Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

__________________________

Le 27 novembre 2018

 

 

 

Attaque chimique à Alep : comment expliquer le silence de la communauté internationale ?

 

Entretien du 26/11/2018 avec Michel Raimbaud, ancien ambassadeur. Il commente les suites de l'attaque chimique présumée à Alep en Syrie.

Lire aussi: Le FSB diffuse la chronologie des événements liée à l’incident dans le détroit de Kertch

 

 

Syrie : les djihadistes de Daech font un carnage dans les rangs kurdes

 

Offensive. Les combattants de l’État islamique ont infligé de sévères pertes du côté des forces kurdes, soutenues par la coalition internationale, tuant également de nombreux civils.

L’abomination Daech, bien que minée par les frappes de la coalition internationale, continue de semer la mort là où elle passe. En témoigne la récente bataille menée par les djihadistes de vendredi à dimanche 25 novembre dans un secteur de la province de Deir ez-Zor, en Syrie, qui s’est soldée par la mort de 200 personnes, relate Le Figaro, d’après les chiffres de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Lire la suite

 

 

Crise entre l'Ukraine et la Russie : Poutine met en garde contre tout acte «irréfléchi» (EN CONTINU)

 

La Russie a capturé trois navires de guerre ukrainiens ayant pénétré sans autorisation dans les eaux territoriales russes, au large de la Crimée. Kiev dénonce un «acte agressif», Moscou affirme avoir les preuves d'une «provocation».

 

 

La question de nouvelles sanctions européennes contre la Russie sera à l'étude lors d'une réunion en décembre, a annoncé ce 27 novembre la ministre autrichienne des Affaires étrangères dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne.

«Sur la question de sanctions supplémentaires, cela reste à déterminer. Nous avons bientôt un conseil [européen] commun en décembre», a précisé Karin Kneissl, après une rencontre à Berlin avec son homologue allemand, Heiko Mass.

Hubert Fayard, président de l'agence Amitiés France-Crimée a livré pour RT France son analyse concernant l'instauration de la loi martiale en Ukraine. Il s'inquiète notamment d'une possible fuite en avant de la part du président ukrainien.

 

Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Karin Kneissl, a déclaré ce 27 novembre : «L'heure est à la désescalade. Il est capital de résoudre ce conflit verbalement et pas avec des armes.» Et de préconiser la voie diplomatique via les Nations unies (ONU) ou l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Devant l'assemblée turque, le président Recep Tayyip Erdogan a appelé la Russie et l'Ukraine à résoudre leurs différends par le dialogue ce 27 novembre et a précisé que la Turquie souhaitait que la mer Noire demeure une «mer de paix».

Suivre le direct

 

Lire aussi: Le FSB diffuse la chronologie des événements liée à l’incident dans le détroit de Kertch

 

 

Mer Noire: des officiers ukrainiens avouent avoir violé la législation internationale

 

Trois officiers de la Marine ukrainienne, arrêtés par la Russie le 25 novembre, ont admis avoir recouru à des actes de provocation dans le détroit de Kertch, en pénétrant dans les eaux territoriales russes, selon le FSB russe.

Trois militaires ukrainiens sont passés aux aveux au cours de l'interrogatoire réalisé à l'issue de l'incident dans le détroit de Kertch dont une vidéo a été postée par le Service de sécurité de Russie (FSB), lorsque les navires militaires ukrainiens ont violé la zone économique exclusive de la Russie.

Le lieutenant-chef Andreï Dratch, le matelot Sergueï Tsybizov et le capitaine Vladimir Lessovoï ont tous les trois avoué avoir réalisé une provocation, avoir pénétré dans les eaux territoriales russes et violé la législation russe. Pour sa part, M.Lessovoï a ajouté que les navires avaient «intentionnellement ignoré les demandes de s'arrêter».

Lire la suite

 

 

 

En Tunisie, des voix s’élèvent contre la venue de Mohammed ben Salmane

 

Une manifestation contre la venue de Mohammed ben Salmane s'est tenue ce 26 novembre à Tunis. Le prince héritier saoudien y est attendu le lendemain dans le cadre d’une tournée, la première après le meurtre de Jamal Khashoggi.

