Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 4 septembre 2017

 

Après les essais de la bombe H par Pyongyang, Séoul riposte par les manœuvres balistiques

 

Le lendemain de l'essai d'une bombe hydrogène mené par la Corée du Nord, la Corée du Sud a entrepris des exercices militaires balistiques en simulant une attaque nucléaire.

Corée du Nord: Trump prêt à recourir à l'arme nucléaire si nécessaire

 

Pour protéger les territoires américains et les alliés, les États-Unis sont prêts à toute une série de mesures, notamment diplomatiques, conventionnelles et nucléaires, a affirmé le Président Trump au Premier ministre nippon.

Lors de son entretien téléphonique avec le Premier ministre nippon Shinzo Abe, le Président Donald Trump a confirmé que les États-Unis pourraient employer si nécessaire tout un spectre de moyens contre la Corée du Nord, dont l'arme nucléaire, a annoncé la Maison-Blanche.

Le Président Trump a confirmé son engagement de protéger les États-Unis ainsi que les autres territoires américains et leurs alliés «en recourant à tout un spectre d’options diplomatiques, conventionnelles et nucléaires», est-il indiqué.

Plus tôt dans la journée de dimanche le chef du Pentagone avait fait savoir que le Président américain avait pris connaissance des réponses militaires possibles suite aux actions de la Corée du Nord.

Le secrétaire à la Défense a en outre déclaré que les États-Unis avaient la possibilité de nous défendre et de défendre nos alliés, la Corée du Sud et le Japon, de toute attaque possible.

«Toute menace à l'encontre des États-Unis et de leurs territoires, y compris Guam, ou de nos alliés, sera suivie d'une réponse militaire, à la fois massive et écrasante», a-t-il alors ponté, tout en soulignant que Washington avaient la possibilité de détruire la Corée du Nord, mais ne voulait pas le faire.

Lire la suite

 

Lire aussi l'article du Monde  : Corée du Nord : les Etats-Unis prêts à utiliser leurs capacités nucléaires

 

 

 

Trump menace de cesser les échanges avec les pays en affaires avec Pyongyang

 

Infos du 03/09/2017 à 22:45

Alors que les sanctions adoptées par l'ONU se sont avérées inefficaces à freiner les ambitions nucléaires de la Corée du Nord, le président américain envisage de recourir à des sanctions unilatérales. Pékin est plus que jamais dans le collimateur des États-Unis.

Le président américain Donald Trump a affirmé dimanche qu'il envisageait d'arrêter «tous les échanges commerciaux» avec les pays faisant des affaires avec Pyongyang, après l'annonce d'un nouveau test nucléaire mené par la Corée du Nord. «Les États-Unis examinent la possibilité, en plus d'autres options, de mettre fin à tous les échanges commerciaux avec tout pays faisant des affaires avec la Corée du Nord», a-t-il indiqué dans un tweet dans lequel il s'abstient toutefois de nommer la Chine, principal allié et soutien économique de Pyongyang, et destinataire de quelque 90% des exportations nord-coréennes.

De fait, le président américain devait réunir dimanche autour de lui son équipe de sécurité nationale afin de plancher à de nouvelles sanctions.

Lire la suite

 

 

Moscou: «la Corée du Nord progresse rapidement» sur la voie de la nucléarisation

 

La Russie est profondément préoccupée des progrès réalisés par la Corée du Nord dans sa volonté devenir une puissance nucléaire, mais ne voit pas de menace à son encontre, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Dénonçant une violation des résolutions de l'Onu, Moscou s'est dit préoccupé par le fait que «la Corée du Nord progresse rapidement» sur la voie de la nucléarisation, a rapporté le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

«Nous voyons une tendance dangereuse dans le fait que la Corée du Nord progresse rapidement. Et en raison du fait que ces actions constituent une violation de la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu… En principe, nous voyons que le pays s'efforce de devenir un État possédant des armes nucléaires. Bien sûr, c'est un symptôme alarmant, c'est une évolution inacceptable pour nous. C'est une question qui requiert l'attention la plus sérieuse. Nous la traitons avec la plus grande responsabilité, pas à la légère», a indiqué Sergueï Riabkov.

Lire la suite

 

 

 

Moscou évoque une «riposte militaire» face au bouclier antimissile US en Corée du Sud

 

Dénonçant une menace pour sa sécurité, la Russie a une fois de plus exprimé son attitude hostile à l’égard du bouclier antimissile américain Thaad que Séoul et Washington envisagent de renforcer suite au dernier essai nucléaire nord-coréen.

La perspective d'un renforcement du bouclier antimissile américain Thaad en Corée du Sud suscite la préoccupation de Moscou, qui dénonce une menace pour la sécurité à proximité de ses frontières et évoque la possibilité d'une riposte.

