Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
troisiemeguerremondiale.net

troisiemeguerremondiale.net

Affirmer que l'Islam est une religion de paix, c'est admettre que la charia et le djihad sont des préceptes humanistes. Ce blog a pour but de démontrer que nous nous dirigeons droits vers une guerre de religion

Publié le par 3guerremondiale
Publié dans : #Les infos les plus cruciales

____________________

Le 13 aout 2017

 

 

 

Moscou: la situation avec la Corée du Nord s’approche d’un éventuel conflit armée

 

Dans le contexte de la situation tendue qui s’est créée ces derniers temps autour de la Corée du Nord, le risque de sa résolution par voie militaire est très élevé, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

La situation avec la Corée du Nord est potentiellement proche d'un éventuel conflit armé, a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, citée par la télévision russe.

«La situation est-elle si proche d'un conflit… Oui, elle s'est fortement rapprochée de la possibilité d'un éventuel conflit militaire», a dit Mme Zakharova, répondant à la question d'un journaliste demandant à quel point la situation avec la Corée du Nord était devenue proche d'une «résolution militaire».

Lire la suite

 

 

 

Trump à Macron: les USA prêts à des mesures militaires contre Pyongyang

 

La Corée du Nord a été ce samedi au cœur d'un entretien téléphonique entre Donald Trump et Emmanuel Macron. D'après le communiqué diffusé par la Maison-Blanche, le Président américain a souligné que Washington et ses alliés étaient ouverts à tous les moyens, dont militaires, pour éradiquer la menace nucléaire émanant de Pyongyang.

Pour mettre un terme à la menace nucléaire émanant de la Corée du Nord, les États-Unis sont prêts à tout un spectre de mesures: diplomatiques, économiques et militaires, a assuré le Président américain Donald Trump lors d'un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron et dont le contenu a été rendu public par la Maison-Blanche.

«Le Président Trump a informé le Président Macron de l'aspiration des États-Unis à mettre un terme à la menace nucléaire nord-coréenne. Le Président Trump a déclaré que, conjointement avec leurs alliés, les États-Unis étaient prêts à utiliser des mesures diplomatiques, économiques et militaires pour atteindre cet objectif», indiqué le service de presse de la présidence.

En outre, d'après la source, les deux dirigeants ont évoqué la nécessité d'affronter la situation de plus en plus dangereuse liée aux actions déstabilisatrices de Pyongyang.

Lire la suite

 

 

 

 

Corée du Nord : une foule énorme défile contre les sanctions de l'ONU et les menaces de Trump

 

Des milliers de travailleurs se sont rassemblés à Pyongyang pour protester contre les menaces militaires américaines et les sanctions de l'ONU

 

 

Corée du Nord : quelle réelle capacité de nuisance ?

 

Vidéo du  12 août 2017

Entretien avec Antoine Bondaz, Fondation pour la recherche stratégique co-auteur de "Corée du Nord, Plongée au cœur d'un pays totalitaire", (éd. Chêne). Entre escalade verbale et tentatives d'intimidation, la crise entre la Corée du Nord et les Etats-Unis préoccupe désormais toutes les nations. Décryptage dans le 64' de TV5Monde.

 

 

Défense russe: la libération de Deir ez-Zor (Syrie) sonnerait le glas de Daech

 

La ville syrienne de Deir ez-Zor est un des points stratégiques en Syrie, sa libération de l’emprise terroriste serait un signe déterminant du succès dans la lutte contre Daech, estime le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

Deir ez-Zor, ville syrienne assiégée par Daech depuis 2014, possède une grande importance stratégique pour le succès de la guerre contre le terrorisme menée dans le pays, a déclaré Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense.