Après les Emirats arabes unis et le Bahreïn, Mohammed ben Salmane doit se rendre en Tunisie le 27 novembre dans le cadre d’une tournée à l’étranger, sa première depuis le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Entré le 2 octobre dans le consulat saoudien d'Istanbul, le journaliste critique du pouvoir saoudien y a été assassiné. L'Arabie saoudite a, à plusieurs reprises, modifié sa version officielle sur ce qui lui était arrivé une fois franchie la porte du consulat. Le meurtre a altéré l'image du royaume et en particulier celle du prince héritier saoudien, accusé par la presse, des responsables turcs et une importante partie de l’opinion publique de plusieurs pays du monde arabe d’en être l’instigateur.

Lire la suite

 

 

 

La fondation de Soros va cesser ses activités en Turquie

 

La fondation Open Society du financier George Soros a annoncé lundi qu’elle allait cesser ses activités en Turquie, où, voici quelques jours, le président Recep Tayyip Erdogan a accusé le milliardaire de chercher à diviser et à anéantir les nations.

La fondation dit avoir été la cible d' »affirmations sans fondement » dans la presse turque, qui rendent impossible la poursuite de ses activités. La fondation Open Society est en outre visée par une enquête du ministre de l’Intérieur, qui cherche à démontrer qu’il existe un lien entre elle et les manifestations pour la défense du parc Gezi en 2013 à Istanbul.

L’un de ses fondateurs en Turquie, Hakan Altinay, figure parmi les 13 personnes arrêtées voici dix jours en lien avec les manifestations de Gezi. Elles sont accusées d’avoir soutenu le défenseur des droits de l’homme Osman Kavala, emprisonné, dans le but de renverser le gouvernement grâce à des manifestations de masse.

 

 

 

Suède : un jeune migrant afghan viole une suédoise de 15 ans mais ne sera pas expulsé car il pourrait être violé en Afghanistan

 

Rohollah Karimi, 17 ans, a obtenu l’asile en Suède l’année dernière. Pour son statut de réfugié, il avait déclaré craindre d’être agressé sexuellement en Afghanistan, son pays d’origine, où il existe une tradition de « bacha bazi » ou de « garçons dansants » violés en bande par des hommes plus âgés. Cependant, moins d’un an après son arrivée il participa à un viol en bande sur une Suédoise de 15 ans. Il est condamné mais ne sera pas expulsé car il risque toujours d’être violé en Afghanistan.

(…)

NyaTider

 

Suisse : Tariq Ramadan a bien eu des relations avec des élèves âgées de 15 à 18 ans et des responsables se sont tus, selon un rapport

 

 

Vers une guerre de religion, infos du 27 novembre 2018

 

(..)
On peut lire que Tariq Ramadan « aurait tenté de séduire sans succès l’une de ses élèves âgée de 14 ans et serait parvenu à entretenir des relations sexuelles avec les trois autres élèves âgées de 15 à 18 ans ». Le rapport rapporte que ce professeur de français invitait individuellement tous ses élèves, garçons et filles, à prendre les repas de midi dans un restaurant en dehors de l’école. « Lorsque ce fut le tour d’une des victimes présumées, il l’a prise en charge sur le siège avant du passager et posa sa main droite sur sa cuisse gauche, en lui tenant des avances inappropriées et intrusives. »
(…)

Le rapport met également en cause le directeur du collège de Saussure. Alerté sur les agissements de Tariq Ramadan, il n’aurait pas cherché à « approfondir des faits rapportés par de tierces personnes, témoins directs de comportements inadéquats, au motif que de tels faits devaient être dénoncés par la victime elle-même ». Quant à Martine Brunschwig Graf, ministre de l’Instruction publique à l’époque, elle reconnaît avoir menti à la presse en évoquant de « simples rumeurs ». En fait, elle aurait bien été informée que Tariq Ramadan entretenait des relations intimes avec certaines de ses élèves. Notamment par une enseignante à la retraite « et féministe ». (…)

