Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

---------------------------

Le 13 octobre 2018

 

 

 

 

Affaire Khashoggi : Trump menace directement l'Arabie saoudite

 

Le Président américain a légèrement haussé le ton contre Riyad après la disparition du journaliste critique du pouvoir saoudien, Jamal Khashoggi, dans les murs dans le consulat du royaume à Istanbul.

Consulat d’Arabie saoudite à Istanbul
Les États-Unis infligeront un «châtiment sévère» à l'Arabie saoudite s'il s'avère qu'elle est responsable de la mort du journaliste dissident Jamal Khashoggi, a annoncé Donald Trump.

«Pour le moment, ils démentent [leur implication] et la démentent vigoureusement. Est-ce que ça pourrait être eux? Oui», a estimé le Président américain dans un entretien accordé à la chaîne CBS.

«Nous avons l'intention d'aller au fond des choses, et la punition serait sévère», a promis le locataire de la Maison-Blanche.

Il a néanmoins réaffirmé sa réticence à suspendre les ventes d'armes américaines à Riyad de peur de porter préjudice aux producteurs américains tels que Boeing, Lockheed Martin ou Raytheon.
 
 
 

Guet-apens, commando et "scie à os" : le scénario terrifiant du probable assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi
 

 

Un meurtre digne d'une scène de Pulp fiction. Cette comparaison avec le film de Quentin Tarentino est l'œuvre d'un haut responsable de la sécurité turque, cité par le New York Times*. En effet, depuis sa mystérieuse disparition le 2 octobre, le scénario d'un assassinat du journaliste Jamal Khashoggi se précise et les détails les plus glauques sortent dans la presse. Jamal Khashoggi,  très critique envers le pouvoir saoudien, est porté disparu depuis qu'il s'est rendu au consulat de son pays, à Istanbul, en Turquie. Franceinfo revient sur les derniers éléments de l'enquête qui accréditent la thèse d'un assassinat minutieusement organisé.

Ce 2 octobre à 13h14 (12h14, heure de Paris), Jamal Khashoggi a rendez-vous au consulat saoudien à Istanbul. Il vient récupérer "un document saoudien certifiant qu'il n'est pas déjà marié", selon sa fiancée turque, Hatice Cengiz. Sur les images de vidéosurveillance, que la police turque a fait fuiter, on aperçoit l'homme de 59 ans, veste sombre et pantalon gris, franchir la massive porte grise décorée des deux cimeterres dorés, emblème de l'Arabie saoudite. C'est la dernière preuve de vie du journaliste.

Que s'est-il passé ensuite exactement ? Mystère. Sa fiancée, qui l'attendait à l'extérieur, ne l'a jamais revu. De leur côté, les autorités saoudiennes affirment que Jamal Khashoggi est ressorti libre de ce bâtiment hyper sécurisé du quartier d'affaires de Levent.

Le corps du journaliste découpé ? 

Pourtant, le scénario du guet-apens prend de jour en jour de l'épaisseur. Il y a d'abord cet étrange commando, arrivé au même moment à Istanbul. Selon les autorités turques, 15 hommes ont débarqué de deux avions différents à l'aéroport  Atatürk et seraient repartis dans la journée. Logés dans un hôtel proche du consulat, ils auraient même apporté avec eux une "scie à os" pour découper le corps du journaliste, rapporte le  New York Times*. Un scénario confirmé par une source au Washington Post

"Le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d'être transféré par avion hors du pays.Une source au "Washington Post"

Une thèse renforcée par d'autres images de vidéosurveillance montrant un étrange van, un Mercedes Vito noir muni de plaques d'immatriculation diplomatiques et aux vitres teintées, franchir les barrières du consulat le jour de la disparition du journaliste, avant de repartir un peu plus tard en direction de la résidence du consul. Qui est au volant et qui est à l'arrière ? Mystère, là encore. Mais le quotidien turc Daily Sabah* a diffusé les photos des membres de ce qu'il surnomme "la brigade d'assassins" et leur identité. Parmi eux, des officiers de l'armée saoudienne et un médecin légiste. 

