Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

__________________________

Le 16 novembre 2018

 

 

 

Washington réagit au test d’une «arme tactique de pointe» effectué par Pyongyang

 

Quelques heures après que Pyongyang a annoncé avoir testé une arme tactique «ultramoderne», le département d'État américain s’est prononcé à ce propos, se disant «confiant» et que les assurances données par Kim Jong-un pendant son sommet avec Donald Trump seraient tenues.

Les États-Unis restent «confiants» que les engagements sur la dénucléarisation pris par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors de son sommet avec le Président Donald Trump seront tenus, a déclaré jeudi un porte-parole du département d'État.

«Nous parlons avec les Nord-Coréens de l'application de tous ces engagements. Nous restons confiants que les promesses faites par le Président Trump et par le dirigeant Kim seront tenues», a-t-il déclaré.

 

Kim Jong Un, archives

Le porte-parole a rappelé, cité par l'AFP, qu'au sommet de Singapour en juin dernier, MM. Trump et Kim «avaient pris un certain nombre d'engagements sur une dénucléarisation définitive et complètement vérifiée et sur la création d'un avenir plus brillant pour la Corée du Nord».

Lire la suite

 

Un général israélien promet aux Palestiniens une «tolérance zéro»

 

Dans une vidéo réalisée en arabe, un général de brigade de l’armée israélienne a envoyé un avertissement aux Palestiniens, promettant une «tolérance zéro» et annonçant que les émeutiers «se mettront en danger» lors des affrontements prévus vendredi.

Un général de l'Armée de défense d'Israël a annoncé jeudi aux Gazaouis que «la patience d'Israël était épuisée et que nous répondrions sévèrement» à ceux qui participeront aux affrontements le long de la frontière vendredi, rapporte The Times of Israel.

Dans une vidéo en arabe publiée sur sa page Facebook, le major général Kamil Abu Rukun, connu par le passé en tant que coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, a déclaré aux Palestiniens qu'Israël était en train d'adopter une politique de tolérance zéro à l'égard de la violence à la frontière, indique le média.

«Toute personne qui s'approche à moins de 100 mètres de la clôture se mettra en danger. Toute personne qui détruit la clôture ou tente de l'endommager se mettra en danger. Toute personne qui tente de franchir la barrière de sécurité israélienne se mettra en danger», a déclaré le responsable militaire.

Lire la suite

 

 

Affaire Khashoggi : de nouveaux faits pour contredire la justice saoudienne

 

Un éditorialiste proche du pouvoir turc donne de nouveaux détails, ce vendredi, sur l’exécution du journaliste Jamal Khashoggi.

Dès jeudi, la Turquie s’était dite insatisfaite des explications de l’Arabie saoudite dans l’affaire Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre au consulat saoudien à Ankara (Turquie). Ce vendredi matin, dans le quotidien Hürriyet, de nouveaux éléments factuels viennent contredire la thèse saoudienne dans la mort du journaliste saoudien passé en dissidence.

La Turquie disposerait notamment d’un deuxième enregistrement audio, qui contredit la version donnée jeudi par le royaume. Jeudi, le procureur général saoudien a requis jeudi la peine de mort contre cinq accusés pour leur rôle dans le meurtre de Jamal Khashoggi, affirmant que le journaliste avait été « drogué, tué et démembré » au consulat de son pays à Istanbul le 2 octobre.

Selon lui, le chef de l’équipe dépêchée par Ryad pour ramener le journaliste de gré ou de force, aurait pris seul et sur place la décision de le tuer. Une manière de dédouaner le prince héritier Mohammed Ben Salmane, surnommé « MBS ».

L’exécution aurait duré 7 minutes

Selon le procureur, Khashoggi aurait d’abord été drogué, puis tué. Son corps démembré dans le consulat aurait ensuite été remis à un « collaborateur » à l’extérieur de la représentation diplomatique. A ce jour, la police turque n’est pas parvenue à retrouver les restes humains et des sources turques ont affirmé que la tête du journaliste avait été apportée à Ryad.

Dès jeudi soir, le ministre turc des Affaires étrangères a contredit les dires saoudiens. Mevlut Cavusoglu a affirmé que du matériel de démembrement avait été apporté d’Arabie en Turquie et il a redit que le meurtre avait été planifié.

