Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 22 mars 2019

 

Pyongyang se retire du bureau de liaison intercoréen, la fin d'un "symbole de paix" ?

 

Le bureau de liaison intercoréen, considéré comme "un symbole de paix" par le  ministre sud-coréen de l'Unification Cho Myoung-gyon lors de son ouverture, a du plomb dans l'aile.

 

Pyongyang se retire du bureau de liaison intercoréen, la fin d'un "symbole de paix" ?

La Corée du Nord a en effet retiré son personnel du bureau, a annoncé vendredi la Corée du Sud, quelques semaines après l'échec du deuxième sommet entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, le 28 février à Hanoï.

Ce bureau de liaison, situé dans la ville nord-coréenne de Kaesong avait ouvert en septembre 2018 dans le cadre d'un spectaculaire rapprochement dans la péninsule.

"Nous regrettons la décision du Nord"

Le vice-ministre sud-coréen de l'Unification Chun Hae-sung a déclaré aux journalistes que la Corée du Nord avait "notifié le Sud qu'elle se retirait du bureau de liaison". La décision a été prise "en accord avec un ordre venu de la hiérarchie", a-t-il précisé, ajoutant :

"Ils ont dit qu'il leur était égal que nous restions ou pas dans le bureau de liaison." Lire la suite

 

 

Trump: «Il est l'heure» pour les USA de reconnaître le Golan comme partie d’Israël

 

Sur son fil Twitter, le chef de la Maison-Blanche a jugé nécessaire pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan.

L'heure est venue pour Washington de reconnaître le plateau du Golan en tant que partie de l'État d'Israël, a estimé jeudi le Président américain Donald Trump sur sa page Twitter.

«52 ans après, il est l'heure pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur les hauteurs du Golan qui sont d'une importance stratégique essetielle pour la sécurité de l'État d'Israël et la stabilité régionale!», a lancé le leader américain.

Des soldats israéliens dans le Golan occupé par Israël

Ces déclarations font suite au récent appel du chef du gouvernement hébreu Benjamin Netanyahou, qui a invité la communauté internationale à reconnaître l'emprise israélienne sur le Golan. En réaction au message de M.Trump, le Premier ministre israéien a remercié le Président US pour son acte «courageux», également sur Twitter.

Lire la suite

 

 

 

La Syrie dénonce la position de Trump sur le Golan

 

L’annonce de Donald Trump en faveur d’une reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupée a suscité de premières réactions dans le monde arabe. Le gouvernement syrien a dénoncé, vendredi 22 mars, « des propos irresponsables » et le « soutien aveugle des Etats-Unis ». Les déclarations du président américain ne changent rien à « la réalité que le Golan est et restera syrien », a affirmé une source officielle, citée par l’agence de presse SANA, ajoutant que Damas reste déterminé à récupérer le plateau par « tous les moyens possibles ».

La Coalition nationale syrienne (CNS), la principale plate-forme d’opposition au régime d’Assad, a également publié un communiqué qui « condamne avec la plus grande fermeté » la reconnaissance américaine, « contraire au droit international ». Elle affirme que ce geste « compromettra toutes les possibilités de stabilité et de paix et incitera à plus de guerres et de destructions dans notre région ».

Lire la suite

Lire aussi : Paris: reconnaître le Golan comme israélien «serait contraire au droit international»

 

 

Israël fait fermer jusqu’à nouvel ordre un centre culturel français

 

Les autorités israéliennes ont fait fermer ce matin à Jérusalem un centre culturel français où devait se tenir une manifestation culturelle avec des Palestiniennes, a indiqué à l’AFP une source au sein du consulat général de France. Selon l’ordre des autorités israéliennes affiché sur la porte close de l’entrée du bâtiment, le centre culturel devait héberger un événement, organisé avec une association de femmes de Jérusalem, qu’Israël accuse d’être «sponsorisé ou financé par l’Autorité palestinienne» et «sans autorisation».

Des forces de police israéliennes ont fait intrusion dans le centre culturel français de Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël, et ont ordonné l’évacuation des personnes qui s’y trouvaient et sa fermeture jusqu’à nouvel ordre, a expliqué la source du consulat. Toutes les activités de l’Autorité palestinienne à Jérusalem sont considérées comme illégales par Israël. Le consulat n’a pas pu confirmer si l’association était effectivement financée par l’Autorité palestinienne, mais des Palestiniennes qui devaient participer à l’événement ont qualifié ces accusations de «mensonge».

 

 

Un rapport accusant Israël de crimes de guerre à Gaza adopté par l’ONU

 

Le conseil des droits de l’Homme des Nations unies a voté vendredi l’adoption d’un rapport accusant Israël de crimes contre l’humanité pour sa gestion des manifestations violentes sur la frontière avec la bande de Gaza.

