Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

_________________

Le 16 avril 2018

 

Actualité a suite....

 

«C'est une intervention militaire, on ne joue pas à la Game Boy»: Marine Le Pen sur la Syrie (VIDEO)

 

La présidente du FN a critiqué les frappes militaires de la France en Syrie. Fustigeant l'attitude d'Emmanuel Macron dans cette affaire, Marine Le Pen a estimé que le président français n'avait pas fourni de preuves sur les armes chimiques.

Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron «se prend pour le maître du monde». Le 16 avril, dans les couloirs de l'Assemblée nationale, la présidente du Front national s'est montrée sarcastique : «Et encore là, il faut être content, il partage. Ils partagent à trois la maîtrise du monde.» Une référence au trio qu'a formé le président français avec Donald Trump et Theresa May en ordonnant à leurs forces armées respectives de mener des frappes en Syrie le 14 avril, après les supposées attaques chimiques dont ils accusent le gouvernement syrien d'être responsable.

Lire la suite

 

La Défense russe dévoile les détails de l’interception des missiles tirés contre la Syrie

 

Dans la nuit du 13 au 14 avril, la défense antiaérienne syrienne a eu recours à 112 missiles antiaériens  guidés, y compris 25 du système antiaérien Pantsir, a annoncé ce lundi Igor Konachenkov, porte-parole de la Défense russe.

«Pour faire face à l’attaque, au total 112 missiles antiaériens guidés ont été utilisés», a-t-il indiqué.

Le porte-parole de la Défense russe a ajouté que pour repousser l'attaque, l'armée gouvernementale syrienne avait eu recours à des systèmes de missiles sol-air S-200, S-125, Bouk, à des 9K33 Osa, véhicules antiaérien équipés de missiles sol-air, à des 9K35 Strela-10, systèmes antiaérien mobiles à courte portée et à des systèmes antiaériens Kvadrat

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne,...

lire la suite

 

Note: si cette information est vrai (la Russie vend ces systèmes antimissiles donc cette information c'est aussi de la publicité) cela veut dire qu'avec des S400 la défense syrienne serait encore plus performante (la Turquie va justement acheter des S400 pour notre plus grands malheurs)

 

 

 

 

Le site de Douma maquillé par les Russes? Moscou se prononce

 

Lors d'une réunion à huis clos consacrée à l'attaque présumée menée le 7 avril à Douma, le représentant américain à l'OIAC a soupçonné la Russie d'avoir maquillé le site de l’attaque. Sergueï Lavrov a levé le voile à ce propos.

La Russie n'a pas essayé de maquiller le lieu de l'attaque présumé avec des armes chimiques à Douma, en Syrie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, commentant les accusations à ce propos.

«Je garantis que la Russie n'a pas interféré sur les lieux de l'incident», a annoncé Sergueï Lavrov dans une interview accordée à la chaîne de télévision BBC.

Lire la suite

 

 

 

 

Ankara regrette les déclarations d'E. Macron

 

 

 

 

Note: Macron est encore a coté de la plaque. 

 

L'ambassadeur russe à l'OIAC dit avoir la preuve que l'attaque chimique en Syrie a été mise en scène

 

16 avr. 2018, 16:28

Aleksandr Shulgin, l'ambassadeur russe auprès de l'OIAC, a déclaré le 16 avril : «Contrairement à nos partenaires occidentaux, nous détenons des preuves irréfutables qu'il n'y a pas eu d'attaque chimique à Douma le 7 avril et pas seulement un "haut niveau de probabilité".»

Selon le diplomate, l'incident était d'une «fausse attaque préparée par les services de sécurité britanniques» dans laquelle «ils auraient peu recevoir l'aide de leurs alliés de Washington».

Le 13 avril, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait déjà déclaré : «Nous avons des preuves irréfutables qu'il s'agissait d'une autre mise en scène, et que les services spéciaux d'un Etat qui est en première ligne de la campagne russophobe ont participé à la mise en scène».

L'OIAC tient le 16 avril une réunion d'urgence sur la Syrie, au cœur de crispations internationales après une attaque présumée aux «gaz toxiques» attribuée par les occidentaux à Damas et qui fait l'objet d'une enquête d'experts internationaux dépêchés dans le pays.