Le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d'être transféré par avion hors du pays.Une source au "Washington Post"

Une thèse renforcée par d'autres images de vidéosurveillance montrant un étrange van, un Mercedes Vito noir muni de plaques d'immatriculation diplomatiques et aux vitres teintées, franchir les barrières du consulat le jour de la disparition du journaliste, avant de repartir un peu plus tard en direction de la résidence du consul. Qui est au volant et qui est à l'arrière ? Mystère, là encore. Mais le quotidien turc Daily Sabah* a diffusé les photos des membres de ce qu'il surnomme "la brigade d'assassins" et leur identité. Parmi eux, des officiers de l'armée saoudienne et un médecin légiste. 

Lire la suite 

 

 

 

L'Arabie Saoudite dément avoir donné des ordres pour tuer le journaliste Khashoggi

 

 

Gaza : l’ambassade d’Israël demande l’annulation d’un reportage d’« Envoyé spécial »

 

De l’aveu même de la représentation israélienne à Paris, il s’agit d’une requête inédite. Jeudi 11 octobre, Aliza Bin Noun, ambassadrice d’Israël à Paris, a envoyé à la présidente de France Télévision, Delphine Ernotte, une lettre demandant l’annulation de la diffusion sur France 2 d’un reportage de l’émission « Envoyé spécial » consacré aux milliers de manifestants blessés par balle le long de la bande de Gaza depuis la fin de mars, dans le cadre de « la marche du retour », ou, au minimum, un droit de réponse de l’ambassade.

Lire la suite

 

 

La justice turque libère le pasteur américain Brunson, au cœur d’une crise diplomatique entre la Turquie et les Etats-Unis

 

Le pasteur américain Andrew Brunson le 25 juillet 2018 à Izmir.

La crise diplomatique grave entre les Etats-Unis et la Turquie cristallisée autour de la situation du pasteur américain Andrew Brunson, pourrait avoir trouvé une porte de sortie. La justice turque a ordonné, vendredi 12 octobre, la levée de l’assignation à résidence et de l’interdiction de quitter le territoire turc imposées à ce ressortissant américain au cours d’une nouvelle audience dans son procès. D’après le Ragip Soylu, journaliste du quotidien pro-gouvernemental anglophone Daily Sabah, trois témoins sont revenus sur leurs déclarations contre le pasteur.

Le tribunal, à Aliaga dans la région d’Izmir (ouest), a condamné le pasteur à trois ans et un mois de prison mais l’a remis en liberté en tenant compte du temps qu’il a déjà passé en prison et de son comportement pendant son procès, selon une correspondante de l’Agence France-Presse sur place. M. Brunson a été incarcéré pendant un an et demi sur décision de la justice turque et placé en résidence surveillée depuis le mois juillet. « Bonne nouvelle, le pasteur Brunson est en vol », a lancé Donald Trump à des journalistes. « Je crois qu’il est en bonne forme » après avoir « beaucoup souffert », a-t-il ajouté. Le président des Etats-Unis a précisé qu’il l’accueillerait dans le Bureau ovale à la Maison Blanche « probablement samedi ».

Lire la suite

 

 

 

Pakistan : la chrétienne Asia Bibi condamnée à mort pour blasphème

 

 

 

Au Pakistan, le sort d’Asia Bibi, la chrétienne condamnée pour blasphème, est en train de se jouer !