Le Point

 

Un fonctionnaire du Sénat soupçonné d’espionnage pour le compte de la Corée du Nord

 

 

Vers une guerre de religion, infos du 27 novembre 2018

Benoît Quennedey, un des directeurs administratifs du Sénat, aurait transmis à Pyongyang des informations jugées « ultrasensibles ».
Une histoire digne du Bureau des légendes. Benoît Quennedey, un des directeurs administratifs du Sénat, a été interpellé dimanche 25 novembre par des agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Placé en garde à vue, il est accusé d’avoir transmis des informations confidentielles à la Corée du Nord, informent Quotidien et Le Figaro.

Le haut fonctionnaire a été arrêté dans le cadre d’une enquête ouverte en mars pour « recueil et livraison d’informations à une puissance étrangère susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ». Il est soupçonné d’avoir tenté de livrer des informations jugées ultrasensibles à Pyongyang. Son bureau au Sénat a été perquisitionné.

Avant d’être en charge de l’architecture, du patrimoine et des jardins du palais Bourbon, l’ancien énarque occupait le poste de président de l’association de l’amitié franco-coréenne. Il a publié de nombreux ouvrages sur le régime nord-coréen et intervenait régulièrement sur le sujet sur la chaîne Russia Today (…).

Selon Le Figaro, Emmanuel Macron était informé de l’opération de la DGSI et suivait l’enquête de près. Interrogée, la présidence de la chambre haute du Parlement n’a pas souhaité faire de commentaires.

SudOuest

Voir vidéo

 

Casseurs des Champs Elysées : « Essentiellement des groupes venant de banlieue »

 

Linda Kebbab est gardien de la paix et déléguée nationale Unité SGP Police FO.
Extrait vidéo à partir de 10’30.

 
 
Lire aussi: Gilets Jaunes : Michel Onfray mordant sur le gouvernement et les médias
 

 

Près de 1 Français sur 5 croit à la théorie du « grand remplacement » (Nouvel Obs; journal de gauche)

 

 

Vers une guerre de religion, infos du 27 novembre 2018

 

Hugo Heal, chercheur à Cambridge, décrypte les théories complotistes, dont celle du « grand remplacement », «élaborée à l’origine par l’ultra-droite française».

Le complotisme gangrène l’Europe. L’étude co-conduite par Hugo Heal, chercheur à l’université de Cambridge, en fait la démonstration. Elle porte sur huit pays de l’Union européenne et les Etats-Unis. Les personnes interrogées lors ce sondage inédit, que « l’Obs » s’est procuré, avaient à se prononcer sur des assertions conspirationnistes sur le pouvoir, la santé, le réchauffement climatique, l’Holocauste, les migrants et même… les extraterrestres.

En tête du hit-parade des complots : ceux portant sur l’immigration. Un résultat éclairant pour les Européens appelés aux urnes en mai 2019. Interview de Hugo Heal, co-auteur de cette vaste étude comparative.

Quelle est la virulence des idées conspirationnistes sur l’immigration ?

Ces théories gagnent du terrain depuis la crise des réfugiés à laquelle on a assisté à partir de 2015. L’idée que les gouvernements cacheraient de façon délibérée les chiffres concernant les migrants est aujourd’hui partagée par une proportion considérable de la population à travers l’Europe : 48% des gens y croient en Hongrie, 35% en Allemagne, 32% en France, 30% en Grande-Bretagne… Nous avons aussi mesuré la croyance dans la véracité de la théorie du « grand remplacement », selon laquelle l’immigration venant de pays musulmans serait, en fait, un complot démographique destiné à prendre le pouvoir en Occident. […]

Le Nouvel Obs
 

Note; il suffit de faire quelques recherches sur la démographie dans les pays musulmans pour constater que c'est loin d’être une simple théorie (s'ils font beaucoup d'enfants chez eux je vois pas pourquoi en France, ils n’en feraient pas autant, et donc finiraient par être majoritaire en nombre)

 

 

 

États-Unis : le fait que les Blancs deviendront minoritaires en 2042 rend les démographes nerveux

 

« Les gens sont devenus fous « , a déclaré Dowell Myers, démographe à l’Université de Californie du Sud, à propos de la projection de 2008 selon laquelle les Blancs non hispaniques tomberaient sous la moitié de la population en 2042.