Source

L'attaque chimique en Syrie a été mise en scène par des organisations non gouvernementales qui travaillent avec les autorités américaines, britanniques ou d'autres pays sur une base financière, a déclaré le représentant permanent russe auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

«Ce sont des pseudo organisations non gouvernementales humanitaires, maternées par les adversaires du gouvernement syrien, qui ont été les exécutants immédiats de cette provocation [l'attaque chimique, ndlr]. Parmi eux, ces fameux Casques blancs qu'aiment glorifier certaines délégations présentes ici», a fait savoir Alexandre Choulgine, représentant permanent russe auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Suite

 

Note: pour l'instant la principale preuve (la vidéo) a été complétement ignoré par les médias  occidentaux (ce qui en dit long sur la mentalité anti-russes que régne en France)

 

Syrie : les experts de l'OIAC n'ont pas encore eu accès à Douma

 

Londres a affirmé lundi que la Russie et la Syrie n'avaient pas encore autorisé à la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) l'accès au site de l'attaque présumée aux «gaz toxiques».

Arrivés samedi à Damas, les inspecteurs internationaux n'ont pas pu se rendre sur le site de l'attaque chimique présumée du 7 avril dans la Ghouta orientale. «La Russie et la Syrie n'ont pas encore autorisé l'accès à Douma. Accès sans entrave essentiel. La Russie et la Syrie doivent coopérer», a déclaré l'ambassade britannique à La Haye dans un tweet. Les experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont pour mandat d'enquêter sur l'utilisation éventuelle d'armes chimiques mais pas d'en identifier les auteurs. À La Haye, les ambassadeurs de Russie, du Royaume-Uni et de France se sont rendus lundi matin au siège de l'organisation pour une réunion d'urgence consacrée à la Syrie.

La délégation britannique a ainsi exhorté l'organisation à «demander des comptes aux auteurs de l'attaque de Douma», sans quoi le monde risquerait «d'autres utilisations barbares d'armes chimiques, en Syrie et ailleurs». «Les faits sont là et têtus. Ils résistent aux mensonges les plus grossiers et aux dénégations les plus absurdes», a déclaré l'ambassadeur français Philippe Lalliot lors de la réunion d'urgence convoquée à La Haye. Les pays occidentaux tiennent le régime de Bachar el-Assad pour responsable de l'attaque chimique de Douma. À croire le représentant américain auprès de l'OIAC, la Russie pourrait être intervenue sur le terrain où a été menée l'attaque chimique à Douma afin de supprimer des éléments de preuve, avant la visite de la délégation d'inspecteurs.

Pour la Russie, le retard pris par la visite de la délégation tient aux frappes occidentales survenues pendant la nuit de vendredi à samedi. Moscou, grand allié du régime, s'est de son côté engagé à «ne pas s'ingérer» dans le travail de la mission, officiellement invitée par les autorités de Damas qui nient toute responsabilité dans le drame. «Nous considérons ces accusations comme sans fondement», a aussi rétorqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «Dès le début, la Russie a été catégoriquement contre des accusations ou jugements précipités et infondés» sur les éventuels auteurs de cette attaque «et s'est prononcée pour une enquête impartiale», a souligné Dmitri Peskov.

Les enquêteurs à Damas ont tenu «plusieurs réunions» avec des responsables du régime, pour discuter de la mission à mener «avec transparence et neutralité», a assuré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad, cité par l'agence officielle Sana. «La Syrie a souligné lors de ces réunions qu'elle était disposée à coopérer et à fournir toutes les facilités nécessaires pour permettre à la délégation de mener à bien sa mission», a-t-il souligné. Le travail s'annonce toutefois compliqué pour les enquêteurs, qui arrivent plus d'une semaine après les faits dans une zone passée depuis sous contrôle de l'armée syrienne et de la police militaire russe et où des opérations de déminage sont en cours. Source

 

 

 

 

 

Lavrov: l'attaque des USA et leurs alliés sur la Syrie ne restera pas sans conséquences

 

L'attaque des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni sur la Syrie ne restera pas sans conséquences, a déclaré, dans une interview accordée à la BBC, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a fait savoir, dans une interview à la BBC, que l'attaque tripartite contre la Syrie, qui a eu lieu dans la nuit du 13 au 14 avril, ne resterait pas sans conséquences.

Le chef de la diplomatie russe a en outre fait remarquer que la Russie perdait les restes de la confiance qu'elle avait en l'Occident.