Vingt-trois pays ont voté en faveur de cette mesure contre neuf qui s’y sont opposés. Quatorze pays se sont abstenus. Un était absent

Les pays qui se sont prononcés contre l’adoption de ce rapport sont l’Australie, l’Autriche, le Brésil, la Bulgarie, la République tchèque, les îles Fidji, la Hongrie, le Togo et l’Ukraine.

La décision a été condamnée par le ministère des Affaires étrangères israélien qui a clamé qu’une « majorité morale » n’avait pas voté en faveur de la mesure.

« Les dictatures et les hypocrites ont voté pour ce rapport pro-terroriste et pro-Hamas absurde et singularisant », a commenté sur Twitter le porte-parole Emmanuel Nahshon.

Lire la suite

 

 

 

La France frappera de nouveau la Syrie «si c’est nécessaire», affirme Florence Parly

 

La France s’est dit prête à frapper de nouveau la Syrie en cas de besoin, a déclaré la ministre française des Armées, Florence Parly, prenant la parole lundi devant l’Atlantic Council.

S'exprimant à l'Atlantic Council lundi, Florence Parly, ministre française des Armées, a affirmé le soutien de l'État à son allié transatlantique —les États-Unis- et a ajouté que Paris pourrait attaquer à nouveau la Syrie si elle le jugeait nécessaire:

«J'ai un message plus large, un message simple: vous pouvez compter sur nous. Nous serons là non seulement pour les guerres d'aujourd'hui, mais aussi pour celles de demain. […] Quand le Président syrien Bachar el-Assad a utilisé des armes chimiques, la France et le Royaume-Uni étaient aux côtés des États-Unis pour mener des frappes de précision sur les installations de fabrication de produits chimiques. Nous le ferons encore, si nécessaire», a déclaré Mme Parly.

L'intervention de la ministre visait à défendre la proposition d'Emmanuel Macron de créer une armée européenne, critiquée, d'ailleurs, par le Président américain.

«L'autonomie devrait être une variante de l'amitié et l'autonomie européenne ne devrait pas inciter les États-Unis à être moins engagés. Bien au contraire, les États-Unis et l'Europe ont plus en commun que quiconque. […] Nous menons les mêmes guerres», a fait savoir Mme Parly.

Lire la suite

 

 

Deuil en Irak: près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul

 

Près de 100 personnes, en majorité des femmes et des enfants, ont péri jeudi dans un naufrage sur le Tigre à Mossoul, en pleine célébration du Nouvel An kurde et de la Fête des Mères, l'accident le plus meurtrier en Irak ces dernières années.

Lire l'article

 

L’imam Shaaban Aboubadria de Minneapolis réagit au massacre en Nouvelle-Zélande : La civilisation occidentale repose sur l’effusion de sang et le terrorisme

 

L’imam Shaaban Aboubadria a déclaré dans un sermon du vendredi prononcé le 15 mars 2019 au Centre islamique Masjid Al-Huda de Minneapolis, Minnesota, que les civilisations non musulmanes ignoraient tout de la tolérance et que la civilisation occidentale reposait sur l’effusion de sang, le meurtre et le terrorisme. Il a ajouté que le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi était un « fils de terroriste » qui exécute « l’ordre du jour sioniste-croisé » des sionistes et des croisés templiers, tyranniques et criminels.

Il a encore affirmé que « Quand un chien meurt, le monde entier est scandalisé, mais quand une nation entière meurt, c’est un sujet à débat… Nous nous sommes endormis avec le bombardement de Gaza et nous sommes réveillés avec le crime en Nouvelle-Zélande. »

La vidéo a été mise en ligne sur la page Facebook du centre Al-Huda. Pour plus d’informations sur l’imam Aboubadria, voir MEMRI en français clip No. 6735. Extraits : 

Lire la suite

 

Note: Je discute depuis suffisamment d'années avec des musulmans pour affirmer, que la majorité des musulmans pensent la mm chose que cet imam sur les sociétés occidentales. Pour eux nous sommes des criminels colonisateurs et perfides, mais malgré cela tous les musulmans veulent venir vivre chez nous ! 

 

 

Attentats à Christchurch: Une semaine après le carnage, des Néo-Zélandaises portent un foulard pour «l'unité» du pays

 

Une femme portant un foulard en signe de respect pour la communauté musulmane, le 22 mars 2019.
Une femme portant un foulard en signe de respect pour la communauté musulmane, le 22 mars 2019. — Michelle Hyslop / AFP

« Un foulard pour l’harmonie ». Sous ce slogan, de nombreuses Néo-Zélandaises non musulmanes ont revêtu un foulard islamique en signe de solidarité avec les 50 victimes de la tuerie de Christchurch. Une semaine après les attentats commis dans deux mosquées de la ville par un suprémaciste blanc, le pays reste uni dans le recueillement.

