Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

---------------------------

Le 6 novembre

 

 

 

 

Israël indique quand il pourrait attaquer les systèmes de missiles S-300 syriens

 

L’armée israélienne pourrait attaquer les systèmes de missiles sol-air S-300 récemment livrés à la Syrie par Moscou, si les militaires syriens essayaient d’abattre des avions israéliens, d’après le ministre israélien pour les affaires de Jérusalem, Zeev Elkin.

S-300. Photo d'archive

Si les systèmes de défense antiaérienne S-300 que la Russie a livrés à la Syrie attaquent des avions israéliens, l’État hébreu frappera ces systèmes, a déclaré lundi le ministre israélien chargé des affaires de Jérusalem, Zeev Elkin.

«En général, Israël réagit aux attaques visant son territoire et ses avions en entreprenant des actions concrètes au lieu des démarches internationales. Nous ferons sans doute de même pour les systèmes qui cibleront notre territoire ou nos avions», a indiqué le ministre.

Il a espéré qu’aucun spécialiste russe ne se trouverait près des systèmes S-300 au moment d’une éventuelle riposte israélienne.

Lire la suite

 

Note : donc d’après la logique israélienne, s'ils mènent des attaques contre la Syrie, la Syrie n'a pas le droit de visée leurs avions et doit se laisser faire ! j’ai toujours été pro-israéliens mais là, leurs arguments sont illogiques.

 

 

Riyad lance la construction du 1er réacteur nucléaire du pays

 

Le prince héritier saoudien a donné le coup d'envoi à la construction du premier réacteur nucléaire du royaume à la Cité des sciences de Riyad, selon les médias locaux.

l'Iran

La première pierre du premier réacteur de recherche nucléaire du royaume saoudien a été posée lundi par Mohammed ben Salmane, relatent les médias d'État.

Selon l'agence officielle SPA, le réacteur de recherche figure parmi sept projets lancés par le prince héritier lors d'une visite à la Cité des sciences de Riyad.

En mars dernier, l'Arabie saoudite avait approuvé la nouvelle politique nationale sur son programme d'énergie atomique. Les intentions de Riyad portent sur la construction de 16 réacteurs nucléaires au cours des deux prochaines décennies, pour un coût total d'environ 80 milliards de dollars (65 milliards d'euros).

Sur le plan militaire, le prince Mohammed ben Salmane avait promis que, si l'Iran se dotait de l'arme nucléaire, l'Arabie saoudite «ferait de même le plus rapidement possible».

L'Arabie saoudite avait également fait part de son opposition à l'accord international sur le programme nucléaire iranien et salué sa remise en cause par Donald Trump.

Source

 

Note : çà commence toujours par un réacteur pour l'énergie atomique civile et ça finie toujours par le nucléaire d'armement   militaire. Le temps est grave, il faut que la guerre arrivé avant que ce pays de barge est l'arme nucléaire

 

 

Netanyahu donne son feu vert à la peine de mort pour les terroristes

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné le feu vert dimanche pour que les députés présentent un projet de loi controversé appelant à la peine de mort pour les Palestiniens reconnus coupables d’avoir tué des civils et des soldats israéliens, rejetant apparemment l’avis des services de sécurité.

Lors d’une réunion avec les chefs des partis de la coalition pour fixer le programme législatif de la semaine, le Premier ministre a déclaré que rien n’empêchait le projet, bloqué depuis janvier, d’être soumis au vote de la Knesset et de devenir loi.

Netanyahu a déclaré aux chefs de la coalition que l’opposition du service de sécurité du Shin Bet et de l’armée israélienne ne devrait pas empêcher les parlementaires de faire avancer la loi, a rapporté lundi matin Radio Israël.

Lire la suite

 

 

Sanctions américaines sur l’Iran : huit pays exemptés

 

Pour éviter une fronde, les Etats-Unis ont autorisé la Chine, l’Inde et la Turquie ainsi que le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce à acheter du pétrole iranien pendant encore six mois.

Interdiction d’acheter du pétrole iranien, 700 individus et entités en Iran placées sur une liste noire américaine: Washington a voulu frapper fort pour imposer une «pression implacable » sur l’Iran selon les mots de Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine. Dès lundi, le président iranien Hassan Rohani a promis de « contourner avec fierté » ces « sanctions illégales et injustes ».

