Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 3 octobre

 

Stephen Craig Paddock, insaisissable auteur de la fusillade à Las Vegas
 
 
Ce retraité de 64 ans, riche comptable coutumier des casinos, a minutieusement préparé son attaque. Les autorités américaines n’ont pas encore établi de lien avec l’EI.
 
 
Après la terrible fusillade de Las Vegas qui a fait au moins 59 morts, tout le monde se demande : qui est son auteur, Stephen Craig Paddock ? Ce retraité menait une existence sans histoire à Mesquite, une petite ville d’environ 18 000 habitants du Nevada, à quelque 120 km de Las Vegas, dans un quartier récent et « très calme » prisé des retraités, selon la police locale.
https://scallywagandvagabond.com/wp-content/uploads/2017/10/Screen-Shot-2017-10-02-at-7.53.17-AM.png

L’homme âgé de 64 ans, qui envoyait régulièrement des cookies à sa mère en Floride, selon son frère Eric Paddock, était totalement inconnu des services de police. Pourtant, il s’était minutieusement préparé à son attaque. Les policiers ont retrouvé seize armes de calibres différents dans sa chambre d’hôtel, la plupart des fusils d’assaut, vraisemblablement transportées dans plus de dix valises. Certains fusils étaient équipés de lunettes et son véhicule contenait du nitrate d’ammonium, un engrais qui peut servir à fabriquer des explosifs. A son domicile, un véritable arsenal, comprenant des explosifs, a ensuite été découvert.

Le fils d’un braqueur de banques

Mais Eric Paddock l’a simplement décrit, depuis sa maison cossue de Floride, comme un homme aisé, qui aimait les croisières, jouer au poker sur Internet et se rendre dans les casinos de Las Vegas. « Il m’a envoyé un texto disant qu’il avait gagné 250 000 dollars au casino », a-t-il raconté. « Nous sommes stupéfaits, sidérés !, a-t-il ajouté sur la chaîne CNN. Il n’avait aucun lien avec aucune organisation politique ou organisation religieuse. Autant que je sache, il n’était pas un suprémaciste blanc et je le connais depuis 57 ans ! »

Ancien comptable, Stephen Paddock possédait un brevet de pilote et un permis de chasse délivré par l’Etat d’Alaska. Il possédait deux maisons récentes dans le Nevada, celle de Mesquite et une autre dans la périphérie de Reno, autre ville dédiée au jeu et au divertissement. Ses voisins ont décrit une personne qui menait une vie tranquille et discrète, même si parfois il pouvait se montrer grincheux, selon The Washington Post.

Seul accroc dans sa biographie, son père, Patrick Paddock, était un braqueur de banques recherché par le FBI dans les années 1960, mais il n’entretenait que des liens ténus avec ses enfants, a assuré Eric Paddock. La compagne de Stephen Paddock, Marilou Danley, une femme d’origine asiatique, se trouvait lundi à Tokyo, où les forces de l’ordre cherchaient à l’interroger.

Des doutes sur son affiliation à l’Etat islamique

Le profil de Stephen Paddock est très éloigné des recrues traditionnelles du groupe Etat islamique (EI) qui affirme que cet Américain retraité était l’un de ses « soldats » et s’était converti à l’islam « il y a quelques mois ».

« Un soldat du califat (Abou Abdelberr l’Américain) – que Dieu l’accepte – muni d’armes automatiques et de munitions diverses a, depuis un hôtel donnant sur un concert de musique, ouvert le feu sur un de ces rassemblements, faisant 600 morts et blessés, jusqu’à l’épuisement de ses munitions, avant de tomber en martyr », a rapporté l’EI dans un communiqué.

Source

 

Un engin explosif découvert à Paris, cinq interpellations

 

Une enquête antiterroriste a été ouverte après la découverte samedi de quatre bonbonnes de gaz reliées à un dispositif de mise à feu sur le palier d'un immeuble d'habitation du XVIe arrondissement de Paris.

