Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 18 janvier 2019

 

 

 

Trump entérine le retrait américain de Syrie malgré l'attentat-suicide

 

 

 

Syrie : Bachar al-Assad en colère contre Erdogan

 

La construction d’une « zone de sécurité » au Nord de la Syrie rencontre ses premières oppositions. Bachard al-Assad s’oppose à cette initiative que dirigera le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

 

La solution d’établir une « zone de sécurité » en Syrie n’est pas du goût des autorités syriennes. Elles l’ont en effet fait savoir et condamnent la Turquie qui prend l’initiative de conduire cette œuvre.

 Pour les collaborateurs de Bachar al-Assad, le président Turc montre une nouvelle fois que « son régime ne traite qu’avec le langage de l’occupation et de l’agression ».

L’annonce d’instaurer une “zone de sécurité” sous contrôle de la Turquie dans le nord du pays, est une proposition conjointe des présidents Recep Tayyip Erdogan et Donald Trump. Cette initiative est intervenue comme étant la solution pour amoindrir les conséquences du départ des troupes américaines de la Syrie. Pour rappel, au lendemain de l’annonce du départ des soldats Américains de la Syrie, le président Recep Tayyip Erdogan a révélé ses intentions de lancer des attaques contre les Kurdes de Syrie. Ces Kurdes qui ont gardé des relations assez tendues avec le gouvernement Turc, combattaient également aux côtés des soldats Américains. Cette collaboration est dans le cadre d’un partenariat des YPG dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Source

 

Lire aussi: Turquie – Israël : Erdogan et Netanyahou s’écharpent à distance

 

Collision de deux chasseurs russes en plein vol en Extrême-Orient

 

Deux Su-34 sont entrés en collision ce 18 janvier alors qu’ils effectuaient des vols réguliers, en Extrême-Orient russe. Le ministère de la Défense russe a précisé que les équipages étaient parvenus à s’éjecter.

Selon un communiqué du ministère russe de la Défense, deux bombardiers stratégiques russes Su-34 se sont heurtés lors des exercices qu'ils effectuaient ce 18 janvier en Extrême-Orient. L'incident s'est produit au-dessus de la mer du Japon à 35 kilomètres de la côte, selon le ministère, qui ajoute que les équipages sont parvenus à s'éjecter. «Les avions n'étaient pas équipés de munitions», a précisé le ministère.

Lire l'article

 

 

Salvini exige de Macron l'extradition des militants d'extrême-gauche réfugiés en France

 

Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, demande à la France de lui rendre les activistes d'extrême gauche des années de plomb. Au regard de la loi française, la prescription de leurs crimes rendra les extraditions impossibles.

La tension ne cesse de monter entre Paris et Rome, après les désaccords des deux pays sur la crise migratoire survenus en juin. A cela s'ajoutent les récentes déclarations de soutien aux Gilets jaunes, Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur. Ce dernier est encore revenu à la charge en demandant à la France d’extrader d'anciens militants italiens d’extrême gauche des années de plomb, réfugiés en France, où ils ont bénéficié d'un régime de faveur. Mais dans l'Hexagone, la prescription des crimes dont ils sont accusés risque de doucher l'espoir de retour caressé par le patron de la Ligue. 

Lire la suite

 

 

Atlanta (Etats-Unis) : Le FBI arrête un homme qui préparait une attaque contre la Maison-Blanche

 

Au cours d’une conférence de presse de dernière minute, les enquêteurs fédéraux ont annoncé qu’une force opérationnelle jointe menée par le FBI, avait arrêté Hasher Jallal Taheb, 21 ans, de Cumming. L’enquête avait démontré qu’il voulait attaquer plusieurs bâtiments fédéraux à Washington, D.C.

Il avait été dénoncé à la police en mars 2018 car il s’était radicalisé, avait changé de nom, et qu’il prévoyait de partir pour l’étranger.

Il semble qu’il ait voulu voyager vers « hijrai« , un terme désignant le territoire contrôlé par l’EI […].

Après avoir tenté de vendre sa voiture pour financer ses voyages, il a dit à une source anonyme qu’il « souhaitait mener une attaque aux Etats-Unis contre des cibles comme la Maison-Blanche et la statue de la Liberté » […].

