Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 15 mai

 

 

Tensions avec l'Iran: Les Etats-Unis évacuent une partie des personnels de leur ambassade à Bagdad

 

Ces derniers jours, la tension est singulièrement montée entre l’Iran, voisin de l’Irak, et les Etats-Unis

Le département d’Etat américain a ordonné ce mercredi à son personnel diplomatique non-essentiel de quitter l’ambassade de Bagdad et le consulat d’Erbil (nord), dans un contexte de tensions avec l’Iran voisin. Washington a fait monter la pression sur Téhéran ces derniers jours, accusant la République islamique de préparer des « attaques » contre les intérêts américains au Moyen-Orient, et renforçant la présence militaire américaine dans le Golfe.

Selon une alerte de sécurité postée sur son site, le département d’Etat explique avoir donné l’ordre de partir au personnel américain gouvernemental non essentiel de l’ambassade à Bagdad ainsi que du consulat à Erbil. Il prévient également dans un avis déconseillant aux voyageurs de se rendre en Irak que « de nombreux groupes terroristes et rebelles sont actifs en Irak et attaquent régulièrement les forces de sécurité irakienne comme les civils ». « Des milices confessionnelles anti-américaines peuvent également menacer les citoyens américains et les compagnies occidentales dans tout l’Irak ».

Une visite surprise

Washington avait fermé fin septembre son consulat à Bassorah en invoquant des « menaces » émanant de l’Iran après des manifestations meurtrières dans cette ville du sud de l’Irak. La semaine dernière, Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, a effectué une visite surprise à Bagdad. « La raison pour laquelle nous allons » à Bagdad « ce sont les informations qui indiquent une escalade des activités de l’Iran ».

Lire la suite

 

 

Les Etats-Unis veulent pousser l'Iran à commettre une faute, selon Kourosh Shamlou

 

 

 

Iran: Khamenei affirme qu'"il n'y aura pas de guerre" avec les Etats-Unis

 

"Ni nous ni eux cherchons la guerre, ils savent qu'elle ne serait pas dans leur intérêt"

Le guide suprême de la République islamique d'Iran a affirmé mardi qu'"il n'y aurait pas de guerre" avec les Etats-Unis, selon son site internet Khamenei.ir.

L'ayatollah Ali Khamenei, qui s'exprimait lors d'un discours devant des responsables, a aussi jugé que l'épreuve de force entre Téhéran et Washington était plus une manière de tester la détermination de chacun qu'un affrontement militaire. 

"Ni nous ni eux cherchons la guerre, ils savent qu'elle ne serait pas dans leur intérêt", a affirmé l'ayatollah Khamenei selon le site Khamenei.ir.
Source

 

"Actes de sabotage" : l'Iran et les Etats-Unis s'accusent de faire monter la pression

 

Le 14 mai

C'était dimanche dans le golfe arabo-persique. Quatre navires (deux pétroliers saoudiens, un norvégien et un cargo émirati) étaient la cible de mystérieux "actes de sabotage"

Pas de victimes, à déplorer. Aucune revendication.

Mais cela contribue à accroitre la tension dans une zone déjà en ébullition.

Si on nous attaque, nous interviendrons militairement. Nous ne cherchons pas à nous battre avec le régime iranien. La balle est dans leur camp. Nous les avons mis en garde contre les erreurs de jugement.
Nous voulons vraiment les décourager, c'est ce que le président a très clairement exprimé. Donc nous concentrons nos efforts sur la diplomatie.

C'était dimanche dans le golfe arabo-persique. Quatre navires (deux pétroliers saoudiens, un norvégien et un cargo émirati) étaient la cible de mystérieux "actes de sabotage"

Pas de victimes, à déplorer. Aucune revendication.

Mais cela contribue à accroitre la tension dans une zone déjà en ébullition.

A Washington, on lance une mise en garde à l'Iran.

Si on nous attaque, nous interviendrons militairement. Nous ne cherchons pas à nous battre avec le régime iranien. La balle est dans leur camp. Nous les avons mis en garde contre les erreurs de jugement.
Nous voulons vraiment les décourager, c'est ce que le président a très clairement exprimé. Donc nous concentrons nos efforts sur la diplomatie.
Brian Hook
Emissaire américain pour l'Iran

En déplacement en Inde, ce mardi, le ministre iranien des Affaires étrangères s'est exprimé sur cette affaire de sabotage. Et de critiquer l'attitude des États-Unis au Moyen-Orient.

