Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 20 mai 2019

 

 

 

Trump : si Téhéran « veut se battre », ce sera « la fin officielle de l’Iran »

 

Les relations américano-iraniennes sont au plus bas depuis que le président Trump a décidé, il y a un an, de se retirer de l’accord international sur le nucléaire iranien

Nouvelle intimidation de Donald Trump sur Twitter. Le président américain a menacé l’Iran de destruction dimanche en cas d’attaque contre des intérêts américains. « Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Plus jamais de menaces à l’encontre des Etats-Unis », a lancé le chef d’Etat au milieu d’une salve de missives mêlant politique nationale, diplomatie et agenda médiatique.

Lire la suite

Les deux parties ont déclaré qu’elles ne cherchent pas la guerre, mais les tensions de la guerre des nerfs américano-iranienne ont été ravivées dimanche 19 mai par le tir d’une seule roquette qui a échoué près de l’ambassade américaine dans la zone verte de Bagdad. Le président américain Donald s’est montré furieux : «Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Ne menacez plus jamais les États-Unis! » A-t-il tweeté.

Quelques heures plus tôt, le nouveau chef iranien de l’IRGC, le général Hossein Salami, avait multiplié les provocations anti-américaines en commentant à la télévision iranienne :

«La différence entre nous et eux, c’est qu’ils ont peur de la guerre et n’en ont pas la volonté. “

Lire la suite

 

 

L'Iran dénonce les "railleries génocidaires" de Trump, après ses menaces

 

(..) Des menaces auxquelles le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a répondu lundi, affirmant que "les railleries génocidaires" du président américain ne mettraient "pas fin à l'Iran". 

"M. Trump espère réussir là où Alexandre [le Grand], Gengis [Khan] et les autres agresseurs ont échoué", écrit Javad Zarif sur son compte Twitter en faisant référence à deux conquérants étrangers ayant dominé la Perse (l'ancien nom de l'Iran) à une période donnée de son histoire plurimillénaire. 

"Les Iraniens sont restés debout pendant des millénaires alors que leurs agresseurs [sont] tous partis. Le #TerrorismeEconomique et les railleries génocidaires ne mettront pas fin à l'Iran", ajoute-t-il, avant de conclure : "#NeJamaisMenacerUnIranien. Essayez le respect - ça marche". 

Lire la suite

 

Les Américains «ont peur de la guerre» : les Gardiens de la Révolution iraniens défient Washington

 

A la suite du ministre iranien des Affaires étrangères, le chef des Gardiens de la Révolution a affirmé que si l'Iran ne souhaitait pas la guerre, elle ne la redoutait pas. Selon Téhéran les Etats-Unis n'ont pas les moyens d'une guerre dans le Golfe.

Dans la région du Golfe Persique, personne ne dit vouloir de conflit armé, mais presque tout le monde en brandit la menace. Et face aux Etats-Unis, l'Iran ne baisse pas la garde.

Le général Hossein Salami, commandant du corps des Gardiens de la Révolution islamique (GRI), a affirmé le 19 mai que l'Iran ne voulait pas de la guerre avec les Etats-Unis, tout en ajoutant que Washington n'en avait pas la volonté. «La différence entre nous et [les Américains], c'est qu'ils ont peur de la guerre», a-t-il lancé, cité par l'agence iranienne Fars News.

Depuis la sortie unilatérale des Etats-Unis de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien en mai 2018, puis le rétablissement complet des sanctions économiques américaines contre l'Iran en novembre, les tensions n'ont cessé de s'accroître entre Washington et Téhéran.

Lire la suite

 

 

L’Arabie saoudite se dit prête à riposter de «toutes ses forces» aux récentes attaques de drones

 

L'Arabie saoudite ne veut pas de guerre dans la région mais est prête à réagir «de toutes ses forces» si l'autre partie la déclenche, a déclaré le ministre d'État saoudien aux Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

Adel al-Joubeir, ministre d'État saoudien aux Affaires étrangères, a affirmé lors d’une conférence de presse que l’Iran déstabilisait la situation au Moyen-Orient et a réitéré l’intention de l’Arabie saoudite de ne pas déclencher une guerre dans la région en premier, rapporte la chaîne Al-Arabiya.