«Au cas où la situation évoluerait à un rythme aussi inquiétant, il se posera inévitablement la question de notre réaction, dans le sens militaire», a indiqué ce lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, évoquant la nécessité de créer des «contrepoids» au Thaad.

Lire la suite

 

 

Pourquoi l’Otan est-elle si préoccupée par les exercices Zapad 2017?

 

Le Kremlin a qualifié d’injustifiées les allégations de l’Otan et des médias occidentaux selon lesquelles les exercices militaires des forces russes et biélorusses Zapad 2017, prévus pour la mi-septembre, auraient une nature agressive.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexeï Mechkov a rejeté les accusations formulées par l'Alliance atlantique contre les exercices conjoints Zapad 2017, organisés par la Russie et la Biélorussie. Selon lui, le Kremlin a «fourni de larges informations à l'Otan sur les exercices à venir», cette dernière ayant reçu «les invitations pertinentes».

«Les pays qui tentent d'aggraver au maximum la situation avant les exercices, en mettant en circulation des accusations infondées contre la Russie, sont ces mêmes pays qui entravent autant que possible les contacts entre les militaires de nos pays», a déclaré le diplomate russe aux journalistes.

Lire la suite

 

 

Les Afghans redoutent plus les opérations des USA et de l’Otan que les raids des talibans

 

Une frappe aérienne de l’Otan contre un abri des talibans dans la province du Logar, dans l’est de l’Afghanistan, a fait 11 morts et 16 blessés parmi les civils, sans tuer un seul taliban. L’armée américaine inquiète donc plus les Afghans que les talibans, a déclaré à Sputnik le député afghan Haji Ullah Gol Mujahid.

Après la défaite des talibans, les Afghans ne voulaient plus la guerre. Mais celle-ci s'est poursuivie à cause des Américains qui faisaient irruption dans les foyers, pilonnaient les villages et larguaient même des bombes sur des cortèges nuptiaux, en attribuant tout cela aux talibans, a expliqué à Sputnik l'expert militaire Haji Ullah Gol Mujahid.

Des soldats américains en Afghanistan

«En Afghanistan, personne ne veut de présence étrangère. Les Afghans n'ont rien vu de bon des Américains et ne veulent pas qu'ils restent dans le pays», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

Lire la suite

 

 

Merkel veut mettre un terme aux négociations d’adhésion avec Ankara
 

« Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir un membre de l’Union européenne (UE). » La chancelière allemande, Angela Merkel, a affiché, dimanche 3 septembre, une grande fermeté sur ce dossier lors du débat télévisé en vue des élections législatives du 24 septembre outre-Rhin.

Mme Merkel a ainsi expliqué vouloir discuter d’un arrêt des négociations d’adhésion entre Ankara et Bruxelles. Elle, qui ne croit pas que le pays rejoindra un jour le bloc européen, a précisé qu’elle souhaitait « discuter avec [ses] collègues » de l’UE « pour voir si nous pouvons parvenir à une position commune sur ce point ».

« Je n’ai jamais cru que cela puisse survenir », a expliqué la chancelière, ajoutant que la question était seulement de savoir qui d’Ankara ou de Bruxelles « fermerait la porte » en premier.

Point de non-retour

Ces laborieuses négociations sont menées depuis 2005, mais elles sont depuis des mois au point mort en raison de l’évolution politique en Turquie, accusée de dérive autoritaire par les détracteurs du président Recep Tayyip Erdogan. Un arrêt de ces discussions nécessiterait une décision unanime des pays de l’UE.

En savoir plus

 

 

Eglise universelle : Le pape François et l’immigration : Le malaise vire au cauchemar

 

Vidéo du 3 sept. 2017

En prévision de la Journée mondiale du migrant et du réfugié de janvier 2018 le pape François a publié le 21 août un document intitulé : “Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés”. Il s’agit du fastidieux catalogue de 21 mesures politiques que le Souverain Pontife souhaiterait que les pays européens adoptent vis à vis des migrants. Ce texte est terrifiant ! Il n’est pas un pieux discours évangélique sur l’accueil de l’étranger mais la négation des principes les plus élémentaires de la philosophie politique. Les “migrants” sont devenus la nouvelle figure messianique mettant à bas des notions pourtant aussi anciennes que  ....

Lire la suite

 

 

Roumanie : un bateau avec 87 migrants intercepté en mer Noire, troisième incident de ce type depuis la mi-août

 

Un bateau de pêche transportant 87 migrants a été intercepté dimanche en mer Noire, près de la côte roumaine, troisième incident de ce type depuis la mi-août.

Deux embarcations transportant respectivement 69 et 68 migrants illégaux originaires de Syrie et d’Irak avaient déjà été interceptées en mer Noire les 13 et 21 août. La Roumanie, qui ne fait pas partie de l’espace Schengen, a jusqu’à présent été globalement épargnée par la crise migratoire. Mais Bucarest redoute que la mer Noire ne devienne un trajet alternatif pour les clandestins cherchant à gagner l’Europe, alors que de plus en plus d’obstacles se dressent sur la Méditerrannée, dont l’interdiction faite aux ONG de patrouiller au large de la Libye pour secourir les migrants.

