Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 7 novembre 2017

 

Les missiles yéménites «télécommandés» par l’Iran? Riyad y croit dur comme fer

 

Le prince héritier d'Arabie saoudite a déclaré que l'implication de l'Iran dans la fourniture de missiles aux rebelles houthis du Yémen était «une agression militaire directe par le régime iranien».

Samedi soir, un missile tiré par des rebelles depuis le Yémen a été intercepté et détruit dans le secteur de l'aéroport international de Riyad. Dans la foulée, l'Arabie saoudite a accusé l'Iran de fournir clandestinement des équipements militaires aux rebelles houthis.

«Cela pourrait être considéré comme un acte de guerre contre le royaume saoudien», a affirmé le prince Mohammed ben Salmane lors d'un entretien téléphonique avec le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, rapporte l'agence SPA.

Le tir de missile a ravivé les tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, les deux rivaux et poids lourds du Moyen-Orient, qui se sont mutuellement rejetés la responsabilité de la situation.

Lire la suite

 

Aux yeux de l'Arabie saoudite, le Liban lui a déclaré la guerre

 

Le gouvernement libanais sera «traité comme un gouvernement qui a déclaré la guerre à l'Arabie saoudite», a affirmé le ministre saoudien des Affaires du Golfe, Thamer al Sabhan, dans un entretien à la chaîne de télévision Al Arabiya.

Sabhan a précisé que le message avait été transmis au Premier ministre libanais Saad Hariri, allié des Saoudiens, qui a annoncé sa démission samedi depuis Ryad.

Les actes d'«agression» commis par le Hezbollah contre le royaume saoudien «sont considérés comme une déclaration de guerre contre l'Arabie saoudite par le Liban et par le parti libanais du diable», a ajouté Thamer al Sabhan.

Lire la suite

 

 

 

Éric Zemmour : « Les vraies raisons de la purge en Arabie Saoudite »

 

 

 

 

Kim Jong-un n'a pas à craindre une attaque contre ses sites nucléaires

 

Kim Jong-un, dirigeant nord-coréen

Quoi que dise le président américain des «guerriers les plus intrépides du monde», personne ne prendra le risque d'envoyer en Corée du Nord même les soldats les plus aguerris.

Le Pentagone estime que la détection et la neutralisation de tous les sites nucléaires de la Corée du Nord ne serait possible qu'en envoyant des troupes terrestres américaines dans ce pays, rapporte le Washington Post. Cette conclusion découle d'une analyse des éventuelles conséquences des activités militaires entre les USA et la Corée du nord présentée dans un rapport envoyé à la chambre des représentants des USA par le directeur adjoint pour les affaires militaro-politiques du Comité des chefs d'état-major des forces armées, le vice-amiral Michael Dumont. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Lire la suite

 

 

Syrie: les USA auraient évacué des chefs étrangers de Daech avant l’offensive syrienne

 

Deux semaines avant le début de l'offensive des troupes syriennes contre Mayadine, des hélicoptères américains ont évacué plusieurs commandants étrangers de Daech retranchés dans cette ville syrienne, affirment plusieurs habitants locaux interrogés par Sputnik.

Deir ez-Zor
«L'aviation militaire américaine a réalisé sa manœuvre dans la région d'Ar-Rahba, à proximité de Mayadine et de la ferme Haïdar. Elle a ensuite porté une frappe, nous avons alors tenté de trouver un abri et avons vu plusieurs hélicoptères américains», à raconté à l'agence Muhammad Awad al-Hussein, berger local.

«Il y avait plusieurs commandants étrangers de Daech qui les attendaient à proximité de leur quartier général dans les Jardins de Haïdar. Les hélicoptères les ont transportés au-delà des frontières de Mayadine», a-t-il poursuivi.

Lire la suite

 

 

Poutine dénonce «une imitation» au lieu d'un vrai combat contre le terrorisme

 

Vladimir Poutine

Selon Vladimir Poutine, au lieu d'un vrai combat contre le terrorisme il s’agit d'une «imitation». Le Président russe l’explique par le fait que les armes destinées à l’opposition modérée se retrouvent chez les terroristes.

Le Président russe a dénoncé «une imitation» au lieu d'un vrai combat contre le terrorisme.

