Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

7 juillet 2018

 

 

 

Douma : l'OIAC n'a pas trouvé de traces de gaz innervant mais une «présence possible de chlorine»

 

L'OIAC n'a pas détecté de traces d'un quelconque usage de gaz innervant dans la ville syrienne de Douma en avril dernier. Elle annonce cependant avoir trouvé des «composés chlorés».

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé ce 6 juillet n'avoir pas trouvé de preuve de l'usage de gaz innervant lors de l'attaque présumée ayant eu lieu dans la ville syrienne de Douma en avril dernier. Elle déclare en revanche avoir détecté des traces de «produits chlorés».

Lire la suite

 

 

Nantes : quatrième nuit d’émeutes après la mort du délinquant Aboubakar F. (MàJ : un lycée pro. et la voiture de la maire incendiés)

 

De nouveaux incidents ont éclaté à Nantes vendredi soir pour la quatrième nuit consécutive, peu après la mise en examen du CRS qui a tué Aboubakar Fofana mardi soir lors d’un contrôle de police.

Vers 1 heure du matin samedi, sept véhicules avaient été incendiés à Orvault, Rezé et dans les quartiers nantais du Breil et de Bellevue.

Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de cocktails Molotov au Breil et à Bellevue et ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes. Un début d’incendie a touché un bâtiment du bailleur social Nantes Habitat dans le quartier du Breil.

Le Progrès

Jets de projectiles sur les forces de l'ordre, véhicules incendiés ou encore bâtiments pris pour cible : plusieurs quartiers de Nantes ont de nouveau été le théâtre de violences dans la nuit du 6 au 7 juillet 2018.

Ces échauffourées correspondent à la quatrième nuit de tensions entre des groupes d'individus et les forces de l'ordre, depuis la mort d'Aboubakar Fofana, tué par un policier dans le quartier nantais du Breil, le 3 juillet. Ce nouvel épisode de violences a eu lieu après la libération sous contrôle judiciaire du gardien de la paix inculpé.

Lire la suite

 

 

Menace terroriste : des hommes du GIGN déployés incognito dans les trains

 

Les « Trains Marshalls » sillonneront le réseau ferroviaire en toute discrétion pour intervenir en cas d'attaque.

Des militaires du GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, vont en toute discrétion voyager dans les trains circulant en France, prêts à intervenir en cas d'attaque terroriste. La gendarmerie l'a officiellement annoncé ce jeudi.

Baptisé « Train Marshalls », cette opération « est mise en oeuvre dès aujourd'hui, veille des grands départs », a affirmé le colonel Ghislain Réty, chef du bureau de la défense et de la sécurité nationale au sein de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

« Ils voyageront tous les jours, dans les trains circulant sur l'ensemble du territoire, de façon aléatoire ou de façon plus ciblée en fonction de l'état de la menace. L'objectif est d'être efficace et de rassurer la population », a ajouté Ghislain Réty. « Ces militaires du GIGN se mélangeront parmi les voyageurs en toute discrétion. Ils seront au moins deux par train », a complété Ghislain Réty.

Lire la suite

 

 

Agression d'un couple de policiers : les deux suspects ont été arrêtés

 

L'agression d'un couple de policiers en dehors de leur service à Othis en Seine-et-Marne mercredi soir avait déclenché une vague d'indignation dans la classe politique.

Le deuxième homme mis en cause dans l'agression d'un couple de policiers en dehors de leur service mercredi soir à Othis en Seine-et-Marne a été placé en garde à vue, a annoncé samedi le parquet de Meaux à l'AFP. Recherché, cet homme de 24 ans a été placé en garde à vue à 00h50, a indiqué le parquet. Il est le frère cadet d'un premier suspect âgé de 27 ans qui avait été interpellé vendredi.