Huit pays échappent pourtant à l’interdiction d’acheter du brut iranien pour les six prochains mois. La Chine et l’Inde, qui sont les plus gros acheteurs de pétrole iranien, sont ainsi exemptés. Une précaution pour éviter que les deux géants asiatiques ne sabordent le régime de sanctions américaines en tentant une fronde. Ils avaient déjà été exemptés du temps de l’administration Obama et avait fait l’objet d’une mesure particulière. (…)

Les autres pays qui bénéficient du régime de faveur, dont la Turquie et Taiwan, sont des alliés des Etats-Unis qui ont d’importants besoins en énergie tout comme le Japon et la Corée du Sud, qui ont pourtant été les premiers à cesser leurs importations de brut iranien . La France a aussi arrêté ses approvisionnements mais comme elle défend le maintien de l’accord sur le nucléaire iranien, elle n’a pas bénéficié d’une exemption. Alors que c’est le cas de la Grèce et de l’Italie.

Pour Esfandyar Batmanghelidj, fondateur du média «Bourse et Bazaar » favorable au commerce entre l’Iran et l’Europe, « les Etats-Unis ont concédé des exceptions à deux gouvernements eurosceptiques qui ont des relations énergétiques avec Israël, c’est une façon de créer de la discorde ». Lundi, Gordon Sondland, ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a tourné en dérision les efforts des Européens pour construire un canal financier propre afin de poursuivre le commerce avec l’Iran, un «tigre de papier » selon lui.

(…)

Les Echos

 

Le Pentagone révèle quel pays menacera réellement les États-Unis dans dix ans

 

Il est peu probable qu’à l’horizon 2025-2035 la Russie soit pour les États-Unis une menace aussi grave que la Chine, estime Joseph Dunford, chef d’État-major des armées des États-Unis.

Entre 2025 et 2035, la Chine représentera pour les États-Unis une menace plus sérieuse que la Russie, a déclaré le chef d'État-major des armées américaines Joseph Dunford.

«Quand nous parlons de l'horizon 2025-2035…, une période vers laquelle nous serons capables d'obtenir des forces supérieures à celles de la Chine et peut-être à celles de la Russie qui pourrait ne plus être en mesure de les maintenir à leur niveau actuel. Ses indicateurs économiques et démographiques sont en baisse. Je ne crois pas qu'entre les années 2025 et 2035 la Russie représente une menace aussi grave que la Chine», a-t-il fait savoir dans son intervention à l'Université Duke retransmise sur le site du Pentagone.

Le général Dunford estime que la Chine a davantage le capacités pour accroître son potentiel.

«À mon avis, ils continueront de faire ce qu'ils ont fait ces dernières années en termes d'accroissement de leur potentiel militaire. Je pense que ces 20 ou 30 prochaines années il nous faudra considérer la Chine comme une menace que nous devons prendre en compte», a ajouté le général.

Lire la suite

 

 

USA : Moscou dans le viseur, Facebook suspend plus de 100 comptes avant les élections de mi-mandat

 

La veille des élections américaines de mi-mandat, le réseau social Facebook a suspendu quelque 115 comptes, arguant que ceux-ci pourraient être liés à des entités étrangères dans le cadre d'«activités irrégulières coordonnées».

Dans ce qu'il présente comme une lutte contre les tentatives d'ingérence dans les élections américaines, le réseau social Facebook a annoncé, à travers un communiqué daté du 5 novembre, avoir bloqué environ 30 comptes sur sa plateforme et 85 comptes sur Instagram. Ceux-ci, selon les sources citées par la compagnie américaine, pourraient exercer «des activités irrégulières coordonnées» potentiellement liées à des entités étrangères.

Facebook a ainsi expliqué avoir été contacté par «les autorités chargées de l'application de la loi», précisant par ailleurs avoir fait appel, dans ses efforts déployés contre les tentatives d'ingérence étrangères, à... «des experts extérieurs et d'autres sociétés à travers le monde».

Le communiqué précise que presque toutes les pages Facebook associées aux comptes en question sont rédigées en français ou en russe.