Se prononçant lors de la réunion de la commission de coopération militaro-technique entre la Russie et les pays étrangers, Vladimir Poutine a constaté que certains participants au marché des armes s'écartaient systématiquement des normes et des principes du droit international.

«Nous voyons un certain nombre de tendances inquiétantes qui se manifestent de plus en plus souvent ces derniers temps. Il s'agit, tout d'abord, de l'écart systématique de certains participants au marché des armes des normes et des principes du droit international, il s'agit de menaces directes contre des États souverains. Au lieu d'un vrai combat contre les groupements terroristes, il y a une imitation de cette lutte, les approvisionnements en armes incontrôlés augmentant», a déclaré le chef de l'État russe.

Lire la suite

 

Lire aussi : Des officiers d’unités spéciales US et européennes dirigeaient des bandes armées en Syrie

 

 

En bref - L'actualité de France

 


06/11: (83) En sortant de prison, un Franco-Tunisien tue la belle-mère (source)
06/11: Tariq Ramadan: Charlie hebdo porte plainte pour menace de mort (source)
06/11: 3 jeunes en contact avec Rachid Kassim, recruteur djihadiste, jugés (source)
06/11: (21) Un immigré clandestin agresse sexuellement une femme (source)
06/11: (80) 30.000 € de cannabis dans la voiture d’un délinquant Albanais (source)
06/11: (35) Etrangers délinquants à Rennes: Ils n’ont pas peur de la police (source)
05/11: (77) Sept clandestins mineurs Marocains squattaient une maison (source)

 

 

Projet d’attentat: coup de filet antiterroriste ce mardi matin sur la Côte d’Azur

 

Selon nos informations, corroborant celles du Parisien, une dizaine de personnes devaient être interpellées dans la matinée avec l’appui du RAID, le groupe d’élite de la police nationale.

Des perquisitions étaient également en cours dans la matinée.

Dans les Alpes-Maritimes, une opération a notamment été menée à Menton, d’après une source policière.

La PJ de Marseille, la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et la DGSI enquêteraient depuis mai dernier sur un projet d’attentat dont « l’intention semblait matérialisée », selon Le Parisien, qui précise que l’enquête préliminaire a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.

 

Un Syrien qui s’était introduit sur le tarmac d’Orly sera jugé le 14 décembre

 

Il a affirmé « vouloir rejoindre la Syrie », selon une source proche du dossier. Un Syrien a été placé en détention provisoire dans l’attente de son procès fixé au 14 décembre, après avoir été interpellé à l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne) jeudi 2 novembre, a appris l’AFP auprès du parquet de Créteil samedi.

L’homme, âgé de 27 ans, a été placé en garde à vue jeudi matin à l’aéroport d’Orly. Il avait forcé un point de contrôle de l’aéroport, puis s’était « dirigé vers une porte sécurisée ». Il avait ensuite déclenché un système d’urgence « permettant d’ouvrir cette porte donnant accès au tarmac », a expliqué une source proche du dossier.

Le jeune Syrien a tenté de se diriger vers un avion de la compagnie nationale tunisienne Tunisair, sans que l’on sache s’il a réussi à s’y introduire ou non. Il a rapidement été appréhendé. « C’est un homme dépourvu de ressources qui cherche à repartir dans son pays » et qui serait « médecin, selon ses dires », a précisé cette même source.

Selon les premiers éléments de l’enquête, il ne serait ni demandeur d’asile, ni réfugié. Son mode d’entrée sur le territoire français n’est pas encore connu. Il ne peut pas voyager « normalement », son passeport étant périmé et les services consulaires de l’ambassade syrienne en France ne fonctionnant plus.

 

 

Menaces de mort contre "Charlie Hebdo" : "Les messages n'ont jamais cessé" depuis l'attentat du 7 janvier 2015

 

L'hebdomadaire satirique a déposé plainte après des menaces liées à sa couverture sur Tariq Ramadan. Invitée de franceinfo, Marika Bret, DRH du journal, explique que ce genre de messages ont été reçus "en nombre impressionnant" depuis 2015. 

Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête après des menaces de mort diffusés sur les réseaux sociaux à l'encontre de l'hebdomadaire Charlie Hebdo à la suite de sa dernière Une sur Tariq Ramadan. Marika Bret, DRH du journal satirique, a assuré mardi 7 novembre sur franceinfo, que, depuis l'attentat contre le journal le 7 janvier 2015, "les messages n'ont jamais cessé" et ont été reçus "de façon récurrente et en nombre impressionnant." Selon elle, le journal "est devenu un symbole de notre liberté d'expression et c'est aussi à ce titre qu'il est en permanence menacé".

Lire la suite

 

 

 

Un officiel français : « La vague d’immigration maghrébine arrivant d’Italie s’accompagne de faits de délinquance »

 

Depuis deux mois, les autorités françaises étaient en proie à une nouvelle forme d’immigration à la frontière italienne.

Alors que, jusqu’ici, elle était majoritairement subsaharienne, les polices aux frontières des deux pays ont vu débarquer en masse une vague de migrants venus du Maghreb et plus particulièrement de Tunisie.

Selon les chiffres officiels, près d’un tiers des 200 migrants quotidiennement interpellés récemment étaient des Tunisiens. Une situation qui interroge. D’autant que, selon des sources officielles françaises et italiennes qui préfèrent reste anonymes, cette immigration s’accompagne de faits de délinquance.

« Nous avions été confrontés à la même chose en 2011, indique anonymement un cadre italien de la police aux frontières. Des faits d’agressions, de vols, ont été relevés, alors que nous ne connaissons pas ce genre de problème avec l’immigration subsaharienne. »

Nice-Matin

 

 

 

 

Migrants africains en Thaïlande : «Plus on s’en débarrasse, plus ils reviennent»

 

Channel 7 (chaine d’ampleur nationale en Thaïlande) a diffusé une vidéo sur le problème persistant des immigrants illégaux venant d’Afrique en Thaïlande.

Ils ont intitulé leur tribune « Le problème des gens de couleur enfreignant la loi en Thaïlande ».

Ils évoquent le fait que 200 000 clandestins étaient en séjour irrégulier en Thaïlande. Mais aussi vite que les autorités thaïlandaises les expulsaient, d’autres arrivaient.

La vidéo montre un raid dans un immeuble. C’était la septième fois que l’unité d’intervention «Black Eagle» de la police touristique était là ces derniers mois.

Sur les 200 000 personnes, au moins 80 000 étaient en séjour prolongé depuis le Nigeria et la Somalie.
Beaucoup n’avaient pas de passeport.

Certains n’avaient qu’une signature de l’UNCR sur un bout de papier pour justifier de leur identité.
Beaucoup étaient impliqués dans des activités illégales/drogues.

D’autres étaient en transit vers d’autres pays pour y être réinstallés, mais dans de nombreux cas, cela a pris trois ans et, sans aucun moyen de subvenir à leurs besoins, beaucoup se sont tournés vers la criminalité.

Surachet Hakpan, chef de la section spéciale 191, a parlé d’un problème persistant pour les hommes de son unité.

Alors que Channel 7 a déclaré que c’était une question de sécurité d’une grande importance et une menace pour le tourisme.
Source: Channel 7 (Thailande) Via Samui Times

Ch7

 

 

 

 

Le tueur du Texas: athée, asocial et violent

 

Décrit par ceux qui l'ont croisé comme un homme inquiétant à la vie personnelle ratée, l'ex-caporal Devin Patrick Kelley, auteur de la pire tuerie par balle commise au Texas, avait été renvoyé de l'US Air Force pour des violences conjugales.

Lire l'article

____________________

Le 6 novembre 2017

 

Le Japon se dit prêt à abattre les missiles nord-coréens, la Chine réagit

 

Alors que le Premier ministre japonais a menacé d’abattre les missiles tirés par Pyongyang, Pékin espère arriver à une désescalade sur la péninsule par la voie des négociations.

La Chine a appelé lundi à chercher une solution à la crise coréenne à la table des négociations, qualifiant la situation sur la péninsule d'«extrêmement compliquée et sensible». Réagissant aux propos tenus par le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, lors d'une conférence de presse commune avec Donald Trump, actuellement en tournée en Asie, le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé l'espoir d'une résolution pacifique du problème.