Il a toutefois indiqué que Riyad est prêt à riposter «de toutes ses forces», si l'autre partie la déclenche.

«L'Iran met en cause les intérêts économiques internationaux, en fermant les routes maritimes, et a mené des opérations terroristes en Arabie saoudite et dans la région», a fustigé le ministre.

Lire la suite

 

 

L’Irak servira-t-il de tête de pont pour une opération états-unienne contre l’Iran?

 

Après le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, la tension entre Washington et Téhéran ne cesse de monter. Les Américains ont mis en état d’alerte leurs militaires en Irak et envoyé le porte-avions USS Abraham Lincoln ainsi qu’une flotte de bombardiers dans le Golfe. Sputnik en a discuté avec un politologue iranien.

Bagdad ne permettra tout simplement pas aux Américains de transformer l'Irak en tête de pont pour une opération contre l'Iran, a déclaré à Sputnik Sabah Zangane, ex-ambassadeur iranien à l'Organisation de la coopération islamique (OCI), commentant le déploiement militaire états-unien dans la région.

Présence US dans le Golfe

«Les relations entre l'Iran et l'Irak ne permettent pas l'usage du territoire irakien pour une attaque militaire contre l'Iran. Le peuple irakien répondra comme il se doit aux visées des Américains. L'Iran a des liens au sein du gouvernement de l'Irak, et le peuple irakien soutient la République islamique», a poursuivi M.Zangane, grand spécialiste des problèmes du monde arabe.

Et de rappeler qu'il y avait toujours en Irak des instructeurs militaires iraniens qui aidaient les forces armées d'Irak à combattre Daech*.

«Il n'y a pas en Irak de forces qui soutiennent les visées belliqueuses américaines contre l'Iran», a relevé l'expert.

Selon ce dernier, l'Iran et l'Irak progressent même vers une alliance beaucoup plus étroite et ce, pas uniquement sur une base religieuse.

«À présent, les États-Unis mènent une guerre psychologique contre l'Iran. Une guerre ouverte ne profiterait pas à l'Amérique pour deux raisons. Tout d'abord, il ne reste qu'un peu plus d'une année avant l'élection présidentielle américaine et déclencher maintenant une guerre signifierait commettre un suicide politique et infliger un immense détriment tant aux États-Unis eux-mêmes qu'à l'ensemble de la communauté internationale. Et ensuite, Washington a fait part à plusieurs reprises de son souhait de se désengager au Proche-Orient pour se concentrer plutôt sur l'Extrême-Orient», a résumé le spécialiste.

Source

 

 

 

Les USA ont reçu le feu vert pour déployer leurs troupes dans le Golfe?

 

Dans le contexte d’une nouvelle montée des tensions entre l’Iran et les États-Unis, un média panarabe qui se réfère à ses sources rapporte que Washington a obtenu l’autorisation de déployer ses troupes et ses navires de guerre dans des pays du Golfe persique et leurs eaux territoriales.

L’Arabie saoudite et une série d’autres pays du Golfe ont autorisé les États-Unis à déployer leurs troupes sur leur sol et les navires américains dans leurs eaux territoriales, écrit le 18 mai le quotidien panarabe Asharq al-Awsat, se référant à ses propres sources haut placées.

«Les États-Unis ont reçu l’accord de la part des pays du Golfe, sur la base d'accords bilatéraux entre les États-Unis et les pays arabes […] pour se protéger contre toute éventuelle action hostile de la part de l'Iran et pour mettre l'Iran en garde contre toute tentative d'escalade militaire et d'attaque contre les pays du Golfe ou contre les intérêts des États-Unis dans la région», cite l’édition, soulignant pourtant que l’objectif n’était pas la guerre contre la République islamique.