«Aujourd'hui, nous pouvons dire que tout le monde a pour but de lutter contre Daech. Il existe actuellement certains points clés, dont Deir ez-Zor, je dirais même principalement Deir ez-Zor. La résistance y est en cours depuis plusieurs années… C'est une sorte de pivot fondamental sur l'Euphrate qui permettrait de parler de la fin de la guerre contre Daech», a-t-il dit à l'antenne de la chaîne de télévision Rossiya-24.

Pour l'instant, les forces gouvernementales syriennes sont arrivées à reprendre le contrôle de la moitié de Deir ez-Zor.

Lire la suite

 

 

La guerre avec Pékin à l’horizon? L’Inde rassemble ses troupes à la frontière himalayenne

 

Dans un contexte de crise diplomatique entre la Chine et l’Inde à cause du plateau du Doklam, dans l'Himalaya, New Dehli continue à déployer des forces militaires dans la région.

L'Inde poursuit le rassemblement de ses forces armées le long de la frontière orientale avec la Chine en vue de faire face à Pékin dans le conflit autour du plateau du Doklam, dans l'Himalaya, lit-on sur le site d'information The times of India.

Himalaya
Dans l'est, il s'agit de 33 unités déployées à Sukna, en plus des divisions de montagne sous leur contrôle dont 17 à Gangtok, 27 à Kalimpong et 20 à Binnaguri.

Chaque division compte entre 10.000 et 15.000 soldats qui se sont entraînés pour se montrer à la hauteur.

Trois unités à Dimapur et quatre unités à Tezpur, avec de l'infanterie et des divisions de montagne similaires ont été aussi mises en état d'alerte, par mesure de précaution.

Au cœur de la dispute entre les deux pays se trouve le plateau du Doklam. Situé sur le flanc ouest du Bhoutan et à l'est de l'État indien du Sikkim, le plateau himalayen, également appelé Donglang par la Chine, assure la jonction entre les territoires indien, chinois et bhoutanais.

Le conflit actuel a débuté mi-juin, lorsque l'armée chinoise a commencé à construire une route passant sur le plateau. Alertée par les autorités du Bhoutan, l'Inde a immédiatement envoyé des soldats afin de bloquer le chantier. Depuis, militaires indiens et chinois se font face à quelques mètres d'écart, selon la presse indienne.

Les autorités chinoises ont maintes fois appelé l'Inde à retirer ses militaires de ce territoire et à ne pas provoquer une escalade de la tension.

Source

 

 

Iran: Le Parlement vote l'allocation de fonds supplémentaires pour le programme balistique

 

Ce vote survient après de nouvelles sanctions américaines annoncées en juillet contre le programme de missiles balistiques de l'Iran...

Le Parlement iranien a voté dimanche l’allocation de 520 millions de dollars (440 millions d’euros) pour développer le programme balistique de l’Iran et renforcer les activités régionales des Gardiens de la révolution, armée d’élite du régime, en réponse à l'« aventurisme » des Etats-Unis.

Sans opposition aucune

« Les Américains devraient savoir qu’il ne s’agit là que de notre première action », a prévenu le président du Parlement, Ali Larijani, après avoir annoncé un vote à une majorité écrasante en faveur d’un train de mesures destinées à « faire face aux actions terroristes et aventuristes des Etats-Unis dans la région ».

Lire la suite

 

 

Belgrade attend des livraisons de blindés russes et évoque le sujet des S-300

 

Le ministre serbe de la Défense a déclaré que l'armée du pays prévoyait de recevoir des dizaines de chars et de véhicules blindés russes l'année prochaine. Le plan de coopération bilatérale comprend également la livraison d'avions MiG-29. Les pays discutent, par ailleurs, l’éventuelle signature d’un accord sur des systèmes antiaériens S-300.

Aleksandar Vulin, ministre serbe de la Défense, a déclaré que la date exacte de la livraison de 30 chars russes T-72S et 30 véhicules blindés de reconnaissance BRDM-2 dans le cadre de l'assistance militaro-technique n’était pas encore déterminée et que la partie serbe la prévoyait pour l’année prochaine.

