Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

1 aout 2018

 

 

 

Des médias révèlent qui a tué les 3 Russes en Centrafrique

 

Les trois journalistes russes retrouvés morts en Centrafrique ont été attaqués le 30 juillet au soir par une dizaine de personnes qui portaient des turbans et parlaient l'arabe, a relaté la radio centrafricaine Radio Ndeke Luka.

La radio centrafricaine Radio Ndeke Luka a évoqué les détails de la mort des trois journalistes russes en Centrafrique le 30 juillet, en citant des sources officielles.

Selon le média, les Russes ont été attaqués pas loin de la ville de Sibut vers 19 heures par une dizaine de personnes qui portaient des turbans et ne parlaient que l'arabe.

Lorsque les journalistes roulaient à bord d'un véhicule 4x4 en compagnie de leur chauffeur de nationalité centrafricaine, des forces de sécurité en poste les avaient interceptés et «leur ont dit de ne pas aller parce qu'il fait déjà nuit. Ils [les journalistes, ndlr] ont insisté et sont partis», a expliqué Marcelin Yoyo, un député de Sibut.

Ensuite, les journalistes ont été kidnappés par une dizaine d'individus et exécutés entre les villages Kéné et Kpakou. Les criminels étaient «tous enturbannés et ne parlaient que l'arabe», a-t-il ajouté.

Lire la suite

Lire aussi: Centrafrique : trois journalistes russes assassinés, leurs corps déposés devant une base de l'ONU

 

 

 

L'adhésion de la Turquie aux Brics pourrait provoquer un «choc géopolitique»

 

L'association des pays, qui a été surnommée à l'époque le groupe des Brics, élargit de plus en plus son influence. A présent la Turquie exprime la volonté de rejoindre ce club, comprenant entre autres la Russie.

Ankara (membre de l'Otan) a-t-il une chance d'adhérer aux Brics et quel serait l'effet géopolitique dans un tel scénario? L'analyse du quotidien Vzgliad.

Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan
Le Président turc a fait part de sa volonté d'adhérer aux pays des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), a annoncé dimanche le quotidien Hürriyet Daily News.

«Nous faisons partie du G20 avec ces cinq pays. Je voudrais qu'ils étudient les démarches nécessaires pour nous permettre de rejoindre ce groupe et prendre notre place dans les Brics», a déclaré le dirigeant turc. Et d'ajouter: «Si vous nous acceptez dans ce groupe, il s'appellera BRICST.» D'après le chef de l'Etat turc, les membres des Brics ont positivement réagi à cette proposition. «Notamment la Chine a déclaré qu'elle était favorable à l'élargissement», a poursuivi Recep Erdogan. D'après ce dernier, il existe un immense potentiel de partenariat dans le secteur économique, d'investissement et de projets de développement.

Lire la suite

 

 

Royaume-Uni : le ministre de l’Intérieur veut enquêter sur l'origine ethnique des gangs de violeurs

 

Après avoir apporté son soutien à une députée accusée de racisme pour avoir relevé que les gangs de violeurs étaient majoritairement d'origine pakistanaise, le ministre de l'Intérieur britannique a ouvert une enquête pour en comprendre les raisons.

Royaume-Uni : le ministre de l’Intérieur veut enquêter sur l'origine ethnique des gangs de violeurs

Le ministre de l'Intérieur britannique, Sajid Javid, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur l'origine ethnique des gangs coupables d'abus sexuels sur mineurs, qui font ravage dans le pays.

Dans des propos rapportés par le Times, Sajid Javid a fait savoir que définir les «caractéristiques distinctives» des auteurs était essentiel à la compréhension des raisons pour lesquelles les hommes reconnus coupables de ces crimes sexuels étaient «disproportionnellement d'origine pakistanaise».

Il s'y est engagé dans une lettre adressée à Sarah Champion, une députée travailliste de Rotherham contrainte de démissionner l'année dernière de son poste de secrétaire d'Etat pour les Femmes et l'égalité du cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, après avoir écrit dans un article paru dans le Sun que la «Grande-Bretagne a[vait] un problème avec les hommes britanniques d'origine pakistanaise qui viol[aient] et exploit[aient] des filles blanches».

Lire la suite

 

 

Royaume-Uni : Tommy Robinson, en prison depuis des mois pour avoir couvert un procès de violeurs pakistanais, est libéré sous caution

 

Tommy Robinson, le fondateur de l’English Defence League, doit être libéré de prison après que la cour d’appel ait décidé qu’il devrait faire face à un nouveau procès sur une accusation d’outrage au tribunal.

D’après la cour d’appel, Robinson serait libéré sous caution à condition qu’il assiste à la nouvelle procédure.

Lors de l’audience, son juge de renvoi, Jeremy Dein, a fait valoir que les «irrégularités» procédurales avaient donné lieu à un «préjudice».

Dein a également soutenu que la peine était «manifestement excessive» et que les mesures d’atténuation personnelles avaient été insuffisamment prises en compte.

Robinson a été emprisonné en mai après avoir filmé des personnes impliquées dans un procès criminel et diffusé les images sur les réseaux sociaux.

The Guardian

 

 

Un navire italien reconduit des migrants en Libye pour la première fois depuis 2009

 

Secourus par un navire italien à une soixantaine de milles nautique de la Libye, 108 migrants ont été renvoyés vers un port de Tripoli. Une décision saluée par le ministre de l'Intérieur italien, mais qui viole le droit international, selon des ONG.

Le 30 juillet, l'Asso Ventotto, un navire commercial italien, a secouru 108 migrants à une soixantaine de milles nautiques au nord-ouest de Tripoli, dans les eaux internationales. Contrairement à la pratique de ces dernières années, où les gardes-côtes italiens coordonnaient les opérations et les migrants étaient amenés en Italie, l'Asso Ventotto les a cette fois-ci reconduits à Tripoli.