Nous avons parlé (avec mon homologue indien) des politiques que certains jusqu'au-boutistes, à Washington et dans la région, tentent de faire imposer.
Nous avons exprimé notre inquiétude quant aux activités suspicieuses et aux sabotages qui ont eu lieu dans notre région.
Nous avions déjà prévu le fait qu'ils se livrent à ce genre d'activités pour faire monter la tension d'un cran.
Mohammad Javad Zarif
Ministre iranien des Affaires étrangères

Ce mardi, le guide suprême iranien a affirmé qu'"il n'y aurait pas de guerre" avec les États-Unis. Selon lui, la passe d'armes actuelle vise à tester la détermination de chacun. "Et nous sommes bien déterminés à résister à l'Amérique", a-t-il ajouté.

Source

 

Un conflit nucléaire entre les États-Unis et l'Iran est-il possible?

 

Compte tenu de la nouvelle aggravation des relations entre Téhéran et Washington, des frappes aériennes américaines contre l'Iran ne sont plus à exclure, écrit la presse russe.

Toutes les autres mesures (sauf des frappes) prises par la Maison-Blanche contre Téhéran semblent épuisées; il ne reste donc plus que la voie militaire pour régler les différends irano-américains, selon le site d'information Gazeta.ru. 

Toutefois, les États-Unis n'ont pas encore entamé le déploiement opérationnel des forces sur l'éventuel théâtre des opérations, c'est-à-dire la création des unités nécessaires pour le groupement opérationnel adapté. Or les forces du Pentagone présentes dans la région ne suffisent pas pour une frappe efficace contre l'Iran. C'est pourquoi les activités militaires entre Washington et Téhéran ne sont pour l'instant à évoquer que de manière hypothétique.

L'administration Trump considère l'Iran comme la menace principale pour la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient. Les alliés américains dans cette région explosive, Israël et l'Arabie saoudite, considèrent l'Iran comme leur ennemi principal. Enfin, Washington, Tel-Aviv et Riyad soupçonnent l'Iran d'élaborer une arme nucléaire.

C'est pourquoi le but militaro-politique principal des États-Unis et de leurs alliés consiste à réduire significativement le rôle de l'Iran au Moyen-Orient, à l'écarter de la scène politique en tant que leader régional et à le priver de la possibilité — même hypothétique — de posséder l'arme nucléaire.

Lire la suite

 

 

Des attaques de drone revendiquées par les rebelles houthistes visent des installations pétrolières saoudiennes

 

Des installations pétrolières ont été la cible d’attaques de drone, mardi 14 mai, en Arabie saoudite, contraignant Riyad à interrompre ses opérations sur un oléoduc majeur du royaume. Ces attaques ont été revendiquées par les rebelles houthistes pro-iraniens au Yémen voisin, où des forces saoudiennes aident le pouvoir dans sa guerre contre ces insurgés.

Tôt mardi, deux stations de pompage ont été visées par des « drones armés », ce qui a provoqué un « incendie » et des « dégâts mineurs » sur une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé, a rapporté Khaled Al-Falih, le ministre de l’énergie de l’Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole du monde. Le géant pétrolier Saudi Aramco « a interrompu temporairement les opérations sur l’oléoduc » est-ouest reliant la Province orientale au port de Yanbu sur la mer Rouge, a-t-il ajouté, tout en précisant que la production et les exportations n’avaient pas cessé.

Lire la suite

 

 

Londres craint qu'un conflit n'éclate «par accident» dans le Golfe arabo-persique

 

L'escalade des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran inquiète Londres. Le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt n'a pas exclu le risque d'un conflit «par accident» dans le Golfe arabo-persique où Washington renforce sa présence militaire.

La Grande-Bretagne n’a pas écarté le 13 mai le risque d’un conflit «par accident» dans le Golfe arabo-persiqueen raison du regain de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. «Nous sommes très inquiets du risque qu'un conflit se produise par accident en raison de l'escalade des tensions. Nous allons partager ces préoccupations avec nos partenaires européens et avec Mike Pompeo», a déclaré Jeremy Hunt à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à laquelle s'est invité le secrétaire d'Etat américain.