 

Les Néo-Zélandaises participent à l’hommage national. Rafaela Stoakes, 32 ans, a décidé de porter un foulard. Vendredi matin, elle a couvert la quasi-totalité de ses cheveux avec un long foulard rouge et blanc noué sous son menton et enfoncé dans son manteau. Comme elle, de nombreuses femmes à travers le pays ont comme elle choisi de porter un foulard pour dire leur rejet de toute forme de haine et exprimer leur solidarité avec la communauté musulmane. Certaines publiaient des photos d’elles ainsi voilées sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #HeadScarfforHarmony (« Foulard pour l’harmonie »).

Lire la suite

 

 

Attentat de Christchurch : les services secrets français enquêtent sur le tueur des mosquées

 

Avant de commettre son carnage dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, Brenton Tarrant est passé par la France. C’était en 2017. A-t-il alors été en contact avec des membres de l’extrême droite française ? La direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) cherche à le vérifier.

Les services de renseignements français mènent une discrète enquête sur le séjour de Brenton Tarrant dans l’Hexagone, en 2017. « Nous prenons très au sérieux tout ce qui touche à l’extrême droite, et des vérifications ont été lancées », confirme à Marianne une source gouvernementale. « A ce stade, même si une note a été rédigée à l’attention de l’Elysée, aucun détail ne filtre sur son voyage en France, mais nous devons savoir qui il a rencontré et dans quel cadre », ajoute cette source. Le jeune homme de 28 ans a-t-il noué des relations avec d’éventuels membres de la mouvance d’extrême droite française ?

Lire la suite

 

 

Tusk promet de nouveau «l’enfer» aux défenseurs du Brexit

 

Le président du Conseil européen n’a pas manqué l’occasion de rappeler aux promoteurs du Brexit qu’une place spéciale en enfer leur était toujours réservée.

Il y a toujours assez de place en enfer pour accueillir tous les responsables du pénible divorce entre le Royaume-Uni et l'UE, a insisté vendredi le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Donald Tusk
Début février, M.Tusk s'interrogeait déjà sur la «place spéciale en enfer» réservée aux partisans du Brexit qui, selon lui, n'avaient pas prévu les conséquences de ce divorce:

«Je me demande à quoi ressemble la place spéciale en enfer de ceux qui ont fait la promotion du Brexit sans même l'ébauche d'un plan pour le réaliser en toute sécurité», avait alors lancé Donald Tusk, après une rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar.

Lire la suite

 

 

 

 

Italie : Un Sénégalais met le feu à un bus rempli d’enfants pour « venger les migrants morts en Méditerranée »

 

Le 20 mars 2019

« C’est un miracle, cela aurait pu être un carnage. Les carabiniers ont été exceptionnels pour bloquer le bus et faire sortir tous les enfants », a déclaré à la presse le procureur de Milan, Francesco Greco, précisant ne pas exclure «l’hypothèse du terrorisme ».

Les 51 élèves de deuxième année de collège revenaient d’une sortie sportive avec trois accompagnateurs quand le chauffeur a subitement changé de trajectoire à San Donato Milanese et pris ses passagers en otage. «Personne ne sortira d’ici vivant», a-t-il lancé, selon le témoignage de plusieurs enfants.

(…) Le Figaro

Il s’appelle Ousseynou Sy, a 47 ans et est italien d’origine sénégalaise. Ce mercredi, ce chauffeur d’une ligne de bus de Milan a voulu perpétrer un massacre pour « venger les morts en mer ».

Alors qu’il conduisait son bus, dans lequel avaient pris place de nombreux enfants, l’homme a détourné celui-ci de son itinéraire, a attaché les enfants avec des câbles aux poignets et les a menacés d’un couteau. Heureusement, l’un d’eux a pu conserver son téléphone et former le numéro des urgences.

Plus de 100 carabiniers ont alors rapidement identifié et intercepté le bus et l’ont forcé à s’arrêter. Mais le chauffeur, qui avait caché des bidons d’essence, a répandu ceux-ci et a crié à l’attention des policiers qu’il faisait ce geste « pour venger les morts en mer« . Une référence aux migrants venu d’Afrique qui meurent en Méditerranée dans des embarcations de fortune en tenant de rejoindre l’Europe, alors que l’Italie leur refuse l’accès à son territoire.