Selon le quotidien La Repubblica, l’équipage du navire de ravitaillement italien a contacté le centre de coordination des secours maritimes à Rome, qui les a orientés vers le centre de commandement maritime libyen. C'est celui-ci qui leur a donné l’instruction de ramener les migrants au port de Tripoli.

Une décision qui, selon des ONG et des politiques italiens, pourrait enfreindre le droit international. «La Libye n'est pas un port sûr et cela peut conduire à une violation du droit international», a ainsi commenté le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), en précisant qu'il était encore en train de recueillir des informations sur cette affaire.

Lire la suite

 

 

 

Berlin "freine" le regroupement familial

 

Parmi les réfugiés qui ont obtenu un visa d’un an, seuls mille pourront faire venir leur famille chaque mois.

 

 

Afrique du Sud : changer la Constitution pour accélérer l'expropriation des terres sans compensation

Afrique du Sud : changer la Constitution pour accélérer l'expropriation des terres sans compensation

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, poursuit son entreprise d'expropriation des terres arables afin de les réattribuer aux populations noires. Dans une adresse télévisée, il a annoncé que la Constitution serait modifiée en ce sens.

Lors d'une allocution télévisée ce 31 juillet, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a annoncé que son parti allait chercher à modifier la Constitution pour accélérer l'expropriation sans compensation des terres arables et leur redistribution en faveur de la population noire et défavorisée du pays : «L'ANC [Congrès national africain, parti au pouvoir] va finaliser, via le processus parlementaire, une proposition d'amendement à la Constitution qui décrit de façon plus claire les conditions dans lesquelles l'expropriation des terres sans dédommagement peut être effectuée.»

Lire la suite

 

Une vidéo pour comprendre ce qui se passe en Afrique du Sud

GÉNOCIDE BLANC en Afrique du Sud #1

 

 

Toulouse (31) : violente agression à la machette, trois individus écroués

 

Vingt-deux points de suture de la tempe à la carotide, quatorze sur le crâne et un peu moins à un poignet : après avoir fait l’objet d’une tentative d’égorgement à la machette, ce jeune homme de 18 ans fait figure de miraculé. D’autant que ce n’est vraisemblablement pas la première fois qu’il échappe à une agression. […]

À l’époque, une vingtaine d’agresseurs ont débarqué devant son immeuble, chemin de Lestang, armés de machettes, barres de fer et autres battes de baseball avant de défoncer sa porte et jeter des bières par sa fenêtre. Le jeune homme a été blessé à un poignet au cours de cette scène complètement folle censée l’intimider.

«C’est une vraie chasse à l’homme organisée !», pour Me Nicolas Raynaud Delage, avocat de la victime. «Selon moi, l’intention homicide est évidente: ils en voulaient à sa vie. Cela fait trois fois de suite qu’il se fait agresser et à chaque fois, c’est crescendo. Ils ne se trompent pas de personne», poursuit le conseil qui fait référence à un premier épisode de violences qui remonterait à l’an dernier.

La Dépêche

 

 

Les deux motions de censure contre le gouvernement ont été rejetées

 

Benalla a utilisé deux fois son badge de l'Assemblée pendant sa suspension

 

INFO LE FIGARO - L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, qui disposait d'un accès privilégié, est entré dans l'enceinte du Palais Bourbon le 16 mai et 17 mai.

C'est une période qui n'en finit pas de nourrir des interrogations. Suite à son comportement le 1er mai, en marge de manifestations, Alexandre Benalla aurait écopé d'une suspension de ses fonctions de collaborateur de l'Élysée du 4 au 19 mai. Or, selon nos informations, Alexandre Benalla a usé de son badge à deux reprises pour se rendre à l'Assemblée nationale durant cette même période. L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron est en effet entré dans l'enceinte du Palais Bourbon le 16 mai à 14 heures, ainsi que le lendemain, le 17 mai à 16 heures. Après s'y être rendu à plusieurs reprises, mais de facon irrégulière, au mois de mars.

Lire la suite

 

 

Alexandre Benalla était « exécrable » confirme Alliance, le syndicat majoritaire de la police, devant le ministre de l’Intérieur

 

 

Tous les syndicats de policiers étaient reçus successivement, mardi 31 juillet, par confédération par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, place Beauvau à Paris, pour faire le point sur l’affaire Benalla. Une affaire qui a créé un profond malaise au sein de l’institution policière et qui a vu plusieurs représentants de la Préfecture de police et des syndicats entendus, auditionnés par les deux commissions d’enquête de l’Assemblée et du Sénat. Premier reçu ce matin, Fabien Vanhemelryck, du syndicat Alliance, majoritaire au sein de la police, a réagi sur franceinfo.

« Pour nous, ce genre d’attitude n’était pas concevable et cela devait être sanctionné. Le ministre nous a questionnés sur le comportement de Benalla. Est-ce qu’il était exécrable envers les fonctionnaires de police ? On a confirmé nos propos. On a dit qu’avec nos collègues qui étaient à la Compagnie de garde de l’Elysée, monsieur Benalla se permettait des choses, de par sa fonction, qui étaient inadmissibles. Monsieur Benalla ne comprenait pas qu’il fallait qu’il présente un badge, parce que tout le monde ne le connaissait pas, loin de là. Il partait du principe qu’il avait une fonction importante, donc que c’était un manque de respect pour lui de montrer un laisser-passer, il ne concevait pas d’attendre quelques secondes ou quelques minutes dans son véhicule, afin qu’il y ait les contrôles nécessaires. Il parlait avec virulence à nos collègues, en disant que c’était inadmissible, inconcevable, intolérable« , a expliqué le syndicaliste au micro de franceinfo.  (…)