Lire la suite

 

 

La région du Kurdistan inquiète de l’intensification des tensions entre l’Amérique et l’Iran

 

Les Etats-Unis ont ordonné à leurs employés sans mission urgente de quitter l’ambassade de Bagdad et le consulat à Erbil mercredi. Erbil est la capitale du gouvernement régional autonome du Kurdistan (KRG) et les habitants craignent que les tensions américano-iraniennes ne submergent désormais la région kurde à un moment sensible. La région du Kurdistan revêt une importance stratégique et constitue un centre de sécurité entre le gouvernement central irakien, la Turquie et l’Iran.

Lire la suite

 

 

 

L'armée syrienne a abattu des projectiles ennemis près de Damas (vidéo)

 

Le 18 mai

Les systèmes de défense antiaérienne syriens ont abattu des projectiles tirés depuis les hauteurs du Golan contrôlées par Israël, a appris Sputnik d’une source militaire syrienne. Selon l’agence de presse syrienne Sana, l'armée a détecté des projectiles ennemis provenant du côté de Quneïtra.

L’armée gouvernementale syrienne a utilisé des systèmes de défense antiaérienne pour abattre ce vendredi 17 mai, non loin de Damas, des projectiles ennemis tirés depuis le Golan contrôlé par Israël, a appris Sputnik d’une source militaire syrienne.

Selon l’agence de presse syrienne Sana, l'armée a détecté des projectiles ennemis provenant du côté de Quneïtra, dans le sud-ouest du pays.

L'agence avait précédemment annoncé que des habitants de Damas avaient témoigné avoir entendu plusieurs fortes explosions

D’après le site Al-Masdar, l’incident s’est produit à la base aérienne de Mezze, à proximité de la capitale syrienne.

Selon la chaîne de télévision Ikhbariya, «la défense antiaérienne syrienne a repoussé une attaque d’objets lumineux tirés depuis les territoires occupés, plusieurs projectiles ont été abattus».

La chaîne Al Hadath a pour sa part déclaré que l’attaque visant des sites militaires et dépôts iraniens au sud-ouest de Damas avait été menée par Israël.

Lire la suite

 

 

 

Attaque présumée à Douma : des documents sèment le trouble

 

Des fuites sur un rapport de l'OIAC concernant l'attaque chimique présumée survenue en avril 2018 à Douma en Syrie, ont fait surface. Ces éléments nouveaux contredisent les conclusions officielles, et n'ont pas été démentis par l'instance, ce qui interroge.

 

Egypte: Une explosion contre un car de touristes près des pyramides de Gizeh fait 17 blessés

 

Le 19 mai

Dix-sept personnes, originaires d'Egypte et d’Afrique du Sud, ont été blessées ce dimanche dans une explosion visant un bus de touristes près des célèbres pyramides égyptiennes de Guizeh, à l’est du Caire, selon plusieurs sources sécuritaire et médicale.

Un engin explosif a détoné au passage de l’autocar de tourisme. Des images des lieux de l’explosion circulant sur les réseaux sociaux montrent le bus endommagé et des débris sur la route.

Lire la suite

 

 

La Turquie produira des S-500 avec la Russie, selon Erdogan

 

L'acquisition des S-400 russes est actée et la Turquie envisage de s'associer à la Russie pour produire de futurs systèmes de défense S-500, a déclaré le 18 mai Recep Tayyip Erdogan. Moscou s’est pour l’instant gardé de tout commentaire.

Le Président turc a affirmé samedi 18 mai que la Turquie et la Russie pourraient produire conjointement de futurs systèmes de défense antiaérienne S-500 suite à l'achat par Ankara de systèmes russes S-400.

«La transaction des S-400 est actée, conformément à l’accord, la livraison devra débuter en juillet», a-t-il déclaré, ajoutant que les délais de la fourniture «pourraient être avancés».

«À ce stade, la Russie nous a donné des conditions très favorables en termes d’échéances de paiement», a poursuivi le chef de l’État turc, lors d’une séance de questions-réponses avec des étudiants à Istanbul retransmise à la télévision.