Puis il a bouté le feu au bus avec les enfants toujours à l’intérieur. Les carabiniers ont alors cassé des vitres pour faire sortir ceux-ci. Ils s’en sortent finalement tous indemnes, mis à part quelques intoxications dues aux fumées. 12 enfants et 2 adultes ont été transportés à l’hôpital par mesure de précaution.

L’homme a des antécédents de conduite et état d’ivresse et de violences sexuelles. Ce qui a conduit le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini à se demander « pourquoi quelqu’un avec des antécédents pareils a-t-il pu devenir chauffeur de bus ».

Senego.com / RTL

 

 

La Suisse pourra expulser les terroristes même s’ils risquent la peine de mort

 

Expulser les terroristes vers leur pays d’origine, même s’ils risquent la peine de mort ou la torture : c’est la mesure adoptée en Suisse par la chambre haute de l’Assemblée fédérale. A peine voté, le texte fait déjà polémique.

Une décision controversée du Conseil des Etats, l’équivalent suisse du Sénat, crée des remous politiques en Suisse. Ses membres ont en effet voté une motion permettant l’expulsion des terroristes condamnés en Suisse vers leurs pays d’origine, même s’ils sont susceptibles d’y être torturés ou condamnés à la peine de mort. Le ministre suisse de la Justice, Karin Keller-Sutter, s’est indignée de cette décision, rappelant au passage cet extrait de la Constitution helvétique : «Nul ne peut être refoulé sur le territoire d’un Etat dans lequel il risque la torture ou tout autre peine ou traitement cruel et inhumain».

Cette motion va également à l’encontre de la Convention européenne des droits de l’homme et de la Convention de Genève, deux textes de référence en matière de défense des droits de l’homme. Cependant cette initiative parlementaire a pour but de répondre au conservatisme suisse, estime le reporter de RT France.

RT

 

41% des Français se sentent nationalistes, taux le plus élevé d’Europe, et 79% favorables à la préférence nationale (IFOP)

 

41% des Français se sentent nationalistes, taux le plus élevé d’Europe, et 79% favorables à la préférence nationale (Sondage Ifop).
– LCI, 22 mars 2019, 23h40

 

Lance-roquettes, cartouches, fusil-mitrailleur: les découvertes de la police à Saint-Denis

 

Plusieurs armes, dont un lance-roquettes et un fusil-mitrailleur, ont été découvertes ce lundi par la police dans trois immeubles distincts à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ce n’est pas la première fois qu’un tel arsenal est découvert dans ce département.

Trois arsenaux d'armes diverses ont été découverts ce lundi par les forces de l'ordre à plusieurs endroits de la cité Neruda à Saint-Denis, relate Le Parisien. Comme l'indique le quotidien français, ces découvertes ont été faites lors de vérifications en lien avec l'entretien des bâtiments.

Ainsi, «deux fusils de chasse et un fusil à lunette, cadenassé au niveau de la détente, et un sac contenant une centaine de cartouches de calibres 12 et 20 et des munitions de chasse» ont été retrouvés «rue de Chantilly, à deux adresses, aux 8e et 10e étages».

Lire la suite

 

 

Gilets jaunes et militaires se retrouveront-ils face-à-face? La Défense s’explique

 

La ministre de la Défense Florence Parly s’est exprimée pour le Parisien sur le déploiement des militaires de l’opération Sentinelle pour l’acte 19 des Gilets jaunes. Selon elle, la répartition des tâches sera claire entre militaires et policiers: le maintien de l’ordre public restera de la compétence de la police et de la gendarmerie.

Des soldats de l'opération Sentinelle seront affectés samedi 23 mars à la protection de bâtiments afin de libérer des forces mobiles de la police pour le maintien de l'ordre, a annoncé le gouvernement. La mesure a provoqué une polémique, obligeant la ministre des Armées Florence Parly à l'expliquer.

Lire la suite

 

 

 

Benalla aurait placé un proche à lui comme nouveau garde du corps de Macron

 

Le nouveau garde du corps d’Emmanuel Macron Christian Guédon «a continué à échanger avec Alexandre Benalla après son départ de l’Élysée», affirme Mediapart, précisant que c’est Alexandre Benalla qui l’a placé à l’Élysée «dans des conditions dérogatoires».

Le site Mediapart a enquêté sur Christian Guédon, le nouveau principal garde du corps d'Emmanuel Macron. Ainsi, le média rapporte que l'homme «a été intégré au sein du GSPR grâce à Alexandre Benalla et dans des conditions dérogatoires aux règles jusqu'ici en vigueur».

Lire la suite

 

Commenter cet article