Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

---------------------------

Le 28 octobre 2018

 

 

 

 

EN DIRECT - Tuerie à la synagogue de Pittsburgh : 11 morts et 6 blessés, le pape dénonce un "acte inhumain de violence"

 

FUSILLADE - L'Amérique est sous le choc au lendemain de la pire attaque antisémite de son histoire récente. Samedi, un homme a ouvert le feu dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Un bilan encore provisoire fait état de 11 mort et de 6 blessés, dont 4 policiers. Le tireur, identifié comme Robert Bowers, un habitant de la ville d'une quarantaine d'années, s'est rendu à la police. Les drapeaux ont été mis en berne dans tout les pays et jusqu'au 31 octobre. Suivez la situation en direct.

C'est la pire attaque antisémite de l'histoire récente des Etats-Unis. Au lendemain de la tuerie de la synagogue de Pittsburgh, l'Amérique est sous le choc. Les drapeaux de tous les bâtiments publics et militaires resteront en berne jusqu'au 31 octobre. Selon un dernier bilan, 11 personnes ont été tuées et 6 blessées par les tirs au sein de la synagogue Tree of life, la plus ancienne synagogue de cette ville de Pennsylvanie. On ne connait pas l'identité des personnes tuées. 4 policiers figurent parmi les blessés.

Le tireur - qui aurait agi seul - a été arrêté et placé en garde à vue. Il s'agirait de Robert Bowers, un homme d'une quarantaine d'années, habitant de la ville. Il aurait posté, peu avant l'attaque, un message antisémite sur les réseaux sociaux. Le président américain Donald Trump a très rapidement réagi après l'attaque, dénonçant la "haine" dans le pays et réclamant un durcissement de l'application de la peine de mort.

Antisémite et déçu de Trump: ce que l’on sait sur le tireur de Pittsburgh

 

Âgé de 46 ans, Robert Bowers est un habitué des messages antisémites sur les réseaux sociaux, où il se défend également d'avoir voté pour Donald Trump.

 

 

Syrie : le sommet d'Istanbul appelle à un cessez-le-feu «stable et durable» à Idlib

 

Dans un format inédit, les dirigeants de Turquie, de Russie, de France et d'Allemagne ont évoqué ensemble l'avenir de la Syrie. Ils ont notamment appelé à l'écriture d'une nouvelle Constitution pour le pays, mais des points de divergence demeurent.

Syrie : le sommet d'Istanbul appelle à un cessez-le-feu «stable et durable» à Idlib

De notre envoyée spéciale à Istanbul

Allemagne, France, Russie, Turquie: parmi tous les formats diplomatiques qui s'inventent et se superposent depuis plus de sept ans de guerre en Syrie, celui-ci était inédit. Réduit (manquaient l'Iran et les États-Unis) mais significatif, puisqu'il réunissait un allié clé du président syrien Bachar el-Assad (Moscou), le principal soutien de son opposition armée (Ankara), et deux puissances européennes appelées à s'impliquer dans la Syrie de «l'après» - processus politique et reconstruction du pays.

Les quatre dirigeants ont profité de leur rencontre pour faire le point sur la situation à Idlib, dernière province aux mains des rebelles et de groupes djihadistes devenue à la mi-septembre «zone démilitarisée» grâce à un accord russo-turc. Le cessez-le-feu y reste fragile: vendredi, des frappes du régime y ont fait sept morts, le bilan le plus élevé depuis l'entrée en vigueur de l'accord.

Le communiqué final du sommet d'Istanbul salue «des progrès dans le retrait des armes lourdes et des groupes radicaux». Lors de la conférence de presse qui a suivi les échanges, le président russe Vladimir Poutine a toutefois appelé son hôte turc, Recep Tayyip Erdogan, à redoubler d'efforts pour convaincre les djihadistes de respecter l'accord.

Les mises en garde d'Emmanuel Macron s'adressaient, quant à elles, au régime syrien et à ses parrains russes et iraniens, qui pourraient prétexter d'un échec du cessez-le-feu pour déclencher une offensive. «Nous comptons sur la Russie pour exercer une pression très claire sur le régime, qui lui doit sa survie», afin de garantir un «cessez-le-feu stable et durable à Idlib», a indiqué le président français, soulignant que «le risque est celui de la dispersion des terroristes et de nouveaux flux massifs de réfugiés.»

