Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

___________________________

Le 20 Décembre 2018

 

 

 

Donald Trump décide de retirer tous ses soldats de Syrie

 

À l'écoute de ses «instincts» et convaincu que les États-Unis n'ont rien à faire en Syrie, Donald Trump passe à l'acte. Depuis la campagne électorale, il promet d'en rapatrier les troupes américaines dès la défaite de l'État islamique (EI). Ce dernier serait désormais confiné sur une infime portion de son ancien territoire. Le président américain ne prête donc plus l'oreille aux généraux qui l'avaient convaincu au printemps dernier de ne pas déserter avant une victoire complète. Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, Donald Trump a estimé que l'heure était venue de ramener «à la maison» les soldats américains déployés en Syrie. «Nous avons gagné», martèle le président américain face caméra. «Nos garçons, nos jeunes femmes, nos hommes, ils rentrent tous, et ils rentrent tous maintenant», a-t-il ajouté.

«Le Pentagone a reçu l'ordre de retirer les troupes de Syrie le plus rapidement possible», a déclaré mercredi une source officielle au Wall Street Journal. Selon le New York Times, le secrétaire à la Défense, James Mattis, et d'autres responsables militaires ont tenté de dissuader Trump de procéder à un retrait total, qu'ils jugent prématuré et contre-productif. Une telle décision reviendrait à abandonner les alliés kurdes des États-Unis, à la merci d'une nouvelle offensive de la Turquie évoquée ces derniers jours par le président Recep Tayyip Erdogan. Elle laisserait également le champ libre à la Russie et à l'Iran, alliés de Bachar el-Assad, en contradiction avec les efforts de Washington pour isoler Téhéran. Elle pourrait enfin favoriser une résurgence de l'EI, qui mène toujours des actions de guérilla avec quelque 2000 combattants le long de la frontière syro-irakienne.

Dans un communiqué publié mercredi par la porte-parole Sarah Sanders, la Maison-Blanche tente d'éviter ces écueils. Elle affirme avoir déjà «commencé à rapatrier les forces américaines» parce que «les États-Unis ont vaincu le califat territorial» de Daech. Mais elle indique que cela «ne signale pas la fin de la coalition ou de sa campagne», seulement «une transition vers la prochaine phase», laquelle n'est pas spécifiée. Washington «reste prêt à se réengager à tous les niveaux pour défendre les intérêts américains». Ainsi, les États-Unis s'en vont ; mais ils seraient prêts à revenir. Leur décision n'affecterait pas la campagne de raids aériens menés depuis le Qatar. Et ils maintiennent quelque 5200 soldats en Irak voisin.

Lire la suite sur Le Figaro et voir la vidéo

 

 

» LIRE AUSSI - Donald Trump aux prises avec ses contradictions en Syrie

 

Après l'annonce du retrait américain, la France déclare qu'elle restera engagée en Syrie

 

Au lendemain de l'annonce du retrait américain, de nombreuses chancelleries occidentales ont réagi. La France a fait savoir, par la voix de ses ministres des Affaires européennes et des Affaires étrangères, son intention de rester engagée en Syrie.

La France «reste» militairement engagée en Syrie, selon le ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, après l'annonce du retrait des troupes américaines stationnées dans le pays.

«Pour le moment bien sûr, nous restons en Syrie», a ainsi déclaré le ministre sur la chaîne d'information en continu CNEWS, interrogée sur le retrait américain annoncé la veille par le président Donald Trump, à la surprise générale. Quelque 2 000 soldats américains seraient actuellement déployés dans le nord de la Syrie.

Lire la suite

 

 

 

Le retrait des troupes US de Syrie: une «catastrophe», selon l'opposition syrienne

 

La décision des États-Unis de retirer leurs troupes de la Syrie a été critiquée par les Forces démocratiques syriennes qui estiment qu'il est encore trop tôt de déposer les armes dans la lutte contre le terrorisme

Les dirigeants des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont décrit la décision des États-Unis de retirer leurs troupes de la Syrie comme une catastrophe pour les espoirs de tous les peuples de la région et une motivation pour les terroristes à devenir plus actifs, annonce le service de presse des FDS dans un communiqué.

«La décision des États-Unis portera un coup direct aux aspirations d'en finir une fois pour toutes avec Daech, elle aura des conséquences sérieuses et mènera à la stabilité. En outre, cette décision constituera une catastrophe pour les espoirs des peuples de la région en matière de sécurité», indique le communiqué.