«Nous espérons que dans les conditions actuelles, tous les propos et actions des parties concernées contribueront à la baisse des tensions et au retour à la voie d'une solution négociée sur les problèmes de la péninsule», a indiqué lundi Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Le Président américain, qui a entamé à Tokyo une vaste tournée en Asie qui le mènera dès mardi à Séoul, a mis en exergue la nécessité d'isoler plus encore le régime de Kim Jong-Un, affirmant que «l'heure de la patience stratégique était révolue».

Lire la suite

 

 

Lire aussi : Trump: «les États-Unis ne toléreront plus le comportement de la Corée du Nord»

 

 

 

Yémen : l'Arabie saoudite met en garde l'Iran

 

Le tir d'un missile de rebelles pro-iraniens, intercepté samedi soir, et dont des débris sont tombés dans le périmètre de l'aéroport de Riyad, a provoqué la colère de l'Arabie saoudite. La tension est montée d'un cran lundi entre l'Arabie saoudite et l'Iran à propos du Yémen, Riyad qualifiant « d'agression » le tir du missile vers son territoire et se réservant le droit de riposter « de manière appropriée ». Ces déclarations saoudiennes sont intervenues alors que l'Iran a marqué des points en Irak et en Syrie dans la guerre par procuration à laquelle se livrent les deux pays depuis des années au Moyen-Orient.

Dans un communiqué lundi matin, l'Arabie saoudite a accusé l'Iran d'apporter un soutien militaire direct aux rebelles chiites houthis du Yémen qui menacent de fait le trafic aérien depuis le tir d'un missile balistique vers l'aéroport de Riyad. Le tir de ce missile constitue une « agression militaire flagrante par le régime iranien qui pourrait équivaloir à un acte de guerre », a affirmé la coalition conduite par Riyad au Yémen. Cette coalition a décidé, en attendant, de renforcer le blocus du Yémen en guerre. Cela revient à fermer de « manière provisoire » toutes les frontières aériennes, maritimes et terrestres du Yémen et de n'autoriser que les cargaisons humanitaires.

440 millions de dollars de récompenses

(..)

Dimanche soir, l'Arabie saoudite a aussi annoncé avoir mis à prix la tête de 40 dirigeants rebelles avec des récompenses totalisant 440 millions de dollars. Elle a promis notamment 30 millions de récompense pour toute personne fournissant des informations conduisant à la capture du chef des rebelles yéménites, Abdel Malek al-Houthi, et 20 millions pour chacun des dix premiers responsables de la rébellion. L'intervention de Riyad au Yémen est motivée, selon des analystes, par la volonté d'empêcher les houthis de devenir « un autre Hezbollah » à sa frontière sud. Or le conflit semble s'enliser au moment où l'Arabie est engagée sur différents fronts avec une crise ouverte avec le Qatar et une campagne de répression interne contre les milieux susceptibles de s'opposer au vaste programme de réformes du jeune prince héritier, Mohammed ben Salmane.

Lire la suite

 

Lire aussi : Téhéran répond à Trump et dément toute responsabilité dans le tir du missile sur Riyad

 

 

 

Tir de missile sur Ryad : Paris pointe le "danger" de la prolifération balistique

 

La France a condamné dimanche le tir de missile balistique ayant visé l'Arabie saoudite et revendiqué par les rebelles yéménites Houthis, accusés d'être soutenus par l'Iran, pointant le "danger que la prolifération balistique fait courir à l'ensemble de la région".

"La France condamne avec la plus grande fermeté le tir balistique revendiqué par les rebelles Houthis qui a visé Ryad la nuit dernière depuis le Yémen", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

Lire la suite

 

Notes :La France condamne ! mais fait silence sur les massacres commis par l'Arabie Saoudite au Yémen ! En fait, les Saoudiens peuvent faire la guerre aux Houthis mais les Houthis, eux n'ont pas le droit de faire la guerre à l'Arabie Saoudite ! C'est la morale des politiciens de notre époque !

 

 

 

Un prince saoudien tué dans le crash d'un hélicoptère près du Yémen

 

Ryad - Un prince saoudien a été tué dimanche dans le crash d'un hélicoptère dans le sud de l'Arabie saoudite, près de la frontière du Yémen en guerre, a indiqué la TV d'Etat Al-Ikhbariya.

Lire l'article

 

 

 

 

 

 

L’armée syrienne approche du dernier bastion de Daech à la frontière avec l’Irak

 

Après avoir repris à Daech une station de pompage de pétrole, les troupes syriennes avancent vers Abou Kamal, principal bastion des djihadistes après la prise de Mossoul en Irak et de Raqqa en Syrie.

