Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

__________________________

Le 13 novembre 2018

 

 

 

Gaza: les groupes palestiniens annoncent un cessez-le-feu avec Israël

 

Après une journée d'échanges intenses de tirs et de pilonnages, les groupes palestiniens ont annoncé un cessez-le-feu avec Israël, annoncent-ils dans leur communiqué.

Les combattants palestiniens ont annoncé mardi soir un cessez-le-feu avec Israël conclu indirectement sur intercession égyptienne, et ont indiqué qu'ils s'y tiendraient si l'État hébreu le respecte également.

Une explosion dans la bande de Gaza suite à un raid israélien (archive photo)
Les efforts de l'Égypte ont permis d'aboutir à un cessez-le-feu entre la résistance et l'ennemi sioniste, et la résistance le respectera aussi longtemps que l'ennemi sioniste le respectera», ont annoncé les groupes dans un communiqué conjoint. Aucune confirmation n'a été obtenue dans un premier temps de la part d'Israël.

La journée de lundi a été marquée par un nouveau regain des hostilités israélo-palestiniennes. Selon les dernières informations, Tsahal a enregistré 460 tirs de roquettes depuis la bande de Gaza et en a intercepté une centaine, a fait savoir son service de presse. La nuit dernière, un homme a été tué à Ashkelon lorsqu'une roquette a touché une habitation. Plus de 50 personnes ont été blessées, deux d'entre elles sont dans un état critique, ont affirmé des policiers et des médecins.

Lire la suite

 

 

Salve de roquettes tirée depuis Gaza: Tsahal ferait appel à ses réservistes

 

Environ 400 projectiles tirés depuis lundi. 100 interceptés par le Dôme de fer, plus de 150 sites ciblés à Gaza. Les deux parties mettent en garde contre des combats plus intenses

Vers une guerre de religion, infos du 13 novembre 2018

Ankara : « Israël doit cesser immédiatement ces attaques contre la population de Gaza »

La Turquie a exhorté mardi Israël à « cesser immédiatement » ses frappes contre la bande de Gaza, appelant la communauté internationale à « passer à l’action ».

« Israël doit cesser immédiatement ces attaques contre la population de Gaza », a déclaré le porte-parole de la présidence Ibrahim Kalin, cité par l’agence de presse étatique turque Anadolu.

« La communauté internationale, qui reste silencieuse devant les attaques d’Israël, doit prendre ses responsabilités et passer à l’action », a-t-il ajouté.

 

Missile anti-char : La mère du soldat grièvement blessé demande des prières

La mère d’un soldat de l’armée israélienne qui a été grièvement blessé par une roquette lancée depuis la bande de Gaza, hier, a demandé mardi des prières pour le rétablissement de son fils de 19 ans.

Elle a expliqué à la chaîne Hadashot que son fils se trouvait encore dans une unité de soins intensifs de l’hôpital Soroka à Beer Sheva après avoir subi deux interventions majeures la nuit dernière.

« Je vous demande de prier pour le rétablissement de mon fils, pour que mon fils ouvre les yeux », a-t-elle dit. « Nous espérons qu’il le fera d’ici ce soir ».

 

Direct sur Times of Israël

 

LIRE AUSSI : Gaza : le bâtiment de la télévision du Hamas détruit par l'aviation israélienne

 

 

 

Gaza : les tirs de roquettes palestiniens et les frappes israéliennes se poursuivent

 

VIDÉOS - Plusieurs centaines de roquettes et d'obus ont été tirées par le Hamas et les groupes armés palestiniens. L'aviation israélienne a riposté en menant une centaine de raids sur des sites militaires et des infrastructures gouvernementales. Des morts et des blessés sont à déplorer des deux côtés.

Vers une guerre de religion, infos du 13 novembre 2018

De notre correspondant à Jérusalem,

Des tirs de roquettes et en riposte des bombardements aériens. Le conflit larvé entre le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et Israël a basculé lundi et durant la nuit dans une guerre ouverte. Le mouvement islamiste et les groupes armés palestiniens ont tiré plusieurs centaines de roquettes et d'obus - 370, selon les forces de défense israéliennes (IDF) - en direction du sud d'Israël. L'aviation israélienne a mené en représailles une centaine de raids visant des sites militaires mais aussi des infrastructures gouvernementales dans le territoire palestinien. Au moins trois Palestiniens ont été tués. Les Israéliens déplorent un mort et des dizaines de blessés, pour la plupart touchés par des éclats. Deux d'entre eux sont dans un état critique. Ces affrontements sont les plus violents depuis la guerre de 2014.