Lire la suite

 

 

Poutine sur le retrait des troupes US de Syrie: «Je ne sais pas ce qui en est»

 

Soulignant que la présence des Forces armées des États-Unis en Syrie était illégale, le Président russe a salué la décision de Donald Trump de les retirer de ce pays arabe. D'ailleurs, Vladimir Poutine a fait remarquer que malgré les déclarations de Washington sur le retrait de ses troupes d'Afghanistan, ces dernières y restent depuis 17 ans.

Compte tenu que la présence des troupes américaines en Syrie était «illégale» et n'était pas nécessaire, Vladimir Poutine a qualifié de «bonne» la décision de Donald Trump de retirer les militaires américains du pays proche-oriental.

Cependant, le Président russe a appelé à attendre le moment où les troupes quitteront effectivement la Syrie.

«En ce qui concerne le retrait des troupes américaines, je ne sais pas ce qui en est. Les États-Unis sont présents en Afghanistan depuis 17 ans. Et presque chaque année ils parlent de retirer leurs troupes. Mais ils y sont toujours présents», a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse annuelle à Moscou.

«Nous ne voyons pas encore les indices du retrait des troupes américaines, mais j'admets que cela est possible», a ajouté Vladimir Poutine.

Lire la suite

 

 

Vladimir Poutine met en garde contre le risque d’une «catastrophe nucléaire»

 

Lors de la grande conférence de presse annuelle, le Président russe a averti des tendances qui peuvent mener à une «catastrophe nucléaire». Selon lui, le risque de ce scénario est sous-estimé.

La baisse du seuil d'utilisation d'armes nucléaires peut mener à une «catastrophe nucléaire», a déclaré le Président russe jeudi, lors de sa 14e grande conférence de presse annuelle.

«Il y a une tendance à la baisse du seuil d'utilisation [d'armes nucléaires, ndlr]. Il y a des idées de créer des ogives nucléaires de faible puissance. Dans ce cas, il ne s'agit pas d'une utilisation globale mais d'une tactique. Mais la baisse du seuil peut entraîner une catastrophe nucléaire mondiale», a-t-il précisé.

Il a également indiqué que le danger de ce scénario était sous-estimé.

«Cela semble impossible et pas si important. Mais, que Dieu nous en garde, si quelque chose de ce genre se produit, cela peut mener à la mort de notre civilisation ou, plus probablement, de notre planète», a-t-il martelé.

Lire la suite

 

 

Maroc : deux touristes Scandinaves assassinées, la piste terroriste envisagée

 

Une Norvégienne et une Danoise ont été assassinées au Maroc. L'une d'entre elles aurait été décapitée, tandis que l'autre portait une plaie importante à la gorge. L'enquête naviguerait entre les motifs islamiste et sexuel.

Maroc : deux touristes Scandinaves assassinées, la piste terroriste envisagée

La police marocaine envisage la «piste terroriste» après le meurtre d'une Norvégienne et d'une Danoise dans le sud du Maroc, du fait du profil du suspect arrêté et de ses trois complices présumés, actuellement en cavale, a appris l'AFP de sources concordantes.

«La piste terroriste n'est pas à écarter. Les investigations se poursuivent» après la découverte des corps des deux randonneuses danoise et norvégienne 17 décembre dans une vallée du Haut-Atlas, a déclaré à l'AFP Boubker Sabik, le porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). «La piste radicale islamiste n'est pas écartée, du fait du profil du suspect arrêté et des trois hommes recherchés [...] qui ont des liens avec le milieu islamiste radical», a par ailleurs déclaré à l'AFP une source proche du dossier.

Le suspect arrêté le 17 décembre dans un quartier populaire de Marrakech «appartient à un groupe extrémiste», selon un communiqué du procureur général du roi près la Cour d'appel de Rabat. Les trois autres hommes recherchés «ont été identifiés et sont activement recherchés par tous les services sécuritaires», a précisé Boubker Sabik. L'un des trois a un «passé judiciaire lié à des actes terroristes», a précisé la source proche du dossier.

Lire la suite

Nouveau développement dans l’affaire du meurtre des deux touristes scandinaves dans le Haouz. Selon des sources sécuritaires contactées par TelQuel, les enquêteurs étudient la possibilité que des terroristes affiliés à Daech soient à l’origine du crime. Les services de sécurité ont diffusé trois portraits robots en vue de retrouver trois suspects, tous de nationalité marocaine. Un quatrième suspect a, pour rappel, été interpellé le 18 décembre.

