Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 7 décembre 2017

 

 

Suite de l’actualité a venir...

 

Un homme arborant un drapeau palestinien s'attaque à un restaurant juif à Amsterdam (VIDEO)

 

 

Un homme avec le drapeau palestinien a vandalisé un restaurant casher, brisant la devanture de l'établissement, au lendemain de la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale israélienne, en dépit des mises en garde internationales.

Lire la suite et voir la vidéo

 

 

 

Des roquettes tirées vers Israël, Tsahal déclenche l'alerte rouge près de la bande de Gaza

 

Une application d'alerte sur smartphone a prévenu que des roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza, en direction notamment de la région d'Hof Ashkelon. Des sirènes d'avertissement ont retenti.

Tsahal a tweeté le 7 décembre qu'une alerte rouge a été activée dans les régions d'Hof Ashkelon et de Sha'ar HaNegev.

Peu de temps après, l'armée israélienne a affirmé que deux roquettes ont été envoyées depuis la bande de Gaza, sans que celles-ci ne puissent atteindre le territoire de l'Etat juif.

Lire la suite

 

 

Erdogan en Grèce : visite historique mais tendue

 

 

Notes ; si la terre se met a tremblé en Asie se sera un très mauvais signe (on approchrea alors  de la guerre)

 

 

C3- Q2

Mars & Mercure, & l'argent ioint ensemble,
Vers le midy extreme siccité (sécheresse):
Au fond d'Asie on dira terre tremble,
Corinthe (Grece), Ephese (Turquie) lors en perplexité.

 

 

 

 

La Russie s’est dite « très inquiète »

 

La Russie s’est dite jeudi « très inquiète » après la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, appelant les parties prenantes au conflit israélo-palestinien à la « retenue » et au dialogue.

« Moscou est très inquiet de la décision qui a été annoncée à Washington », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, disant craindre des conséquences funestes pour la région dans son ensemble.

« Un règlement juste et sûr du conflit israélo-palestinien doit être atteint sur une base juridique internationale prenant en compte les résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies, qui prévoient le règlement de tous les aspects du statut définitif des territoires palestiniens, y compris la question sensible de Jérusalem, lors de négociations directes israélo-palestiniennes », poursuit le ministère.

Lire la suite

 

 

 

La guerre est inévitable, selon la diplomatie nord-coréenne

 

Les missiles Nodong

Pyongyang s'alarme au sujet de la tenue des exercices conjoints américano-sud-coréens et des déclarations récentes d'hommes politiques américains.

Les exercices conjoints des militaires américains et sud-coréens, ainsi que les déclarations récentes des fonctionnaires américains prouvent que Washington s'apprête à frapper la Corée du Nord, annonce l'agence KCNA en se référant à la diplomatie nord-coréenne.

Les diplomates ont noté que «les déclarations guerrières des hommes politiques américains et les exercices visant la Corée du Nord étaient alarmants» pour eux.

Lire la suite

 

 

 

Jérusalem : le Hamas appelle à une «nouvelle Intifada»

 

VIDÉO - Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a affirmé jeudi que Donald Trump était «entré à jamais dans l'histoire» de Jérusalem en reconnaissant la ville comme la capitale de son pays. L'armée israélienne va déployer des forces supplémentaires en Cisjordanie face aux risques de violences.

Lire la suite

 

 

DIRECT : Manifestation à Gaza après la décision de Trump sur Jérusalem

____________________

Le 7 décembre 2017

 

 

Suite de l’actualité a venir...

 

Jérusalem : le Hamas appelle à une «nouvelle Intifada»

 

VIDÉO - Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a affirmé jeudi que Donald Trump était «entré à jamais dans l'histoire» de Jérusalem en reconnaissant la ville comme la capitale de son pays. L'armée israélienne va déployer des forces supplémentaires en Cisjordanie face aux risques de violences.

Lire la suite

 

 

 

Jérusalem : l'Iran prédit une «nouvelle Intifada»

 

L'Iran a dénoncé mercredi la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, prévenant qu'elle provoquerait une «nouvelle Intifada», ou soulèvement palestinien. Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé une «provocation et une décision insensée de la part des États-Unis» qui va «pousser à des comportements plus radicaux, à davantage de colère et de violence».