Lire la suite

 

Note : en fait Macron veut couper la Syrie et deux et que les régions rebelles islamistes continuent à exister indéfiniment. c'est-à-dire que Macron et ces alliés n'ont aucune solution pour que ce conflit finisse, mais au contraire durent encore des années

 

 

 

Les Allemands réagissent aux projets US de déployer des missiles en Europe

 

Des articles des médias allemands, notamment de Die Welt et de Die Zeit, consacrés aux projets des États-Unis de sortir du Traité FNI, à la perspective de déploiement en Europe de missiles américains, ainsi qu’à la réaction de Moscou à cette hypothèse, ont suscité des commentaires houleux de la part de leurs lecteurs.

Les Allemands ont été particulièrement alarmés par les publications des médias allemands, plus particulièrement celles de Die Welt et Die Zeit, concernant les projets américains de se retirer du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

De nombreux lecteurs craignent que le déploiement en Europe de missiles américains puisse placer le continent tout entier en première ligne dans l'hypothèse d'un conflit d'envergure entre les États-Unis et la Russie, tandis que le territoire américain resterait relativement préservé.

 
«L'Europe ne doit pas redevenir le jouet des Yankees. J'espère que notre gouvernement est raisonnable et n'hébergera pas les armes offensives d'un allié», a écrit Erik D.

«S'il y a une guerre, ce sera nous la cible, pas les États-Unis», signale Stan Lee.

«Imaginez que la Russie installe des boucliers de défense antimissile au Mexique et au Canada, et organise des exercices militaires sur ce terrain. Combien de temps les États-Unis resteraient-ils silencieux?», s'est interrogé Axel F.

«Il ne faut pas oublier qu'une possible guerre aurait lieu à notre porte et non outre-Atlantique» a noté House B.

Lire la suite

 

 

Des chasseurs britanniques escortent des Tu-160 r ausses pendant des exercices de l’Otan

 

Deux Eurofighter Typhoon britanniques ont surveillé le vol d’avions stratégiques russes Tu-160 au-dessus de la mer de Norvège où l’Otan mène ses plus importants exercices depuis la fin de la guerre froide.

La Royal Air Force britannique a dépêché samedi après-midi deux chasseurs Eurofighter Typhoon pour escorter des bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-160 qui survolaient la mer de Norvège dans une direction sud-ouest, ont annoncé des sites internet occidentaux qui suivent les déplacements des avions militaires.

Lire la suite

 

 

Affaire Khashoggi : Macron ne veut pas remettre en cause les ventes d’armes à Riyad

 

Le président de la République Emmanuel Macron a estimé, vendredi 26 octobre, que « c’est pure démagogie que de dire d’arrêter les ventes d’armes » à Riyad en réponse à l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Les ventes d’armes n’ont « rien à voir avec M. Khashoggi, il ne faut pas tout confondre », s’est récrié le chef de l’Etat lors d’un déplacement à Bratislava, en Slovaquie, avant de plaider, en cas de sanctions, pour « une réponse européenne, dans tous les domaines » mais « une fois les faits établis ».

« Je suis très admiratif envers ceux qui, avant de savoir, disent on ne vendra plus d’armes”. Ils en vendent déjà parfois plus que la France à travers les joint-ventures qu’ils ont », a lancé le président, alors que l’Allemagne a appelé les Européens à cesser leurs ventes d’armes à l’Arabie saoudite.

Lire la suite

 

En Europe centrale, Macron poursuit sa campagne contre les nationalistes

 

En visite en Slovaquie, puis en Tchéquie, le chef de l’État s’est posé en avocat de la cause européenne, et en lutte contre le populisme.

C’est un cri d’alarme, lancé par Emmanuel Macron depuis le château de Bratislava, forteresse dominant le Danube qui fut bombardée naguère par les canons de l’armée napoléonienne. «Ils sont là, les nationalistes, ils ont grandi parce qu’on ne les dénonçait que moralement, sans vouloir les combattre sur le terrain des réponses, sans expliquer que leurs propositions étaient absurdes.»