C'est une opération ratée de l'armée israélienne qui a mis le feu aux poudres alors qu'un arrangement semblait se dessiner entre Palestiniens et Israéliens après sept mois de crise à Gaza. Un commando nocturne infiltré dans le sud du territoire a été surpris dimanche soir par une patrouille des brigades al-Qassam, le bras armé du Hamas. Un lieutenant-colonel de Tsahal a été tué. Six combattants palestiniens, dont un commandant, ont perdu la vie lors de l'exfiltration des soldats israéliens assurée avec l'appui de raids aériens et, semble-t-il, d'un hélicoptère d'évacuation.

C'est après les obsèques des victimes palestiniennes que la situation a dégénéré. Le Hamas et le Djihad islamique ont cherché à se venger en tirant un barrage d'obus de mortier et de missiles sur des zones israéliennes habitées. Des frappes pour la plupart imprécises en partie contenue par le Dôme d'acier, le système de défense électronique du ciel israélien. Les sirènes d'alerte ont commencé à résonner poussant des dizaines de milliers d'habitants de la région frontalière dans les abris. Certains engins sont tombés dans des champs ou des terrains vagues. D'autres ont atteint des bâtiments. Un véhicule de transport en commun a été touché et un jeune passager - un soldat - a été grièvement blessé dans l'explosion.

Lire la suite

 

LIRE AUSSI - Gaza: regain de tension après la mort d'un colonel israélien lors d'une opération secrète

Lire aussi: 22 Israéliens blessés après le tir d’au moins 300 projectiles depuis Gaza

 

«L'affaire Khashoggi est un écran de fumée que peut allègrement utiliser M. Erdogan»

 

 

Entretien du 13/11/2018 avec Bahar Kimyongür, journaliste indépendant. Il commente pour RT France les suites politiques et diplomatiques de l'affaire Khashoggi pour Recep Tayyip Erdogan, les avantages inespérés qu'il pourrait en tirer.

 

 

L'idée d'une «armée européenne» déplaît fortement à l'Otan

 

Alors que le débat autour d'une armée européenne a été relancé par Emmanuel Macron, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a jugé une telle démarche «totalement dénuée de sens», et a réaffirmé la primauté du «lien transatlantique».

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a mis en garde, en plein débat sur la formation d'une «armée européenne», contre tout éventuel renforcement de l'Europe de la défense au détriment de l'Alliance atlantique.

«Je salue les efforts renforcés de l'Union européenne en matière de défense [...] parce que c'est une bonne chose si les alliés européens ont plus de capacités, s'ils travaillent plus étroitement ensemble», a déclaré le Norvégien au cours du Forum Otan-Industrie à Berlin. «Ce dont nous ne nous félicitons pas, c'est que l'UE commence à développer des structures en double», a mis en garde le dirigeant de l'Otan.

Lire la suite

 

Note : "dénuée de sens" comme toute les pensées de Macron

 

Stoltenberg évoque le rôle de l’Otan en Libye et le projet d’armée européenne de Macron

 

L’opération en Libye n’a pas été initiée par l’Otan, mais par plusieurs pays européens qui se sont ensuite rendus compte qu’ils avaient besoin de l’aide de l’Alliance, selon le secrétaire général de l’organisation Jens Stoltenberg.

L'initiative de l'opération en Libye n'appartient pas à l'Otan, mais à plusieurs pays européens qui ont compris plus tard qu'ils ne pouvaient pas se passer de l'aide de l'Alliance, a annoncé Jens Stoltenberg lors d'une conférence à Berlin.

Deux F-16 (image d'archives)

«Il va de soi que parfois des alliés européens doivent être capables de faire quelque chose sans les États-Unis. On ne dit pas que toutes les opérations de l'Otan doivent être conjointes avec les États-Unis. Mais ces derniers sont grands et l'on a souvent besoin d'eux. Ainsi je me souviens bien de l'opération en Libye parce que j'étais à l'époque Premier ministre de Norvège et la Norvège s'y est jointe», a expliqué M.Stoltenberg.