Lire la suite

 

Moscou: de nouvelles frappes contre la Syrie entraîneront une réaction plus dure

 

Mettant en garde contre de nouvelles frappes occidentales en Syrie, la diplomatie russe a affirmé que celles-ci déclencheraient une riposte de la part de «ceux qui se prononcent pour le respect du droit international».

De nouvelles frappes portées par la coalition en Syrie entraîneront une réaction plus dure de la part des pays qui respectent le droit international, a affirmé le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

«Si quelque chose de ce type se répète à l'avenir, cela ne fera qu'aggraver le clivage des forces saines de la communauté internationale», a-t-il affirmé.

«Je suis sûr que d'autres pays rejoindront le groupe qui respecte le droit international. Et ce groupe de forces saines donnera une riposte politique de plus en plus décisive aux atteintes portées aux bases du droit international», a ajouté le diplomate.

Lire la suite

 

Note; plus dure ! mais il n'a eu encore aucune réaction de la part de la Russie a cette attaque

 

En Syrie, les USA ont «montré leurs muscles» mais ne veulent pas se battre

 

L’ancien directeur de la DST française, Yves Bonnet, a réitéré, dans un entretien donné le 15 avril au site d’information algériepatriotique, son appel à ce que la France quitte l’Otan suite à la participation de l’armée française aux dernières frappes contre la Syrie, dont il juge l’efficacité nulle.

«J'étais et reste hostile à la présence de la France au sein de l'Otan. Les enseignements du général de Gaulle sont, hélas, oubliés», a déclaré Yves Bonnet, ancien directeur de la Direction de la surveillance du territoire (DST) dans un entretien donné, le 15 avril 2018, au site d'information algériepatriotique, en commentant les dernières frappes contre la Syrie auxquelles a pris part l'armée française.

«S'agissant des accusations avancées par les pays occidentaux, il est pour le moins paradoxal d'affirmer détenir des preuves et de demander l'intervention de l'autorité de contrôle, l'OIAC [l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, ndlr], sans en attendre les résultats. Il faut ajouter que le précédent scandaleux et resté impuni de l'Irak en 2003, décrédibilise singulièrement les accusations avancées sans fourniture de preuves», a-t-il ajouté en soulignant qu'avec ces violations répétées du droit et des lois internationales «Pour moi, il n'y a plus de droit international».

Lire la suite

 

Syrie: combats entre forces gouvernementales et radicaux en cours à Douma, plusieurs morts

 

Après la reprise par l’armée syrienne de la Ghouta orientale, de nouveaux combats ont opposé ce lundi la Garde nationale syrienne aux radicaux toujours retranchés dans l’enclave.

Des combats opposant les détachements gouvernementaux aux radiaux sont en cours de la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale, signale un correspondent de Sputnik sur place.

Les affrontements ont lieu dans le quartier d'Al-Rahmani, détaille-t-il.

Selon les habitants du quartier, l'un des bâtiments abritait un important arsenal appartenant aux radicaux avant la reprise de la ville par l'armée.

Des morts et des blessés sont à déplorer.

Lire la suite

 

Les États-Unis annoncent quand ils retireront leurs troupes de Syrie

 

La représentante permanente américaine auprès de l’Onu, Nikki Haley, a listé dimanche les conditions du départ des États-Unis du sol syrien.

Des militaires américains non loin de Raqqa

S'exprimant lors du programme Fox News Sunday, Nikki Haley, représentante permanente américaine auprès de l'Onu, a déclaré que les États-Unis ne quitteraient pas le sol syrien avant que tous leurs objectifs ne soient accomplis. Parmi ces objectifs, Mme Haley a nommé celui d'assurer la non-utilisation des armes chimiques de manière à que cela ne pose pas de risque pour les intérêts des États-Unis, la défaite de Daech*, ainsi que la surveillance des actions de l'Iran.

«Nous ne partirons pas avant de savoir que nous avons accompli ces choses», a souligné Nikki Haley.

Auparavant, Washington avait déclaré qu'il n'avait pour objectif que la lutte contre Daech*.

Lire la suite

 

Note; ils sont donc pas prés de partir, malgré un son de cloche différent du coté Trump

 

 

Syrie : "La mission américaine n'a pas changé", retour des forces "dès que possible"

 

"Le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible", a indiqué dans un communiqué la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

La mission des forces américaines déployées en Syrie "n'a pas changé" et le président Donald Trump veut qu'elles rentrent aux Etats-Unis "dès que possible", a déclaré dimanche la Maison Blanche. "La mission américaine n'a pas changé. Le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible", a indiqué dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Lire la suite

 

 

 

Macron qui a «convaincu» Trump de s'engager en Syrie, a-t-il convaincu ses compatriotes?