Le chef de l’État hausse le ton car il sait que, dans cette région du centre et de l’est de l’Europe, le populisme gagne du terrain. Dans ce contexte, pas question de renier sa stratégie, fût-elle jugée excessivement binaire par certains de ses amis: ramener le débat à une opposition entre progressistes et nationalistes.[…]

Juché sur une estrade, Emmanuel Macron dénonce, une heure durant et en anglais, l’égoïsme des «démagogues» qui ciblent l’Europe sans dire à leur peuple ce qu’ils feraient sur l’immigration, l’environnement et la défense sans la «solidarité» des Vingt-Sept.[…]

Le Figaro

 

 

 

 

La France connaît la plus forte proportion d’immigrés de toute son histoire contemporaine
 

Sur la question migratoire, la France occupe une position singulière, souvent mal perçue dans les débats publics. Didier Leschi dans cette note pour la Fondapol intitulée :  » Migrations: la France singulière » revient sur la politique migratoire française de manière dépassionnée, s’attachant aux faits en les ancrant dans un cadre européen pour souligner la singularité de la politique française en la matière.

Notre pays connaît aujourd’hui la plus forte proportion d’immigrés de toute son histoire contemporaine : aux alentours de 11% de la population résidente est immigrée au sens de l’Insee, c’est-à-dire composée de personnes nées étrangères à l’étranger, ce qui donc inclut ceux qui obtiennent la nationalité française.

C’est un niveau que l’on retrouve dans beaucoup de pays européens et qui est même dépassé dans certains cas, comme en Suède, où la part de la population née à l’étranger est passée de 7% en 1975 à près de 20% aujourd’hui. Mais la spécificité de la France en Europe ne tient pas tant à la proportion actuelle d’immigrés au sein de la population française qu’aux effets du processus migratoire sur la longue durée.

En effet, nous sommes le pays d’Europe qui présente la proportion la plus élevée de personnes de « seconde génération » issues de l’immigration, c’est-à-dire résidant en France et dont au moins un parent est immigré.

 

Si l’on ajoute les enfants d’immigrés nés sur le territoire français, c’est près du quart de la population française qui a un lien direct avec l’immigration.

Ce niveau est comparable aux États-Unis (26%), souvent pris en exemple sur les questions d’immigration. Ces évolutions démographiques dues à l’immigration ont un autre effet concret : en 2017, plus de 17% des jeunes de moins de 24 ans en France métropolitaine étaient d’origine extra-européenne, contre moins de 3% en 1968. […]

news.yahoo/atlantico

 

Autriche : indexation des allocations familiales selon le pays d’origine des travailleurs

 

Commission européenne[…] Pendant la campagne, il avait promis de mettre fin au « tourisme social » : le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz (ÖVP, Parti populaire), qui a formé en décembre 2017 une coalition avec l’extrême droite (FPÖ, Parti de la liberté), a tenu parole. Mercredi 24 octobre, alors que Vienne préside le Conseil de l’Union européenne jusqu’en décembre, le Parlement autrichien a voté une loi qui indexe, à partir du 1er janvier 2019, les allocations familiales sur le niveau de vie du pays d’origine des personnes employées en Autriche, lorsque ces dernières ont laissé leurs enfants derrière elles à l’étranger.

Immédiatement, la Commission européenne a annoncé qu’elle pourrait enclencher une procédure d’infraction, « l’indexation étant interdite en droit européen » selon Christian Wigand, un porte-parole : « Lorsqu’un employé verse des cotisations, il est en droit de bénéficier des mêmes allocations que les autres. »

Pour justifier cette nouvelle juridiction, inédite au sein de l’UE, l’Autriche se targue d’être un cas particulier. Opulente et adepte de l’Etat providence, elle redistribue des allocations familiales parmi les plus généreuses d’Europe. Mais voisine, à l’est, d’Etats au niveau de vie nettement moins élevé que le sien, elle comptait, en mai 2017, plus de résidents détenteurs d’un passeport étranger (15,3 %) que la France (6,6 %).