[…] Les Américains blancs perdront leur statut majoritaire. La présentation de ces données a perturbé Kenneth Prewitt, ancien directeur du Census Bureau (Bureau des Statistiques), qui les a vues en regardant un rapport gouvernemental. Le graphique faisait passer le changement démographique pour un jeu à somme nulle que les Américains blancs étaient en train de perdre, pensait-il, et pouvait provoquer un contrecoup politique.

Ainsi, après la publication du rapport il y a trois ans, il a organisé une réunion avec Katherine Wallman, à l’époque statisticienne en chef aux États-Unis.

« J’ai dit : « Je suis vraiment inquiet à ce sujet« , a dit M. Prewitt, qui est maintenant professeur d’affaires publiques à l’Université Columbia. Il a ajouté : « Les statistiques sont puissantes. Elles sont une description de ce que nous sommes en tant que pays. Si vous dites majorité-minorité, cela devient un fait énorme dans le discours national. »

Dans une nation préoccupée par la race, le moment où les Américains blancs représenteront moins de la moitié de la population du pays est devenu un objet de fascination.

Pour les nationalistes blancs, il s’agit d’une sorte de compte à rebours apocalyptique vers la fin de leur domination raciale et culturelle. Pour les progressistes qui cherchent à mettre fin au pouvoir républicain, cette année indique un triomphe politique inévitable, quand ils imaginent que les électeurs de couleur se lèveront et donneront la victoire au Parti démocrate.

Mais de nombreux universitaires sont de plus en plus mal à l’aise avec la fixation du public. Ils se réfèrent à des recherches récentes démontrant la capacité des données à façonner les perceptions. Certains remettent en question les hypothèses du Census Bureau sur la race, et se demandent s’il est logique de projeter la population américaine à un moment où les changements démographiques sont rapides, et où les catégories elles-mêmes semblent changer.

Jennifer Richeson, psychologue sociale à l’Université de Yale, a immédiatement repéré le risque. En tant qu’analyste du comportement du groupe, elle savait que la taille du groupe était un marqueur de domination, et qu’un groupe qui rapetissait pouvait se sentir menacé. Au début, elle pensait que le sujet d’une majorité blanche en déclin était trop évident pour être étudié.

Mais elle l’a fait, avec une collègue, Maureen Craig, psychologue sociale à l’Université de New York, et elles n’ont cessé de parler des résultats depuis. Leurs résultats, publiés pour la première fois en 2014, ont montré que les Américains blancs à qui on a proposé au hasard la lecture des données sur le changement racial étaient plus susceptibles de manifester des sentiments négatifs envers les minorités raciales, que les autres. Ils étaient également plus susceptibles d’appuyer des politiques d’immigration restrictives, et de dire que les Blancs perdraient probablement leur statut et feraient face à la discrimination dans l’avenir.

Mary Waters, sociologue à l’Université Harvard, s’est souvenue d’avoir été stupéfaite lorsqu’elle a vu la recherche.

« Je me suis dit, aïe, ces projections des informaticiens font flipper les gens,’ dit-elle.

Au-delà des préoccupations concernant les répercussions des données, certains chercheurs se demandent également si les projections du Census Bureau donnent une image fidèle de la situation. L’enjeu, disent-ils, est de savoir qui le gouvernement considère comme blanc.

Selon les projections du Bureau du recensement, les personnes de race ou d’origine ethnique mixte ont été comptées principalement comme des minorités, selon les démographes. Cela a eu pour effet de sous-estimer la taille de la population blanche, disent-ils, parce que de nombreux Américains dont l’un des parents est blanc peuvent s’identifier comme blancs ou partiellement blancs. Sur leurs formulaires de recensement, les Américains peuvent choisir plus d’une race, et s’ils sont d’origine hispanique.