Après la révélation de l'affaire jeudi en fin de journée, le président de la République avait rapidement condamné cette agression. «Pas de mots assez durs pour l'ignominie et la lâcheté des deux voyous qui ont agressé (...) un couple de policiers en dehors de leur service sous les yeux de leur petite fille. Ils seront retrouvés et punis», avait affirmé Emmanuel Macron sur Twitter.

Lire la suite

 

 

Injures à policiers : Jawad, condamné à huit mois de prison, portera un bracelet électronique

 

Jawad Bendaoud, le logeur de deux djihadistes du 13 Novembre, a été condamné le 6 juillet à Bobigny à huit mois de prison pour avoir injurié des policiers à Saint-Denis, une peine qu'il effectuera avec un bracelet électronique.

Le 6 juillet, le tribunal de Bobigny a condamné Jawad Bendaoud, à huit mois de prison pour des injures envers des policiers à Saint-Denis. Une peine qui a été remplacée par une obligation de port du bracelet électronique.

Le tribunal a précisé qu'il allait toutefois aller en prison pendant cinq jours, le temps que la surveillance électronique soit mise en place. Le parquet avait requis six mois de prison ferme avec placement en détention. 

Lire la suite

 

Le suspect clé des attentats de Paris parmi les bourreaux d'une victime de Daech

 

Osama Krayem, incarcéré en Belgique depuis avril 2016, aurait figuré parmi les bourreaux du pilote des forces aériennes jordaniennes exécuté par Daech* en Syrie.

Un des suspects des attentats commis en 2015 et 2016 dans les capitales belge et française, Osama Krayem, a été identifié comme l'un des bourreaux du pilote jordanien brûlé vif par Daech* début 2015 en Syrie, selon le quotidien belge La Dernière Heure (La DH).
Lire la suite

 

 

La Chine accuse les Etats-Unis d'avoir déclenché "la plus grande guerre commerciale de l'histoire"

 

La Chine avait promis "de ne pas tirer la première" mais avait prévenu: "pour défendre les intérêts fondamentaux du pays", elle devra riposter.

INTERNATIONAL - Pékin a saisi vendredi 6 juillet l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour contester l'entrée en vigueur de droits de douane américains de 25% sur 34 milliards de dollars d'importations chinoises, estimant l'administration Trump responsable du déclenchement de "la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique".

La Chine avait promis "de ne pas tirer la première" mais avait prévenu: "pour défendre les intérêts fondamentaux du pays et de sa population", elle sera contrainte de riposter. Après avoir annoncé la mise en oeuvre immédiate de droits de douane de 25% sur un montant "égal" sur quelque 540 produits américains, le ministère du Commerce a annoncé vendredi le recours à l'OMC.

Encore de nouvelles taxes à venir...

Il ne s'agit pas d'une nouvelle plainte, mais d'un additif à celle qui avait été déposée par le géant asiatique pour contester l'imposition, en mars dernier, des taxes punitives de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium, a précisé une source à Genève.

Les nouveaux tarifs douaniers américains, entrés en vigueur vendredi, affectent 818 produits chinois, dont des automobiles, des disques durs ou des composants d'avions, mais épargnent des produits populaires comme les télévisions et téléphones.

Lire la suite

 

 

Comment la Chine a dupé Américains et Européens à l'OMC

 

En 2001, Américains et Européens pensaient naïvement que la Chine allait se diriger vers une économie de marché et respecter les règles de l'Organisation mondiale du commerce. Près de vingt ans plus tard, ils déchantent.

En acceptant la Chine à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), en 2001, les dirigeants occidentaux se sont largement fourvoyés. Quelque vingt ans plus tard, l'Union européenne et les Etats-Unis prennent conscience d'avoir été dupés. Le réveil est douloureux. Montée des mouvements populistes, contestation de la mondialisation , creusement des inégalités et risque de guerre commerciale en sont la manifestation. Les Occidentaux payent...

 
 
Note : dans le passé les Occidentaux et surtout les Américains combattaient de communisme, depuis maintenant plusieurs années, ils le financent ! 
 