Elle verse 250 millions d’euros par an pour des enfants vivant à l’étranger, et jure que même avec ce nouveau système, une famille hongroise dont le père travaillerait en Autriche et dont la mère garderait les enfants en Hongrie toucherait encore 100 euros par mois, contre 39 euros si l’un des parents ne cotisait pas en Autriche. L’association SOS Mitmensch rappelle que 90 % des versements pour des enfants n’habitant pas en Autriche concernent la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie, la Slovénie et la République tchèque. […]

Le Monde

 

 

 

 

Nicole Belloubet : « Nous souhaitons déployer la téléphonie fixe en cellule »

 

La ministre de la Justice annonce que cette mesure ira de pair avec les brouilleurs de téléphones portables, inaugurés à la prison de la Santé

Prochainement, tous les détenus auront accès à un téléphone fixe. Nicole Belloubet a en effet indiqué sur RTL que chaque cellule de prison en sera équipée d’ici deux ans. « C’est une question de sécurité, d’allègement des tâches pour les surveillants et cela permet de maintenir le lien familial », a assuré la ministre de la Justice.

Ces téléphones fixes comporteront 4 numéros pré-enregistrés et il n’y aura pas d’accès à internet, a précisé la garde des Sceaux. Ils seront inaugurés à la prison parisienne de la Santé.

RTL

 

Note : lamentable ! et la livraison de pizza et de chiite  par drone c’est pour quand ?

 

Lydia Guirous (LR) dénonce les «menaces de mort» de la part de «racailles communautaristes proches de l’islam radical»

 

Lydia Guirous, l’une des porte-parole des Républicains, dénonce les « menaces de morts » et injures qu’elle reçoit de la part de « racailles communautaristes proches de l’islam radical », après la condamnation cette semaine d’un homme pour des propos haineux à son égard.

« Je suis une femme, jeune, d’origine maghrébine et de droite. Pour certains c’est trop« , affirme Guirous dans une tribune publiée dimanche dans le JDD.

« J’aggrave ma situation en portant un combat sans relâche contre l’islam radical et le voile, symbole de l’asservissement des femmes« , ajoute-t-elle, affirmant avoir dénoncé depuis 2014 « la montée de l’islamisme et du communautarisme, terreau fertile de la radicalisation« . Selon elle, sa « médiatisation a pour corollaire l’augmentation du nombre de menaces de mort émises par des racailles communautaristes proches de l’islam radical« .

« Face à ce déferlement de haine, on se retrouve seule, avec sa peur« , déplore-t-elle, affirmant avoir subi des insultes comme « Sale Kabyle, va manger tes morts ! », « Elle mérite les caves de la Courneuve… « , ou encore « Vendue aux sionistes ! ». Un homme de 21 ans a été condamné mercredi à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir proféré des propos haineux sur Twitter à l’encontre de la responsable politique.

Le Figaro

 

 

Brie (16) : la colère et la douleur des parents de Marina, l’éducatrice assassinée à coups de couteau par une Guinéenne déclarée «irresponsable»

 

Marina Fuseau, une éducatrice spécialisée, a été assassinée voilà un an à Poitiers par une femme d’origine guinéenne le 28 octobre 2017 . Déclarée «irresponsable», l’auteure des faits devrait, elle, échapper aux assises. « Impuissants », seuls face à leur deuil, Colette et Patrick Fuseau cherchent désormais « la vérité auprès des employeurs » de Marina. Sa famille lui rend hommage ce dimanche.

Quatre coups de couteau, dont un porté à la gorge : voilà un an, jour pour jour, que Marina Fuseau a été assassinée dans la résidence Cécile et Marie-Anne, un foyer spécialisé dans l’accueil des femmes en difficulté situé à Poitiers (Vienne). Éducatrice spécialisée, cette Charentaise de 39 ans prenait seule son service ce matin-là lorsqu’une mère de famille âgée de 20 ans a commis l’irréparable.

D’origine guinéenne, arrivée en France en 2015, celle-ci avait intégré le foyer poitevin, enceinte, en juin 2016. Son état psychologique s’était depuis lentement dégradé jusqu’à un séjour en hôpital psychiatrique en septembre. Sa « grande détresse psychologique » et le délaissement de son enfant âgé de 16 mois avaient entraîné le 19 octobre un signalement auprès du procureur de la République.