Lire la suite

 

 

Une militante afghane pour les droits des femmes assassinée en pleine rue à Kaboul

 

Mina Mangal, militante féministe et femme politique afghane, a été criblée de balles par deux hommes à Kaboul le 11 mai, alors qu'elle se rendait au Parlement pour travailler. Elle avait confié craindre pour sa vie quelques jours plus tôt.

Une militante afghane pour les droits des femmes assassinée en pleine rue à Kaboul

En Afghanistan, la militante pour les droits des femmes Mina Mangal a été abattue à bout portant en plein jour à 7h du matin le 11 mai à Kaboul, alors qu'elle quittait son domicile. Les deux tueurs ont approché leur victime à moto avant de faire feu, mais aucun suspect n'a pour le moment été arrêté.

Quelques jours plus tôt, la jeune femme avait confié, dans un message publié sur Facebook, faire l'objet de menaces de mort et craindre pour sa vie. Elle y affirmait qu'une «femme forte ne d[evait] pas avoir peur de la mort».

Lire la suite

 

 

Chaîne TV des Frères musulmans au Royaume-Uni : L’attentat du Sri-Lanka a réparé une injustice

 

La présentatrice égyptienne Fayrouz Halim a déclaré dans une émission diffusée le 26 avril sur Hiwar (Royaume-Uni) que s’il est vrai que les terroristes du Sri Lanka n’étaient pas eux-mêmes des victimes directes de l’injustice, ils s’identifiaient aux victimes et les vengeaient. Précisant qu’elle ne justifiait pas les attaques du Sri Lanka, elle a considéré que se mettre à la place des assaillants était un bon exercice, critiquant le silence des médias face aux familles tuées par les forces de la coalition en Syrie.

Pour sa part, l’animatrice de télévision algérienne Sara Boukabouya a déclaré qu’étant victimes de l’injustice, certains musulmans ne ressentaient plus de compassion pour les autres. Elle a affirmé que ces attentats étaient voulus par les agences de renseignements occidentales qui, selon elle, ont créé l’Etat islamique. L’Occident a fondé l’EI pour pouvoir continuer à gouverner le monde et pour pousser des innocents à se livrer bataille, a-t-elle tenté d’expliquer.

Hiwar TV est une chaîne de télévision affiliée aux Frères musulmans et émettant depuis le Royaume-Uni. Extraits :

Lire la suite

 

Note: le complot croisé ! c'est jamais leurs fautes, ils ne se remette jamais en question, c'est toujours la fautes des autres !

 

Chef de milice chiite irakienne : L’EI faisait partie d’un plan américano-sioniste de conquête de l’Irak

Dans un discours diffusé le 4 mai 2019 sur la chaîne Al-Ahd (Irak), Qais Al-Khazali, chef de milice chiite irakien, a déclaré que la victoire contre l’Etat islamique était proche et que l’un des objectifs de la guerre contre cette organisation était de déjouer le « plan sioniste visant à diviser l’Irak et les pays de la région ». Il a affirmé que le dessein réel du plan saoudien-américain-sioniste était de conquérir l’Irak et qu’une « plus grande bataille » approchait. Al-Khazali a mentionné « les coutumes et les valeurs morales méprisables » telles que l’homosexualité, des ennemis de l’Irak. Extraits :

Qais Al-Khazali : L’un des objectifs de la guerre [contre l’Etat islamique] fut de déjouer le plan sioniste visant à diviser l’Irak et les pays de la région. Leur but était de passer de la Syrie à l’Irak, mais par la grâce d’Allah, ce plan a totalement échoué. Ce plan a échoué en Irak et la victoire a été totale contre lui. A présent, ce plan tire à sa fin en Syrie, et très vite, une victoire militaire totale sera annoncée. […]

Le véritable objectif du plan saoudien-américain-sioniste en Irak est de conquérir [ce pays]. Une guerre approche donc, mes frères. Nous ne sommes pas naïfs et lents d’esprit au point de penser que si l’EI est vaincu, l’Irak ne connaîtra pas d’autres menaces. Absolument pas. La plus grande bataille reste à venir. […]

Lire la suite

 

Note : sur les chaines arabo-musulmane c'est a peut prés tous les jours comme cela. C’est pas la faute de leurs textes sacrés, c'est toujours la fautes des autres , le grand complot contre l'Islam !