Lire la suite

 

 

 

 

Coup de sang de Geoffroy Lejeune contre Londres qui aurait refusé l’asile à la Chrétienne Asia Bibi de peur de froisser la communauté pakistanaise

 

Coup de coeur de Gérard Miller pour la Chrétienne Asia Bibi libérée après avoir passé 8 années en prison pour blasphème pour avoir bu de l’eau réservée aux musulmans, et coup de sang de Geoffroy Lejeune contre Londres qui refuserait de l’accueillir pour ne pas froisser la communauté pakistanaise.
– LCI, 12 novembre 2018, ,17h50

 

Castaner s’inquiète des «forts mouvements migratoires» à la frontière franco-espagnole

 

Les flux migratoires sont-ils en train de se déplacer? C’est le constat que font depuis plusieurs mois les spécialistes de la police aux frontières (PAF). Alors qu’ils se dirigeaient auparavant en Italie, les migrants se tournent désormais vers l’Espagne.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé lundi un renfort d’effectifs sur les Pyrénées. Il envisage également la nomination d’un coordinateur dans la zone.

Le phénomène a été observé «avant l’arrivée du nouveau gouvernent italien et de Matteo Salvini», a affirmé lundi à l’AFP le procureur de Perpignan, Jean-Jacques Fagni. Selon le magistrat, il y a ainsi «un fort développement des filières d’immigration clandestine dans les Pyrénées-Orientales». En France, ces affaires semblent commencer à inquiéter le gouvernement. […] […]

Le Figaro

 

 

Trois ans après les attentats du 13 novembre, un cortège pour rendre hommage aux victimes

 

VIDÉOS - Ce mardi matin, un cortège a relié les six lieux des attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés. Pour la première fois, le président de la République n'était pas présent.

Le 13 novembre 2015, neuf hommes ont mené une série d'attaques aux abords du Stade de France de Saint-Denis et dans la capitale, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés. Trois ans après ces attentats djihadistes, les plus meurtriers commis en France, et comme chaque année, un hommage national est rendu ce mardi aux victimes.

Un cortège est parti du Stade de France, au nord de Paris, où trois premiers djihadistes s'étaient fait exploser, tuant une personne et faisant des dizaines de blessés, atteints par les projectiles contenus dans leurs ceintures explosives.

Lire la suite

 

 

 

Radicalisation : les maires seront informés des risques dans leur commune

 

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner doit signer mardi une circulaire permettant aux maires d’être informés des risques de radicalisation islamiste sur leurs communes. C’était une promesse faite en mai par Emmanuel Macron lors du congrès des maires de France.

Il y a trois situations majeures dans lesquelles un maire pourra recevoir de l’information

– Un maire pourra ainsi être informé du risque encouru sur sa commune lorsqu’il organise un événement.

– Il sera informé du suivi des personnes qu’il a lui-même signalées aux autorités. « Jusqu’à présent le maire pouvait signaler, il n’avait aucun retour. Je souhaite que systématiquement, quand un maire donnera une information, il puisse avoir un retour précis sur son information », a dit le ministre sur BFMTV.

– Un maire sera également informé des risques de radicalisation d’agents publics lorsqu’il s’agira de « postes sensibles » comme un employé de crèche ou un éducateur.

 

Suicide : Maggy Biskupski était la policière que Yann Moix avait attaquée dans l’émission de Thierry Ardisson

 

Maggy Biskupski, qui avait créé l’association Mobilisation des policiers en colère après l’attaque au cocktail Molotov de deux voitures de police entre Viry-Châtillon et Grigny, en Essonne, en octobre 2016, s’est suicidée ce lundi soir avec son arme de service à son domicile de Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines. 

La fonctionnaire, âgée de 36 ans, était employée à la brigade anticriminalité (BAC) des Yvelines. Elle était visée par une procédure menée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour être sortie de son devoir de réserve au lendemain de l’attaque de Viry-Châtillon.

Le Figaro

(…) Elle était sur le plateau des « Terriens du samedi » sur C8 en septembre, lorsque Yann Moix avait déclaré que les policiers « chiaient dans leur froc ».

 

Note ; il sort vraiment que de la merde de la bouche d'Yann Moix ! Si certains policiers ont peur, c'est bien à cause de l'inaction de leurs hiérarchies. Sans compter que la France est gouvernée par des chèvres depuis des décennies

 

La France et Facebook vont collaborer pour lutter contre la haine sur le réseau social

 

La France veut franchir un nouveau palier dans sa lutte contre les discours haineux sur les réseaux sociaux. Emmanuel Macron a annoncé, lundi 12 novembre, dans un discours au Forum sur la gouvernance de l’Internet, la mise en place d’un groupe de travail commun avec Facebook.

Le groupe de Mark Zuckerberg a donné son accord à une expérience de six mois, début 2019, dans laquelle des représentants des autorités françaises devraient pouvoir accéder aux outils, aux méthodes et au personnel de Facebook chargés de faire la chasse aux contenus racistes, antisémites, homophobes ou sexistes. « C’est une première. Et une démarche expérimentale très innovante, qui illustre la méthode coopérative que je prône », a expliqué Emmanuel Macron.