Parmi les Asiatiques et les Hispaniques, plus d’un quart se marient en dehors de leur race, selon le Pew Research Center. Pour les Asiatiques d’origine américaine, cette proportion est presque le double. Cela signifie que les personnes métisses forment peut-être un petit groupe aujourd’hui – environ 7 % de la population, selon Pew – mais qu’elles connaîtront une croissance constante. Ce sont des enfants blancs ? Sont-ils minoritaires ? Sont-ils tous les deux ? Et les petits-enfants ?

« La question pour nous, en tant que société, c’est qu’il y a tous ces gens qui ont l’air blanc, qui agissent blanc, qui se marient blanc et blanc vivant, alors qu’est-ce que blanc signifie encore ? » se demande le Dr Waters. « Nous sommes à une époque très intéressante, une époque indéterminée, où nous ne contrôlons pas très fortement la frontière. »

Le Census Bureau produit depuis longtemps des projections de la population américaine, mais elles ont rarement fait l’objet de talk-shows ou de manchettes dans les journaux.

Un coup de projecteur sur les gens qui remodèlent notre politique. Une conversation avec les électeurs de tout le pays. Et un guide à travers le cycle infini des nouvelles, vous disant ce que vous avez vraiment besoin de savoir.

Puis, en août 2008, au plus fort de la campagne présidentielle de Barack Obama, le bureau a prévu que les Blancs non hispaniques tomberaient en dessous de la moitié de la population en 2042, bien plus tôt que prévu. (Les projections, qui évoluent en fonction des taux de natalité, de mortalité et de migration, ont également placé le changement en 2050 et en 2044).

« Les données du recensement déforment les réalités sur le terrain de l’ethnicité et de la race « , selon Richard Alba, sociologue à la City University of New York.

« C’est ce qui a vraiment mis le feu aux poudres « , estime Dowell Myers, démographe à l’Université de Californie du Sud, en faisant référence à la projection de 2008. « Les gens sont devenus fous. »

Il n’y avait pas que les nationalistes blancs qui craignaient de perdre leur domination raciale. M. Myers a vu des progressistes, qui envisageaient le pouvoir politique, s’éprendre de l’idée d’une minorité blanche à venir. Il a dit qu’il était difficile de les intéresser à son travail sur les moyens de rendre le changement moins menaçant pour les Américains blancs craintifs – par exemple en mettant l’accent sur le bien qui pourrait venir de l’immigration.

« C’était la conquête, notre jour est venu », a-t-il dit de leur réaction. « Ils voulaient les dominer par le nombre. C’était le destin démographique. »

Le Dr Myers et un collègue ont constaté par la suite que le fait de présenter les données différemment pourrait produire une réaction beaucoup moins anxiogène. Dans un ouvrage publié ce printemps, ils ont constaté que les effets négatifs de la lecture d’un article sur le déclin de la race blanche ont été en grande partie effacés lorsque les mêmes personnes ont appris que la catégorie blanche s’élargissait en fait en absorbant les jeunes multiraciaux par le biais des mariages mixtes.

On ne sait pas exactement quand l’idée d’un croisement majorité-minorité est apparue pour la première fois, mais plusieurs experts estiment qu’elle pourrait avoir fait surface en rapport avec la Loi sur le droit de vote de 1965.

Mme Wallman, statisticienne en chef pour les États-Unis de 1992 à 2017, qui a contribué à l’élaboration de la première norme gouvernementale de données sur la race et l’ethnicité qui est entrée en vigueur à la fin des années 1970, a dit qu’elle n’aimait pas avoir à classer les données par race, mais que le gouvernement devait le faire à titre de surveillance.

« J’aimerais qu’on n’ait pas à demander, » dit-elle. « Mais pour moi, c’est un moindre mal. »

La race est difficile à compter parce que, contrairement au revenu ou à l’emploi, il s’agit d’une catégorie sociale qui change avec les changements culturels, l’immigration et les idées sur la génétique. Donc la définition du Blanc a changé avec le temps. Dans les années 1910 et 1920, la dernière fois que les immigrants ont représenté une part aussi importante de la population américaine, il y a eu de furieux débats sur la façon de classer les nouveaux arrivants d’Europe.