«Il n’y a pas de problèmes politiques, tout se passe conformément au plan, et dans les temps, nous sommes très satisfaits. Je prévoie la livraison pour l'année prochaine», a indiqué le ministre à Sputnik.

Lire la suite

 

 

 

En Libye, on demande un budget colossal à l’UE pour bloquer

 

Khalifa Haftar, à la tête de l’Armée nationale libyenne, estime que l’effort européen devra se porter à 20 milliards de dollars afin de gérer le flux de migrants.

Depuis des semaines, l’Union européenne parle de la nécessité de gérer le flux de migrants avant même qu’ils ne touchent le sol européen. Emmanuel Macron avait notamment annoncé la création en Libye de hotspots, des centres d’examen, afin de différencier réfugiés et migrants économiques, une annonce sur laquelle était revenu Gérard Collomb sans pour autant remettre en cause la volonté du chef de l’État de traiter la question migratoire depuis le sol libyen. Mais, pour l’homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar, Bruxelles va devoir mettre une somme importante sur la table si elle veut aider à bloquer les flux de migrants à la frontière sud du pays.

Ainsi, Khalifa Haftar estime à « 20 milliards de dollars sur vingt ou vingt-cinq ans » l’effort européen nécessaire pour aider à bloquer ces flux, dans un entretien paru samedi. « Le problème des migrants ne se résout pas sur nos côtes. S’ils ne partent plus par la mer, nous devons les garder nous et la chose n’est pas possible », a-t-il expliqué dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera. « Nous devons au contraire travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4 000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du Sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d’œuvre, mais il me manque les moyens », poursuit le chef d’une force autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).

Le président français Emmanuel Macron « m’a demandé ce dont on a besoin, je suis en train de lui envoyer une liste », précise le maréchal Haftar. Dans la liste figureront « des formations pour les gardes-frontières, des munitions, des armes, mais surtout des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturne, des hélicoptères ». L’idée est d’installer des campements mobiles de 150 hommes au minimum tous les 100 kilomètres, a-t-il encore détaillé. Un vaste programme qu’il estime à « environ 20 milliards de dollars sur vingt ou vingt-cinq ans pour les pays européens unis dans un effort collectif ».

(…)

Le Point

 

 

 

Defend Europe :« Notre mission est un succès ! » (vidéo de l’équipage du C-Star)

 

Traduction sur Français de souche

 

 

 

 

 

 

____________________

Le 12 aout 2017

 

 

Le risque de guerre USA-Corée du Nord est élevé, selon Lavrov

 

Il est probable que le conflit entre les États-Unis et la Corée du Nord dégénère en une véritable guerre qui entraînera un grand nombre de victimes, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a évalué vendredi la situation autour du conflit nord-coréen, déclarant que le risque de guerre entre les USA et la Corée du Nord était élevé.

«Les risques sont très élevés, en particulier en ce qui concerne la rhétorique [entre les deux pays]. Nous entendons des menaces directes de recours à la force. En même temps, le secrétaire américain à la Défense [James] Mattis a réitéré: oui, cela impliquerait un grand nombre de pertes humaines, et néanmoins, les conversations sur une frappe préventive contre la Corée du Nord ne cessent pas, tout comme les conversations à Pyongyang sur la nécessité de frapper l'île de Guam, qui abrite plusieurs bases militaires américaines», a déclaré M.Lavrov lors d'un forum de jeunes.

Le ministre a également ajouté que le conflit autour de la Corée du Nord préoccupait beaucoup la Russie. Selon lui, la Russie et la Chine ont proposé pour résoudre le problème un plan raisonnable qui suppose un double «gel»: Kim Jong-un gèle tous les essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques, les Etats-Unis et la Corée du Sud gèlent les exercices militaires à grande échelle, régulièrement utilisés comme prétexte en Corée du Nord pour réaliser des tests.