Le Figaro

 

 

Brest : un groupe d’étudiants agressé par des enfants mineurs étrangers dont certains âgés de 10 ans

 

Des jeunes qui allaient en discothèque ont été pris à partie par des enfants dont certains n’avaient pas 10 ans.

Une agression qui surprend par l’âge de ses auteurs. Un groupe de jeunes qui se rendait en discothèque à Brest (Finistère), dans la nuit de samedi à dimanche, a été agressé par des enfants dont certains n’ont pas 10 ans, rapporte «Ouest France».

Les faits se sont produits à proximité de la place de la Liberté, un peu avant 3 heures. Le groupe de jeunes Brestois est abordé par des enfants, dont un de 8 ans et un autre de 9 ans, qui leur demandent des cigarettes avant d’essayer de fouiller leurs poches. La tension monte et d’autres enfants viennent en renfort. «Le Télégramme» précise que des coups sont échangés, mais que les blessures des fêtards ne sont pas trop graves.

La police a interpellé trois mineurs étrangers, ceux de 8 ans et de 9 ans ainsi qu’un autre de 14 ans. Le parquet explique qu’aucune solution pénale n’est possible concernant les plus jeunes, qui ont été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance.

Le Parisien

 

Marseille : un ex-principal de collège fait débat en dénonçant « l’emprise » de l’islamisme dans les collèges

 

Un ex-principal de collèges sensibles de Marseille suscite le débat en dénonçant dans un livre la « loi du silence » qu’il dit avoir affrontée face à « l’emprise » de l’islamisme, un constat jugé alarmiste et dépassé par le rectorat et une partie de ses anciens collègues.

« Imam de la République »: c’est ainsi que Bernard Ravet, 64 ans, principal de trois collèges situés dans des quartiers très défavorisés de Marseille entre 1999 et 2012, se rebaptise dans son livre, paru pour la rentrée (« Principal de collège ou imam de la République », éditions Kéro).

L’ancien chef d’établissement relate ses années passées à « maintenir les valeurs de la République contre vents et marées », face aux difficultés sociales, à la violence et au trafic de drogue, ainsi qu’aux tentatives d’entrisme de l’islam, parfois radical.

L’auteur en égrène quelques exemples: la découverte qu’un surveillant se livre au prosélytisme, la lutte autour de « la grille », que de plus en plus d’élèves tentent de franchir voilées, ou l’antisémitisme qui le contraint, préventivement, à orienter un élève juif venu d’Israël vers un collège confessionnel.

Son cri d’alarme ne passe pas au SNPDEN, le syndicat ultra-majoritaire des chefs d’établissements, qui dénonce une approche « globalisante » et « contreproductive »: le livre « pourrait laisser penser qu’il dit tout haut ce que la majorité d’entre nous ne pourraient exprimer. Or ce n’est pas le cas ».

« Oui, il y a plus de filles voilées qu’avant, oui, les élèves font tous ou presque le ramadan, oui, ils mangent halal », témoigne de son côté sous couvert d’anonymat auprès de l’AFP une enseignante du collège Versailles, cité à de nombreuses reprises dans le livre. Elle récuse cependant l’idée d’une «  »islamisation » du collège », voyant dans ces évolutions

(…)

AFP

 

 

Sondage : 52% des Britanniques estiment que « l’islam constitue une menace pour l’Occident »

 

Plus de 40% des Britanniques disent que les attaques terroristes récentes les ont rendu plus suspicieux envers les musulmans, selon une large étude sur les attitudes entourant la race et la religion en Grande-Bretagne.

52% des Britannique estiment également que l’islam constitue une menace pour l’Occident.

(…)

Yahoo News

 

Italie : une ado violée à plusieurs reprises par un migrant marocain qui devait être expulsé

 

La victime, une adolescente de 17 ans souffrant de problèmes psychologiques, a été emmenée dans un bâtiment situé sur la commune de Brianza et abusée à plusieurs reprises. Un individu âgé de 22 ans d’origine marocaine a été arrêté sous le chef d’accusation de violences sexuelles. Trois autres personnes ont été inculpées pour complicité

 

L’agression s’est déroulée à Desio, une petite ville de Brianza, à quelques kilomètres de Milan, dans l’ancien bâtiment de meubles, abandonné depuis des années et qui est devenu un endroit dangereux.

La victime, une jeune fille de 17 ans a été approchée par l’homme de 22 ans et ses amis pendant qu’elle attendait le train à l’intérieur de la gare de Monza. La jeune fille aurait alors accepté l’invitation du groupe pour passer l’après-midi ensemble. Une fois arrivée à l’intérieur du bâtiment, l’adolescente aurait été violée à plusieurs reprises par l’homme de 22 ans sous la menace d’un couteau.

