sœur qui seraient tués. »

« Ils m’ont implanté une puce dans le bras »

La suite de la lettre est dans la même veine paranoïaque. Selon le tireur, l’homme qui l’a menacé aurait ensuite reçu un coup de téléphone où s’affichait le nom d’un ancien chef de la DGSI. « Ça doit être une mafia très puissante qui se sert de moi pour tuer un de leurs ennemis », écrit-il, affirmant que ces hommes lui auraient ensuite « implanté une espèce de puce dans le bras ».

« Je pense qu’ils vont me tuer quoi que je fasse, j’en sais trop, poursuit-il. Si la presse et Internet sont au courant de cette histoire, alors j’ai peut-être une chance de m’en sortir. » Karl F. conclut : « Je suis profondément désolé auprès des proches de Rachid El Jay, je n’avais pas le choix. J’ai écrit ce message juste avant de passer à l’acte. Après, j’essaierai de m’arracher la puce et de me cacher le plus longtemps possible. » Le post Facebook se termine par une copie de sa carte d’identité.

Source

 

La capitaine du SeaWatch : « Je suis blanche, allemande, née dans un pays riche. J’ai l’obligation morale d’aider ceux qui n’ont pas ma chance »

 

Interview de Carola Rackete dans La Repubblica.

Réaction de Matteo Salvini :

« Tous ceux qui naissent blancs, allemands et riches doivent-ils venir nous casser les couilles en Italie ? »

 

 

Italie : le « Sea-Watch 3 » toujours bloqués face à Lampedusa (Màj : la capitaine inquiète pour les migrants)

 

27/06/2019

La journaliste Giorgia Orlandi est montée à bord du Sea-Watch 3. Elle est allée à la rencontre de la capitaine du navire humanitaire mais aussi des réfugiés qui attendent d’être emmenés en lieux sûrs.

Commenter cet article