(..)

L'Arabie saoudite a déploré dans la nuit de mercredi à jeudi une décision «injustifiée et irresponsable». L'Arabie saoudite juge aussi que «cette décision constitue un grand pas en arrière dans les efforts en cours pour faire progresser le processus de paix et viole la position de neutralité des États-Unis à l'égard de Jérusalem». Ryad dit aussi espérer que l'administration américaine renoncera à cette décision et respectera la volonté internationale.

Alors que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé ce mercredi qu'il invitait les leaders du monde musulman à Istanbul le 13 décembre, le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a jugé «irresponsable» la décision du président américain Donald Trump. «Nous condamnons la déclaration irresponsable de l'administration américaine (...) cette décision est contraire au droit international et aux résolutions de l'ONU», a-t-il écrit sur Twitter. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères affirme que la Tunisie est «profondément préoccupée» et dénonce «une atteinte primordiale au statut juridique et historique de la ville et une violation des décisions de l'ONU». «Cette décision pousse à plus de tensions et représente une provocation pour les sentiments des Arabes et des musulmans».

La présidence syrienne, sur page officielle Facebook, estime que «l'avenir de Jérusalem n'est pas déterminé par un État ou un président mais par son histoire, sa volonté et la détermination de ceux qui sont loyaux à la cause palestinienne». Le premier ministre libanais Saad Hariri «rejette et dénonce cette décision et annonce aujourd'hui sa plus totale solidarité avec le peuple palestinien».

Le premier ministre malaisien Najib Razak a appelé ce jeudi les musulmans du monde entier à s'opposer à cette décision, «à faire entendre leur voix, à dire clairement que nous nous opposons fortement à toute reconnaissance de Jérusalem comme étant la capitale de toute éternité d'Israël».

Lire la suite

 

 

Jérusalem: réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU vendredi

 

La réunion a été demandée par huit pays des 15 du Conseil de sécurité de l'ONU. 

 

Statut de Jérusalem: critiques dans le monde entier après la décision de Trump

 

La décision mercredi du président américain Donald Trump de reconnaître "officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël" a suscité une vague de condamnations au sein de la communauté internationale, à l'exception évidemment d'Israël. Voici les principales réactions:

- Israël salue un "jour historique"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué comme un "jour historique" la décision de Donald Trump. M. Netanyahu a aussi assuré que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l'engagement israélien à maintenir le "statu quo".

- Mahmoud Abbas: les Etats-Unis "sapent délibérément tous les efforts de paix"

"Par ces décisions déplorables, les Etats-Unis sapent délibérément tous les efforts de paix et proclament qu'ils abandonnent le rôle de sponsor du processus de paix qu'ils ont joué au cours des dernières décennies", a affirmé le président palestinien Mahmoud Abbas sur la télévision palestinienne.

- OLP : Washington "disqualifié"

Le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, a estimé que Donald Trump avait "détruit" la solution dite à deux Etats. M. Trump a aussi "disqualifié les Etats-Unis de tout rôle dans un quelconque processus de paix", a-t-il ajouté.

- Hamas: Trump ouvre "les portes de l'enfer"

Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, la décision du président américain ouvre "les portes de l'enfer pour les intérêts américains dans la région".

Lire la suite

 

 

 

 

Macron répond à Trump sur Jérusalem

 

 

 

Donald Trump : "Il est l'heure de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël"

 

____________________

Le 6 décembre 2017

 

«Déclaration de guerre» : la décision de Trump sur Jérusalem enflammera-t-elle le Moyen-Orient ?

 

Les forces de sécurité israéliennes sont en alerte maximale après l'appel à un «jour de rage» lancé par le Hamas, alors que Washington pourrait reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, et ce malgré de nombreuses condamnations à l'international.

Lire la suite

 

 

 

Poutine annonce l’élimination complète de Daech sur les deux rives de l'Euphrate en Syrie

 

Le Président russe a déclaré que les terroristes de Daech avaient été complètement éradiqués sur les deux rives de l’Euphrate en Syrie.

Selon Vladimir Poutine, les opérations militaires menées sur les deux rives de l'Euphrate en Syrie ont permis d'en éliminer complètement les djihadistes.