Profitant d’un moment de distraction de son agresseur, elle a cependant réussi à s’échapper de la structure et des citoyens sud-américains ont pu la secourir (…) En compagnie de l’homme de 22 ans, trois autres Nord-Africains d’une vingtaine d’années ont été dénoncés pour complicité de violences sexuelles. Ils sont également en situation irrégulière en Italie.

Depuis longtemps, les résidents dénoncent la situation qui est devenue intenable près de l’ancien bâtiment de meubles. « Ici désormais, nous avons peur, » ont déclaré certains d’entre eux au micro de Sky TG24. Et même l’administration communale invite les citoyens à éviter cet endroit, sur lequel elle ne peut pas intervenir en raison des problèmes liés à la propriété de l’édifice.

TG24.sky

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

 

Avocat de Boris Faure : «M’Jid El Guerrab est un homme dangereux»

 

Maître Patrick Klugman, avocat de Boris Faure : «Mon client s’est pris un coup de casque. Il est à terre. Il prend un 2ème coup de casque. M. El Guerrab est un homme dangereux. Pas seulement parce qu’il a frappé une fois, mais parce qu’une fois qu’il a frappé – député ! – il ne cesse de se justifier de l’avoir fait. Cet homme est dangereux.»
– CNEWS, 3 septembre 2017

«Quand Boris Faure a été admis à l’hôpital, il a été admis pour un hématome extra-dural. A ce moment-là, son diagnostic vital était engagé. Pendant plusieurs heures, on a craint qu’il ne pourrait pas survivre, et quand on a su qu’il survivrait, on a vraiment craint des séquelles lourdes. Les médecins, le terme qu’ils ont employé vis-à-vis de la famille, il est très simple : C’est un miraculé. C’est un miraculé.

Une fois que je vous ai dit cela, vous comprendrez que les fables que nous avons entendues alors que cet homme ne pouvait même pas parler parce qu’il était opéré le crâne ouvert, sont absolument insupportables. D’abord, il y a eu celle du racisme. Vous avez remarqué vous-même qu’elle avait été retirée par M. El Guerrab ces derniers jours. Maintenant, on nous parle d’une “altercation” … non, ce n’était pas une altercation, c’était une agression. Y’a jamais eu de menaces de mort (de Boris Faure envers M’Jid El Guerrab, ndlr). Vous savez ce que c’est la “menace de mort” ? C’était une réunion publique où l’un aurait dit à l’autre “Politiquement, tu es mort” ! Et puis quand bien même, y’aurait eu des altercations, des harcèlements dont M. El Guerrab fait état, il ne sait pas ce monsieur qu’on porte plainte ? Comment on se rend justice quand on est législateur, quand on est détenteur d’une partie de la souveraineté nationale ? Qu’est-ce que c’est que ce comportement ?

(…)

Mon client s’est pris un coup de casque. Il est à terre, il prend un 2ème coup de casque. M. El Guerrab est un homme dangereux. Pas seulement parce qu’il a frappé une fois, mais parce qu’une fois qu’il a frappé – député ! – il ne cesse de se justifier de l’avoir fait. Cet homme est dangereux. Et nous ferons tout pour l’établir

 

 

 

____________________

Le 3 septembre 2017

 

Pyongyang n'aurait pas testé un engin thermonucléaire au sens propre du terme

 

La Corée du Nord aurait pu tester une charge nucléaire avec une sorte de stimulateur thermonucléaire au lieu d'un engin thermonucléaire dans le sens actuel du terme, répétant ainsi le stade du développement des programmes thermonucléaires que les États-Unis et l'URSS avaient connu à la fin des années 1940 et au début des années 1950, estime Alexandre Ouvarov, rédacteur en chef du portail AtomInfo.ru.

«À en juger par la puissance de la déflagration, quelques dizaines de kilotonnes, il pourrait ne pas s'agir d'une charge thermonucléaire dans son sens moderne, mais d'une charge nucléaire avec une propulseur thermonucléaire, un boosting», a-t-il déclaré dans un commentaire à Sputnik.

D'après lui, il s'agit d'un principe physique connu de longue date et toujours utilisé pendant les années 1940-50. Et d'ajouter qu'il constituait «une des étapes du développement des programmes thermonucléaires soviétique et américain».

 

L'énergie de l'explosion d'une charge thermonucléaire est conditionnée à la fois par des réactions de fission nucléaire de noyaux de matières fissiles (plutonium ou uranium) ainsi que par des réactions de synthèse thermonucléaire impliquant des isotopes lourds d'hydrogène (deutérium et tritium). Par charges thermonucléaires, on entend aujourd'hui des engins dont la puissance est largement déterminée par le dégagement d'énergie de réactions thermonucléaires. Or, le principe de la stimulation thermonucléaire est différent

Lire la suite

 

La Corée du Nord dit avoir testé une bombe H

 

Le régime stalinien a qualifié de «réussite totale» dimanche matin le test d'une bombe à hydrogène destinée à être montée sur un missile à longue portée. Ce sixième essai nucléaire serait dix fois plus puissant que le précédent.