Recep Tayyip Erdogan

«Il y aura une production conjointe de S-500 après les S-400», a affirmé M.Erdogan. De son côté, la Russie n’a pour l’instant pas commenté l’éventualité d’une production conjointe.

Lire la suite
 

Note : vrai ou coup de bluff pour agacer les USA ! la Russie produirait conjointement leur dernière technique comme les S500 avec les Turques !

 

Chine: L'ambassadeur des Etats-Unis en visite au Tibet, dans un climat tendu avec Pékin

 

L’ambassadeur des Etats-Unis en Chine visitera cette semaine le Tibet, une première depuis quatre ans, l’accès à la région étant d’ordinaire extrêmement contrôlé pour les diplomates et les journalistes étrangers, a indiqué lundi l’ambassade.

La visite de Terry Branstad intervient deux mois après un rapport du département d’Etat américain affirmant que Pékin entrave « systématiquement » l’accès aux zones de peuplement tibétain. L’ambassadeur se rend du 19 au 25 mai (de dimanche à ce samedi) dans la province du Qinghai (nord-ouest) – où vivent de nombreux Tibétains – et dans la région autonome du Tibet (ouest), a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis.

Lire la suite

LIRE AUSSI : Google couperait les ponts avec Huawei : adieu les mises à jour d’Android, services Google et Play Store

 

 

Pacte de Marrakech : l’administration allemande admet avoir caché une partie de la vérité à sa population

 

Suite à une procédure d’opposition du journal Tagesspiegel, le ministère fédéral des Affaires étrangères a dû confirmer que le pacte de migration avait été en partie négocié en secret.

Contrairement aux déclarations officielles du ministère fédéral des Affaires étrangères (AA), le pacte des Nations Unies sur les migrations a été négocié en partie à huis clos. C’est ce qui ressort d’une décision du ministère fédéral suite à une demande du Tagesspiegel en vertu de la Freedom of Information Act (IFG). Ainsi, les cessions intergouvernementales de négociations à New York n’étaient que « partiellement publiques ». Il y avait également eu des « réunions non publiques en amont et en aval ». D’après le ministère, c’était « tout à fait normal ».

En réalité, le gouvernement avait souligné à plusieurs reprises la transparence de l’ensemble du processus, notamment pour les réunions des représentants des Etats au siège de l’ONU à New York au premier semestre 2018 : « Les négociations peuvent être suivies par le public intéressé sur le terrain », a-t-il déclaré en février dernier en réponse à une question parlementaire du groupe parlementaire AfD. Le ministère fédéral des Affaires étrangères s’était également toujours adressé à la presse pour parler de « cycles de négociations accessibles au public » aux Etats-Unis. Tous les groupes parlementaires du Bundestag et les organisations de la société civile allemande, entre autres, avaient été invités.

Le « pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière » a été adopté au Maroc en décembre par les voix de la République fédérale d’Allemagne et de 151 autres Etats membres des Nations Unies. Plusieurs États membres de l’UE se sont abstenus. En particulier, la menace d’une restriction de la souveraineté des États a fait l’objet de critiques.

Les opposants en Allemagne, en particulier l’AfD, ont souligné que ce pacte contenait de nombreuses obligations et était juridiquement contraignant. Le ministère des Affaires étrangères a déploré une campagne et beaucoup de désinformation ; l’Office a été accusé d’avoir fait trop peu de travail de relations publiques.

Refusé au départ

Le ministère a d’abord refusé de fournir des informations complémentaires sur le déroulement des cycles de négociation. En particulier, les concessions faites par la délégation allemande à d’autres partenaires de négociation n’ont pas été divulguées. Il a été dit que l’information ne serait communiquée aux médias que dans le cadre de discussions de fond et uniquement à titre confidentiel. Ce n’est qu’après une demande d’accès aux documents, en vertu de la liberté d’information, que le ministère a divulgué les rapports des délégations internes issus des cycles de négociations. Ceux-ci sont publiés en ligne par le Tagesspiegel.