Plusieurs bonbonnes de gaz ont été retrouvées dans la nuit de vendredi à samedi sur le palier d'un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, non loin de la Porte d'Auteuil, selon nos informations confirmées par une source proche du dossier. Elles étaient «ouvertes, aspergées d'essence, et reliées à un dispositif de mise à feu commandé par un téléphone portable». Ce dernier était en parfait état de marche. Cinq personnes ont été interpellées lundi sur Bretigny-sur-Orge, Arpajon (Essonne) et Villejuif (Val-de-Marne), en lien avec cette affaire et placées en garde à vue. Leur lien avec la mouvance islamiste radicale était examiné.

Selon nos confrères du Point , l'immeuble au pied duquel a été retrouvé l'engin explosif est situé au 31 rue Chanez. Il s'agit d'un immeuble d'habitation classique, en pierre de taille, implanté dans cette petite rue parallèle au boulevard Exelmans. D'après le récit fait par l'hebdomadaire, c'est un locataire, réveillé vers 4h30 du matin par des bruits en bas de chez lui, qui aurait fait la découverte. Une équipe de démineur est intervenue pour désamorcer la bombe. «Nous avons évité le pire de justesse», a confié une source proche de l'affaire à nos confrères. Une équipe de la police scientifique aurait été dépêchée sur place afin de procéder à des relevés.

 

Selon nos informations, «aucune personnalité sensible ne réside dans cet immeuble» d'habitation en apparence tranquille, dans une rue calme et peu fréquentée de Paris. À ce stade des investigations, les enquêteurs croient savoir que les terroristes visaient à l'origine «un associatif militant contre l'islamisme radical». Les assaillants se seraient trompés, prenant pour cible un homonyme exerçant une profession libérale.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle», «tentative de destruction par un moyen dangereux en relation avec une entreprise terroriste» et «tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste».

Source

 

 

 

Bonbonnes de gaz découvertes: un des interpellés était fiché S

 

 

 

L'auteur de l'attaque de Marseille avait été arrêté vendredi à Lyon

 

(..)

Au lendemain des faits, le procureur de Paris, François Molins a décrit brièvement l'attitude du tueur. Ce dernier est arrivé à la gare Saint-Charles à 13h32. Il s'est alors dirigé vers le parvis avant de s'assoir sur un banc à 13h38. À 13h45, il s'est levé et a porté plusieurs coups de couteau à une première jeune femme au niveau des reins. Il se met ensuite à tourner en rond et revient frapper une seconde jeune femme, au niveau du cou. Une passante, munie d'un porte-drapeau, tente d'intervenir et met à terre l'agresseur.

 

Alertés par les cris, des militaires qui patrouillaient non loin sont rapidement arrivés sur place. À la vue du soldat qui a fait un tir de sommation, l'agresseur, qui s'est relevé, a alors tenté de se ruer dans leur direction. Il a été abattu par deux tirs de riposte, en état de légitime défense et avec beaucoup de «sang-froid» selon le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Le tout a été filmé par les caméras de surveillance de la gare. Pendant tout ces méfaits, l'individu a crié «Allah Akbar», il était armé d'un couteau d'une vingtaine de centimètres ainsi que d'un plus petit couteau de cuisine en inox.

(..)

Au terme de sa garde à vue, l'assaillant se trouvait encore à Lyon samedi après-midi. En situation irrégulière, il tombait sous le coup d'une mesure de reconduite à la frontière, et était donc susceptible d'être placé auparavant dans un centre de rétention administrative. Mais la préfecture du Rhône n'a pas donné son feu vert, selon des sources proches de l'enquête. «La personne de permanence à la préfecture du Rhône, ayant autorité pour signer l'Obligation de quitter le territoire (OQTF) et le placement en centre de rétention de l'assaillant de Marseille, était absente», ce qui a empêché la procédure d'arriver à son terme, a expliqué une de ces sources. «Il y avait aussi un problème de disponibilité de place en rétention le samedi matin», a fait valoir de son côté une source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.