Asia Bibi attend depuis dix ans le couloir de la mort. Parler de couloir est abusif, c’est un cagibi sans fenêtres. Sans contact avec les autres détenus. En comparaison, les moines à la trappe vivent au Club Med. Deux papes se sont mobilisés, le parlement européen, la ville de Paris, le monde entier sauf les Femen.
Asia Bibi est devenue une icône.
Dix ans sans voir grandir ses enfants. Dix ans avec l’angoisse d’être empoisonnée. Son bourreau serait traité en héros. Et la vie à l’ombre entre quatre murs, elle, la paysanne qui travaillait aux champs sous le cagnard du Pendjab. Un jour, elle a bu l’eau du puits dans la timbale d’une musulmane qui s’est dite souillée.
Le lendemain, le mufti l’a accusée de blasphème. Une vendetta de village, on dirait du Maupassant.
Mais on est au Pakistan. Le tribunal l’a condamnée, la cour d’appel l’a condamnée, et il n’y a qu’une condamnation pour blasphème, article 295C, la mort.
Les islamistes du TLP aussi trouvent que dix ans, c’est long. Ils veulent la voir au bout d’une corde. Avec ce programme, ils ont obtenu 2 millions de voix aux élections.

 

Chine : le Parti communiste part en guerre contre les Ouïgours, une minorité musulmane (Màj)

 

La lutte des autorités chinoises contre tout ce qui ressemble de près ou de loin à un musulman continue dans la région Xinjiang. Après l’interdiction du port du voile et les barbes « longues », les autorités locales veulent maintenant mettre au fin au Halal.

Ainsi, une bataille décisive vient d’être annoncée par le Parti communiste chinois d’Urumqi, capitale du Xinjiang, dont les conseillers viennent de prêter serment pour mener une lutte sans merci contre le Halal et sa propagation, rapporte le site Saphirnews.

« Je crois au marxisme-léninisme. Je lève l’étendard et combats jusqu’au bout la mode du halal, ferme dans ma croyance, et même jusqu’à la mort », est-il écrit dans cette note dont le contenu a été relayé par le réseau WeChat.

Les autorités chinoises semblent vouloir tout faire pour mettre fin à l’Islam dans cette région et ont même lancé des « centres de rééducation » pour « éduquer et transformer les personnes qui ont été influencées par l’extrémisme » et « les aider à transformer leurs pensées et à revenir dans la société ou leurs familles », indique la même source.

 

Allemagne : en Bavière, l’empire de la CSU est sur le point de s’écrouler

 

Lors des élections, dimanche, la CSU pourrait perdre sa majorité absolue en Bavière face à l’AfD en progression.

La gare de Munich a repris son air habituel. Le hall est traversé par des voyageurs en Lederhose et Dirndl, les habits traditionnels bavarois, qui croisent des salariés en costume. En ce jour d’octobre, la Fête de la bière, non loin, bat encore son plein.

Il y a trois ans, c’est ici aussi qu’arrivait un flux presque ininterrompu de réfugiés venus d’Autriche ou de Hongrie. Quelque 800.000 personnes sont passées par là. En septembre 2015, la gare de Munich était à l’épicentre de la crise migratoire et le théâtre d’une «culture d’accueil» aussi impressionnante que spontanée, justifiée parfois par l’hospitalité chrétienne.

Des centaines de Bavarois s’étaient présentés pour aider les migrants désorientés et épauler les autorités. Depuis, la Bavière a changé et l’élection régionale du 14 octobre devrait en apporter la preuve : l’empire de la CSU, le parti régnant sur le Land depuis un demi-siècle au point d’en devenir synonyme, menace de s’effriter. […]

Le Figaro

 

Le Parlement européen retirera une affiche « islamophobe » et présente ses excuses

 

À huit mois des élections, le Parlement européen a lancé une opération de communication pour encourager le citoyen à voter. Classique. Sauf que le dispositif comporte une affiche monumentale qui véhicule selon certains un message islamophobe. Le président de l’hémicycle, Antonio Tajani, a transmis les excuses de ses services « pour toute offense causée » et a précisé que les affiches seraient retirées à Bruxelles et Strasbourg « aussi vite que possible ».

Exposée avec d’autres images au cœur de l’esplanade Simone Veil, porte d’entrée du Parlement européen à Bruxelles, la photo d’un petit groupe de musulmans a été choisie pour illustrer la thématique migratoire. L’image montre des personnes (une famille?) assises au ras du sol, prises à distance et de profil.