 

Belgique : un tract communautariste du parti Ecolo enflamme la campagne électorale

 

« Hallucinant », « scandaleux », « racolage communautaire », « double discours »: un tract distribué par Ecolo au marché de Laeken enflamme la campagne.

Un tract, distribué par Ecolo sur le marché de Laeken ce mercredi matin, enflamme la campagne. Le parti vert y est taxé par ses rivaux de « prosélytisme » et de « racolage communautaire ».

La campagne bat son plein et le tract politique y reste un outil très précieux dans l’arsenal des partis. Notamment pour démarcher le citoyen indécis. Et le moins qu’on puisse écrire, c’est que celui distribué par Ecolo sur le marché de Laeken (nord de Bruxelles) ce mercredi matin fait polémique…

Epinglé sur Twitter par le polémiste Michel Henrion (RTL-TVi), on peut y lire le parti vert communiquer sur un seul et unique thème : « les positions des partis concernant les libertés de culte à Bruxelles ». Le tract se veut didactique et comparatif, sourcé à partir d’articles journalistiques et de tests électoraux notamment organisés sur les sites de La Libre Belgique et La Dernière Heure. Il précise si « Oui » ou « Non » Ecolo, PTB, PS, MR, CDH et Défi se prononcent en faveur de thématiques comme le « port du foulard islamique aux guichets des administrations », « le libre choix des jours de congé par les parents d’élèves en fonction de leurs convictions », « le maintien de l’heure de cours de religion ou de morale », ainsi que « le port du foulard à l’école par les élèves ». […]

DHnet.be

 

Note "cour de religion et de morale" ! en Islam la morale c'est de coupé les têtes des ennemies de l’Islam  et coupés une main aux voleurs 

 

Cour de justice européenne : Même les réfugiés ayant commis des crimes graves peuvent échapper à l’expulsion

 

La plus haute juridiction de l’UE a rendu sa décision: Le statut de réfugié protège contre l’expulsion même en cas de crimes graves. Trois demandeurs d’asile, à qui la reconnaissance dans les pays de l’UE avait d’abord été refusée, avaient intenté une action en justice. […]

Le retrait ou le refus d’asile n’affecte pas le droit à la protection en vertu de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés et des droits fondamentaux de l’UE, a déclaré mardi la Cour de justice européenne à Luxembourg.

Cette décision fait suite aux plaintes de trois demandeurs d’asile que la Belgique et la République tchèque ont respectivement refusés de reconnaître après avoir été condamnés pour des crimes particulièrement graves. La Cour de justice européenne devait clarifier si le retrait du statut de réfugié en vertu des règles de l’UE est compatible avec la Convention de Genève et les droits fondamentaux de l’UE.

Les juges rappellent tout d’abord que les étrangers qui craignent, avec raison d’être persécutés dans leur pays d’origine, doivent être considérés comme des réfugiés au sens de la Convention de Genève. Cela s’applique indépendamment du fait que ce statut leur ait été formellement accordé ou non en vertu du droit de l’UE.

En outre, en vertu de la Charte des droits constitutionnels de l’UE, les personnes ne devraient pas être expulsées vers un pays où elles risquent la torture ou des peines inhumaines ou dégradantes. Le comportement de la personne concernée – y compris le comportement criminel – ne joue aucun rôle. Ici, la protection offerte par les règles de l’UE va au-delà de celle de la Convention sur les réfugiés.

[…]

La République tchèque a privé un réfugié tchétchène de son statut de réfugié après avoir été condamné à neuf ans de prison pour vols et extorsions répétés. En Belgique, un homme de la Côte d’Ivoire a été condamné à quatre ans pour avoir violé une mineure et un homme du Congo a été condamné à 25 ans pour vol avec meurtre intentionnel. Leur statut de réfugié a été refusé ou retiré.