Kim Jung-un devant une bombe à hydrogène.

La Corée du Nord a annoncé dimanche matin avoir testé quelques heures plus tôt une bombe à hydrogène, dite bombe H. Cette charge serait destinée à être montée sur un missile balistique intercontinental. Le régime qualifie ce test de «réussite totale». C'est un nouveau défi pour Donald Trump et pour la communauté internationale, qui condamne unanimement cet essai. Pékin, Moscou, Tokyo, Séoul et Paris n'ont pas tardé à condamner cette nouvelle violation de multiples résolutions de l'ONU exigeant la fin des programmes nucléaire et balistique nord-coréens.

Cet essai nucléaire, le sixième mené par le régime nord-coréen depuis 2006, a été ordonné par le dirigeant Kim Jong un peu après l'annonce officielle que Pyongyang était parvenu à développer une nouvelle arme dotée d'une «grande capacité destructrice», précise la télévision nord-coréenne. Kim Jong un s'est rendu ce dimanche à l'Institut des armes nucléaires où il a «observé une bombe H destinée à être chargée dans le nouveau missile intercontinental», a rapporté l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, qui a ajouté: la bombe «d'une puissance sans précédent» marque «une occasion très importante, le fait d'atteindre le but final qui est de parachever la force nucléaire de l'Etat».

Séisme d'une magnitude de 6,3

L'essai mené dimanche a provoqué un séisme d'une magnitude de 6,3, près du principal site nord-coréen d'essais nucléaires, à Punggye-Ri dans le Nord-Est, enregistré à 11h30 (dans la nuit de samedi à dimanche, à Paris) par différents instituts géologiques américain, sud-coréen et japonais . «L'échelle de l'énergie (dégagée) était de cinq à six fois plus puissante que lors du cinquième essai nucléaire», a déclaré à la télévision Lee Mi-Sun, qui dirige l'Administration météorologique sud-coréenne. Selon les premières estimations d'experts, cet essai serait près de dix fois plus puissant que les précédents. Cette puissance indiquerait que l'essai concernerait effectivement une bombe H. La cinquième explosion en septembre 2016 avait provoqué un séisme de 5,3 de magnitude et dégagé une énergie de 10 kilotonnes, c'est à dire moins que la bombe qui avait détruit Hiroshima (15 kilotonnes).

Le séisme a été ressenti dans des régions frontalières du nord-est de la Chine, ont rapporté des médias officiels chinois et des internautes locaux, lesquels partageaient leurs inquiétudes. La secousse tellurique a été ressentie pendant «environ huit secondes» dans plusieurs localités de la province chinoise du Jilin, a indiqué la télévision d'Etat CCTV. Sur la plateforme de microblogs Weibo, des commentateurs exprimaient ouvertement leurs inquiétudes pour les trois provinces du «Dongbei», le nord-est du pays, les plus proches de la Corée du Nord. «L'emplacement du test nucléaire n'était qu'à 174 km d'un district chinois», s'est alarmé un internaute. «En effectuant ce test, (Pyongyang) sème le désastre, c'est une marche pas à pas vers la guerre ou la destruction», ajoutait un autre, dans une formule reprise volontiers par d'autres blogueurs.

Lire la suite

 

Notes :Les Américains vont-ils enfin réagir contre ce régime communiste du siècle dernier, ou ils vont une énième fois condamnés sans agir ! (c'est vrai qu'il n'a pas de pétrole en Corée du Nord pour les motiver)

 

Lire aussi - La bombe H, 10 à 100 fois plus puissante que la bombe A

 

Trump: une politique d"apaisement" envers la Corée du Nord "ne fonctionnera pas"

 

Washington - Le président américain Donald Trump a affirmé dimanche qu'une politique d'"apaisement" envers la Corée du Nord "ne fonctionnera pas", après l'annonce d'un nouveau test nucléaire par le régime de Pyongyang.

"La Corée du Nord a conduit un test nucléaire majeur. Leurs mots et leurs actions continuent d'être très hostiles et dangereux pour les Etats-Unis", a écrit Donald Trump sur Twitter.

Dans une série de trois tweets, Donald Trump a ainsi formulé la première réaction américaine à l'annonce, par le régime de Pyongyang, que la Corée du Nord a mené avec succès un essai de bombe à hydrogène.

Le président américain y prône une extrême fermeté à l'égard de la Corée du Nord.

"La Corée du Sud s'aperçoit, comme je le leur ai dit, que leur discours d'apaisement avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose!", a-t-il déclaré.