Les documents montrent que les États membres de l’UE ont dû faire de nombreux compromis. Selon les rapports, l’une des raisons était les « exigences maximales » de certains pays qui voulaient rendre le traité juridiquement contraignant et parvenir à « une nette amélioration de la situation des migrants irréguliers ».

D’après ce rapport, les négociations ont menacé d’échouer. Les documents n’ont pas été rendus complètement transparents, mais sont restés partiellement caviardés. Se référant au caractère prétendument public des pourparlers à New York, le Tagesspiegel s’est opposé à ce que les documents soient caviardés.

Dans l’acte d’opposition, le ministère admet pour la première fois que les partenaires de négociation se sont également rencontrés au-delà des réunions publiques, c’est pourquoi les passages doivent rester méconnaissables. Les partenaires de négociation internationaux devraient pouvoir compter sur le fait que ce qui a été discuté « dans le cadre des voies de communication diplomatiques établies » ne sera pas révélé par un Etat participant.

Néanmoins, le ministère a souligné dans sa décision qu’il n’avait « effacé la correspondance que de manière très peu invasive », de sorte que les rapports sur le déroulement des négociations étaient aussi transparents que possible. Une publication sans restriction pourrait faire perdre à la République fédérale sa réputation de partenaire fiable et digne de confiance, a-t-on déclaré.

(Traduction Fdesouche)

Tagesspiegel.de

 

 

Allemagne : Un homme de 75 ans grièvement blessé après avoir été tabassé par un migrant somalien aux cris de « Allah Akbar »

 

Allemagne – Une attaque brutale a eu lieu dans la nuit du 16 mai à Offenbourg, à l’ouest du Bade-Wurtemberg. Un demandeur d’asile de 25 ans a tabassé un retraité, lui a donné des coups de pied et lui a cassé la figure, en criant « Allah Akbar ».

Detlef J., 75 ans, a perdu sa femme l’année dernière, selon le journal « Bild ». Lui-même souffre d’un cancer. Il rentrait chez lui lorsqu’il a été attaqué pour une raison inconnue par l’agresseur présumé Ali M. (25 ans).

Le Somalien de 25 ans est arrivé en Allemagne en 2015. Selon « Bild », il a obtenu le « statut de réfugié » en 2017. (…)

Un témoin a observé comment le Somalien a marché à plusieurs reprises sur l’homme allongé au sol – selon le témoin, l’assaillant criait « Allah Akbar ». Le témoin a alerté la police, qui a été en mesure d’arrêter le suspect près du lieu du crime.

Le contexte de l’incident n’est toujours pas clair. Le suspect refuse de témoigner.

Le retraité grièvement blessé a été transféré dans une clinique spéciale par hélicoptère au cours de la journée de jeudi.

(…) BILD / Wize

 

Espagne : Un candidat socialiste arrêté pour trafic de migrants, il organisait des traversées de clandestins en provenance du Maroc

 

 José Manuel Molina Molina Mohamed, un candidat du PS espagnol, arrêté à Melilla pour trafic de migrants.

Le numéro 10 de la liste des municipales est soupçonné d’avoir organisé des voyages en bateau de plaisance pour faire entrer clandestinement des Marocains sur le continent.

L’un des candidats du PSOE de Melilla a été arrêté ce jeudi, avec trois autres personnes. José Manuel Molina Molina Mohamed, numéro 10 sur la liste socialiste à l’Assemblée locale pour les prochaines élections municipales, est soupçonné d’appartenir à un réseau présumé de trafiquants de migrants marocains organisant des voyages en bateau de plaisance jusqu’à la péninsule.

