Pour sa traque : 350 personnes mobilisées, 100 personnels de police en activité, 2 hélicoptères, des soldats de Sentinelle : des moyens supplémentaires ont été mobilisés et sont en cours d’acheminement
 

Un long casier judiciaire

« Très défavorablement » connu de la police, selon les mots de Christophe Castaner, le suspect est connu pour des faits de droit commun, en France, en Suisse, mais aussi en Allemagne, où il est également activement recherché. Rémy Heitz a évoqué 27 condamnations, principalement pour des vols et des violences.

Selon les DNA, il aurait notamment écopé de deux ans de prison, dont six mois ferme, en 2011, pour agression avec arme, à savoir des tessons de bouteilles. AP précise qu’il a été aussi condamné en France en 2008 et à Bâle, en Suisse, en 2013, pour divers vols.

Selon le journal allemand Tagesspiegel, il a cambriolé un cabinet dentaire à Mayence en 2012, où il a notamment dérobé de l’argent liquide et pour 6500 euros de dents en or. L’Express précise qu’il aurait été facilement identifié grâce à un mouchoir contenant son ADN qu’il aurait abandonné sur les lieux.

Quatre ans plus tard, il s’en est pris à une pharmacie à Engen, près du lac de Constance. Il aurait déjà passé quatre ans en prison, dont deux ans en France entre 2013 et 2015.

Der Spiegel et l’agence allemande DPA rapportent mercredi que le suspect était incarcéré en Allemagne jusqu’en 2017. Le suspect a été condamné à « 2 ans et 3 mois de prison en 2016 pour cambriolages », a confirmé un porte-parole du ministère de l’Intérieur de la région de Bade-Wurtemberg. Il a purgé un peu plus d’un an en Allemagne avant d’être expulsé en France, a-t-il ajouté.

« Il n’a même jamais été connu pour des délits liés au terrorisme », a indiqué mercredi Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat français à l’Intérieur, sur France Inter...

Le Parisien