«Il y a deux heures, le ministre russe de la Défense a présenté un rapport dans lequel il indiquait que les opérations militaires menées sur les rives orientale et occidentale de l'Euphrate avaient conduit à la défaite complète des terroristes.»

Le Président russe a ajouté qu'il pouvait bien sûr subsister des poches de résistance, mais qu'à cette étape et sur cette partie du territoire syrien les opérations militaires étaient terminées.

«Je le répète, elles [les opérations, ndlr] se sont soldées par la victoire [des forces russo-syriennes, ndlr] et l'anéantissement des terroristes.», a ajouté le Président.

Source

 

Lire aussi :La Syrie complètement libérée de Daech, les derniers terroristes écrasés à Deir ez-Zor

 

 

La frontière nord-coréenne sous le feu des bombardiers américains

 

Quelques jours après que Pyongyang a procédé à un nouvel essai de missile, des bombardiers américains B-1B ont survolé la péninsule coréenne afin de frapper des cibles près de la frontière nord-coréenne dans le cadre des exercices militaires aériens à grande échelle Vigilant Ace.

Des bombardiers américains B-1B Lancer ont frappé ce mercredi des cibles sur la péninsule coréenne, près de la frontière nord-coréenne, dans le cadre des exercices militaires aériens à grande échelle menés cette semaine par Washington et Séoul, rapporte le Comité sud-coréen des chefs d'état-major.

«Quelques B-1B Lancer, accompagnés de chasseurs de combat F-22 Raptor ont réalisé des manœuvres impliquant le bombardement de formation, ayant démontré ainsi la capacité et la détermination des alliés de donner une réponse sévère aux tirs de missile et aux provocations nucléaires de la Corée du Nord», est-il indiqué dans un communiqué.

Lire la suite

 

 

 

Jérusalem, capitale d’Israël : une épidémie de fièvre haineuse frappe le monde musulman

 

Donald Trump, homme de parole et de courage, a pris une décision juste. Que D. ieu le bénisse et le protège !

Transférer l’ambassade des USA à Jérusalem signifie reconnaître officiellement la ville du Roi David comme la capitale d’Israël. Une vérité historique, n’en déplaise aux négationnistes de l’histoire du peuple Juif ! Toutefois, cette héroïque décision de Donald Trump enflamme déjà le monde musulman et inquiète l’Occident, toujours aussi courageux. D’ores et déjà, des menaces à peine voilées fusent. C’est ainsi que les arabo-musulmans ont toujours progressé, en distillant la peur dans le cœur des mécréants.

Toute cette agitation planétaire prouve une fois encore qu’Israël, ce petit pays, est bien le centre du monde.

Le Hamas a promis une escalade de l’intifada si l’Administration américaine devait reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Selon cette organisation terroriste, cette reconnaissance équivaudrait à une flagrante agression à l’encontre de la loi internationale, qui considère Jérusalem comme un « territoire occupé « .

Toujours d’après les terroristes du Hamas, reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël est une façon de légitimer le crime de la judaïsation de la ville et l’expulsion des « Arabo-palestiniens ».

Les Juifs veulent judaïser Jérusalem, leur capitale ancestrale! C’est la blague du siècle !

Si crime il y a, c’est la réécriture honteuse de l’histoire de Jérusalem par l’UNESCO via la négation de tout lien entre le peuple juif et Jérusalem, capitale fondée par le Roi David il y a plus de trois mille ans.

Lire la suite

 

 

 

L'Iran "ne tolèrera pas" la "violation" de Trump sur Jérusalem

 

Au Proche-Orient, c'est un véritable tollé. Le Président remet en cause des décennies de prudence américaine sur un sujet très sensible dans cette partie du monde et ignorant les mises en garde de nombreux dirigeants de la région.

Le président iranien Hassan Rohani a fustigé la décision que doit prendre mercredi son homologue Donald Trump. L'Iran "ne tolèrera pas une violation des lieux saints musulmans", a-t-il affirmé lors d'un discours devant des responsables à Téhéran. "Les musulmans doivent rester unis face à ce grand complot".