Ces révélations interviennent alors que de supposées vidéos du meurtre des deux jeunes femmes âgées de 24 et 28 ans commencent à circuler sur Internet. Celles-ci sont actuellement analysées par les autorités pour déterminer leur authenticité.

[…]

TelQuel

(…) Les autorités danoises ont authentifié une vidéo circulant sur les réseaux sociaux : celle-ci montre l’une des touristes scandinaves hurlant de douleur alors qu’un homme la décapite avec un long couteau.

(…) Sky News

Trois hommes recherchés ont été arrêtés à Marrakech, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier. Les autorités marocaines avaient déjà arrêté lundi à Marrakech un premier suspect appartenant à « un groupe extrémiste », quelques heures après la découverte des corps des deux jeunes randonneuses. Les enquêteurs avaient diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi un avis de recherche des trois suspects alors en cavale. Tous les trois sont originaires de Marrakech, selon cet avis, et l’un d’eux a des antécédents judiciaires « liés à des actes terroristes« , selon les informations obtenues par l’AFP.

(…) RTL.be

 

New-York : le Canadien Abdulrahman El Bahnasawy qui planifiait des attentats condamné à 40 ans de prison

 

Un djihadiste canadien de 20 ans a été condamné mercredi à 40 ans de prison pour avoir planifié en 2016 des attentats à New York, évités grâce à l’intervention d’un agent infiltré du FBI, a indiqué le procureur fédéral de Manhattan.

Arrêté en mai 2016 dans l’État du New Jersey, Abdulrahman El Bahnasawy avait reconnu cinq mois plus tard avoir co-planifié ces attentats au nom de l’organisation État islamique (EI). Ils devaient frapper Times Square et le métro new-yorkais pendant le mois du ramadan, entre début juin et début juillet 2016.

El Bahnasawy aspirait, selon ses propres mots, à « créer un nouveau 11-Septembre ». […]

Abdulrahman El Bahnasawy avait plaidé coupable en octobre 2016 de sept chefs d’accusation, dont trois lui faisaient risquer la prison à perpétuité.

Les États-Unis, qui n’avaient révélé l’existence de ces attentats avortés qu’en octobre 2017, espèrent l’extradition prochaine des deux complices présumés d’El Bahnasawy : un Américain arrêté en septembre 2016 au Pakistan, Talha Haroon, qui prévoyait selon la justice d’arriver aux États-Unis au dernier moment pour aider Abdulrahman El Bahnasawy à perpétrer les attentats ; et un Philippin, nommé Russell Salic, arrêté aux Philippines en avril 2017, accusé d’avoir envoyé de l’argent pour financer l’opération.

Les deux hommes ont combattu jusqu’ici leur extradition.

Lors d’une audience en octobre 2017 aux Philippines, M. Salic, 38 ans, avait affirmé que ses comptes sur les réseaux sociaux, dont le FBI affirmait qu’ils témoignaient de son soutien à l’EI, avaient été piratés.

Et au Pakistan, le père de Talha Haroon a indiqué que les accusations contre son fils, tout juste 18 ans en 2016, étaient « entièrement fabriquées ».

lapresse.ca

 

Le père de l’assaillant de Strasbourg va demander le rapatriement du corps de son fils en Algérie

 

Le père de Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat du marché de Noël de Strasbourg, s’est présenté mercredi à la mairie pour indiquer qu’il allait demander le rapatriement du corps de son fils en Algérie, a-t-on appris auprès des services de la ville.
«Il fallait qu’il obtienne des actes de décès. Il nous a indiqué qu’il allait demander au consulat d’Algérie un rapatriement du corps de son fils», a déclaré la mairie de Strasbourg (est).