Molina a été mis en examen dans le cadre d’une enquête conjointe de la Guardia Civil et de la Police nationale qui a débuté plus tôt cette année. Le détonateur des premières arrestations effectuées cette semaine a été l’interception d’un navire en route vers Motril dans lequel se trouvaient plus d’une douzaine de personnes, peut-être d’origine marocaine. Le réseau a acquis et enregistré des bateaux à Melilla et a utilisé des personnes non liées au nautisme comme propriétaires de ces bateaux, ce qui aurait rendu les forces de sécurité suspectes. Selon des sources de la Guardia Civil, l’enquête est toujours en cours.

(…) El Pais

 

Méditerranée : Sea Watch, la justice italienne ordonne la saisie du navire, les migrants peuvent débarquer

 

La justice italienne a ordonné la saisie du bateau humanitaire Sea Watch 3, ancré au large du port de Lampedusa en Sicile, ce qui devrait permettre aux 47 migrants à bord de débarquer, rapportent plusieurs sites internet de quotidiens italiens.

Le vice-président italien du Conseil et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, avait interdit aux migrants de débarquer.
Au ministère de l’Intérieur, on critiquait la décision des magistrats italiens en soulignant que le ministre restait opposé au débarquement des migrants et que le bateau était considéré comme « illégal ».

boursorama.com

 

« L’enfer aux portes de Paris » : Égorgements, agressions, vols, trafics… « Une horde de zombies en guenilles »

 

Arriver dans le quartier de la Chapelle, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, c’est d’abord passer une frontière invisible marquant une séparation nette entre ici et le reste de la capitale, entre ici et la normalité.

(…) Le malheureux conducteur est aussitôt assailli par une horde de zombies en guenilles. Ils s’accrochent aux portières, frappent à la vitre pour mendier de façon plus ou moins agressive un peu d’argent destiné à se payer leur dose de crack, cette drogue dure qui ronge les corps et les âmes.

« Le quartier est devenu le point de fixation des dealers et des consommateurs, raconte Sabine, une habitante. (…) Ils se concentrent tous dans notre quartier et on se retrouve avec des sans-papiers devenus toxicomanes à nos portes. Cette drogue les rend violents, ils sont prêts à tout pour une dose quand ils sont en manque. La nuit, c’est pire. Les femmes enchaînent les passes en pleine rue (…) »

(…) En 2017 déjà, une pétition titrant « La Chapelle, Pajol : les femmes, espèce en voie de disparition au cœur de Paris », dénonçait le harcèlement constant subi par les femmes dans l’espace public. Cette pétition avait déclenché une vive polémique car elle visait, selon ses détracteurs, les jeunes hommes d’origine étrangère présents en nombre et complètement désœuvrés. Pour Solange, qui vit à proximité, rien n’a changé depuis. La jeune femme dénonce l’immobilisme des pouvoirs publics.

(…) Bénédicte, employée de la RATP, profite de sa pause pour nous raconter le calvaire de son quotidien au guichet de la station de métro La Chapelle : « Je vois le pire tous les jours. Il y a du trafic, des vols, des agressions. On a même vu deux personnes se faire égorger sous nos yeux. Ce qui se passe dans ce quartier est terrible. On est à Paris, en 2019, on ne devrait pas avoir à subir cela. Ils volent, agressent, font des trafics et lorsqu’ils se font attraper, ils ne passent que quelques heures en garde à vue puis sont libérés. Ils n’ont donc peur de rien et encore moins de notre justice bien faible. Nous devrions assumer un système répressif plus dur pour remettre de l’ordre. »

(…) Le Figaro

 

 

500 clandestins ont envahi l’Aéroport de Roissy et exigent l’arrêt des expulsions : « La France, c’est pas aux Français ! Toute l’Afrique a le droit d’être ici ! »

 

(…) Ils demandent notamment à la compagnie aérienne, selon un communiqué officiel, de « stopper toute participation financière, matérielle, logistique ou politique aux déportations ». L’aéroport a été ciblé car un centre de rétention administrative se trouve à proximité, dans la ville de Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne).

Diakiaté, un sans-papiers qui a participé à la mobilisation, « souhaite une campagne de régularisation collective ». « Nous avons aujourd’hui ciblé Air France et d’autres actions vont suivre », a-t-il ajouté, joint par téléphone.