Manuel Hassanian, représentant de l'Autorité palestinienne en Grande-Bretagne, s'est exprimé lui aussi. Il considère que "s'il dit ce qu'il a l'intention de dire sur Jérusalem en tant que capitale d'Israël, il déclare la guerre au Proche-Orient, il déclare la guerre à un milliard et demi de musulmans et à des centaines de millions de chrétiens qui n'accepteront pas l'hégémonie israélienne sur les lieux saints".

"Le monde entier s'y oppose"

Pour Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution iranienne, "ils disent vouloir reconnaître Jérusalem en tant que capitale de la Palestine occupée à cause de leur incompétence et de leur échec". Le ministre turc des Affaires étrangères considère lui aussi que ce serait une "grave erreur" qui n'apportera aucune stabilité. "Le monde entier y est opposé".

Lire la suite

 

Notes , L'Iran s'en mêle, et l'Iran comme la prédit Nostradamus va soulevé tout le monde musulmans (peut-être pas maintenant mais dans les mois qui viennent)

 

Attente fébrile à Jérusalem avant l'annonce de Donald Trump

 

Notes : Jérusalem est la ville de David , la ville de Jésus,  elle n'a jamais été  celle de Mohammed
Allah et son prophète  ont choisi la  Mecque , alors que les musulmans  arrêtent de nous prendre la tête avec Jérusalem

Coran 27. 91  "Il m´a été seulement commandé d´adorer le Seigneur de cette Ville (la Mecque) qu´Il a sanctifiée, - et à Lui toute chose - et il m´a été commandé d´être du nombre des Musulmans, Et de réciter le Coran".

 

 

Donald Trump va reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël

This file photo taken on May 23, 2017 shows 
US President Donald Trump speaking during a visit to the Israel Museum in Jerusalem Trump will recognize Jerusalem as Israel's capital on December 6, 2017, upending decades of careful US policy and ignoring dire warnings from allies across the Middle East and the world.

Le président va ordonner ce mercredi de commencer le transfert de l'ambassade américaine dans la Ville sainte. Une simple « affirmation de la réalité », tempèrent ses conseillers.

De notre correspondant à Washington,

La Maison-Blanche a confirmé mardi soir la teneur de la décision qui sera rendue publique ce mercredi. Lors d'un discours prévu vers 13 heures à Washington (20 heures au Proche-Orient), Donald Trump va annoncer que les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme la capitale d'Israël. «C'est une simple affirmation de la réalité, à la fois historique et contemporaine», fait valoir un conseiller du président.

Dans la foulée, Donald Trump va ordonner au département d'État de commencer les préparatifs en vue du déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv vers la Ville sainte. Cela ne pouvant se faire «du jour au lendemain», il va signer la dérogation («waiver») à la loi de 1995 conditionnant ce transfert aux impératifs de sécurité nationale. Ses trois prédécesseurs avaient invoqué cette clause tous les six mois. Trump estime que leur prudence n'a rien produit. «Nous reconnaissons que c'est un sujet sensible, dit-on à la Maison-Blanche, mais il ne va pas être réglé en ignorant une simple vérité».

Lire la suite

 

Notes ; Tous a fait de par son histoire Jérusalem a toujours était aux juifs

 

 

 

 

L’Arabie saoudite propose Abu Dis comme « capitale de la Palestine » au lieu de Jérusalem

 

Le site arabe en langue anglaise alaraby.co.uk publie que l’Arabie saoudite propose que le futur Etat de Palestine soit Abu Dis et non Jérusalem.

Ce site retransmet les informations en direct

 

 

Palestiniens et Israéliens face au risque d'un nouvel embrasement

 

INFOGRAPHIE - La probable reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté israélienne sur la Ville sainte de Jérusalem pourrait «raviver l'intifada».

Ils ont réagi avec leurs vieux réflexes, comme s'il ne s'agissait au fond que d'une péripétie de plus dans le conflit qui les oppose depuis près d'un siècle. Côté palestinien, le Fatah du président Mahmoud Abbas et les islamistes du Hamas ont appelé à trois «jours de colère» en apprenant, mardi soir, que Donald Trump s'apprêtait à entériner la souveraineté de l'État hébreu sur Jérusalem. Côté israélien, les services de sécurité ont été sommés de se préparer à gérer d'éventuelles violences. Mais cette parade bien rodée dissimule mal l'incertitude qui, de part et d'autre, entoure les conséquences potentiellement considérables de cette décision.