«Nous avons immédiatement bloqué ces comptes et sommes en train d'enquêter sur eux de manière plus détaillée», a expliqué Facebook. Les comptes Instagram étaient quant à eux principalement en anglais.

Lire la suite

 

 

Nigeria: La crainte d’un nouveau Boko Haram version chiite

 

 

Le pouvoir réprime violemment les adeptes du Mouvement islamique du Nigeria, soutenu par l’Iran et dont le leader est emprisonné depuis 2015.

Un pion de l’Iran, chef d’un groupe radical d’obédience chiite, croupit quelque part en prison depuis près de trois ans au Nigeria. En ce début novembre, ses partisans recomptent leurs morts, tombés sous les balles des forces de sécurité : 45 en deux jours, selon Amnesty International, 120 blessés et des centaines d’autres arrêtés pour avoir demandé la libération de leur guide spirituel dans les rues d’Abuja, la capitale fédérale, et dans les environs. Même si le Mouvement islamique du Nigeria (MIN) d’Ibrahim Zakzaky fait régulièrement entendre sa voix depuis trente ans, cette fois, nombreux sont ceux qui craignent que la frange la plus éruptive glisse vers la lutte armée.

L’imam Zakzaky, 65 ans, est toujours en détention, au secret. Il a été arrêté en décembre 2015 dans son fief de Zaria (nord), accusé d’avoir fomenté un attentat contre le chef d’état-major des armées, dont le convoi avait été bloqué. L’armée a riposté, tiré et tué plus de 300 membres du mouvement, avant d’interpeller le leader chiite, lui-même blessé, et de le faire disparaître, sans doute dans les geôles des services secrets, dont il n’a été publiquement sorti qu’à deux reprises. De quoi susciter des protestations de Téhéran.

(…)

Le Monde

 

 

Rapatriement de migrants: Alger réfute l’existence d’un accord avec Berlin et Rome

 

Contrairement à ce qui a été rapporté par la presse algérienne, il n’y aurait aucun accord entre Alger et Berlin ou Alger et Rome relatif au rapatriement des migrants algériens. C’est ce qu’a déclaré, le 5 novembre, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia à l’occasion de sa rencontre à Alger avec son homologue italien Giuseppe Conte.

L'Algérie n'a conclu aucun nouvel accord ni avec l'Allemagne ni avec l'Italie relatif au rapatriement de ses ressortissants vivants dans ces deux pays de manière irrégulière. C'est ce qu'a affirmé, le 5 novembre, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue italien Giuseppe Conte, en visite d'État dans le pays.

«Il n'y a jamais eu de nouvel accord ni avec les Allemands ni avec les Italiens», a déclaré le Premier ministre algérien. «C'est le devoir de l'Algérie de récupérer ses enfants qui vivent en clandestinité dans des pays étrangers», a-t-il ajouté en précisant qu'«il y a le droit international qui régit ces opérations et il y a des accords avec des partenaires étrangers. Ces accords remontent à plus de 25 années […]».

Lire la suite

 

 

Face à une Russie «menaçante», Emmanuel Macron veut une «vraie armée européenne»

 

Emmanuel Macron a abordé plusieurs sujets de politique internationale ce 5 novembre. Après avoir proposé la création d'une «vraie armée européenne» pour faire face à une Russie jugée «menaçante», il a mis en garde contre le «nationalisme belliqueux».

Dans une interview accordée ce 5 novembre à Europe 1, le président français, Emmanuel Macron, a proposé la création d'une «vraie armée européenne» sans laquelle l'Europe ne pourrait pas se défendre, selon lui.

Emmanuel Macron a précisé, dans cette entretien avec Nikos Aliagas enregistré la veille : «Face à la Russie qui est à nos frontières et qui a montré qu'elle pouvait être menaçante […] on doit avoir une Europe qui se défend davantage seule, sans dépendre seulement des Etats-Unis et de manière plus souveraine». Le chef de l'Etat a mis en garde contre «des puissances autoritaires qui réémergent et se réarment aux confins de l'Europe», appelant à se «protéger à l'égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'Amérique», en évoquant la décision américaine de se retirer d'un traité de désarmement nucléaire datant des années 80. «Qui est la victime principale de cette situation ?», s'est interrogé le locataire de l'Elysée, avant de répondre : «L'Europe et sa sécurité».