L’absence de contact visuel entre les sujets et l’objectif renforce l’effet de distance, et l’utilisation d’un mur pour cadrer l’image ajoute au tableau un effet scrutateur. Un slogan en anglais accompagne la photo: « Parce que nous devons travailler ensemble pour gérer la migration. » L’eurodéputé conservateur britannique Sajjad Karim a dénoncé la semaine dernière cette affiche comme islamophobe. C’est aussi le point de vue du Réseau européen contre le racisme, pour qui le message de l’affiche assimilerait la gestion de la migration à la limitation de l’entrée des musulmans en Europe.

Le Parlement s’est défendu de vouloir véhiculer toute idée de ce type. […]

L’Echo

 

Grèce : une grande croix chrétienne détruite pour ne pas « offenser les migrants », la population locale en colère (MàJ)

 

Grèce – Une grande croix chrétienne en ciment, construite sur le rivage rocheux d’Apelli, sous le château de Mytilène sur l’île de Lesbos, érigée en l’honneur des gens qui sont morts en mer, a été détruite après qu’une ONG ait indiqué à la municipalité qu’elle était « offensante pour les migrants ».

« C’était un acte de haine ! Cette croix a été faite en béton armé, ils ont utilisé des outils lourds pour niveler la croix au sol… Nous ne voulons pas d’ennuis mais nous n’accepterons pas ce comportement… C’est inacceptable ! »

Le placement de la croix, début septembre, a provoqué des réactions négatives de la part des organisations d’aide aux migrants et une lettre a été envoyée au capitaine du port de Lesbos et au maire de la ville, indiquant que la croix avait été placée à cet endroit pour empêcher les migrants de se baigner.

« Il y a quelques jours, ils ont placé une grande croix, afin d’empêcher les migrants de venir nager. Cet acte est illégal, inesthétique mais surtout offensant pour le christianisme, une religion d’amour et de sacrifice, et non de racisme et d’intolérance. (…) S’il vous plaît, nous vous demandons de vous débarrasser de ce symbole religieux inapproprié (…) » dit l’ONG pro-migrants.

Quelques jours plus tard, la croix a été enlevée pendant la nuit.

L’annonce de cette affaire a provoqué de vives réactions de la population locale qui estime que cette destruction va à l’encontre des croyances religieuses de la majorité des habitants de l’île. Certains ont promis de reconstruire la croix.

Greek City Times / Naftemporiki.gr

 

 

 

Jean-Christophe Buisson : «L’Islamisme est une forme de communisme, il crée une contre-société à l’intérieur de la société française»

 

Jean-Christophe Buisson (Directeur adjoint du Figaro Magazine) : «Ce qu’on est en train de ne pas voir, c’est que l’Islamisme est une forme de communisme, c’est un communisme régénéré, il crée une contre-société qui s’intègre dans notre société. De la même façon que les communistes avaient leurs écoles de formation, leur religion, leurs églises, l’islamisme est en train de faire la même chose à l’intérieur de la société française, de la République française.»
– LCI, 11 octobre 2018, 17h19

 

 

France: l’apparition à la télé d’une femme en burqa fait trembler la Toile

 

Pour un débat sur la burqa, l’animateur de l’émission «Balance ton post!» Cyril Hanouna a invité une femme portant la burqa, une tenue interdite dans l’espace public en France depuis 2010. Pour des raisons évidentes, les internautes ne sont pas privés d’exprimer leur indignation sur Twitter.

Sur le plateau de l'émission «Balance ton post!», diffusée en direct sur C8 et animée par Cyril Hanouna, une jeune femme entièrement voilée est apparue pour participer à un débat sur la burqa. Le seul hic, c'est que la loi française pénalise depuis 2010 la dissimulation du visage dans l'espace public, et donc le port de la burqa.

Sur les réseaux sociaux, de très nombreux internautes ont exprimé leur opposition à la burqa et fait remarquer que son port était interdit en France:

Lire la suite

 

 

 

"Ça se mangera froid": quand Brigitte Macron menace l'auteur des rumeurs sur l'homosexualité de son mari

 

Mercredi prochain sortira dans les librairies un livre appelé Mimi, consacré à la conseillère médias du président de la République, Mimi Marchand. Les auteurs du livre ont pu s'entretenir à son propos avec Brigitte Macron en juin dernier.