Le 26 octobre, deux jours avant le drame, d’autres éducatrices du foyer lui avaient annoncé la probabilité du retrait de l’enfant. Cette nouvelle aurait motivé son passage à l’acte : «Quand elles m’ont annoncé […] qu’elles allaient m’enlever mon enfant, j’ai décidé de toutes les tuer», dira-t-elle lors de son audition. Prise en grippe, déjà menacée, Marina Fuseau fut la seule visée.

Incarcérée le jour même, la jeune mère de famille a été mise en examen pour « homicide volontaire avec préméditation ». Mais trois expertises psychiatriques ont depuis conclu à l’abolition de son discernement. Au moment des faits, elle aurait agi sous l’emprise d’un « délire paranoïaque ». Ces expertises devraient conduire la chambre de l’instruction de Poitiers à rendre le 22 janvier prochain un « arrêt de déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental ». [.. .]

Le Parisien

 

Béziers (34) : 3 aides-soignantes tabassées à cause de leurs tenues vestimentaires et parce qu’elles « faisaient honte » au Coran

 

Trois jeunes aides soignantes Biterroises ont été frappées par un homme à la sortie d’une boîte de nuit à Béziers. Le mis en cause, âgé de 23 ans, sera jugé le 28 novembre prochain devant le tribunal.

Trois jeunes femmes se sont fait agresser le 29 septembre dernier à la sortie d’une boîte de nuit de Béziers. Conduites aux urgences, l’une d’elles a été opérée d’une double fracture du nez, la seconde a été sérieusement touchée à la tempe et la troisième n’a rien eu car elle est parvenue à casser la figure à leur agresseur de 23 ans et qui n’a pas demandé son reste.

Elles témoignent pour dire leur ras-le-bol face à ce genre de situation. « Si nous avons été agressées, c’est tout bêtement car nous portions une tenue vestimentaire qui ne plaisait pas à cet homme. Il nous a insultés. Il nous a dit que nous faisions honte au Coran et nous en passons, racontent-elles. Nous réagissons aujourd’hui après le viol de cette jeune femme à la gare de Béziers, car nous trouvons la ville de moins en moins sûre. Cela ne peut plus durer. Nous ne sommes pas leurs objets et si nous avons envie de sortir en décolleter rien ne peut nous interdire de le faire. »

(…)

 

 

La Bataille de Poitiers de 732 : le mythe et la récupération politique

 

« 732 : Charles Martel arrête les Arabes à Poitiers », cette phrase apprise par des générations d’écoliers cache des faits historiques bien mal connus. La date et les effectifs engagés dans la bataille restent incertains ainsi que le lieu exact, même si un mémorial est installé sur le site de Moussais près de Châtellerault, au nord de Poitiers. Et surtout le caractère religieux donné à cette bataille est loin d’être établi. Avec cette victoire, Charles Martel, le maire du palais à la tête de l’armée du royaume franc aurait mis fin à un raid des troupes musulmanes voulant piller le trésor de l’abbaye de Tours et non pas un terme à l’occupation omeyyade, la dynastie basée en Espagne, au nord des Pyrénées.

 

Note: les musulmans l'ont nommé la mosquée “Pavé des Martyrs” , en hommage à leurs morts de 732 - Voir lien

 

Canada : Une rentrée législative marquée par une prière musulmane

 

En Saskatchewan, le discours du Trône n’est pas passé inaperçu. Pour la toute première fois de l’histoire de la province, une prière musulmane a été prononcée devant les 61 députés de l’Assemblée, marquant le début de la session législative.

Cette initiative est due au président de l’Assemblée législative et député du Parti saskatchewanais pour la circonscription de Regina Coronation Park, Mark Docherty.

Ce dernier justifie sa décision en soulignant que la Saskatchewan est une province inclusive, et sa population, de plus en plus diversifiée.

 

 

Commenter cet article

Chyren 28/10/2018 23:09

1Tuerie de Pittsburgh: difficile d'échapper à ces carnages récurrents aux États-Unis, un pays où il y au moins une arme par habitant (en moyenne).1
2Même si de leur histoire et de leur culture il est possible de comprendre cette situation, ils ont avec toutes ces armes une approche qui n'est pas spécialement chrétienne... et puis au fond ils devraient entendre que leur force est ailleurs, tout cet armement et toute leur technologie ne leur serviront à rien le jour venu.2
Ils auraient pu être un exemple pour ce monde.