Lire la suite

 

 

Belgique : en plein « bad trip », Hamed a sauté sur une dizaine de voitures et a tenté de poignarder leurs occupants

 

Armé d’un couteau, Hamed a sauté sur une dizaine de voitures, terrorisant leurs occupants.

On a bien cru à un attentat, le 2 juillet dernier, lorsqu’un individu armé d’un couteau a tenté de s’en prendre sans raison à plusieurs automobilistes, en plein centre d’Aiseau-Presles.

Alors que les Diables Rouges s’apprêtaient à défier le Japon, un appel incompréhensible est parvenu au 101. Hamed, l’auteur de « l’attaque », a tenté d’expliquer qu’il était « poursuivi par des voleurs qui voulaient le tuer ». Quelques minutes plus tard, il sautait sur le capot des voitures et tentait d’entrer dans celles-ci afin de porter des coups de couteau aux automobilistes.

« Imaginez la terreur de ces victimes », explique le substitut Luc Bouilliez qui poursuit ledit Hamed B. pour une double tentative de meurtre et des menaces sur une dizaine de personnes. « Il brandissait un couteau et essayait de briser les rétroviseurs ou les vitres. Un jeune garçon de 17 ans, qui était assis sur la banquette arrière du véhicule de son père, a vu le forcené passer son bras par la fenêtre ouverte. Il a évité le coup de couteau grâce à son ami qui l’a tiré vers lui et à son papa qui a eu le réflexe de redémarrer. Un autre conducteur a tenu à rester anonyme, tant il craint des représailles. Hamed B. a passé son torse à travers la fenêtre laissée ouverte et a tenté de l’égorger. La victime a accéléré puis refermé sa fenêtre. Mais le prévenu est revenu à la charge et a tenté de briser sa vitre. Monté sur le capot, il a finalement été projeté au sol et maîtrisé par des témoins. »

(…) Dhnet.be

 

Oldenbourg (All.) : altercation entre demandeurs d’asile, un mort

 

Une dispute entre deux hommes a dégénéré dimanche soir [4 novembre] dans un foyer pour demandeurs d’asile de Oldenbourg [Basse-Saxe]. Un Soudanais de 28 ans a été tué de plusieurs coups de couteau. L’auteur présumé des faits a été arrêté.

Comme le rapportent des témoins, il y a eu d’abord une altercation verbale entre un Soudanais de 28 ans et un homme âgé de 25 ans originaire du Sud-Soudan. Selon la police de Oldenbourg, l’homme de 25 ans a , au cours de la dispute, sorti un couteau et poignardé la victime à plusieurs reprises.

La police et les services de secours sont arrivés sur place dans plusieurs véhicules. Les tentatives de ranimer le Soudanais de 28 ans ont échoué. L’homme est décédé sur les lieux mêmes des suites de ses graves blessures.

[…]

(Traduction Fdesouche)

Source

 

Liège (Belgique): « anéantir les chrétiens haïssables », le fils de l’imam n’ira pas en prison.

 

Souhaib, le fils de l’imam de Dison, n’ira pas en prison: il restera sous l’égide du tribunal de la jeunesse bien qu’il soit majeur

La Cour d’appel de Liège a statué ce lundi sur la demande de dessaisissement du fils de l’imam radical de Dison Shayh Alami. Celui-ci restera donc sous l’égide du tribunal de la Jeunesse, bien qu’il soit désormais majeur.

En août 2016, Souhaib avait été interpellé à son domicile en août 2016 suite à une vidéo où il déambulait dans les rues de Verviers en appelant à «  anéantir les chrétiens haïssables  », entre autres. Le jeune homme, fils de l’imam radical de Dison Shayh Alami, était alors âgé de 17 ans.

Ce lundi, la Cour d’appel de Liège a rendu son arrêt concernant la demande de dessaisissement du dossier de Souhaib. Bientôt âgé de 20 ans, il restera sous l’égide du tribunal de la jeunesse a confirmé la Cour, bien que celui soit majeur depuis novembre 2016.

