Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

19 sept 2018

 

 

 

Trump s'exprime sur le crash de l'Il-20 en Syrie

 

Le Président américain, s'adressant aux journalistes, s'est dit attristé par la nouvelle du crash en Syrie de l'Il-20 russe transportant 15 militaires à son bord.

Le Président Donald Trump a qualifié le crash de l'avion russe Il-20 en Syrie de «très triste» et a jugé la Syrie responsable du drame.

«Je viens d'etre informé de cet incident. Pour moi, cela ressemble à ceci: il me semble, se basant sur les faits, que la Syrie a abattu l'avion russe. Et je sais que 14 personnes ont été tuées, pour le moins. C'est une chose très triste», a-t-il déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse à Washington avec son homologue polonais Andrzej Duda.

Les États-Unis et la coalition qu'ils dirigent ont fait un grand travail en Syrie pour résister à Daech* et ils sont «sur le point d'achever ce travail», a poursuivi M. Trump.

Lire la suite

 

 

Un ex-agent agent spécial israélien dévoile les conséquences du crash de l’Il-20 en Syrie

 

L’incident de l’Il-20 russe, abattu accidentellement par les forces antiaériennes syriennes lors d’une opération israélienne en Syrie, témoigne de l’irresponsabilité des militaires israéliens, qui risquent de perdre la confiance de leurs collègues russes, a déclaré à Sputnik l’ex-chef du service spécial israélien Nativ Jakob Kedmi.

Interrogé par Sputnik, l'ancien chef du service spécial israélien, Nativ Jakob Kedmi, a hésité à confirmer la version de la défense russe, selon laquelle les avions israéliens s'abritaient derrière l'avion russe Il-20 abattu lundi en Syrie lors de leur opération dans le ciel syrien.

«Je ne sais pas s'ils [les F-16 israéliens, ndlr] s'abritaient derrière le Il-20 ou pas. Selon le représentant du ministère russe de la Défense, cela pourrait être supposé», a-t-il indiqué.

Lire la suite

 

 

La vérité sur les soins médicaux dont bénéficiaient les radicaux en Syrie

 

L’armée gouvernementale syrienne a découvert un hôpital abandonné par des radicaux à Quneitra, dans le sud de la Syrie. Il s’est avéré que les membres de groupes armés bénéficiaient d’équipements coûteux et de médicaments provenant de l’étranger.

Un hôpital de radicaux a été découvert par l'armée gouvernementale syrienne à  El Bureika dans la province récemment libérée de Quneitra, dans le sud du pays.

L'établissement abandonné par des membres de groupes armés possède notamment des équipements étrangers modernes ainsi que des médicaments importés. À présent, il est mis à la disposition des habitants locaux.

«Regardez, ici il y a beaucoup de médicaments importés d'Israël, des États-Unis, de France. Pour les Syriens ordinaires tout cela est inaccessible», a déclaré le médecin Fanita Diran en montrant aux journalistes le contenu de la pharmacie de l'ancien hôpital des radicaux et tenant entre les mains des comprimés avec une inscription en hébreu.

L'hôpital dispose d'antibiotiques, d'analgésiques, de vaccins divers et d'autres médicaments ainsi que de nouveaux instruments chirurgicaux, de machines à ultrasons et d'une salle d'opération moderne. Dans les chambres sont installés des lits confortables, le bâtiment dispose du chauffage central. Tout cela était destiné aux radicaux luttant contre les troupes gouvernementales syriennes et aux membres de leurs familles.

«Des médicaments, du matériel, des outils ont été fournis à eux par des sponsors étrangers: Israël, Qatar, Arabie saoudite, Turquie», a expliqué M. Diran.

L'habitant local Hssen Banua a également montré aux journalistes une ambulance moderne abandonnée par des radicaux avec une plaque d'immatriculation britannique et un volant du côté droit, précisant que «le fait demeure: ils avaient des moyens de transport».