Le président américain souligne enfin que la Chine a eu, selon lui, peu de résultats dans ses efforts pour convaincre Pyongyang de freiner ses programmes nucléaire et balistique.

"La Corée du Nord est une nation voyou qui est devenue une grande menace et une source d'embarras pour la Chine, qui essaie d'aider mais avec peu de succès", a dit M. Trump.

Source

 

 

Moscou: le test nucléaire lourd de conséquences pour Pyongyang

 

Dénonçant une violation des résolutions de l’Onu, Moscou a condamné de «manière la plus forte» le nouvel essai nucléaire réalisé ce dimanche par la Corée du Nord et a mis en garde contre ses conséquences.

La Russie s'est déclarée «profondément préoccupée» par le test d'une bombe H réalisé ce dimanche par Pyongyang, dénonçant une «menace sérieuse pour la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne».

«Le mépris démonstratif que la Corée la Nord a exprimé pour la énième fois envers les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu et le droit international mérite d'être condamné de façon la plus vigoureuse», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Qualifiant de «regrettables» les démarches entreprises par les autorités nord-coréennes, destinées selon Moscou à miner les efforts déployés en vue d'empêcher prolifération des armes nucléaires, la diplomatie russe a indiqué que «cette ligne politique était lourde de conséquences pour la Corée du Nord».

Lire la suite

 

 

Pékin embarrassé face au sixième essai nucléaire nord-coréen

 

Pékin condamne « vigoureusement » ce nouvel essai nucléaire nord-coréen. C'est le ministère des Affaires étrangères chinois qui s'est exprimé ainsi dans un communiqué et c'est pour l'instant la seule réaction officielle de la Chine. Le président XI Jinping assiste, dimanche 3 septembre, dans le sud du pays à l'ouverture du sommet des Brics entre le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Il a prononcé un discours à cette occasion mais n'a pas dit un mot au sujet de l'essai nucléaire nord-coréen.

Avec notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget

Le chef d'Etat chinois est embarrassé, il voulait faire du sommet des Brics un grand rendez-vous pour les pays émergents mais voilà que tous les regards se tournent vers la péninsule coréenne.

Toujours le dialogue ?

Le silence du président chinois peut laisser penser que malgré ce nouvel essai nucléaire, la Chine ne changera pas de stratégie, elle continuera à prôner le dialogue.

 

Car Pékin ne veut pas voir le régime nord-coréen s'effondrer. Cela provoquerait un afflux de réfugiés nord-coréens sur son sol et engendrerait une présence militaire américaine à sa frontière. Une chose impensable pour la Chine !

Pékin ne souhaite pas la fin du régime nord-coréen

Pékin estime qu'il est moins dangereux pour ses intérêts d'avoir une Corée du Nord détentrice de la bombe nucléaire plutôt que la fin du régime nord-coréen.

Source

 

 

Après le test nord-coréen, Séoul négocie le déploiement d’armes «stratégiques» US

 

Suite au nouvel essai nucléaire nord-coréen réalisé ce dimanche, Séoul et Washington étudient des options de réponse militaire aux démarches de Pyongyang.

Le test d'une bombe H réalisé ce dimanche par la Corée du Nord a poussé son voisin du Sud à contacter Washington pour discuter de la possibilité d'une réponse militaire.

«Les mesures militaires doivent être discutées entre les alliés sud-coréen et américain et recevoir l'accord de la communauté internationale», relate l'agence Yonhap à l'issue d'un entretien téléphonique entre le chef d'état-major de la Corée du Sud, Jeong Kyeong-doo et son homologue américain Joseph Dunford.

De son côté, Séoul s'est dit prêt à étudier la possibilité de déploiement d'armes américaines sur son sol, indique Yonhap.

Soulignant qu'en procédant au test nucléaire, Pyongyang a «ignoré de multiples avertissements» de la part de la communauté internationale, le conseiller sud-coréen à la sécurité Chung Eui-Yong a affirmé: «La Corée du Sud négocie la possibilité de déploiement d'armes stratégiques américaines les plus puissantes».

Lire la suite

 

 

 

 

Moscou publie des vidéos de la perquisition de missions diplomatiques russes aux USA

 

Le ministère russe des Affaires étrangères a publié sur Facebook des vidéos montrant les perquisitions qui ont récemment eu lieu au consulat général russe à San Francisco et à la mission commerciale russe de Washington.

Lire la suite et vois les vidéo sur sputniknews

 

 

 

Le FBI considère les antifas comme un groupe « terroriste »

 

Le DHS (Ministère de la Sécurité Intérieure) et le FBI ont alerté les responsables de l’État et des autorités locales depuis le début de 2016 que les extrémistes de gauche connus sous le nom de «Antifa» étaient devenus de plus en plus agressifs et dangereux, à tel point que le Ministère de la Sécurité Intérieure classifiait officiellement leurs activités comme «violence terroriste intérieure», selon des entretiens et des documents confidentiels obtenus par Politico.