 

Lors de sa longue intervention en direct sur BFM TV, Emmanuel Macron a entre autres tenu à expliquer que c’était lui qui avait «convaincu Trump» de rester en Syrie au moment où il voulait se désengager. Suite à cette déclaration, le Net français semble se poser une seule question: est-ce que Macron a réussi à convaincre son peuple par ce discours?

Macron

Parmi de nombreuses déclarations faites par le chef de l'État lors d'une émission en direct sur BFM TV, au moins une n'a pas échappé aux téléspectateurs français. Sujet sensible qui s'inscrit dans l'ordre du jour international, les frappes effectuées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont pris une autre tournure quand Emmanuel Macron a déclaré que c'était bien lui qui avait «convaincu Donald Trump» de rester en Syrie au moment où la partie américaine voulait se désengager.

«Il y a 10 jours, Donald Trump disait que les États-Unis avaient vocation à se désengager de la Syrie. Nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée. Nous l'avons aussi convaincu de limiter les frappes aux capacités chimiques alors qu'il y avait eu un emballement médiatique par voie de tweets.»

Lire la suite

 

Note; Mdr ! avant de posté le message suivent,  je savais que Macron recompté des histoires. Parce que Macron est un gros fanfaron!  et un fanfaron en plus  arrogants a la tête de la France c'est dangereux pour notre sécurité

 

Trump convaincu par Macron de rester en Syrie ? La Maison Blanche ne semble guère de cet avis

 

L'Elysée recadré par la Maison Blanche ? «La mission américaine n'a pas changé. Le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible», a fait savoir dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. La publication de ce communiqué est intervenue quelques heures après que le président français Emmanuel Macron a affirmé, lors de son interview télévisée du 15 avril, que la France avait «convaincu» Donald Trump de maintenir les troupes américaines en Syrie.

Lire la suite

 

 

Présence d’armes chimiques en Syrie? Zakharova met les points sur les i

 

Pendant que l’Occident accuse Damas d’avoir procédé à une attaque au chlore à Douma, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, rappelle le fait que les armes chimiques en Syrie ont été détruites par l'OIAC, alors que les USA reportent les délais de destruction de leurs propres armes.

Les armes chimiques en Syrie ont été détruites, et l'OIAC l'«a signé», a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, dans une émission sur la chaîne russe Rossiya 1.

«Les armes chimiques en Syrie ont été détruites. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a signé ce document. Ce sont des extrémistes et des radicaux qui utilisent des produits chimiques en Syrie. C'est un fait prouvé. Et chaque fois qu'une nouvelle ville, une localité, un village est repris par l'armée syrienne, on y trouve des caches avec des produits chimiques. Cela est prouvé par le réel, par les faits», a déclaré Maria Zakharova.

Lire la suite

 

Nouvelles sanctions contre la Russie: Maria Zakharova explique ce qui tracasse les USA

 

Si les États-Unis imposent de nouvelles sanctions contre la Russie, comme l’a annoncé l'ambassadrice américaine à l’Onu Nikki Haley ce dimanche, ça sera seulement à cause de la présence russe sur la scène internationale, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Maria Zakharova
Ces derniers temps, les sanctions contre la Russie sont «introduites sans rapport à la moindre réalité», a indiqué la porte-parole du ministre russe des Affaires étrangères Maria Zakharova dans une émission sur la chaîne russe Rossiya 1, commentant les informations sur de nouvelles sanctions à l'égard de la Russie.

«Si avant on nous disait que nous étions punis pour l'Ukraine, maintenant les déclarations ont sensiblement changé. Ils nous punissent, en principe, parce que nous sommes présents sur la scène internationale. C'est formulée comme ça: à cause du rôle que la Russie joue dans les affaires internationales. C'est tout», a indiqué Mme Zakharova.

Lire la suite

 

Note: les Américains se jettent sur n'importe quelle opportunité pour sanctionner les Russes. Cet acharnement est bien sur motivé par ce qui se passe en Syrie, les Américains refusant de perdre la partie

 

 

 

 

Moscou nie fournir des technologies à double usage à Damas, les déclarations US fausses

 

Les autorités russes n’ont jamais fourni de technologies à double usage à Damas, a fait savoir ce dimanche à Sputnik le premier vice-président de la commission de la défense du Conseil de la Fédération, le sénateur Evgueni Serebrennikov, réagissant ainsi aux déclarations de l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley, selon lesquelles de nouvelles sanctions contre la Russie seront annoncées le 16 avril à cause de l’attaque chimique présumée en Syrie.