Source

 

 

 

Poutine : «On encourage l'immigration avec de substantielles aides sociales» en Europe (VIDEO)

 

Interrogé sur la crise migratoire en Europe, Vladimir Poutine a estimé qu'à l'avenir, l'Europe continuerait à accueillir des migrants. Le président russe a mis en avant les aides sociales auxquels les candidats à l'immigration peuvent prétendre.

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Moscou ce 18 septembre, Vladimir Poutine a été invité par un journaliste à commenter la crise migratoire en Europe. «Si l'on encourage l'immigration avec de substantielles aides sociales et autres avantages, pourquoi le flot s'arrêterait-il», a fait remarquer le président russe. 

La question d'un journaliste hongrois (11 minutes et 17 secondes) :

Soulignant que l'immigration en Russie était plus facile à absorber en raison de la proximité de langue et de culture des anciennes républiques de l'URSS, le président russe s'est toutefois refusé à donner des leçons à l'Union européenne. «Pour autant, c'est à nos collègues en Europe de décider pour eux-mêmes et de faire au mieux pour l'Europe et pour les Européens».

Ce sont des gens qui sont vraiment étrangers à [la] culture

«En ce qui concerne l'Europe, la situation est particulière. Ce sont des gens qui sont vraiment étrangers à cette culture [européenne]», a-t-il ajouté. Et de conclure : «Je ne pense pas que ces flux de migrants puissent diminuer [...] il y a aussi l'immigration en provenance d'Afrique.»

Source

Note: Poutine est un des rares politiciens qui a de la lucidité. Il voit les choses dans leurs réalités et de façon objective, contrairement à la plupart des politiciens d'Europe qui sont crédules et se laissent bercer d'illusions pour notre avenir.

 

La Corée du Nord prête à fermer un site de tirs de missiles en présence d’inspecteurs internationaux

 

Le président sud-coréen, Moon Jae-in, n’arrivera pas les mains vides pour sa rencontre, attendue au plus tard le 24 septembre, avec son homologue américain, Donald Trump, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies : M. Moon peut désormais se prévaloir des « mesures concrètes pour la dénucléarisation » décidées par la Corée du Nord et annoncées, mercredi 19 septembre, au terme de deux journées d’intenses discussions, à Pyongyang, avec le dirigeant du Nord, Kim Jong-un.

Au cours d’une conférence de presse qui a suivi la signature de différents accords à Baekhwawon, la luxueuse résidence des hôtes étrangers de la Corée du Nord, Moon Jae-in a signalé que Pyongyang était déterminé à accepter la présence d’inspecteurs internationaux lors de la fermeture de son pas de tir de missiles de Tongchang-ri. Kim Jong-un envisage également d’arrêter de manière permanente le site nucléaire de Yongbyon, qui abrite l’unique réacteur du pays et des installations de recherche sur l’atome, à condition toutefois « que les Etats-Unis adoptent des mesures équivalentes dans l’esprit de la déclaration américano-nord-coréenne du 12 juin », référence au premier sommet de l’histoire entre dirigeants nord-coréen et américain. Une exigence de réciprocité qui reste à préciser, et à négocier avec Washington.

Lire la suite

 

Note: et combien de site de ce genre la Corée du Nord dit posséder ?  la coré du Nord fait son cinéma et les grands de ce monde y croient

 

 

La Pologne serait prête à payer 2 milliards de dollars pour une base américaine, qui pourrait s'appeler «Fort Trump»

 

Le président polonais Andrzej Duda et Donald Trump à la Maison Blanche, le 18 septembre 2018.

Une réponse au « comportement agressif » de la Russie. La Pologne est prête à débourser au moins deux milliards de dollars pour l’implantation d’une base militaire américaine sur son sol, une offre que le président Donald Trump a affirmé étudier « très sérieusement ».

Le président Andrzej Duda « nous a offert beaucoup plus que deux milliards de dollars » pour l’installation d’une base permanente dans son pays, a indiqué Donald Trump lors d’une conférence de presse commune à la Maison Blanche avec son homologue polonais. « Nous étudions cela très sérieusement », avait-il fait savoir plus tôt dans le Bureau ovale avant leur entretien. Il a précisé que les Etats-Unis examinaient cette requête polonaise « d’un point de vue, en premier lieu, de protection militaire pour les deux pays et, aussi, de coût ».