Le Parisien

Note: Ils ne sont pas assez courageux pour se battre pour une vie meilleure dans leurs pays d’origine, mais ils sont plutôt motivé pour nous emmerder sur notre propre territoire Éric Zemmour dit vrai lorsqu affirme que nous sommes envahies Aujourd’hui nous assistons à une guerre moderne où les armes font place a la démographie

 

Grenoble (38) : des femmes musulmanes pénètrent de force en burkini dans une piscine (MàJ : subvention de la ville et apologie du terrorisme)

 

Ce vendredi en fin de journée, une dizaine de femmes musulmanes, soutenues par l’association Alliance Citoyenne, sont allées se baigner dans une piscine grenobloise en maillots de bain couvrants, contrairement au règlement qui l’interdit. Taous Hammouti explique les raisons de cet acte « de désobéissance civile ».


LeDauphiné

Celle qui réclame le droit de pouvoir se baigner en burkini dans la piscine municipale et dont l'association est financée par la @VilledeGrenoble justifie le massacre de Charlie Hebdo

 

 

 

Scandale en Autriche : Marine Le Pen trouve "étonnant" que la vidéo "sorte à quelques jours" des élections européennes

 

Le 19 mai

Heinz-Christian Strache, patron du parti d'extrême droite autrichien, a été contraint samedi 18 mai de démissionner après la publication d'une vidéo compromettante.

"L'affaire d'Ibiza" est un coup dur pour l’extrême droite européenne. Heinz-Christian Strache, le chef du parti nationaliste autrichien FPÖ a été contraint de démissionner du gouvernement samedi 18 mai, après la diffusion d'une vidéo compromettante. 

Tournées en caméra cachée en 2017, les images montrent cet allié de Matteo Salvini et de Marine Le Pen négocier avec la pseudo-nièce d'un oligarque russe, des marchés publics autrichiens en échange d'un soutien financier. Révélé vendredi soir par les quotidien allemands Süddeutsche Zeitung et Der Spiegel, le scandale, appelé "l'affaire d'Ibiza", met l’extrême droite européenne dans l'embarras, à huit jours du scrutin européen. 

"Je trouve étonnant que cette vidéo, qui semble-t-il a deux ans, sorte aujourd'hui à quelques jours de l'élection (européenne)", a réagi samedi Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national. "Quel que soit ce que l'on peut reprocher aux uns et aux autres, et quelle que soit la véracité de ces accusations, cela ne fait pas disparaître le fait qu'un quart des Autrichiens souhaitent refuser l'immigration dans le pays", a-t-elle ajouté.

"J'ai fait une erreur"

"J'ai fait une erreur", a reconnu samedi Heinz-Christian Strache, qui a aussi démissionné de ses fonctions à la tête du FPÖ, l'une des formations nationalistes les plus influentes de l'UE. Heinz-Christian Strache avait succédé en 2005 à Jörg Haider à la tête du FPÖ dont il s'est efforcé de lisser l'image, en cultivant un profil d'élu fréquentable après avoir frayé avec les cercles néonazis dans sa jeunesse. 

Lire la suite

 

 

Villejuif (94) : un homme agresse au couteau et à la barre de fer deux personnes, il aurait crié « Allah Akbar »

 

C’est une info France Bleu Paris : deux personnes ont été légérement blessées après une agression au couteau et avec une barre de fer ce dimanche en début d’après-midi à Villejuif (Val-de-Marne). Un homme aurait crié « Allah Akbar » avant de s’en prendre aux victimes. Il a été interpellé.

Selon les informations de France Bleu Paris, un homme a agressé au couteau et à la barre de fer deux personnes ce dimanche en début d’après-midi rue de Stalingrad à Villejuif dans le Val-de-Marne. Selon une source policière, il aurait crié « Allah Akbar ». Un homme a été légèrement blessé au menton par un couteau, une deuxième personne a été frappée avec une barre de fer. Elle est également légèrement blessée.