Ce vendredi matin, l’influent éditorialiste Abdulkadir Selvi, proche du pouvoir, écrit dans le quotidien Hürriyet que les autorités turques disposent d’éléments prouvant d’abord qu’aucune tentative de négocier avec le journaliste n’a été exprimée dans le consulat. Puis que Jamal Khashoggi n’a pas été drogué ni endormi, mais directement étranglé ou étouffé « à l’aide d’une corde ou d’un sac en plastique ».

L’exécution aurait duré 7 minutes, au cours desquelles Khashoggi aurait tenté de lutter pour sa vie. Son corps aurait ensuite été découpé en quinze morceaux par « le président de l’institut saoudien de médecine légale ».

« On entend l’équipe saoudienne discuter de la façon d’exécuter Khashoggi »

En outre, Selvi assure qu’une équipe de 15 personnes s’est mise en place dès le 28 septembre, date à laquelle Khashoggi a pris rendez-vous au consulat pour ses démarches de mariage. Grâce à un second enregistrement sonore, capté 15 minutes avant le meurtre, Ankara pourrait affirmer le caractère délibéré du crime. Sur cet audio, « on entend l’équipe saoudienne en train de discuter de la façon d’exécuter Khashoggi, passer en revue son plan préparé à l’avance et rappeler à chacun de ses membres son rôle », selon Abdulkadir Selvi.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a, plusieurs fois, affirmé que l’ordre de tuer Khashoggi avait été donné « aux plus hauts niveaux de l’Etat » saoudien. Il a écarté la responsabilité du roi Salmane, mais la presse et des responsables turcs anonymes ont incriminé son fils, le prince Mohammed. Et des proches de MBS ont été limogés à la minute où l’Arabie a reconnu son implication dans la mystérieuse disparition de Khashoggi.

Source

 

 

Affaire Khashoggi: la justice saoudienne dédouane le prince héritier

 

 
Jeudi, le parquet saoudien a totalement dédouané le prince héritier dans l'affaire Khashoggi.

Note: Commentaire de centurion1113 centurion1113 Youtube  : On nous prend extraordinairement pour des CONS! C est typique dans les pays arabes où il y a des monarchies , On accuse et condamne ceux qui ont exécutés leurs crimes ou leurs ordres ( des dirigeants ) c est toujours comme ça ....Et dans ce cas précis , c est avec l aval des grandes puissances puisque personne ne bouge , MAIS TOUT LE MONDE SAIT QUI A FAIT QUOI ET C EST TOUJOURS LA FORCE QUI PRIME ! Dans toutes les monarchies arabes pourries on sacrifie les fusibles , ils n ont que le pouvoir qu ils méritent ( les peuples du monde entier ) ! Donc encore un cran plus haut dans le crime organisé de haut vol , ils n ont plus honte de mentir aussi grossissement , c est comme ça et pas autrement , le 21 ème siècles est mal-barré .nc

 

 

Affaire Khashoggi: 17 Saoudiens, dont le consul général en Turquie, sous sanctions US

 

En lien avec l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, Washington a imposé ce jeudi un régime de sanctions à 17 responsables saoudiens, dont le consul général du royaume en Turquie, a annoncé le Département du Trésor des États-Unis.

Les États-Unis ont infligé des sanctions à 17 Saoudiens et ce en lien avec l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Ces mesures ont été introduites dans le cadre de la loi «Global Magnitsky Act», qui est une liste de personnes violant, selon les autorités américaines, le droits de l’Homme. Le document ad hoc a été publié sur le site Web du Département du Trésor des États-Unis.      

Mohammed ben Salmane

D’après ces informations, Saoud al-Qahtani, ancien conseiller du prince héritier, et Mohammad al-Otaibi, consul général du royaume en Turquie, figurent sur la liste des personnes visées par les sanctions.

Lire la suite

 

On vous explique pourquoi le projet d'accord sur le Brexit plonge le Royaume-Uni dans la crise

 

Theresa May face à la Chambre des communes, à Londres (Royaume-Uni), le 15 novembre 2018.