Dans la soirée, la Maison Blanche a indiqué dans un communiqué que « les Etats-Unis s’engagent à explorer les options pour un rôle plus important de l’armée américaine en Pologne, et nous intensifierons nos consultations pour déterminer la faisabilité du concept ». « Les résultats de ces efforts contribueront à la défense non seulement de l’Europe centrale et orientale mais aussi de l’Alliance tout entière », a poursuivi l’exécutif américain en référence à l’Otan dont fait partie la Pologne.

« Fort Trump »

Lors de leur conférence de presse commune, le président polonais a appelé Donald Trump à « déployer plus de soldats américains en Pologne ». « J’espère que vous prendrez la décision de déployer plus d’unités et d’équipement (…). J’aimerais voir une base américaine permanente en Pologne », a-t-il ajouté, suggérant de l’appeler « Fort Trump ».

Lire la suite

Lire aussi : Donald Trump envisage d'implanter une base militaire en Pologne

 

Note ; il a  aucune agressivité du coté Russe. C’est de a pure spéculation

 

 

 

Le monde se révolte: la Russie et l'UE veulent «démanteler» le dollar

 

Après des années de discussions et de réflexions pour savoir comment réduire leur dépendance envers la principale monnaie mondiale, le dollar américain, plusieurs États entament des actions concrètes.

Récemment, le patron de la banque russe VTB Andreï Kostine a présenté un plan pour renoncer à l'unité monétaire américaine. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exposé sa proposition de priver le dollar de son statut actuel devant le Parlement européen. A quoi les gouvernements sont-ils prêts pour se débarrasser des fers du dollar et où le «feu rouge» s'est-il déjà allumé pour cette monnaie?

Lire l'article

 

 

Terrorisme: Le premier américain à avoir rejoint al-Qaida témoigne d’une expérience «extrêmement ennuyeuse»

Le ressortissant américain a été arrêté en 2008.

Bryant Neal Vinas est le premier Américain à avoir rejoint les rangs d’al-Qaida après le 11 septembre 2001. Arrêté au Pakistan, jugé aux États-Unis, récemment libéré, il témoigne de sa vie de « terroriste » : c’était surtout d’un « terrible ennui ». Il a réservé sa première interview à CTC Sentinel, la revue mensuelle du Combating Terrorism Center de l’école militaire de West Point, qui publie son témoignage dans son numéro de septembre.

« C’était extrêmement ennuyeux », dit-il de la vie dans les camps d’entraînement d’al-Qaida dans la zone pakistano-afghane. « Il y a des jours où vous ne faites absolument rien. La plupart des gars d’AQ se plaignent surtout de l’inactivité. Il y avait peu d’opérations et même quand il y en avait, ce n’était pas terrible ». « Nous vivions dans des maisons de pisé, la nourriture était mauvaise », raconte-t-il. « Riz, soupe de pomme de terres, soupe de gombo. Les riches Arabes pouvaient acheter des chèvres, des moutons, des poulets, mais c’était le comble de l’exotisme. »

Il tente d’abord l’armée américaine

D’origine hispanique, ayant grandi à Long Island, Bryant Neal Vinas a d’abord tenté, juste après les attentats du 11 septembre, de s’engager dans l’armée américaine. Il en a été chassé après quelques semaines, pour « échec à l’adaptation à la vie militaire ». Les petits boulots se succèdent alors, puis il rencontre un ami qui l’initie à l’Islam, il se convertit, écoute les sermons antiaméricains du prédicateur américano-yéménite Anwar al Awlaki et décide de rejoindre, dans la zone pakistano-afghane, un groupe combattant sunnite.

Lire la suite

 

 

 

Meurtre d’une adolescente: «les médias canadiens préfèrent protéger les réfugiés»

 

En juin 2017, un réfugié syrien assassinait une jeune fille de 13 ans, Marissa Shen, à Vancouver, en Colombie-Britannique. Un crime horrible. La journaliste canadienne Debra W. Soh dénonce la couverture biaisée des médias. Selon elle, certains ont caché des informations pour protéger la réputation des réfugiés. Sputnik s’est entretenu avec elle.