Lire la suite

 

 

Jérusalem, l'un des points les plus épineux du conflit israélo-palestinien

 

INFOGRAPHIE - Le président américain Donald Trump doit reconnaître mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël.

Correspondant à Jérusalem

Le statut de Jérusalem, à propos duquel le président américain doit prendre mercredi une décision potentiellement lourde de conséquences, constitue depuis un demi-siècle l'un des points les plus épineux du conflit israélo-palestinien. Donald Trump a promis à plusieurs reprises, durant sa campagne électorale, d'y transférer l'ambassade des États-Unis auprès de l'État hébreu (celle-ci est actuellement située à Tel Aviv). Une loi votée en 1995 par le Congrès affirme que «Jérusalem doit être reconnue comme la capitale de l'État d'Israël» et impose d'y implanter la représentation américaine. Les présidents successifs ont jusqu'à présent repoussé son application de six mois en six mois, dans l'attente que les deux parties adverses se mettent d'accord sur un partage de la ville. La dernière dérogation signée en ce sens est arrivée à expiration ce lundi. «Le président a été clair sur cette affaire depuis le départ: ce n'est pas une question de si (l'ambassade sera effectivement déplacée de Tel-Aviv à Jérusalem, NDLR), c'est une question de quand», a affirmé Hogan Gidley, un porte-parole de la Maison-Blanche.

La position de la communauté internationale au sujet de Jérusalem n'a guère varié depuis 70 ans. Le plan de partage voté par l'assemblée générale des Nations Unies le 29 novembre 1947 prévoyait d'y créer un «corpus separatum» placé sous un régime d'administration internationale. L'histoire en décida cependant autrement, puisque Jérusalem fut divisée à l'issue de la première guerre israélo-arabe (1948-49). Sa partie Ouest fut conquise par le tout jeune État d'Israël, qui décida rapidement d'en faire sa capitale. Quant à la moitié orientale, où se situent la Vieille ville et les lieux saints des trois grandes religions monothéistes (le mur des Lamentations, la basilique du Saint-Sépulcre et la mosquée al-Aqsa), elle tomba provisoirement dans l'escarcelle du Royaume de Jordanie. Mais une large majorité de la communauté internationale persista à ne reconnaître aucune souveraineté sur la ville, si bien que de nombreux pays installèrent leur ambassade auprès d'Israël à Tel Aviv.

Lire la suite

 

 

 

Attaques aériennes: quand Israël se casse les dents sur l’os syrien

 
Un soldat israélien

Israël vient de voir sa supériorité aérienne au Proche-Orient sérieusement écorné. Damas, après avoir éliminé la menace terroriste, ne laisse plus sans réponse les agressions israéliennes et vient d’enregistrer un premier succès en la matière. La fin de l’impunité aérienne de Tel-Aviv est lourde de conséquences pour la région.

L'interception par la chasse syrienne de plusieurs missiles sol-sol israéliens est révélatrice des changements radicaux de rapports de force au Proche et au Moyen-Orient. Cette évolution militaire est en effet sous-tendue par des glissements des lignes de force géostratégiques, ce dont ne se plaindront pas les partisans de la multipolarité.

Pour aborder ce dernier point, relevons tout d'abord une hystérie de plus en plus évidente des dirigeants israéliens. Netanyahou, constatant l'échec de son scénario idéal, à savoir le pourrissement indéfini du conflit syrien, lance des menaces quasi-quotidiennes à Damas et à ses alliés, dont Téhéran. Des menaces parfois suivies de moments de silence, tant la nouvelle réalité semble frapper les responsables de l'État hébreu.

Lire la suite

 

 

Notes : information venant du site Russe Spoutnik, donc plutôt pro-syriens et iraniens . Mais il est vrai que la défense (made in Russie) Syrienne est de plus en plus difficile à percer pour l'armée israélienne:

Et cela qui est très mauvais signe pour le futur d’Israël .