Source

 

 

Calais (62) : nouveaux heurts entre la police et une cinquantaine de migrants, trois policiers blessés

 

Une cinquantaine de migrants ont profité samedi d’embouteillages formés sur la rocade portuaire de Calais pour tenter de monter dans des camions, nécessitant une intervention de la police qui les a dispersés.

« Nos collègues britanniques n’avaient activé de leur côté que neuf files sur 14 pour ce weekend où l’on attendait 9000 véhicules à Eurotunnel et 7500 au port », a expliqué le sous-préfet de permanence, Jean-Philippe Vennin. A partir de 16H30, « une cinquantaine de migrants ont profité de ce bouchon pour monter dans certains camions », parfois avec succès.

(…)

Le Figaro

 

 

Ils crient «Allah Akbar !» dans un avion et provoquent l'évacuation de l'appareil

 

Un groupe de jeunes fortement alcoolisés qui se rendaient de Bruxelles à Barcelone en avion a cru drôle de crier «Allah Akbar !» avant le décollage. Cette plaisanterie a provoqué l'intervention de la police et retardé le vol de plus de deux heures.

Certaines plaisanteries sont à éviter dans certains contextes, particulièrement en période de menace terroriste : un groupe de sept jeunes l'aura appris à ses dépens le 2 septembre dernier au matin.

Lire la suite

 

 

 

France : plusieurs dizaines de milliers d’enfants migrants vont faire leur rentrée scolaire

 

Plusieurs dizaines de milliers d’enfants migrants s’apprêtent à faire leur rentrée scolaire, lundi, en France. Pour Jérôme Gobillot, professeur de CE2 à Coulommiers, en Seine-et-Marne, et membre du Réseau éducation sans frontière (RESF), « tous les enfants primo-arrivants sont extrêmement attirés par l’école ».

Près de 12,4 millions d’élèves s’apprêtent à reprendre le chemin des salles de cours, lundi 4 septembre, dont plusieurs dizaines de milliers d’enfants migrants qui vont vivre leur première rentrée en France. Ils étaient 52 500 à faire leur rentrée en 2016, dont une grande majorité venaient d’arriver dans le pays. […]

En tant qu’enseignant, quel peut être votre premier geste ? Présenter ces enfants à la classe ou mettre leur histoire de côté pour privilégier l’école ?

Je crois que ce serait une grosse erreur de mettre de côté leur histoire parce que c’est finalement ce qui les construit, c’est leur identité. Maintenant, évidemment, on s’adresse à un public d’enfants donc il n’est pas question du tout d’étaler des choses très complexes. Dans les classes, il y a toujours un très grand planisphère et donc on explique d’où vient l’enfant, parfois le parcours quand on a une petite idée de ce qu’ils ont fait, et puis l’enfant se trouve tout de suite un petit peu mis en avant et se rend compte qu’il est extrêmement intéressant pour tous les autres. Ce n’est pas de la curiosité malsaine au contraire, c’est de la très bonne curiosité et on voit toutes ces histoires qui sont très différentes du quotidien ordinaire de ces enfants qui n’ont connu que l’école française.

Quelle pédagogie appliquez-vous avec ces enfants ? Les objectifs sont-ils différents ?

Dans un premier temps, oui. Ces enfants n’ont pas les clés de l’école française. Ils ont parfois été à l’école dans leur propre pays, mais ce n’est pas toujours le cas. Donc, il faut qu’ils apprennent le fonctionnement de l’école française. On leur dit : « L’école, c’est de telle heure à telle heure ». Ça, se passe comme on peut, avec la gestuelle lorsque les enfants ne parlent pas du tout la langue. On leur explique quand on lieu les récréations, à quelle heure les enfants s’arrêtent pour aller à la cantine… Tout ce qui est de l’ordre logistique. Dans les classes « ordinaires », dans lesquelles les enfants reviennent après avoir fait les séances dans les classes d’enseignement adapté, les autres enfants viennent dans un premier temps épauler les enfants primo-arrivants et tout se passe très bien. Je pense aux enfants tchétchènes qu’on a pu avoir, les enfants sri-lankais, avec des cultures très différentes , il n’y a pas du tout de mise au ban. Tout de suite, les enfants sont comme tous les autres enfants, ils ont envie de jouer avec ces enfants-là.

France Info

 

 

 

Paris : de jeunes migrants marocains livrés à eux-mêmes

 

Dans le quartier de la Goutte d’Or, à Paris, une cinquantaine de jeunes Marocains vivent depuis plusieurs mois dans un petit jardin public. Malgré l’aide d’associations, qui leur apportent de la nourriture et des vêtements, leurs conditions de vie sont très difficiles. Certains sont orphelins, d’autres fugueurs.