Quatre membres du gouvernement britannique ont démissionné, affaiblissant Theresa May alors qu'un projet d'accord de sortie de l'Union européenne a été conclu avec Bruxelles.

Lire l'article

 

Mali : le chef de la faction Al-Mansour Ag Alkassim aurait été tué durant un raid des forces spéciales françaises

 

 

Sept jihadistes ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans le nord du Mali lors d’un raid mené par des soldats français de l’opération Barkhane, a indiqué ce jeudi l’état-major français des armées. Parmi les jihadistes tués figure « très probablement » Al-Mansour Ag Alkassim, le chef d’une faction du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, principale alliance jihadiste du Sahel liée à al-Qaïda. L’opération a été menée contre un groupe terroriste (GAT) formellement identifié. Le commando envoyé sur place a officiellement « riposté » à des tirs ennemis.

L’état-major français parle d’un coup sévère porté aux groupes terroristes opérant dans la région. L’opération s’est déroulée de nuit, lors d’un raid héliporté dans la région du Gourma. La cible était surveillée par un drone, évoluant en altitude. L’objectif était le commandant de la katiba Al-Mansour Ag Alkassim, surnommé Katiba « 3-Alpha » par les militaires de Barkhane. Groupe armé bien connu, mais dont le chef restait mystérieux opérant dans le centre du Mali, et dont le renseignement français évaluait les effectifs à une cinquantaine d’hommes au total.

Le mode d’action correspond à celui des forces spéciales françaises (COS), qui sont généralement chargées de traquer et neutraliser les chefs de guerre les plus dangereux. A Paris, l’état-major évoque « l’élimination très probable » du chef de la katiba. Sur les réseaux sociaux, des messages audio de condoléances en langue Tamasheq ont été publiés.

www.rfi.fr

 

11- Novembre : la Serbie ne décolère pas contre Paris et se sent humiliée

 

Les Serbes regrettent le traitement qui a été réservé à leur président Aleksandar Vucic dimanche à Paris au cours des cérémonies du centenaire de l'Armistice de 1918. 

La colère contre la France ne retombe pas parmi les Serbes qui estiment que leur président et leur pays ont été humiliés aux cérémonies du centenaire de l'Armistice de 1918 à Paris.

Le président Aleksandar Vucic avait été placé le 11 novembre dans une tribune secondaire, quand celui du Kosovo, Hashim Thaçi, était dans celle du Français Emmanuel Macron, avec le Russe Vladimir Poutine, l'Allemande Angela Merkel et l'Américain Donald Trump. La différence de traitement est jugée d'autant plus humiliante que Belgrade ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo, son ancienne province majoritairement peuplée d'Albanais.

Jeudi, presse et responsables continuaient de se faire l'écho de ce que l'ambassade de France a décrit comme une "maladresse", une explication qui ne convainc pas.

Lire la suite

 

Note:  encore du Macron tous cracher !

 

 

Tariq Ramadan obtient sa remise en liberté sous réserve du paiement d'une caution de 300 000 euros

 

Tariq Ramadan pourrait sortir prochainement de prison. Mis en examen et incarcéré depuis début février pour des soupçons de viols sur deux femmes, il a obtenu, jeudi 15 novembre, sa mise en liberté sous conditions, indique à l'AFP son avocat, Emmanuel Marsigny.

L\'islamologue suisse Tariq Ramadan, ici à Abidjan (Côte d\'Ivoire) en 2001, est incarcéré depuis le mois de février pour des soupçons de viols sur deux femmes.

L'avocat des plaignantes, Francis Szpiner, a détaillé sur Twitter les détails de ces conditions, fixées par la cour d'appel de Paris : "le paiement d'une caution de 300 000 euros dont 200 000 pour garantir le paiement des amendes et dommages-intérêts, la remise de ses documents d'identité et de voyage, pointer une fois par semaine au commissariat de son domicile, ne pas sortir du territoire et répondre à toutes les convocations de la justice".

Lire la suite

Les juges de la Chambre d’instruction ont estimé jeudi dans leurs motivations, consultées par Europe 1, qu' »il n’est pas démontré que la détention provisoire (de Tariq Ramadan) serait encore l’unique moyen d’éviter une pression sur les témoins ».