Le maire Roland Ries, qui s’était dit mardi « plutôt hostile, sinon réticent » à une inhumation de Chérif Chekatt dans sa ville, a estimé mercredi qu’il s’agirait de « la solution la plus simple ». « La famille demande qu’il soit enterré en Algérie. À condition que l’Algérie l’accepte, le corps sera transféré et ce serait pour moi la solution la plus simple », a-t-il dit à l’AFP. «Si pour une raison ou pour une autre, cela ne marchait pas, si l’Algérie ne l’acceptait pas par exemple, la possibilité d’avoir une sépulture anonyme, sans médiatisation, pourrait être une solution», a-t-il ajouté. […]

L’embarrassante question des dépouilles de terroristes réapparaît en France après chaque attentat. En 2016, le conseil d’Etat avait rendu une décision autorisant un maire à refuser l’autorisation d’inhumation dans un cimetière communal, pour prévenir notamment des troubles à l’ordre public, et ce « quelles que puissent être les circonstances ».

La juridiction avait été saisie par la commune de Mantes-la-Jolie, en région parisienne, qui refusait d’inhumer le jihadiste Larossi Abballa, auteur du double assassinat d’un policier et de sa compagne.

Le cas de Mohamed Merah, assassin en 2012 dans le sud-ouest de trois militaires et de quatre autres personnes dont trois enfants juifs, avait également fait polémique.

Ni la ville de Toulouse (sud-ouest) où il vivait, ni l’Algérie dont il était originaire ne voulait accueillir sa dépouille. Celle-ci avait finalement été ensevelie sans sépulture ni nom, dans un cimetière de la banlieue toulousaine, en dehors des horaires d’ouverture.

L’Orient-Le Jour

 

L’Autriche annonce vouloir suspendre la naturalisation des Turcs

 

L’Autriche a annoncé vouloir suspendre la naturalisation des Turcs, après une décision de la Cour constitutionnelle jugeant illégal un programme de déchéance de nationalité.

Interrogé par la presse, le vice-chancelier d’extrême droite (FPÖ, Parti de la liberté d’Autriche), Heinz-Christian Strache, a justifié cette mesure radicale, mardi 18 décembre, par l’absence de coopération d’Ankara, dans le cadre d’une enquête visant à vérifier si des milliers de citoyens autrichiens d’origine turque n’avaient pas gardé ou récupéré leur ancienne nationalité, ce qui est strictement interdit.

En faisant cette déclaration, M. Strache réagissait au camouflet infligé par la plus haute juridiction à sa politique visant spécifiquement et uniquement les Autrichiens d’origine turque. Depuis son arrivée au pouvoir, l’exécutif s’est en effet lancé dans une très coûteuse opération de vérification visant à débusquer les binationaux dans cette communauté, l’une des plus importantes, puisqu’elle représente environ 270 000 personnes, pour un pays de 8,7 millions d’habitants.

(…) Le Monde

 

Le Président brésilien élu juge «insupportable de vivre dans certains endroits en France»

 

La vie dans certains endroits en France est «insupportable» à cause des migrants, estime Jair Bolsonaro, Président élu du Brésil. Afin d’éviter cette situation dans son pays, il entend révoquer le Pacte de Marrakech signé par le gouvernement actuel.

Il est «insupportable de vivre dans certains endroits en France» à cause des migrants, a déclaré le Président brésilien élu, Jair Bolsonaro, lors d'un direct mardi soir, sur le réseau social Facebook.

«Tout le monde sait ce qu'il se passe en France. C'est simplement insupportable de vivre dans certains endroits en France», a-t-il lancé.

Il a indiqué que de nombreux migrants n'abandonnaient pas «leurs racines et [voulaient] faire valoir leur culture, leurs droits acquis et leurs privilèges».

«La France souffre à cause de cela, une partie de la population, une partie de l'armée, une partie des institutions commencent à se plaindre de cela. Nous ne voulons pas de cela pour le Brésil», a-t-il déclaré.

Le Président élu a fait part de son intention de «dénoncer et révoquer» le Pacte mondial sur les migrations de l'Onu, signé la semaine dernière à Marrakech par près de 160 pays, dont le Brésil représenté par son gouvernement actuel.

«Malheureusement, le Brésil, avec le ministre actuel des Affaires étrangères [Aloysio Nunes, ndlr], a signé le pacte. Nous ne sommes pas contre les immigrants, mais nous devons avoir des critères très rigoureux pour entrer au Brésil. Nous allons dénoncer et révoquer ce pacte sur l'immigration», a-t-il conclu.

Lire la suite

 

 

Côte d’Or : le nombre de « mineurs non-accompagnés » a plus que doublé. En 2017 seuls 23% étaient réellement mineurs.