Juin 2017. Dans le Central Park de Burnaby, une banlieue de Vancouver, une jeune adolescente est retrouvée sans vie. Il s'agit de Marissa Shen, 13 ans, une jeune Canadienne d'origine chinoise.

Il faudra attendre jusqu'au 7 septembre pour que son meurtrier et présumé violeur, un dénommé Ibrahim Ali, 28 ans, soit arrêté par la police. Présumé violeur, car toute la lumière n'a pas encore été faite sur ses motivations. Selon les autorités, il s'agit d'un crime «aléatoire», mais l'accusé avait possiblement l'intention de violer sa victime.
Ibrahim Ali est arrivé 17 mois au Canada avant le meurtre de la jeune Marissa Shen, en tant que réfugié syrien, avec le 40 000 autres admis par le Premier ministre Justin Trudeau.

Pour que le Canada accueille autant de réfugiés en provenance de Syrie, le gouvernement canadien a dû modifier certaines règles, afin alléger les processus d'admission. À l'époque, la décision de Trudeau avait suscité la crainte et la réprobation de certains milieux.

Lire la suite

 

Allemagne : Angela Merkel vire le chef du renseignement allemand, accusé de collusion avec l’extrême droite

 

[…] A l’issue d’une rencontre entre la chancelière et ses partenaires de la CSU bavaroise et du parti social-démocrate (SPD), le gouvernement a annoncé que Hans-Georg Maassen ne dirigerait plus les renseignements intérieurs. Soutenu jusqu’au bout par son ministre, le Bavarois Horst Seehofer, qui a salué ses « compétences », il est toutefois nommé secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur.

Ce responsable de 55 ans était dans la tourmente depuis le 7 septembre : il avait alors démenti l’existence de « chasses collectives » d’étrangers, dénoncées par Angela Merkel après des manifestations contre les migrants à l’appel de l’extrême droite à Chemnitz, dans l’ex-RDA. […]

M. Maassen a été jusqu’au bout soutenu par le ministre de l’Intérieur, lui-même entré en rébellion avec la politique migratoire de Mme Merkel.

Le chef du renseignement était en revanche l’objet d’attaques virulentes de l’autre membre de la « grande coalition », le SPD. «Mme Merkel doit à présent clarifier la situation du gouvernement. M. Maassen doit partir, et je vous dis qu’il partira», avait lancé au cours du week-end la cheffe du SPD, Andrea Nahles, qui a participé à la réunion de mardi autour de Mme Merkel.

M. Maassen a entamé la confiance dans les organes de sécurité, déplorait Konstantin von Notz, des Verts, alors qu’en ces temps difficiles leur « intégrité ne devrait faire aucun doute ».

Un récent sondage réalisé par Civey montre que plus d’un Allemand sur deux (58 %) n’a pas confiance dans ses services de renseignement pour assurer la sécurité du pays.

Au-delà de l’extrême droite, le Renseignement intérieur a été mis en cause pour plusieurs ratés dans la surveillance de jihadistes.

Pour l’AfD au contraire, M. Maassen était la cible des « grands partis » uniquement parce qu’il a critiqué la politique migratoire du gouvernement. […]

(merci à HOS)

Le Point

 

Alger s’engage à accueillir tous ses ressortissants clandestins en Allemagne

 

À l’issue d’une rencontre officielle lundi entre Angela Merkel et Ahmed Ouyahia, Alger a assuré Berlin de son engagement à accueillir les ressortissants clandestins algériens actuellement présents sur le sol allemand.

«Je vous confirme que l’Algérie récupérera ses enfants, qu’il s’agisse de 3 000 ou de 5 000» ressortissants, a assuré lundi 17 septembre le Premier ministre Ahmed Ouyahia lors d’une conférence de presse conjointe à Alger avec Angela Merkel, sous réserve de pouvoir procéder à une « identification » de leur nationalité.