A la suite de ces révélations, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a saisi l'Inspection générale de l'administration (IGA). «Cette décision vise à faire toute la lumière sur l'action des services de l'Etat et à être en mesure d'en tirer, si nécessaire, les enseignements», a précisé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Lire la suite

 

 

Une collaboratrice à la mairie communiste de La Courneuve (93) qualifie le terroriste de Marseille de « martyr » (MàJ)

 

Suite à mon post qui me ramène sur mon mur toute la fachosphère du printemps républicain je vais apporter une clarification.
Le mot martyr ne veut pas dire " le juste". Je l'emploie pas dans le sens chrétien mais dans le sens psychanalytique du terme. D'un point de vue narcissique. Malgré les croyances populaires, les attentats-suicides ne sont liés ni au fondamentalisme islamique, ni à la religion en général (voir mouvements fachos nationalistes etc...).
En France, nous av...

Afficher la suite

 

 

Voici comment le terroriste de Marseille Ahmed Hanachi, clandestin, a pu rester 12 ans en France

 

Entre trous noirs juridiques et graves dysfonctionnements, Georges Brenier explique comment le terroriste Tunisien Ahmed Hanachi a pu rester 12 ans en France dans la clandestinité et commettre l’attentat de la gare Saint-Charles de Marseille 2 jours après avoir été interpellé pour vol à l’étalage.
– TF1, 2 octobre 2017, 20h12

 

 

Attentat de Marseille : un texte déposé mardi pour «systématiser l’expulsion des étrangers délinquants»

 

Alors que doit être votée, mardi, la future loi antiterroriste, le nouvel attentat de Marseille renforce la défiance des députés Les Républicains de l’Yonne et des Alpes-Maritimes, Guillaume Larrivé et Éric Ciotti, les deux experts des questions de sécurité et de justice pour la droite. «Le terrorisme islamiste intensifie ses frappes et ses menaces contre les Français. […]

Le Figaro

 

 

Un homme menaçant des touristes, vêtu d’une djellaba et armé de deux couteaux, interpellé à l’aéroport de Roissy

 

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux touristes, un Américain et une Ukrainienne, ont été menacés par un homme, vêtu d’une djellaba, sur la ligne B du RER qui mène à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

Selon nos informations, l’homme tenait des propos menaçants : “les Américains, faudrait tous les tuer” aurait-il dit notamment.

Arrivé à l’aéroport, l’homme a suivi la touriste Ukrainienne, qui aurait aperçu un couteau. Paniquée, elle s’est dirigée vers la douane. Une patrouille de la gendarmerie des transports aériens a alors interpellé l’individu menaçant.

L’homme de 33 ans, originaire de Seine-Saint-Denis, converti à l’islam, a été interpellé. Sur lui, les enquêteurs ont trouvé un deuxième couteau. Placé en garde à vue, il a été envoyé à l’antenne psychiatrique de la préfecture de police.

M6

 

 

 

Des associations craignent une généralisation des contrôles au faciès

 

A l’appel de SOS Racisme, une manifestation a eu lieu lundi soir près de l’Assemblée nationale. L’objet de la contestation : l’article 10 du projet de loi antiterroriste. «Ce ne sont pas de petits blancs aux yeux bleus qui seront contrôlés ! Les populations noires ou maghrébines seront stigmatisées. Cette mesure n’aura pour effet que de monter les gens les uns contre les autres et donc de favoriser l’extrémisme.»

Derrière une banderole où il était inscrit «Non au délit de faciès» et affublées de stickers «Touche pas à mon pote», une soixantaine de personnes se sont rassemblées, lundi, à 18h30, près de l’Assemblée nationale à l’appel de SOS Racisme. L’objet de la contestation : l’article 10 du projet de loi antiterroriste qui autorise des contrôles d’identité sans justification ni aval de la justice. Ce texte élargit également les périmètres de ces contrôles aux abords des gares, ports et aéroports ouverts au trafic international. Il est spécifié que «les personnes dont la nationalité étrangère peut être déduite d’éléments objectifs extérieurs» seront dans l’obligation de présenter des documents d’identité et de séjour. Cette logique du soupçon ouvre, selon les ONG, la brèche à une généralisation des contrôles au faciès, qui n’ont pas de lien avec la lutte contre le terrorisme.