(Traduction Fdesouche)

Welt.de

 

 

Eric Kaufmann, politologue : « Sous l’effet de l’immigration, la majorité blanche (en Occident) sera progressivement remplacée par une majorité de minorités »

 

Eric Kaufmann, politologue : « Sous l’effet de l’immigration, la majorité blanche sera progressivement remplacée par une majorité de minorités. »

Pour lutter contre la droite populiste, le politologue canadien Eric Kaufmann propose de céder à ce que réclament ses partisans : moins d’immigration.

Eric Kaufmann, un Canadien qui enseigne la politique à l’Université de Londres, n’est pas du genre à éviter les sujets délicats. « Nous devons parler d’identité blanche », écrit-il dès la première ligne de Whiteshift, une brique de 500 pages qui aborde sans détour les thèmes de l’immigration, du populisme et, bien entendu, de l’identité blanche.

Dans ce cas, comment expliquez-vous la montée du populisme que nous observons en Occident ?

Nous vivons une période rapide et intense de changement ethnique. Les projections démographiques montrent que, sous l’effet de l’immigration, des mariages mixtes et de la natalité, la majorité blanche sera progressivement remplacée par une « majorité de minorités ». Or, à mesure que la majorité blanche décline, elle prend conscience de la précarité de sa position et devient plus défensive. Aux États-Unis, 75 % des électeurs blancs de Trump réclament moins d’immigration. Chez les partisans du Brexit, c’est 90 %. Et dans un sondage, tous les sympathisants — 100 % ! — du parti populiste AFD [principale opposition en Allemagne] étaient en accord avec l’affirmation « l’Allemagne perd sa culture ». Ce n’est pas l’économie qui motive le vote, mais les valeurs culturelles et identitaires

(…)

Vous affirmez qu’il est légitime d’avoir un sentiment d’appartenance à la majorité blanche. Que voulez-vous dire exactement ?

Je ne parle pas de la race, qui est une catégorie basée sur l’apparence physique, mais du groupe ethnique. Par exemple, les Blancs américains sont issus de différents groupes européens qui se sont mélangés pour former la majorité actuelle. Avoir un sentiment d’attachement modéré à son identité blanche est légitime, comme il est légitime d’être attaché à son identité noire ou chinoise. Évidemment, les Blancs ont un passé : l’esclavagisme, le colonialisme… Des gestes atroces ont été commis et il faut en reconnaître la responsabilité. Mais affirmer, comme certains activistes le font, que l’identité blanche est contaminée et qu’il est honteux de s’y reconnaître, c’est complètement névrosé ! De tels commentaires suscitent, une fois de plus, du ressentiment chez une partie de la population, et cela joue un rôle dans l’élection des populistes.

On peut être fier d’être blanc, on peut réduire l’immigration… De telles idées ne risquent-elles pas de légitimer le discours de la droite populiste ?

Bien au contraire. Si nous ne parlons pas de ces sujets, quelqu’un d’autre le fera et ce sera la droite populiste. Mieux vaut avoir une discussion calme et raisonnable que de leur laisser toute la place. Mon livre n’est d’ailleurs pas apprécié par l’extrême droite, qui voit la « majorité de minorités » dont j’annonce la venue comme un « génocide blanc ».

Êtes-vous optimiste ou pessimiste quant à notre capacité de discuter calmement d’immigration et d’identité blanche ?

Dans l’état actuel des choses, où la gauche continue de stigmatiser la majorité blanche et les conservateurs culturels avec sa large définition du racisme, je m’attends à ce que le problème empire. Il faut que la gauche devienne plus modérée, mais il y a une résistance énorme parmi les activistes.

(…) L’actualité

Commenter cet article

kyrEn 16/05/2019 00:43

Comme Londres il y a de quoi craindre qu'un conflit n'éclate, même «par accident», dans le Golfe arabo-persique... en fait les USA favorables à une doctrine de frappes préventives, y compris nucléaires, pourraient glisser vers cette logique mortifère.
D'aucun pourrait croire que l'ennemi potentiel serait la Russie (ou la Chine) mais en fait, si un jour la Russie avait à répondre de façon massive contre les USA, c'est que le monde aurait intégré l'idée que les USA passeraient à l'acte... et quel serait le meilleur candidat aujourd'hui pour l'application de cette doctrine (excepté la Corée du Nord): je crois bien que cela serait la Perse, surtout si elle est poussée à une faute haineuse.