 

_________________

6 juillet 2018

 

 

 

Tsahal attaque un poste militaire syrien dans une zone tampon

 

Les troupes israéliennes ont attaqué les positions syriennes dans la zone tampon, a annoncé Tsahal vendredi, ce en réponse à un obus de mortier qui était tombé dans la zone démilitarisée, hors des frontières de l’État hébreu. Selon un commandant de l'armée syrienne, la frappe aérienne n'a pas fait de victimes.

Alors que le ministère israélien de la Sécurité intérieure a brandi la menace d'une frappe préventive contre l'armée syrienne, Tsahal a frappé les positions syriennes dans la zone démilitarisée après qu'un obus y est tombé.

«Peu avant, Tsahal a pris pour cible un poste militaire syrien depuis lequel un obus avait été tiré sur la zone tampon, adjacente et à l'est de la barrière de sécurité», a annoncé l'armée israélienne, ajoutant que «le lancement s'inscrivait dans les combats intérieurs en Syrie».

Lire la suite

 

 

Moscou réagit à un accord supposé entre Trump et Poutine sur le retrait iranien de Syrie

 

Le Kremlin a démenti les informations selon lesquelles le principal sujet des pourparlers entre Vladimir Poutine et Donald Trump serait le retrait des forces pro-iraniennes de Syrie, car il est irréaliste de discuter de la présence de Téhéran sans sa participation.

Lire l'article

 

 

Jeune homme tué à Nantes : le policier reconnaît avoir menti

 

– Le policier qui a causé la mort d’un jeune homme de 22 ans mardi soir lors d’un contrôle de police avait été placé en garde à vue jeudi par l’IGPN. Il a reconnu avoir menti lors de sa première déclaration et a expliqué avoir tiré sur le jeune homme par accident.

Il a avoué avoir menti lors de sa première déclaration. Selon nos informations, le policier qui a tiré mortellement sur un jeune conducteur de 22 ans mardi soir lors d’un contrôle de police à Nantes a indiqué en garde à vue qu’il n’avait pas cherché à « neutraliser » l’individu dans sa fuite en tirant volontairement sur lui, mais avoir tiré dessus de façon accidentelle.

Le CRS a raconté avoir tenté avec sa main de prendre le jeune homme par le bras (qui était au volant) et de le stopper. Mais, a-t-il poursuivi, il avait son pistolet dans l’autre main et dans l’agitation, le coup est parti, par accident.

Le fonctionnaire avait été placé en garde à vue jeudi par l’IGPN. Une garde à vue pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Plusieurs témoignages avaient remis en question la version de la légitime défense donnée initialement avancée par le policier.

Le décès du jeune homme a engendré une vague de violences urbaines dans les quartiers de Nantes dès mardi soir puis à nouveau dans la nuit de mercredi à jeudi.

 

Note; si il avait respecté la loi, si il aurais obtempéré,   il serait toujours en vie! point barre

 

EN DIRECT - Nantes : nouveaux incidents dans la nuit, trois interpellations

 

FAIT DIVERS - De nouvelles violences étaient en cours dans la nuit de jeudi à vendredi à Nantes pour la troisième nuit consécutive, après la mort mardi soir d'un jeune homme tué par le tir d'un policier qui a été placé en garde à vue. Mais il n'y a pas eu cette fois d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre. Trois personnes ont été interpellées.

 

DÉGRADATIONS

La voiture personnelle de la maire de Nantes, Johanna Rolland, a été incendiée au cours des incidents jeudi soir, selon Ouest-France

VAL D'OISE

Des incidents ont également été signalés cette nuit à Garges-lès-Gonesse, d'où était originaire le jeune tué par le policier.