 

 

---------------------------

Le 12 octobre 2018

 

 

 

Poutine lance des exercices des forces nucléaires russes avec tirs réels

 

Des exercices des Forces nucléaires russes avec tirs réels se sont déroulés en Russie sur l'ordre de Vladimir Poutine. Ils ont engagé des avions à long rayon d'action et des sous-marins.

Les Forces stratégiques russes ont mené jeudi des tirs de missiles dans le nord de la Russie dans le cadre des exercices lancés sur l'ordre du Président Poutine, a annoncé le ministère russe de la Défense.

«Des exercices des forces stratégiques nucléaires russes se sont déroulés le 11 octobre 2018 sur l'ordre du chef suprême des armées Vladimir Poutine», a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

Un tir de missile Kalibr contre des positions terroristes en Syrie
Ils ont engagé des sous-marins nucléaires des flottes du Nord et du Pacifique, des bombardiers de l'aviation à long rayon d'action et des régiments de missiles, ainsi que des systèmes d'alerte aux missiles.

L'armée russe a ainsi testé son système de commandement et contrôlé la transmission des ordres et des signaux du centre national de commandement aux postes régionaux et unités militaires.

Le programme des manœuvres comprenait «des tirs d'entraînement de missiles balistiques et de croisière effectués par les sous-marins se trouvant dans les mers de Barents et d'Okhotsk, ainsi que les avions à long rayon d'action ayant décollé depuis les aérodromes Engels, Oukraïnka et Chaïkovka», a précisé le ministère.

Lire la suite

 

Washington valide les attaques d’Israël sur l’Iran en Syrie, l’État hébreux le remercie

 

Le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères a tenu à remercier pour sa «position claire» son homologue américain Mike Pompeo, qui prône le droit d’Israël à attaquer «les milices soutenues par l’Iran en Syrie».

Le chef de la diplomatie israélienne Yuval Rotem a, dans une déclaration officielle diffusée sur internet, remercié le secrétaire d'État américain Mike Pompeo d'avoir cautionné publiquement le droit d'Israël d'attaquer les formations militarisées pro-iraniennes en Syrie.

Les Israéliens, selon leurs propres calculs, ont frappé en deux ans environ deux cents sites militaires iraniens en Syrie, et s'apprêtent à poursuivre leurs attaques malgré un renforcement de la défense antiaérienne du pays à l'aide de systèmes russes S-300, suite à l'incident tragique ayant coûté la vie à quinze officiers russes qui se trouvaient à bord de l'Il-20 abattu le 17 septembre dernier en Syrie. La Russie accuse Israël d'être responsable de ce drame.

Lire la suite

 

 

Crash d’un F-35 aux USA: Israël prend des mesures de précaution et cloue ses avions au sol

 

La force aérienne israélienne a suivi l’exemple du Pentagone qui a suspendu pour inspection les vols de ses chasseurs de cinquième génération F-35 après le crash d’un F-35B Lightning II survenu fin septembre en Caroline du Sud. Un communiqué de Tsahal a annoncé que tous les F-35I israéliens seraient eux aussi inspectés.

Lire la suite

 

A quand le sommet Ankara-Berlin-Moscou-Paris sur la Syrie? L’Allemagne donne des détails

 

Angela Merkel est prête à prendre part à un sommet sur la Syrie auquel participeraient la Turquie, l’Allemagne, la Russie et la France. Il est en cours de préparation mais sa date reste à fixer, a déclaré Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand.

Lors d'un briefing à Berlin le vendredi 12 octobre, le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a annoncé aux journalistes qu'un sommet sur la Syrie auquel participeraient la Turquie, l'Allemagne, la Russie et la France était en phase préparatoire, bien que sa date précise n'ait toujours pas été déterminée.