Sud Info

 

Note : imaginez un chrétien qui crie "anéantir les musulmans haïssables", il aurais pris des mois voir 2 ans de prison direct

 

 

Les commanditaires du 13 Novembre ont tous été éliminés

 

D’après les services secrets français, sept hauts cadres de l’État islamique étaient impliqués dans la tuerie du 13-Novembre. Durant deux ans, les cerveaux de l’attentat parisien ont été traqués et tués, un par un, en Syrie.

Le 17 novembre 2017, une frappe de la Coalition internationale en Syrie fauche le Belge Oussama Atar. Sa mort n’a fait l’objet d’aucun communiqué officiel, ni de la part des pays membres de la Coalition, ni de la part de l’État islamique (EI).

(…)

Mediapart

 

 

Tourcoing (59): il frappe une policière avec un pied-de-biche lors d’un cambriolage, le juge le remet en liberté

 

Une plaie saignante de six centimètres sur le crâne, sept points de suture lors de son passage au CH Dron et deux jours d’ITT, une fonctionnaire de police du commissariat de Tourcoing a été sérieusement touchée, dans la nuit de vendredi à samedi, en intervenant sur un cambriolage.

(…)

Les interpellés sont déjà connus des services de police de manière défavorable. L’un, mineur (17 ans) a été placé sous contrôle judiciaire et orienté vers un foyer. Le second, âgé de 18 ans, est celui qui est accusé d’avoir asséné le coup de pied de biche à la policière. À l’issue de la garde à vue réglementaire, il a été présenté à un juge. Placé sous contrôle judiciaire, il a été remis en liberté en attendant de passer au tribunal.

 

 

 

G-B : Charlene, 14 ans, a été abusée par 100 Indo-Pakistanais, puis coupée en morceaux et transformée en kebab. Sa mère accuse la police d’avoir bâclé l’enquête.

 

La mère d’une jeune fille de 14 ans qui, selon la police, a été abusée sexuellement, tuée et transformée en viande à kebab, a déclaré que l’enquête sur le meurtre de sa fille a été bâclée parce qu’elle vient d’un milieu modeste.

Charlene Downes, originaire de Blackpool, a disparu il y a 15 ans, et sa famille ne sait toujours pas exactement ce qui lui est arrivé.

Aujourd’hui, Karen, sa mère, parle pour la première fois de son épreuve dans un nouveau livre afin que sa fille bien-aimée ne soit jamais oubliée.

Elle dit : « La police est venue mais ils ont qualifié Charlene de fugueuse. Ils n’ont pas voulu mettre sa photo dans le journal ou à la télé. (…) Je ne peux m’empêcher de penser que nous avons été mis à l’écart parce que nous sommes sans éducation et de la classe ouvrière (…) A la fin, j’étais tellement désespéré du manque d’intérêt pour Charlene que j’ai fait imprimer mes propres tracts et je les ai distribués moi-même, dans les rues de Blackpool, nuit après nuit. Parfois, j’avais l’impression d’être la seule à la chercher. »

Charlene Downes, 14 ans, a été victime de gangs pédophiles indo-pakistanais à Blackpool, beaucoup de suspects travailleraient dans la restauration rapide.

La police estime qu’elle a été abusée sexuellement par une centaine d’hommes.

Deux hommes sont soupçonnés d’avoir coupé la jeune fille en morceaux et de l’avoir transformée en kebab.

En mai 2007, Iyad Albattikhi, propriétaire jordanien d’un kebab, a été jugé pour son meurtre aux côtés de Mohammed Reveshi, Iranien, accusé de l’avoir aidé à se débarrasser du corps de Charlene.

Mais le jury n’est pas parvenu à un verdict.

Et un nouveau procès a été abandonné l’année suivante lorsqu’on a découvert que les preuves de la police étaient fondées sur une transcription d’enregistrements de mauvaise qualité.

Les deux hommes ont par la suite obtenu environ 250 000 £ chacun en compensation.

Le pire moment pour Karen a été lorsque le tribunal a appris que sa fille avait été coupée en morceaux et servie aux clients d’un kebab.

« J’ai couru et j’ai vomi dans les toilettes », dit-elle.

(…) DailyMail / Mirror

Commenter cet article