France Bleu

 

Italie : les partis nationalistes réunis derrière Matteo Salvini ont fustigé l’immigration, l’islam et l’oligarchie de Bruxelles (MàJ)

 

Le 18 mai

Les partis nationalistes réunis derrière le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini samedi à Milan, ont fustigé l’immigration, l’islam et l’oligarchie de Bruxelles, à une semaine des élections européennes.

(…) « Basta islam », avait lancé plus tôt Geert Wilders, le leader du Parti de la liberté aux Pays-Bas avant que Mme Le Pen ne fustige une « oligarchie sans repères, sans racines, sans âme, qui nous dirige avec, pour seule ambition, la soumission et la dilution de nos nations ». La présidente du RN a poursuivi sur un registre identitaire : « Nous disons “non” à cette immigration qui submerge nos pays et qui met en danger la sécurité de nos peuples, nos comptes sociaux et nos valeurs de civilisation », a-t-elle lancé, en invoquant une Europe « plurimillénaire », « fille d’Athènes et de Rome, de la chrétienté et des Lumières ».

« Nous voulons vivre en France comme des Français, en Italie comme des Italiens et plus largement en Europe comme des Européens », a martelé Marine Le Pen. « Une religion qui dit qu’une femme vaut moins qu’un homme ne pourra jamais faire la loi chez moi », a lancé de son côté M. Salvini, sous les applaudissements de la foule.

(…) Le Monde

(…) Plus tard. Sur la scène, au micro, il y a Tomio Okamura, le chef du SPD tchèque. Il raconte que «Macron, Merkel et Juncker, ils islamisent l’Europe». Discussion avec un journaliste italien. L’homme agite un drapeau «prima l’Italia». Il vit à Vintimille, à la frontière franco-italienne. «Je n’ai pas le droit d’être là. Car je suis censé être neutre. Je soutiens Salvini et Le Pen. Dans ma ville, il y a les migrants. On ne peut plus sortir de chez nous. Les migrants cassent, parce qu’ils pensent qu’on est en colère contre eux».

(…) Libération

 

Benoît Hamon : «Si la présidentielle était à Barbès, je serais élu dès le premier tour avec 80% des voix»

 

En difficulté dans les sondages, l’ancien socialiste pourrait ne pas être élu eurodéputé dimanche. Il était samedi à la rencontre des quartiers populaires d’Ile-de-France pour espérer récolter quelques voix.

«On passe du bon temps, non?» Benoît Hamon a le sourire jusqu’aux oreilles. Ici, sur le marché de Barbès, quartier populaire au nord de la capitale, l’ancien socialiste est accueilli comme une star. Son arrivée crée un embouteillage. Les chariots se cognent, les téléphones sont sortis des poches pour essayer d’immortaliser l’instant. Une retraitée n’en revient pas: «C’est Benoît Hamon? Il est là?». L’ancien socialiste serre les mains, claque des bises. On crie: «On compte sur vous M. Hamon». «Merci à vous, merci de votre soutien», répond à l’aveugle l’ancien candidat à la présidentielle. Benoît Hamon prend son temps, profite. Il se marre franchement: «Si la présidentielle était à Barbès, je serais élu dès le premier tour avec 80% des voix».

Le Figaro

Commenter cet article

kyrEn 21/05/2019 00:36

Des S-500 en Turquie, arrivera un jour où même ceux qui auront encore des missiles nucléaires ça ne leur servira plus à dissuader....

kyrEn 21/05/2019 07:24

Oui, vous l'aviez dit...
Autant que j'ai dis que c'est en août 2025 que tout bascule, et qu'en 2026 Israël ne sera plus (au même titre que beaucoup d'autres tribus qui se lamenteront).

3guerremondiale 21/05/2019 04:43

Vous avez bien retenue , ce que j’affirme
Si les russes continuent a vendre des armes aussi performante , les armes nucléaire ne dissuaderont plus grand monde