Alors que l’islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour des soupçons de viols sur deux femmes, a obtenu jeudi sa remise en liberté sous conditions, Europe 1 a pu consulter les motivations des juges de la Chambre de l’instruction.

Les juges se prononcent uniquement sur l’intérêt de la détention. Les juges n’excluent pas que Tariq Ramadan ait pu commettre les faits de viols pour lesquels il est mis en examen. Mais un an après le début des investigations, les juges de la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris ont estimé jeudi que sa détention provisoire n’était plus justifiée pour prévenir les risques de pression et garantir son maintien à disposition de la justice. (…)

La détention provisoire n’apparaît plus comme nécessaire pour empêcher d’éventuelles pressions. Néanmoins, ils estiment que l’enquête est suffisamment avancée pour que la détention provisoire, dont la loi prévoit qu’elle soit l’exception, n’est plus nécessaire. « Compte tenu de l’ensemble des éléments déjà recueillis […] plus d’un an après le début des investigations » et alors que les premières plaignantes ont été entendues et confrontées chacune avec Tariq Ramadan, « il n’est pas démontré que la détention provisoire serait encore l’unique moyen d’éviter une pression sur les témoins et les parties civiles ou garantir son maintien à la disposition de la justice ».

Une remise en liberté sous conditions. Les magistrats ont donc décidé de la remise en liberté de Tariq Ramadan sous caution de 300.000 euros assortie d’un contrôle judiciaire lui interdisant de quitter le territoire, la remise de son passeport, un pointage hebdomadaire au commissariat et l’interdiction d’entrer en contact avec les parties civiles.

 

 

Enghien-les-Bains (95) : un migrant clandestin tente de tuer un policier pendant sa garde à vue

 

Cinquante-deux points de suture à la tête après l’agression de la nuit, un visage devenu méconnaissable après les coups : cela situe la violence de l’agression subie dans la nuit par un gardien de la paix d’Enghien âgé de 27 ans. Peu avant 6 heures du matin, le suspect qui était en garde à vue lui a porté une série de coups violents en s’armant du couvercle de la chasse d’eau des toilettes. Âgé de 46 ans, habitant probablement Paris, en situation irrégulière en France, il fait l’objet d’une enquête criminelle ouverte pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique. Sa garde à vue se poursuivait ce jeudi soir.

(….)

 

Boubakeur / terroristes : « S’ils sont là, c’est la faute de l’Europe et de l’Occident qui ont laissé passer ces prédicateurs de la haine »

 

[…] Au sujet de la récente vague d’attentats, le recteur confie : « à chaque fois, mon cœur se serre aussi de peur d’apprendre que l’auteur est musulman ». Quant à leurs auteurs qui crient « Allahu akbar » après leurs exactions, il déclare sans détour :

« Ces gens-là, ce n’est pas notre modèle. S’ils sont là, c’est la faute de l’Europe et de l’Occident qui ont laissé passer ces prédicateurs de la haine, ces escrocs de la religion qui ont réussi à contaminer une population ignorante. Et là comme Émile Zola, au moment de l’affaire Dreyfus, j’accuse tous les gouvernements qui ont laissé entrer ces gens-là comme si de rien n’était ».

Selon lui, l’argent des puissances wahhabites du Golfe est entré « en masse en France dans le but de radicaliser une population pratiquant un islam paisible ». […]

La Croix

 

Note : accusation typiquement musulmanes. C'est jamais leurs faute, toujours celle des autres, et ils ne se remettent jamais en question

 

Werber : « Ne pas mentionner l’islam quand un attentat est fait en son nom, c’est se mettre la tête dans le sable comme l’autruche qui va finir par se faire bouffer »

 

Dans son dernier roman, La boîte de Pandore, Bernard Werber règle ses comptes avec les mensonges de l’histoire officielle. Son héros, prof de lycée désabusé, découvre les vies de ses anciennes incarnations […]

Votre héros est sur le point de prouver l’existence de l’Atlantide, mais voit sa quête compromise par l’intégrisme musulman. Que pensez-vous du débat actuel sur l’islamophobie?