 

DEUX VERSIONS S'AFFRONTENT

1. Celle du policier 

Les cinq collègues du policier auteur du coup de feu, entendus le soir des faits, ont affirmé que le conducteur a fait une marche arrière à "très vive allure", au point de risquer de renverser deux des quatre enfants qui jouaient sur la chaussée derrière la voiture. Toujours selon eux, l’un des policiers a juste eu le temps de pousser l'un des enfants, de prendre l'autre dans ses bras et de se mettre à l’abri devant le fourgon de CRS.

2. Celle des habitants

Ces déclarations des policiers n'ont pas été confirmées par le procureur et sont contredites par des habitants du quartier interrogés qui disent avoir assisté à la scène. Selon une femme qui a filmé la scène, il n'y avait "pas de CRS derrière la voiture, il n'a écrasé personne". Sur les vidéos des habitants, qu'a pu consulter RMC, il n'y a ni policier derrière le véhicule, ni enfants à proximité. 

 

INTERPELLATIONS

Cette nuit, la police a interpellé trois personnes, dont un mineur de 14 ans en possession d'un bidon d'essence et de mèches. Il a depuis été placé en garde à vue. 

 

Urgent

POINT A 4h30

- Trois personnes ont été interpellées

- Un lycée et une station service ont, en partie, étaient incendiés

- "Une bonne cinquantaine de véhicules ont été incendiés", selon les force de l'ordre

- Le policier a l'origine du tir mortel est toujours en garde à vue à l'IGPN (la police des polices)

Lire la suite (direct)

 

Lire aussi: Nantes : Aboubakar F., tué par la police, était un délinquant multirécidiviste sous mandat d’arrêt

 

 

La voiture personnelle de la maire PS de Nantes incendiée

 

Il était environ 22 h 45, jeudi soir. La voiture personnelle de la maire de Nantes a été incendiée, à proximité de son domicile, dans le quartier Chantenay.

Contactée peu après les faits, alors qu’elle se trouvait dans une cité de Nantes touchée par les émeutes, Johanna Rolland n’a pas souhaité commenter l’incendie dont elle a été victime.

Plusieurs voitures ont encore été incendiées, cette nuit, dans divers quartiers de la ville. L’incendie de la voiture du maire est-il lié aux émeutes qui secouent la ville depuis trois nuits ou à sa fonction ? Qui a pu commettre cet acte ? Quel profil ?

Aucune piste ne serait privilégiée. Une enquête a été ouverte.

Pour rappel, la réaction de la maire à la situation Nantaise :

 

 

Nantes / Le Breil : Quelques secondes après le tir

 

 

 

Nantes (44) : marche blanche pour Abou, le délinquant tué par la police

 

Le 6 juillet

Un millier de personnes ont participé à une marche blanche jeudi en début de soirée dans le quartier du Breil à Nantes pour réclamer "vérité" et "justice pour Abou", victime mardi du tir d'un policier placé en garde à vue jeudi..

 

Othis (77) : une policière et son conjoint violemment tabassés devant leur fille de 3 ans par un dealer et son frère (Màj : un suspect arrêté)

 

06/07/2018

Un jeune homme a été arrêté et placé en garde vue vendredi matin pour l’agression d’un couple de policiers hors de leur service à Othis (Seine-et-Marne) mercredi soir, qui a déclenché une vague d’indignation dans la classe politique.

L’homme a été interpellé en Seine-et-Marne, a précisé une source proche de l’enquête, tandis qu’un deuxième agresseur est, lui, toujours recherché.

Les deux suspects, identifiés, ont entre 20 et 30 ans, a-t-on appris d’une autre source proche de l’enquête.

(…) Les agresseurs descendent alors de voiture et donnent un coup de poing au visage de la jeune femme, qui a le bras en attelle depuis un accident du travail. Ils s’attaquent ensuite à son compagnon, qui reçoit plusieurs coups de pied notamment.

La policière s’est vu prescrire quatre jours d’interruption totale de travail, son compagnon quinze.

Capital.fr

 

 

Allemagne : durcissement de la politique migratoire

 

Après plusieurs semaine de désaccords, la crise politique s’éloigne en Allemagne. Les trois partis qui composent la coalition gouvernementale sont tombés d’accord ce jeudi sur un durcissement de la politique migratoire.

