Youcef Nadarkhani savait qu'il allait retourner en prison, mais il ne s'attendait pas à une arrestation aussi violente. 

Youcef Nadarkhani est pasteur à Rasht, au Nord de l'Iran. Il pensait recevoir une citation à comparaître pour purger sa peine de 10 ans de prison, ordonnée l'été dernier par la justice iranienne. Contre toute attente, il a été arrêté violemment dans sa maison, le 22 juillet.

La force excessive des autorités iraniennes

Dimanche dernier, tôt le matin, des officiers en civil pénètrent de force au domicile du pasteur. Son fils Danial ouvre la porte, appelle son père à la demande des officiers puis est immobilisé avec un taser. Ni l'un, ni l'autre n'ont opposé de résistance. Son père subit pourtant le même traitement, et est battu par les forces de l'ordre. 

Aujourd'hui, le pasteur est emprisonné à la prison d'Evin et placé en quarantaine. Les conditions de sa détention sont inadaptées. Il a pu appeler sa famille le 23 juillet.

Condamné à 10 ans de prison en 2017

C'est en juillet de l'année dernière, que Youcef Nadarkhani, Yasser Mossayebzadeh, Saheb Fadaie et Mohammad Reza Omidi, ont été condamnés pour avoir «agi contre la sécurité nationale». Selon les autorités, ils faisaient la «promotion du christianisme sioniste» en dirigeant des «églises de maison».