Mais finalement, les immigrants d’Europe de l’Est et du Sud ont fini par être considérés comme des Blancs.

C’est parce que la race est une question de pouvoir et non de biologie, a déclaré Charles King, professeur de sciences politiques à l’Université de Georgetown.

« Plus on se rapproche du pouvoir social, plus on se rapproche de la blancheur « , a déclaré M. King, auteur d’un prochain livre sur Franz Boas, anthropologue du début du XXe siècle qui s’est opposé aux théories de la différence raciale. Le seul groupe qui n’a jamais été autorisé à franchir la ligne de démarcation vers la blancheur est celui des Afro-Américains, a-t-il dit, l’héritage à long terme de l’esclavage.

Pour Richard Alba, sociologue à la City University of New York, les projections du Census Bureau semblaient coincées dans un système de classification désuet. Le Bureau attribue une étiquette non blanche à la plupart des personnes dont on dit qu’elles ont à la fois une ascendance blanche et une ascendance minoritaire, a-t-il dit. Il a comparé cela à la règle de la goutte unique, un système de classification raciale du XIXe siècle dans lequel le fait d’avoir même un seul ancêtre africain signifiait que vous étiez noir.

« Les données du recensement faussent les réalités sur le terrain de l’ethnicité et de la race « , a déclaré M. Alba. « Il n’y aura peut-être jamais de société majoritaire-minoritaire, ce n’est pas clair. »

Interrogé sur sa réponse à la critique de M. Alba, un porte-parole du Census Bureau a déclaré dans un courriel que « nous consultons constamment les intervenants et les universitaires, y compris Richard Alba et d’autres organismes fédéraux pour améliorer nos techniques, méthodologies et tests des projections démographiques ».

William Frey, démographe à la Brookings Institution, a soutenu que le Census Bureau faisait de son mieux à une époque où la société changeait rapidement. Il était sceptique quant au fait que les Asiatiques et les Hispaniques d’aujourd’hui étaient analogues aux Américains de souche blanche du XXe siècle, et croyait qu’un dénombrement moins conservateur ne changerait pas grand-chose à la situation générale. En outre, ce n’est pas le travail des universitaires de protéger les gens des changements démographiques, a-t-il dit.

« Quelle que soit l’année ou le point tournant, le message doit être diffusé au sujet des faits réels « , a dit M. Frey. « Nous devenons une société de plus en plus diversifiée sur le plan racial au sein de notre jeune génération. »

D’autres disent qu’il ne s’agit pas de statistiques flatteuses, mais qu’elles montrent que les chiffres ont de nombreuses interprétations, et que le blanc contre tout le monde en est une seule. Non seulement cela réduit le patchwork américain à une formule politique grossière et divisive, disent-ils, mais peut-être plus important encore – avec les catégories en évolution – cela pourrait même ne pas être vrai.

En mars de cette année, le Census Bureau a publié de nouvelles projections remplies de données sur l’avenir du pays. Dans les décennies à venir, les adultes de 65 ans et plus seront plus nombreux que les enfants pour la première fois dans l’histoire du pays. La part des enfants métis devrait doubler. […]

New-York Times

 

« Madame Monsieur » qui avait représenté la France à l’Euaucherovision avec sa chanson pro-migrants annule ses concerts faute de public

 

Faute de préventes suffisantes, le concert de « Madame Monsieur », prévu initialement jeudi prochain 29 novembre à Guipavas, est annulé. Le duo s’était fait connaître par sa participation à l’Eurovision avec son titre « Merci ».

Le Télégramme de Brest

 

 

Michel Onfray : « Les gens qui ont voté Macron se sont fait avoir quand on leur a dit qu’en face il y avait des nazis »

 

Michel Onfray : « Les gens qui ont voté Macron se sont fait avoir quand on leur a dit qu’en face il y avait des nazis (…) Ça commence à se déchirer car même ceux comme Madame qui disent avoir du mal à boucler leurs fins de mois se font traiter de nazis.»
– LCI, 27 novembre 2018, 10h11

Commenter cet article