D’après le chef du gouvernement, son pays «mène lui-même une action contre les migrants illégaux (et) ne pouvait que s’entendre avec le gouvernement allemand sur ce sujet». Ahmed Ouyahia a par ailleurs rappelé qu’Alger et Berlin étaient liés par un accord de réadmission depuis 1997.

« L’Algérie livre bataille pour le reste de la communauté internationale » en empêchant « annuellement 20 000 à 30 000 personnes d’entrer illégalement en Algérie et souvent d’Algérie de continuer leur chemin » vers l’Europe, a ajouté Ahmed Ouyahia. […]

L’Algérie, récemment classée « pays sûr » dans un projet de loi initié par le gouvernement allemand, a par ailleurs demandé à Berlin de « mettre en œuvre » les demandes d’extradition présentées par la justice algérienne.

Interrogé sur les délais de retour au pays des Algériens séjournant illégalement en Allemagne, Ahmed Ouyahia a rappelé que son pays s’opposait à l’utilisation de charters et appelé Berlin à convaincre la compagnie allemande Lufthansa de participer à leur rapatriement, jusqu’ici essentiellement assuré par Air Algérie, pour « accélérer » le rythme des retours. […]

France24

 

 

 

 

Belgique : Plus de 200 migrants dont 32 sont potentiellement dangereux libérés de centres fermés la semaine dernière

 

Deux cent deux personnes en séjour illégal en Belgique ont été libérées de centres fermés la semaine dernière, dont 32 étaient connus pour divers troubles à l’ordre public, a indiqué lundi soir le secrétaire d’Etat Theo Francken sur le plateau de Terzake (VRT-télé).

Cette décision a été prise afin de pouvoir enfermer plusieurs dizaines de migrants en transit interceptés la semaine dernière, après une série de violences survenues sur des parkings autoroutiers de Flandre.

L’un des critères retenu était que le sans-papier avait peu de chances d’être expulsé dans les délais impartis, parce qu’il avait par exemple dépassé la période maximale de huit mois pendant laquelle il pouvait être placé dans un centre fermé ou encore que le pays d’origine n’avait pas été identifié.

Parmi ces personnes, on dénombre toutefois certains auteurs d’actes délictueux qui ont été transférés de la prison vers des centres fermés.

«Je n’ai libéré aucun criminel. Ces personnes avaient été libérées par la justice», s’est défendu M. Francken lundi soir après la polémique provoquée par cette décision.

 

 

 

Délinquance des mineurs étrangers : bientôt des policiers marocains à Rennes ?

 

Le député LREM d’Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid veut déposer un projet de loi pour apporter des réponses à l’accueil des mineurs étrangers isolés. Des policiers marocains pourraient notamment être amenés à intervenir à Rennes pour aider à identifier des jeunes auteurs d’actes de délinquance.

La piste avait déjà été avancée par les policiers, le procureur de Rennes et le préfet de Région Bretagne. Le député Mustapha Laabid veut déposer un projet de loi « pour aborder différemment l’accueil des mineurs étrangers isolés en France. On travaille notamment avec le Maroc pour faire en sorte que l’expérimentation qui se déroule à Paris puisse être étendue à Rennes et ailleurs. »

(…) Fin août, Christophe Mirmand, préfet d’Ille-et-Vilaine et de la région Bretagne, annonçait déjà que « des liens avec l’ambassade du Maroc [avaient] été noués pour permettre le retour [de ces mineurs étrangers isolés] avec prise en charge dans leur pays d’origine ».

Cette annonce fait notamment suite à une recrudescence de la délinquance à Rennes et dans d’autres grandes villes de France, commis par des groupes de mineurs étrangers isolés, ou se présentant comme tels.

Des jeunes à ne pas confondre avec les 500 mineurs non accompagnés (MNA) pris en charge par l’aide sociale à l’enfance en Ille-et-Vilaine. « Il s’agit bien de délinquants qui revendiquent la qualité de mineurs isolés étrangers (MIE) », précise Vincent Le Borgne, directeur départemental adjoint de la sécurité publique en Ille-et-Vilaine.