 

Aide aux migrants : le Conseil constitutionnel consacre le « principe de fraternité » (MàJ : Le Parlement européen souhaite mettre fin au délit de solidarité en Europe)

 

Le Parlement européen veut aussi mettre fin au délit de solidarité en Europe

Dans une résolution adoptée le 5 juillet, les eurodéputés ont appelé la Commission européenne à mettre de l’ordre dans les règles en matière d’aide aux migrants, utilisées à tort par certains États membres pour pénaliser l’aide humanitaire.

« Nous avons besoin de lignes directrices claires en ce qui concerne l’aide humanitaire. C’est essentiel dans un contexte où des individus et des ONG travaillent d’arrache-pied pour sauver des vies en mer et porter assistance sur terre » a réclamé l’eurodéputé socialiste britannique Claude Moraes, auteur de la résolution. (…)

Euractiv

Alors que le débat est toujours aussi présent en Europe sur les questions migratoires et notamment le rôle des ONG qui aident les migrants, Le Conseil constitutionnel a affirmé vendredi 6 juillet qu’une aide désintéressée au « séjour irrégulier » ne saurait être passible de poursuites, au nom du « principe de fraternité ».

Dans sa décision, il donne une force juridique à cette devise républicaine et considère qu’il en découle « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ».[…]

A l’origine de cette requête, notamment, l’agriculteur Cédric Herrou, devenu le symbole de la défense des migrants de la vallée de la Roya, l’un des principaux points de passage des migrants arrivés en Europe par l’Italie.

Le Monde

Note: il en a vraiment marre de voir la tête de se sociaux pro islamique

 

 

« Des individus fichés S ont eu accès aux centrales nucléaires via des entreprises sous-traitantes »

 

Après 83 auditions, sept visites de centrales, la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires a rendu public son rapport hier. Hervé Saulignac (PS), député de la première circonscription de l’Ardèche, avait demandé la création de l’instance après l’intrusion de 22 militants de Greenpeace en novembre dernier dans la centrale EDF de Cruas/Meysse. Il en a été l’un des trois vice-présidents.

La centrale nucléaire de Cruas/Meysse est enfin floutée sur Google map. « C’est le cas depuis 48 heures ». Hervé Saulignac rit jaune. Jusque-là, les internautes, bien ou mal intentionnés, pouvaient explorer la configuration des centrales en vue aérienne sans difficulté.

(…) Autrement dit, le député finit par lâcher : « À l’évidence, il y a eu des fichés S qui ont eu accès aux centrales via des entreprises sous-traitantes. »

Le Dauphiné

 

Asia Bibi toujours dans le couloir de la mort pour blasphème

 

 

Alors qu’on n’en finit pas d’attendre que la Cour suprême se saisisse du dossier, Asia Bibi, condamnée à mort, continue à languir en prison. Une épreuve qui ne finit pas. Le European Centre for Law and Justice (ECLJ) de Strasbourg s’est, une nouvelle fois, élevé contre cette situation invraisemblable, lors d’une prise de parole dans le cadre du débat général de la 38ème session du Conseil des droits de l’homme, à Genève le 25 juin dernier. Voici la retranscription de cette intervention orale prononcée en anglais.

Les lois sur le blasphème de la République islamique du Pakistan représentent une menace continue pour les minorités religieuses.

En particulier, la section 295-C du code pénal Pakistanais (PPC) dispose : « Quiconque par des mots, oralement ou par écrit, soit par représentation visible ou par imputation, sous-entendu ou insinuation, directement ou indirectement, souille le nom sacré du Saint Prophète Mohamed (la paix soit sur lui) sera puni de mort, ou d’emprisonnement à vie, et sera également passible d’amende ».