«La Russie n’a jamais fait livrer de technologies à double usage, ces déclarations provenant des États-Unis sont un autre mensonge et fake», a-t-il notamment déclaré.

D’après lui, en dépit du fait que tout «cela n’est pas très bon», la Russie est prête à de nouvelles sanctions.

«Cela n’est pas facile […] mais elles [les sanctions, ndlr] portent aussi atteinte aux États-Unis et à l’Europe», a souligné le sénateur russe.

Lire la suite

 

 

Sergueï Lavrov évoque les résultats d’une expertise indépendante sur l’affaire Skripal

 

Une expertise indépendante menée dans un laboratoire suisse a permis de détecter des traces de l’agent toxique BZ à Salisbury où ont été empoissonnés Sergueï Skripal et sa fille. Cette substance fait notamment partie de l’arsenal des États-Unis et du Royaume-Uni, a annoncé le chef de la diplomatie russe.

Lire la suite

 

 

 

Pakistan : deux chrétiens tués devant une église (revendication de l’EI)

 

Deux chrétiens ont été tués et trois autres blessés dimanche devant une église de Quetta, dans le sud du Pakistan, par des tirs à partir de motos, la deuxième attaque de ce type dans cette région depuis le début du mois.

La branche locale du groupe EI a revendiqué cette attaque dans la capitale du Balouchistan, selon SITE, une organisation spécialisée dans la surveillance des sites jihadistes. « Quatre hommes sur deux motos ont ouvert le feu de manière non ciblée » sur un groupe de chrétiens, « tuant deux personnes et en blessant trois autres« , a dit à l’AFP un responsable de la police locale, Abdul Razzaq Cheema. […]

Le Figaro

 

Procès de Andrew Brunson, pasteur américain, en Turquie

 

 

 

Don saoudien de 150 millions de dollars au profit de Jérusalem-Est

 

Le roi Salmane ben Abdel Aziz al-Saoud (Crédit : Wikimedia)

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a rejeté dimanche, à l’ouverture du 29e sommet arabe, la décision de l’administration de Donald Trump de transférer l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem.

« Nous réitérons notre rejet de la décision américaine concernant Jérusalem », a déclaré le roi dans un discours à Dhahran (est), ajoutant que « Jérusalem-Est est une partie intégrante des territoires palestiniens ».

Cette réunion s’est ouverte 24 heures après que les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont mené des frappes ciblées contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, allié à l’Iran et à la Russie, en représailles à une attaque chimique présumée contre une enclave rebelle.

« L’Arabie saoudite annonce un don de 150 millions de dollars pour soutenir l’administration des biens islamiques de Jérusalem », a dit le souverain en qualifiant la réunion des dirigeants arabes de « sommet de Jérusalem ».

Lire la suite

 

La Chine fera-t-elle des compromis pour éviter une guerre commerciale avec les USA?

 

Donald Trump et Xi Jinping

Le bras de fer entre les États-Unis et la Chine se poursuit sur le front du commerce. C’est pourquoi le discours de Xi Jinping au Forum de Boao 2018 était attendu avec le plus vif intérêt. On s’attendait même à des compromis de la part de Pékin face à Washington, mais en vain. Sputnik s’en est entretenu avec des analystes chinois.

Lire l'article

_________________

Le 15 avril 2018

 

 

Attaque chimique présumée en Syrie: les USA imposeront des sanctions contre la Russie

 

Les autorités américaines entendent introduire de nouvelles sanctions à l’égard de la Russie à cause de l’attaque chimique présumée à Douma, a annoncé la représentante permanente des États-Unis à l’Onu.

Washington envisage d’adapter de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie en rapport avec l’utilisation prétendue d’armes chimiques en Syrie, elles seront annoncées le 16 avril, a déclaré ce dimanche l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley dans un entretien accordé à la chaîne CBS.

«Vous allez voir que de nouvelles sanctions seront introduites contre la Russie. Le secrétaire américain du Trésor [Steven, ndlr] Mnuchin les annoncera ce lundi […]. Elles seront imposées directement à l’encontre de toute entreprise qui a travaillé à l’équipement de [Bachar, ndlr] el-Assad et l’utilisation d’armes chimiques.»