« Ils commettent des infractions de manière répétée, ajoute le procureur de la Républiquede Rennes, Nicolas Jacquet. La difficulté est qu’il y a un renouvellement permanent de ces jeunes. Ceux de cet été ne sont pas les mêmes que ceux que nous interpellions en début d’année. »

 

Zemmour : « Les gens viennent non pas pour rejoindre un pays mais pour rejoindre une diaspora, la France est en voie de dislocation sous cette action-là »

 

Aujourd’hui nous sommes dans un système de grandes migrations, c’est « la guerre » de notre temps. Les gens viennent non pas pour rejoindre un pays mais pour rejoindre une diaspora, la France est en voie de dislocation sous cette action-là.

Éric Zemmour

 

Zemmour : « Nous sommes submergés par une population venue d’Afrique. Le populisme est le cri de survie des peuples qui ne veulent pas mourir »

 

Tandis que «Destin français» dresse en filigrane un tableau plutôt pessimiste de la France et de son avenir, la question se pose : le pays est-il à ce point-là au bord du gouffre ? Pour Eric Zemmour, c’est une évidence qui prend racine à la défaite de Napoléon et qui, aujourd’hui, se confirme avec «une submersion démographique venue d’Afrique».

 

Insécurité : Collomb lance les « quartiers de reconquête républicaine » (QRR)

 

Gérard Collomb a lancé mardi la mise en place des « quartiers de reconquête républicaine » (QRR) au lendemain d’un réglement de comptes entre bandes qui a coûté la vie à un adolescent à Saint-Denis, près de Paris, et suscité l’émotion des élus locaux.

Le ministre de l’Intérieur, qui a annoncé dans une interview à l’Express son probable départ après les élections européennes pour reconquérir sa mairie de Lyon, s’est rendu pour l’occasion dans un autre quartier sensible, celui des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne).

Les QRR découlent de la mise en place de la « police de sécurité du quotidien » (PSQ), nouvel avatar de la police de proximité instaurée par le Premier ministre socialiste Lionel Jospin en 1998 et supprimée par le président Nicolas Sarkozy.

Les 60 quartiers de reconquête républicaine dont le ministre de l’Intérieur a annoncé la création en février dernier cumulent délinquance, trafic de drogue, incivilités diverses, pauvreté, chômage, habitat dégradé, repli communautaire et radicalisation. […]

challenges

 

 

 

Migrants : Gérard Collomb accuse Anne Hidalgo d’avoir créé un appel d’air à Paris

 

 

 

Marseille, 72 mosquées, les musulmans de la ville à l’étroit

 

La deuxième ville de France, Marseille, accueille l’une des plus grosses communautés musulmanes de l’Hexagone et 72 mosquées. A en croire certains représentants de la communauté musulmane, ce chiffre est insuffisant. La mosquée As-Sounna, a de plus été fermée en raison des prêches radicaux de l’imam salafiste ; elle était l’une des plus fréquentées de la ville.

«Venez le vendredi ici, et vous verrez s’il n’y a pas une pénurie de mosquées à Marseille.» En ce jour d’inauguration en présence de nombreux élus marseillais, Nordine Ghelamallah est évidemment soulagé. Le trésorier de l’association cultuelle islamique de Marseille vit la fin de longues années de travaux pour réhabiliter la première et plus ancienne mosquée de Marseille, celle dite de la porte d’Aix que gère sa structure.

Mais les 2.400 m² flambant neufs de la mosquée El Takwa, située dans le deuxième arrondissement, ne sauraient résoudre la problématique que rencontre la communauté musulmane de Marseille pour exercer son culte. Cette mosquée, située près du centre-ville, vient s’ajouter à la courte liste des 72 lieux de culte répertoriés par la municipalité pour accueillir les 300.000 musulmans (sur plus de 850 000 personnes, se qui fait a peut prés plus de 30% de musulmans) que compterait la deuxième ville de France selon la mairie. Soit un lieu de culte pour un peu plus de 4.000 fidèles, appartenant à l’une des communautés les plus importantes de l’Hexagone. […]