Depuis la promulgation de ces lois, plus d’un millier de cas de blasphème ont été enregistré, plus de cinquante personnes ont été tuées par des foules ou des individus musulmans de façon extrajudiciaire, et au moins quarante personnes sont actuellement dans le couloir de la mort ou purgent une peine de prison à vie. Des centaines, de plus, purgent ou ont purgé des peines de prison allant de trois à dix ans.

Une affaire notable est celle d’Asia Bibi, une mère chrétienne de cinq enfants, condamnée pour blasphème pour avoir offert à ses collègues de l’eau dans son verre. Les collègues ont dit à Asia qu’elle avait rendu le verre rituellement impur en y buvant. Ils lui ont ordonné de se convertir à l’islam mais Asia a refusé et exprimé sa foi en Jésus Christ. Elle fut accusée de blasphème, jugée coupable et condamnée à mort. Cela fait neuf ans qu’elle est en prison, à attendre que la Cour suprême du Pakistan la juge en dernier recours.

 

Pour cela, nous exhortons ce Conseil à enquêter sur les cas de blasphème, les meurtres extrajudiciaires et à demander au Pakistan de supprimer ou amender ses lois sur le blasphème.

Source : ECLJ, 29 juin

 

Pasteur Brunson : 98 eurodéputés protestent auprès d’Erdogan

 

Le pasteur étatsunien Andrew Brunson est emprisonné en Turquie pour des motifs de la plus haute fantaisie. Son procès devrait reprendre ce 9 juillet, mais la pression internationale et notamment celle des États-Unis (Trump, Sénat…), se fait de plus en plus forte. Le Parlement européen a décidé aujourd’hui d’ajouter sa voix à ce concert international de protestation. « La liste des signataires de la lettre en fait une exception dans la vie politique européenne. Les 98 eurodéputés signataires sont issus de tous les groupes politiques et de 21 nationalités : cette unité est très rare en politique, d’autant plus lorsqu’elle vise à défendre la mission d’évangélisation d’un pasteur auprès des musulmans », dénonce Grégor Puppinck dans une tribune de Valeurs Actuelles que signale le Salon Beige. Ci-dessous, la lettre des eurodéputés à Erdogan.

Source : Salon Beige, 5 juillet (voir lettre)

 

 

Augmentation des actes antichrétiens en Inde

 

En 2017, au moins 351 cas de persécution et crimes de haine contre des chrétiens avaient été rapportés. Le 7 mars de cette année, Portes Ouvertes signalait que pour le seul mois de janvier, déjà 78 cas avaient été recensés. Dans une dépêche de ce jour, l’Agence Fides, s’appuyant sur un rapport de l’Alliance Defending Freedom (ADF) Inde, annonce que 101 cas ont été enregistrés entre janvier et mai, un nombre que j’estime sous-évalué.

Il faut remarquer par ailleurs que les croyants ont des difficultés à déposer plainte à l’encontre des coupables à cause de l’attitude de la police. « Sur 101 incidents, seules 13 plaintes ont pu être déposées » remarque le consultant de l’ADF. Le document indique par ailleurs que quatre États indiens ont signalé des violences envers les chrétiens pour la première fois en 2018. Il s’agit de Delhi, Goa, Pondichéry et du Rajasthan, faisant ainsi arriver à 75 % la part du territoire national sur lequel existent des risques quant à la libre pratique de la religion chrétienne. Selon Me Tehmina Arora, chercheuse et avocate chrétienne, le classement des partis laïcs ou religieux ne fait pas de différence lorsqu’il s’agit d’attaques contre les chrétiens. La violence a en effet eu lieu dans 8 États gouvernés par ce qu’il est convenu d’appeler des forces laïques et dans 14 autres dans lesquels les nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party (BJP) sont aux affaires. Au cours de ces quatre dernières années, sur la ligne promue par l’United Christian Forum en Inde, plus de 750 épisodes de violence à l’encontre de chrétiens ont été signalés.

Source : Agence Fides, 5 juillet