Lire la suite

 

Note: ce n'est pas possible ! et après les Américains affirment vouloirs se rapprocher de la Russie et ne pas chercher à rétablir la guerre froide

 

Pierre Le Corf: «une nouvelle attaque chimique va arriver» en Syrie

 

Dans les mois à venir, une nouvelle attaque chimique surviendra à Idlib, en Syrie, a déclaré à Sputnik Pierre Le Corf, volontaire humanitaire français qui vit dans la ville syrienne d’Alep.

Les frappes effectuées par Washington, Paris et Londres dans la nuit du 13 au 14 avril sous-entendent qu'une autre attaque chimique sera bientôt préparée à Idlib, a fait savoir à Sputnik Pierre Le Corf, fondateur de l'ONG WeAreSuperheroes et l'un des rares humanitaires européens présents dans la ville syrienne d'Alep.

Selon le jeune homme, les frappes menées par ces pays occidentaux ont eu lieu après que les Syriens ont commencé à penser que «c'était terminé».

«Maintenant […], on se fait bombarder par les Américains, par la France, par les Anglais, et qui laissent sous-entendre des représailles encore bientôt s'il y avait une nouvelle attaque chimique qui évidemment va arriver à Idlib, c'est évident, dans les mois qui viennent», a précisé le jeune homme.

Lire la suite

 

Note: on peut en être assuré, puisque les rebelles ont obligatoirement perdu, face à Assad et Poutine, le seul moyen pour eux de retourner la situation a leur avantage, est de créer une nouvelle attaque chimique, puis les cancres de trois pays occidentaux suivront

 

 

Frappes en Syrie : flou sur la stratégie, flou sur les cibles, flou sur les résultats

 

Trump ironise. "Les frappes en Syrie ont été si parfaitement menées que les Fake News médias n'ont trouvé à dénigrer que mon utilisation de l'expression 'Mission accomplie' !" Il faut dire que la référence historique est trop belle. Le dernier président américain à avoir prononcé les mots "Mission accomplished" était George W. Bush, le 1er mai 2003, à bord du porte-avions Lincoln. La guerre d'Irak devait encore durer plus de huit ans. La phrase, elle, est devenue le symbole de l'enlisement américain au Moyen-Orient.

C'est dommage, résume Trump. "On devrait l'utiliser de nouveau, et souvent !" Sauf qu'une fois encore, l'ambiance est au bourbier. Les frappes menées conjointement dans la nuit de vendredi à samedi par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ne clarifient ni la stratégie des puissances occidentales, ni le jeu diplomatique. Leur timing, une semaine après le largage de barils de chlore sur Douma, mais à la veille du début de l'enquête de terrain de l'OIAC, est étrange. Leurs résultats, dont la faible ampleur contraste avec la pompe des discours punitifs, pour le moins incertains.

"Les cibles étaient toutes liées étroitement et spécifiquement à la production ou au stockage d'armes chimiques", "les moyens pour les larguer n'ont même pas été touchés", assure à l'AFP Faysal Itani, chercheur du think tank Atlantic Council à Washington.

"Ces frappes risquent d'envoyer à Assad le message suivant : 'Tu n'as pas le droit de mener des attaques chimiques, mais tout le reste, c'est bon, vas-y'".

En l'espace de 45 minutes, la coalition a brûlé près de 50 millions de dollars de missiles. Mais de ces frappes, seuls le symbole et l'écho médiatique semblent subsister : au téléphone, Macron, Trump et May se sont félicités d'avoir envoyé un "message clair". A Washington, on se réjouit aussi de la "coalition" que le président américain "a su former" avec "deux autres membres permanents du Conseil sécurité de l'ONU", la France et le Royaume-Uni. Il y a un an, les Etats-Unis avaient certes frappé seuls. Mais une semaine de menaces et d'intenses tractations avaient fait naître des spéculations sur la possibilité de raids d'une toute autre envergure. 

Lire la suite

 

Note; non c'est pas réjouissant de voir que trois des plus grandes puissances du monde, sont gouverné par des personnes irréfléchie et irresponsable (il faudrait mm se poser des questions, vus leurs propos,  sur leurs ages mentales)

 

 

Proposition de résolution occidentale sur la Syrie : Moscou a sa «propre lignes rouges»

 

Alors qu'une proposition occidentale va être présentée au Conseil de sécurité, la Russie estime qu'il sera difficile d'atteindre un compromis. Vladimir Poutine juge pour sa part que de nouvelles frappes occidentales provoqueraient le «chaos».