Un projet de grande mosquée avait bien été esquissé dans le passé à Marseille pour répondre à cette problématique. Mais il a été entériné par le tribunal administratif au début de l’année 2017. Prévue pour accueillir 7.000 fidèles sur un terrain loué par la ville, cette mosquée ne verra jamais le jour.
[…]

20 minutes

 

Note ; et je signale qu’après les banlieues française,  les français de souche maintenant  quittent aussi des grande ville comme  Marseille !  et tous cela a cause de l'insécurité qui règne dans les lieues où il a de grande proportion de musulmans 

 

Alexandre Benalla repéré à Londres en compagnie d’un individu fiché S

 

Le Canard enchaîné déniche de nouveaux détails dans l’affaire Benalla, qui secoue depuis des mois l’Élysée: l’ex-chargé de mission Alexandre Benalla aurait été vu aux côtés d’un proche de l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, mis en examen dans l’enquête sur le financement libyen présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Lire la suite

 

Les excuses d'Alexandre Benalla au Sénat ont fait grincer des dents: "on n'attaque pas les hommes"

 

POLITIQUE - "Je tenais à m'excuser." Alexandre Benalla a fait son mea-culpa ce mercredi 19 septembre devant la commission d'enquête parlementaire du Sénat. Il a présenté ses excuses aux élus de la chambre haute qu'il avait qualifié de "petites personnes" après s'être vu menacé de poursuites judiciaires s'il continuait à refuser de s'expliquer devant les parlementaires.

Lire la suite

 

Note ; en fait il parle comme Macron , pas étonnant qu'ils s’attendent aussi bien

 

 

"Maurice Audin aurait mérité 12 balles dans la peau", déclare Eric Zemmour

 

Maurice Audin était militant communiste pendant la guerre d'Algérie. Emmanuel Macron a reconnu début septembre la responsabilité de la France dans sa mort.

Eric Zemmour au Palais de justice de Paris, le 6 novembre 2015.

"J’étais scandalisé par le comportement d’Emmanuel Macron." Invité du journal L'Opinion mardi 18 septembre, l'auteur Eric Zemmour a une nouvelle fois tenu des propos controversés. Venu faire la promotion de son dernier ouvrage, le polémiste a estimé que le militant communiste Maurice Audin "mort dans des conditions tragiques", "méritait 12 balles dans la peau". 

C'était un traître, c'était un type qui était contre la France, qui aidait le FLN à tuer des Français.Eric Zemmourà "L'Opinion"

"C'était la guerre contre la France, ce type a pris les armes contre la France, c'était tout à fait normal qu'il fut exécuté", a affirmé Eric Zemmour, ajoutant que "la torture a quand même permis d'arrêter les attentats". Emmanuel Macron a reconnu le 13 septembre, "la responsabilité de l'Etat dans la disparation" du mathématicien communiste militant de l'indépendance de l'Algérie Maurice Audin. L'homme avait été torturé par l'armée française et avait disparu sans laisser de traces en 1957. Le président avait remis à sa veuve, Josette Audin, une déclaration reconnaissant le rôle de l'Etat.

Dans une tribune publiée sur Le Monde, l'historien spécialiste de l'Algérie Benjamin Stora a salué une décision "historique". "Bien sûr, cette déclaration fera pousser des cris, dans la droite extrême, de ceux qui diront qu’il s’agit là de 'repentance', et qu’il ne faut surtout pas évoquer la face d’ombre du passé français (...) Mais pour l’immense masse de ceux qui ont vécu le temps de la colonisation, elle laissera une trace ineffaçable."

Source

 

Note:  je le pense aussi

 

Commenter cet article

Chyren 20/09/2018 00:07

Les anciens chrétiens et les juifs convertis seront peut-être un jour de la même congrégation, tel un Roi comme David devant porter la Sainte Croix...
En attendant, pas sûr que vous connaissiez: https://www.youtube.com/watch?v=Wbcvln3SX8Y

3guerremondiale 21/09/2018 14:52

Pas encore eut le temps de voir cette vidéo