Ce groupe, d’une petite dizaine de personnes, sera composé pour moitié de salariés de Facebook. Et pour l’autre moitié de membres – ingénieurs, juristes… – sélectionnés par le secrétariat d’Etat au numérique, et issus d’autorités et ministères français : l’Arcep, chargé des télécoms et de la régulation technique de l’Internet ; le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), responsable notamment des contenus des télévisions et des radios ; la Dinsic, direction interministérielle des systèmes d’information et de communication […]

Le Monde

 

«M. Macron apparaît aujourd’hui comme le dirigeant le plus solide pour mener, contre le nationalisme, le combat du patriotisme» (Edito du Monde)

 

Editorial du Monde du 12/11/2018 intitulé « Contre le nationalisme, un front fragile ».

Il y avait deux façons de marquer le centenaire de la Grande Guerre, une fois reconnues les graves imperfections de la paix conclue après l’Armistice. On pouvait célébrer une unité factice, saluer respectueusement la présence à Paris du président américain, leader du monde libre, suivant l’expression consacrée, et, avec le président russe, se féliciter que ces puissances ne soient pas en guerre les unes avec les autres. Ou bien l’on pouvait souligner les menaces qui mettent de nouveau cette paix en péril, rongent la démocratie et divisent le camp occidental.

Le président français a décidé que l’affirmation des valeurs qui sous-tendent les régimes démocratiques l’emporte désormais sur l’unité transatlantique, tant l’heure est grave. En déclarant, dans le discours qu’il a prononcé devant près de 80 chefs d’Etat et de gouvernement à l’Arc de triomphe, que «le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme», en poussant l’opposition entre les deux concepts jusqu’à qualifier le nationalisme de «trahison du patriotisme», en fustigeant ces nationalistes qui disent « nos intérêts d’abord et qu’importe les autres ! », M. Macron s’adressait, certes, d’abord, à ceux de ses concitoyens qui sont tentés par cette idéologie. Mais le message visait tout aussi directement le président Donald Trump, assis au premier rang de la tribune des dirigeants, à quelques mètres de lui. […]

L’ombre au tableau est, hélas !, évidente : l’Europe est elle-même divisée, soumise aux mêmes courants nationalistes que celui qui a porté Donald Trump au pouvoir. Au sein de l’Union européenne, le nombre de gouvernements, soit dominés par des partis nationalistes, soit affaiblis par des coalitions fragiles, augmente. En comparaison, fort de ses pouvoirs présidentiels, de sa majorité au Parlement et de son mandat de cinq ans, M. Macron apparaît aujourd’hui comme le dirigeant le plus solide pour mener, contre le nationalisme, le combat du patriotisme, thème sans doute plus rassembleur que celui d’un « progressisme » mal défini. Encore faut-il que son assise nationale ne s’effrite pas inexorablement.

Le Monde

 

 

 

Dupont-Aignan : «Macron attaque Trump et Salvini et fait un tapis devant Erdogan, les Frères Musulmans. Le pauvre président ne tourne plus rond, moi je vous le dis !»

 

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) : «Emmanuel Macron attaque des chefs d’Etat démocratiques hongrois, italiens, américains, russes, et ferme les yeux sur le terrorisme islamique. Moi j’ai été scandalisé hier (…) de voir Erdogan au 1er rang, lui qui occupe un pays européen, Chypre, qui a soutenu les Jihadistes, qui menace l’Europe en permanence. Mais enfin, on croit rêver ! Donc le Président de la République attaque Trump, attaque l’Italien, élus démocratiquement, et fait un tapis devant M. Erdogan, devant les Frères Musulmans ? Mais enfin ! D’ailleurs j’ai regretté que dans le discours d’hier, le Président n’ait pas 1 mot pour nos soldats qui combattent et meurent au Mali, comme si l’ennemi … et d’ailleurs il l’a dit : “On veut faire une armée européenne contre les Etats-Unis, la Russie et la Chine”. C’est n’importe quoi ! Le Pauvre Président ne tourne plus rond, moi je vous le dis ! Parce que l’ennemi de la France, c’est le terrorisme islamique. L’ennemi de la France, ce sont ceux qui veulent détruire nos valeurs. Il parle toute la journée de valeurs, mais il se trompe d’ennemi.».
– LCI, 12 novembre 2018, 8h41

Commenter cet article