Il me semble qu’il y a un retour de l’obscurantisme qui se manifeste dans le terrorisme, l’intolérance envers les autres religions et la croyance que les femmes ont un statut inférieur. C’est une nouvelle épreuve pour notre civilisation des Lumières.

Ne pas mentionner l’islam quand un attentat est fait en son nom, c’est se mettre la tête dans le sable comme l’autruche qui va finir par se faire bouffer. C’est ce qui s’est passé à Rotherham, en Angleterre, où un réseau de Pakistanais a pu agresser 1000 jeunes filles parce que les autorités avaient peur que ça ait l’air d’être de l’islamophobie. […]

LaPresse.ca

 

Seine-Saint-Denis. Fadela Benrabia : «Tout est hallalisé. La population a complètement été transformée»

 

 

Faut-il avoir peur de l’islam ? Le magazine Famille chrétienne a lu les livres « Inch’Allah », de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes d’investigation au Monde, ainsi que celui que Jean-Frédéric Poisson, « L’Islam à la conquête de l’Occident».

Vers une guerre de religion, infos du 16 novembre 2018

 

Les islamistes rentrent comme dans du beurre dans une société atomisée dont les responsables, politiques et éducatifs, n’ont qu’une idée en tête : pas de vague ! Toutes les compromissions faites pour améliorer le « vivre ensemble », sont, pour les musulmans, autant de pas vers l’installation de la charia.

Toutes ces compromissions faites pour améliorer le « vivre ensemble », sont interprétées par les musulmans comme autant de victoires, autant de pas supplémentaires vers l’installation de la charia.

«Le nombre de gamines qui remettent le voile à la sortie du collège, ça a explosé. Tout est hallalisé» Qui parle ? Éric Zemmour ? Marine Le Pen ? Un nostalgique de la « douce France » façon Trénet ? Vous n’y êtes pas. Celle qui s’exprime ainsi s’appelle Fadela Benrabia, préfète déléguée à l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis. D’origine kabyle, elle évoque sans fard l’évolution religieuse du département. « Ici, les filles portaient le foulard, et puis le foulard est devenu noir, et puis c’est devenu le niqab. C’est allé très vite. La population a complètement été transformée. Les Blancs s’en vont, les Arabes non musulmans aussi. Restent ceux qui acceptent de vivre avec pas de charcuterie, pas de possibilité pour les femmes de se promener dans l’espace public, etc.  »

C’est l’une des nombreuses scènes choc d’Inch’Allah. […]

Au dépôt RATP des Pavillons-sous-Bois, célèbre « repaire de barbus », le principe officiel de neutralité est quotidiennement bafoué. Certains refusent de conduire juste après qu’une femme a tenu le volant. Et les conducteurs sont choisis en fonction de leur couleur de peau : « Pour conduire un bus dans un quartier où il n’y a que des Arabes, on fait conduire le bus par un Arabe. Un bus qui doit circuler dans un quartier où il n’y a que des Noirs, on le fait conduire par un Noir », résume crûment un agent. […]

Famille chrétienne

 

Hauts De France: La recrudescence des meurtres très violents et “gratuits” inquiète la police

 

Plusieurs homicides extrêmement violents ont été commis ces derniers mois dans le Nord et le Pas-de-Calais. Des hommes tabassés à mort pour des motifs futiles, voire gratuitement. La police judiciaire de Lille s’inquiète de cette banalisation de la violence, notamment chez les plus jeunes.

Sébastien Pierru, Baptiste Jean-Jacques, François Maës, Gaëtan Gobert, Jean-Pierre Cayet ou encore Jean-Michel Camphin sont des hommes qui ont été tués, ces dix derniers mois dans le Nord et Pas-de-Calais, pour des motifs futiles, voire « gratuits ». Ils sont des victimes d’homicides dont l’extrême violence est difficile à comprendre.

Selon la police judiciaire, ces meurtres gratuits sont plus fréquents qu’auparavant et cette banalisation de la violence, inquiétante. Pour l’expert-psychiatre et criminologue Roland Coutanceau, plusieurs facteurs expliqueraient cette « violence explosive » chez certains « sujets immatures et déstructurés« .