Lorsque l'on constate aussi l’animosité des pays musulmans envers Israël et la future annonce de Trump sur Jérusalem, on ne peut que s'attendre à un désastre qui finira par embraser toute la terre

Ce qui est encore en parfaite communion avec toutes les prophéties écrites sur mon blog

 

 

La diplomatie russe réagit à la suspension la Russie pour des Jeux olympiques d'hiver 2018

 
La diplomatie russe réagit à la suspension la Russie pour des Jeux olympiques d'hiver 2018

La suspension des sportifs russes des Jeux olympiques d'hiver 2018 ne fera pas plier la Russie, a annoncé la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

La décision du Comité international olympique (CIO) de suspendre l'équipe nationale russe des Jeux olympiques d'hiver 2018 ne mettra pas à genou la Russie, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

«Nous avons dû supporter beaucoup de choses de nos «partenaires». Ils ne parviennent pas à nous abattre. Ni par la guerre mondiale, ni par la chute de l'Union Soviétique, ni par les sanctions. Nous encaissons et continuons à vivre», a-t-elle écrit sur son compte Facebook.

Lire la suite

 

 

Ni drapeau, ni hymne : la Russie bannie des JO 2018, ses athlètes acceptés sous drapeau neutre

 

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé que la Russie, accusée de doper ses athlètes, ce qu'elle dément fermement, était suspendue des JO 2018 en Corée du Sud. Les athlètes russes pourront uniquement participer sous drapeau neutre.

lire la suite

 

 

Royaume-Uni : le MI5 annonce avoir déjoué un attentat islamiste visant à assassiner la Première ministre Theresa May

 

6 décembre (Reuters) – Un complot visant à assassiner la Première ministre britannique Theresa May a été déjoué, a rapporté mardi la chaîne de télévision Sky News, citant des sources.

Selon la police, l’idée était de lancer une sorte d’engin explosif contre la résidence de la Première ministre au 10, Downing Street et de profiter du chaos qui s’en serait suivi pour tuer Theresa May, poursuit Sky News.

La chaîne ajoute que cela faisait plusieurs semaines que Scotland Yard et la police du comté des West Midlands étaient sur la piste de ce complot.

Au cours de la journée, le porte-parole de Theresa May a dit que la Grande-Bretagne avait contrecarré neuf complots au cours des 12 derniers mois. (Sangameswaran S à Bangalore, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Les Echos

 

 

 

 

Le nombre d’entrées de réfugiés aux Etats-Unis s’effondre de 83% pour la période octobre-novembre

 

Le nombre de réfugiés admis aux Etats-Unis s’est effondré depuis que Donald Trump a levé leur interdiction d’entrée de 4 mois. Seuls 3 108 réfugiés sont entrés aux Etats-Unis en octobre et novembre. L’administration Obama en avait admis 18 300 pour la même période de l’année dernière. Les nouveaux chiffres représentent une chute de 83%.

Trump a réactivé le programme d’admission de réfugiés en octobre. Un mois plus tôt, il avait abaissé leur seuil annuel d’admission de 110 000 à 45 000 (plus bas niveau historique). A ce rythme, il est pourtant peu probable que l’administration approche ce chiffre.

Cette limite s’ajoute au décret anti-immigration touchant 7 pays à majorité musulmane. Trump avait promis durant la campagne présidentielle de «stopper le flux massif de réfugiés» pour protéger le pays des terroristes.

«La stratégie du président sur les réfugiés est guidée, avant toute autre considération, par la sécurité du peuple américain», a déclaré Helen Aguirre Ferré, porte-parole de l’administration Trump, à Fox News. «Les Etats-Unis peuvent aussi aider un grand nombre de réfugiés en les réinstallant dans leur région d’origine et en leur permettant de retourner en toute sécurité chez eux».

Moins de musulmans figurent parmi les nouveaux réfugiés, selon le rapport publié. Les musulmans représentaient environ 40% des réfugiés admis aux Etats-Unis en novembre 2016. Mais depuis novembre dernier, ils ne sont plus que 10%.

Dans le même temps, l’administration a déclaré s’être retirée du pacte mondial pour les réfugiés, un accord qui avait été conclu lors de l’assemblée générale de 2016 par Barack Obama et qui visait à organiser les mouvements migratoires dans le monde.

(…)

Source (traduction @fandetv)

 

 

 

 

Le reste de l'actualité sur  le site français de souche

Les chrétiens persécutés sur christianophobie.fr

L’avancé de l’Islam en France sur islamisation.fr

Commenter cet article