Expliquant que la Russie allait étudier d'un œil critique une proposition de résolution occidentale sur la Syrie, qui sera présentée au Conseil de sécurité de l'ONU le 16 avril, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a souligné le 15 avril qu'il serait «très difficile» d'atteindre un compromis sur la résolution du conflit. Il a ainsi souligné que Moscou avait ses propres «lignes rouges».

Il a toutefois ajouté que les canaux de communication entre Moscou et Washington étaient toujours ouverts, et que la Russie faisait tout son possible pour améliorer l'état de ses relations avec l'Occident.

Lire la suite

 

 

 

Bachar al-Assad reçoit des parlementaires russes au lendemain des frappes occidentales

 

Au lendemain de frappes portées par Washington et ses alliés français et britanniques contre la Syrie, un groupe de parlementaires russes a rencontré Bachar al-Assad à Damas pour parler avec lui de l’«agression américaine» ainsi que pour évoquer des projets commerciaux.

Lire la suite

 

 

Pourquoi les terroristes ont-ils intensifié leur activité au sud de Damas?

 

L’intensification de l’activité terroriste au sud de Damas et la reprise des bombardements des faubourgs de la capitale syrienne sont directement liées aux récentes frappes de la coalition internationale sous la houlette des Etats-Unis, a déclaré aux journalistes une députée du Conseil du peuple syrien.

Lire la suite

 

 

Mikhaïl Gorbatchev réagit aux récentes frappes contre la Syrie

 
Mikhaïl Gorbatchev

Les frappes des Etats-Unis et de leurs alliés contre la Syrie ressemblent beaucoup à un entraînement avant qu’une véritable fusillade n’éclate, a affirmé Mikhaïl Gorbatchev, le premier et unique Président de l’URSS, dans une interview accordée à la radio lettonne Baltkom.

Dans la foulée des frappes de la coalition internationale contre Damas, Mikhaïl Gorbatchev s'est prononcé sur ses conséquences éventuelles:

«Je pense que personne n'a besoin de cette attaque, compte tenu de la manière dont on en parle et de ses résultats. Elle ressemble à un entraînement, avant qu'on ne se mette à tirer pour de vrai. C'est inacceptable. Cela n'aboutira à rien de bon», a-t-il fait remarquer.

Lire la suite

 

 

Les frappes contre Damas, une «mise à l’épreuve des capacités de la DCA syrienne»

 

Les frappes de la coalition internationale contre la Syrie constituent une tentative de mettre à l’épreuve les systèmes antimissiles syriens sous le prétexte de la lutte contre les armes chimiques, estime le président du Comité pour le développement de la société civile au sein de la Douma (chambre basse du parlement russe).

Lire la suite

 

 

En Grande Bretagne, la décision unilatérale de frapper la Syrie suscite une forte opposition des députés. L’opinion publique y serait aussi opposée.

 

 

En Grande Bretagne, comme en France, la décision unilatérale de bombarder la Syrie est décriée. Theresa May fait face à une forte opposition des députés. Même l’opinion publique britannique serait opposée à ces frappes aériennes.
– France 24, 15 avril 2018, 9h05

 

 

Frappes françaises en Syrie : débat sans vote au Parlement lundi à 17 heures

 

Comme le prévoit la Constitution en cas d'intervention militaire française à l'étranger, le Parlement va être informé par le gouvernement lors d'un débat sans vote, qui aura lieu lundi après-midi.

Les parlementaires débattront, sans voter, lundi à partir de 17 heures de l'opération militaire menée par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni contre la Syrie, a annoncé dimanche le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy...

Lire la suite

 

 

Frappes en Syrie : la France "n'a pas couru derrière les Américains"

 

(..) La France "a donné le signal de cette opération". Pour le spécialiste en géopolitique, la décision française de frapper aux côtés de ses alliés britanniques et américains marque un tournant. "On revient en arrière par rapport à la situation que l’on a connue en 2013, où le refus d’intervention d’Obama avait conduit à la sortie des Occidentaux du jeu et à leur remplacement par les Russes", analyse-t-il. Pour l'observateur, la France retrouve une crédibilité militaire dans la région, "d'abord parce qu’elle a donné le signal de cette opération. On n’a pas couru derrière les Américains", défend François Heisbourg.