Une semaine plus tard, il rencontrait un agent infiltré, et élargissait les cibles potentielles d’attaque dans la région de Washington, indiquant qu’il souhaitait attaquer le monument à Washington, la Maison-Blanche, le Lincoln Memorial et une synagogue en particulier.

Taheb avait aussi précisé durant cette rencontre quelles armes il comptait acquérir, des armes semi-automatiques, des engins explosifs artisanaux, une roquette anti-char et des grenades à main. [D’après l’acte d’accusation], l’attaque contre la Maison-Blanche était prévue le 17 janvier.
[…] D’après Taheb, la roquette anti-char devait servir à forcer une porte et entrer. Taheb aurait déclaré vouloir faire le maximum de victimes et de dégâts, mentionnant spécifiquement les zones de la Maison-Blanche où opèrent les Services Secrets et la Sûreté Intérieure.

Les agents infiltrés lui ont donné rendez-vous mercredi, et l’ont arrêté.

[…] « L’enquête se poursuit, mais à ce stade nous croyons que Taheb agissait seul », estime Chris Hacker, agent spécial en charge du FBI à Atlanta…

WSB tv Atlanta

 

Allemagne : Un imam devient chrétien. « Ma famille et mes amis veulent me tuer. »

 

La persécution des chrétiens dans le monde augmente. L’année dernière, plus de 4 100 chrétiens ont été assassinés pour leurs convictions – comme l’indique l’agence de recherche Open Doors dans son World Tracker Index 2019. C’est 48% de plus qu’à la même période l’an dernier – et le nombre de cas non signalés est élevé.

Haroon Masih (34 ans, nom modifié) porte une perruque et une barbe factice. Il ne veut pas être reconnu parce qu’il est menacé de mort dans son pays d’origine. Il est passé de l’islam au christianisme. Il est menacé de mort dans son Pakistan natal. Sa famille l’a déclaré mort, elle ne veut rien savoir de lui.

« Personne ne m’aime, tout le monde veut me tuer. Même mes amis et ma famille », déclare Haroon au site d’information BILD. Des compatriotes ont également tenté de le tuer en Allemagne, sa nouvelle patrie. Le motif : Il était imam et il est chrétien aujourd’hui.

Le Pakistan se trouve au cinquième rang dans la triste liste des persécutions chrétiennes. Les chrétiens sont souvent accusés de blasphème, généralement arbitrairement – un propos négatif à l’encontre du prophète de l’islam ou une critique de l’islam suffit. On y risque la prison, voire la mort dans certains cas.

Selon Open Doors, pratiquer la foi chrétienne est un blasphème au Pakistan. Ce n’est qu’en Libye, en Somalie, en Afghanistan et en Corée du Nord que les conditions pour les chrétiens sont encore plus précaires.

 

 

Arabie saoudite - France: le client est roi

 

L'alliance Arabie saoudite - France peut-elle tenir? L'affaire Khashoggi et la guerre au Yémen ont écorné l'image du Royaume et affectent ses relations à l'international. Cependant, Paris entend poursuivre ses échanges avec Riyad. Mais Macron a-t-il vraiment le choix? Le Président de la Start-up Nation n'est-il pas aveuglé par les pétrodollars?

Macron devait se rendre en Arabie saoudite avant la fin de l'année 2018 pour signer de gros contrats.

Mais cette visite a dû être reportée à cause du meurtre de Jamal Khashoggi et de la sale guerre au Yémen. Malgré les déboires actuels de l'Arabie saoudite, qui pourraient perturber ses alliances, la France semble un partenaire plus fidèle que jamais. Si Emmanuel Macron évoque l'aspect stratégique de cette relation, les milliards saoudiens pourraient en fait dicter cette alliance…où le client est roi.