«En effet, elle [Angela Merkel, ndlr] a déclaré qu'elle était en principe prête à rencontrer les Présidents de la France, de la Turquie et de la Russie. Je ne peux pas encore vous donner de date précise, le projet est en cours de préparation», a déclaré M. Seibert.

Lire la suite

 

 

 

Le pasteur américain Andrew Brunson bientôt libéré ?

 

 

 

Journaliste saoudien disparu : Khashoggi introuvable depuis le 2 octobre

 

 

 

La Turquie en aurait les preuves : le journaliste Khashoggi a été torturé et assassiné (démenbré)

 

 

Note; comme par hasard juste ce jour là, les caméras ne fonctionnaient pas !! Mdr !

 

 

Egypte: 17 condamnations à mort pour des attentats contre des églises. Amnesty International proteste.

 

Dix-sept personnes ont été condamnées à mort jeudi par un tribunal militaire, pour des attentats contre des églises en 2016 et 2017 ayant fait 74 morts au total, a-t-on appris de sources judiciaire et sécuritaire.

Par ailleurs, selon les mêmes sources, 19 personnes ont été condamnées à la prison à perpétuité et 10 autres à des peines de 10 à 15 ans d’emprisonnement, dans ce dossier concernant les attentats du Caire, en décembre 2016, et de Tanta et Alexandrie (nord), en avril 2017. Ces attaques avaient été revendiquées par le groupe Etat islamique (EI).

Ces 46 accusés ont été reconnus coupable du meurtre de 74 personnes et de tentative de meurtre de 152 autres, présentes sur les lieux au moment des attentats, ont ajouté ces sources.

Les poursuites ont été abandonnées contre deux personnes, décédées pendant la procédure.

Peu après l’annonce du verdict jeudi, l’ONG Amnesty International, qui dénonce régulièrement la répression exercée en Egypte par les autorités, a réagi dans un communiqué.

Il n’y a « aucune justification » aux attentats ayant visé les églises coptes mais « prononcer une peine de mort collective après un procès militaire injuste ne dissuadera pas (les auteurs) de futurs attentats », a estimé Amnesty. (…)

 

 

 

 

 

«Depuis Macron, on ne parle plus de radicalisation islamiste, mais elle est toujours là»

 

Les services de renseignement pointent d’inquiétants cas de communautarisme musulman à l’école. Leur nombre est stable, mais leur nature de plus en plus radicale. Karim Ifrak, chercheur au CNRS et spécialiste de l’islam, s’est confié à Sputnik. S’il rappelle qu’ils sont le fait d’une minorité, il s’inquiète que des enfants soient endoctrinés.

Garçons qui ne veulent pas tenir la main aux filles, élèves qui se bouchent les oreilles pour ne pas écouter de musique ou encore écoliers qui refusent de suivre leur cours dans des classes équipées de mobilier rouge, jugé «haram»… La récente note des services de renseignement, destinée au cabinet du Président de la République, à son Premier ministre et à Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, est explosive. Nos confrères d'Europe 1 ont pu mettre la main dessus et en ont publié la substance. Si le nombre de cas est stable, la radicalité dont font preuve certains élèves, parfois très jeunes, inquiète les autorités.

D'après Le Figaro, la plateforme d'appels mise en service par le ministère de l'Éducation nationale fin mai pour signaler des «atteintes à la laïcité» reçoit environ 30 appels par jour de la part d'enseignants qui ne savent pas toujours comment réagir. Karim Ifrak, chercheur au CNRS, Docteur de l'École Pratique des Hautes Études de Paris et spécialiste de l'islam, a longuement confié à Sputnik France son inquiétude devant ce phénomène, tout en rappelant que seule une minorité des musulmans de France est concernée.

Sputnik France: La note des services de renseignement vous a-t-elle surpris? ...