Lire la suite

 

 

 

Corée du Nord: 3,5 millions de volontaires pour combattre les États-Unis

 

Corée du Nord: 3,5 millions de volontaires pour combattre les États-Unis

Alors que la tension est à son comble sur la péninsule de Corée, 3,5 millions de Nord-Coréens ont fait part de leur volonté de rejoindre l’armée pour faire face à Washington, a relaté l’agence Yonhap se référant aux médias nord-coréens.

Depuis que les États-Unis ont adopté de nouvelles sanctions à l'encontre de Pyongyang, environ 3,5 millions de Nord-Coréens, jeunes gens, étudiants, anciens militaires, se sont adressés aux autorités pour rejoindre l'armée du pays afin de lutter contre les États-Unis, a indiqué l'agence sud-coréenne Yonhap se référant aux médias de la Corée du Nord.

Par exemple, le 9 août, quelque 89.000 personnes ont demandé de rejoindre les rangs de l'armée nationale dans la province Hwanghae.

La Corée du Nord a déclaré mardi qu'elle pouvait tirer des missiles balistiques stratégiques à moyenne et longue portée Hwasong-12 contre les bases militaires américaines situées sur l'île de Guam, dans le Pacifique, si Washington poursuivait ses pressions contre Pyongyang.

Lire la suite

 

 

La Corée du Nord se préparerait à tester des missiles depuis un sous-marin

 

La Corée du Nord se préparerait à tester des missiles depuis un sous-marin

Selon un expert de la défense nord-coréenne, des images prises récemment par un satellite témoigneraient de préparatifs en vue de l'essai d'un missile mer-sol balistique.

De récentes photos prises par satellite semblent indiquer que la Corée du Nord se prépare à tester des missiles balistiques à partir d'un sous-marin, en pleine recrudescence de tensions avec les Etats-Unis, selon un spécialiste de l'armée nord-coréenne.

Joseph Bermudez, un expert de la Défense nord-coréenne et des renseignements, a posté des photographies sur le site de surveillance "38 North" qui, selon lui, pourraient montrer des préparatifs pour un essai de missile mer-sol balistique (SLBM).

"Des images prises récemment par un satellite commercial révèlent plusieurs développements suggérant que la Corée du Nord pourrait être en train d'accélérer le développement de la partie maritime de ses forces nucléaires", a-t-il indiqué.

(..)

Le président américain Donald Trump a maintenu un haut niveau de tension vendredi sur le dossier nord-coréen, affirmant que l'option militaire était "prête à l'emploi" contre Pyongyang qui a menacé de lancer une attaque près de l'île américaine de Guam, avant-poste militaire stratégique des Etats-Unis dans le Pacifique.

Lire la suite 

Des menaces inquiétantes à l’échelle internationale

Donald Trump et Xi Jinping

Les réactions internationales se multiplient ces derniers jours, dans un climat de grande méfiance. Vendredi, en réaction à cette escalade, la Chine a exhorté Pyongyang et Washington à "faire preuve de prudence" tout en évitant "les démonstrations de force". L’Allemagne s’oppose également à cette "escalade verbale". "Je ne vois pas de solution militaire à ce conflit", a énoncé Angela Merkel vendredi, à propos de la menace de Trump sur Twitter. L’inquiétude a également gagné Moscou face aux risques de conflit "très élevés" entre les Etats-Unis et la Corée du nord. "Je considère que lorsqu’on en arrive presque à la bagarre, celui qui doit faire en premier un pas pour s’éloigner de la ligne dangereuse est celui qui est le plus fort et le plus intelligent", a déclaré le ministre russe.

Source

 

 

 

Le Japon prêt à intercepter les missiles nord-coréens volant vers Guam

 

Ce samedi, les Forces japonaises d’autodéfense ont achevé le déploiement des systèmes destinés à intercepter les missiles balistiques nord-coréens susceptibles d’être tirés en direction de l’île américaine de Guam.