Les forces syriennes gouvernementales se sont approchées de la frontière irakienne et se trouvent actuellement à 30 km au sud-ouest de la ville d'Abou Kamal, qui reste le principal fief djihadiste après la prise de Mossoul en Irak et Raqqa en Syrie. Selon le journal Al-Akhbar, après avoir rétabli le contrôle sur la station de pompage de pétrole T2, les troupes progressent actuellement vers le gisement d'Akkach, situé dans la zone frontalière avec l'Irak.

Toujours selon le média, les détachements de l'armée syrienne qui avancent vers la ville sont appuyés par les hélicoptères des forces irakiennes. De leur côté, les Unités de mobilisation populaire irakienne (Hachd al-Chaabi) cherchent par des tirs à empêcher les terroristes de se retrancher sur le territoire irakien.

Lire la suite

 

 

Les «relations rompues» Russie-USA: la plus grande menace à la paix, selon Berlin

 

Selon le chef de la diplomatie allemande, la sécurité du monde entier dépend des relations russo-américaines. Si elles ne s'améliorent pas, les nouvelles générations grandiront dans un monde dangereux et désordonné, plein d'armes nucléaires, estime le ministre.

Les «relations rompues» entre Moscou et Washington représentent la plus grande menace à la paix, seuls ces deux pays pouvant arrêter ensemble la prolifération des armes nucléaires, a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel dans une interview accordée à Bild am Sonntag.

«Les relations complètement rompues entre les États-Unis et la Russie représentent la plus grande menace à la paix sur la planète. Si la Corée du Nord peut obtenir des armes nucléaires, beaucoup d'autres la suivront. Seuls les États-Unis et la Russie peuvent freiner ensemble la prolifération des armes nucléaires», a déclaré le diplomate.

Lire la suite

 

 

Crimes en hausse à Cologne (Allemagne) : « L’insécurité s’est aggravée depuis l’arrivée des migrants »

 

Les statistiques montrent que les crimes violents à Cologne sont en hausse. Alors que certaines sections locales rejettent la responsabilité sur les immigrés, d’autres disent que les dangers sont exagérés et préviennent que les réfugiés sont les boucs émissaires pour des problèmes plus fondamentaux.

« Je ne pense pas que la police ait perdu le contrôle. Même dans les zones plus éloignées avec une mauvaise réputation, je n’ai jamais entendu parler de zones interdites », explique Jana Gibhardt-Engle à The Local.

Andreas Hupke, maire du quartier central d’Innenstadt à Cologne, accuse la police d’avoir «abandonné le contrôle» d’Ebertplatz, un centre réputé pour trafic de drogue et violence.

Les statistiques de la police montrent que la criminalité liée à la drogue a atteint son plus haut niveau depuis dix ans et que la criminalité violente a augmenté de 3,6% de 2015 à 2016, un débat houleux se poursuit pour savoir si la quatrième ville allemande devient ingérable.

Selon Mme Gina McAnally, une professionnelle de la finance qui a emménagé dans la ville en 2009, la criminalité à Cologne «s’est certainement aggravée depuis l’afflux de migrants» dans certaines parties de la ville.

«De toute évidence, des gens saouls et un comportement agressif» l’empêchent de participer à des événements surpeuplés, alors qu’elle se plaint que son quartier « soit particulièrement maltraité – il n’y a pas assez d’argent pour la sécurité, l’éducation et l’habitabilité. »

La police a «constamment vu ses budgets réduits et il n’y en a tout simplement pas assez pour s’occuper de tous les points chauds», dit-elle.

The Local

 

 

Suisse : Simonetta Sommaruga(PS) veut que l’Europe aille chercher les migrants détenus en Libye

 

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga veut mettre sur pied une opération de sauvetage avec l’Union européenne (UE) pour les réfugiés détenus en Libye. La Suisse doit sortir au plus vite les plus faibles des centres de détention libyens, déclare la ministre de la justice dans la NZZ am Sonntag, pointant les femmes et les enfants.