Lire la suite


 

 

Débat tendu sur le dérives du communautarisme islamique menant au refus de certains élèves d’avoir cours dans des classes avec du mobilier rouge contraire au Coran

 

Débat tendu sur les dérives du communautarisme islamique à l’école, présenté par Laurence Ferrari, avec :
– Ivan Rioufol (Journaliste au Figaro)
– Charlotte d’Ornellas (Journaliste à Valeurs Actuelles)
– Clément Viktorovitch (Docteur en Science Politique)
– Jean-Claude Dassier (Editorialiste politique à CNEWS)
– Igor Zamichiei (Secrétaire départemental Communiste)
– Brigitte Boucher (Journaliste LCP)
– CNEWS, 11 octobre 2018, 18h39

Le débat entier

 

Une enquête ouverte contre Marine Le Pen pour avoir publié sur Twitter une demande d’expertise psychiatrique

 

La procédure dans la procédure. Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), est visé depuis le 20 septembre par une enquête préliminaire pour avoir publié sur Twitter un acte de procédure la concernant, a indiqué, jeudi 11 octobre, le parquet de Nanterre, confirmant une information du magazine Challenges.

Cette enquête concerne « la publication d’un acte de procédure« , en l’occurrence une ordonnance signée par une juge d’instruction, « en violation de l’article 38 de la loi sur la presse« .

Mise en examen en mars par le parquet de Nanterre pour avoir publié des photos d’exactions de l’Etat islamique sur Twitter, Marine Le Pen avait publié sur le réseau social l’ordonnance de la juge d’instruction demandant une expertise psychiatrique. La présidente de RN s’était indignée que cet examen puisse la viser, bien qu’un tel acte soit prévu par le Code de procédure pénale dans ce genre d’affaire.

Marine Le Pen s’est à nouveau élevée jeudi contre « cette énième persécution« , précisant « ne pas avoir connaissance » de cette nouvelle enquête. « C’est de l’acharnement« , s’est-elle insurgée. Son avocat David Dassa Le Deist a fait lui aussi part de sa « stupéfaction » devant une procédure dont il n’avait pas non plus connaissance. Selon lui, « le parquet a exhumé un article qui n’est que très rarement utilisé pour trouver un fondement à cette enquête« .

La procureure de Nanterre a par ailleurs indiqué qu’une seconde enquête préliminaire, contre X, avait également été ouverte le 20 septembre. Celle-ci concerne « l’atteinte à l’intimité de la vie privée à raison de la diffusion sur plusieurs réseaux sociaux d’éléments personnels« , en l’occurrence les coordonnées personnelles de la juge instruisant l’affaire des photos d’exactions dans laquelle Marine Le Pen est mise en examen.

francetvinfo

 

 

Philippe de Villiers : « il y a des gens qui ont fait sécession mentalement et qui le jour venu nous feront comprendre que c’est nous les étrangers »

 

 

 

Marine Le Pen "ne voit pas" ce qui fait de Bolsonaro un candidat d'extrême droite

 

Marine Le Pen a dit jeudi "ne pas voir" ce qui fait de Jair Bolsonaro un candidat d'extrême droite à la présidence du Brésil, invoquant une "culture différente" et la difficulté de "transposer" en France ses propos, controversés.

"De toute façon, dès que quelqu'un dit quelque chose de déplaisant, il est d'extrême droite dans les médias français. Je ne vois pas ce qui en l'occurrence fait de M. Bolsonaro un candidat d'extrême droite", a déclaré la présidente du Rassemblement national (ex-FN), interrogée sur France 2 sur les propos de Jair Bolsonaro au sujet des femmes ou des homosexuels.

"Propos qui sont éminemment désagréables"

"Mais il a sûrement tenu des propos qui sont éminemment désagréables, qui ne sont peut-être pas du tout transférables dans notre pays, c'est une culture qui est différente. Mais est-ce qu'on va à un moment donné accepter que les peuples ont des histoires et des cultures qui sont différentes, ou est-ce qu'on cherche toujours à juger, à jauger ce qui se passe à l'extérieur en vertu de notre propre culture et de notre propre histoire?", a-t-elle demandé.

Lire la suite

 

 

Commenter cet article