 

Crise nord-coréenne : le Japon déploie son système de défense antimissile Patriot

Les Forces japonaises d'autodéfense ont achevé le déploiement des systèmes anti-missiles Patriot dans les régions ouest et sud-ouest du pays, qui pourraient être survolées par des missiles nord-coréens en cas d'attaque contre Guam.

Selon l'agence Kyodo News, les systèmes anti-missiles Patriot PAC-3 ont été déployés dans les préfectures de Shimane et d'Hiroshima, situées sur la principale île japonaise de Honshu, et dans les préfectures d'Ehime et de Kochi sur l'île de Shikoku (sud-ouest).

La chaîne de télévision NHK a annoncé qu'un navire de la Force maritime d'autodéfense équipé de systèmes Aegis avait été déployé en mer du Japon.

Lire la suite

 

 

Si Kim Jong-Un s'attaque à Guam, "il le regrettera", avertit Trump

 

Le président américain Donald Trump a une nouvelle fois mis en garde vendredi le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, en assurant que si ce dernier attaquait Guam, île du Pacifique et territoire américain, il le "regretterait" amèrement.

"S'il fait quoi que ce soit visant Guam, ou un autre territoire américain, ou un allié des Etats-Unis, il le regrettera vraiment et il le regrettera rapidement", a déclaré M. Trump depuis son golf de Bedminster (New Jersey), en dénonçant un régime "qui se comporte mal depuis des années, des décennies".

Lire la suite

 

 

 

Les habitants de l'île de Guam se préparent pour une attaque nucléaire de Pyongyang

 

Face aux menaces de Pyongyang de frapper les bases militaires américaines situées sur l'île de Guam, le gouvernement américain a publié vendredi un guide de survie pour préparer les habitants de l'île à une éventuelle attaque nucléaire.

Le département d'État américain a publié vendredi sur son site Internet un guide de survie qui doit aider les habitants de l'île de Guam à se protéger au cas où Pyongyang exécuterait ses menaces de frapper les bases militaires américaines situées sur l'île avec des missiles nucléaires.

Explosion d'une bombe nucléaire

Il est à noter que le lexique du guide évoque le spectre d'un conflit atomique qui planait pendant la guerre froide.

Le document appelle en particulier à ne pas regardez «l'éclair ou la déflagration lors de l'explosion, car cela peut rendre aveugle» et à enlever ses «vêtements pour éviter la propagation des particules radioactives».

En plus, il est conseillé d'avoir une liste des infrastructures situées près de son domicile, de son travail où de l'école de ses enfants, pour s'en servir d'abri.

«Les abris n'ont pas besoin d'être spécialement conçus pour se protéger des radiations […]. Cela peut être un espace protégé, où les murs et le toit sont suffisamment épais et denses pour absorber les radiations», indique le guide, cité par Reuters.

Les parents peuvent également trouver dans le guide des explications sur quoi faire s'ils ne sont pas avec leurs enfants pendant l'explosion.

«Restez où vous êtes, même si vous êtes séparés de votre famille […]. Écoutez les informations. N'appelez pas l'école. Soyez patient. Attendez les instructions avant d'aller chercher votre enfant», conseille le document.

Lire la suite

 

 

 

Les USA et la Corée du Nord auraient eu des contacts secrets

 

L’administration du Président américain «est impliquée d’une manière secrète dans une diplomatie de l’ombre» avec la Corée du Nord depuis plusieurs mois, relate l’agence Associated Press se référant à des responsables américains. Cependant, Donald Trump a déclaré qu’il ne voulait pas discuter des canaux diplomatiques secrets avec la Corée du Nord.

Lire la suite

 

 

L’armée syrienne s'empare du principal bastion de Daech dans la province de Homs

 

Les forces gouvernementales syriennes ont libéré la ville d'el-Soukhna, principal bastion des djihadistes dans la province de Homs, a déclaré à Sputnik une source présente sur les lieux.