(…)

Sébastien Pierru avait été tabassé à mort dans la nuit, par des individus qu’il ne connaissait pas et qu’il avait eu la gentillesse de prendre en auto-stop, alors qu’ils sortaient de discothèque, très alcoolisés.

(…)

Le 15 septembre dernier à Lomme, Baptiste Jean-Jacques, 19 ans, était lui tué de 23 coups de couteau par le voisin d’une amie dans un immeuble à Lomme, pour une histoire de musique trop forte. Il n’était apparemment en rien impliqué dans le tapage dont se plaignait le mis en cause.

(…)

Dans la soirée du 1er septembre dernier, François Maës, ouvrier dunkerquois sans histoires de 45 ans, a également été tué dans un déchaînement de violence, pour rien, dans un appartement à Coudekerque-Branche. Plusieurs fractures, notamment du larynx et des côtes, ecchymoses sur toute la surface du corps, boite crânienne défoncée et de nombreuses brûlures : le quadragénaire est mort au terme d’un véritable calvaire.

(…)

Effet de bande, facteur aggravant

A la fin du mois de juin 2018, c’est un lillois à peine majeur qui a été mis en examen et incarcéré pour le meurtre de Gaetan Gobert. Ce dernier est mort après avoir subi « une agression très sauvage » selon les propres mots des enquêteurs, notamment à coups de bâton, de la part d’un groupe d’individus.

(…)

« Est-ce qu’ils prennent la mesure de leurs actes ? Je n’en suis pas tout à fait certain, s’interroge le patron de la PJ de Lille. Ils naviguent dans un monde de violence, avec la loi du plus fort« . Comment peuvent-ils en arriver là ? Romuald Muller n’y voit « pas d’explication majeure« . Selon lui, il s’agit d’un « problème d’éducation, de respect de la personne humaine, des valeurs humaines« .

(…)

France 3

 

Près de 450.000 musulmans dans le Val-de-Marne selon le président du RAM 94

 

Karim Benaïssa, à la tête de l’Union des associations musulmanes de Créteil, dirige le tout nouveau Rassemblement des associations musulmanes du Val-de-Marne. Objectif de la structure : améliorer le quotidiens des fidèles.

C’est l’aboutissement de dix ans de discussions et de réunions en tout genre. Depuis quelques jours, est né le RAM 94. Sous cet acronyme se cache le Rassemblement des associations musulmanes du Val-de-Marne. Karim Benaïssa, qui préside déjà l’Union des associations musulmanes de Créteil, a été choisi pour mener à bien cette instance, destinée à améliorer le quotidien des musulmans dans le Val-de-Marne. Selon lui, il y aurait près de 450 000 musulmans dans le 94* ce qui en ferait « le 2e département de France après la Seine-Saint-Denis ». Un chiffre difficile à confirmer, aucune statistique officielle de ce type n’étant disponible en France. […]

Le Parisien

* Le Val-de-Marne compte près d’1,4 million d’habitants (NDLR)

 

 

Seine-Saint-Denis: Dix adultes obligeaient des jeunes filles à voler et se marier

 

Dix-huit mois d’enquête ont été nécessaires pour mettre en lumière les contours de ce système qui exploitait une quinzaine de jeunes femmes, dont la moitié sont mineures…

La brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne a arrêté mardi une dizaine d’adultes en Seine-Saint-Denis, soupçonnés d’avoir obligé des jeunes filles à voler, a-t-on appris de source policière. «Il s’agit d’une organisation criminelle clanique de traite aggravée d’êtres humains»…

(…)

…un système bien huilé dans lequel une quinzaine de jeunes femmes, dont «la moitié avaient entre 9 et 17 ans», «travaillaient» tous les jours de 10 heures à 17 heures dans l’agglomération parisienne. Elles avaient été formées par les adultes au vol à la tire et au vol par ruse auprès des personnes âgées. Avant 20 ans, les jeunes filles étaient mariées de force en échange d’une dot de la future belle-famille. Cette dot était évaluée en fonction des «capacités» de la jeune femme à voler.

20 Minutes

 

L’Estonie rejette à son tour le Pacte de l’ONU sur les migrations.