Pour la plupart, ils ont déjà vécu dans la rue au Maroc. Une grande précarité qui les poursuit jusqu’en France. Ces mineurs, livrés à eux-mêmes, consomment souvent de l’alcool et de la drogue, et les rixes sont fréquentes dans le quartier. Leur prise en charge par les pouvoirs publics est pour le moment très limitée et les risques qu’encourent ces jeunes sont importants. Ils expliquent d’ailleurs rester en groupe pour se protéger d’adultes qui cherchent à les exploiter. La mairie envisage d’ouvrir un local à proximité du square Alain Bashung, où ces enfants pourront trouver de la nourriture, des douches, une orientation, et peut-être l’espoir de sortir un jour de la rue.

 

Un prédicateur belgo-marocain extradé des Pays-Bas vers l’Espagne

 

Soupçonné d’être lié à des groupes terroristes, Tarik Chadlioui, qui détient les nationalités marocaine et belge sera bientôt extradé en Espagne par les autorités néerlandaises.

L’extradition devrait s’effectuer le 26 septembre prochain, nous apprend le site omroepwest.nl, qui cite des sources proches de l’enquête. On lui reproche d’avoir incité des jeunes à se rendre en Syrie et en Irak et d’être à l’origine de la radicalisation de plusieurs d’entre eux, notamment en Espagne.

Ce dernier s’est rendu en 2015 sur l’Île de Majorque où il avait l’intention, précise-t-on, de créer une cellule terroriste pour le compte du groupe Daech et d’en devenir le chef.

En novembre 2015, juste après les attentats en France, les autorités françaises s’étaient intéressées au prédicateur et surtout à son rôle dans la radicalisation d’Omar Mostefaï, l’un des kamikazes du Bataclan. Selon le Dailymail, il aurait transmis ses idées lors de prêches donnés à la mosquée Luce à Paris.

bladi

 

 

Europe : pour stopper l’arrivée des migrants, l’UE propose de les laisser en Libye

 

Pour mettre un terme à la traversée des migrants en mer Méditerranée et venir en aide à une Italie débordée, Bruxelles veut s’appuyer sur la Libye.

 

 

Canada : l’asile secrètement accordé à des LGBTQ tchétchènes

 

« Le Canada a secrètement donné l’asile à des Tchétchènes homosexuels« , écrivait samedi le quotidien The Globe and Mail, en notant que cette initiative pourrait « envenimer les relations déjà tendues entre la Russie et le Canada« . « Le Canada est fier de défendre les droits (de l’homme). Les droits des LGBTQ, ici et dans le monde, sont très importants pour nous« , a déclaré samedi le Premier ministre Justin Trudeau, en réponse à une question sur cette information au cours d’un point de presse dans le territoire du Yukon.

Des associations dénoncent depuis plusieurs mois les persécutions commises par le régime de envers les homosexuels. Une trentaine d’homosexuels tchétchènes, victimes de persécutions dans leur pays, ont pu trouver refuge au Canada grâce à un partenariat discret entre une ONG canadienne et le gouvernement d’Ottawa, a annoncé l’ONG Rainbow Railroad. Kimahli Powell, directeur exécutif de l’ONG basée à Toronto, a indiqué dans un message vendredi sur sa page Facebook que son organisme avait pu aider 31 personnes LGBTQ à quitter la Russie et à bénéficier de l’asile au Canada.

« Nous avons travaillé avec le gouvernement canadien à un programme qui a permis l’entrée de Tchétchènes LGBTQ dans le pays« , a-t-il précisé à la chaîne publique CBC, en soulignant que le gouvernement canadien avait joué un « rôle majeur ».

En avril, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait condamné les persécutions en Tchétchénie, estimant dans un communiqué que les informations « récentes et continues concernant les persécutions envers les hommes homosexuels et bisexuels en Tchétchénie témoignent d’une situation répréhensible« .

La Presse CA

 

 

 

Sondage : 65% des Allemands considèrent que les immigrés musulmans sont « plutôt mal ou très mal intégrés »

 

L’étude de la Fondation Bertelsmann revenait sur la question de l’intégration des musulmans en Allemagne. Une grande majorité d’Allemands considèrent les immigrés musulmans comme « mal intégrés ».

65,6% des Allemands considèrent généralement les immigrés musulmans en Allemagne comme « plutôt mal ou très mal intégrés ».

La réponse la plus fréquente des deux catégories est « plutôt mal intégrés », ils sont 44,4% à le penser. 19,3% les décriraient comme plutôt bien ou très bien intégrés. Cependant, seulement 2,4% ont voté pour « très bien intégrés ». 15,1% sont indécis sur cette question – une valeur relativement élevée, ce qui souligne une grande indécision sur ce sujet.

Welt.de

 

 

Commenter cet article