Une semaine après le lancement de l'offensive, la ville syrienne d'el-Soukhna a été libérée, a annoncé à Sputnik une source présente sur les lieux.

«L'armée syrienne a libéré toute la ville d'el-Soukhna, l'un des derniers bastions de Daech dans la province de Homs. À l'heure actuelle, les démineurs cherchent des explosifs et des mines installés par les combattants de Daech», a déclaré la source.

Source

 

 

 

Trump: «Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, y compris une possible option militaire»

 

 

 

 

Transfert de migrants : « MSF suspend ses opérations de sauvetage en Mediterrannée »

 

Médecins sans frontière (MSF) suspend ses opérations de sauvetage en mer Méditerranée. C’est une réaction à la circulaire des autorités libyennes qui veulent restreindre l’accès à leurs eaux internationales aux navires étrangers. Ce document a été publié hier, il créé une très vaste zone maritime dans laquelle les bateaux étrangers n’ont plus le droit de naviguer sans autorisation. Les ONG qui portent secours aux migrants sont donc particulièrement touchées par cette circulaire. MSF ne baisse pas les bras définitivement, mais l’organisation va demander des explications aux autorités de Tripoli et jusqu’à nouvel ordre donc, plus d’opération de sauvetage. Françoise Bouchet-Saulnier, la directrice juridique de l’ONG, qui gère le navire Prudence.

RFI

 

 

 

Defend Europe : « Après un souci technique, le navire antimigrants repart sans avoir accepté l’aide d’une ONG »

 

Méditerranée: le navire anti-migrants repart sans accepter l’aide d’une ONG.

Le C-Star, un navire affrété par des militants antimigrants en Méditerranée à nouveau à l’arrêt vendredi, est reparti par ses propres moyens, sans accepter l’aide d’une ONG qui a affirmé avoir été chargée de lui porter assistance.

Un porte-parole des militants du C-Star a expliqué à l’AFP que le bateau, tout juste reparti après cinq jours de blocage en face de la Tunisie, avait simplement arrêté ses moteurs pour résoudre un problème technique, ce qui a provoqué une procédure d’information des bateaux navigant dans les environs mais sans appel à l’aide. (…)
Le Sea-Eye s’est dérouté en direction du C-Star, mais lors d’un contact radio, le second a assuré ne pas avoir besoin d’aide et le premier a donc repris sa route.
Bloqués depuis dimanche au large de la Tunisie, où des pêcheurs et un puissant syndicat s’opposaient à leur ravitaillement, les militants du C-Star étaient sortis jeudi soir de leur silence. « Notre bateau à été ravitaillé, tout va bien, il retourne sur zone », a lancé Clément Galand, militant français à bord, dans un message à l’AFP dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le Point

 

Lire aussi : Le bateau anti-migrants C-Star secouru par une ONG pro-réfugiés : fake news

 

 

 

Près de 400 000 Algériens naturalisés depuis 1998, un tiers des naturalisés d’origine maghrébine

 

Le phénomène d’immigration a pris de l’ampleur en Algérie durant les deux dernières décennies et la destination préférée des algériens est la France « pour les raisons historiques et culturelles connues de tous ». En effet, ce sont près de 400 000 algériens qui sont devenus français entre 1998 et 2016 selon le dernier rapport de la direction des étrangers du ministère français de l’Intérieur .

Les algériens classés premiers en matière d’octrois de titres de séjour se positionnent en deuxième position après les marocains en matière de procédure de naturalisation «loin derrière les marocains en termes de procédures de naturalisation» note ledit rapport qui précise également qu’un tiers des étrangers ayant bénéficié d’une procédure de naturalisation sont d’origine maghrébine.

Les algériens représentent un tiers des étrangers établis en France. Sur les six millions d’immigrés établis en France deux millions sont algériens.

observalgerie.com

Commenter cet article