 

Jeudi 15.11.2018 : L’Estonie ne soutiendra pas non plus le pacte mondial sur les migrations des Nations unies.

Le gouvernement de Tallinn n’a pas réussi à se mettre d’accord, lors de son conseil des ministre de ce jeudi, sur le fait d’adhérer au pacte de l’ONU sur les migrations. « En formant une coalition, nous avons convenu de prendre des décisions par consensus. Malheureusement, un tel consensus n’a pas été atteint aujourd’hui », a déclaré le chef du gouvernement Jüri Ratas.

Alors que le ministre des Affaires étrangères Sven Mikser s’était prononcé en faveur de l’adhésion, le ministre de la Justice Urmas Reinsalu et son parti conservateur Pro Patria ont exprimé leur rejet en invoquant des préoccupations juridiques. Ils craignent que le Pacte devienne partie intégrante du droit international et restreigne ainsi la souveraineté nationale de l’Estonie en matière d’immigration.

Avant l’Estonie, la République tchèque, la Bulgarie, les États-Unis, l’Autriche, la Hongrie et l’Australie, entre autres, avaient également déclaré rejeter ce Pacte.

Focus.de

 

Maroc : le TGV « Al-Boraq » financé par la France pour plus d’un milliard d’euros

 

 

Emmanuel Macron s’est rendu à Tanger jeudi, pour inaugurer avec le roi Mohammed VI la première ligne ferroviaire à grande vitesse d’Afrique. Un déplacement important pour le président, qui compte faire de ce train, construit avec le soutien financier de la France, une vitrine à l’international. L’objectif est aussi de convaincre d’autres pays du continent africain à choisir le TGV dans les prochaines années.

 

Le coût global du projet Al Boraq s’élève à 22,9 milliards de dirhams (MMDH). Il est structuré comme suit:

Budget général de l’Etat et Fonds Hassan II pour le développement économique et social: 6,5 MMDH.

→ Lire aussi : SM le Roi et le Président français inaugurent le Train à Grande Vitesse “Al BORAQ” reliant Tanger à Casablanca

État français: 11,5 MMDH, dont 825 MDH de don, 7,5 MMDH de prêt du Trésor français et 3,2 MMDH de l’Agence française de développement;

Fonds arabes: 4,9 MMDH, comprenant 1,5 MMDH du Fonds saoudien pour le développement, 1,1 MMDH du Fonds Koweïttien pour le développement économique arabe, 1,1 MMDH du Fonds d’Abu Dhabi pour le développement et 1,1 MMDH du Fond arabe pour le développement économique et social.

Maroc Diplomatique

 

16 novembre 1940: De Gaulle crée l’ordre de la Libération

 

 » Patriam Servando – Victoriam Tulit « 

(« En servant la Patrie, il a remporté la victoire. »), telle est la devise inscrite au revers de la Croix de la Libération. Cette décoration, symbole de l’Ordre de la Libération, est décernée à ceux ayant œuvré pour la Libération de la France lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est à Brazzaville, en 1940, quelques mois après l’appel du 18 juin, que le général de Gaulle crée l’Ordre de la Libération. Si la création de cette institution en pleine période de guerre peut paraître étonnante, le chef des Français libres a compris que la bataille sera longue et souhaite, par cette initiative, trouver un symbole fort permettant de récompenser ceux qui se distingueraient dans les combats.

(…)

La Croix de la Libération ne fût attribuée qu’à peu de personnes et de communes, selon des critères très stricts, privilégiant ceux qui se sont démarqués par de grandes actions durant la guerre. Sont ainsi nommés, parmi d’autres, Henri Bouquillard, Félix Éboué, Emmanuel d’Harcourt, Edmond Popieul, et Georges Thierry d’Argenlieu. Si à l’origine, le général de Gaulle pensait nommer les titulaires de cette décoration « Croisés de la Libération », la présence de musulmanet de juifs dans les rangs de la France libre l’amène à reconsidérer la chose. Le terme de « Croisé », faisant référence aux Croisades, fût finalement abandonné au profit de « Compagnons de la Libération ».

(…)

Revue des deux mondes

Commenter cet article