«Ce rassemblement improvisé a été organisé très rapidement, le but était de marquer le coup symboliquement avant le vote de ce mardi. Cet article implique une extension massive des contrôles d’identité. Sachant que ces derniers pourront avoir lieu en plein centre-ville de Paris, Aulnay, Lyon ou Saint-Etienne», a regretté Dominique Sopo, président de SOS Racisme. (…)

Peu optimistes quant à l’issue du vote de mardi, les associations ont appelé les députés et les sénateurs à saisir le Conseil constitutionnel.

Libération

 

Notes : je suis sur le point de terminer un article contenant une liste de tous les terroristes islamique qui ont frappé l’Europe depuis bien 47 ans. Cette liste contient, nom, prénom, âge et surtout les origines raciales de tous ses terroristes . J’espère pouvoir la publier demain

 

 

 

Procès du frère Merah: "Le phénomène de terrorisme n'a pas tellement évolué"

 

Le procès du frère de Mohamed Merah, Abdelkader Merah, s'ouvre ce lundi 2 octobre en France. Thomas Renard, chercheur au Royal Egmont Institute for International Relations spécialisé en contre-terrorisme, était l'invité de François Heureux dans Jour Première.

Lire l'article et voir la vidéo

 

 

Mali : les églises catholiques cibles des islamistes

 

La conférence épiscopale malienne se déclare profondément « inquiète » après plusieurs attaques et actes de vandalisme commis récemment contre églises et chapelles dans le centre du pays. La Mali compte environ 5% de catholiques et de protestants.

« Ces dernières semaines, ces derniers mois, nos églises, nos chapelles, ont été victimes de plusieurs attaques par de présumés jihadistes. (…) Nous sommes inquiets », a déclaré à l’AFP le secrétaire de la conférence épiscopale du Mali, Edmond Dembélé. La semaine dernière, dans le village de Dobara (à 800 kilomètres au nord de Bamako), des hommes armés « ont forcé la porte de l’église et y ont retiré crucifix, images et statue de la Vierge Marie, nappes d’autel », avant de tout brûler devant l’église. Les semaines précédentes, a précisé Edmond Dembélé, d’autres églises et chapelles ont subi le même sort sous les yeux des fidèles. Et, dans la localité de Bodwal, des chrétiens ont été chassés de leur lieu de culte par des hommes armés avec ce message : « Nous allons vous tuer si nous vous voyons prier encore dans l’église ».

Ces attaques seraient le reflet d’une situation qui s’est nettement dégradée ces derniers mois dans le centre du Mali. Selon un rapport récent de l’ONG Human Rights Watch, des groupes armés islamistes ont notamment procédé à des « exécutions sommaires de civils et de militaires de l’armée malienne, à la destruction d’écoles et au recrutement forcé d’enfants soldats ». Malgré une intervention militaire internationale qui se poursuit encore actuellement sur le territoire, pour les chassés des différentes régions, des zones entières échappent encore au contrôle des forces armées.

Le Mali étant un pays laïc, le gouvernement « prend toutes les mesures pour assurer la sécurité des lieux de culte », a assuré un responsable du gouvernorat de Mopti, dans le centre du pays. […]

aleteia

 

 

San-Francisco : un serrurier envoyé pour forcer l'entrée du consulat, Moscou dénonce une invasion

 

La diplomatie russe a fait savoir que des agents américains avaient fait irruption dans les locaux du consulat général russe à San-Francisco après le départ du personnel diplomatique, ce qui constituait «une grave violation du droit international».

Commenter cet article