 

Premier engagement de notre budget 2019 : c’est un engagement sans faille dans le domaine social.
C’est notre première compétence, c’est notre premier budget : 283 M €.
Oui, agir au plus près et face au défi devant lesquels nous sommes placés, qui sont des défis considérables, et je pense aux mineurs Non Accompagnés (MNA). Je vais être très clair. Nous sommes face à une explosion des flux de MNA : 830 arrivées depuis le 1er janvier 2018 contre 414 arrivées sur toute l’année 2017.
Je voudrais préciser ici qu’à l’issue des évaluations 2017, 23 % des demandeurs se révèlent effectivement mineurs !

Département Côte d’Or : Les Nouvelles du Conseiller Départemental n° 61 (page 4)

 

Etats-Unis : un vétéran lance un financement participatif pour le mur de Donald Trump et rassemble 3 millions de dollars en 3 jours

 

« Même avec la moitié, on aura la moitié du mur »

Un partisan de Donald Trump a recueilli plus de 2 millions de dollars pour aider à payer le mur frontalier avec le Mexique du président américain.

Brian Kolfage, un ancien combattant de 37 ans qui a été blessé pendant la guerre en Irak, a lancé une campagne GoFundMe pour aider M. Trump à collecter 5 milliards de dollars US (3,9 milliards de livres sterling) pour le mur.

Jusqu’à présent, la campagne a permis de recueillir 2 414 051 $ [NdeFDS : 3 millions désormais] de son objectif de 1 milliard de dollars US auprès de 40 850 donateurs.

Dans une déclaration sur la page de la campagne, M. Kolfage a déclaré que l’objectif a été fixé au maximum permis par GoFundMe, mais qu’il travaillait « pour le faire relever ».

Il a dit que si tous ceux qui avaient voté pour M. Trump en 2016 s’engageaient à verser 80 $ (63 £), ils récolteraient à peu près les 5 milliards de dollars pour le mur, et il a ajouté,  » même si nous obtenons la moitié, c’est la moitié du mur. Nous pouvons le faire ».

« Les démocrates vont bloquer ce projet par tous les moyens possibles et jouer à des jeux politiques pour s’assurer que le président Trump n’obtienne pas son vainqueur », a-t-il écrit.

« Ils préfèrent voir le Président Trump échouer, plutôt que de voir l’Amérique réussir. Cependant, si nous pouvons financer une grande partie de ce mur, les choses vont redémarrer et il y aura moins d’argent que Trump aura à obtenir de nos politiciens ».

M. Kolfage a déclaré qu’il était en contact avec des fonctionnaires de l’administration Trump pour trouver un point de contact pour le don et qu’il avait « de nombreux contacts de très haut niveau qui l’aident déjà ».

Il a dit que si la campagne n’atteint pas son objectif, tous ceux qui ont fait un don seront remboursés.

[…]
Le leader de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, de New York, a déclaré que les démocrates s’opposeraient aux demandes de M. Trump concernant la frontière parce que le mur est « inefficace » et parce que M. Trump, en tant que candidat, a promis que le Mexique paierait pour cela, ce que le Mexique refuse catégoriquement de faire.
[…]
Expliquant les raisons pour lesquelles il a lancé la campagne GoFundMe, M. Kolfage a écrit : « Comme la majorité des citoyens américains qui ont voté pour élire le président Donald J. Trump, nous avons voté pour lui pour que l’Amérique redevienne grande. La principale promesse électorale du Président Trump était de CONSTRUIRE LE MUR. Et comme il a tenu à peu près toutes ses promesses jusqu’à présent, ce projet de mur doit encore être achevé.

« En tant qu’ancien combattant qui a tant donné, trois membres, je me sens profondément investi dans cette nation pour m’assurer que les générations futures auront tout ce que nous avons aujourd’hui. Trop d’Américains ont été tué par des étrangers illégaux et trop d’illégaux profitent des contribuables américains sans jamais pouvoir contribuer à notre société.