Lire la suite

 

Note: Europe 1 est dans un autre monde ! Quelle crédibilité a la France d'agir contre l’avis de la majorité des Français et du parlement ? Quelle crédibilité de joué à la guéguerre sans aucune preuve sérieuse! À ce petit jeu Macron finira par nous envoyer tous dans un gouffre

 

 

Attaque à Tombouctou: un Casque bleu tué, au moins une vingtaine de blessés

 

L'attaque "sans précédent" qui a visé samedi les camps de la force onusienne Minusma et de la force française Barkhane à Tombouctou au Mali a fait un moins un mort ainsi qu'une vingtaine de blessés, selon une communication du ministère malien de la Sécurité et de la Protection civile. L'attaque "terroriste", selon les mots du ministère, a eu lieu à 14h10, et a impliqué des assaillants déguisés en Casques bleus montés à bord de véhicules piégés, des coups de feu et tirs de roquettes. La personne décédée est un Casque bleu. Une dizaine d'autres ont été blessés, ainsi qu'une dizaine de membres de la force française Barkhane.

Lire la suite

 

Syrie: Washington prêt à "dégainer" de nouveau, Moscou dénonce une "agression"

 

14/04/2018 à 21:39

Washington (Etats-Unis) - Donald Trump et ses alliés français et britannique ont vanté samedi le succès de leurs bombardements contre le régime de Damas, une opération ponctuelle destinée à punir Bachar al-Assad pour son usage allégué d'armes chimiques, et ont brandi la menace de nouvelles frappes s'il franchissait encore cette "ligne rouge".

(..)

Le Pentagone a réfuté une déclaration de l'armée russe selon laquelle la défense antiaérienne syrienne a intercepté 71 missiles sur 103, dénonçant une "campagne de désinformation russe". 

Lire la suite

 

 

Note: la TV iranienne (vidéo ci-dessous) a annoncé que le tiers (seulement) des missiles avaient été interceptés. Ce qui me semble un peu plus évident

 

Syrie : le projet de résolution russe à l'ONU pour faire condamner les frappes a été rejeté

 

14 avr. 2018, 19:39

La Russie n'a pas réussi le 14 avril à faire adopter par le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) une résolution condamnant les frappes américaines, françaises et britanniques en Syrie, ne recueillant pas les neuf voix nécessaires à son approbation.

La Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour le texte, huit pays ont voté contre et quatre se sont abstenus. Le projet de texte, de cinq paragraphes, faisait part d'une «grande inquiétude» face à cette «agression» contre un Etat souverain, qui viole, selon Moscou, «le droit international et la Charte des Nations unies».

La France va proposer sa propre résolution

La France a quant à elle annoncé le dépôt prochain d'un nouveau projet de résolution à l'ONU pour sortir «de l'impasse syrienne» : «Nous présenterons dans les meilleurs délais un projet de résolution avec nos partenaires britanniques et américains», a déclaré l'ambassadeur français, François Delattre.

Lire la suite

 

 

Allemagne : le durcissement du regroupement familial incite les migrants syriens, éloignés de leurs proches, à rentrer dans leur pays

 

Une enquête de médias allemands a mis à jour un phénomène inattendu : de nombreux réfugiés syriens choisissent le retour dans leur pays. Et ce non pas parce qu’ils ne disposent pas de titre de séjour en Allemagne, car ces personnes ont des papiers leur permettant de rester en Europe. Ce sont les difficultés pour permettre à leurs proches de les rejoindre, les entraves au regroupement familial, qui les incitent à rentrer dans leur pays.

Sur des réseaux sociaux comme Facebook, des groupes permettent d’échanger des informations sur la meilleure façon de rentrer en Syrie et sur les prix. Bien qu’ils aient obtenu un titre de séjour en Allemagne, les difficultés rencontrées pour permettre à leurs proches restés au pays de les rejoindre poussent certains à quitter la sécurité de leur exil.

Les autorités allemandes sont certes au courant de ce phénomène, mais sont incapables de le quantifier. (…) Interrogées, les organisations de défense des migrants critiquent les restrictions faites au regroupement familial.

(…) RFI

 

 

Grande-Bretagne : décryptage des viols en série commis par des Pakistanais sur des fillettes anglaises à Telford et Rotherham

 

 

Commenter cet article