 

Eric Zemmour : « ce « pas d’amalgames » permet de ressusciter le blasphème »

 

 

 

 

Sputnik dénonce une censure «politique» de Facebook après son ménage sur le réseau

 

Sputnik dénonce une censure «politique» de Facebook après son ménage sur le réseau

Facebook a procédé à la suppression de plus de 350 pages et comptes pour «comportement fictif» qui seraient liés à la Russie. Parmi les victimes du nettoyage, plusieurs pages de l'agence d'information Sputnik. Cette dernière dénonce une censure.

Le 17 janvier, à travers un communiqué sur sa plateforme, Facebook a annoncé avoir supprimé plusieurs pages, groupes et comptes ayant «un comportement fictif sur Facebook et Instagram». Le célèbre réseau social a ainsi déclaré avoir procédé à la suppression de 364 pages Facebook et comptes liés à «un réseau né en Russie et opérant dans les pays baltes, d'Asie centrale, du Caucase et d'Europe centrale et orientale».

Lire la suite

 

 

 

Le Parlement européen veut frapper au portefeuille les États qui violent la démocratie : « Cet outil répond à l’émergence de gouvernements populistes. »

 

Les députés européens ont approuvé jeudi à Strasbourg la proposition de la Commission de conditionner les financements européens au respect des valeurs démocratiques de l’Union et de l’État de droit.

La nécessité de ce nouvel outil de sanction répond à l’émergence au sein de l’UE de gouvernements illibéraux, populistes ou associant l’extrême droite, qui réduisent les droits fondamentaux, entravent la justice ou tolèrent la fraude et la corruption.

En cas de « défaillance généralisée » de l’État de droit, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait proposé de frapper ces gouvernements au portefeuille, en gelant ou en restreignant leur accès au fonds d’aides de l’Union européenne.

[…]

Armé de ce texte, le Parlement va désormais négocier avec la présidence roumaine de l’UE pour tenter de faire adopter au plus vite la nouvelle réglementation, qui devrait entrer en vigueur pour le prochain programme budgétaire (2021-2027).

Lalibre.be

 

L’Autriche va durcir sa loi sur l’asile : Tout migrant ayant commis un délit même mineur sera expulsé. Kurz veut que toute l’Europe adopte cette position.

 

 

Le ministre autrichien de l’Intérieur, Herbert Kickl (FPÖ), a annoncé un renforcement de la législation sur l’asile. Le contexte est le suivant : le meurtre de quatre femmes en deux semaines. Trois crimes sur quatre sont le fait de migrants. « Nous avons une situation particulière », a déclaré M. Kickl, selon un rapport publié dans le Kronen-Zeitung. Cela exige « que nous réfléchissions à de nouvelles mesures ». Il ne veut pas se laisser « bâillonner par de vieux règlements » pour empêcher de tels actes sanglants.

Une mesure serait de renforcer la loi sur l’asile. Concrètement, toute forme de délit doit donner lieu à une procédure d’expulsion. Interrogé par les journalistes sur la question de savoir si cela devrait s’appliquer à tout vol à l’étalage, le ministre a répondu : « Plus le seuil est bas, mieux c’est ».

Selon la Convention des Nations Unies sur les réfugiés, les pays d’accueil ne peuvent expulser que les migrants condamnés pour « un crime particulièrement grave » tel que le meurtre, le viol ou le vol à main armée, mais pas pour des crimes moins graves.

« Les demandeurs d’asile criminels doivent être expulsés rapidement et d’où qu’ils viennent », a précisé le chancelier autrichien, Sebastian Kurz. Il considère qu’il est « très problématique » qu’un crime grave soit nécessaire pour expulser un migrant. « Cela n’est pas conforme au bon sens et n’a aucun sens pour la population autrichienne », a déclaré Kurz.

L’Autriche prévoit également de faire pression en faveur de changements similaires dans l’ensemble de l’Union européenne.

(…)

Junge Freiheit / Wiener Zeitung

 

 

Finlande : Scandale de viols de jeunes filles par des migrants, le président exprime son « dégoût », les Finlandais réclament des expulsions (MàJ)

 

Le nombre de crimes sexuels signalés aux autorités a augmenté de 13,8 % d’une année sur l’autre en Finlande en 2018, d’après Statistics Finland.

Le nombre de viols signalés aux autorités a augmenté de 7,5 % et le nombre de cas de harcèlement sexuel de près de 28 %.