La socialiste bernoise fait cette annonce dix jours avant une réunion du groupe de contact de la Méditerranée centrale à Berne […]

La réunion doit permettre d’échanger des informations et d’élaborer les mesures à prendre. L’une d’entre elles est de trouver un moyen «pour évacuer les personnes particulièrement vulnérables de Libye», explique Mme Sommaruga.

Source

 

 

Italie : des dizaines de migrantes auraient été découvertes assassinées sur un canot pneumatique

 

Dans le port de Salerne, au sud de Naples, un navire rentre. Il est chargé de migrants. Ceux qui ont été sauvés vendredi. Ce jour là, le bateau espagnol Cantabria a été impliqué dans deux opérations ; au cours de la première, 146 personnes ont été secourues. Pendant ce temps, l’hélicoptère du navire continue de patrouiller dans la zone et identifie “un autre canot pneumatique en train de couler”. A son bord, 23 corps de femmes, elles auraient été assassinées. 64 autres personnes sont récupérées vivantes.

 

 

 

Fusillade dans une église du Texas : ce que l'on sait du suspect

 

(..) le tireur serait Devin Patrick Kelley, un Américain de 26 ans, originaire du comté de Comal, au nord-est de San Antonio, au Texas, et résidant dans la banlieue de New Braunfels, également au Texas. Selon les précisions du New York Times, le jeune homme venait d'une famille aisée. Les autorités ont en revanche refusé de confirmer l'identité du suspect, dimanche après-midi, lors d'une conférence de presse. Freeman Martin, directeur régional de l'Agence de sécurité publique, a toutefois affirmé qu'il s'agissait "d'un jeune homme blanc, d'une vingtaine d'années". 

Au moment des faits, l'homme portait un gilet pare-balles, était vêtu de noir, et était armé d'un fusil d'assaut. Il a commencé à tirer sur les paroissiens alors qu'il était à l'extérieur de l'église, puis a continué de tirer une fois à l'intérieur. Après avoir été pris en chasse par un civil, l'homme a été retrouvé mort dans son véhicule par la police. Les autorités ont affirmé ne pas encore savoir s'il s'était suicidé ou s'il avait succombé à une possible blessure.

Ancien de l'US Air Force

Selon les médias américains citant des rapports du département de la Défense notamment, Devin Patrick Kelley est un ancien membre des forces de l'armée de l'air américaine, dans laquelle il a officié entre 2010 et 2014. L'US Air Force a également indiqué que cet homme avait servi un temps dans une unité logistique sur la base aérienne d'Holloman, dans l'État du Nouveau-Mexique, selon les informations rapportées par Reuters.

 Après un passage devant une cour martiale en novembre 2012 pour l'agression de son enfant et de sa femme, le suspect avait été renvoyé de l'armée en raison de ces problèmes comportementaux. Il aurait également été marié une seconde fois. Sa belle-mère possederait une adresse de boîte postale à Sutherland Springs.

Source

 

 

EN DIRECT - 26 morts et 20 blessés lors d'une fusillade dans une église au Texas

 

 

Ce que l'on sait sur la fusillade dans une église du Texas

Un homme a ouvert le feu dimanche dans une petite église baptiste d'une bourgade du Texas, faisant 26 morts et 20 blessés, selon les autorités américaines. D'après des témoins, il y a eu une vingtaine de coups de feu vers 11h30 du matin pendant le service dominical.

 

L'identité du tireur et son mobile restent à définir. Le drame s'est produit à la First Baptist Church, à Sutherland Springs, dans le comté de Wilson, à une soixantaine de kilomètres à l'est de la ville de San Antonio, dans le sud-ouest de l'État. L'identité ou le mobile du tireur, qui était seul et a été retrouvé mort dans le comté voisin de Guadalupe après avoir pris la fuite au volant d'une voiture, n'ont pas été communiqués. Le suspect, décrit par la police comme un homme blanc âgé d'une vingtaine d'années, «tout de noir vêtu», était muni d'un fusil d'assaut et portait un gilet pare-balles.

La fusillade a fait 26 morts et 20 blessés. On ignore combien de fidèles étaient dans l'église au moment de la fusillade. Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans, selon la police. La fille de 14 ans du pasteur a été tuée. Ce dernier était lui-même absent lors de la fusillade.

 

 

 

 

Fusillade à Sutherland Springs: "26 vies ont été perdues", déclare le gouverneur du Texas

 

 

Commenter cet article