« J’ai des grands-parents qui ont immigré légalement en Amérique, ils l’ont fait correctement et il est temps de faire respecter nos lois, et de construire ce mur ! C’est aux Américains d’aider et de participer à la réalisation de ce projet. »

The Independant

Allemagne : la ministre de l’intégration refuse d’employer le mot Noël dans ses cartes de voeux

 

Annette Widmann-Mauz (52 ans, CDU) a envoyé via son bureau de presse, il y a des chapeaux de père Noël, des ornements d’arbres et des anges avec leur halo. Mais le mot important manque: Noël!  Au lieu de cela, la carte indique: « Peu importe ce en quoi vous croyez … nous vous souhaitons une période de paix et un bon début d’année. » Amusant car pour le ramadan, la politicienne de la CDU a pu souhaiter à tous les « musulmans en Allemagne » un « Jeûne béni et contemplatif » sur Twitter. Lors de la Hanoukka, elle a tweeté: « Hanoukka Sameach! Je souhaite à tous les Juifs une Hanoukka heureuse et bénie.  »

 

 

La journaliste Zineb el Rhazoui menacée de mort et de viol après ses propos sur l’islam (MàJ)

 

20/12/18

L’ancienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb el Rhazoui, est la cible d’un «déferlement de haine reçu sur les réseaux sociaux» pour avoir dit sur CNews que l’islam devait «se soumettre à la critique». Son avocat, Me Thibault de Montbrial, a porté plainte mercredi pour «menaces de mort».

Insultes, menaces de mort, appels au viol… Depuis près d’une semaine, Zineb el Rhazoui subit une violente campagne de harcèlement en ligne. En cause, les propos tenus vendredi dernier par l’ancienne journaliste de Charlie Hebdo sur le plateau de CNews: «Il faut que l’islam se soumette à la critique, qu’il se soumette à l’humour, qu’il se soumette aux lois de la République, qu’il se soumette au droit français. On ne peut pas venir à bout de cette idéologie en disant aux gens ‘l’islam est une religion de paix et d’amour’», avait-elle affirmé. […]

 

«Quatre ans après l’attentat de Charlie Hebdo, la situation est pire que jamais. Cette campagne de haine n’a même pas été provoquée par une caricature, mais par une phrase aussi simple que ça», dit-elle, déplorant un manque de soutien dans les rangs de la gauche, dont elle est issue. «Qu’attendent les journaux qui font des portraits dithyrambiques d’islamistes notoires pour raconter ce que je subis? Où sont ceux qui se disaient ‘Charlie’ en 2015?»

Le Figaro

 

Rennes (35) : un « déséquilibré » tunisien fonce avec sa voiture sur un bus en criant « Allah Akbar »

 

Un Tunisien de 36 ans a été interpellé, mercredi soir vers 23 h 30, par la police, dans le quartier de Maurepas à Rennes. Il avait percuté un bus du Star avec sa voiture en criant Allahu akbar. Il est actuellement en garde à vue.

Grosse frayeur, mercredi 19 décembre vers 23 h 30, pour les passagers de ce bus du Service de transport de l’agglomération rennaise (Star) qui circulait avenue de Rochester dans le quartier de Maurepas.

[…]

Ouest France

 

Gilets jaunes: un homme renversé près d’Agen porte à neuf le nombre de victimes

 

En marge des manifestations des Gilets jaunes, un homme de 61 ans a été renversé par un poids lourd non loin de l’accès à l’autoroute A62, près d'Agen. Christophe Castaner a par la suite indiqué qu’il s’agissait de la neuvième personne qui a perdu la vie depuis le début du mouvement.

Lire la suite

 

Poutine a supposé ce qui a été à l'origine des Gilets jaunes en France

 

Poutine a déclaré, lors de sa grande conférence de presse annuelle, que la hausse des prix du carburant n’avait servi que de déclencheur aux manifestations des Gilets jaunes et que le mécontentement général vis-à-vis de la situation était ainsi ressorti. Il a toutefois souligné qu'il était inapproprié d'évaluer les actions des autorités françaises.

Répondant à une question portant sur les Gilets jaunes en France, Vladimir Poutine a supposé ce qui a été à l'origine des manifestations. Les autorités françaises sont délibérément allées vers une augmentation des prix du carburant, elles voulaient rediriger cet argent sur le développement de sources alternatives de production d'énergie, mais les gens ne l'ont pas aimée, a estimé le Président russe.

Vladimir Poutine répond aux questions de 1.702 journalistes russes et étrangers

«Je crois que les événements en France sont bien sûr liés à l'augmentation des prix du carburant, du diesel, mais ils n'ont servi que de déclencheur, de système de déclenchement, qui a été suivi par le mécontentement général d'une partie considérable de la société, dont principalement les Français natifs», a déclaré Vladimir Poutine.

Lire la suite

Commenter cet article