Les autorités finlandaises ont également été informées de 1 363 cas d’abus sexuels sur des enfants, soit une augmentation de près de 17 % par rapport à l’année précédente.

La police finlandaise a mis en lumière ses statistiques préliminaires sur les crimes sexuels au début de cette semaine, indiquant que les étrangers étaient les auteur d’une part disproportionnée (25%) des crimes sexuels signalés en Finlande. Les ressortissants étrangers représentent moins de 5 % de la population totale du pays.

(…) Helsinki Times

 

Poitiers (86) : La croix d’un monument historique retirée au nom de la laïcité aurait fini à la déchetterie

 

Suite à une erreur humaine, la croix qui ornait l’ex-lycée des Feuillants a été égarée. Elle ne sera donc pas restituée à l’ensemble scolaire privé Isaac de l’Étoile.

Selon le souhait du maire de Poitiers Alain Claeys (ancien élève de l’établissement), cette croix dominant l’énorme ensemble immobilier de 38 mètres de hauteur édifié entre 1858 et 1864 devait être préservée, afin d’être ensuite remise à l’OGEC (organisme de gestion de l’enseignement catholique) Poitiers Nord gérant Isaac de l’Étoile. M. Misery confirme: « Nous avions retenu un site près de la chapelle du Porteau pour la mettre en valeur » sur le haut de la falaise donnant sur la vallée du Clain.
Cela ne se fera pas. « La croix a été perdue lors du premier semestre de l’année dernière », indique Marion Moraes, responsable de la communication de l’APIJ. « L’entreprise a procédé à un changement de l’espace de stockage et c’est lors de ce transfert que la disparition de la croix a été constatée ». Elle aura sans doute été détruite ou mise en déchetterie par erreur.
Rappelons que l’ensemble d’enseignement privé Isaac de l’Étoile a pu être édifié au Porteau grâce au montant de la vente du site des Feuillants. En prévision de l’aménagement de la cité judiciaire (*), la Ville de Poitiers, avec une subvention à hauteur de 50% du conseil départemental, avait acheté cet ensemble de 18. 000 m² en 2009 pour trois millions d’euros.

La croix ne pouvait rester en place en raison de l’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation de l’église et de l’État. Il stipule « qu’il est interdit d’élever ou d’apposer un signe ou emblème religieux sur les monuments publics ».
Le jeudi 7 juillet 2017, une équipe de la société Blanchon (de Haute-Vienne) avait procédé avec grands soins à l’enlèvement de la croix en question. Le monument de 200 kg environ en pierre calcaire avait été dégagé de son socle par une grue du chantier. Après un court passage dans les airs, la croix arrivait à terre sans encombre. Elle avait ensuite été stockée dans l’attente de son acheminement vers le Porteau. La suite est désormais connue…

 

Guben (All.) : Un conflit dégénère dans un foyer pour demandeurs d’asile. Deux employés sont attaqués à la hache.

 

Une dispute au foyer des demandeurs d’asile de Guben a dégénéré. Des résidents ont été blessés, des employés de l’établissement ont été attaqués à la hache.

Mardi après-midi, après une dispute au foyer de demandeurs d’asile, deux hommes ont dû être soignés en ambulatoire. Le conflit a été précédé d’une dispute au cours de laquelle un Syrien de 20 ans a blessé un compatriote de 22 ans avec un couteau.

Un Syrien de 26 ans a été mordu à l’épaule.

Selon la police, deux employés du foyer des demandeurs d’asile ont tenté de faire office de médiateurs, mais ils ont été attaqués par le jeune homme de 22 ans avec une hache.

Ils ont pu se mettre à l’abri dans un bureau dont la porte a été endommagée. Un suspect s’est enfui. Il a été retrouvé dans un train entre Guben et Cottbus et a été placé en détention, à l’instar du jeune homme de 20 ans. D’autres enquêtes sont actuellement menées par le service des enquêtes criminelles.

Lr-online.de

 

Gilets Jaunes : un policier met en cause le gouvernement

 

Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour « déloyauté », il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers.

Commenter cet article